Des pois, des rossignols et des livres : à la découverte des archives de la BnF

Anne Leblay-Kinoshita est conservatrice du patrimoine en archives, et depuis 2016 responsable de la mission Archives de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Son billet nous propose de découvrir un service essentiel pour la mémoire de la BnF ainsi que pour l’aide aux recherches sur l’histoire de cette bibliothèque.

La mission pour la gestion de la production documentaire et des archives est créée sous cette forme en 2004, sur la volonté du président Jean-Noël Jeanneney, historien de formation, et de la directrice générale Agnès Saal, administratrice. Le titre se veut pédagogique, pour souligner les deux axes de la mission, le records management et le traitement des archives historiques.

Cette mission s’appuie sur une petite équipe composée de deux archivistes et de deux magasiniers. Catherine Dhérent, conservatrice du patrimoine recrutée en 2004, est la première professionnelle des archives nommée à la Bibliothèque. Elle pilote notamment, en lien avec les services informatiques, la mise en place d’un outil de gestion électronique des documents. Son successeur en 2009, Aurélien Conraux, met en œuvre un ambitieux programme de classement et de numérisation des archives de l’agence des travaux d’architecture de la Bibliothèque, en particulier des plans d’architecture du quadrilatère Richelieu, indispensables dans le cadre de la rénovation du site.

Les archives de la BnF sont le reflet d’une histoire ancienne et mouvante. Le premier inventaire des livres, daté de 1518, est conservé à la Bibliothèque nationale d’Autriche. Le suivant, daté de 1544, est conservé au département des Manuscrits. D’autres documents sont conservés aux Archives nationales. Les archives de l’Ancien Régime ainsi que la plupart des archives couvrant la fin du XVIIIe siècle et le XIXe siècle, dites « Archives modernes », sont conservées par le département des Manuscrits. Les outils de travail des bibliothécaires du XVIIe siècle au début du XXe siècle (catalogues anciens, registres de dons et d’acquisitions, registres d’emprunteurs…) sont conservés par le département Littérature et art.

La mission archives, située sur le site François-Mitterrand, conserve des fonds et collections divers représentant environ 7 km linéaires, remontant pour l’essentiel à la fin du XIXe siècle. Elle a hérité des archives de plusieurs structures selon une chronologie différente. Elle conserve ainsi les archives de l’administration centrale (secrétariat général, administration générale puis direction générale) et les archives administratives (dossiers de personnel, archives comptables, etc.) de la Bibliothèque nationale puis de la BnF.

Illustration 1 : En écho au billet sur les livres licencieux de la semaine précédente, une note adressée au secrétaire général de la Bibliothèque nationale en 1951 signale une descente de police dans une librairie vendant des ouvrages érotiques (cote : BnF, archives institutionnelles, E 191b10).

Elle conserve également des archives de l’association pour une Bibliothèque de France puis de l’EPBF (établissement public pour une bibliothèque de France) chargés du projet de définition et de construction de la « nouvelle bibliothèque ».

La mission accueille également une partie des archives des départements des collections. C’est le cas des archives du département des Monnaies, médailles et antiques, qui remontent au XVIIe siècle, très consultées, ou des archives du département des Cartes et plans qui remontent au début du XIXe siècle. Le versement des archives du département de la Musique est également envisagé à l’occasion de son départ du site Louvois. En revanche, le département des Manuscrits n’a pas versé ses archives à la mission, car il a sa propre tradition archivistique, de même que le département des Estampes et photographies pour sa partie la plus ancienne (jusqu’au milieu du XXe siècle). Dans les deux cas, ces fonds ont déjà été décrits, cotés et les notices figurent dans les catalogues de la BnF.

Sans être exhaustif, on peut également citer les fonds suivants conservés à la mission archives, tous n’étant toutefois pas inventoriés : registres et déclarations de dépôt légal, dossiers d’exposition depuis 1924, demandes d’autorisation d’accès à la Bibliothèque nationale (1868-1924), archives de l’agence des travaux de la Bibliothèque nationale (XIXe-XXe siècles), reportages photographiques (fin XIXe siècle-2005) (non classés), archives de l’association La Joie par les livres (1962-2008)…

Illustration 2 : Extrait du registre du dépôt légal indochinois de 1926 (cote : BnF, archives institutionnelles, 2005/019/003).

Au quotidien le travail des archivistes est d’accompagner les services pour sélectionner les documents à verser, s’assurer des conditions de conservation des archives, signaler et décrire les fonds conservés, répondre aux demandes de communication (environ 700 dossiers ou boîtes par an), aux demandes de recherches internes et externes (en moyenne 150 par an) et de reproduction (un peu plus de 1000 vues par an). Les recherches portent par exemple sur la provenance ou les restaurations d’un manuscrit, l’histoire des expositions ou du public. Elles peuvent également avoir un caractère administratif : recherches d’anciens certificats d’exportation, de contrats…

Le défi est de parvenir à mener de front toutes ces tâches en répondant rapidement et de façon pertinente aux collègues comme au public, tout en veillant au respect de la loi. La communicabilité des archives est en effet définie par le Code du patrimoine qui prévoit par exemple un délai de cinquante ans avant de communiquer une pièce ou un dossier susceptible de porter atteinte à la protection de la vie privée ou de vingt-cinq ans pour protéger le secret des affaires. Avant toute communication, les archivistes doivent donc analyser demandes et dossiers afin de respecter ces modalités de communication. Il n’est pas rare par exemple de trouver dans les dossiers d’expositions des mentions relatives aux prêteurs et à leurs collections, qui constituent évidemment des informations protégées.

Le travail sur les instruments de recherche d’archives a beaucoup évolué depuis les années 2010. Les archivistes rétroconvertissent ou mettent désormais en ligne les inventaires dans le catalogue BnF archives et manuscrits qui est relayé depuis 2019 par le portail national des archives francearchives.fr et le portail européen des archives. Une fois les fonds inventoriés, ils peuvent faire l’objet d’une numérisation s’ils sont librement communicables. Toutefois, la priorité reste actuellement le classement et la conservation des archives pour assurer la pérennité des collections et améliorer le signalement encore très limité. On estime en effet qu’à peine 10% du volume des fonds conservés en magasin est actuellement signalé au catalogue.

