Une exposition sur les coffrets à estampes au Musée de Cluny

L’exposition Mystérieux coffrets. Estampes au temps de la Dame à la licorne, proposée actuellement au Musée de Cluny, invite à découvrir des objets jusqu’ici peu montrés au public, provenant en particulier des collections du musée ainsi que de celles de la Bibliothèque nationale de France. Vingt-cinq précieux coffrets sont présentés pour la première fois au public dans une exposition thématique. Probablement conçus entre le dernier quart du XVe siècle et le premier quart du XVIe siècle (à l’exception de deux coffrets datés du milieu du XVIe siècle), leur particularité est de contenir des estampes utilisées pour décorer l’intérieur du couvercle. Ceci explique qu’une bonne partie des coffrets présentés soient conservés au département des Estampes de la BnF, qui possède une collection de choix, parmi les quelques cent quarante coffrets de ce type répertoriés à ce jour.

Illustration 1: coffrets à estampes (photo Musée de Cluny)

Sur les traces d’un artiste prolifique et très copié

Le choix des objets présentés s’est fait autour de la figure de Jean d’Ypres, peintre et dessinateur actif à la fin du XVe et au début du XVIe siècle à Paris, et mort en 15081 . Les commissaires de l’exposition proposent d’étudier les estampes attribuées à Jean d’Ypres qui furent utilisées dans ces coffrets mais ont pu également survivre séparément, ainsi que d’autres qui s’inspirent directement des productions du dessinateur. Cette figure artistique servant de fil conducteur à l’exposition permet en effet d’étudier des estampes conservées dans les coffrets qui reprennent des scènes d’une gravure centrale, dite Grande Passion (H 50,2 x L 35,7 cm, numéro 10 dans le catalogue). L’enquête est également étendue à une série d’autres objets (manuscrit enluminé, tapisserie, vitrail, ivoires) directement produits par le peintre ou reprenant son style, mais aussi un ensemble de gravures utilisées dans de nombreux livres d’heures produits à Paris dans les années 1490 à 1510.

Illustration 2 : Grande Passion, d’après Jean d’Ypres, Paris, fin du XVe siècle (BnF)

L’exposition permet donc d’admirer à la fois les coffrets et leurs estampes, mais aussi de très beaux livres. Elle met en avant les liens de collaboration entre Jean d’Ypres et plusieurs imprimeurs parisiens, en premier lieu Thielman Kerver2. Philippe Pigouchet pour Simon Vostre3 utilise également des compositions du dessinateur pour les livres d’heures produits par le libraire, de même que Jean Richard à Rouen, ou Antoine Vérard4 qui utilise des matrices copiant ces illustrations. 

Illustration 3: Heures à l’usaige de Rouan, Paris, Thielman Kerver [1499] (exemplaire de la Bibliothèque Sainte-Geneviève).

Pour qui s’intéresse en particulier à la production de ces ateliers, la lecture du catalogue complétera sur ce point utilement la visite de l’exposition. Les articles proposés aident en effet à démêler le détail des attributions des gravures dans ces ouvrages à Jean d’Ypres de celles à un possible atelier du peintre, voire à des ateliers reprenant ensuite ces modèles pour le compte d’autres imprimeurs ou libraires. Reste qu’il est frappant d’observer aussi dans l’exposition d’autres livres, plus tardifs, qui continuent d’utiliser ces gravures, tout en les plaçant graduellement aux côtés d’estampes témoignant de l’émergence de nouveaux courants artistiques. Les Heures de la Vierge à l’usage des Dominicains, imprimées à Paris par Yolande Bonhomme en 1542, montrent le succès prolongé de ces gravures, bien après la disparition de Jean d’Ypres et de la génération d’imprimeurs pour qui il a pu produire ces images.

Illustration 4: une vitrine de l’exposition présentant plusieurs supports (coffret, livres imprimés et manuscrit enluminé).

Les complexités d’une production de masse

Plus généralement, l’exposition soulève de nombreuses questions concernant les liens commerciaux entre dessinateurs et imprimeurs d’estampes à caractères religieux, liens difficiles à démêler tant l’enquête archivistique s’avère complexe. Elle met en tout cas particulièrement bien en valeur l’aspect de production en série dont témoignent ces images, de même que les modalités de leur mise en couleur, pour des clients plus fortunés pouvant s’offrir une estampe rehaussée avec soin, ou pour un usage massif avec colorisation au pochoir, parfois de manière hâtive et approximative. La mise en regard des coffrets, des livres, et des estampes qui nous sont parvenues détachées de tout contexte de conservation, montre également la diversité des usages.

