Stratégies auctoriales et éditoriales de destination large : de la fiction narrative aux XVe et XVIe siècles à la Bibliothèque bleue de Normandie (XVIIe-XIXe siècles)

Le début du mois de juin 2019 a été une période particulièrement riche en événements pour la ville de Caen. Dans le cadre des commémorations du 75e anniversaire du Débarquement et de la Libération de la Normandie, de nombreuses cérémonies et manifestations culturelles se sont déroulées dans la ville normande.

D’autres événements se sont pourtant rapportés à un passé un peu plus lointain : du 5 au 7 juin a eu lieu à la Maison de la Recherche en Sciences Humaines (MRSH) un colloque international consacré aux stratégies de destination large de la fiction narrative aux XVe et XVIe siècles, organisé par Pascale Mounier et Hélène Rabaey, suivi par une série de conférences autour de l’exposition Dans les pas du colporteur ; la Bibliothèque bleue de Normandie (Bibliothèque Alexis de Tocqueville, du 7 juin au 22 septembre 2019), mise en place par Pascale Mounier et Sophie Biard (conservatrice responsable du patrimoine, Bibl. de Caen). Conçus à l’origine comme deux projets indépendants, liés presque uniquement par la personne de Pascale Mounier, co-initiatrice et co-organisatrice de l’une et de l’autre de ces manifestations, le colloque et la série de conférences autour de la Bibliothèque bleue normande se sont en fait enchaînés de façon tout à fait naturelle : les stratégies des éditeurs de la Bibliothèque bleue de Normandie présentent pas mal de parallèles avec celles des éditeurs du XVIe siècle mises en lumière pendant le colloque. En outre, la question du public visé était au cœur de chacune des deux rencontres.

Quelques changements de programme de la dernière minute : Christine de Buzon, Magalin Jeannin et Nancy Oddo n’ont pu venir. Hélène Rabaey a donné une communication intitulée Les presses lyonnaises à la conquête d’un lectorat large : les éditions de Jean Louveau et Georges de la Bouthière de l’Âne d’or d’Apulée.

 

Publics ciblés et lecteurs réels

Au-delà de l’usage de l’imprimé (par opposition au manuscrit) et du choix de la langue vulgaire (par opposition au latin), quelles sont les modalités de préparation de textes et de livres employées aux XVe et XVIe siècles par des auteurs et des éditeurs d’œuvres de fiction narrative aspirant à atteindre un public élargi ? Telle est la question sous-tendant les communications et les échanges qui ont animé le colloque Les stratégies de destination large de la fiction narrative. Il s’agissait d’adopter une approche relevant de la littérature et de l’histoire du livre plutôt que de celui de l’histoire de la lecture et des collectionneurs, c’est-à-dire que l’on s’est intéressé à l’étude de la réception programmée et du « lecteur implicite » ou « lecteur idéal » et non pas à celle de la réception effective par des lecteurs réels. Les éléments mis au profit pour trouver des indices sur le lectorat ciblé et les projets de destination large étaient de plusieurs ordres :

  1. Le métadiscours produit par l’auteur, traducteur, adaptateur ou éditeur qui peut fournir des indices sur le lectorat ciblé et révéler des projets de destination large.

  2. Les marques génériques ou sous-génériques des textes.

  3. Les particularités linguistiques des œuvres.

  4. La matérialité des livres : mise en page, découpage du texte en chapitres, format bibliographique, qualité du papier, illustrations etc.

Ellen Delvallée a fourni un exemple de signaux métadiscursifs qui indiquent un projet auctorial d’élargissement de public, dans sa communication sur les Épîtres de l’amant vert du poète médiéval Jean Lemaire de Belges. Ces deux poèmes, composés en 1505, mettent en scène le perroquet favori de Marguerite d’Autriche, la protectrice du poète. Dans le premier, le perroquet, qui avait été dévoré par un chien, raconte que l’indifférence de sa maîtresse à son égard l’avait poussé à se suicider en se jetant entre les mâchoires du chien. La deuxième épître contient une relation amusante de l’entrée du perroquet dans l’autre monde.

Si le premier poème, plein de de références biographiques précises, circulait sous forme manuscrite dans un cercle restreint de lecteurs initiés, le deuxième, né du succès du premier, contenait peu d’allusions spécifiques et visait déjà un public un peu plus large. C’est cependant la version imprimée de ces poèmes, publiée en 1511, qui témoigne le plus manifestement d’une stratégie d’atteindre un public élargi. Intégrés dans un ouvrage destiné à un public d’amateurs d’histoire, Les illustrations de Gaule et singularités de Troye […], à un moment où l’auteur avait quitté son ancienne protectrice pour passer à la cour de France, leur lien direct avec l’entourage de Marguerite d’Autriche n’y est plus évident. Les épîtres sont toujours adressées à « Madame Marguerite Auguste » et leur premier sens reste intact, mais en les faisant précéder par une lettre à Jean Perréal, peintre du Roi qui pouvait recommander l’œuvre à l’attention de la reine Anne de Bretagne et en opérant de légères changements textuels, Lemaire de Belges les a dotés d’un sens nouveau et plus général : Anne de Bretagne se superpose à Marguerite d’Autriche. Cette union de dames appartenant l’une à la cour de Bourgogne et l’autre à la cour de France se conjuguait en outre parfaitement avec le message politique conciliateur des Illustrations.