Dans les actualités récentes de la mission, on peut évoquer des chantiers de nature différente. La mission a par exemple commencé à collecter des messageries électroniques en 2018 mais un gros travail d’instruction doit encore être mené pour trouver la solution de préservation la plus adéquate. À l’heure de la dématérialisation, la mission continue également à accueillir des versements d’archives papier « traditionnels » dont certains révèlent des pans méconnus de l’activité de la Bibliothèque. Au début de l’année 2020 est ainsi entré un versement des archives du secteur polonais, créé en 1951, en pleine Guerre froide, qui évoque les modalités de définition et de catalogage des collections polonaises et des « Polonia » – en lien avec la diaspora polonaise – ainsi que la mise en place d’une politique d’échange avec les bibliothèques d’Europe centrale et de l’Est grâce aux exemplaires supplémentaires du dépôt légal.

Illustration 3 : Extrait du rapport d’activité du service polonais de la Bibliothèque nationale de 1954 (cote : BnF, archives institutionnelles, 2019/038/002).

À l’autre bout de la chaîne archivistique, la mission archives a achevé en début d’année le classement et l’inventaire des archives du secrétariat général de la Bibliothèque concernant la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle dit fonds Mortreuil (cote : 2005/028). Le fonds avait connu quelques vicissitudes avec plusieurs phases de traitement depuis la Seconde guerre mondiale, sans respect des principes archivistiques tels que le principe de provenance, ainsi que des déménagements successifs. L’inventaire récemment mis en ligne sur le catalogue BnF archives et manuscrits est donc en partie inédit. Ce fonds est d’une grande richesse et parmi les multiples éclairages qu’il apporte sur l’histoire de la bibliothèque on peut notamment évoquer l’évolution du rôle des bibliothèques elles-mêmes. Comme l’a rappelé Emmanuelle Bermès dans la thèse qu’elle vient de soutenir1, les bibliothèques avaient jusqu’à la fin du XXe siècle la maîtrise de l’espace physique et technique où le document était accessible. Elles étaient identifiées comme le lieu où l’on venait chercher une information de référence – on songe à ces films américains où le héros se rend à la bibliothèque pour retrouver une information – mais également, comme le montre ce fonds, un service que l’on n’hésitait pas à solliciter par correspondance pour des demandes de toute nature. La mission conserve par exemple une lettre de 1906 contenant « en pièce jointe » une fève et un pois chiche…

Illustration 4 : Courrier de 1906 dans lequel le demandeur qui projette d’écrire un ouvrage sur la cuisine orientale souhaite en savoir davantage sur la bibliographie existante autour des fèves et des pois chiches. La lettre est accompagnée de deux enveloppes, l’une contenant un pois chiche et l’autre une fève (cote : BnF, archives institutionnelles, 2005/028/241).

Les publics étaient alors très variés, comme on s’en aperçoit également en consultant les registres d’accréditation ou les cartes de lecteurs. Outre les professions intellectuelles auxquelles on songe plus volontiers, on rencontre ainsi des artisans qui consultent de la littérature technique, des couturières qui viennent chercher des patrons…

Illustration 5 : double d’une carte de lecteur des années 1950 (BnF, archives institutionnelles).

En plus du travail courant, les archivistes de la mission s’engagent dans des projets de recherche qui permettent à la fois de traiter les fonds et d’améliorer la connaissance de l’institution. Dans le cadre du plan quadriennal de recherche 2020-2023, la mission a ainsi démarré avec le département des Cartes et plans un projet intitulé « la Bibliothèque nationale sous l’Occupation », avec le soutien des Archives nationales et de l’Institut national d’histoire de l’art. Dans ce cadre, la mission lancera d’ici quelques semaines une procédure de recrutement d’un assistant de recherche.

Le projet s’appuie sur la situation décrite par Martine Poulain2 qui évoque l’histoire des bibliothèques sous l’Occupation et le rôle particulier joué par la Bibliothèque nationale, notamment avec la figure de son administrateur d’alors, Bernard Faÿ. Cette histoire rencontre de multiples problématiques telles que l’histoire des provenances et des spoliations, mais elle constitue plus globalement un point de rencontre entre l’histoire des collections, l’histoire institutionnelle et l’histoire des archives elles-mêmes… En effet jusqu’en 1943 les documents jugés précieux étaient conservés au département des Manuscrits, le reste, qualifié de « rossignols », étant voué à la destruction ou destiné aux Archives nationales.

Illustration 6 : Note du 27 juillet 1929 relative au traitement des « rossignols » (cote : BnF, archives institutionnelles, A 39).

Thérèse Kleindienst, bibliothécaire, est alors recrutée sur un poste d’archiviste auprès du secrétariat général. Elle marque de son empreinte la bibliothèque tant par son parcours au sein de l’institution – elle devient la première femme secrétaire générale en 1963 jusqu’à son départ à la retraite en 1984 – que par les méthodes de classement qu’elle met en œuvre. Elle crée en effet un immense fichier alphabétique où les fiches renvoient à des rubriques d’un vaste plan de classement. Ce classement par entrées thématiques, sans inventaire, oblige, aujourd’hui encore, à aller voir chaque document ou dossier physique pour comprendre ce qu’il contient réellement. Ce système semble aussi occulter certains aspects sensibles de l’histoire de la bibliothèque, à l’instar de l’existence du centre d’histoire contemporaine, créé en 1941 et liquidé en 1947.

Illustration 7 : inventaire des « documents » et livres de l’Association républicaine des anciens combattants saisis dans le cadre de la dissolution des organisations communistes en 1939 et remis au centre d’histoire contemporaine de la Bibliothèque nationale en 1943 (ancienne cote : BnF, archives institutionnelles, A 48/f7/39, en cours de reclassement).

Le projet est donc d’inventorier selon les principes archivistiques actuels tout ce qui concerne la période de la Seconde Guerre mondiale, tout en respectant les choix archivistiques de l’époque, et de faire dialoguer ces archives institutionnelles avec les instruments de travail des bibliothécaires, à l’instar des registres d’entrées. L’histoire des archives de la bibliothèque rejoint donc l’histoire d’une institution culturelle sous l’Occupation, interroge le rôle intellectuel de la bibliothèque par rapport au monde de l’édition et s’inscrit dans une histoire des spoliations et des provenances très actuelle.

