Les Estienne à la Bibliothèque Edward Worth à Dublin

Fondée en février 1733, à la mort de son créateur, la Bibliothèque Edward Worth est une singularité parmi les bibliothèques irlandaises. Construite sur-mesure, selon les dernières volontés de son créateur, la bibliothèque fait corps avec l’hôpital du Dr Steevens. Le premier étage, qui abrite aujourd’hui ses locaux, a été dessiné et pensé par et pour la présence essentielle des livres. Imaginé comme le système de sauvegarde le plus efficace de son temps pour garantir la conservation de ses précieux ouvrages, le lieu même est encore aujourd’hui un véritable écrin pour de nombreux trésors.

Illustration 1: L’hôpital du Dr Steevens en 1780.

Cet écrin, dont la création a suivi à la lettre les exigences d’Edward Worth, est l’une des plus grandes surprises de cette bibliothèque puisqu’il remplit encore quasi-parfaitement son rôle de préservation des collections. Pour cela, Edward Worth n’a rien laissé au hasard : à la pointe de l’innovation, ses livres sont parmi les premiers à être conservés dans des étagères vitrées dont le bois d’époque fait encore de nos jours le charme et le renom de la bibliothèque. Ainsi, tout a été pensé pour assurer la pérennité de sa collection, dans un souci du détail absolument visionnaire. Chaque aspect de leur sécurité a été pensé, de l’exposition volontairement faible à la lumière extérieure, à la température moyenne naturellement basse et régulée par les pierres environnantes, en passant par une restriction sévère de l’accès aux ouvrages aux chirurgiens de l’hôpital. Toutes ces exigences témoignent de l’avance impressionnante des connaissances en préservation des livres de son fondateur. Seul l’ajout de quelques nouvelles technologies comme des systèmes anti-incendie ou des caméras de surveillance a été nécessaire afin de compléter son œuvre1.

Si un écrin vide est bien peu de chose, son caractère innovant n’est rien sans les trésors qu’il abrite. Edward Worth, physicien passionné de littérature, a construit au fil de son existence une collection débordant de très loin les limites de son champ de connaissances professionnelles. Les publications scientifiques tiennent évidemment une place essentielle dans la constitution de cette bibliothèque, cependant elle est loin d’être aussi centrale que l’on pourrait s’y attendre : la littérature, l’histoire et la théologie lui tiennent largement tête et ne font qu’ajouter à la richesse incroyable de cette collection. Les répartitions des thématiques abordées et le goût de cet étrange collectionneur en font une exception parmi les collections privées de scientifiques de l’époque. Cet amour des lettres ne s’exprime pas uniquement par le choix des thématiques abordées. En effet, une courte visite de la bibliothèque nous permet de comprendre que cette passion ne se limite pas seulement à la lecture, mais s’étend bien au livre en tant qu’objet. Les vitres, protection si innovante, servent avant tout de présentoirs pour une collection dont la richesse et la finesse des ornements et des reliures témoignent d’une seconde dimension dans cet amour du livre : sa valeur matérielle.

Ces deux premiers éléments d’identification de la bibliothèque d’Edward Worth – la présence de livres extérieurs au champ scientifique et l’importance du livre en tant qu’objet – semblent d’eux-mêmes justifier la présence dans cette collection d’ouvrages publiés par divers membres de la famille Estienne. Grande famille d’imprimeurs et de libraires français du XVIe siècle, les Estienne sont alors reconnus pour leurs publications érudites en grec, en latin et en français. C’est la présence de plusieurs de leurs ouvrages dans les collections d’Edward Worth qui ont attiré notre attention et qui ont servi d’objet d’étude pour l’exposition « Estiennes at the Edward Worth Library ».

Illustration 2: L’exposition « Estiennes at the Edward Worth Library »

À partir de la création d’un catalogue complet regroupant l’ensemble des titres écrits ou publiés par les membres de cette dynastie d’imprimeurs, s’est construit le socle même de cette exposition. C’est d’ailleurs pendant l’élaboration de ce catalogue qu’a vu le jour un certain nombre de questionnements.

Plus de deux siècles séparent certains de ces ouvrages de leur acquisition par Edward Worth. Le coût – que l’on imagine assez élevé – d’une telle possession, associé au nombre conséquent d’impressions des Estienne présents dans cette collection unique fait de chacun des exemplaires compilés dans ce catalogue un élément potentiel d’étude. Ne pouvant prendre la décision de leur achat comme un choix anodin ou léger, nous avons donc fait le choix d’étudier et d’interroger la présence de ces publications à la Bibliothèque Edward Worth.

Qui sont les Estienne ?

Si l’exposition demeure bien évidemment centrée sur les collections d’Edward Worth uniquement, a été l’opportunité pour nous de présenter un travail de synthèse des connaissances actuelles sur la dynastie d’imprimeurs qu’ont été les Estienne. De ce fait, l’exposition dispose d’une présentation individuelle de la grande majorité des membres de la famille. L’accent a été mis, durant la rédaction, sur notre volonté de dresser un portrait le plus complet et le plus exhaustif possible, de chacun de membres.

Le but principal était de permettre au lecteur, même néophyte, de saisir les caractéristiques qui ont forgé l’histoire d’une telle famille et de comprendre ce qui a fait son renom. Dans ce cas précis, l’étude biographique avait pour but principal d’illustrer ce qui a fait de cette famille une part aussi marquante de l’histoire du livre et de la littérature afin de justifier sa présence dans la bibliothèque d’Edward Worth et ce qui a pu faire des ouvrages présentés des objets de collection.

À ce titre, nous avons pris la liberté de ne pas limiter nos présentations aux seuls noms mentionnés dans les différents volumes du catalogue, mais d’étendre notre série de portraits aux acteurs centraux qui ont fait de cette famille le sujet de notre étude et celui de bien d’autres. C’est pour cette raison que nous avons proposé un article supplémentaire sur le rôle des femmes de la famille Estienne dans l’établissement et le maintien de la dynastie2.