Jean Lemaire de Belges, Les illustrations de Gaule et singularitez de Troye […] Paris, Geoffroy de Marnef, 1512. (BnF ES4-LA2-4 (ALPHA,1))

Les « dames » et « demoiselles » nobles sont régulièrement évoquées comme destinataires dans les paratextes d’œuvres de fiction d’auteurs et éditeurs désirant atteindre un large public (communications d’entre autres Véronique Duché et Helwi Blom). Comme l’a rappelé à juste titre Jean-Claude Arnould, il y a lieu de se méfier de ce genre de remarques, surtout quand elles ne sont pas spécifiées. Elles peuvent bien être le résultat d’une sorte de jeu de codes littéraires qui cachent le fait que l’on visait bien (toujours) un lectorat masculin. Un décalage similaire entre différents types de lecteurs et de lectures programmés et visés apparaît parfois dans les éditions des romans issus des chansons de gestes et romans médiévaux (communications de Maria Colombo-Timelli, Fanny Maillet et Gaëlle Burg). Si les références aux « nobles » et « princes » dans certains prologues d’éditions présentant les caractéristiques d’une large diffusion semblent trahir un choix délibéré de masquer le fait qu’il s’agit d’un projet de vulgarisation, elles semblent dans d’autres cas relever plutôt d’une négligence de la part d’éditeurs peu soucieux d’adapter les éléments paratextuels des versions médiévales aux réalités du public qu’ils visaient eux-mêmes. La voix de l’auteur médiéval se dédouble alors de celle de l’éditeur de livres destinés au plus grand nombre du XVIe siècle.

Adresses aux dames dans Diego de San Pedro, Petit traité, de Arnalte et Lucenda, traduit par Nicolas de Herberay. Lyon, Veuve Gabriel Cotier, 1570 (Lyon, B.M., FC042) et dans Le quatriesme livre de Primaleon de Grece, filz de Palmerin d’Olive, empereur de Constantinople […]. Lyon, Benoît Rigaud, 1583 (Gallica).

Ce phénomène de l’inscription de publics et de modes de lecture différents dans un seul et même ouvrage s’est avéré bien répandu au XVIe siècle. Pascale Mounier a par exemple démontré que bien que la lecture en apparence préconisée par l’auteur du curieux roman d’Alector soit une lecture humaniste et poussée, le roman met également en place des dispositifs d’une lecture partielle (excuse de l’étrangeté de l’œuvre par l’auteur, structure décousue, variété) permettant au lecteur moins cultivé de ne s’arrêter qu’aux éléments qui lui plaisent. « Mobilité et tensions entre lectorats idéaux différents », « facilitation de modes de lecture divers », « malléabilité de la persona de l’auteur », « stratégies de destination d’attrape-tout » : autant d’expressions que l’on peut utiliser pour résumer les conclusions de plusieurs autres intervenants à propos de textes relevant de genres narratifs de différentes natures (Scott Francis, Bernd Renner, Nora Viet, Thibault Catel, Grégoire Holz).

 

Le rôle des éditeurs commerciaux

À partir du cas de l’Âne d’or d’Apulée Hélène Rabaey a par contre mis en évidence un procédé selon lequel traducteurs et éditeurs de textes créaient des versions bien distinctes en vue de lectorats et modes de réception variés. Les traductions de Jean Louveau et de George de la Bouthière, publiées toutes les deux en 1553, diffèrent sensiblement, tant au niveau du texte qu’au niveau de leur mise en livre. Celle de la Bouthière reproduit par exemple la division habituelle du texte en 11 livres tout en l’illustrant d’un ensemble de 64 bois gravés de qualité soignée, tandis que Louveau offre un texte divisé en 83 chapitres et pourvu d’une table de matières, qui aide le lecteur à s’orienter dans le texte et à sélectionner des morceaux qu’il aimerait lire. L’édition de la traduction de Louveau ne compte cependant que 48 gravures de peu de qualité. C’est bien cette édition, moins chère et plus accessible au lecteur, qui a connu le plus de réimpressions.

Luc. Apulée de Lasne doré : contenant onze livres, trad. en françois par Jean Louveau d’Orléans. Lyon, Jean Temporal, 1553 (Lyon, B.M., Rés. 801453) et Metamorphose, autrement L’Asne d’or de L. Apulee […]. Traduite […] par George de la Bouthiere Autunois. Lyon, Jean de Tournes & Guillaume Gazeau, 1553. (Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Res/A.lat.b. 41).

Dans sa communication sur la reprise de contes boccaciens dans des recueils de nouvelles français publiés au XVIe siècle, Anne Boutet a également insisté sur les différences entre des éditions qui jouent sur la complicité entre le compilateur et un public qui a déjà lu ces nouvelles dans d’autres recueils, et celles qui visent un lectorat renouvelé auquel on offre une trame narrative simplifiée et de points de repère précis. Quant aux éditeurs de « vieux romans »1, Sergio Cappello a évoqué les pratiques de Michel Le Noir, qui, lui aussi, menait une politique de diversification éditoriale en constituant des séries différentes.

Malgré la riche variété des œuvres et des approches choisies, les conclusions des participants au colloque ont presque toutes convergé sur l’idée que, tout au long de la période étudiée, de la première édition d’Olivier de Castille chez Garbin à Genève (Ana Pairet) aux imitations et réimpressions des « vieux romans » par Nicolas & Pierre Bonfons à Paris et Benoît Rigaud à Lyon (Francesco Montorsi et Helwi Blom), auteurs, traducteurs et éditeurs d’œuvres de fiction ont fait preuve d’une remarquable créativité sur le plan de l’invention de stratégies de destination (plus) large, tout en restant attentifs aux goûts de lectorats ciblés.