Ce rapport à la mémoire est d’ailleurs interrogé dans le projet « ProMéTEUS » pour « Protéger la mémoire de la Nation » du temps de l’Occupation, études et usages « (1940-1994), sélectionné par le Labex Les Passés dans le Présent dans le cadre de son appel à préfiguration pour 2020. Ce projet a pour objet d’interroger dans une perspective comparative et complémentaire l’histoire et le fonctionnement des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale ainsi que d’examiner comment les enjeux mémoriels de l’après-guerre ont pu dicter les pratiques des professionnels du patrimoine écrit.

Illustration 8 : implantation des collections évacués dans le donjon du château d’Ussé (Indre-et-Loire) en 1939. La documentation des mouvements de collections, la tenue de journaux « sanitaires » des collections constituent encore aujourd’hui des informations précieuses pour l’histoire de la conservation (cote : BnF, archives institutionnelles, 2006/086/001).

À travers ces exemples, on voit comment des problèmes qu’on pourrait qualifier de techniques, puisqu’il est d’abord question de description archivistique, s’inscrivent dans des enjeux institutionnels beaucoup plus larges.

Anne Leblay-Kinoshita
Bibliothèque nationale de France

  1. Emmanuelle Bermès, Le numérique en bibliothèque : naissance d’un patrimoine. L’exemple de la Bibliothèque nationale de France (1997-2019), École nationale des chartes, 2020, vol. 1, p.15. []
  2. Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées, Les bibliothèques françaises sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 2008. []

(Re)relier les registres du Trésor des chartes : entre fossilisation et évolution

Une légende tenace voudrait que la constitution du Trésor des chartes – c’est-à-dire du fonds d’archives des rois de France – soit consécutive aux destructions documentaires subies par Philippe Auguste lors de la bataille de Fréteval en 11941 . Mais l’établissement d’un dépôt d’archives stable et fixe dans le palais royal de l’Île de la Cité, si l’on peut penser qu’il s’est fait à la faveur des travaux de restructuration du bâtiment initiés au tout début du XIIIe siècle et au moment où Paris commence à faire figure de « capitale »2, n’est attesté par des mentions fiables qu’au début des années 12303 . Placé par Louis IX dans un bâtiment annexe – aujourd’hui disparu – de la Sainte Chapelle, le précieux fonds d’archives demeure abrité dans ce sanctuaire jusqu’à la période révolutionnaire4 . C’est au milieu du XIVe siècle que le fonds prend le nom de Trésor. Ce terme, qui renvoie étymologiquement à l’idée d’accumuler des biens ayant une utilité singulière – en l’occurrence ici, les archives, instrument essentiel de gouvernement – devient aussi par métaphore un lieu de conservation prestigieux. Après avoir erré de dépôts provisoires en salles annexes à la fin du XVIIIe siècle, le Trésor des chartes trouve sa place au sein de l’Hôtel de Soubise, acquis par Napoléon en 1808 pour abriter les Archives impériales. Ce n’est qu’à la fin des années 1860 que le Trésor des chartes intègre son emplacement auprès de la célèbre armoire de fer, dans la salle centrale du premier étage des grands dépôts des Archives nationales, baptisée du même nom que le fonds qu’elle abritait (fig. 1). Aujourd’hui, une partie du Trésor des chartes se trouve dans la salle adjacente.

Figure 1 : L’armoire de fer (en orange) et les registres du Trésor des chartes (en vert) dans les grands dépôts des Archives nationales, Paris. Photo : Archives nationales (France), atelier de photographie.

Le fonds du Trésor des chartes est divisé en deux sous-séries : les cartons ou layettes (cotés J), et les registres (cotés JJ). On compte aujourd’hui près de 1100 cartons et 390 registres. Un premier coup d’œil sur les volumes reliés donne la sensation d’une étonnante uniformité (fig. 2). Pourtant, une observation plus avant révèle un ensemble dont l’hétérogénéité est à la mesure de la première illusion de cohérence. Grâce à un travail de conservation-restauration mené sur quelques-uns de ces registres dans le cadre d’un vaste chantier de numérisation, l’atelier des Archives nationales a eu l’occasion de mener un passionnant travail historique et technique autour de ces reliures. Ce billet va tenter de le résumer.

Figure 2 : Les registres du Trésor des chartes dans la salle de l’armoire de fer. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

De nouvelles reliures ?

Depuis 2015, les Archives nationales sont engagées dans un projet de recherche baptisé Himanis et piloté par l’IRHT. Bien plus qu’une simple numérisation des registres originaux, ce projet ambitionne d’offrir aux chercheurs la possibilité d’effectuer des recherches plein texte directement dans le contenu des registres de chancellerie du XIIIe au XVe siècle grâce à une technologie de reconnaissance des écritures manuscrites médiévales. Une interface de consultation des données couplée à un accès aux images est d’ores et déjà disponible, et recense près de 200 registres entièrement numérisés.

La mise en ligne de cette interface a nécessité un long et minutieux travail préliminaire visant à rendre possibles la manipulation et la prise de vue. Si certains volumes pouvaient être numérisés tels quels, d’autres – dont la structure très serrée et l’apprêture bloquée empêchaient l’accès à certaines parties du texte près des fonds de cahiers (fig. 3) – ont dû être démontés de leurs reliures. L’apprêture a été nettoyée et la couture défaite pour libérer les cahiers de leurs contraintes.

Figure 3 : Exemple de texte très proche du pli de fond de cahier sur le registre JJ 189. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Après avoir été numérisés, certains volumes ont été recousus et réintégrés dans leur reliure antérieure (parler de reliure d’origine serait ici un non-sens, nous verrons pourquoi). Dans d’autres cas, les cahiers de parchemin, libérés des fortes contraintes subies depuis plusieurs dizaines d’années, puis manipulés par les restaurateurs et par les photographes, ont vu leurs dimensions se modifier en raison du caractère hygroscopique du matériau. L’épaisseur de certains volumes excédait désormais de plusieurs millimètres – voire de plusieurs centimètres – la taille du dos de leur ancienne reliure. Décider de remonter ces reliures malgré tout nous aurait obligés à recréer une structure très serrée et rigide. Les discussions avec le conservateur du fonds5 ont mis en lumière deux éléments importants : remettre ces registres dans leur reliure aurait engendré de nouvelles complications de consultation et aurait été néfaste en termes de conservation. Une alternative était donc souhaitable.