Illustration 5: une xylographie coloriée au pochoir, fin du XVe siècle (BnF, photo Musée de Cluny).

Ces estampes pouvaient être intégrées dans la production de livres de dévotion ou insérées dans ces livres après coup, ou encore utilisées dans d’autres objets comme ces coffrets, voire appliquées sur les murs pour une contemplation quotidienne. Il faut souligner que dans ce dernier cas, la possibilité que les estampes aient survécu est très mince, et que l’on doit s’en remettre à des peintures d’intérieurs de la période pour documenter cet usage. Celles présentées hors support dans le cadre de l’exposition semblent plutôt avoir été ultérieurement détachées de coffrets par des collectionneurs, au vu des traces de clous qui y subsistent.

Illustration 6: Vitrine de l’exposition.

Des témoins d’une nouvelle spiritualité ?

On ignore l’usage exact de ces coffrets – peut-être même faut-il en envisager une multiplicité. Objet travaillé, de métal et de bois, un coffre pouvait-il être mis en scène, dans un intérieur privé, ou au cours d’une cérémonie ? L’utilisait-on dans certaines occasions pour se présenter comme possesseur d’un objet singulier, possiblement précieux ? Ces coffrets disposaient d’un système complexe de fermeture en métal, avec dans plusieurs cas des compartiments secrets dissimulés sous des lamelles de bois. Étaient-ils alors plutôt dissimulés aux regards, et conservés dans des pièces d’accès restreint ? Servaient-ils de protection pour des effets personnels, des livres, des reliques, ce qui indiquerait ainsi que contenant et contenu se répondent et se valorisent mutuellement ?

Illustration 7: Saint Jérémie lisant, avec au-dessus de lui un coffret noir fermé, détail du Triptyque de l’Annonciation d’Aix, milieu du XVe siècle (Musée royal d’art ancien de Bruxelles)

On lira avec profit l’article de Caroline Vrand dans le catalogue, qui propose de répondre positivement à cette dernière question, là où les panneaux de l’exposition restent succincts sur l’interprétation à donner à ces objets. C. Vrand met en avant l’usage votif de ces coffres, au vu des thèmes des gravures : Vierge à l’enfant, Christ en croix, mais aussi Saint Roch ou Sainte Marguerite, intercédant respectivement contre la peste ou la mort en couche ; à la lecture aussi des textes latins ou français en caractères gothiques apposés au bas de plusieurs estampes, qui appellent la personne qui les lit au recueillement et à la contrition.

Illustration 8: Coffret avec saint Roch, fin du XVe siècle (BnF, photo Musée de Cluny).

Ces coffres représenteraient un versant matériel en lien avec la Devotio moderna, spiritualité chrétienne de la fin du XIVe siècle. Ce courant insiste sur la conversion du cœur, la prière en sympathie avec le modèle offert par le Christ, davantage que sur la fusion avec Dieu des mystiques rhénans. Les coffrets peuvent alors être vus comme l’indice d’un rapport plus intime à la foi, en parallèle au développement du livre d’heure à la fin du Moyen Âge, ou ultérieurement de la Réforme, ou des Exercices spirituels prônés par Ignace de Loyola au XVIe siècle.

Le mérite de cette exposition est enfin de recourir à l’histoire de l’art pour offrir de nouvelles perspectives sur le rapport entre ces coffres et leurs estampes, mais également entre la portée d’un style artistique sur d’autres objets manufacturés. En partant d’objets à l’usage incertain, cette exposition suit avec audace le fil de l’impact artistique de Jean d’Ypres, ainsi que sa portée sur le marché du livre et de l’art.   

L’exposition est ouverte jusqu’au 6 janvier 2020 au Musée de Cluny à Paris.