 

Une demi-journée d’étude sur la Bibliothèque Bleue normande

La dernière séance du colloque, composée entièrement sur des textes appartenant au corpus des « vieux romans » vulgarisés par des éditeurs soucieux de produire des livrets bon marché accessibles au plus grand nombre, a en quelque sorte préludé à la demi-journée d’étude sur la Bibliothèque bleue de Normandie qui a eu lieu par la suite. La série de conférences du vendredi après-midi a permis de reprendre certaines des questions sur les pratiques de vulgarisation des éditeurs du XVIe siècle finissant ainsi que sur la matérialité et les modes de diffusion de leurs éditions soulevées lors du colloque.

Malcolm Walsby

Sans entrer de façon explicite dans la discussion sur la question de la définition du phénomène de la Bibliothèque bleue, problématique qui est intimement liée à celle de ses origines et de son évolution2, le premier intervenant, Malcolm Walsby (Université de Rennes), a présenté au public une analyse de la composition et de l’évolution du marché du livre français du XVIe siècle très éclairante à cet égard. Si avant les dernières décennies du XVIe siècle, les gens du livre normands se sont surtout occupés de la vente de livres imprimés ailleurs et de quelques impressions d’intérêt local (livres religieux, livres scolaires, actes et ordonnances), c’est qu’ils devaient faire face à la concurrence des éditeurs parisiens qui dominaient la production imprimée française. Ce sont les guerres de la Ligue à l’extrême fin du XVIe siècle qui ont provoqué un changement radical dans le paysage éditorial : elles ont causé des problèmes de transport de papier et de livres qui ont gravement affecté le marché du livre et notamment le marché parisien. Les éditeurs provinciaux ont su tirer profit de la situation. Faisant de nécessité vertu, ils ont commencé à imprimer au plus bas coût des textes que l’on faisait autrefois venir d’ailleurs et auxquels on n’avait maintenant plus accès. D’après Malcolm Walsby, ces livrets imprimés avec peu de soin (caractères usés, papier de mauvaise qualité, bois gravés rudimentaires) – mais avec beaucoup de succès – pour le compte des éditeurs provinciaux, ont constitué les fondements de la Bibliothèque bleue.

Les archives extrêmement riches et variées de la maison Chalopin à Caen conservées aux Archives du Calvados et à la Bibliothèque de Caen (entre autres un livre de copie-lettres tenu entre 1774 et 1789) présentées par Mathilde Le Roc’h Morgère (Archives départementales de l’Isère) ont ensuite servi de base à une discussion stimulante de la politique éditoriale des Chalopin.3 Procédant de façon très prudente afin d’éviter des problèmes d’écoulement, ceux-ci ont réussi à bien développer leur commerce de « livres bleus » pendant les dernières décennies du XVIIIe siècle. La suggestion de Mathilde Roc’h Morgère que le dernier représentant de la Maison, Pierre Théodore Chalopin (mort en 1832), aurait eu l’ambition de transformer le fonds en y insérant des œuvres plus prestigieuses était particulièrement intéressante, vu le fait qu’un trajet pareil nous rappelle ceux des Bonfons à Paris, des Rigaud à Lyon et des Costé à Rouen.

État des stocks de la Maison Chalopin 1788-1825 (Caen, B.M., Ms. in-fol. 386)

Les pièces d’archives sur le Chalopin ne sont pas seulement une mine d’or pour ceux qui s’intéressent à la politique éditoriale et les relations commerciales des Chalopin, elles mettent également en lumière le caractère fragmentaire de nos connaissances bibliographiques dans le domaine des impressions « populaires » de l’époque moderne. Qui dit « livres à destination large » et « Bibliothèque bleue », dit en effet « livres perdus » et « pénurie bibliographique ». C’est ce que les trois derniers intervenants n’ont pas manqué de souligner à plusieurs reprises.

Marie-Dominique Leclerc (Université de Reims-Champagne) a évoqué ce problème dans le contexte d’une étude comparative des pratiques des éditeurs de la Bibliothèque bleue de Troyes d’un côté et de celles des éditeurs normands de « livres bleus » de l’autre. S’appuyant surtout sur des catalogues de fonds, elle a tracé des lignes de convergence et de séparation entre la production « bleue » des deux centres pour s’arrêter ensuite au fait que les relations entre les éditeurs troyens et leurs confrères normands n’ont apparemment pas uniquement été marquées une volonté de concurrence, mais aussi par des initiatives de collaboration.

Éditions rouennaise et troyenne du Purgatoire de S. Patrice (Troyes, B.M., Bbl 1325 et Bbl 456)

Il s’agit ici d’un travail pionnier qui ouvre des perspectives nouvelles pour la recherche dans ce domaine et qui montre en même temps qu’il nous reste bon nombre « zones d’ombre » et de vieilles énigmes, comme par exemple celle des fausses adresses/adresses fantaisistes employées aussi bien à Troyes qu’en Normandie. Le travail reste encore à faire pour identifier les imprimeurs de ces livrets, voire à comprendre pourquoi ils ont eu recours à des stratégies pareilles pour produire des livres tout à fait innocents et faisant partie du domaine public.

