Adresse fictive et réseaux internationaux: les ‘Anecdotes sur M. La Comtesse du Barri’ (1775)

Madame du Barri, née Jeanne Bécu, fut un des personnages les plus subversifs du règne de Louis XV. D’extraction modeste, elle parvint toutefois à se faire une place à la cour de France en tant que dernière favorite du roi, devenant ainsi l’objet de critiques tant au sein de l’opinion publique que de la cour elle-même, qui se plut à récrier ses mœurs1 . C’est dans ce contexte qu’apparut en 1775 un texte stigmatisant ses actes, les Anecdotes sur M. La Comtesse du Barri. Cette œuvre, publiée un an après que la Comtesse ait été bannie de Versailles à l’arrivée de Louis XVI sur le trône de France, connut au moins trois éditions cette même année – c’est la plus connue des trois, publiée « à Londres », dans le format in-12°, que nous allons analyser ici.

Illustration 1: [Mathieu-François Pidansat de Mairobert], Anecdotes sur M. La Comtesse du Barri, « Londres » : s.n., 1775.

Cet écrit anonyme se complaît à jouer sur l’impopularité de son personnage principal, et en particulier de ses mœurs, afin d’attirer son public. Il s’attache à exposer les mœurs jugées scandaleuses de la comtesse qui fut vivement critiquée pour sa relation amoureuse avec le roi de France2 . L’ouvrage est composé de nombreux passages à la limite de la pornographie comme l’annonce la citation latine tirée des Satires d’Horace présente au centre de la page de titre : « Haec ubi fuppofuit destro corpus mihi laevum, Ilia et Egeria est : do nomen quodlibet illi. »3. Cette phrase qui retranscrit la passion d’un homme dans ses embrassements avec son amante, évoque très clairement le caractère grivois et léger de l’œuvre.

On comprend dès lors pourquoi l’auteur de ce texte sulfureux dont le contenu satirique fut sûrement prohibé par la censure, ait souhaité resté caché. Cependant son identification fut rapide et Barbier et Quérard en attribuent tous deux la paternité à Mathieu-François Pidansat de Mairobert, avocat et ancien censeur royal4 . Cet homme, proche de la Cour, était par ailleurs l’auteur de nombreux autres ouvrages satiriques visant le pouvoir en place5 . Son profil, tout comme le contenu de ce libelle, expliquent pourquoi la page de titre donne si peu d’informations au lecteur. La principale provenance, « A Londres », semble d’emblée être une adresse fictive. Les origines de cette édition clandestine sont restées jusqu’à présent une énigme. En nous appuyant sur une étude matérielle, nous nous proposons d’élucider ce mystère et de démontrer que le coupable n’est autre que l’ambitieux imprimeur et libraire d’Amsterdam, Van Harrevelt, qui cherchait ainsi à profiter des différents circuits de la littérature clandestine.

Une fausse adresse

La page de titre n’indique pas de nom d’imprimeur ou d’éditeur, se limitant à la mention « à Londres ». Cependant, la nature du texte nous incite immédiatement à nous méfier de cette adresse. L’utilisation de fausses adresses était très courante dans le domaine de la littérature licencieuse. Elles avaient vocation à protéger les imprimeurs du texte, ainsi que les différents collaborateurs du circuit clandestin. Dans ce contexte, Londres constitue une adresse que l’on retrouve très régulièrement6 .

S’il est possible que l’ouvrage ait bien été imprimé à Londres puis acheminé jusqu’en France en dehors des circuits directs du livre pour contourner la censure royale, ce n’est pas le cas ici. L’emplacement des signatures des cahiers est en effet incompatible avec une provenance anglaise. Nous constatons que la signature se situe en bas au centre de la page, ce qui n’est pas une caractéristique britannique, mais hollandaise. Si l’ouvrage avait été londonien, comme le suppose la page de titre, la signature se serait très probablement retrouvée plus à droite.

Illustration 2: La signature de l’édition des Anecdotes et un exemple d’une signature anglaise – Peter Degravers, Description de la vision, Londres: Shorn, 1775.

L’étude des signatures semble donc nous indiquer qu’il s’agirait ici d’une impression hollandaise. Pour confirmer cette piste, nous nous sommes tournées vers l’étude des ornements de la page de titre.

Les ornements de la page de titre

L’utilisation d’un mélange d’ornements en guise d’illustration au centre de la page de titre nous permet d’effectuer un travail d’identification complexe mais révélateur. Aucune base de données recensant les marques et ornements connus de cette période ne comporte le panachage précis d’ornements que nous trouvons sur la page de titre de notre édition des Anecdotes de M. la Comtesse du Barri, mais d’autres sources précieuses sont à notre disposition.

Dans La France littéraire, Quérard énumère les autres œuvres écrites par Pidansat de Mairobert. Parmi elles, on trouve un ouvrage qui attire particulièrement notre attention : le  Journal historique de la révolution opérée dans la constitution de la monarchie française : par M. de Maupeou, chancelier de France. Cette œuvre publiée en 1776 soit un an après les Anecdotes, porte également la mention « À Londres » tout en étant identifiée comme une impression amstellodamoise. Ces similitudes avec notre édition nous poussent alors à comparer les ornements des deux éditions. Or, la dernière page du Journal historique comporte un panachage très semblable à celui des Anecdotes.

Illustration 3: Ornements typographiques des Anecdotes sur M. La Comtesse du Barri et du Journal historique du rétablissement de la magistrature, Tome VI, « à Londres » [= Amsterdam], 1776.

Ces fortes ressemblances suggèrent que ces deux ouvrages furent imprimés pour le même éditeur commercial. Si nous nous penchons plus en détail sur le Journal historique, nous constatons que celui-ci figure dans le catalogue de libraire de Marc Michel Rey, imprimeur et libraire hollandais, exerçant à Amsterdam et connu aujourd’hui pour avoir été un des acteurs principaux de la diffusion d’ouvrages prohibés hollandais en France7 . En partant de son catalogue, nous pouvons identifier un autre ouvrage comportant les mêmes éléments que les deux éditions des textes de Pidansat de Mairobert : les Voyages en Sicile et Malthe fait en l’année 1770 par M.Brydone, publié en 1776 à Amsterdam « Chez Van Harrevelt »8 .

Illustration 4: [Mathieu-François Pidansat de Mairobert], Voyage en Sicile et à Malthe, fait en l’année 1770, Amsterdam: E. va, Harrevelt, 1776.

Il semble ainsi probable que Van Harrevelt fut l’éditeur commercial, voire l’imprimeur des autres éditions. Actif dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, mais peu connu des historiens, il était néanmoins réputé comme étant à l’origine d’une des premières éditions de La jouissance de soi-même, ouvrage qui connaît un certain succès en France lors de sa parution. D’autres textes publiés par ce personnage semblent confirmer l’appartenance de notre édition clandestine à son officine, comme le démontrent ces quelques exemples.

Illustrations 5 à 8: Jean Louis de Lolme, Constitution de l’Angleterre (1774), Recueil d’opuscules littéraires avec un discours de Louis XIV (1767), Atlas portatif (1773), et Louis-Sébastien Mercier, Du théâtre, ou nouvel essai sur l’art dramatique (1773), tous imprimés à Amsterdam par Van Harrevelt.

Cependant, avant de conclure que Van Harrevelt était bel et bien à l’origine de notre édition, il faut expliquer l’emploi des mêmes ornements sur une page de titre qui ne fut pas éditée par l’imprimeur hollandais : celle des Considérations philosophiques de la gradation naturelle des formes de l’être ou les Essais de la Nature qui apprend à faire l’homme, de J. B. Robinet, publiées à Paris, chez Charles Saillant, en 1768. Charles Saillant (1716-1786) était-il le vrai éditeur de notre édition ? En approfondissant nos recherches sur l’ouvrage de Pierre Robinet, nous constatons que Harrevelt produisit également une édition du même livre, la même année. Or, cette fois-ci la page de titre de l’édition hollandaise présente une gravure sur cuivre, plutôt qu’un panachage d’ornements.

Illustrations 9 et 10: Jean-Baptiste Robinet, Vue philosophique de la gradation naturelle des formes de l’être, Amsterdam: E. van Harrevelt, 1768, et Considérations philosophiques de la gradation naturelle des formes de l’être, Paris, Charles Saillant, 1768.

Cette situation paradoxale est cependant expliquée suite à la comparaison de deux exemplaires. Il apparaît, en effet, que les deux versions sortent de la même imprimerie et qu’il s’agit simplement de deux émissions de la même édition. Seuls l’ajout d’un avertissement dans l’édition d’Amsterdam et les pages de titres les différencient. En outre, on remarque les mêmes défauts, aux mêmes emplacements, témoignant ainsi de l’impression commune du texte.

Illustrations 11 et 12: La page 17 des émissions d’Amsterdam et de Paris de l’ouvrage de Jean-Baptiste Robinet (1768).

La dernière ligne tracée de la page connaît une « oscillation » au même endroit (à gauche). Le positionnement des signatures est le même : au centre de la page, comme le veut la pratique hollandaise. Les ornements de la page de titre de Charles Saillant sont donc bel et bien attribuables à Van Harrevelt. Ce dernier avait ainsi agi en imprimeur et avait partagé l’édition avec son collègue parisien. L’édition des Anecdotes sur M. la Comtesse du Barri de 1775, peut ainsi être attribuée avec certitude à l’officine de Van Harrevelt à Amsterdam.