En effet, il est essentiel de rappeler que la collection d’Edward Worth n’a pas été pensée autour d’eux et n’est pas centrée sur leurs productions. Ainsi, on peut remarquer que certains de leurs membres n’y apparaissent d’ailleurs pas du tout.

Illustration 3: Distribution des publications par membres de la famille Estienne dans les collections de la Worth Library

Comme nous l’avons dit plus tôt, cette reprise synthétique des précédents travaux biographiques n’était pas dénuée de liens avec notre recherche. En effet, ces portraits nous ont permis de comprendre les raisons qui font de cette famille un élément marquant de l’histoire du livre. Ainsi, leur inscription comme l’une des plus grandes – si ce n’est la plus grande – famille(s) d’imprimeurs français du XVIe siècle, justifie clairement leur présence dans la collection d’Edward Worth. Cette place pourrait leur être doublement attribuée, tout d’abord pour leur rôle d’éditeurs, mais aussi comme un témoignage de leur propre histoire, les incluant dans celle – plus vaste – de l’histoire littéraire.

De plus, ces différences de représentations à travers la collection peuvent également être vues comme le témoignage de la célébrité des membres de la famille, du moins, à travers la perception qu’en a eu Worth, depuis l’Irlande d’avant 1733. Plus qu’une simple collection, ce catalogue peut donc être vu comme un observatoire de l’aura des Estienne.

Cependant, il est essentiel de souligner que la célébrité ou non d’un des membres de la famille n’est en aucun cas un synonyme de son rôle historique. Le catalogue que nous avons conçu en est l’illustration même. En effet, certains des ouvrages cruciaux de la famille Estienne, ou des éléments qui sont aujourd’hui considérés comme tels, ne sont pas forcément présents dans la collection. Ainsi, on remarque que le fondateur même de cette dynastie est très largement sous-représenté dans les proportions affichées dans l’illustration 3.

Néanmoins, la bibliothèque et sa collection illustrent à de nombreuses reprises des événements majeurs de l’histoire de cette famille. Ainsi, la fuite de Robert I Estienne de Paris à Genève est très largement renseignée par les collections d’Edward Worth qui contiennent presque autant d’ouvrages d’édition parisienne que de ceux publiés durant cette « retraite » précipitée par des affrontements religieux et politiques. De même, deux des plus grands chantiers d’édition menés par les Estienne – à savoir les Trésors de la Langue Grecque et Latine ainsi que les multiples traductions de la Bible, qui sont encore aujourd’hui des références – se reflètent clairement comme des éléments centraux de la collection Worth.

Illustration 4: Biblia: Hebraea, Chaldæa, Græca et Latina nomina virorum, mulierum, populorum, idolorum, urbium, fluviorum, montium, cæterorúmque locorum quæ in Bibliis leguntur, restituta, cum Latina interpretatione, Paris, Robert I Estienne, 1540.

On observe l’influence de son attention de collectionneur et d’amateur du livre en tant qu’objet dans le fait que les acquisitions d’Edward Worth comprennent également l’un des éléments les plus connus de l’histoire de cette famille : les Grecs du Roi. Offerts à Robert I par le Roi François Ier et dessinés par Claude Garamond, les Grecs du Roi forment une police de caractères unique. Obtenus grâce au privilège royal et au titre d’Imprimeur du Roi en langue grecque et latine qui lui est accordé, cette faveur lui ouvre également l’accès aux manuscrits de la Bibliothèque Royale.

Illustration 5: Tes kaines diathekes hapanta. Evangelion. Kata Matthaion. Kata Markon. Kata Loukan. Kata Ioannen. Praweis ton apostolon, Paris, Robert I Estienne, 1550. Un exemple de l’utilisation des « Grecs du roi »

Cependant, l’Histoire ne les a pas seulement retenus pour leur lisibilité, mais aussi pour un scandale qui a longtemps attiré l’attention des historiens : leur vol après l’exil de Robert Ier vers Genève. En effet, le privilège royal accordé avec ces caractères n’a pas franchi la frontière, et de ce fait, il a pu sembler étonnant pour de nombreux lecteurs de retrouver dans la plupart des ouvrages publiés après 1550 la même police d’écriture. En réalité, l’incompréhension peut parvenir de deux facteurs distincts.

Tout d’abord, le privilège royal accordé à Robert Estienne – comme son atelier parisien – a été confié à un autre membre de la famille restant à Paris : son frère, Charles. Ainsi, on peut observer à travers la collection d’Edward Worth plusieurs exemplaires postérieurs à la date fatidique, ornés de ces caractères signés du nom des Estienne.

De plus, il n’est pas rare de voir dans certains écrits sur ce sujet une confusion entre trois objets distincts, le tout rassemblé sous l’appellation des Grecs du Roi :

  • Les poinçons, gravés dans l’acier, sont les modèles types qui ont permis la création des matrices. Ceux-ci n’ont jamais quitté les collections royales.
  • Les matrices, faites de cuivre, qui ont permis à différents artisans de fondre plusieurs exemplaires des caractères afin de subvenir aux besoins des différentes presses. Donnée aux Estienne, l’une d’entre elle aurait été emportée durant la fuite à Genève et par la suite, engagée pour rembourser les dettes d’Henri II Estienne, son fils, puis rachetée par la France.
  • Les caractères, fondus à partir de plomb, dont il existe plusieurs exemplaires à travers les différentes presses, mais qui sont souvent compris comme étant l’unique élément des Grecs du Roi, à savoir la représentation directe de cette police d’écriture si distinguée.
Illustration 6: Tes Kaines Diathekes hapanta. Novum Testamentum. Ex bibliotheca Regia, Paris, Robert I Estienne, 1546, Sig. a3r: un exemple du Cicero de Claude Garamont.

Pourquoi collectionner les publications des Estienne ?

L’une des premières hypothèses émises lors de la rédaction de cette exposition était d’expliquer la présence des impressions des Estienne par leur lien avec le milieu de la science et de la médecine. En effet, le catalogue complet de la bibliothèque regorge de références médicales dont on sait aujourd’hui qu’il s’agissait de références professionnelles nécessaires.

