Les provenances des bibliothèques jésuites européennes

En septembre 2018, le versant numérique du projet sur les provenances des bibliothèques jésuites européennes fut mis en place avec une présence sur les réseaux sociaux développée à travers une page Facebook ainsi qu’un compte Instagram, mais également deux sites Internet – le premier dévoué aux photos des provenances sur la plateforme Flickr, et le second plus général, à l’adresse www.jesuit-libraries.com. Chaque interface offre une approche différente du sujet et cherche ainsi à attirer un lectorat différent. Le dernier nommé est le site principal maintenu par la directrice du projet, Kathleen M. Comerford, professeure d’histoire à Georgia Southern University

–>  Le site Internet du « European Jesuit Libraries Provenance Project »

Le cœur du site est la base de données de provenances jésuites créée par Comerford. Elle contient des informations sur quelques 2 500 exemplaires différents. Chacun d’entre eux a pu être identifié comme appartenant à une bibliothèque jésuite européenne à l’époque moderne entre 1540 et les années 1770. Les utilisateurs peuvent la consulter et y accomplir des recherches sur les auteurs des livres, les détails de leur impression, les sujets traités, la nature de la provenance jésuite et la localisation actuelle des exemplaires. Tous ces résultats peuvent également être triés pour être plus facilement maniables. La base est mise à jour de manière régulière et l’objectif annoncé est de faire au minimum une révision du contenu par mois – des révisions qui impliquent tout autant la correction d’éventuelles erreurs que l’ajout de nouveaux livres récemment identifiés.

Le but général du projet est d’abord d’ordre intellectuel, touchant à l’histoire du livre, de la lecture et de l’éducation, mais également culturel puisqu’il implique des thèmes touchant à l’histoire globale, à celle des missions religieuses ainsi qu’à celle de la culture matérielle et des collections. Grâce à l’aide d’institutions comme la section des livres rares de la bibliothèque universitaire de Princeton, Kathleen Comerford a pu se déplacer pour voir plusieurs centaines de livres avec des ex-libris jésuites. Des photos prises aux bibliothèques de Yale et de la Folger, qui permettent aux chercheurs de se servir librement de leurs propres photos, permettent ainsi de reconstruire une partie de l’histoire de ces bibliothèques perdues.

Le projet ne souhaite cependant pas limiter son impact à ce type de base de données classique. Pour en accroître son utilité, le projet a recruté une étudiante de master de l’université, Rudy Bond. Cette dernière cherche à maximiser la visibilité de la recherche au cours de cette année universitaire en utilisant les réseaux sociaux, mais également en développant un manuel à destination des étudiants pour qu’ils soient plus à mêmes de tirer profit des données. Elle sera rejointe par un autre étudiant au cours du printemps 2019, à qui on confiera la bibliothèque photographique du projet conservée sur le site numérique de l’Université. Au cours de l’été, l’équipe sera renforcée par l’arrivée d’un troisième étudiant dont le rôle sera de transcrire et de traduire les notes marginales. Le travail numérique continuera d’être effectué au cours de l’automne avec un autre recrutement.

Illustration 2 : Encadrement gravé célébrant l’entrée de Louis XIII à Avignon (exemplaire de la Beinecke, Université de Yale).

L’intérêt de cette approche est démontré par trois photos qui soulignent l’envergure de la tâche entreprise par Rudy Bond. La première est l’encadrement gravé d’un exemplaire de l’édition avignonnaise du texte de Thomas de Berton, La voye de laict, ou, Le chemin des heros au Palais de la gloire, publiée en 1623 et qui montre l’entrée du roi Louis XIII dans la ville quelques mois plus tôt, en novembre 1622 (Illustration 2). L’illustration montre le roi entouré d’anges, de soldats, et d’autres symboles de triomphe. En bas de la page, un bibliothécaire depuis longtemps oublié a écrit « Collegii Mussip. Societ Iesu cat. Inscr. CL 112 », indiquant ainsi que l’exemplaire avait été intégré à la collection du collège des Jésuites de Pont-à-Mousson en Lorraine. De telles estampes attirent l’œil et introduisent le projet auprès de nouveaux lecteurs – l’un d’entre eux a même laissé ce commentaire : « simply stunning ».