Le parcours de l’édition

L’édition de 1775 des Anecdotes de M. la Comtesse du Barri avait donc été imprimée en Hollande, et ses exemplaires devaient alors être acheminés en France pour être disséminés auprès du public. Cependant la complexité du parcours de production et distribution ne se limitait pas à cet envoi, comme le démontre l’analyse du papier utilisé. En effet, sur un exemplaire de cette édition détenu par le Professeur Dominique Varry, nous avons pu apercevoir le filigrane d’une des feuilles qui constitue l’ouvrage.

Illustration 13: Filigrane présent dans l’exemplaire du Professeur Dominique Varry des Anecdotes sur M. La Comtesse du Barri, [Amsterdam], 1775.

On peut y lire la lettre « I » ou « J », suivie du nom « BERNARD ». Raymond Gaudriault, dans son ouvrage sur les filigranes au XVIIIe siècle, indique que selon un arrêt du 27 janvier 1739 concernant l’ensemble des papeteries du royaume chaque feuille devait comporter « en caractères de quatre à six lignes de hauteur, la première lettre du nom et le surnom en entier du même fabricant »9 . La conformité de ce filigrane à cette règle suggère un papier d’origine française. Des recherches plus poussées permettent d’identifier une vingtaine de papetiers portant comme nom de famille « Bernard », mais deux seulement semblent avoir exercé dans la période où a été produite notre édition : Joseph et Amand Bernard. Ces papetiers de Chatelard, près de Limoges, étaient père et fils et leur filigrane correspond en tous points à celui que nous avons trouvé10 . Le papier aurait donc été produit dans le Limousin par cette famille de papetiers.

Illustration 14: Filigrane de Joseph Bernard présent sur le site “Papetiers du Limousin (XVIIIe siècle)

La présence de ce papier produit dans le Limousin dans une édition hollandaise, s’explique par la pauvreté de l’industrie du papier néerlandais. La fabrication de papier aux Pays-Bas ne débuta qu’à la fin du XVIe siècle. Pour pallier à ce manque, les Hollandais se spécialisèrent dans la commercialisation du papier, se fournissant en partie en Alsace. Mais, lorsque la guerre de Trente ans gagna la vallée du Rhin, les marchands hollandais furent contraints de s’approvisionner ailleurs. Ils devinrent alors «des clients privilégiés des papetiers de l’Angoumois et du Périgord », régions qui se situent juste à côté du Limousin11 . Le papier était acheminé de France en Hollande, puis une fois l’édition imprimée, la plupart des exemplaires faisait le trajet dans l’autre sens.

Van Harrevelt produisit, en effet, un livre subversif et d’actualité à destination du public français. Pour faire venir les exemplaires depuis Amsterdam, il est probable qu’il leur fit emprunter les voies fluviales et la mer. Deux trajets directs s’imposèrent alors : depuis la Haye, on pouvait soit descendre le Rhin vers l’Alsace et ensuite trouver son chemin jusqu’à Paris, soit aller en cabotage jusqu’à la Seine. On peut également envisager l’envoi des balles et des tonneaux à la foire de Francfort d’où il pouvait être ensuite largement distribué.

Illustration 15: Carte illustrant le trajet effectué par les livres imprimés à Amsterdam.

Le succès commercial de l’édition

La fabrication française du papier, puis l’impression hollandaise, suivie de sa dissémination à travers le royaume sont la preuve de la nature internationale du réseau du livre au XVIIIe siècle. L’efficacité du système est soulignée par le succès commercial de l’édition. Comme l’indiquent les recherches de Robert Darnton, les Anecdotes sur M. la Comtesse du Barri furent notamment distribuées par la Société Typographique de Neuchâtel. La liste de ceux qui passèrent commande pour cette édition montre le réseau étendu des libraires détaillants qui pensaient trouver des acheteurs pour ce texte sulfureux.

Tout le territoire du royaume de France était concerné. Au total, l’ouvrage fut commandé  pas moins de 52 fois à la Société typographique de Neuchâtel pour un total de 1071 copies. L’édition des Anecdotes sur M. la Comtesse du Barri, datée de 1775 et portant l’adresse « A Londres » connut donc un succès retentissant en France, au point que Robert Darnton place l’ouvrage en deuxième position des œuvres les plus commandées à la STN après L’An 2440, rêve s’il en fut jamais de Louis-Sébastien Mercier. L’engouement pour le texte ne se démentit pas et, outre les deux autres éditions de 1775, trois éditions supplémentaires suivirent rapidement. Dès 1776, nous trouvons ainsi une édition genevoise de Gabriel Gasset, une de Jean-Pierre Heubach à Lausanne, et une signée « à Londres, chez John Adamsohn ». Tout comme avec l’édition de Van Harrevelt, les trois étaient prudemment imprimées à l’étranger…

Illustration 16: L’édition des Anecdotes sur M. la comtesse du Barri imprimée Londres pour John Adamsohn en 1776.

Le succès de Van Harrevelt avait donc créé des émules. Cette œuvre choquante et polémique avait su conquérir son public pour devenir un « best-seller » de l’époque. L’attribution de l’impression à l’imprimeur et libraire néerlandais et l’identification du papier français utilisé illustrent combien la fabrication, publication et distribution du livre se concevaient à l’échelle européenne et dépassaient ainsi les velléités de contrôle d’un pouvoir national.

 Camille Jacques-Yassine
 Lucile Wagnon
Enssib


 

  1. Sur le contexte, et plus particulièrement sur cette œuvre, voir Camille Jacques-Yassine, Femmes et livres pornographiques : de l’émancipation des femmes au sein des textes érotiques du siècle des Lumières, Mémoire de Master 2, Enssib, 2020. []
  2. « Il eût été obligé de sacrifier, ou de reléguer dans des Notes une multitude de détails, indignes de la majesté de l’Histoire, qui paroîtront peut-être minutieux à la Postérité, mais extrêment piquans pour les Contemporains ». Citation extraite de la préface des Anecdotes sur M. la Comtesse du Barri, [Amsterdam], 1775. []
  3. Horace, Satires, Livre 1, satire II : « Sous mes embrassements dès que mon corps tressaille, elle est mon Egérie, elle est mon Illia : quels doux noms je lui donne. », Traduction dans Horace, Satires et Épîtres traduits en vers français par le docteur Adrien Rey, Marseille : Typographie Ve Marius Olive, 1868, p. 17. []
  4. Antoine-Alexandre Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes, Hildesheim : G. Olms, 1963, et Joseph-Marie Quérard, La France littéraire, Saint-Cloud : LACF éditions, 2005. []
  5. Nous pouvons par exemple citer L’Observateur anglais, Londres [Amsterdam], 1777-1778. Ou encore Correspondance secrète, et familière du chancelier de Maupeou avec Sorhouet, 1771. []
  6. Robert Darnton explique : « The places and dates of publication appear as on the originals, despite the use of obvious false addresses such as “Rome” and “Philadelphie,” because in many cases – “Londres,” “Cologne” – one cannot know for sure whether the address is false or not. », voir son The corpus of clandestine literature in France, 1769-1789, New York, Etats-Unis d’Amérique, 1995. []
  7. Voir l’exposition en ligne sur « Marc-Michel Rey », Bibliothèque municipale de Lyon, 2018 [Consulté le 19/11/2020]. Disponible sur : https://www.bm-lyon.fr/expositions-en-ligne/marc-michel-rey. []
  8. « Marc Michel Rey, inventaire et édition en ligne », Huma-num. Disponible sur : http://rey.huma-num.fr/catalogues/librairie []
  9. Raimond Gaudriault, Filigranes et autres caractéristiques des papiers fabriqués en France au XIV et XVIIIe siècle, CNRS Ed., Paris, 1995. []
  10. Papetiers du Limousin (XVIIIe siècle), Papetiers-filigranes.eu. Disponible sur : http://www.papetiers-filigranes.eu/papetiers_et_filigranesaieux/bernard.html []
  11. Raimond Gaudriault, op. cit. []

Entretien avec… Jamie Cumby de la bibliothèque Linda Hall

Cette semaine nous traversons l’Atlantique pour découvrir une bibliothèque très spéciale: Linda Hall, à Kansas City dans le Missouri. Notre guide est la conservatrice adjointe du fonds ancien de la bibliothèque et spécialiste des impressions juridiques à Lyon, Jamie Cumby.

Quelle est la place des livres rares dans votre institution ?

Linda Hall est un cas intéressant, car, remarquablement, la bibliothèque entière est constituée d’une collection spécialisée. Il ne s’agit pas seulement d’une bibliothèque consacrée à un domaine particulier – dans notre cas au patrimoine intellectuel de la science, de la technologie et de l’ingénierie ; nous possédons surtout un éventail de collections qui ne peuvent être trouvées ailleurs. Le meilleur exemple de ce phénomène est peut-être notre collection de plus de 250 000 normes industrielles. Ces normes sont rarement conservées une fois qu’elles sont devenues obsolètes dans le monde professionnel, et elles ne relèvent généralement pas de la vocation de collecte traditionnelle des autres bibliothèques.

