Énigmes et leçons bibliographiques d’un recueil factice luthérien (Médiathèque Louis-Aragon, Le Mans, TH 8* 4869)

Parmi les pistes possibles pour étudier la réception d’Érasme en France au XVIe siècle, l’analyse matérielle invite à s’intéresser aux exemplaires annotés, mais aussi aux recueils factices contenant au moins un texte du « prince des humanistes ». Le terrain d’enquête est nécessairement limité aux textes courts, susceptibles d’être reliés à d’autres textes pour assurer leur conservation, et aux recueils dont la réalisation au XVIe siècle peut être prouvée, en particulier par la reliure. La plupart des recueils ainsi repérés sont entièrement érasmiens mais il arrive qu’Érasme y soit associé à d’autres auteurs, dessinant des configurations intellectuelles variées et susceptibles de nous informer sur la façon dont il était perçu.

D’une mystérieuse Epistola à l’énigmatique Michel Lesclancher

Les années 1520-1530 sont particulièrement intéressantes à étudier dans la mesure où elles sont marquées par l’effervescence luthérienne : Érasme s’y trouve pris à son corps défendant, et sommé de prendre position. S’il se résout à publier contre Luther sa Diatribe du libre arbitre en 1524, certains de ses écrits sont annexés dans ces mêmes années à la cause luthérienne. Parmi eux, la lettre nuancée, et qui peut sembler favorable à Luther, adressée au prélat Albert de Brandebourg le 19 octobre 1519. Cette lettre, qui occupe entre 6 et 8 pages en format in-4° et doit donc sa survie à son insertion dans des recueils, a immédiatement fait l’objet de publications non autorisées dans l’espace germanique, et c’est par dizaines que se comptent les exemplaires conservés en Allemagne et, dans une moindre mesure, en Suisse, en Belgique et aux États-Unis.

Illustration 1 : Page de titre d’une des nombreuses éditions allemandes de l’Epistola, [Augsbourg], 1520 (num. Österreischishe Nationalbibliothek).

Les exemplaires conservés sont beaucoup plus rares en France, où l’on n’a pu en localiser, hors Alsace et toutes éditions confondues, que sept. L’un d’entre eux se trouve à la Société d’histoire du protestantisme, relié seul sous une couvrure de carton récente1 Trois exemplaires de l’édition Schürer réalisée à Sélestat sont respectivement conservés à la BM de Nancy, à la bibliothèque Mazarine et à la BnF2 ; dans les deux derniers cas, l’Epistola se trouve dans un recueil factice rassemblant des pièces luthériennes mais ces recueils n’ont sans doute été réalisés qu’au XVIIe siècle. Les trois derniers exemplaires enfin sont issus d’une même édition, plus énigmatique, un quatrième exemplaire de cette édition se trouvant aujourd’hui hors de France, à la Bodleian.

L’exemplaire conservé au Mans sous la cote TH 8* 4869 en fait partie : découvert grâce à l’exposition réalisée en marge du colloque Luther en France, il a suscité une première analyse dans les actes de ce colloque, avant de faire l’objet d’une numérisation et d’un examen complémentaire par l’équipe tourangelle des Bibliothèques Virtuelles Humanistes3.

Illustration 2 : Page de titre de l’Epistola, Le Mans, TH 8* 4869 (num. BVH)

L’Epistola d’Érasme, première pièce de ce recueil factice, était jusqu’alors cataloguée comme imprimée à Cologne, sur la foi des informations fournies au colophon.

Illustration 3 : Colophon de l’Epistola, Le Mans, TH 8* 4869 (num. BVH) « Impressum Coloniae secunda impressione castigatione prima ».