Illustration 3 : Volvelle d’astrolabe planisphérique imprimée en 1581 (exemplaire de la Beinecke, Université de Yale).

Le second exemple (illustration 3) est celui d’une volvelle tirée de l’édition du manuel maritime de Michel Coignet, Instruction nouvelle des poincts plus excellents et necessaires touchant l’art de naviguer, publié par Hendrick Henricsz à Anvers en 1581 (USTC 30939). La volvelle a été mise en place dans cet exemplaire et permettait d’aider à l’instruction des navigateurs en leur montrant les dernières évolutions en termes d’équipement naval. Comme l’a souligné Kathleen Crowther dans un article récent paru dans The Atlantic, ce type d’ouvrage sur des thèmes comme la navigation, l’anatomie ou l’astronomie était l’équivalent à l’époque de nos livres animés.

Illustration 4 : Manicule et annotation marginale dans un exemplaire de la Beinecke (Université de Yale).

La troisième image est tirée d’une traduction latine des épîtres de Saint Paul publiée à Leipzig par Jakob Thanner en 1512 (USTC 651798). Tout comme le font aujourd’hui les étudiants et les professeurs, les lecteurs de l’époque moderne annotaient leurs livres et souhaitaient marquer les phrases qu’ils trouvaient les plus intéressantes. Une manière très répandue d’indiquer ces lignes étaient l’utilisation de la manicule, une représentation simplifiée d’une main qui dirigeait l’œil du lecteur vers un passage, comme on le voit dans l’illustration. Dans ce cas, on a souligné l’importance avec l’ajout des mots « No[ta] bene ».

Ces photos, et bien d’autres, peuvent être consultées sur le site Flickr du projet où les annotations ont été explicitées par Rudy Bond. Toutes ont été organisées et regroupées au sein d’albums qui permettent de regarder les images par thème, par exemplaire, ou selon d’autres critères jugés utiles. Les albums ainsi créés nous permettent de suivre la progression de la mise en ligne des photos ; ils aussi permettent aux internautes de voir ce que les Jésuites de cette époque possédaient comme ouvrages. Les photos ont aussi été étiquetées avec des mots-clefs pour que l’on puisse identifier des motifs au sein de leurs bibliothèques. Le choix de Flickr était basé sur le fait que cette plateforme était gratuite et en accès libre, et qu’elle nous permettait d’ajouter de nombreuses étiquettes, annotations et catégories différentes. Comme la base de données classique, cet outil nous permet de trier et d’interpréter rapidement les résultats. On espère ainsi que cela rend notre projet utile à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire des Jésuites.

Le compte Instagram joue un rôle différent : le but est de montrer au public nos plus belles et plus intéressantes photos et d’attiser ainsi la curiosité du plus grand nombre. Par le biais d’Instagram nous avons des abonnés qui en temps normal n’auraient jamais eu connaissance de ce projet ou des Jésuites. Ainsi, nous espérons développer le projet en attirant les chercheurs et les autres utilisateurs à entrer dans des débats autour de ces questions d’histoire intellectuelle et culturelle. N’hésitez pas à contacter Kathleen Comerford avec des commentaires, des corrections, des critiques ou d’autres contributions pour approfondir encore ce travail.

Kathleen M. Comerford et Rudy Bond,

Georgia Southern University

Collecter la mémoire professionnelle des bibliothèques ? Un exemple à la Bibliothèque municipale de Lyon

En plus d’être une institution en projet, chaque bibliothèque est également un lieu riche de son passé, résultant de multiples prises de décisions, produisant des archives. Les collections font parfois oublier l’aspect institutionnel de la bibliothèque, comme le contenu d’un livre peut faire oublier son aspect matériel. Peut-être cela explique-t-il que les bibliothécaires ne connaissent parfois que peu d’éléments historiques concernant leur institution de rattachement ? Pour garder trace des décisions l’ayant peu à peu façonnée, la Bibliothèque municipale de Lyon a créé en 2011 un groupe « Mémoire de la BmL ».