Des origines chaotiques

Afin de proposer un projet de reliure au plus près des exigences de chaque objet singulier comme de l’ensemble de la série, nous nous sommes penchés sur le passé matériel de ces documents complexes. La sous-série baptisée « registres du Trésor des chartes » est en fait constituée de deux ensembles : d’une part, les registres des chancelleries royales proprement dits, produits à partir du règne de Philippe Auguste (1204) et jusqu’à celui de Charles IX (1568) ; et d’autre part, un ensemble d’inventaires et de copies des archives royales, rédigés au Moyen Âge et à l’époque moderne6 . Le plus ancien travail de classement (le registre de Pierre d’Etampes) date de 1318, mais ce sont les inventaires menés à bien par Gérard de Montaigu dans les années 1370 qui sont les plus célèbres.

Les registres des chancelleries (Grande chancellerie et chancellerie du Palais) contiennent les enregistrements des actes royaux, où prédominent très rapidement les lettres ayant une valeur perpétuelle (scellées de cire verte) et les décisions à portée individuelle. Ils sont à la fois un outil de gestion, un garant des preuves des possessions rattachées au domaine royal, et la mémoire d’un ensemble de grâces accordées par le roi – rémissions de peines, absolutions, chartes de privilèges, donations, amortissements, anoblissements, légitimations, naturalisations, etc.7 . De l’avis général, les contenus de ces registres peuvent être qualifiés de désordonnés. Moins soignés que les actes eux-mêmes dans la mesure où les registres étaient destinés à l’administration interne, la tenue des volumes manque globalement de rigueur (fig. 4). Certains actes ne sont que partiellement copiés, d’autres sont mélangés, intervertis chronologiquement, ou encore erronés, et certains cahiers ont été ajoutés ou soustraits au cours du temps. On peut y trouver des inscriptions malicieuses dans les marges, et les clercs chargés de rédiger ces registres, probablement payés au nombre de feuillets, ont parfois laissé des indications de comptage8 .  

Figure 4 : Deux feuillets du registre JJ 189 constituées de parchemins de qualité très inégales. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Il est très probable qu’au moment de leur rédaction, les registres n’étaient pas reliés, mais en cahiers séparés, qui étaient d’abord entre les mains des différents clercs rédacteurs des actes, avant d’être regroupés dans un deuxième temps, parfois sans grand souci de cohérence chronologique. Pour Robert-Henri Bautier9 , Gérard de Montaigu a trouvé les volumes à l’état de « tas de cahiers de parchemin maintenus par des ficelles ». L’état actuel des registres nous permet de penser qu’une reliure souple et peu coûteuse en parchemin de remploi a été effectuée à la fin du Moyen Âge. De cette ancienne campagne de reliure, nous conservons seulement les plats supérieurs et parfois inférieurs, intégrés dans les reliures contemporaines par un montage sur onglet (fig.5). Une inscription laissée par un relieur au premier folio de l’un des registres témoigne de la difficulté de travailler avec des cahiers de tailles différentes10 .

Figure 5 : L’ancien plat supérieur en parchemin de remploi remonté dans la reliure moderne du registre JJ 189. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Un fonds figé par la reliure ?

Ce système d’enregistrement est peu à peu abandonné dans la seconde moitié du XVIe siècle, les différents organes administratifs du royaume tenant eux-mêmes leurs propres registres. Les volumes sont alors conservés à la Sainte Chapelle, dans le bâtiment du Trésor qui lui donnera son nom. Après les saisies révolutionnaires, le fonds échoit à la jeune institution des Archives impériales puis nationales. Il est placé dans la salle des gardes de l’Hôtel de Soubise, où leur état matériel préoccupe Jean Antoine Letronne, Garde général des Archives de 1840 à 1848. Il décide de confier les précieux volumes à un relieur de la rue Saint-Jacques nommé Hirou. L’artisan, qui travaille également sur des ouvrages de la bibliothèque, facture les reliures des registres du Trésor des chartes à 40 francs l’unité, c’est-à-dire environ quatre fois plus qu’une reliure in-folio plein cuir classique. Un rapport de 1845 nous apprend que Hirou a effectué les reliures des 277 registres de la collection (il s’agit probablement des registres de chancellerie précédemment évoqués, cotés JJ 7 à JJ 266). Ces reliures sont des pleins maroquins brun orangé avec titrage à l’or.

À partir de la fin des années 1850, un atelier de reliure et de restauration est créé au sein même de l’institution des Archives. Le premier ouvrier relieur de des Archives est un dénommé Rose, successeur de Hirou à l’atelier de la rue Saint-Jacques. Il est très vite rejoint par d’autres ouvriers, et les relieurs sont environ six dans l’atelier tout au long de la seconde moitié du XIXe siècle11 . Les documents de demande de travaux de reliure adressés à l’atelier par les différents chefs de section nous apprennent que depuis la moitié du XIXe siècle, les registres de la série du Trésor des chartes n’ont cessé de passer par l’atelier pour des « raccommodages », des « réparations » ou encore des « réfections de la reliure ». Dans les années 1960, une nouvelle et vaste campagne de reliure concerne une partie des registres.

Malgré l’uniformité apparente de l’ensemble, tous les cas de figure existent : certaines reliures sont celles effectuées par Hirou au début des années 1840, d’autre ont été réparées ou refaites à une ou plusieurs reprises (fig. 6). L’aspect et la structure des registres du Trésor des chartes peut être comparé à un bateau de Thésée, dont la fossilisation, amorcée au milieu du XIXe siècle, a partiellement échoué. Si l’esthétique choisie par Letronne en 1840 est respectée par toutes les générations de conservateurs, relieurs et restaurateurs, la réalité matérielle est stratigraphiquement bien plus complexe. 