Mais la comparaison avec d’autres exemplaires a conduit à la rapprocher de l’exemplaire conservé à la bibliothèque de l’Arsenal, deuxième pièce d’un recueil factice coté 4-T-23204 : tous deux s’avèrent issus de la même édition, attribuée par l’équipe du Renouard, sur la foi du matériel typographique (fleuron, lettrines et caractères R 103/104), à l’imprimeur parisien Michel Lesclancher et supposée dater de 1521. Si l’attribution à Lesclancher permet de lever l’hypothèse colonaise, elle fait dans le même temps surgir d’autres questions. On sait en effet peu de choses de Lesclancher, sinon qu’il exerçait « in platea Mauberti » (place Maubert) et se qualifiait lui-même de « artis formulariae industrius opifex ». Les dates exactes de son exercice sont d’autant moins aisées à établir que la plupart des quelque trente éditions qu’on lui attribue ne sont ni datées ni signées. Toutefois la première édition où son nom apparaît explicitement date de février 1512 (1513 n. st.) et la dernière d’octobre 1521. Sur les 14 éditions qui lui sont à ce jour attribuées et présumées dater de 1521, plus de la moitié sont des textes de Luther ou le concernant de près. Mais, dans la majorité des cas, cette datation a été établie par Brigitte Moreau, non pas grâce à une information fournie en page de titre ou au colophon, mais d’après la date d’impression de l’ouvrage original, avant d’être en quelque sorte confirmée par l’attribution à Michel Lesclancher, dont l’activité n’est plus attestée après 1521. Autrement dit, date et attribution se corroborent l’une l’autre mais pourraient tout aussi bien l’une et l’autre être remises en question.

Du recueil manceau au réseau parisien

Ces incertitudes rendent cruciale la prise en compte de l’effet recueil. Les deux recueils conservés au Mans et à l’Arsenal présentent en effet, outre l’Epistola, des convergences troublantes.

Reliures

La reliure de l’Arsenal peut être rapprochée d’une reliure en veau roux à décor de bandes parallèles décrite dans la Base « Reliures ». La typologie de la reliure et le style du décor à panneau central, délimité par des filets estampés à froid, orné de trois bandes parallèles verticales séparées par des filets, à motifs losangés et floraux (dont des fleurs de lys) composés au fer, analogues à celles constituant l’encadrement extérieur conduisent, de même que les pièces contenues dans le recueil, à estimer qu’elle a été réalisée à Paris entre 1520 et 1525 environ.

Illustration 4 : Plat supérieur du recueil Arsenal, 4-T-2320.

La reliure conservée au Mans présente quant à elle une composition assez similaire, avec un décor à panneau central lui aussi délimité par des filets estampés à froid, orné de cinq bandes parallèles verticales séparées par des filets, à rinceaux de fleurettes réalisés à la roulette, analogues à ceux constituant l’encadrement extérieur, et que l’on peut rapprocher d’autres reliures contemporaines5

Illustration 5 : Plat supérieur du recueil Le Mans, TH 8* 4869.

Ces deux recueils sont donc dotés l’un et l’autre d’une reliure du XVIe siècle en veau brun-roux estampé à froid de facture parisienne, datable des années 1520 et donc contemporaine de l’édition.

À l’Arsenal, un recueil de pièces parisiennes

Le recueil conservé à l’Arsenal comprend six pièces, dont quatre ont pu être attribuées à Michel Lesclancher, une autre à Jean II du Pré, la dernière restant à ce jour, faute de tout matériel ornemental excepté en page de titre, sans lieu ni date.

Plusieurs indices semblent cependant accréditer l’hypothèse d’un recueil entièrement parisien, rassemblant des impressions réalisées conjointement par plusieurs imprimeurs, ou dans un atelier disposant d’un matériel composite, ou encore commanditées par le même libraire. Il est tout d’abord notable que les six pièces comportent des filigranes identiques, à savoir d’une part un écu couronné surmonté d’un quadrifeuille, au chef semé de trois fleurs de lys posées deux et une, soit les armoiries de France, proche de Briquet 1687 et 1688, et  d’autre part une licorne simple (illustration 6 et illustration 7).

Illustration 6: détail du filigrane des armoiries de France.
Illustration 7: filigrane à la licorne.

On note ensuite la présence de différentes impressions sèches sur le dernier feuillet blanc de la P1, ainsi que sur le f. e6 de la P6 (illustration 8).

Illustration 8: impressions sèches sur deux feuillets.

Ces impressions sèches n’ont pu être identifiées, même si l’une d’elle pourrait être rapprochée, comme la spectaculaire décharge d’encre sur le f. e5 de la P6 (illustration 9), d’une gravure sur bois que l’on retrouve en page de titre de l’Epistola reverendissimi domini Car. S. C. ad invictis. Carolum imp… Super declaratione… contra Lutherum facta. Illustri et excellentissimo domino D. Ludovico Fernandi a Corduba, attribuée à Michel Lesclancher (illustration 10) mais qui ne sont pas issues du même bois puisque les mesures ne sont pas identiques6.