Exemplaire (Troyes, B.M., Bbl 1940) d’une édition du conte de Mme d’Aulnoy attribuée par Alfred Morin aux Garnier de Troyes, mais que René Hélot identifie comme pouvant venir des presses des Chalopin de Caen.4

C’est précisément le défi bibliographique que posent les « livres bleus » et notamment la Bibliothèque bleue normande, moins connue et moins étudiée que celle de Troyes, qu’ont voulu relever les deux dernières intervenantes, Pascale Mounier (Université de Caen) et Helwi Blom (Université Radboud de Nimègue). En prenant le relais des collectionneurs et érudits des XIXe et XXe siècles qui se sont intéressés aux « livrets bleus » normands, elles ont entrepris d’établir un inventaire analytique des œuvres de fiction narrative publiées par les éditeurs de la Bibliothèque bleue normande entre 1680 et 1830 environ. Pascale Mounier s’est concentrée sur la production romanesque, Helwi Blom sur le reste du répertoire narratif.

L’étude du corpus narratif a grandement été facilitée par les préparations de l’exposition et de la demi-journée d’étude qu’ont menées Pascale Mounier et Sophie Biard, conservatrice responsable du patrimoine de la Bibliothèque de Caen. Dans ce cadre, elles ont fait l’inventaire des « livres bleus » conservés à la Bibliothèque Alexis de Tocqueville ; les ouvrages en question ont par la suite été numérisés et rendus accessibles sur le site Web de la bibliothèque de Caen. Bien qu’il s’agisse d’un travail de longue haleine qui est loin d’être complété – si tant est qu’une telle idée soit envisageable – quelques grandes lignes se dégagent déjà des résultats présentés. Par exemple, concernant les romans, la majeure partie du corpus normand inventorié (21 titres, 118 éditions, 4 lieux d’édition différentes : Rouen, Caen, Falaise, Évreux) consiste en « vieux romans » qui circulaient depuis des siècles déjà. Cependant, de temps en temps, on voit apparaître aussi des titres plus modernes et parfois d’origine étrangère (Robinson Crusoe, Fortunatus, Les Aventures de Monsieur Têtu et de Miss Patience), dont certains ne faisaient pas partie de la Bibliothèque bleue troyenne. Si la partie non romanesque du corpus narratif (109 titres en 260 éditions publiées dans les mêmes 4 centres éditoriaux) comprend également quelques succès de longue date, elle semble se caractériser plutôt par une prédilection pour des textes brefs et relativement récents, choisis de préférence dans des recueils collectifs de contes et nouvelles. Pour cette partie du corpus, le poids de l’apport « local » dans la constitution d’un ensemble de textes édités sous couverture bleu s’avère avoir été plus important que pour la partie romanesque.

Cliché présentation Helwi Blom

L’exploration du fonds de la Bibliothèque bleue de Normandie et l’étude des pratiques de ses éditeurs sera poursuivie lors d’une deuxième journée d’étude qui aura lieu le 22 novembre à Rouen. On prévoit aussi de publier des articles issus des communications présentées à l’occasion de ces deux rencontres.

 

Une exposition ludique et immersive

La demi-journée s’est terminée par une visite guidée de l’exposition Dans les pas du colporteur ; la Bibliothèque bleue normande (Bibl. Alexis de Tocqueville, jusqu’au 22 novembre 2019) dont elle formait en quelque sorte une inauguration inofficielle. Sophie Biard, conservatrice responsable du patrimoine de la Bibliothèque Alexis de Tocqueville en a assuré le commissariat de l’exposition avec l’aide de bon nombre de collègues de son équipe ainsi que de différents services de la Bibliothèque.

Il s’agit d’une nouvelle conception de l’originale exposition La Bibliothèque bleue dans la Cité ; un réseau nom@de entre le 17e et le 19e siècle, dont on a repris l’idée centrale de présenter livres et objets dans le contexte d’une rue de ville où s’alignent boutiques, ateliers, maisons et autres espaces (église, école etc.).

Les structures et la plupart des panneaux de fond proviennent de l’exposition réalisée à la médiathèque de Troyes en 2017, mais on a revu l’ordre et la disposition des cellules, refait tous les côtés et deux fonds (le pèlerinage et le colporteur avec la carte de France) en utilisant des visuels issus principalement des fonds de la Bibliothèque de Caen et concernant la Normandie : manuscrits, livres imprimés, feuilles volantes, cartes, objets etc.

L’exposition offre au visiteur un panorama très riche des activités des gens de livres normands qui s’occupaient de la production et de la distribution des « livrets bleus », ainsi que des sujets traités dans ces livrets et de leurs usages potentiels. On note bien la présence non négligeable de titres ayant un lien direct avec la région : la Vie de Guillaume le Conquérant, la Vie de Jeanne d’Arc, le Voyage de La Bouille.

Parmi les nombreux trésors à admirer se trouve un exemplaire d’une rare et très belle édition caennaise du roman de Fierabras que la Bibliothèque a acquis tout récemment. On ne connaît qu’un seul autre exemplaire de cette édition illustrée (Paris, BnF, RES P-Y2-323). Elle a vu le jour par les soins de Gabriel Granderye ou Granderie, qui a été en activité entre 1636 et 1667 environ. À l’époque de la publication du roman de Fierabras, il demeurait « en la deuxième maison du carrefour de Froide rue, à l’enseigne de l’Imprimerie ».