Katell Lavéant – Université d’Utrecht
Yann Kergunteuil – BnF

  1. Nous renvoyons pour les détails biographiques et bibliographiques présentés ici au catalogue de l’exposition : Séverine Lepape, Michel Huynh et Caroline Vrand (dir.), Mystérieux coffrets. Estampes au temps de la Dame à la licorne, Paris, Liénart éditions, 2019. []
  2. Sur Thielman Kerver, voir l’étude de Thierry Claerr : Imprimerie et réussite sociale à Paris à la fin du Moyen-Âge, Thielman Kerver, imprimeur-libraire de 1497 à 1522 (Mémoire d’études DCB, ENSSIB, 2000). []
  3. Voir Jules Renouvier, Des gravures sur bois dans les livres de Simon Vostre libraire d’Heures,  Paris,Aubry, 1862. []
  4. Mary Beth Winn, Antoine Verard, Parisian Publisher, 1485-1512: Prologues, Poems and Presentations, Genève : Droz, 1997. []

Entretien avec… Rémi Mathis

“Si l’on veut comprendre le livre que l’on étudie, il faut prendre en compte l’ensemble des éléments signifiants – le texte principal, bien sûr, mais aussi les caractéristiques de l’édition, les pièces liminaires… et les images, qui participent de la construction de cet objet complexe.” C’est ce que défend Rémi Mathis, conservateur à la Bibliothèque nationale de France, historien spécialiste des estampes anciennes, du jansénisme et plus généralement de l’histoire du XVIIe siècle.

2017 Rémi Mathis 01
Rémi Mathis,  en 2017

Après avoir dirigé la bibliothèque de sciences humaines et sociales de l’université Paris Descartes de 2008 à 2010, Rémi Mathis est, depuis 2010, conservateur au département des Estampes et de la Photographie de la BnF, responsable des collections du XVIIe siècle. Il est également rédacteur en chef de la revue française sur l’image imprimée, les Nouvelles de l’estampe. Président de Wikimédia France de 2011 à 2014, il est aussi chargé de cours à l’Ecole nationale des chartes en histoire et techniques de l’estampe et un des membres fondateurs de la Société bibliographique de France.

Pourquoi, selon vous, devons-nous accorder de l’importance à l’utilisation de l’image dans les livres ? Qu’est-ce que cela apporte à la recherche bibliographique ?

Un livre n’est pas un texte. C’est un objet, qui est produit par des hommes pour d’autres hommes, avec un but précis, à une époque donnée, à l’aide des technologies alors accessibles, selon un modèle économique. C’est donc pour l’historien un artefact témoignant d’une civilisation.

Si l’on veut comprendre le livre que l’on étudie, il faut prendre en compte l’ensemble des éléments signifiants – le texte principal, bien sûr, mais aussi les caractéristiques de l’édition, les pièces liminaires… et les images, qui participent de la construction de cet objet complexe. C’est fondamental pour l’histoire des images – car un grand nombre d’entre elles sont créées pour le livre – mais aussi pour l’histoire du livre lui-même. La présence ou non d’une image, sa qualité… permettent de déterminer pour quels usages, pour quel public le livre est destiné, qui a participé à sa mise en oeuvre, etc. Parfois, l’image participe de manière directe du projet éditorial – comme pour les Hommes illustres de Perrault, livre que j’étudie en ce moment, pour lequel il est difficile de déterminer si les images illustrent les textes, ou si les textes légendent les images…

Une page des Hommes illustres, de Charles Perrault (1697)
Une page des Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, avec leurs portraits au naturel, de Charles Perrault (Paris : Antoine Dezallier, 1697)

Quels sont les outils utiles à l’historien du livre pour l’étude des estampes ?

L’étude de l’estampe manque hélas d’outils de première approche : les historiens du livre ne s’intéressent traditionnellement que peu aux images (car le texte est premier) tandis que les historiens de l’art ont tendance à mépriser l’estampe, considérée comme un medium peu important, peu propice à la création de chefs d’œuvre. C’est, dans un cas comme dans l’autre, bien dommage car l’estampe représentait sous l’Ancien Régime l’immense majorité des images qu’un Européen moyen pouvait posséder, et même voir – c’est par l’estampe que les modèles circulent et que les goûts se diffusent.

L’historien du livre qui veut se mettre à jour sur ses connaissances générales doit lire le récent livre d’Antony Griffiths, somme sur l’estampe rédigée au terme d’une vie de conservateur au British Museum, The Print before Photography.