Nous sommes également une bibliothèque qui s’est engagée à utiliser l’imprimé comme support de conservation. Bien que la bibliothèque ait investi dans une excellente unité de numérisation, nous nous concentrons sur les documents imprimés plutôt que sur les documents créés sous forme numérique. La mission plus large de la bibliothèque est la sauvegarde à long terme des documents imprimés, de sorte qu’il existe une forte continuité intellectuelle entre la façon dont la bibliothèque traite ses livres rares et ses autres collections. La collection de livres rares est un élément essentiel de notre rôle de bibliothèque de recherche et de notre objectif de proposer des archives pour notre domaine. De plus, on peut affirmer que la collection de livres rares existe pour des motifs bibliographiques autant que pour des raisons liées au contenu. Les premiers livres imprimés sont les témoins matériels d’une technologie importante en développement continu, ils font d’autant plus partie intégrante de la collection de la bibliothèque.

Illustration 1: L’entrée principale de la bibliothèque.

 

Pouvez-vous nous parler de la provenance de vos collections ?

Bien que la Bibliothèque partage son nom avec ses fondateurs, aucun de nos livres ou manuscrits ne provient de leur collection personnelle. Les Hall ont collectionné dans le domaine des arts décoratifs plutôt que des livres, bien qu’ils aient choisi de fonder une bibliothèque publique dans leur testament. Tous les livres rares de la bibliothèque ont été acquis après la mort d’Herbert et de Linda Hall, en 1941 et 1938, respectivement.

La collecte de livres rares a commencé sérieusement au début des années 1950, peu après la fondation de la bibliothèque. Le développement de la collection était le résultat moins d’une stratégie globale que de l’intérêt personnel de la part du premier bibliothécaire, Joseph Shipman. Depuis lors, les bibliothécaires successifs ont travaillé à la constitution de notre collection de livres rares de manière plus méthodique, au point que nous possédons aujourd’hui neuf ouvrages sur dix répertoriés dans les ouvrages One Hundred Books Famous in Science de Harrison Horblit et les Heralds of Science de Bern Dibner1. Ces dernières années, notre politique de développement des collections a évolué pour mettre l’accent sur les travaux des femmes et des personnes d’origines ethniques plus diverses dans le domaine scientifique, ainsi que sur les sciences non-occidentales.

L’une des contributions les plus significatives à la collection d’histoire des sciences est venue en 1946 avec l’acquisition par la Bibliothèque de la bibliothèque de l’Académie américaine des arts et des sciences. La bibliothèque de l’AAAS était une collection de recherche active depuis 1780 et elle était non seulement constituée par une quantité de revues et de livres pratiques pour la collection de prêt, mais aussi de nombreux volumes qui se sont trouvés à la fondation de la collection de livres rares de la bibliothèque. Par exemple, notre exemplaire de présentation de l’Origine des espèces de Charles Darwin était l’exemplaire qu’il avait donné à l’AAAS. L’achat a également impliqué le transfert des programmes d’échange permanents de l’AAAS avec d’autres bibliothèques, ce qui explique pourquoi Linda Hall possède une grande quantité de documents datant de l’époque de la Guerre froide et provenant des pays d’Europe de l’est et de l’Union soviétique.

Un autre afflux important de livres rares est arrivé à la bibliothèque en 1995 avec l’acquisition de l’Engineering Societies Library. La bibliothèque a également fait quelques achats notables auprès de collectionneurs privés. Nous avons presque terminé le catalogage d’un achat effectué au début des années 1960 d’une collection de livres et de manuscrits japonais et chinois d’un professeur d’UCLA. En rendant cette ancienne acquisition accessible, nous avons considérablement élargi notre capacité à accompagner la recherche sur des sujets en dehors de l’Europe et des Amériques.

Illustration 2: La salle de lecture de l’Histoire des sciences, face à la chambre forte des livres rares.

 

Quels sont, selon vous, ses traits distinctifs ?

Dans la structure de la bibliothèque, tous nos livres rares font partie de la collection d’histoire des sciences. Dans cette collection, nous possédons plus de 10 000 livres imprimés et manuscrits du XVe au XXe siècle. En règle générale, nous ne collectons pas de documents d’archives, mais il existe quelques exceptions, comme la collection A.B. Nichols, qui comprend des photographies, des grands livres et d’autres documents personnels relatifs à la construction du canal de Panama.

 

Pouvez-vous nous décrire quelques livres que vous considérez comme typiques de votre collection ?

L’un des livres les plus passionnants de la collection est peut-être notre exemplaire sur papier du Sidereus Nuncius de Galilée. Comme les neuf autres exemplaires sur papier fin identifiés dans le recensement de Paul Needham, le nôtre porte les corrections de texte de Galilée, et le feuillet d’annulation « Medicea » sur B1r est intact2. Ce qui est particulièrement intéressant, ce sont les aspects uniques de sa provenance, que Nick Wilding a récemment mis au jour. Auparavant, nous pensions qu’il s’agissait de la copie que Galilée avait présentée à la famille Gonzague, étant donné son autre provenance mantouane. Cependant, la plus ancienne inscription de propriété provient du couvent de San Benedetto di Polirone à Mantoue, où le poète Angelo Grillo était moine. Grillo, ami et partisan de Galilée, est à l’origine du choix du titre de cette œuvre. Dans l’édition de 1608 des Lettres de Grillo, il utilise l’expression « Ambassades célestes [ambasciate celesti] » dans une lettre à l’astronome Marcus Welser, dont Sidereus Nuncius peut être considéré comme une traduction latine3. Il est très probable que notre copie ait été personnellement offerte à Grillo par Galilée, ce qui en fait un exemplaire très important !

Illustration 3: L’inscription de Grillo sur la page de titre du Sidereus Nuncius (USTC 4021754).

Nous possédons également une remarquable collection d’atlas célestes, ce serait donc une erreur de ma part de ne pas en partager au moins un avec vous. Cet atlas de 1846 est l’un des plus anciens compilés par une femme, Josephine Edlen von Ránlom (qui pourrait être une anagramme de Josephine von Molnár). Elle énonce clairement son objectif dans les textes préliminaires, qui enjoignent aux femmes de quitter les « plaisirs enivrants du salon scintillant » pour étudier son livre en plein air, en regardant les étoiles. Bien que sa préface se réfère à des lithographies, l’odeur et la couleur des plaques indiquent indubitablement qu’il s’agit de cyanotypes, ce qui en fait un livre beau et inhabituel.

Illustration 4: L’atlas de Josephine Edlen von Ránlom.

En dehors du domaine astronomique, j’aimerais souligner notre exemplaire de O nowych ciałach promieniotwórczych, la traduction polonaise de Marie Curie de son article sur les nouvelles substances radioactives, publié pour la première fois en français. Il s’agit d’un dépliant sans prétention dans un emballage en papier, imprimé à Cracovie pour accompagner une présentation en conférence. Avec les publications spécialisées du XXe siècle, l’éphémère peut être un problème, et nous nous efforçons de préserver les brochures comme celle-ci. Notre exemplaire est l’un des quatre présents en bibliothèques, mais le nôtre est le seul à contenir des notes personnelles de Curie, inscrites de sa propre main. Ces notes ont probablement été ajoutées en 1902, deux ans après la publication, car elles décrivent du chlorure de radium isolé et clarifient les poids atomiques.

Illustration 5: Marie Curie, O nowych ciałach promieniotwórczych, Cracovie, 1900.

Ce qui rend cet exemplaire passionnant, c’est son statut de document vivant ; la version polonaise de l’original français comprend des tableaux et quelques discussions qui n’existaient pas auparavant, et les notes du manuscrit indiquent des révisions prévues, mais jamais publiées.

La bibliothèque possède également la série complète des Philosophical Transactions, le journal de la Royal Society à Londres. Pour le dialogue et les communications scientifiques des XVIIe et XVIIIe siècles, ils constituent une source inestimable, non seulement pour les articles qui y ont été publiés pour la première fois, mais aussi pour l’écosystème plus large du dialogue imprimé qu’ils contiennent. C’est un plaisir de les utiliser à la fois comme conservateur et comme chercheur, en raison des points d’accès qu’ils offrent au reste de la collection. Les annonces de nouvelles publications au sein du journal sont particulièrement appréciées ; elles nous permettent de faire le lien entre les livres et la façon dont ils ont été commercialisés au moment de leur publication.

 

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres rares et la sensibilisation des chercheurs à vos collections ?

Notre programme de bourses a largement contribué à garantir que les chercheurs utilisent nos livres rares. La bibliothèque s’est engagée à financer des bourses d’études, ce qui permet de faire venir des chercheurs basés partout dans le monde (à l’exception notable des chercheurs qui vivent déjà dans la région métropolitaine de Kansas City) pour y mener des recherches. Notre appel à candidatures pour l’année académique 2021-22 vient de se terminer, mais cela nous donne un bon délai pour préparer l’année prochaine ! Nous accueillons également des conférences universitaires et proposons des « cycles de conférences », bien que celles-ci soient en ligne pour l’instant.

Nous avons également investi pour rendre notre matériel accessible à distance. L’une des pierres angulaires de la bibliothèque telle qu’elle existe aujourd’hui est notre unité d’initiatives numériques, qui travaille quotidiennement à la création de substituts numériques de haute qualité de nos documents. Nos chercheurs travaillant désormais à distance, nous leur offrons la possibilité de demander des numérisations pour toute l’année de leur bourse. Ces numérisations sont ensuite intégrées dans notre catalogue en ligne où tout le monde peut y accéder.