C’est avant tout l’histoire même de la famille qui nous permet un premier pas vers la vérification de cette hypothèse. En effet, de multiples publications scientifiques et médicales peuvent être trouvées dans les productions des Estienne et certaines font d’ailleurs partie de la collection Worth. De plus, il est essentiel de noter le lien profond qui les unit aux cercles érudits européens, non seulement en des termes professionnels, mais aussi par des liens familiaux. Certains membres de la famille, comme Charles Estienne, se sont même spécialisés dans ce type de production3.

Illustration 7: Medicae artis principes post Hippocratem et Galenum, [Genève], Henri II Estienne, 1567, p. 170.

Cependant, la pertinence des écrits et des publications des Estienne dans les domaines scientifiques et médicaux, si elle ne fait aucun doute à leur époque, peut être mise à mal lorsqu’elle est étudiée par le prisme de la collection d’Edward Worth. Afin de s’assurer du poids que pouvait avoir leurs productions dans ce domaine, une recherche a été faite parmi les catalogues de trois autres bibliothèques d’hôpitaux dont les collections ont été constituées à partir de la même époque que celle d’Edward Worth. Bien évidemment, il a été nécessaire de prendre en compte une différence fondamentale : la volonté d’exhaustivité de ces bibliothèques, souvent universitaires, que l’on ne retrouve pas nécessairement chez Worth. En effet, il semblerait étrange, voire inapproprié, qu’un médecin trouve ses références dans un livre dont les connaissances sont datées d’au moins deux siècles. De ce fait, bien qu’il existe de nombreux ouvrages de médecine et de science dans les productions des Estienne, leur place dans le catalogue d’Edward Worth n’est pas justifié par un besoin professionnel.

Pour l’instant, nous n’avons toujours pas abordé la question de la distance géographique et d’une possible singularité d’une telle collection en Irlande. En effet, l’histoire même de la famille Estienne est profondément liée à l’Europe en tant que continent. Comme en témoigne l’usage massif du latin et du grec comme langues de référence pour leurs publications4, chaque membre de la famille participe à des voyages initiatiques à travers l’Europe toute entière afin d’y collecter de nouvelles ressources. Ces ressources sont parfois matérielles, sous la forme de rouleaux, de parchemins ou de volumes avec pour but de rassembler les meilleures traductions et les plus belles versions de différents écrits européens. Mais elles sont parfois bien plus abstraites, sous forme de connaissances théoriques amenées par les plus jeunes après un apprentissage dans les ateliers d’imprimerie d’autres grandes familles européennes.

Leurs productions ont donc été – dès le XVIe siècle – des produits européens avant d’être des produits français. De ce fait, il n’y a rien de surprenant à trouver, encore aujourd’hui, le nom des Estienne en terres irlandaises. Cependant, l’importance de la distance géographique et temporelle entre la Edward Worth Library et la publication de ces ouvrages suggère nécessairement un prix bien plus élevé que la moyenne des livres de l’époque. Chacun de ces livres est donc un choix de collectionneur et, à ce titre, son achat peut être justifié. Or, cette justification pourrait bien se trouver dans leur valeur matérielle elle-même. Le XVIIIe siècle est le témoin des débuts d’une véritable manie de la collection de livres anciens. Si Edward Worth fait partie des collectionneurs les plus en avance sur leur temps, il participe néanmoins au premier élan de cette manie5.

Illustration 8: Dicaearchi Geographica quædam, sive de Vita Græciæ. Ejusdem Descriptio Græciæ, versibus iambicis, ad Theophrastum, Genève, Henri II Estienne, 1589.

En effet, plusieurs de ces ouvrages n’ont pas été sélectionnés pour leur simple contenu, mais bien pour leur aspect et leur reliure. Plusieurs des acquisitions d’Edward Worth, notamment en provenance d’une vente aux enchères du collectionneur hollandais Hendrik Hadrian Van Der Marck datée de 1727, ont été renseignées par des notes. Les publications des Estienne sont parfaitement ancrées dans les canons des éditions rares avidement recherchées par les collectionneurs de son temps. Le luxe qui orne certaines leurs éditions, notamment parmi les acquisitions de la vente de Van Der Marck, illustre parfaitement l’impossibilité de comprendre la place de la famille dans cette collection sans penser le livre comme un objet de valeur en lui-même.

Illustration 9: Xenophontos ta sozomena biblia. Xenophontis (viri armorum et literarum laude celeberrimi) quæ extant opera, Genève, Henri II Estienne, 1581, plat aux armes du Collège des Grassins.

Qu’est ce que l’étude de cette collection apporte à l’histoire des Estienne ?

En revenant sur les travaux traitant de la famille Estienne, très peu d’entre eux abordaient leurs travaux comme objet de collection. En réalité, la grande majorité des écrits à leurs sujets s’avérait bien plus proche d’un travail de recherche purement biographique – souvent à partir de publications anglaises, pour les plus actuelles –  ou bien, sur une forme proche du récit, présentant certains de ces membres comme les personnages d’une véritable légende – provenant majoritairement des travaux français les plus classiques. Les œuvres en elles-mêmes et les publications n’étaient présentées que comme des supports à cette histoire ou bien traitées sous la forme d’un catalogue prônant l’exhaustivité. Or, le travail de cette exposition – bien qu’elle ait elle-même traité de cet aspect biographique – était avant tout de présenter ces publications comme plusieurs pièces d’une collection plus vaste et singulière.

Le projet de cette exposition n’était donc pas de découvrir l’histoire perdue d’une des plus grandes familles d’imprimeurs français du XVIe, ni de dresser un catalogue précis de l’ensemble de leurs publications, mais plutôt de comprendre la place de leurs ouvrages dans une collection irlandaise deux siècles plus tard. Depuis l’élaboration d’un catalogue spécifique aux fonds de la bibliothèque Worth jusqu’à la fin de la rédaction de cette exposition, c’est une volonté de synthétiser nos connaissances sur les Estienne que nous avons voulu rendre accessible à tous, grâce à l’élaboration de ce site web.