Figure 6 : De subtiles différences sont visibles dans les factures des reliures : nature et couleur du cuir, arrondi du dos, qualité du titrage. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Les impératifs structurels et esthétiques

Dans notre cas, la nouvelle reliure à mettre au point devait répondre à deux impératifs principaux : d’une part trouver un compromis entre solidité de la structure et ouvrabilité maximale ; et d’autre part s’insérer harmonieusement dans l’esthétique d’ensemble des reliures du Trésor des chartes. Récemment, quelques volumes de la série ont été reliés de nouveau selon les techniques mises au point par Christopher Clarkson12 et Robert Espinosa13 . Il s’agit de structures adaptées à la conservation à long terme, mettant en œuvre très peu d’adhésif, utilisant des matériaux dont la longévité a été éprouvée14 , et permettant une excellente ouverture des volumes (fig. 7).

Figure 7 : Reliure de conservation type Clarkson réalisée récemment sur le registre JJ 7. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Néanmoins, malgré leurs nombreuses qualités, l’adaptabilité de ce type de reliure diminue à mesure que la taille et le poids du volume augmentent. La majorité des registres de chancellerie du Trésor des chartes sont de très grands ouvrages, parfois très épais, et presque entièrement constitués de parchemin. En outre, l’identité esthétique très marquée de la série nous impose d’obtenir un résultat visuel proche de celui mis en place dans les années 1840. La future reliure devra donc présenter un dos en maroquin brun orangé, des nerfs (vrais, faux ou simulés par des filets au froid naturel), et un titrage à l’or. La qualité des maroquins produits aujourd’hui ne correspond pas aux principes de conservation les plus élémentaires15 le cuir devra donc être isolé du document original.

Une structure sur mesure

La couture est la colonne vertébrale du livre relié, elle détermine en grande partie la solidité et l’ouvrabilité du volume. Ces deux variables sont inversement proportionnelles : plus un livre relié s’ouvre à plat et moins sa structure est solide. Avant le XIXe siècle, presque tous les livres sont cousus sur des supports externes, c’est-à-dire saillants sur le dos. Ces supports assurent un certain maintien du volume à l’ouverture et à la fermeture. A partir du XIXe siècle, on cherche à obtenir des dos longs (sans nerfs), et les premières coutures sur rubans et sur ficelles grecquées apparaissent (fig. 8). La perte de solidité engendrée par ces coutures est souvent compensée par une apprêture16 très importante qui peut parfois aller jusqu’à bloquer complètement le dos et réduire drastiquement les possibilités d’ouverture.

Figure 8 : De gauche à droite : couture à chevrons sur double lanière de cuir fendu torsadé, couture droite sur lanière de cuir plate fendue, couture droite sur double nerf (septain de chanvre), couture à chevrons sur doubles nerfs (septains de chanvre), couture compensée ou bordée sur nerf simple (septain de chanvre), couture simple sur nerf simple (septain de chanvre), couture sur ficelle grecquée, couture sur rubans. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Dans une perspective de conservation à long terme, l’enjeu principal de la couture est d’accompagner les mouvements engendrés par l’ouverture et par la fermeture, et d’amoindrir les contraintes mécaniques. Le dos d’un livre, de forme concave lorsque celui-ci est fermé, devient progressivement convexe à l’ouverture17 . Si aucun support n’est présent ou s’il est insuffisant, l’arrondi formé par les cahiers lorsque le volume est ouvert risque de rompre, formant un angle caractéristique (fig. 9). Cette cassure est bien souvent à l’origine d’une série d’altérations pouvant parfois mener à une fragmentation de l’objet. Il est donc fondamental de répartir les tensions mécaniques exercées à l’ouverture sur un support approprié.

Figure 9 : Exemple de cassure de l’arrondi concave du dos. Photo : Lucie Moruzzis.

Il nous a semblé qu’une couture sur nerfs serait la plus adaptée à notre cas. Le registre coté JJ 189 (chancelleries de Paris et de la Cour, 1454-1461) mesure 365 mm de hauteur, 365 mm de largeur et 90 mm d’épaisseur, il est composé exclusivement de cahiers de parchemins. Relié au début des années 1960 et démonté pour être numérisé, il a été choisi pour réaliser un prototype. Afin de maintenir le poids des feuillets lors des manipulations, la couture a été effectuée sur quatre supports doubles faits de septains de chanvre. Nous avions envisagé de renforcer cette couture par un gainage supplémentaire, afin de créer un effet ressort (fig. 10).

Figure 10 : Première solution envisagée de gauche à droite : couture droite sur doubles nerf (septain de chanvre), la même couture renforcée par un fil mis en évidence par une teinture verte, la même couture renforcée par un fil blanc. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Lors de la rencontre thématique organisée par l’ARSAG (Association pour la recherche scientifique sur les arts graphiques) en 2019 autour du thème de la préservation du livre, Paulina Muñoz Del Campo, conservatrice-restauratrice d’arts graphiques et livres (atelier Art&.), a présenté une technique de renfort de couture mise au point par ses soins18 . Adapté d’un galon de passementerie (symétrique à nœuds plats), ce procédé consiste à effectuer des nœuds alternés de chaque côté du support après couture (fig. 11). La plasticité du résultat est parfaitement adaptée aux exigences de maintien du dos, et les essais effectués en atelier ont fini de nous convaincre.

Figure 11 : Schéma du point de renfort mis au point par Paulina Muñoz Del Campo. Schéma : Paulina Muñoz Del Campo.

Nous avons donc réalisé avec succès ce point de renfort sur la couture de JJ 189 (fig. 12). La réalisation de tranchefiles à point arrière (technique mise au point par Christopher Clarkson) a complété le maintien mécanique du dos.

Figure 12 : Le point de renfort effectué sur la couture du registre JJ 189. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Pour parfaire la solidité de l’ensemble, les supports de couture ainsi que les âmes de tranchefiles ont été passés dans des plats en carton de conservation, et des claies en toile de coton ont été appliquées sur le dos et sur les contreplats (fig. 13).