Comme nous sommes une bibliothèque de recherche indépendante, nous sommes en mesure d’offrir des séances de cours utilisant des documents de nos collections à toute institution universitaire. D’une certaine manière, le passage à la programmation en ligne nous a été bénéfique, car nous avons pu étendre ces sessions à des institutions de n’importe quel pays (même si, bien sûr, nous travaillons toujours avec l’université du Missouri à Kansas City et le Kansas City Art Institute). Nos sessions en ligne sont entièrement gratuites et ouvertes aux classes de tous niveaux et, dans certains cas, aux sociétés et organisations professionnelles. Cela a été un moyen vraiment enrichissant de se mettre en relation avec des universitaires en dehors des boursiers. Ainsi, nous avons pu faire une plongée profonde dans la provenance du Sidereus Nuncius grâce à des conversations qui ont eu lieu pendant que nous préparions les séances de cours pour le professeur Wilding à Georgia State.

Illustration 6: Une des cages des livres rares où sont conservées les livres de la Engineering Societies Library.

 

Comment présenter vos collections de livres rares à un public plus large ?

Atteindre un public plus large est une grande partie de la mission de la bibliothèque, c’est pourquoi la plupart de nos activités de diffusion, en dehors des offres plus strictement académiques comme le programme de bourses, sont ouvertes au grand public. Cependant, avec l’état de la pandémie COVID-19 aux États-Unis, nous avons dû réévaluer ce que nous pouvons faire. Tout projet d’exposition sur place à la bibliothèque est suspendu pour une durée indéterminée, bien qu’un certain nombre de nos expositions passées soient désormais disponibles en ligne. Nous essayons de voir cela comme une opportunité de collaborer avec d’autres institutions sur leurs expositions à l’avenir. Les prêts aident à sortir nos livres rares de l’enceinte physique de la bibliothèque pour les rendre accessibles à un public qui ne connaît pas forcément nos collections, ce qui est gratifiant.

Nous mettons également un point d’honneur à intégrer nos livres rares dans notre programmation publique gratuite, qui est maintenant entièrement offerte en ligne. L’été dernier, nous avons réalisé une série en collaboration avec la Royal Astronomical Society, et nous espérons profiter de la programmation en ligne pour réaliser d’autres séries transatlantiques cet été.

Enfin, mon collègue Jason Dean et moi-même sommes assez actifs sur Twitter et nous aimons partager des informations sur les nouvelles acquisitions, les notices de catalogue sur lesquelles nous travaillons et d’autres aperçus de la vie de la bibliothèque. Je me souviens qu’au cours de ma première semaine, nous avons dû retourner dans le catalogue sur fiches de la bibliothèque des sociétés d’ingénierie pour trouver un livre de notre collection non catalogué, et j’ai rassemblé un fil de discussion sur ce processus. J’aime à penser que, lorsque nous parlons du travail plutôt que seulement des livres, nous aidons à démystifier certaines des réalités pratiques de la bibliothéconomie, tout en mettant en évidence les articles qui nous passionnent.

Illustration 7: Le site de la bibliothèque, et la mise en ligne de nouvelles expositions.

 

Quel est, selon vous, le problème le plus urgent auquel vous êtes confrontée dans votre travail aujourd’hui ?

En ce qui concerne le travail des bibliothèques, je pense que la pandémie a rendu l’accès aux collections particulièrement critique. L’impossibilité d’être physiquement présent dans la salle de lecture ou, si les chercheurs sont autorisés à entrer dans le bâtiment, les limitations d’espace, de temps et de matériel ont fait que le principal point d’accès pour les utilisateurs se fait désormais par le biais de substituts numériques. Ceux-ci comprennent bien sûr les copies numériques, mais je pense que les bibliothécaires et les universitaires ont compris les limites de la numérisation. Un catalogue en ligne complet peut aider à combler certains des vides laissés par des livres qui ont été réduits à des images en deux dimensions. Dans un monde où la plupart des recherches se font à distance, une description et des métadonnées solides sont le seul moyen de s’assurer que nos collections peuvent être vues et utilisées. Il était vrai déjà auparavant qu’une collection non cataloguée était une collection inaccessible, mais cette réalité a désormais révélé l’urgence. Nous avons la chance, dans notre institution, de disposer d’une excellente équipe de numérisation à plein temps, mais pour que ces fac-similés aient une réelle valeur, il faut qu’ils fassent l’objet d’un catalogage réfléchi et minutieux. Il est également essentiel d’évaluer nos priorités en fonction de ce que nous sélectionnons pour ce type de traitement, et de penser au-delà des points forts traditionnels pour les collections précaires, uniques et peu étudiées.


 

  1. Harrison D. Horblit, One Hundred Books Famous in Science, Based on an Exhibition Held at the Grolier Club, New York : Grolier club, 1964, et Bern Dibner, Heralds of Science as Represented by Two Hundred Epochal Books and Pamphlets Selected From the Burndy Library, Norwalk : Burndy Library, 1955. []
  2. Paul Needham, Galileo Makes a Book: The First Edition of “Sidereus Nuncius,” Venice, 1610 Berlin: Akademie Verlag, 2011. []
  3. Nick Wilding, « Galileian Angels », in Joad Raymond (dir.), Conversations with Angels: Essays Towards a History of Spiritual Communication, 1100-1700, New York : Palgrave Macmillan, 2011, p. 69-70. Voir aussi son Faussaire de Lune. Autopsie d’une imposture, Galilée et ses contrefacteurs, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2015. []

Disticha de moribus, nomine Catonis inscripta : quatre éditions comparées

Lorsqu’au XVIe siècle l’humanisme grec se propage de l’Italie à la France, entraînant la publication et la diffusion des textes pour l’apprentissage du grec ancien, le corpus gnomique d’usage scolaire jouit d’une fortune particulière1. Les trois exemples les plus captivants sont 1) Les gnomiques grecs anciens des poètes et philosophes, comme ceux de Jérôme Aléandre (Gnomologia seu moralium sententiarum collectanea, Paris, 1512), d’Adrien Turnèbe (Gnomologia Palaiotaton Poieton, Paris, 1553) et de Jean Crespin (Gnomographoi, Genève, 1569) ; 2) Les sentences des sept sages, éditées et commentées par des personnages éminents tels que Philippe Béroalde, François Tissard et Érasme, publiées avec des titres les plus variés tels que Heptalogus, Liber Gnomagyricus, Apophtegmata Graeciae sapientum, et Praecepta septem sapientum ; et 3) Les Disticha de moribus du Pseudo-Caton, traduits du latin en grec, et commentés et réédités à plusieurs reprises par Josse Bade, Jérôme Aléandre, Érasme, Étienne Dolet, Robert Estienne et Mathurin Cordier.

L’édition lyonnaise du Pseudo-Caton imprimée par Sébastien Gryphe en 1535 peut être prise comme la summa ultima de l’intérêt porté à cette forme d’érudition à finalité scolaire:

Illustration 1: Titre de page (à gauche) et table des matières (à droite) de Catonis Disticha moralia cum scholiis Erasmi. Eadem disticha graece a Maxime Planude e latino versa; Apophtegmata Graeciae sapientum, interprete Erasmo; eadem per Ausonium cum scoliis Erasmi; Mimi Publiani, cum ejusdem scholiis, recogniti; Institutum hominis Christiani carmine per eundem Erasmi; Isocratis paroenesis ad Demonicum; Additis aliquot sapientum dicta, Lyon, Sébastien Gryphe, 1535, USTC 157051.

En effet, cette édition combine à la fois les couplets du Pseudo-Caton avec les scholia d’Érasme (Disticha Catonis cum scholiis Erasmi) et la traduction de Planude, les sentences des sages grecs (Apophtegmata Graeciae sapientum) dans la version d’Ausone encore une fois accompagnées des scholia d’Érasme (eadem per Ausonium cum scoliis Erasmi) et un ‘certain nombre’ d’autres sentences des sages (Aliquot sapientum dicta).

Dans la présente analyse – liée au projet de l’université de Chypre ‘Greek Learning in France in the Sixteenth Century : Grammars and Sententiae’, sous la direction de Natasha Constantinidou – je souhaite examiner et comparer quatre recueils de Disticha Catonis de XVIe siècle, deux éditions bilingues latine/grecque, une édition bilingue latine/française et une édition trilingue latine/grecque/française pour donner un aperçu de la diffusion et de l’usage de cette forme de littérature gnomique dans le contexte de la réception de la tradition classique et de l’apprentissage du grec pendant le XVIe siècle en France2. Cela nous servira de base pour poser des questions et proposer des hypothèses expliquant le succès de ces recueils : quelles étaient leur finalité et leur diffusion ? A partir de quoi en édite-t-on des nouveaux ? Qui les compose et à qui servent-ils ? Selon quelle esthétique ?

Les Disticha de moribus du Pseudo-Caton

Érasme est celui qui le premier a intitulé ce recueil Disticha Catonis3. Jusqu’en 1515, au moment de sa première publication sous ce titre, ce recueil était déjà connu sous plusieurs appellations, dont : Dicta Catonis et Libri Catonis Philosophi, titres potentiellement trompeurs, puisqu’ils renvoient à une nature sapientiale philosophique et l’attribuent à un seul auteur, alors qu’il s’agit en fait de recueils de sentences morales (et non pas proprement philosophiques) dont l’attribution, en outre, reste encore controversée. Le corpus principal est constitué d’environ 145 distiques en hexamètres, d’époques et d’origines diverses, issus d’une longue tradition manuscrite. Le choix du mètre renvoie à la tradition didactique gréco-romaine ainsi qu’à celle des oracles et de la poésie gnomique. Par ailleurs, le recueil est souvent accompagné d’une lettre introductive et d’environ 55 brèves sentences, qui semblent sans rapport avec les couplets qui suivent.