Comment collecter la mémoire professionnelle des bibliothèques ? En quoi cette collecte relève-t-elle du cœur de métier des bibliothécaires ? Pour les chercheurs comme pour les bibliothécaires, son intérêt est certain.

Bibliothèque de la Part-Dieu – 2011

Collecter la mémoire professionnelle : pourquoi et comment ?

Le groupe Mémoire a pour origine la crainte d’une rupture d’expertise, qui dépasse d’ailleurs les fonds patrimoniaux. Les années 2010 ont marqué le départ en retraite de nombreux collègues ayant exercé longtemps dans les mêmes fonctions, à une époque où la mobilité professionnelle était moindre. Nous souhaitions donc capitaliser l’expérience individuelle pour assurer une continuité de l’expertise collective. Comment la BmL a-t-elle procédé ?

La première étape fut de circonscrire le projet, avec pour axes de travail :

  • l’histoire globale des collections (provenance, traitement, cotation) et des bâtiments (bibliothèque centrale et réseau) ;
  • l’histoire des expositions (bibliothèque centrale et réseau) ;
  • bibliographie relative à l’histoire de la BmL (sources / études publiées et non publiées / iconographie / références en ligne) ;
  • la collecte de témoignages (vidéos, audios, écrits), tous grades et corps de métiers confondus (pratiques et décisions ayant marqué l’évolution du métier).

Le projet Mémoire de la BML est aujourd’hui le fruit de l’engagement d’un nombre important de collègues : responsables de départements, équipes techniques, communications interne et externe, équipe Web, collègues retraités. Les destinataires de ce travail collectif sont divers : toucher le grand public relève d’un enjeu sociétal (« que se passe-t-il dans ma bibliothèque ? »), s’adresser aux étudiants et chercheurs d’un enjeu heuristique (« que nous dit l’histoire de telle bibliothèque ? ») ; il y a enfin un enjeu RH/formation à associer les personnels (« que sais-je de l’institution qui m’emploie ? »). Si tous les témoignages et éléments collectés (et même quelques objets) n’ont pas vocation à être immédiatement mis à disposition des publics, la majorité est aujourd’hui accessible en ligne. Quels sont les enjeux d’un tel travail pour le monde de la recherche ?

Un enjeu pour la recherche

Le travail de mémoire professionnelle réalisé par les bibliothèques permet aux chercheurs d’accéder à des informations sur les collections qui leur seraient autrement hors de portée. Il peut compléter les apports de la bibliographie matérielle et le travail réalisé sur les provenances (informations sur l’ouvrage, registres d’entrées). L’étude de ces dernières (une démarche déjà ancienne à la BmL) permet de reconstruire l’histoire des documents en synchronie (où le document se trouvait-il à telle date ?) et en diachronie (entre quelles mains est-il passé au gré des années, des siècles ?). Or les marques de provenances sont fréquemment apposées par les bibliothécaires : cachets, anciennes cotes manuscrites ou tamponnées, signes incompréhensibles indiquant à l’époque une information comprise de tous (comme « ff » pour « fiche faite dans telle bibliothèque en telle année par telle personne pour tel catalogue »). En ce sens, l’histoire des bibliothèques (« ce cachet correspond à telle bibliothèque ») ou des possesseurs (« Mme et M. … possédaient cette estampe en 1742 ») est nécessaire mais ne suffit pas : l’histoire des pratiques professionnelles au sein des bibliothèques est également requise pour éclairer l’histoire des documents.

Catalogue de la bibliothèque du grand collège à Lyon. Ms 1459, XVIIIe s. Dans la marge de gauche, probablement le classement topographique