Figure 13 : La reliure du registre JJ 189 après passure en cartons. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

À ce stade, la structure se suffit à elle-même et répond efficacement aux exigences mécaniques liées aux dimensions importantes des volumes. Une coque en papier japonais moulée sur le dos permettra par la suite de réaliser un habillage amovible constitué de maroquin brun orangé pour le dos et de parchemin pour les plats (fig. 14). Le cuir du dos pourra alors être doré de la même manière que les autres volumes de la série. Cette jaquette sera maintenue sur le registre par un simple jeu de pliage, il sera donc extrêmement aisé de la remplacer si besoin. 

Figure 14 : La couvrure amovible effectuée sur une coque en papier japonais (maquette de travail). Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Conclusion

L’intervention de remplacement d’une reliure ancienne n’est jamais anodine. Elle nécessite de trouver un équilibre, nécessairement basé sur des compromis et des renoncements, qui respecte le plus possible les exigences de maintien mécanique, de conservation à long terme, et d’insertion esthétique dans un ensemble dont la cohérence apparente est souvent toute relative. Entre passé matériel complexe d’un objet et avenir d’une discipline en perpétuel questionnement, les interventions de conservation-restauration menant à la confection d’une nouvelle reliure sur des documents anciens sont un riche et passionnant champ d’exploration pluridisciplinaire.

Figure 15 : L’efficacité du maintien apporté par la couture, le point de renfort adapté de la passementerie, et le bâti permettent au registre JJ 189 de conjuguer ouverture optimale et structure solide et durable. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Lucie Moruzzis
Archives nationales de France

  1. Voir l’Introduction à l’histoire du fonds dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales. Voir également, pour une mise en perspective plus récente de l’histoire du Trésor des chartes, Potin Y., La mise en archives du Trésor des chartes, thèse de l’École des chartes, 2007 : positions. []
  2. Bautier R.-H., « Quand et comment Paris devint capitale », Bulletin de la Société d’Histoire de Paris 105 (1978), pp. 17-46. []
  3. Voir par exemple le mandement de décembre 1231 adressé depuis Vernon par Louis IX à Adam, son concierge du palais de Paris, pour qu’il permette à un clerc de la cour de venir copier des lettres du comte de Flandres qui sont conservées dans le dépôt (Arch. nat., J 1022, n° 3). []
  4. Potin Y., « Archives en sacristie. Le trésor est-il un bâtiment d’archives ? Le cas du « Trésor des chartes » des rois de France (XIIIe-XIXe siècle) », Livraisons d’histoire de l’architecture 10, n°1 (2005), pp. 65-85 : https://www.persee.fr/doc/lha_1627-4970_2005_num_10_1_1016 . []
  5. M. Jean-François Moufflet, que nous remercions pour sa collaboration et son aide bienveillantes. []
  6. Scheurer R., « L’enregistrement à la chancellerie de France au cours du XVe siècle », Bibliothèque de l’École des chartes 120, no 1 (1962), pp. 104‑129 : https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1962_num_120_1_449637. []
  7. Portugal E., « Le miroir et la plume, Registres, notaires-secrétaires et chancellerie royale au cœur du XIVe siècle », Circé. Histoire, Savoirs, Sociétés, no 3 (2013) : http://www.revue-circe.uvsq.fr/le-miroir-et-la-plume-registres-notaires-secretaires-et-chancellerie-royale-au-coeur-du-xive-siecle/. []
  8. Bautier R.-H., « Recherches sur la chancellerie royale au temps de Philippe VI (deuxième article) », Bibliothèque de l’École des chartes 123, no 2 (1965), pp. 313‑459 : https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1965_num_123_2_449700. []
  9. Cité par Emmanuelle Portugal, Ibid. []
  10. Cité par Rémy Scheurer, Ibid., Archives nationales JJ 68 (1331-1349) f°1 R° : (« non inveni principuum hujus quaterni et erat iste liber totus diffusus et dispersus per folia et quaternos et ipsos coadunavi et hoc modo consui ». []
  11. Ces événements sont documentés par les « archives des Archives » (série AB des Archives nationales), notamment aux cotes AB XLIV et AB XXIV. []
  12. Clarkson C., Limp Vellum Binding and its potential as a conservation type structure for the rebinding of early printed book, Oxford : Christopher Clarkson, 2005 []
  13. Espinosa R., « The limp velum binding : a modification », The new bookbinder 13 (1993), pp. 27-38. []
  14. Le cuir mégissé pour les supports de couture, le lin pour le fil de couture, le papier japonais pour l’apprêture, et le parchemin pour la couvrure. []
  15. Aubry T. et al., « Sélection d’un cuir de veau de tannage végétal destiné à la restauration de livres anciens, Premiers résultats », Actualités de la conservation 25 (2006) : https://multimedia-ext.bnf.fr/lettres/conservation/html/cn_act_num25_art2.htm. []
  16. Ce terme désigne l’ensemble des matériaux (papier, parchemin ou textile) collés sur le dos des cahiers cousus afin de le renforcer. []
  17. Conroy T., « The movement of the Book Spine », The Book and Paper Group Annual 6 (1987) : https://cool.conservation-us.org/coolaic/sg/bpg/annual/v06/bp06-01.html. []
  18. Un article à paraître dans le prochain numéro de la revue Support tracé présentera les multiples possibilités offertes par cette technique : http://arsag.fr/support-trace.html. []

Une histoire de nerfs cloués : les découvertes offertes par les interventions de conservation-restauration

Les métiers de la conservation-restauration peuvent parfois sembler ingrats. Les interventions matérielles préalables à la numérisation – absolument indispensables non seulement pour que le document puisse être manipulé, mais aussi pour sa lisibilité – nécessitent la mise en place d’une organisation à long terme et des opérations généralement répétitives et rébarbatives, autant pour le conservateur que pour le restaurateur ou pour le photographe. Ces chantiers de numérisation sont aujourd’hui monnaie courante aux Archives nationales, et peuvent être associés à des projets de grande ampleur, tels que la mise en ligne de modélisations en 3D du château de Versailles sous l’Ancien Régime (projet baptisé VERSPERA1). Pourtant ces opérations de routine peuvent être l’occasion de découvertes surprenantes.