Pour conclure, l’une des singularités du catalogue complet d’Edward Worth se situe dans sa grande proportion d’ouvrages littéraires ou historiques. Ces livres ont donc moins le rôle de références techniques ou d’outils professionnels que celui de témoignage historique ainsi que de véritables trésors. De plus, la richesse de ce double témoignage nous a permis de faire résonner à la fois l’histoire des Estienne et celle d’une expérience de collectionneur unique. En effet, cette collection et son étude nous permettent avant tout de découvrir le point de vue direct d’un lecteur et d’un collectionneur d’un autre temps, de la postérité de ces publications au XVIIIe siècle, par l’intermédiaire d’Edward Worth.

Agathe Vezine 
Enssib


 

  1. Sur la création de cette bibliothèque singulière et de son histoire : The Enigma of Worth. Preliminary Essay par W. J. Mc Cormack, juin 2005. []
  2. Sur le rôle des femmes dans l’édition des collections Estienne : Women in the Estienne family, par Agathe Vezine, Décembre 2020. []
  3. Pour plus d’informations sur la production de Charles Estienne : Charles Estienne, par Agathe Vezine, décembre 2020. []
  4. Sur l’usage de ces langues : Greek & Latin, Agathe Vezine, Décembre 2020. []
  5. Boran, Elizabethanne, ‘Dr Edward Worth: a connoisseur book collector in early eighteenth-century Dublin’, in Boran, Elizabethanne (dir.), Book Collecting in Ireland and Britain 1650-1850, Dublin, Four Courts Press, 2018, p. 80-103. []

Entretien avec… Alex Alsemgeest, conservateur de la bibliothèque du Parlement néerlandais

Alex Alsemgeest est historien du livre et conservateur indépendant. Il a, ces dernières années, mené plusieurs projets pour des bibliothèques aux Pays-Bas, telles que la Bibliothèque Royale à La Haye, celle du Museum d’Histoire naturelle à Leyde et celle du Palais de la Paix à La Haye. Il a également effectué des missions à l’étranger, notamment pour la Bibliothèque universitaire d’Uppsala, et combine actuellement plusieurs projets, dont un pour la bibliothèque du Rijksmuseum à Amsterdam.

La bibliothèque qu’il nous présente aujourd’hui doit son accessibilité actuelle à un projet similaire qu’il a mené ces trois dernières années pour le Parlement néerlandais, afin de valoriser sa bibliothèque historique, qui avait été un peu oubliée au cours du temps.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

La Chambre des représentants des États-Généraux (Tweede Kamer der Staten-Generaal), appelée plus couramment la Chambre des représentants, forme avec le Sénat les États généraux des Pays-Bas le parlement national des Pays-Bas. Le processus parlementaire est bien sûr au cœur de son organisation ; tous les autres services sont destinés, dans une certaine mesure, à soutenir les travaux du parlement. L’un de ces services est la bibliothèque ou le service d’information ; elle est appelée le Service Information et Archives (Dienst Informatie en Archief, DIA). Elle est chargée de fournir des informations aux députés, aux groupes politiques, aux commissions, aux services officiels et, dans une certaine mesure, à des parties extérieures. L’une des tâches supplémentaires de la DIA est la gestion de la salle appelée ‘Handelingenkamer’ et de la collection de livres historiques.

La collection historique est une collection de trente mille livres dans le domaine du droit constitutionnel et de la politique. C’est la bibliothèque telle qu’elle s’est constituée depuis les débuts de la Chambre des représentants en 1815. La collection se trouve dans la Salle des Actes (Handelingenkamer) qui date de la fin du XIXe siècle et qui est en fait l’ancienne bibliothèque du ministère de la Justice. Lorsque le ministère a déménagé dans un nouveau bâtiment dans les années 1970, l’ancienne bibliothèque est devenue vacante. La Chambre des représentants a commencé à l’utiliser en 1992, dans un premier temps pour stocker les « Actes ». Ces Actes sont un compte-rendu textuel de tout ce qui s’est dit à la Chambre des représentants depuis 1815. Ces dernières années, de plus en plus d’éléments de la collection historique ont été transférés dans la Salle des Actes.

La Salle des Actes est un espace de bibliothèque historique, achevé en 1883 par l’architecte du royaume, Cornelis Hendrik Peters. Ce Peters était un élève de Pierre Cuypers, qui conçut, entre autres, le Rijksmuseum. Les visiteurs de la Salle des Actes qui connaissent également le Rijksmuseum peuvent rapidement constater les similitudes. L’étroite bibliothèque de quatre étages, aux finitions vertes et cramoisies, avec des balustrades en fer forgé, un escalier en colimaçon et un dôme en vitraux, constitue bien sûr une belle toile de fond pour la collection de livres historiques. Pour de nombreux visiteurs, la Salle des Actes est le point culminant d’une visite guidée de la Chambre des représentants. De nos jours, la collection a donc surtout une fonction représentative. Il y a une grande valeur symbolique au fait que chaque mot jamais prononcé dans l’hémicycle soit conservé ici, ce qui est aussi souligné par la présence d’une étagère laissée vide à l’endroit où les Actes de la période 1940-1945 seraient censés se trouver.

Illustration 2: Astrid Knijnenburg et Wilma Zeldenrust mettant en place la collection dans la Salle des Actes.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

La bibliothèque de la Chambre des représentants a toujours été une bibliothèque de travail, une collection de référence, créée au XIXe siècle pour soutenir les membres de la Chambre des représentants dans l’exercice de leurs fonctions. Ce que nous considérons aujourd’hui comme la collection historique a été à l’époque en grande partie acheté par les membres du Parlement et les fonctionnaires eux-mêmes, et utilisé comme matériel de travail. Divers exemplaires du début du XIXe siècle étaient visiblement déjà utilisés au greffe à l’époque de la République Batave1. Par exemple, nous conservons des exemplaires des Constitutions de 1798 et 1801 auxquels des feuillets en blanc avait été ajoutés pour la prise de notes et qui sont ainsi pourvues d’annotations. En outre, la bibliothèque contient des centaines de publications uniques dans le domaine des finances publiques et des impôts de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. Ce ne sont pas les livres qui font l’enthousiasme d’un bibliophile, mais ces publications sont très importantes pour les recherches sur la phase de transition de la République des Pays-Bas vers la nouvelle démocratie parlementaire après 1815, via l’épisode de la République batave.