La Conqueste du grand roy Charlemagne, des Espagnes (le roman de Fierabras). Caen, Gabriel Granderye, s.d. (Caen, B.M., Rés. A3063)

Dans les prochaines semaines seront développés des opérations de médiation en direction des enfants avec des livrets-jeux pour les 3-6 ans, 6-8 ans et ados-adultes, des séances de jeux pendant l’été, des visites commentées et ateliers de fabrication de livres à la mode de la Bibliothèque bleue en septembre pendant les journées du patrimoine (21-22 septembre).

Il existe une page dédiée à l’exposition où l’on retrouvera facilement les information pratiques nécessaires ainsi que les actualités du programme.

 

Helwi Blom

Université Radboud de Nimègue

1 Sur les problèmes génériques et terminologiques concernant l’évocation des avatars de la littérature médiévale « d’armes et d’amours », voir Françoise Vielliard, « Qu’est-ce que le roman de chevalerie ? Préhistoire et histoire d’une formule », dans Isabelle Diu, Élisabeth Parinet et François Vielliard (dir.), Mémoire des chevaliers. Édition, diffusion et réception des romans de chevalerie du XVIIe au XXe siècle, Paris, École des chartes, 2007, p. 11-33, et Helwi Blom, « Roman de Chevalerie », Dictionnaire encyclopédique du livre, sous la direction de Pascal Fouché, Daniel Péchoin, et Philippe Schuwer, t. III, Paris, Editions du Cercle de la librairie, 2011.

2 La Bibliothèque bleue est généralement définie comme une formule éditoriale visant à réimprimer à peu de frais des titres à succès. Les « livres bleus », destinés à une large diffusion, se seraient distingués du reste de la production imprimée par leur médiocre qualité, leur couverture de papier bleu et leur bas prix. On fait remonter les débuts du phénomène au début du XVIIe siècle, plus précisément à l’activité de l’éditeur troyen Nicolas [I] Oudot (c. 1600-1636). Cf. Roger Chartier, « Bibliothèque bleue », Dictionnaire encyclopédique du livre, sous la direction de Pascal Fouché, Daniel Péchoin, et Philippe Schuwer, t. I, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2002.

3 Mathilde Le Roc’h Morgère a consacré une thèse aux stratégies éditoriales des Chalopin : Devenir imprimeur-libraire en Basse-Normandie au XVIIIe siècle ; Les stratégies de la maison Chalopin (École des chartes, 2013). Cf. http://theses.enc.sorbonne.fr/2013/le-roch-morgere.

4 Cf. Alfred Morin, Catalogue descriptif de la Bibliothèque bleue de Troyes (almanachs exclus), Genève, Droz, 1974, no 790, et René Hélot, La Bibliothèque Bleue en Normandie, Rouen, Lainé, 1928, no 164.

La Bibliothèque bleue dans la Cité

La médiathèque de Troyes Champagne Métropole présente, du 25 avril au 23 septembre 2017 une exposition intitulée « La Bibliothèque bleue dans la Cité : un réseau nom@de entre le 17e et le 19e siècle ».

LA BIBLIOTHÈQUE BLEUE

Pendant près de trois siècles ont été diffusés, en France, des millions de livrets, sous une présentation semblable quelle qu’en soit la provenance. Ils étaient vendus très bon marché, soit directement dans les boutiques des imprimeurs, soit et surtout par un vaste réseau de libraires ou de colporteurs qui parcouraient le pays jusqu’en ses campagnes les plus reculées. Ces ouvrages sont connus, depuis la fin du XVIIe siècle, sous le nom de Bibliothèque bleue, sans doute en raison de la couverture d’épais papier bleu qui les recouvrait le plus souvent. C’est à un imprimeur troyen, Nicolas (I) Oudot, que l’on attribue les premières productions de cette littérature destinée au plus grand nombre.

Oudot réimprima, à peu de frais et donc sans grand soin, des textes anciens plus ou moins abandonnés par ses confrères avides de nouveautés, et leur trouva un nouveau public sans doute plus populaire. Le succès fut au rendez-vous pour lui et surtout pour ses descendants, mais ce succès suscita rapidement une concurrence, d’abord à Troyes, puis, dès la fin du siècle, dans d’autres centres de production du livre comme Rouen, Limoges, Caen… avant de s’étendre partout en France à partir de la fin du XVIIIe siècle. La particularité de ce phénomène éditorial est la permanence à la fois temporelle et géographique d’un ensemble de quelques centaines de textes que l’on retrouvera, pratiquement immuables, aussi bien à Lille qu’à Avignon et cela jusqu’au milieu du XIXe siècle.