C’est dans le cadre de ces chantiers de préparation à la numérisation que quelques registres de la série Z/1c sont arrivés à l’atelier de reliure et de restauration des Archives nationales. Ce fonds est constitué d’un peu moins de 500 registres. Entré aux Archives en 1847, il regroupe les papiers de la connétablie et de la maréchaussée de France depuis le XIVe siècle jusqu’à la Révolution française2. Seuls quatre registres du fonds, datés de 1528 à 1538, sont actuellement pris en charge par l’atelier de Paris (Z/1c/1 à Z/1c/4). Chacun de ces quatre volumes représente de nombreuses heures de travail, si bien que leur traitement doit être étalé sur une longue période.

Aperçu de l’un des registres du fonds Z/1c à son arrivée à l’atelier : plat supérieur (à gauche) et tranche de queue (à droite) – Archives Nationales Z/1c/4

Conservés dans des boîtes d’archives (un ou deux par boîte), les registres présentent au moment de leur arrivée à l’atelier un état matériel plus que préoccupant. Protégés seulement par une couvrure souple en parchemin (datant très probablement de l’époque de la rédaction), les volumes ont été exposés à une humidité très élevée sur une longue période. Cette humidité couplée à un conditionnement souvent inadéquat a eu pour conséquences d’importantes déformations des feuillets ; ainsi qu’une perte conséquente de la charge en colle du papier, qui a permis le développement de microorganismes et qui a considérablement affaibli le support. L’intervention de conservation-restauration en vue de la numérisation a donc un objectif double : renforcer le support papier d’une part, et lui rendre une certaine planéité d’autre part. 

Aperçu de l’état matériel des feuillets du registre dont j’ai hérité : affaiblissement et déformations – Archives Nationales Z/1c/1

C’est au cours du traitement long et répétitif de ces registres que j’ai fait une découverte inattendue au cœur même de leur structure. Comme de nombreux volumes d’archives, considérés comme peu prestigieux au moment de leur création au regard de leur reliure, les manuscrits de la connétablie comportent une structure souple en parchemin de seconde main, ou parfois de remploi. Le matériau de couvrure, de piètre qualité, remplit néanmoins son rôle de protection des feuillets. La couture est effectuée à chevrons sur doubles lanières fendues et torsadées de cuir mégissé (de couleur blanchâtre), ce qui non seulement dénote une volonté de confectionner un registre solide, mais nécessite aussi un certain savoir-faire dans le domaine de la reliure – d’autant que les cahiers sont parfaitement alignés en tête. Les lanières sont passées dans la couvrure en parchemin, qui est repliée sur elle-même afin de s’adapter au format des cahiers. Aucun feuillet de garde, aucun renfort du dos, ni aucune tranchefile, n’est ajouté.

Passure des lanières de cuir mégissé dans la couvrure de parchemin – Archives Nationales Z/1c/4

Largement utilisée du XVe jusqu’au XIXe siècle, ce type de reliure a souvent été à tort qualifiée de « reliure d’attente »3. En effet, même si ce type de structure – souvent appelée « reliure à la hollandaise » – peut sembler relever du niveau zéro de la reliure, elle présente en réalité une certaine solidité qui a participé à la transmission du volume jusqu’à nous. Mais si aucune information écrite n’a été perdue, on note des déformations importantes du support papier. 

Cette déformation est bien connue des restaurateurs de documents d’archives. Les cahiers de papier qui constituent les registres sont très épais (leur format réel est environ in-16, et peut aller jusqu’à in-24), et la forme du dos est passée de convexe à concave au fil du temps. Ce mouvement est tel qu’il est parfois possible de trouver des volumes dont le premier et le dernier cahier finissent par se rejoindre. Les origines et les mécanismes de ce type de déformation sont aujourd’hui mal connus et rarement étudiés4 , mais l’hypothèse purement mécanique liée à la couture du document semble plausible. Pour comprendre cette hypothèse, il est nécessaire d’évoquer le rôle primordial de la couture dans la mécanique du livre relié.

Déformation ou incurvation du dos, qui est passé de convexe à concave – Archives Nationales Z/1c/1

Véritable pilier du livre, la couture détermine toutes les opérations de reliure, celles qui la précèdent comme celles qui la suivent. Comme souvent dans le monde de l’artisanat, le terme « couture » désigne à la fois une opération et son résultat. Le procédé a deux objectifs : permettre de lier les cahiers les uns aux autres via le point de chaînette ; et attacher chacun de ces cahiers aux supports préalablement préparés5. C’est d’ailleurs l’opération qui consiste à passer – après couture – les supports dans des trous percés dans les plats qui différencie une reliure d’un emboîtage. Le terme reliure désigne l’opération qui consiste à relier les supports de couture aux plats. En résumé, si le livre relié était un corps humain, les supports de la couture seraient les vertèbres constituant ensemble la colonne vertébrale, le fil de couture serait la structure osseuse, et les cahiers seraient les muscles.

Aperçu de la structure de la couture en cours de démontage, évoquant un squelette – Archives Nationales Z/1c/1

La couture à chevrons, observée sur nos registres de la connétablie et sur beaucoup d’autres volumes reliés à la même époque, ajoute un troisième point d’ancrage aux deux premiers. Elle permet de solidariser le cahier au précédent non plus exclusivement par les points de chaînette, mais également par chacun des supports6. Si cette opération apporte indubitablement une solidité supplémentaire, elle présente l’inconvénient de tirer chacun des cahiers en arrière, vers le cahier précédent auquel il est rattaché. Distribué sur l’ensemble du dos, ce mouvement peut provoquer une inversion de la courbure convexe recherchée du dos. Plus les cahiers sont épais, plus cette contrainte est importante, puisque la distance parcourue par le fil pour rejoindre le cahier précédent est plus grande. Une couture à chevrons effectuée sur un volume dont les cahiers sont épais aura donc plus de chances de passer de convexe à concave (ou de plane à concave si le dos était peu ou pas arrondi).