Illustration 3: Rapporten en memoriën over de finantiën van Holland, In den Haag, tot ‘sLands Drukkery,1798.

Le cœur de la collection se situe dans la seconde moitié du XIXe siècle. À l’origine, la bibliothèque était gérée par le greffier de la Chambre des représentants. Après la nomination d’un bibliothécaire en 1854, la collection connut une croissance exponentielle. De nombreux livres contemporains furent acquis quand ils étaient considérés comme importants pour le débat politique, mais, dans le même temps, divers volumes et séries plus anciens vinrent compléter la collection. Le bibliothécaire tenta par exemple de rassembler tous les rapports des organes législatifs néerlandais à partir du XVIe siècle, c’est-à-dire les prédécesseurs historiques de la Chambre des représentants. Grâce à l’intervention du ministre de l’Intérieur et de l’archiviste du Royaume, 767 volumes folio contenant des résolutions des États Généraux et des États de Hollande antérieures à 1795 furent ajoutées à la collection. Ceux-ci sont originaires de la famille des Fagel, dont les membres ont occupé de manière ininterrompue pendant cinq générations le poste de greffier des États Généraux, entre 1670 et 1795.

Ces grandes séries de résolutions ont été rendues aux Archives nationales en 1982. Néanmoins, la collection contient encore quelque 2 500 titres datant d’avant 1800, allant de collections de publications gouvernementales à l’histoire nationale, en passant par la philosophie, l’économie, le droit étatique, les journaux et les brochures politiques. L’origine de ces œuvres varie, mais dans de nombreux cas, une provenance indique un lien clair avec le passé parlementaire. Au XIXe siècle, un certain nombre de députés ont ainsi fait don de livres à la bibliothèque. Dans le cas du député quelque peu oublié A.J.W. Farncombe Sanders, c’est même une bibliothèque complète de 800 titres qui a été léguée. En outre, au XIXe siècle, le bibliothécaire achetait régulièrement des livres aux enchères, qui se sont révélées provenir de bibliothèques de politiciens ou de juristes d’État. Bien que cela n’ait jamais été un objectif spécifique de cette politique d’acquisitions, la bibliothèque a de cette manière pris un caractère très lié au monde politique de La Haye.

Illustration 4: Documents des services d’impôts de la deuxième moitié du XVIIIe siècle: Vijfjaarlijkse staten van collectieve middelen over het Zuyder en Noorder Quartier (1750-1806).

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Le livre le plus célèbre de la collection est une première édition de l’ouvrage d’Adam Smith, La richesse des nations (An inquiry into the nature and causes of the wealth of nations, 1776). Il s’agit d’un bel exemplaire en deux volumes pourvus d’une reliure en veau contemporaine, typique du style appelé ‘Cambridge panel binding’. L’exemplaire en soi n’est pas rare mais il a une grande valeur pécuniaire sur le marché des livres anciens. La présence dans l’hémicycle d’un livre extrêmement « cher » d’un auteur célèbre, sans que personne n’en sache rien, a déclenché tout un spectacle médiatique, jusqu’à faire la une des médias néerlandais. Il m’a immédiatement fait comprendre que la valeur symbolique d’un livre au cœur de la démocratie parlementaire néerlandaise est bien plus importante que sa possible valeur scientifique ou historique.

Illustration 5: l’exemplaire de la Richesse des nations conservés dans la bibliothèque.

Je trouve personnellement que d’autres livres de la collection sont bien plus intéressants. Par exemple, les centaines de livres offerts à la Chambre des représentants, avec des dédicaces gracieusement rédigées sur les pages de garde. Prenez ce pamphlet anonyme de 1829, avec la dédicace : « Preuve respectueuse de l’hommage rendu par l’écrivain aux parlementaires néerlandais » (‘Eerbiedig bewijs van hulde aan Nederlandsch volksvertegenwoordigers door den schrijver’). Le petit ouvrage intitulé Een woord tot allen die het wel menen (« Un mot pour tous les hommes de bonne intention ») propose un commentaire sur un article constitutionnel. Nous ne savons toujours pas qui en est l’auteur, mais celui-ci a manifestement fait de son mieux pour offrir son œuvre à la Chambre des représentants avec le plus grand honneur, comme en témoigne la belle reliure de maroquin rouge doré dans laquelle il l’a fait relier.

Illustration 6: Dédicace dans l’ouvrage en woord tot allen die het wel menen.

Un de mes livres préférés est le pamphlet « L’anarchiste pratique » (De practische anarchist, 1909). C’est l’une des milliers de brochures modernes de la collection que l’on s’attendrait à trouver encore dans de nombreuses bibliothèques. Or une telle quête est souvent décevante, car seuls quelques exemplaires de ce pamphlet ont survécu. C’est un curieux ouvrage, écrit et imprimé anonymement bien sûr, et qui était distribué dans la rue. Le contenu est effroyablement radical, avec des instructions détaillées sur la façon de fabriquer des explosifs et un appel à commettre des attentats sur les hommes politiques. On ne sait pas comment le pamphlet s’est retrouvé dans la collection de la Chambre des représentants, mais il donne une très belle image d’une époque où des anarchistes se retrouvaient même élus à la Chambre.

La partie la plus importante de la collection reste bien sûr les Actes. Il existe à présent quelque quatre mille volumes contenant le compte rendu in extenso de tout ce qui a été dit dans les deux Chambres depuis 1815. Il faut ajouter que les volumes de 1815 à 1847 n’ont été reconstitués que plus tard au XIXe siècle sur la base des notes, procès-verbaux et rapports dans le Staatscourant (journal officiel du gouvernement). Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, un tel compte rendu d’une année tenait généralement encore en un ou quelques volumes. Aujourd’hui, une année, y compris toutes les pièces jointes, couvre environ 150 volumes, soit environ six à sept mètres.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Aujourd’hui encore, la bibliothèque de la Chambre des représentants n’est accessible aux chercheurs que de manière limitée. En principe, ils sont censés consulter les collections de la Bibliothèque Royale et les bibliothèques universitaires2 avant de se présenter à la Chambre des représentants. Bien sûr, il est toujours possible de faire des recherches sur demande.