Leur diffusion dans le monde de l’érudition byzantine était due à la traduction de Maxime Planude, qui composa une version en hexamètres grecs vers la fin du XIIIe -début du XIVe siècle et qui reste, comme nous pourrons le constater, la traduction grecque de référence pendant toute la Renaissance, en France et ailleurs4. Grâce, probablement, à leur contenu moralisant transmis à travers leur forme particulièrement mémorisable (des études ont mis en évidence le binarisme structurel qui se retrouve tant dans la forme que dans le fond et qui fait appel à un mode fondamental de la cognition)5, les distiques de Pseudo-Cato ont joué un rôle de premier plan dans la pédagogie médiévale et, comme on le verra, dans celle de la Renaissance française. Je me focaliserai en particulier sur la question du rôle joué par les Disticha dans le cadre de la nouvelle et croissante demande d’outils impliqués dans l’apprentissage du grec. Mais avant tout, il est important de garder à l’esprit l’incroyable popularité que cet ouvrage avait au début du XVIe siècle alors qu’il était principalement publié en latin et en français. Ci-dessous, je propose des images de quatre éditions différentes de la fin du XVe siècle et du début/de la première moitié du XVIe siècle :

Illustration 2: Deux éditions latines de Disticha de moribus, avec un commentaire anonyme “Summi deus largitor praemii” : première page (à gauche) de la lettre introductive de l’édition lyonnaise de Guillaume Balsarin, environ 1487, USTC 760645 et (à droite) début du premier livre de couplets de l’édition toulousaine de Henricus Mayer, environ 1488-1489, USTC 200999.
Illustration 3: Titre de page (à gauche) et première page (à droite) de la lettre introductive de l’édition latine de Catonis Sensa et disticha, Paris, Josse Bade, 1522 (=1523 n.s.),  USTC 184296.
Illustration 4: Titre de page (à gauche) et première page en français (au centre) et latin (à droite) de la lettre introductive de l’édition bilingue Les motz dorez du saige Cathon en Françoys et Latin, Paris, Alain Lotrian, 1545, traducteur : Pierre Grognet, USTC 37824.

 

La diffusion des éditions bilingues latine/grecque du Pseudo-Caton dans la France du XVIe siècle

 Au XVIe siècle, des éditions bilingues latine/grecque du Pseudo-Caton commencent à circuler en France et s’ajoutent aux innombrables éditions latines ou latino-françaises à but éducatif. Paris et Lyon représentent les deux pôles principaux de cette production et, pour cette raison, je commencerai par prendre deux éditions latines/grecques issues de ces villes – l’une imprimée à Lyon en 1535 par Sébastien Gryphe, l’autre à Paris en 1552 par Martin Le Jeune – comme base d’analyse comparative :

Illustration 5: Titre de page (à gauche) de Catonis Disticha moralia cum scholiis Erasmi, Lyon, Sébastien Gryphe, 1535, USTC 157051 et titre de page (à droite) de Paris, Martin Le Jeune, 1552, USTC 196515.

L’édition de 1535, déjà mentionnée au début de cet exposé, présente les caractéristiques typiques des éditions de Sébastien Gryphe (1492-1556). Grand personnage de l’histoire de l’humanisme lyonnais du XVIe siècle, il est considéré comme l’un des plus grands imprimeurs de son époque et ses éditions sont renommées pour leur qualité matérielle et leur érudition6. La date de 1535 figure parmi les périodes d’intense production de l’imprimeur, dont l’activité majeure se situe entre 1534, quand il atteint pour la première fois les cinquante titres, et 1551, dernière année où il atteint autant de titres imprimés. Entre 1528 (année de la première impression de Disticha moralia, cum scholiis) et 1559, Gryphe publie environ 19 éditions des Disticha moralia du Pseudo-Caton, parmi lesquelles figurent diverses éditions bilingues latines/grecques et latines/françaises, presque toutes, semble-t-il, in-8o et riches en commentaires.

Dans l’édition de 1535, nous pouvons remarquer le choix, assez récurrent chez cet imprimeur, de ne pas fournir le titre grec. Comme nous avons pu le voir précédemment, une page spécifique (Contenta) est dédiée à l’exposition complète du contenu, bien que son existence soit annoncée immédiatement en dessous du titre principal (Reliqua que in hoc opusculo habentur, sequens pagella indicabit). Le résultat est une page de titre essentielle et élégante. Après la table des matières, suit la dédicace d’Érasme à son amis Joannes de Neve, qui, de 1515 à 1522, avait été régent du Lis (Lilium) – avec le Faucon, Le Château et le Porc – un des quatre programmes pédagogiques suivis par les étudiants de la Faculté des arts à l’Université de Louvain.

Illustration 6: Titre de page de la dédicace d’Érasme dans l’édition de Catonis Disticha moralia cum scholiis Erasmi, Lyon, Sébastien Gryphe, 1535, USTC 157051.

En revanche, l’édition parisienne de 1552 de Martin Le Jeune propose une page de titre bilingue, elle est entièrement dénuée de préface et de commentaire et elle présente, pour ainsi dire, son contenu d’une manière crue et directe. Cela ressort clairement de la brève sélection d’images proposée ci-dessous, qui montrent les pages de la préface en prose et du début du premier livre des distiques dans les deux éditions comparées :

Illustration 7: Début de la partie en prose et début du premier livre de Disticha Moralia, Paris, Martin Le Jeune, 1552, USTC 196515.
Illustration 8: Début de la partie en prose et début du premier livre de Catonis Disticha moralia cum scholiis Erasmi, Lyon, Sébastien Gryphe, 1535, USTC 157051.

L’édition Gryphe, à la différence de l’édition Le Jeune, offre un commentaire pour la partie latine, que nous pouvons distinguer du texte du Pseudo-Caton car il est imprimé avec des caractères plus petits. La traduction de Planude est postposée à la partie latine et les couplets, entre lesquels aucun espacement n’est laissé, sont numérotés en chiffres cardinaux. En revanche, l’édition Le Jeune présente le grec juxtaposé au latin pour la partie en prose et en position interlinéaire pour la partie des distiques. Les deux éditions ont une mise en page similaire en termes de justification du texte et des larges marges, même si l’édition Le Jeune semble plus généreuse à cet égard. En général, l’édition Le Jeune, avec son alternance du latin et du grec et ses larges marges, semble particulièrement destinée à un public étudiant.

Pseudo-Caton ex officina Roberti Stephani

Le travail incessant réalisé par la famille Estienne pour diffuser les textes de l’Antiquité classique auprès des élèves des collèges récemment établis (comme le Collège Royal) montre à quel point ils conçoivent leur édition en pédagogues : nombreuses sont les grammaires, dictionnaires, et thesauri mis à disposition des élèves pour apprendre les langues classiques et des lecteurs royaux pour les aider dans leur entreprise humaniste7.

Selon ce que j’ai pu vérifier8, entre 1533 et 1585, ils publient environ 22 éditions bilingues latin/français de Disticha et 4 éditions trilingues latin/français/grec. Il me semble particulièrement notable que ces dernières soient concentrées dans la deuxième moitié du siècle (1561-1585), lorsque l’atelier était dirigé par Robert II. Afin d’étendre la présente analyse, je me tourne donc vers deux éditions ex officina Stephani, celle du 1538 et celle du 1585 :

Illustration 9: Titre de page de Disticha de moribus, Paris, Robert Estienne I, 1537, USTC 76720 (à gauche) et de Disticha Moralia, Paris, Robert Estienne II, 1585, USTC 67849 (à droite).

Comme nous pouvons l’observer sur les images ci-dessus, les pages de titre présentent des différences intéressantes. Tout d’abord, dans la première (à gauche), le recueil du Pseudo-Caton porte le titre Disticha de moribus alors que la deuxième (à droite) porte le titre Disticha moralia. Le lecteur est aussi informé que seule l’édition de 1537 est pourvue d’une interprétation bilingue, latine et française (Cum Latina et Gallica interpretatione), ce qui signifie non seulement une traduction française mais aussi une ‘vulgarisation’ du latin de Cato en latin de l’époque. En outre, l’ajout des sentences des sept sages grecs est moins intelligible dans l’édition de 1537, où ils sont appelés simplement ‘Les sages’ (sapientum) et non pas comme nous pouvons l’observer dans l’édition plus tardive, ‘Les sept sages de la Grèce’ (septem sapientum Graeciae). Enfin, le titre honorifique d’imprimeur du Roi (Typographus Regij) est réservé à l’édition de 1585, l’édition de 1537 précédant d’un an la nomination de Robert I à ce poste.

Au niveau du contenu, si l’édition de 1537 s’ouvre par une dédicace de Mathurin Cordier (1479-1564) à Robert Estienne, l’édition de 1585 s’ouvre en revanche par un jugement de Mathurin Cordier sur «ce livret» (iudicium de hoc libello) suivi d’un jugement de Lorenzo Valla (1407-1457) sur  «ce livre et son auteur» (de hoc libello et eius authore). En outre, les deux reproduisent la préface du Pseudo-Caton bien que la présentation en diffère d’une manière remarquable : alors que la plus ancienne est plus sobre, celle de la fin du siècle est mieux composée et plus décorée et, bien évidemment, comme déjà annoncé dans le titre, l’une fournit une double interprétation latine/française, tandis que l’autre, pour laisser place à la traduction grecque de Planude, ne présente que l’interprétation française.