Incurvation du dos sur un registre du XVIe siècle (à gauche), et déjà visible sur le même type de couture effectuée de nos jours (à droite) – Archives Nationales Z/1c/1

À chaque ouverture d’un volume, le dos passe de convexe à concave, puis de concave à convexe lorsque le livre est refermé7. Maintenir cette forme convexe lorsque l’ouvrage est fermé est l’un des enjeux mécaniques les plus importants de la reliure8. Le rôle primordial joué par la couture est secondé par d’autres opérations. L’endossure dite « à la française », pratiquée du XVIe au XIXe siècle environ9, consiste à tenter de bloquer cette forme convexe en forçant le passage des supports de couture dans les plats10. Le collage de morceaux de papier ou de parchemin – appelés claies ou apprêture – sur le dos vise à le solidifier, tout en maintenant une certaine souplesse permettant l’ouverture.

Quelques exemples de coutures sur doubles nerfs (à gauche), et une couture ancienne sur doubles lanières à chevrons (à droite) – Archives Nationales Z/1c/3

Une couture à chevrons, des cahiers épais, et aucune apprêture : toutes les conditions pour que le dos passe de convexe à concave semblent être réunies sur certains des registres de la connétablie déposés à l’atelier. L’un d’eux, le Z/1c/1 dont j’ai hérité, présentait des déformations si importantes qu’il a été décidé de défaire la couture avant de traiter les feuillets un à un, puis de réaliser une nouvelle couture plus adaptée aux cahiers épais.

Une couture ancienne à chevrons avec renfort du dos par des claies en parchemin (à gauche), et une couture similaire effectuée de nos jours (à droite) – Archives Nationales LL//1068

Il peut nous sembler intuitif que cette déformation du dos ait été lente et progressive, et que les relieurs du XVIe siècle ignoraient les conséquences de ce type de structure sur des volumes constitués de cahiers épais. Les documents d’archives ayant une valeur probatoire importante, ils devaient probablement être reliés de façon à pouvoir être conservés le plus longtemps possible.

Cette intuition a été contrée en quelques minutes. Après avoir déboîté la couvrure souple de parchemin du corps d’ouvrage, j’ai constaté une différence nette d’aspects entre les supports de tête et queue d’une part, et les autres supports d’autre part. En y regardant de plus près, il s’est avéré que des clous – probablement en fer au regard de leurs produits d’oxydation rougeâtres – avaient été ajoutés aux supports après couture. Ces clous, disposés à dessein en tête et en queue, avaient très certainement pour objectif d’empêcher le dos de prendre une forme concave.

Le clou du support de tête toujours en place (à gauche) et le clou du support de queue déposé (à droite) – Archives Nationales Z/1c/1                          

Une rapide vérification sur les autres volumes de la série a permis d’établir que le registre qui m’a été confié n’est pas un cas isolé. Parmi les volumes observés, environ un sur deux – ceux dont les cahiers sont les plus épais – avait ses supports de couture garnis de clous. Il ne s’agit donc pas d’une fantaisie d’un relieur zélé, mais bien d’une habitude transmise dans le temps, et dont l’objectif était probablement de conférer une certaine solidité – donc une certaine longévité – aux archives de la connétablie et de la maréchaussée. L’hypothèse selon laquelle les relieurs du XVIe siècle connaissaient les problèmes liés à la structure de reliure qu’ils réalisaient (et tentaient d’y remédier) est donc tout à fait crédible.

Clou visible dans l’un des supports de couture d’un registre (à gauche) et traces d’oxydation ferreuse dans le support d’un autre – Archives Nationales Z/1c/14 et Z/1c/39

Cette expérience démontre deux choses : premièrement, les interventions de conservation-restauration sont des occasions uniques et précieuses d’étudier la matérialité du patrimoine écrit et l’histoire des techniques11 ; et deuxièmement, il est nécessaire de questionner en permanence nos connaissances et nos intuitions en matière de techniques anciennes de reliure et de restauration12.

Lucie Moruzzis

Archives Nationales


  1. Jugie P., Laforest E. et Paturange M., « Numérisation et modélisation des plans de Versailles sous l’Ancien Régime », Support Tracé 17 (2018), pp. 45-54 []
  2. Z/1c. Juridictions spéciales ; Connétablie et Maréchaussée de France, Salle des inventaires virtuelle, Archives nationales, consulté le 23/09/2018 []
  3. Clarkson C., Limp Vellum Binding and its Potential as a Conservation Type Structure for the Rebinding of Early Printed Books, Oxford : Christopher Clarkson, 2005 []
  4. À l’exception de l’étude menée par W. K. Gnirrep et J. A. Szirmai en 1989, signalée par Cédric Lelièvre et Lise Marandet : Gnirrep W. K. et Szirmai J. A., “Spines reinforced with metal rods in sixteenth-century limp parchment bindings”, Quaerendo, XIX (1989), pp. 117-140 []
  5. La couture sans support, appelée « couture de brochure », est bien moins solide que la couture sur supports, est très peu employée avant le XIXe siècle en Europe, et ne permet que de réaliser un emboîtage. []
  6. Adam C., Restauration des manuscrits et des livres anciens, Paris : Erec, 1984, pp. 36-41 []
  7. Conroy T., « The movement of the book spine », The Book and Paper Group Annual 6 (1987), consulté le 26/09/2018 []
  8. Clarkson C., « Thoughts on sewing frame design for the book conservator », The Paper Conservator 19 (1995), pp. 41-50 []
  9. Elle sera remplacée à partir du XIXe siècle par l’endossure à l’étau, toujours pratiquée de nos jours. []
  10. Devauchelle R., La reliure en France de ses origines à nos jours, Tome II, de 1700 à 1850, Paris : Jean Rousseau-Girard, 1960, pp. 16-20 []
  11. Boudalis G., « Preserving the book as artefact : Conservation as the ideal occasion in which books are both repaired and structurally understood » dans ICOM-CC (éd.), Choices In Conservation Practice Versus Research, Copenhagen, 6-8 octobre 2010, Copenhague : The Royal Library, 2010, pp. 59-62 []
  12. Côte M. et Daniel F., « De Diafoirus aux thérapies de groupe : une petite histoire des techniques de conservation/restauration du livre » dans Association pour la recherche scientifique sur les arts graphiques (éd.), La conservation : une science en évolution, bilans et perspectives, Paris, 1997, Paris : ARSAG, 1997, pp. 94-102 []