L’EXPOSITION

Telle qu’elle est conçue, cette exposition, présentée dans la grande salle de la médiathèque, a vocation à s’adresser à un large public, non connaisseur en histoire du livre et histoire des mentalités. Dans ce but, le livre bleu a été remis dans son contexte d’usage, en montrant qu’il pouvait être présent partout dans la cité, de la rue à la maison, de l’atelier à l’école, principalement en milieu populaire mais aussi parfois dans des milieux plus cultivés et aisés. Chaque espace délimité donne lieu à une petite mise en scène qui donne à voir le cadre d’utilisation des ouvrages présentés et leurs usages : acheter, prier, apprendre, se nourrir, se divertir, jouer, travailler, se soigner…

Après une introduction présentant les principaux centres d’impression et les divers aspects sous lesquels on rencontrait les livrets, le visiteur pénètre dans l’exposition proprement dite. Il se trouve face à une grande rue qui débouche sur la place publique (fond de la salle). De chaque côté de cette rue, s’alignent des espaces ouverts sur l’extérieur (la rue) qui sont autant de lieux « habités » par la Bibliothèque bleue, selon le déroulé suivant :

  •  à droite, on rencontre successivement l’atelier-boutique de l’imprimeur, l’église, l’école, la maison ;
  • au bout, la place publique, lieu des conteurs, des bateleurs, des chansonniers…
  • à gauche, en revenant vers l’entrée, le jardin, l’atelier ou la boutique de quelques professions (boulanger, savetier, chirurgien-barbier), le cabinet de l’astrologue et un dernier espace donnant un aperçu de l’édition de colportage à l’étranger.

Photo de la Médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Le contexte spatio-temporel se matérialise donc par le truchement d’objets quotidiens mais aussi de reproductions de tableaux, de gravures et d’éléments sonores évoquant, dans la mesure du possible, la vie quotidienne au XVIIIe siècle (voire au XIXe siècle), avec ses activités domestiques, professionnelles, ludiques…

Des feuilletoirs informatiques, permettant de consulter les livrets, complètent les vitrines qui renferment les ouvrages. Des agrandissements d’estampes ou tableaux de l’époque (ou parfois légèrement postérieurs) prolongent l’évocation tout en matérialisant l’espace de chacune des séquences.

 LA VISITE

L’exposition s’ouvre sur une carte de France situant les principaux centres d’impression de livrets bleus au cours des trois siècles de production, du XVIIe au XIXe siècle. La vitrine montre la diversité des présentations pour ces ouvrages, de l’in-32 à l’in-4°, de la simple couverture bleue à la reliure armoriée (en l’occurrence, les armoiries de la marquise de Pompadour).

En pénétrant dans la rue centrale, nous rencontrons tout d’abord l’atelier de l’imprimeur avec une évocation du matériel nécessaire à cet art. C’est l’occasion de voir aussi quelques bois gravés qui furent employés pour l’illustration des livrets, un inventaire d’atelier, et des catalogues d’imprimeurs. On signale, à cette occasion, que celui de la veuve de Nicolas (III) Oudot mentionne, pour la première fois, l’appellation « Bibliothèque bleue ».

Installée comme libraire à Paris, au début du XVIIIe siècle, elle écoule ainsi les larges productions des Oudot de Troyes qui trouvent dans la capitale de nouveaux débouchés commerciaux. Rappelons au passage que Nicolas (I) Oudot est généralement considéré comme « l’inventeur » de la Bibliothèque bleue, au tout début du XVIIe siècle.

L’espace dédié à l’église permet ensuite de présenter la thématique religieuse, majoritairement présente dans la Bibliothèque bleue, et ce dès ses débuts. Une statue de sainte Barbe, une crèche du XVIIIe siècle et une boîte de sainte Reine renvoient à des usages de dévotion diversifiés et à autant de livrets religieux : vies de saints, recueils de noëls, cantiques, Figures de la Bible, Miroir du Pécheur… et aussi à l’un des fleurons de la Bibliothèque bleue, la Grande Danse macabre.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Cette dernière rappelle à tous la finitude de l’existence, l’égalité de tous devant la mort et la nécessité de s’amender sous peine de subir les châtiments éternels illustrés par des gravures qui se veulent saisissantes. Elle fait alterner squelettes et vivants, les premiers entraînant les seconds dans une danse macabre scandée de vers souvent ironiques, notamment pour les « grands » de ce monde. Mais quantité d’autres livrets permettent également de faire amende honorable.

On retrouve des livrets religieux dans l’espace suivant qui met en scène l’école où banc et pupitre du maître avec son martinet ne sont pas oubliés. Des enfants facétieux ont tracé à la plume d’oie, dans leur livret, des phrases cocasses reproduites ici sur papier.

C’est dans ce contexte que les enfants apprennent à lire et à écrire et d’ailleurs les Oudot imprimaient des « Livres à l’usage des écoles » (catalogue de la veuve de Nicolas (III) Oudot). Au rang de ces ouvrages, on rencontre tout naturellement des manuels d’apprentissages premiers : abécédaires, syllabaires, arithmétiques et aussi des civilités. Il s’agissait donc d’apprendre à lire, écrire et compter. En ce qui concerne la lecture, l’enfant doit certes savoir lire le caractère romain mais aussi l’écriture cursive, d’où l’usage du caractère dit « de civilité » qui apparaît dans la seconde moitié du XVIe siècle avec La Civilité puérile adaptée d’Erasme et La Civilité honnête. Ces deux publications s’ouvrent sur une « manière d’apprendre à lire, prononcer et écrire », ce qui en fait donc des ouvrages de déchiffrement autant que des manuels de conduite.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Ces règles de conduite peuvent être suivies des Quatrains de Pybrac et d’un Traité pour bien apprendre l’orthographe. S’y ajouteront plus tard, dans ce même caractère typographique, Les Règles de la bienséance et de la Civilité chrétienne de Jean-Baptiste de La Salle.

Rappelons enfin que l’enfant était susceptible d’apprendre à lire dans bien d’autres livrets de la Bibliothèque bleue comme, par exemple, les Fables d’Ésope dont certaines impressions bleues précisent être « dédiées à la jeunesse ».