Illustration 10: Préface de Disticha de moribus, Paris, Robert Estienne, 1537, USTC 76720 (à gauche) et de Disticha Moralia, Paris, Robert Estienne, 1585, USTC 67849 (à droite) où on peut voir les élégants caractères du « Grecs du roi » employés pour l’impression de la traduction de Planude.

52 préceptes en prose suivent la préface dans les deux éditions, mais ils sont assez désordonnés et moins intelligibles dans l’édition de 1537 par rapport à celle de 1585, dans laquelle ils sont numérotés en chiffres ordinaux et avec un petit titre de page marquant le début de la section. Les deux textes latins présentent aussi de légères variantes textuelles, probablement dues à leurs longue tradition manuscrite (e.g. : le premier enseignement est énoncé comme Utaque deo supplica dans l’édition de 1537 et comme In primis Deo supplica dans l’édition de 1585). Les mêmes observations sont valables pour la section contenant les 4 livres (I-IV) des distiques, qui sont présentés, dans les deux éditions, avec un titre de page et une epitome au début. Chacun se termine avec une admonitio. La fin des quatre livres est marquée par la phrase : finis distichorum de moribus dans l’édition de 1537, plus longue dans celle de 1585 qui rappelle le titre en entier : finis distichorum de moribus, nomine Catonis inscriptorum.

Dans les deux éditions, encore une fois comme le titre nous l’avait annoncé, se suivent les sentences des sept sages de la Grèce, présentées dans le même ordre dans les deux éditions, mais avec la différence graphique (comme d’ailleurs dans le reste du livre) d’une numérotation seulement présente dans l’édition de 1585, cette fois en chiffres cardinaux. Bien sûr, l’édition de 1585, à la différence de celle de 1537, est enrichie par la traduction grecque, qui se retrouve entre chaque sentence et son interprétation latine/française.

Illustration 11: Début de la partie en prose et début du premier livre dans les deux éditions: Disticha de moribus, Paris, Robert Estienne, 1537, USTC 76720 (à gauche) ; Disticha Moralia, Paris, Robert Estienne, 1585, USTC 67849 (à droite).

Bien que les deux éditions aient été conçues à des fins pédagogiques et, comme cela est suggéré par leur format in-8o et leurs commentaires, pour une diffusion large, l’édition de 1585 se distingue par sa présentation plus organisée et, comme on pourrait le supposer, plus adaptée à une utilisation dans des contextes d’apprentissage. Le confirme l’exemplaire que j’ai examiné (Bibliothèque Mazarine, 8° 49672-14), qui se trouve relié en un volume contenant plusieurs ouvrages d’usage scolaire, parmi lesquels : deux versions, l’une grecque, l’autre latine des epigrammata tetrasticha de Johannes Geometres, deux versions, l’une grecque, l’autre latine, des sentences des sept sages ; une anthologie bilingue gréco-latine des sentences ‘uniques’ de poètes grecques ; et un recueil des proverbes grecs. Dans cet ensemble, on retrouve un équilibre révélateur entre ouvrages latins et grecs – de sorte que, par exemple, en l’absence d’une édition bilingue gréco-latine, on trouve deux exemplaires adjacents du même ouvrage, l’un latin, l’autre grec – ainsi qu’un équilibre entre ouvrages d’une typologie différente mais néanmoins renvoyant au corpus gnomique d’usage scolaire tels que : distiques, paraboles, épigrammes, et sentences morales. D’une manière ou d’une autre, on peut avancer que, à cette époque, une bonne partie de l’enseignement du latin et du grec était inextricablement liée à un désir d’élévation morale des étudiants. En outre, il est intéressant de constater des échos des attitudes réformistes, comme cela ressort des éditions Gryphe 1535, contenant la dédicace d’Érasme à Joannes de Neve, et Estienne 1537, contenant une dédicace de Mathurin Cordier à Robert Estienne.

Pour conclure, je propose d’étendre rapidement cet examen à une comparaison entre l’édition trilingue produite par l’atelier Estienne et les deux éditions bilingues latines/grecques du Pseudo-Caton produites par les ateliers Gryphe et Le Jeune :

Illustration 12: Début du premier livre dans l’édition de Catonis Disticha moralia cum scholiis Erasmi, Lyon, Sébastien Gryphe, 1535, USTC 157051(images 1 et 2 à partir de gauche) ; début du premier livre dans l’édition de Disticha Moralia, Paris, Martin Le Jeune, 1552, USTC 1965151 (image 3) ; début du premier livre dans l’édition Disticha Moralia, Paris, Robert Estienne, 1585, USTC 67849 (à droite).

Les éditions latines/grecques de Gryphe et de Le Jeune offrent des points de contraste intéressants par rapport à l’édition trilingue latine/grecque/française de 1585 ex officina Stephani analysée auparavant. Il est probablement nécessaire de rappeler à ce stade qu’il n’existe aucune édition bilingue latine/grecque imprimée par Estienne, qui ne commence sa production qu’à partir de la deuxième partie du siècle, directement dans un format trilingue. Ainsi, l’édition de Le Jeune présentée ici précède d’environ une décennie la première ‘édition Etienne’ contenant la traduction grecque des Disticha Catonis effectuée par Maxime Planude, tandis que celle de Gryphe la précède d’environ une trentaine d’années. Au niveau de la typographie grecque, on peut observer une évolution vers des caractères plus lisibles : si l’édition Gryphe de 1535 utilise une typologie grecque très proche de l’écriture manuscrite du grec, le Jeune semble réduire les liaisons rendant ainsi la lecture plus aisée. La typographie grecque utilisée par Estienne, les célèbres « Grecs du roi » gravés par Claude Garamond (1499-1561), est encore différente. Dans cette édition de 1585 nous pouvons observer sa clarté caractéristique. En général, nous pouvons aussi observer une évolution vers une mise en page moins dense, où le texte est moins compact et plus déchiffrable. Enfin, à la différence de l’édition de Gryphe de 1535, qui postpose la traduction de Planude au texte latin avec commentaire, celles de Le Jeune de 1552 et celle d’Estienne de 1585 ont privilégié une traduction interlinéaire et une présentation du texte dénuée de commentaire latin.

Les quatre éditions des distiques du Pseudo-Caton qui ont été analysées donnent un aperçu du rôle joué par la littérature gnomique dans l’apprentissage du latin et du grec pendant le XVIe siècle en France ainsi que son lien avec l’imprimerie. En reprenant la tradition médiévale et en l’adaptant aux nouveaux besoins, les imprimeurs ‘pédagogues’ de cette époque jouent un rôle capital dans la détermination d’une approche spécifique à l’apprentissage du grec et influencent, d’un côté, la génération d’étudiants liés aux nouvelles institutions académiques humanistes, et de l’autre, le marché du livre. L’incroyable popularité du Pseudo-Caton et la disponibilité de sa traduction en grec par Planude rendent cette œuvre particulièrement adaptée au nouveau contexte. Au fil du temps et selon des modalités à chaque fois différentes, la version grecque des Disticha Catonis est intégrée dans des éditions riches d’outils pédagogiques divers : préfaces, désambiguïsations lexicales, traductions françaises, et une organisation du texte claire et conforme à son utilisation dans les salles de cours ou dans l’auto-apprentissage.

 Nuria Scapin
Université de Chypre


 

  1. Voir Jean Vignes, « Enquête sur le succès de la littérature gnomique à la Renaissance », Seizième Siècle, 2005, p. 175-211. []
  2. Voir Natasha Constantinidou, « Libri Graeci: Les livres grecs à Paris au XVIe siècle » dans Societé bibliographique de France, février 2020, https://histoirelivre.hypotheses.org/6422 []
  3. Voir Serena Connolly, « Binarism in the “Disticha Catonis” », Mnemosyne, 2013, p. 228. []
  4. Voir Vincenzo Ortoleva, « La parafrasi della traduzione planudea dei “Disticha Catonis” nel Cod. “Barocc.” 71 », Byzantion, 1995, p. 89, qui parle de façon juste de : ‘un vero e proprio corpus Pseudo-catonianum Graecum’. []
  5. Serena Connolly, « Binarism in the “Disticha Catonis” », Mnemosyne, 2013, p. 228-246. []
  6. Voir Henri Baudrier, Bibliographie lyonnaise. Recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle, publiées et continuées par J. Baudrier, Paris : F. de Nobele, 1964, tome VIII, p. 11-29. []
  7. Sur les Estienne, voir le billet d’Agathe Vezine, « Les Estienne à la Bibliothèque Edward Worth à Dublin », https://histoirelivre.hypotheses.org/6911. []
  8. En plus de mes propres travaux de recherche bibliographique, ont été consultés : Bénédicte Boudou et Judit Kecskemeti, « Robert et Charles Estienne, des imprimeurs pédagogues » dans La France des humanistes, 2009 et l’USTC (Universal Short Title Catalogue). []

Sur quelques éditions monstrueuses : les premiers recueils des Satires de Boileau

Le grand retour de Nicolas Boileau-Despréaux au programme de l’agrégation de lettres modernes incite à revenir sur la complexe histoire éditoriale de ses œuvres. Dans ce domaine, la bibliographie publiée par Émile Magne en 1929 offre un répertoire certes riche et utile, mais lacunaire, fautif et confus1. Pour commencer à remédier à ses insuffisances, voici quelques précisions et trouvailles autour d’un cas particulièrement curieux et important, celui du premier recueil subreptice des Satires. Cette plaquette de 30 pages, datée de 1666, donne les versions primitives de six poèmes de Boileau (son « Discours au roi » et les satires I, II, IV, V et VII) et leur adjoint un essai de Saint-Évremond. C’est cette « monstrueuse édition » qui détermina le satirique à livrer finalement ses textes au « hasard de l’impression », selon l’avis au lecteur en tête de l’authentique édition originale :

« Sa tendresse de père s’est réveillée à l’aspect de ses enfants, ainsi défigurés et mis en pièces. Surtout lorsqu’il les a vus accompagnés de cette prose fade et insipide, que tout le sel de ses vers ne pourrait pas relever… »2

Une édition double

Dans son commentaire de 1716, Claude Brossette, sans avoir vu lui-même cette édition, soutient qu’elle « avait été faite à Rouen, en 1665 »3. Cette affirmation d’une origine rouennaise ne semble reposer sur aucun élément solide mais a été mécaniquement répétée dans maints travaux sur Boileau jusqu’à nos jours ; nous y reviendrons. La première description exacte du monstre est due à Jacques Berriat-Saint-Prix, qui en rencontra un exemplaire précisément « le 27 septembre 1830, parmi les livres alors non catalogués de la Bibliothèque royale… Une année après (29 octobre 1831), nous en avons découvert un autre exemplaire dans la bibliothèque de Grenoble»4. Ces deux volumes se trouvent toujours à Paris et à Grenoble ; ils sont les seuls exemplaires à être cités par Magne, et par tous les éditeurs de Boileau (et de Saint-Évremond) qui le suivent.