Les catalogues les plus utiles sont l’Inventaire du fonds français (IFF) de la BnF pour l’estampe française, les séries Hollstein Dutch and Flemish et Hollstein German… et encore des ouvrages très anciens mais non remplacés comme le Bartsch

– Page de titre pour l’Inventaire du Fonds Français, Gravures du dix-huitième siècle par Marcel Roux, BnF, Paris, 1930
– Page de titre pour Le peintre graveur par Adam Bartsch, Chez Pierre Mechetti ci-devant Charles, Vienne, 1819

En tant que conservateur responsable de collections au sein de la BNF, comment vous servez-vous de ces collections ?

Ma tâche de fond première est de rédiger l’Inventaire du fonds français, ce qui constitue un véritable travail de recherche. L’essentiel se passe au département des Estampes, ce qui est déjà complexe car nos collections sont absolument gigantesques et sont, depuis le XVIIIe siècle, organisées par séries, par auteur (avec divers systèmes d’œuvres et de suppléments ; l’auteur pouvant être un graveur ou un autre artiste interprété par la gravure) ou par thème. Chercher l’ensemble des épreuves d’un graveur revient donc à chercher une aiguille dans une botte de foin : il faut déterminer quels types d’estampes il a pu réaliser (quels portraits, quelles scènes mythologiques, quelles planches d’art décoratif…) pour chercher aux bons endroits et reconstituer son œuvre.

Mais cela devient bien pire quand on passe aux livres imprimés, dans les départements du site François-Mitterrand de la BnF. Les notices sont de qualité très variable selon le contexte et la date de rédaction (notice issue de l’ancien catalogue imprimé, récemment rédigée par un spécialiste de l’Inventaire rétrospectif ou de la Réserve etc.), mais, souvent, la présence d’estampes dans le livre n’est mentionnée qu’en passant et avec très peu de précision. Le graveur est très rarement indexé, et nous n’avons qu’une mention de présence d’un frontispice (front.) ou de planches (pl. gr.)… Il faut donc, là encore, avoir une approche biographique de notre graveur, connaître les pratiques éditoriales de l’époque, les réseaux qui existent, etc. afin de faire des sondages et d’essayer de retrouver des éditions auxquelles les artistes auraient participé. Mais le résultat est forcément partiel, et nous demande sans cesse d’arbitrer entre la recherche d’exhaustivité de nos travaux et le temps passé, payé par le contribuable, pour ajouter un malheureux numéro à un catalogue…

Pouvez-vous nous donner un exemple de recherche que vous avez effectuée, ainsi que les problèmes connexes à cette recherche auxquels vous avez été confronté ?

À titre personnel, au-delà de l’IFF, je poursuis une recherche sur une famille de graveurs de Besançon, les Loisy. Certains ont en effet gravé pour le livre. Quand ce sont des livres de Besançon, ce n’est pas très compliqué, car ça a souvent été signalé par des chercheurs ou érudits locaux. On savait par ailleurs que certains de ces quatre graveurs avaient gravé pour des livres publiés à Lyon ou, pour l’un d’entre eux, à Milan.

Mais dans ce qu’on croit savoir, il y a déjà des erreurs : un portrait d’un auteur, Augustin Nicolas est par exemple traditionnellement présenté pour un de ses livres, paru en 1692. C’est après avoir vu plusieurs exemplaires sans aucun portrait qu’on finit par remettre en cause ce qui est dit… et qu’on se rend compte que c’était en fait pour un autre livre, paru 6 ans plus tôt. Cela a des conséquences sur la biographie de l’artiste, qu’il faut écrire en parallèle pour comprendre ce que l’on voit et ce que l’on cherche.

On peut ensuite faire des recherches dans des catalogues de certaines grosses bibliothèques ou dans des méta-catalogues,agrégeant plusieurs catalogues, comme Worldcat. Au hasard de ce qui a été relevé, on fait des découvertes qu’un homme du XIXe siècle n’aurait jamais faites : par exemple un Loisy qui grave pour un livre publié à Venise (ce qui était inconnu), dont je ne connais qu’un unique exemplaire, dans une abbaye du fin fond de l’Oregon. Mais la méthode est profondément insatisfaisante, on a l’impression de s’en remettre au hasard. Ou plutôt, il faut partir du principe que ça ne donne que des pistes et, en l’absence de bons relevés, il faut alors les poursuivre. Découvrant cela, j’ai vu – en vain ! – plusieurs dizaines d’autres livres publiés par le même éditeur vénitien, en espérant trouver une seconde planche… Parfois cela fonctionne, aussi : j’ai également consulté, en ligne ou en salle de lecture, des centaines d’ouvrages lyonnais, en ciblant certains imprimeurs et certaines dates. J’ai fait des découvertes inédites, qui, au-delà du fait d’ajouter des numéros au catalogue, permettent de mieux comprendre certaines pratiques : Jean de Loisy était par exemple systématiquement embauché pour copier et refaire des titres gravés par Léonard Gaultier. Quand on contrefait une édition, et qu’on veut une certaine qualité, il faut un graveur qui contrefasse également les parties visuelles !