La collection a clairement une empreinte néerlandaise et les estampes anciennes sont entièrement accessibles dans le Short-Title Catalogue, Netherlands (STCN), c’est-à-dire la bibliographie nationale pour les livres « néerlandais » jusqu’en 1801. Grâce au caractère analytique et bibliographique du STCN et aux possibilités qu’il offre pour l’analyse statistique, nous avons pu nous faire une idée de ce que sont, au sens bibliographique, les livres uniques de la collection. Il s’avère qu’environ deux cents titres datant d’avant 1801 ne sont disponibles dans aucune autre bibliothèque néerlandaise. Il s’agit principalement de publications gouvernementales, de règlements, de déclarations fiscales et d’autres documents similaires, mais pour un chercheur, il peut s’agir précisément des documents qui peuvent l’aider dans son projet de recherche.

Bien qu’il n’y ait pas de politique active pour y attirer un public universitaire plus large, la bibliothèque de la Chambre des représentants a la responsabilité d’attirer l’attention des publics potentiellement intéressés sur les collections et les copies spécifiques qui y sont disponibles. Cela ne se limite pas aux estampes anciennes. Il existe également des collections de brochures, d’estampes politiques et de dossiers de coupures de presse sur, par exemple, la Seconde Guerre mondiale et l’indépendance de l’Indonésie.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Il y a encore quelques années, on ne savait guère, en dehors des murs de la Chambre des représentants, que la collection contenait des livres anciens et rares. En raison du changement d’orientation de la bibliothèque, qui est passée du papier au numérique, et d’une rénovation majeure de la Chambre des représentants dans les années 1980, les livres historiques s’étaient retrouvés dispersés dans différentes parties du bâtiment. Des imprimés anciens se trouvaient dans le grenier, dans les archives situées dans les sous-sols et dans les bureaux de divers membres du personnel. L’attention du Service Information et Archives restait centrée sur le soutien du processus parlementaire, et il n’y avait guère de place pour les initiatives dans le domaine de la fonction historique, muséale et éducative du patrimoine.

Cela a beaucoup changé ces dernières années. En 2018, un projet a été lancé pour faire l’inventaire de la collection patrimoniale, la conserver, la cataloguer et, surtout, lui donner un visage. Il a été décidé de transférer les livres rares dans la Salle des Actes, et de rendre visible la collection et la manière dont elle s’inscrit dans l’histoire de la Chambre des représentants. Au premier étage, un mur a été rempli avec les plus belles reliures de cuir et de parchemin des XVIIe et XVIIIe siècles. L’effet visuel d’un tel « mur de prestige » attire à coup sûr l’attention des visiteurs – on peut alors leur expliquer que de nombreux livres s’y trouvant renvoient au premier plan historique de la Chambre : les rapports des organes législatifs de l’époque, les lois proto-constitutionnelles, et bien sûr la philosophie, le droit constitutionnel et l’histoire.

Illustration 8: Le mur de prestige mis en place pour les visites de la bibliothèque.

Dans d’autres endroits de la bibliothèque, nous avons de même mis en place des sous-collections reconnaissables. On y trouve une collection de 4 000 brochures, des boîtes de 6 000 gravures politiques, un mur complet réservé à la collection léguée par un député du XIXe siècle, tandis qu’à un autre endroit, on trouve tous les journaux officiels des anciens territoires d’outre-mer. Toutes ces parties de la collection sont un repère visuel auquel une histoire de la collection, et dans un sens plus large, du passé politique, peut être directement liée.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Dans un environnement où tout est politique ou rendu politique, on doit constamment réfléchir à l’impact et aux différentes dimensions de son travail. Si l’on veut faire restaurer un livre, la question se pose aussitôt de savoir pourquoi il s’est dégradé. Le désherbage de certaines parties de la collection est totalement accepté dans presque toutes les bibliothèques professionnelles, mais dans un contexte politique, le retrait d’un livre « sensible » peut être considéré comme une déclaration politique. Il en va en fait ainsi pour tous les aspects du travail de conservateur : écrire un article, donner une interview, monter une exposition, tout peut être prendre une dimension médiatique démesurée.

Le défi pour un conservateur de la Chambre des représentants est donc de continuer à attirer l’attention du public sur l’importance culturelle d’une collection de livres historiques, tout en gardant à l’esprit d’éventuelles sensibilités politiques. Et bien faire comprendre qu’il ne s’agit pas simplement d’une accumulation de vieux livres, mais d’une collection qui s’est développée au fil du temps, et qui est le miroir de deux siècles d’histoire parlementaire aux Pays-Bas. La collection a reçu une place de choix dans la bibliothèque du XIXe siècle, les anciennes éditions ont été cataloguées, il existe un récit rétrospectif sur l’histoire de la bibliothèque et les médias ont accordé une grande attention à cette dernière.

Dans les années à venir, le bâtiment de la Chambre des représentants va être rénové et l’ensemble de la collection va peut-être devoir être temporairement installé ailleurs. Ce sera un défi de continuer à parler de l’importance de la collection à ce moment-là. Ce défi incombera principalement à mon successeur, car après trois ans, le projet en cours s’achève et je commence un autre projet, dans une autre bibliothèque. C’est à Trinity College, à Dublin, que j’entame la direction d’un projet sur deux ans autour de la bibliothèque de la famille Fagel, un prédécesseur historique de la bibliothèque de la Chambre des représentants. Ainsi, en tant qu’historien du livre et conservateur itinérant, j’ai un grand avantage sur mes collègues qui travaillent en permanence dans une seule bibliothèque : j’ai l’énorme privilège d’apprendre à bien connaître d’autres collections, de les relier entre elles et de les considérer dans un contexte plus large.