Pourtant, dès la fin du XIXe siècle, deux autres exemplaires avaient été identifiés et décrits dans des publications bibliophiliques : le premier appartenant au baron de Claye, le second aux frères Dutuit. L’exemplaire Claye, relié à la suite d’un exemplaire de la première édition authentique, fut présenté dans la Bibliographie des principales éditions originales d’écrivains français de Jules Le Petit, avec la reproduction en fac-similé de la page de titre et de la première page du « Discours au roi »5. Quelques années plus tard, le baron lui-même analysa la plaquette au début de son livre La Bibliophilie en 18936. Aujourd’hui ce volume, après être passé par les mains de Jules Lemaître (lot 49 de la vente de 1917), est conservé en Amérique, à la Houghton Library de l’université Harvard.

L’exemplaire Dutuit, déjà signalé par Claye, figurait ensuite dans le somptueux catalogue établi par Édouard Rahir en 1899 et faisait en 1902 partie du legs de cette collection au musée du Petit Palais, où il peut toujours être consulté. L’excellente notice de Rahir dénombre les quatre exemplaires alors connus et inclut cette remarque :

« Le volume est bien imprimé, en petits caractères, mais nous ne le croyons pas d’origine rouennaise, il doit plutôt sortir des presses de Jean Cavelier, imprimeur de Caen. »7

Ce qui n’a pas été remarqué par Rahir, ni par aucun autre bibliographe paraît-il, c’est que ces quatre exemplaires représentent en fait deux éditions distinctes, que j’appellerai ici A et B. Les exemplaires de la BnF et de Grenoble relèvent du type A, alors que ceux de Harvard et du Petit Palais illustrent le type B. L’édition B me semble postérieure à A, pour diverses raisons qui apparaîtront plus loin. La comparaison des quatre exemplaires montre en tout cas qu’il s’agit de deux compositions typographiques entièrement différentes, et non de recompositions partielles ou de corrections sous presse (voir Ill. 1-4).

Illustrations 1-2 : À gauche : exemplaire (A) de la Ville de Grenoble, Bibliothèque municipale (F.3647 Rés.). À droite : exemplaire (B) de la Houghton Library, Harvard University (*FC6 B6364 666s)
Illustrations 3-4 : À gauche : exemplaire (A) de la Ville de Grenoble, Bibliothèque municipale (F.3647 Rés.). À droite : exemplaire (B) de la Houghton Library, Harvard University (*FC6 B6364 666s)

Les deux éditions proviennent sans doute du même atelier et d’une seule copie manuscrite. Elles montrent en effet très peu de variantes textuelles entre elles, les différences concernant essentiellement la graphie et la ponctuation : ainsi, B met moins de virgules que A et préfère parfois i et u là où A utilise j et : ie, iuste, pauure, auoir… Mais cela n’est guère systématique, ce qui indique peut-être une alternance entre plusieurs compositeurs. Le mot « verve », par exemple, apparaît quatre fois dans ces textes : il est toujours imprimé « verve » dans A, mais devient « veruë » à ses deux premières occurrences dans B. Cette seconde composition déforme aussi « chercher » en « cercher » et « jamais » en « jamis ». D’autre part, B répare quelques erreurs de A : « flétrissent » est corrigé en « flétrisse » ; « de membre perclus » en « de membres perclus » ; « ont faire mourir » en « ont fait mourir » ; « de m’avoit » en « ne m’avoit ». D’autres fautes sont communes aux deux éditions et semblent dues à une mauvaise lecture du manuscrit : ainsi, A comme B impriment « à l’ennuy » au lieu de « à l’envi » ; « grand Geros » au lieu de « grand Heros » ; « Bardoir » au lieu de « Bardou » (un poète) ; et « Alfare » au lieu de « Alfane » (un cheval)8

Mais je tiens à souligner que, pour une édition pirate faite (probablement) sans le concours de l’auteur, le texte est plutôt correct et l’impression soignée ; quoi qu’on en ait dit, il ne s’agit pas d’une production grossière et bâclée, même si la médiocre numérisation sur Gallica (mise en ligne en 2007) peut le faire penser. Selon Magne :

« Le petit volume, très probablement vendu sous le manteau, n’enregistra aucun succès. Fut-il saisi ? Peut-être, car nous n’en avons rencontré, dans les bibliothèques du monde entier, que deux exemplaires subsistant [sic]. »9

L’analyse des quatre exemplaires localisés10 montre au contraire que la publication a dû rencontrer un certain succès, suffisant en tout cas pour donner lieu à une seconde édition, et pour provoquer la réaction indignée de Boileau.

Une « clef » unique

L’exemplaire Dutuit inclut à la fin un supplément précieux qui ne se trouve dans aucun des autres exemplaires connus : une « clef » imprimée nommant en clair certaines cibles que les satires désignent seulement par pseudonymes, initiales, ou points de suspension. Sont ainsi déchiffrés dix endroits, qui font allusion à six écrivains et une épopée (la Pucelle de Chapelain).

Illustration 5 : Clef de l’exemplaire du Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris (LDUT345)

Ces identifications concordent parfaitement avec la copie manuscrite des recueils Conrart (Arsenal 5418), où les mêmes noms apparaissent en toutes lettres dans le texte : l’auteur de la petite liste était donc très bien informé. Dans l’exemplaire de la BnF, une main ancienne a élucidé quatre de ces dix endroits, en inscrivant « Coletet » (deux fois), « Pucelle » et « Scuderi » ; d’autre part, les cinq pseudonymes n’y sont pas décryptés, et Ménage n’est nommé nulle part. De telles annotations manuscrites se rencontrent souvent dans les éditions du XVIIe siècle, surtout (comme ici) dans les vers où Boileau a choisi de ne mettre que l’initiale ou des points, laissant aux lecteurs le malin plaisir de prendre leur plume pour suppléer le nom de la victime. Mais je ne connais aucun autre cas d’une clé imprimée jointe aux satires de Boileau, alors que ce genre de liste accompagne par exemple de nombreuses éditions de l’Histoire amoureuse des Gaules de Bussy-Rabutin, autre best-seller satirique des années 1660.

Malheureusement, l’exemplaire Dutuit a été affublé au XIXe siècle d’une reliure de luxe (en maroquin bleu doublé de maroquin orange) réalisée par Niédrée, ce qui a altéré la structure originelle du volume et en complique l’analyse matérielle. La « clef » s’y trouve aujourd’hui sous la forme d’un tiers de feuillet in-octavo monté au milieu d’un autre feuillet in-octavo (voir Ill. 5). Le fragment de filigrane qu’on remarque sur sa partie gauche semble être la moitié inférieure d’une marque dont la moitié supérieure est visible sur la page de titre : les deux fragments réunis forment un grand filigrane du type « Pot fleuri », proche de Gaudriault 888 et 88911. Les morceaux de filigrane à l’intérieur du volume sont plus difficiles à déceler et nécessiteraient un nouvel examen, ainsi qu’une comparaison avec l’exemplaire de Harvard. De façon provisoire, je voudrais cependant conclure que la « clef » a été imprimée en même temps et dans le même atelier que la page de titre et pouvait bien faire partie intégrante de cette seconde édition du recueil.

Une nouvelle émission

La notice de Rahir dans le catalogue Dutuit indique plusieurs autres publications qui reproduisent les textes de l’édition subreptice, dont une parue « à Cologne » en 1667 et intitulée Recueil contenant plusieurs discours libres et moraux. Et quelques nouvelles en vers non encor imprimées12. À son sujet Rahir ajoute cette précision surprenante : « Ce volume est semblable jusqu’au milieu de la p. 25 au recueil de 1666, et l’impression est la même ».