L’enjeu est de pouvoir reconstruire une histoire des décisions prises par les professionnels. Cette ambition se concrétise par exemple via l’écriture de l’histoire de la cotation : centrale, souvent méconnue, l’histoire de la cotation de chaque bibliothèque est un sujet complexe, qui a pris à la BmL la forme d’un document d’une quarantaine de pages. Elle permet de comprendre les logiques bibliothéconomiques retenues au fil des siècles, que se soit pour le rangement au sein des locaux ayant abrité ces documents ou pour faire évoluer les systèmes de cotations (pour l’attribution d’une cote à un seul document ou à des ensembles de plusieurs centaines de livres[1]). Pour rédiger l’histoire de la cotation, on peut utiliser des articles rédigés par d’anciens collègues et des archives. On peut également interroger les différentes annotations manuscrites apposées par les bibliothécaires au gré des ouvrages ou des catalogues papiers. S’il s’agit parfois de simples changements de cotes, on peut également trouver des éléments qui, une fois identifiés, datés, voire attribués, aident les chercheurs à retracer l’histoire des documents ou le traitement d’une discipline. Les collègues capables de reconnaître l’écriture de leurs prédécesseurs sont souvent proches de la retraite. Il est important de collecter ces informations sans attendre.

Anciennes indications d’inventaire (18283) et probables localisations antérieures, « G – 12 » pourrait être la cote dans la bibliothèque privée Charvin ; « B. L. (pour Belles Lettres ?) C.(?) 2bis fi(?) 1330 » indiquerait la localisation au sein de l’ancienne bibliothèque du Collège de la Trinité

Les chercheurs nous interrogent régulièrement sur l’histoire des reliures et restaurations de tel ou tel document. Cette question revient souvent concernant les recueils (quand et par qui ont-ils été réalisés ? Avec quelle intention ?) Mais elle nous est aussi fréquemment posée dans le cadre de la comparaison d’exemplaires (tel cahier a-t-il pu être ajouté ultérieurement lors d’un travail de reprise de la reliure ?). La BmL renseigne donc depuis plusieurs années systématiquement les dates et lieux de restauration des ouvrages sur leur notice en ligne ainsi que sur le document lui-même[2].

Chaque bibliothèque est la mieux placée pour entreprendre une histoire de ses pratiques. Si l’aide d’étudiants[3] ou de chercheurs est bienvenue, voire indispensable, le souci d’efficacité commande que les institutions initient ce travail et le rendent possible, ne serait-ce qu’en donnant accès à ces documents qui dorment le plus souvent en archives internes, et dont seul le personnel connaît l’existence : rapports annuels des départements et des structures, correspondance interne/externe, et parfois même carnets de bord tenus par des responsables de service ou de collection.

Exemplaire annoté du catalogue de vente de la collection Coste : les acquisitions par la BmL ont été renseignées directement sur le catalogue

À ce sujet, la question jusqu’ici non résolue de l’archivage des emails se pose : si les archives électroniques (documents, tableaux) sont le plus souvent bien transmises entre collègues, ça n’est pas le cas des échanges de courriels. Sur ce point, la BmL s’est tournée vers les Archives municipales de Lyon. Elles travaillent cette question depuis plusieurs années et sont aujourd’hui en mesure de former les agents de l’ensemble des services aux bonnes pratiques en la matière.

Travail en cours…

La BmL en fait-elle suffisamment pour la collecte de sa mémoire professionnelle ? De nombreux éléments ont été mis en ligne, nous devons toutefois :

  • continuer à collecter des témoignages (écrit, audio, vidéo), si possible au rythme de deux par an, un à défaut ;
  • continuer de documenter l’histoire de chaque bibliothèque (centrale et réseau) ;
  • penser à verser aussi régulièrement que possible nos archives aux Archives municipales ;
  • faire nôtre l’invitation des archives à travailler pleinement la question de l’archivage électronique ;
  • affiner notre travail sur l’histoire de la cotation afin de pouvoir le diffuser ;
  • initier un travail d’identification des différentes « mains », ou écritures manuscrites, disséminées dans nos usuels (catalogues d’expositions, répertoires de publications).

Expositions en lignes

Si les enjeux de la collecte professionnelle dépassent la seule BmL, c’est qu’ils relèvent d’une ambition nationale. Soulignons le travail inspirant de la BnF sur ce sujet :

En dégageant des moyens pour réaliser un travail de cette ampleur, la Bibliothèque nationale joue remarquablement son rôle de tête de réseau. La BmL peut bien sûr faire mieux, plus, différemment peut-être, sans toutefois rougir du travail déjà réalisé. Si la feuille de route est ambitieuse, l’urgence qu’impliquait le collectage des premières années s’est muée en une approche aujourd’hui plus globale. La singularité de la démarche de la BmL réside dans son caractère systématique, à notre connaissance unique pour une bibliothèque municipale. Les retours très positifs reçus du monde de la recherche sur notre base provenances et le travail de collectage nous encouragent à poursuivre ce projet.