  1. Ce régime fut fondé en 1795 et fut en place jusqu’en 1806 ; en théorie indépendant, il était en réalité sous tutelle française []
  2. Ce sont d’abord les bibliothèques universitaires qui détiennent aux Pays-Bas les collections patrimoniales, et non les bibliothèques municipales []

Georges Petit (1878-1956), bibliophile belge méconnu, et l’inventaire des éditions parisiennes des XVe et XVIe siècles

Industriel liégeois qui travailla pour l’entreprise sidérurgique et charbonnière Ougrée-Marihaye et dont la famille est originaire du sud du Luxembourg belge, Georges Petit, dit de Grandvoir, est sans conteste l’une des figures majeures de la haute bibliophilie belge de la première moitié du xxe siècle. À l’inverse de bibliothèques constituées par d’autres grands collectionneurs de son époque, sa collection est restée en grande partie méconnue de la communauté du livre, car ses héritiers refusèrent de la liquider après son décès. Un catalogue de vente aurait ainsi permis d’attirer l’attention des spécialistes du livre sur cette collection de haut vol, à l’instar de celle de son compatriote Hector De Backer (1843-1925), premier président de la Société des bibliophiles et iconophiles de Belgique et dont la bibliothèque fut mise aux enchères à Paris entre 1926 et 19281.

Georges Petit n’est pourtant pas un inconnu des cercles bibliophiliques puisqu’il fut membre de plusieurs sociétés belges où se côtoyaient de nombreux amateurs de livres anciens et précieux issus de la noblesse, de la bourgeoisie industrielle et des milieux académiques. Il fut notamment sociétaire de la Société des bibliophiles et iconophiles de Belgique, de l’éphémère Antichambre des cieux durant la Seconde Guerre mondiale et de l’Union liégeoise du livre et de l’estampe (section de la Société d’émulation). Il publia même ses Souvenirs d’un bibliophile de manière anonyme dans la collection des Entretiens de l’Antichambre des cieux en 19422. Dans ce texte, il nous apprend notamment que le libraire et éditeur d’art bruxellois Edmond Deman (1857-1918) guida ses premiers pas dans le monde de la haute bibliophile3.

Illustration 1 : [Georges Petit], Souvenirs d’un bibliophile, Liège, Desoer, 1942 (© coll. Fr. Gothier).

Amateur éclairé, Georges Petit acquit au cours de sa vie plusieurs milliers de livres et de gravures anciennes, tant en Belgique qu’à l’étranger (Amsterdam, Londres, Paris, Berlin, Francfort…). Il avait un goût prononcé pour les incunables, les romans de chevalerie ainsi que pour les comica et les erotica ; ces deux derniers genres étant composés de pièces datant principalement des xviie et xviiie siècles. Avec quelque 500 éditions imprimées au xve siècle provenant principalement de centres italiens et germaniques, la bibliothèque de Georges Petit apparaît comme l’une des bibliothèques privées les plus riches de Belgique de son temps. À titre de comparaison, la Bibliothèque royale de Belgique possède un peu plus de 3200 incunables et celle de l’Université de Liège autour des 400 unités. En outre, à plusieurs reprises, le Catalogue des livres imprimés au quinzième siècle des bibliothèques de Belgique de Marie-Louis Polain signale des exemplaires Petit comme étant les seuls conservés en Belgique, telle cette traduction française du De bello Judaico de Flavius Josèphe imprimée sous le titre De la bataille judaïque pour Antoine Vérard après le 7 décembre 14924. Les livres de Georges Petit se distinguent également par la qualité de leurs reliures. Sur les étagères de sa bibliothèque reposaient des reliures gothiques en excellent état de conservation aux côtés d’élégants maroquins signés par les grands noms de la reliure française, tels que Chambolle-Duru, Léon Gruel ou encore Blanchetière-Bretault5.

À partir de 2018, le nom de Georges Petit refit surface sur le marché de l’art. La maison Artcurial à Paris proposa ainsi aux enchères, le 11 décembre, 95 lots sous la rubrique « De l’ancienne bibliothèque de Georges Petit de Grandvoir (1878-1956) : incunables, manuscrits enluminés, reliures décorées ». Sont notamment décrits une trentaine d’incunables, un splendide livre d’Heures manuscrit à l’usage de Bourges et attribué au Maître du Spencer 6 et à Jean de Montluçon ainsi que l’exemplaire nominatif du catalogue de Polain6. Depuis sa fondation il y a deux années, la maison Arenberg Auctions à Bruxelles a fait passer sous le marteau près de 700 lots issus de cette collection.

Les différents catalogues de vente produits à ces occasions constituent assurément un bon point de départ pour une première tentative de reconstitution de la collection Petit. Ils demeurent également de précieux auxiliaires bibliographiques pour contribuer à la reconstruction du catalogue d’anciennes officines typographiques, en témoignent ces trois impressions parisiennes des xve et xvie siècles qui étaient jusqu’à maintenant considérées comme non localisées ou inconnues.

Évoquons en premier lieu ce recueil miscellanées in-quarto contenant le De puritate conceptionis de Robert Gaguin, sorti des presses de Félix Baligault vers 1495, et les Carmina de Guillaume Castel attribués à Jean Maurand et parus à la même époque, tous deux recouverts par une reliure en vélin moderne.

Illustration 2 : Robert Gaguin, De puritate conceptionis Beate Marie Virginis, [Paris], Félix Baligault, [ca 1495], 4° (© Arenberg Auctions).

Si l’édition de Gaguin est bien documentée7, celle du tourangeaux Castel cependant n’est connue que par un exemplaire conservé à la bibliothèque du Taylor Institute d’Oxford, incomplet du dernier cahier8. La liquidation de la bibliothèque de Georges Petit permit ainsi de découvrir en octobre 2018 un exemplaire complet, composé de 20 feuillets avec la collation suivante : a-b8 c4. Le verso du premier feuillet contient également un court poème de sept distiques :

« Lodoicj Bussolij Celte Augu | stodune(n)sis In priorem Guielmij Castelli turone(n)sis eius praeceptoris | elegiam Argumentum »9.