Pour mieux comprendre cette phrase, il fallait d’abord repérer un exemplaire de l’édition de 1667. Celle-ci ne figure point dans la Bibliographie de Magne. Rahir signale dans sa notice (en 1899 donc) qu’« un exemplaire de ce livret fait partie de la collection de M. de Marchéville » – c’est-à-dire Louis de Marchéville, gendre du grand bibliophile Ernest Daguin mort en 1892. Cette collection fut mise aux enchères en 1904-5. En 1911, l’exemplaire Daguin du recueil de 1667 est cité dans la Bibliographie des œuvres de La Fontaine du comte de Rochambeau, car les « nouvelles en vers non encor imprimées » promises par le titre sont trois contes en effet inédits de Jean de La Fontaine13. Tout au long du XXe siècle, les spécialistes de La Fontaine connaissent l’existence de cette édition clandestine mais ne savent pas où la consulter, car « l’unique exemplaire connu est aujourd’hui perdu »14.

Une recherche dans le Catalogue collectif de France permet de découvrir la localisation actuelle de l’exemplaire Daguin, qui est conservé depuis 1962 à la Bibliothèque municipale de Versailles. Il fait partie du magnifique fonds légué par Jean et Henriette Lebaudy et est longuement décrit dans le catalogue imprimé de la collection15.

Revenons donc à l’affirmation de Rahir selon laquelle « l’impression est la même » en 1666 et 1667. Elle s’avère exacte pour les pages 1-24, c’est-à-dire les trois cahiers A-C : au lieu de recomposer le texte, la nouvelle publication intègre les feuilles déjà imprimées qui restaient du recueil de 1666. Ces feuilles appartiennent à la composition B, ce qui semble confirmer l’antériorité de A. Il s’agit donc, dans cette première partie du recueil de 1667, d’une nouvelle émission de la seconde édition du recueil subreptice de 166616.

La suite du recueil (cahiers D-I, p. 25-70) est nouvelle. Dans la partie supérieure de la page 25 (la fin de la satire adressée à Molière), le texte est identique au recueil de 1666 mais a été recomposé, ce qui a permis aussi de corriger « jamis » en « jamais ». Ensuite viennent deux nouvelles satires de Boileau, à savoir les Satires III et VI de l’édition originale parisienne, dont le texte est reproduit fort fidèlement (voir Ill. 6-7).

Illustrations 6-7 : À gauche : exemplaire de la Houghton Library, Harvard University (*FC6 B6364 666s). À droite : exemplaire de la © Bibliothèque municipale de Versailles (Lebaudy in-12 357)

La publication de 1667 ne contient plus l’essai de Saint-Évremond, cette « Prose fade et insipide » dénoncée par Boileau. Mais le reste du recueil était de nouveau apte à offenser le poète : les satires authentiques sont suivies de quatre « discours » anonymes additionnels, dont deux ouvertement hostiles à Boileau. Et le livre enchaîne avec ces contes gaillards de La Fontaine qui ne sont certes pas fades et insipides, mais licencieux voire sulfureux (les textes seront atténués pour la publication officielle). C’est ainsi que le recueil pirate de 1666 a engendré un nouvel avatar plus ample et encore plus « monstrueux ».

Une sphère révélatrice ?

Si l’analyse qui précède est juste, les deux éditions du recueil de 1666 et le recueil de 1667 sortent tous des mêmes presses – mais desquelles ? Ce sont certainement des productions françaises, et non pas hollandaises ou allemandes. Le recueil de 1666 se présente sous un aspect tout sobre, dépourvu du moindre ornement gravé (fleuron ou lettre grise) qui pourrait trahir l’atelier. Comme on a vu, Édouard Rahir l’attribuait, sans donner de raisons, à Jean Cavelier. Celui-ci est « l’imprimeur caennais le plus prolifique de la fin du XVIIe siècle »17 : actif de 1654 à 1701, imprimeur du Roi et de l’université de Caen, il publie de nombreux livres officiels et religieux ainsi que beaucoup de recueils de poésie. Quant à l’édition de 1667, elle offre un seul ornement, à savoir une sphère armillaire sur la page de titre (voir Ill. 8). La notice de Rahir la présente ainsi : « Le titre de ce volume porte une sphère copiée sur celle des Elzevier, mais qui appartient à une officine française ». Le catalogue de la vente Daguin de son côté propose, sans grande conviction, une origine champenoise : « À Cologne, à La Sphère (Reims ?) ».

Illustration 8 : exemplaire de la © Bibliothèque municipale de Versailles (Lebaudy in-12 357)

Rappelons que quelques années avant le catalogue de la collection Dutuit, Rahir avait rédigé le Catalogue d’une collection unique de volumes imprimés par les Elzevier et divers typographes hollandais du XVIIe siècle18. Le livre comprend un inventaire commenté de « faux Elzeviers » (imprimés à Bruxelles, Grenoble, Rouen etc.) ainsi qu’un annexe illustré répertoriant les fleurons et marques employés par les différentes officines. Les remarques de Rahir sur ces recueils clandestins découlent donc d’une grande expérience bibliographique ; le présent billet lui doit beaucoup. Mais ses affirmations ne sont certes pas infaillibles, et des enquêtes plus poussées sont susceptibles de les confirmer ou infirmer. Pour résoudre cette petite énigme, il faudrait sans doute analyser la production caennaise des années 1660, et examiner d’autres livres qui arborent exactement la même sphère pseudo-elzévirienne que l’édition de 1667. Pour l’instant je n’en ai vu qu’un, une Relation de Madrid publiée « à Cologne » en 1665.

Quel que soit leur lieu de naissance, les recueils pirates de 1666-7 sont des livres qui méritent d’être recherchés et étudiés de près. Devenues rarissimes, ces plaquettes modestes sont des témoins essentiels permettant de mieux comprendre aussi bien la genèse des premières satires de Boileau que l’histoire de leur publication et diffusion.

 

Volker Schröder

Princeton University

  1. Émile Magne, Bibliographie générale des œuvres de Nicolas Boileau-Despréaux et de Gilles et Jacques Boileau suivie des Luttes de Boileau, Paris, Librairie Giraud-Badin, 1929. []
  2. Satires du Sieur D***, Paris, Claude Barbin, 1666. []
  3. Œuvres de Mr Boileau Despréaux, éd. Claude Brossette, Genève, Fabri et Barrillot, 1716, t. II, p. 357. []
  4. Œuvres de Boileau, éd. Jacques Berriat-Saint-Prix, Paris, Langlois et Delaunay, 1830, t. I, p. cxxxiii (ce tome est daté 1830 mais ne parut qu’en mars 1834). []
  5. Jules Le Petit, Bibliographie des principales éditions originales d’écrivains français du XVe au XVIIIe siècle, Paris, Maison Quantin, 1888, p. 386-388. Les mêmes fac-similés sont inclus dans Avenir Tchemerzine, Bibliographie d’éditions originales et rares d’auteurs français, t. II, Paris, Plée, 1928, p. 254. []
  6. D’Eylac (Anatole de Claye), La Bibliophilie en 1893, Paris, Librairie A. Rouquette, 1894, p. 1-8. []
  7. Édouard Rahir, La Collection Dutuit : livres et manuscrits, Paris, Librairie Damascène Morgand, 1899, p. 133. []
  8. Pour l’édition critique des textes et l’étude des variantes, voir Antoine Adam,Les Premières Satires de Boileau, Lille, Bureaux de la Revue d’histoire de la philosophie, 1941. De ce qu’il appelle le « Recueil dit de Rouen », Adam cite et utilise uniquement l’exemplaire de la BnF. []
  9. Bibliographie générale, ouvr. cité, t. I, p. 19. []
  10. Un cinquième exemplaire, relié en maroquin bleu par Lortic, figurait en 1905 dans la vente Daguin et fut acheté par Rahir pour 905 francs (Catalogue de beaux livres rares et précieux anciens et modernes ayant appartenu à Mr E. Daguin, 3e partie : Écrivains français du XIIe au XVIIIe siècle, Paris, Durel, 1905, p. 95, lot 958). []
  11. Raymond Gaudriault, Filigranes et autres caractéristiques des papiers fabriqués en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, CNRS Éditions et J. Telford, 1995, p. 148 et planche 98. Les numéros 888 et 889 sont datés 1667 et 1668, et la marque est décrite comme typiquement normande. []
  12. Il ne faut pas confondre cette publication avec le Recueil de quelques pièces nouvelles et galantes (« Cologne, Pierre du Marteau » – en réalité Amsterdam, Daniel Elzevier), dont la seconde partie, parue en 1667, contient les mêmes satires de Boileau que l’édition « monstrueuse », mais avec des variantes importantes. []
  13. René de Rochambeau, Bibliographie des œuvres de La Fontaine, Paris, Rouquette, 1911, p. 505. []
  14. La Fontaine, Œuvres complètes, t. I, éd. Jean-Pierre Collinet, Paris, Gallimard, 1991, p. 1408. []
  15. Bibliothèque Lebaudy: XVIIe siècle, Paris, s.n., 1962, t. III, p. 124-125. []
  16. Le catalogue de la vente Daguin signale que les pages 3-6 manquaient et ont été « refaites de façon à tromper l’œil le plus exercé » (Catalogue de beaux livres, ouvr. cité, p. 63, lot 831). L’examen de ces pages montre que c’est l’exemplaire Claye du recueil de 1666 (aujourd’hui à Harvard mais autrefois en France) qui a servi comme original pour cette opération. []
  17. Alain-René Girard, Ian Maxted et Jean-Dominique Mellot, Dictionnaire des imprimeurs, libraires et gens du livre en Basse-Normandie 1701-1789, Genève, Droz, 2020, p. 195. []
  18. Édouard Rahir, Catalogue d’une collection unique de volumes imprimés par les Elzevier et divers typographes hollandais du XVIIe siècle, Paris, Librairie Damascène Morgand, 1896. []