Mémoire professionnelle et cœur de métier des bibliothécaires 

Il y a en effet un enjeu d’identité à rassembler, puis rendre accessible, la mémoire professionnelle. Les bibliothèques se retrouvent parfois capables d’indiquer aux lecteurs les emplacements des brocantes d’une région sur un demi-siècle via le dépôt légal, mais incapables de fournir des informations précises sur les décisions ayant guidé leur propre évolution sur la même période. Collecter les dates, faits, réflexions ayant marqué une institution, c’est se donner du souffle. C’est également un enjeu de gestion de ressources humaines : une institution sachant transmettre son histoire est plus à même d’intégrer les collègues nouvellement recrutés ou de former en continu ceux déjà en poste.

Être capable d’expliquer la cohérence de l’action menée par son institution dans le temps est également un levier pour convaincre la hiérarchie politique du bien fondé des orientations prises. Bibliothèques municipales ou universitaires ont tout à gagner à rendre compte de la cohérence de leur travail sur un temps long. Cette dimension de communication externe est importante à une époque où les financements doivent plus que jamais être justifiés auprès des tutelles, voire auprès de mécènes. Elle relève alors d’un enjeu stratégique.

L’enjeu est enfin sociétal et touche notre cœur de métier. Connaître l’histoire de sa bibliothèque en particulier, et des bibliothèques en général, permet à chaque professionnel d’y voir plus clair, qu’il ou elle travaille auprès de publics défavorisés ou privilégiés, dans un service patrimonial, un espace numérique, un département Jeunesse… Les actions contre l’illettrisme touchant la petite enfance comme la présentation de documents manuscrits médiévaux sont les extrémités d’une même chaîne : c’est le bouquet d’actions menées au quotidien qui donne son sens au travail des bibliothèques. Cet impact sur la vie de la cité constitue le point commun et le fondement de notre action. C’est ce qui fait qu’un magasinier ou un cadre, en BU ou BM sont collègues. Collecter et communiquer sur son histoire professionnelle, c’est affirmer la place et le rôle politique des bibliothèques. Étudiants, universitaires, cabinets d’experts peuvent nous aider à réaliser ce travail. Mais s’il n’est pas impulsé par les bibliothécaires eux-mêmes, par qui ?

Salle de lecture de la Bm centrale, Palais Saint-Jean (1911-1972)

L’intérêt de cette démarche pour le monde de la recherche est certain : elle permet aux bibliothécaires de mieux renseigner les chercheurs sur l’histoire des exemplaires comme des collections. Pour les bibliothécaires, la collecte de leur mémoire professionnelle revêt un enjeu d’identité professionnelle : elle leur permet d’identifier les décisions ayant façonné leur institution et donne des jalons pour se projeter. Enfin, à l’image des travaux pluridisciplinaires d’histoire des pratiques[4], collecter la mémoire professionnelle participe d’une question plus large encore : la signification de notre action et son impact sociétal.

Yann Kergunteuil – Bibliothèque municipale de Lyon, fonds ancien

[1] À la fin du XIXe siècle, Desvernay et Molinier ont ainsi modifié l’ensemble des cotes de manuscrits initialement attribuées par Delandine, premier bibliothécaire municipal nommé en 1803.

[2] Sur le document au contreplat supérieur (crayon HB), sur la notice en ligne en zone de catalogage « 318 », comme sur ce document coté SJ AR 5/82.

[3] Voir les travaux de C. Marty (MSD 096), M. Delavenne (MSD 0199), J-F. Lutz (MSD 0416), C. Rollin (MSD 0510), G. Haraux (MSD 0546).

[4] Voir le travail réalisé par le Labex « Les passés dans le présent », Université Paris VIII et X.