Georges Petit acquit vraisemblablement ce volume après le passage de Marie-Louis Polain à son domicile au début des années 1930, car l’ouvrage n’est pas renseigné dans le Catalogue des livres imprimés au quinzième siècle des bibliothèques de Belgique ni dans d’autres inventaires et bases de données d’incunables.

Parmi la riche collection de romans de chevalerie de Petit, figure un exemplaire unique des Proesses et vaillances du preux Hercules de Raoul Lefèvre, imprimé par Michel Le Noir en 1508 au format in-quarto en 94 feuillets et relié dans un maroquin bordeaux doré du xviiie siècle.

Illustrations 3-4 : Raoul Lefèvre, Proesses et vaillances du preux Hercules, Paris, Michel Le Noir, 1508, 4° (© Arenberg Auctions).

Il s’agit d’une compilation des six derniers chapitres du livre I et du livre II en entier du Recueil des histoires troyennes, que l’ancien chapelain de Philippe le Bon avait rédigé en 146410. L’ouvrage est illustré d’un grand bois sur la page de titre et de 29 gravures in texte. L’Inventaire chronologique des éditions parisiennes du xvie siècle et le catalogue des gothiques français de Guy Bechtel le renseignent comme non localisé, en revoyant au catalogue du duc de La Vallière (s’agit-il du même exemplaire ?) et au Manuel de Brunet11. L’Universal Short Title Catalogue, pour sa part, précise qu’aucun exemplaire encore conservé n’est connu (« No Known Surviving Copy »)12.

Terminons cette rapide énumération avec cet autre exemplaire unique d’un livre d’heures en latin selon l’usage de Rome imprimé sur vélin par Gilles Hardouyn vers 1508, au format in-octavo en 90 feuillets et avec la collation suivante : A-K8 L4 M613. L’ouvrage avait intégré l’Inventaire chronologique des éditions parisiennes grâce à la description sommaire donnée par le libraire Eggimann dans un catalogue de vente publié en 193314. Ce livre, relié dans un maroquin rouge doré moderne, est illustré de 18 gravures sur métal et de nombreuses lettrines finement rehaussées d’or et de couleurs. Il fut daté d’après son almanach pour les années 1508-1520 au feuillet a1v.

Illustrations 5-6 : Horae ad usum Romanum, Paris, Gilles Hardouyn, [ca 1508], 8° (© Arenberg Auctions).

La collection de Georges Petit recèle d’autres pépites bibliographiques de ce genre et une étude approfondie permettrait assurément de dévoiler l’un ou l’autre fantôme bibliographique ainsi que de venir compléter nos connaissances sur les catalogues d’ateliers d’imprimeries des débuts de l’ère typographique, non seulement pour ceux de Paris, mais aussi plus largement d’autres centres européens.

Renaud Adam
Arenberg Auctions, Bruxelles


  1. Bibliothèque de feu M. Hector de Backer, Paris, Librarie Henri Leclerc pour L. Giraud-Badin, 1926-1928. []
  2. [Georges Petit], Souvenirs d’un bibliophile, Liège, Desoer, 1942. []
  3. Ibid., p. 31-34. []
  4. Marie-Louis Polain, Catalogue des livres imprimés au quinzième siècle des bibliothèques de Belgique, t. 2, Bruxelles, Société des bibliophiles et iconophiles de Belgique, 1932, n° 2336. Dans ses Souvenirs, Georges Petit précise qu’il acheta cet exemplaire à Liège lors de la vente Vierset de Huy et qu’il eut comme compétiteur le libraire Vyt de Gand (Souvenirs d’un bibliophile, op. cit., p. 28). []
  5. Georges Petit ne fit que très rarement relier ses propres livres, préférant acquérir des exemplaires dans des reliures de choix. Une mauvaise expérience avec le relieur bruxellois Malcorps le décida de ne plus recourir au service de restaurateurs. À propos d’un petit incunable parisien confié à cet artisan, il se souvient que « cet animal ne surveilla pas son bain d’eau de javelle (sic) et il [lui] rendit [s]on volume à moitié coulé » (Souvenirs d’un bibliophile, op. cit., p. 54). []
  6. Livres et manuscrits. Mardi 11 décembre 2018, Paris, Artcurial, 2018, lot 1-33, 95. Le catalogue est consultable en ligne (consulté le 14 octobre 2020). []
  7. Robert Gaguin, De puritate conceptionis Beate Marie Virginis, [Paris] : Félix Baligault, [circa 1495], ISTC ig00022000, GW 10460. []
  8. Guillaume Castel, Carmina, [Paris : Jean Maurand, circa 1495], ISTC ic00250500 ; Rhodes (Oxford Colleges) 521. []
  9. Veiling boeken & prenten. Vente publique livres & estampes. Auction books & prints. 12-13.10.2018, Bruxelles, Arenberg Auction, 2018, lot 841. Le catalogue est consultable en ligne (consulté le 17 octobre 2020). []
  10. Le Noir avait imprimé l’ouvrage pour la première fois en 1500. Voir Sergio Cappello, « Michel Le Noir (1486-1520), éditeur de romans. Pour un recensement des éditions perdues », Le Moyen Français, 83 (2018), p. 9. []
  11. Brigitte Moreau, Inventaire chronologique des éditions parisiennes du xvie siècle, tome 1, Paris, Imprimerie municipale, 1972, 1508 :144 = BP 16 101174 ; Guy Bechtel, Catalogue des gothiques français, 1476-1560, 2e édition, Paris : Giraud-Badin, 2010, L-82. []
  12. Raoul Lefèvre, Les proesses et vaillances du preux Hercules, Paris, Michel Le Noir, 1508 (=1509 n.s.), USTC 64961 []
  13. Veiling boeken & prenten. Vente publique livres & estampes. Auction books & prints. 13-14.12.2019, Bruxelles, Arenberg Auction, 2019, lot 817. Le catalogue est consultable en ligne (consulté le 17 octobre 2020). []
  14. Inventaire chronologique des éditions parisiennes du xvie siècle, op. cit., tome 1, 1508 : 114 = BP16 101144 ; USTC 182865. []