Illustration 9: décharge d’encre sur P6.

Ces éléments portent à croire que ces différentes pièces proviennent du même atelier.

Illustration 10: page de titre de l’Epistola reverendissimi domini…

On peut toutefois, nous l’avons dit, discuter l’attribution à Lesclancher et la datation généralement retenue de 1521, et ce d’autant plus que son matériel se retrouve ensuite dans des réalisations assumées par d’autres imprimeurs : c’est sur cette piste que nous lance l’exemplaire conservé au Mans.

Au Mans, un recueil à demi parisien et des rara

Le recueil conservé au Mans, qui compte neuf pièces, présente quatre titres en commun avec celui de l’Arsenal (signalés ci-dessous par un même code couleur), dont l’Epistola d’Érasme. Est-ce à dire qu’il rassemble, lui aussi, des pièces parisiennes non identifiées comme telles ?

La confrontation entre les deux recueils, a permis de poser des premiers jalons en faveur d’une telle hypothèse : deux titres, l’Epistola d’Érasme et la lettre à Charles Quint proviennent bien de la même édition dans les deux recueils, édition produite dans un atelier parisien, celui de Michel Lesclancher, ou du moins utilisant son matériel7.  

En revanche, malgré des proximités apparentes, quatre pièces (P4, P5, P7 et P9) se sont révélées d’origine germanique8.

Les trois pièces restantes ont pu être attribuées à Pierre Vidoue. La comparaison entre la P3, sans nom d’imprimeur, et un exemplaire présent dans un autre recueil factice déjà évoqué9 incite à penser qu’ils proviennent de la même édition, attribuée à Pierre Vidoue en raison du matériel (lettrine « S » et caractères R 101/102). La P6, dont la page de titre affiche « Vittenberge M.D.XX. », et la P8, n’affichent aucun nom d’imprimeur mais présentent en page de titre un même encadrement gravé, dont un cartouche comporte la date de 1519, appartenant à Pierre Vidoue10. (Illustrations 11 et 12).

Illustration 11: page de titre de P6.

Ce sont des pièces a priori rares :  la P3 n’était jusqu’alors localisée qu’à Arsenal et à la Vaticane (en deux exemplaires), tandis que seuls quatre exemplaires de la P8 étaient connus, deux à l’Arsenal11, et deux autres en Angleterre, à la British Library et à la Bodleian.

Illustration 12: page de titre de P8.

Quant à la P6, la British Library conservait la seule trace jusqu’alors identifiée de cette édition, à savoir sa page de titre12, ce qui tendait à faire de l’exemplaire manceau un unicum. Toutefois Florine Levesque en a dans le même temps identifié un autre exemplaire à la BSG en préparant l’exposition Maudits livres luthériens13, ce qui laisse supposer que d’autres découvertes sont possibles à l’avenir.

Comme dans le recueil de l’Arsenal, les filigranes relevés sur l’ensemble de ces pièces sont souvent similaires, en dépit de l’attribution des impressions à différents ateliers dans l’Inventaire chronologique. La provenance identique du papier utilisé incite à formuler l’hypothèse de réalisations communes, qui passent par exemple par des éditions partagées, voire par des phénomènes plus complexes de récupération d’un matériel hétéroclite. On retrouve précisément une partie du matériel de Lesclancher, qui n’a laissé que peu de traces et d’éditions, dans des éditions de… Pierre Vidoue14. Ce dernier, actif de 1516 à 1543, a pour sa part eu une production considérable (c. 10% de la production parisienne dans les années 1520) et fut, à partir de 1523, libraire-juré de l’Université de Paris15. Les publications anonymes que contiennent nos deux recueils pourraient donc avoir été réalisées après 1521, en lien par exemple avec la mise sous les presses parisiennes, en 1523, d’une dizaine d’ouvrages de controverse latine anti-luthérienne publiés par Claude Chevallon et Simon de Colines notamment, mais aussi par Pierre Vidoue lui-même (J. de Hangest, Antilogia). Cette hypothèse est d’autant plus tentante que, comme David J. Shaw l’a mis en lumière, l’atelier de Vidoue a peut-être accueilli, au cours des années 1520-1525, Simon Du Bois, dont on sait l’importance pour la propagande réformée imprimée dans les années 1525-1529.