C’est dans le cadre d’une cuisine, avec ses ustensiles et sa vaisselle, que l’on rencontre Le Cuisinier français, Le Pâtissier français et Le Confiturier français. Le premier de ces titres enseigne la manière de préparer toutes sortes de viandes grasses ou maigres, les poissons, les légumes et les fruits (notamment en confitures) et les pâtisseries.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Ces deux derniers points sont développés dans les deux autres ouvrages. Le Pâtissier français y ajoute, « pour les jours maigres », la manière d’apprêter les œufs de plus de soixante façons différentes ! Quant au Confiturier français, il propose, outre les recettes de confitures, celles pour fabriquer des dragées, des liqueurs et d’autres breuvages. On notera que ces trois livres sont de véritables révélateurs historiques des us et coutumes du temps. À une époque où la conservation des aliments posait des problèmes, on perçoit, dans ces conseils et recettes, l’importance du sucre, du sel et de la graisse pour garder longtemps les produits de chaque saison.

La cuisine est aussi un lieu de distractions d’où plusieurs brochures indiquant les règles de jeux de cartes et de dés.

Plus généralement, dans la maison, se manifestent des enjeux de pouvoir entre l’homme et la femme. Est donc évoquée là la querelle des sexes avec des livrets dont les titres fonctionnent en écho : Malice des femmes, Malice des hommes, Imperfection des femmes… Ils proviennent de deux ouvrages antérieurs : Alphabet de l’imperfection et malice des femmes de Jacques Olivier (1617) et De la Bonté et mauvaistié des femmes de Jean de Marconville (1564).

La place publique est le lieu de sociabilité par excellence au XVIIIe siècle. À cet endroit de convergence, la Bibliothèque bleue est présente car c’est là et sur les ponts que les colporteurs attirent les chalands avec leur boniment. Comme nombre de distractions s’y retrouvent (amuseurs, bonimenteurs, acteurs, marionnettistes…), il a été choisi d’y regrouper les histoires plaisantes de la Bibliothèque bleue.

Nicolas (I) Oudot imprima nombre de romans de chevalerie et certains de ces romans perdurèrent longuement dans la Bibliothèque bleue, souvent même jusqu’à sa disparition : ce sont les Quatre Fils Aymon, Huon de Bordeaux, Gallien restauré, Mélusine, Valentin et Orson… Ce dernier titre a donné lieu à un spectacle de marionnettes dans le cadre de cette exposition.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

À ces romans de chevalerie s’ajoutent quantité de petits romans et de facéties dont les héros sont en partie encore connus de nos jours : Till l’Espiègle, Fortunatus, le bonhomme Misère, Robert le Diable, Richard sans peur, Pierre de Provence, Jean de Calais, Jean de Paris, Hélène de Constantinople… et tant d’autres.

Un espace particulier est réservé à Geneviève de Brabant. La version française initiale sous le titre de l’Innocence reconnue (1634) est due au révérend père René de Ceriziers, aumônier de Louis XIV. Sa très grande popularité vient sans doute des nombreuses réimpressions qu’en fit la Bibliothèque bleue un peu partout en France. De là, elle devint si populaire qu’elle fut déclinée à l’envi sous plusieurs formes : imagerie, marionnettes, plaques de lanterne magique, bibelots, petits théâtre à construire, chromos… tous ces supports racontent l’histoire de Geneviève et de son fils nourri par une biche.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Ce récit est entré dans la Bibliothèque bleue une vingtaine d’années après l’édition originale, ce qui est très peu pour ce type de production imprimée qui avait plutôt tendance à s’emparer de textes anciens, voire fort anciens. Toutefois, plusieurs autres cas similaires sont connus, notamment avec les contes des conteurs et conteuses du début du XVIIIe siècle : Charles Perrault, Madame d’Aulnoy, Madame Leprince de Beaumont, Madame de Murat, Mademoiselle L’Héritier… tous rejoignent « le papier bleu ».

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

S’y ajoutent, pour distraire les lecteurs, quelques rares pièces de théâtre et surtout de nombreuses brochures de chansons et de cantiques dont les cahiers peuvent s’assembler différemment au gré des tirages, des succès et des stratégies commerciales de l’imprimeur. Sur cet espace de la place publique, de grandes reproductions de colporteurs d’images et de brochures donnent à voir ce commerce de l’imprimé.

Le parcours scénographique nous mène ensuite à la cour et au jardin. Dans un espace agrémenté d’instruments agraires, de plantations et d’attributs du cheval (collier, fers…), le visiteur découvre des brochures telles que Le Maréchal expert, compilation de deux ouvrages antérieurs, l’un de Nicolas Beaugrand, maître maréchal à Paris (1619), l’autre du Sieur de l’Espiney qui se dit gentilhomme périgourdin (1628), ou encore l’Histoire des plantes. L’auteur de ce dernier ouvrage nous est également connu. Il s’agit de Léonard Fuchs, célèbre médecin du XVIe siècle. Son nom a été « latinisé » en « Fucus » dans les impressions bleues.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Le texte est un mélange de descriptions botaniques et d’indications thérapeutiques. À côté des plantes alimentaires et condimentaires figurent quantité de plantes remèdes pour les maux les plus divers. L’originalité de cet herbier est d’être illustré d’un bois gravé pour chacune des plantes décrites, mais dans un savoir-faire très approximatif par rapport à l’original (première édition en latin à Bâle en 1542).