En dépit de leur faible nombre – peut-être en partie dû au défaut d’identifications d’impressions parisiennes sous fausse adresse –, ces recueils révèlent un véritable relais parisien aux innombrables publications issues d’Allemagne. Ces quelques identifications incitent à poursuivre une enquête élargie aux impressions luthériennes mal ou non attribuées, et ce d’autant plus qu’on dispose de nombreux témoignages sur le vif intérêt que suscitaient alors les textes de Luther à Paris16.

Christine Bénévent
École des Chartes

  1. SHPF, 4° 1 797 Rés. Il s’agit selon toute vraisemblance de l’édition de Johann Stuchs, Nuremberg, 1520 (VD16 E 1892). []
  2. Mazarine Mz 4° 12892-3 ; BnF D2 535 (5), Nancy Res. 10331. []
  3. Chr. Bénévent, « De qu(o)i Érasme est-il le nom dans la France du XVIe s. ? » : actes du colloque international de la SFDES Luther en France : Littérature, histoire, controverses, organisé par Patricia Eijel-Lojkine, Le Mans-Paris, 17-18 mars 2017. Revue Seizième siècle, 2019. Numérisation BVH. []
  4. Voir Chr. Bénévent et Alissar Levy « Un De captivitate babylonica parisien » (notice 25) et « Un florilège de textes luthériens imprimé à Paris » (notice 29), dans Maudits livres luthériens (1518-1544), Paris, Bibliothèque Mazarine, Éditions des Cendres, 2018, p. 141-143 et p. 152-154. []
  5. Voir base de reliures BSG : DELTA 54838 RES (très proche) et 4 Z 792(3) INV 508 RES. []
  6. Un exemplaire de cette édition se trouve dans un fort volume également conservé à l’Arsenal sous la cote 4-T-2482, recueil de 19 pièces dont l’édition s’échelonne entre 1519 et 1669 et regroupées sous le titre Haereticorum miscellanea, à l’usage des Jésuites parisiens (il s’agit de la P12). Ce recueil comporte également un autre exemplaire de la Bulla Decimi Leonis (P10) présentant les mêmes caractéristiques (taches, impressions sèches, décharge d’encre) que la P6 du recueil 4-T-2320. []
  7. P1 : BP16_104262 (Érasme, Ad R. Cardinalem Moguntinum Epistola in qua de Luthero quid ipse sentiat declarat, [Paris, M. Lesclancher, c. 1521], in-4). P2 : BP16_104333 (Luther, Ad serenissimum principem… Carolum V… Epistola, [Paris, M. Lesclancher, c. 1521], in-4). []
  8. On ne s’y attardera pas ici : voir Ch. Bénévent, art. cit., et les notices des BVH. []
  9. BP16_104227 (S. Abydenus Corallus, Oratio ad Carolum, [Paris, P. Vidoue, c. 1521]), Arsenal 4-T-2482 (7). []
  10. Voir BATYR (Base de typographie de la Renaissance, Université François-Rabelais de Tours, CESR) no 27435. []
  11. BP16_104134 (Probatissimorum Ecclesiae doctorum Sententiae, Paris, Conrad Resch [P. Vidoue, c. 1520], in-4) : Arsenal 4-T-1662 (3) et 4-T-2484 (3). []
  12. BP16_1034341. []
  13. BSG 4 D 1714 INV 1930 RES (P.5). []
  14. C’est ce que laisse penser une note manuscrite de Brigitte Moreau sur les pages consacrées à Lesclancher dans les Cahiers Renouard conservés à la Réserve de la BnF : « Son matériel de petites lettres passe à Vidoue, c. 1522 », mais ce point reste à vérifier. []
  15. Sur Pierre Vidoue, voir les travaux en cours de David J. Shaw, p. ex. « Book Trade Practics in Early Sixteenth-Century Paris : Pierre Vidoue (1516-1543) », dans The Book Triumphant, G. Kemp, M. Walsby (ed.), Leiden, Brill, 2011, p. 334-346. []
  16. Pour des témoignages contemporains sur la réception de Luther à Paris, voir la fiche « Berquin et Luther » dans Claude Longeon, Dossier Berquin. []