Dans cette déambulation, quelques métiers sont évoqués car présents dans la Bibliothèque bleue. La suite des Misères propres à chaque corps de métier donne une image fort négative des professions décriées : domestiques, boulangers, plaideurs, tailleurs sont les plus malheureux des besogneux. Ce n’est alors qu’une longue litanie, en vers burlesques, de récriminations contre les tâches quotidiennes. L’auteur de certains de ces écrits serait un certain Dufresne, ancien apprenti de Frédéric-Pierre Léonard imprimeur du roi (seconde moitié du XVIIe siècle). Ces complaintes facétieuses offrent un miroir  certes déformé et quelque peu caricatural des malheurs coutumiers inhérents aux labeurs quotidiens.

C’est l’occasion, dans l’exposition, de rappeler les attributions du chirurgien, et aussi celles du savetier, à ne pas assimiler au cordonnier (les deux corporations fusionneront dans la seconde moitié du XVIIIe siècle). Les compagnons de la manicle, c’est-à-dire les savetiers, sont les seuls à ne pas se plaindre de leur métier. Au moins cinq titres les concernant sont présents dans le corpus bleu. On y apprend peu de choses sur le métier lui-même puisque ce ne sont que réceptions et festins. Le vocabulaire employé – propre à la corporation – laisse à penser que c’est un homme du métier qui a rédigé ces textes.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Le décor de cet espace se fait l’écho de trois de ces professions : le boulanger qui « cuit » devant son four en même temps que son pain, le savetier qui répare la chausse, et le chirurgien qui, en plus de raser, pratique saignée et amputation.

L’astrologue a droit à un cabinet spécifique pour exercer son art de divination. Si les astrologues troyens étaient réputés, leurs almanachs l’étaient tout autant. C’est ainsi que le nom de Pierre de Larivey se retrouve sur bon nombre d’almanachs en diverses villes de France. On fait du Grand Calendrier des bergers l’ancêtre de l’almanach. Pendant près de trois siècles, il diffusa un savoir ancestral, réputé provenir des bergers de la montagne. L’idée qui prédomine dans l’ouvrage est que l’homme est un microcosme qui participe du macrocosme. Mais au-delà de ce fleuron de la Bibliothèque bleue, amplement illustré de bois gravés (les activités des mois sont particulièrement réputées), l’exposition s’attache à mettre en valeur, dans l’habillage de l’espace et dans la vitrine, la variété des publications éphémères que sont les almanachs avec leur astrologue en gravure d’ouverture, d’où les femmes ne sont pas absentes.

Dans cet espace, aux confins du magique et du scientifique, ont été regroupés les traités astrologiques, ceux interprétant les songes et les éternuements, et ceux donnant des recettes dites « secrètes » dont certaines sont empruntées, entre autres, à Albert le Grand. D’où un décor rendant compte de ces différentes activités : compas et sphère armillaire, lunette astronomique, grimoire, pots de pharmacie et flacons au contenu improbable…

Après la visite chez l’astrologue, nous nous intéressons à la rue qui a conduit notre déambulation dans la ville. La rue du XVIIIe siècle est bruyante ; une reconstitution en vidéo 3D avec bruits d’ambiance permet d’apprécier le volume sonore des carrosses sur le pavé, de l’homme au travail, des animaux qui encombrent la chaussée et des voix humaines qui se couvrent mutuellement. Dès le point du jour commence le défilé des « gagne-petit » ambulants au rang desquels se trouve le colporteur. Les livrets des Cris de Paris rendent compte de toutes ces marchandises ou services délivrés dans la rue.

Ce sont certes des clichés, désuets et caricaturaux, mais ce sont aussi des miroirs, même s’ils sont déformants, d’une réalité historique et sociale. Même image pittoresque avec la langue de la cour des miracles au travers du Jargon ou langage de l’argot réformé qui prétend lever le secret des codes linguistiques de tous les gueux de la rue. En fait, ces ouvrages furent à l’origine rédigés par des lettrés (Bertaut ou Colletet par exemple). Et parmi ces truands, il en est qui défraient la chronique au XVIIIe siècle : Cartouche et Mandrin sont de ceux-là, mais seul le premier sévit à Paris.

La Bibliothèque bleue fut donc un réceptacle de nombre de ces voix de la ville.

Et pour terminer l’exposition, nous nous évadons de la France pour aller du côté de l’Angleterre, des Pays-Bas, de la Belgique, de l’Allemagne, de l’Italie, voir leur Bibliothèque bleue connue sous des noms divers.

On constate alors qu’avec une forme éditoriale et un contenu textuel et iconographique propres à chaque pays, on rencontre des récits communs à plusieurs pays. De même, bien des imprimeurs de brochures produisirent également des almanachs car la présentation matérielle et le circuit de distribution étaient les mêmes. C’est alors l’occasion de mettre en valeur le colportage comme système de diffusion à grande échelle puisque certains colporteurs franchissaient les frontières. Et c’est ainsi que le cordel hispanique ou lusitanien se retrouva au Brésil où il perdure encore aujourd’hui.

Le catalogue de l’exposition constitue le n° 90 (avril-juin 2017) de la revue La Vie en Champagne. Le programme établi autour de l’exposition et les informations pratiques sont détaillés sur le site de la bibliothèque.

 Marie-Dominique Leclerc et Alain Robert, Université de Reims Champagne-Ardenne