La copie de Jean de Loisy et l’estampe originale de Léonard Gaultier

Enfin, si cela vient après une véritable phase de recherche bibliographique et ne la remplace pas, il ne faut pas sous-estimer les pistes qui peuvent émerger d’une recherche plein texte faite, de manière raisonnée et approfondie, sur Internet. Cela peut donner des idées de recherche, des pistes à suivre, voire des trouvailles à part entière : je sais ainsi que Pierre de Loisy a gravé une copie d’une estampe de Claude Mellan… par un vieux livre d’histoire de l’art italien de 1820, dans lequel je n’aurais jamais eu l’idée ni le temps de chercher, mais qui est océrisé au hasard de Google Books ou d’archive.org… Et encore, j’ai la chance que Loisy/Loysi soit un nom assez rare. Dans le même temps, dans le cadre de l’IFF, je travaille sur des graveurs appelés Leroux ou Leroy : leur nom est trop courant pour qu’une telle recherche dans des catalogues non indexés soit possible (et l’indexation impossible tant qu’un travail de fond – le mien – n’a pas été effectué).

Mais travailler sur l’estampe dans le livre est actuellement un mélange de recherche raisonnée traditionnelle, de démarches heuristiques multiformes, et de dépouillements « bourrins » sur des milliers de pièces dès lors qu’une nouvelle piste se présente à nous. C’est forcément un aller-et-retour entre les bibliothèques et soi-même en tant que chercheur : les catalogues ne peuvent être exacts que si des recherches ont été effectuées… et c’est donc moi qui les aiderai à améliorer leurs données – par exemple pour signaler ces estampes pour le livre, ou pour mieux attribuer les estampes à chacun des deux Pierre de Loisy qui gravent à cette époque.

Si le livre n’est pas seulement un texte, mais bien un objet, qui en réalité contient plusieurs œuvres, comment alors apporter une meilleure signalisation des images dans les livres ?

Les normes de catalogage sont en train d’évoluer et permettront d’avoir une bien plus grande finesse. Le modèle FRBR1 est en train d’être implémenté, et surtout adapté aux diverses collections spécialisées que l’on trouve en bibliothèque. Ce modèle de description permet de créer des liens entre des « entités » : on peut ainsi bien plus facilement modéliser que notre « item » (objet) comprend plusieurs « manifestations ». Et que notre frontispice de Jean de Loisy est une copie de celui de Léonard Gaultier dédié à telle autre édition. Si l’ensemble des fonds étaient décrits de cette manière (ce qui prendra/prendrait des dizaines d’années de catalogage), on pourrait ainsi, en un clic ou en rédigeant une requête sur une interface dédiée trouver tous les titres gravés français du XVIIe siècle copiés sur un peintre italien du XVIe ; toutes les illustrations parues à Lyon copiant une édition parisienne, etc, etc. C’est un outil magnifique, mais encore faut-il que le travail de catalogage suive !

Quelles sont les solutions pour un meilleur signalement des images ?

Les progrès de l’intelligence artificielle sont extrêmement prometteurs. On a d’une part des OCR (Reconnaissance optique de caractères) capables de traiter des polices de caractère anciennes, voire des écritures manuscrites. D’autre part, des essais de deep learning qui permettent de reconnaître et de décrire des images – certains essais ont été réalisés en histoire de l’art et nous avons désormais des réseaux de neurones capables de reconnaître, par exemple, une Vierge à l’Enfant.

Le problème principal est que les réseaux doivent s’entraîner sur des corpus très importants – de plusieurs dizaines de milliers de pièces – pour être efficaces et que les entreprises qui proposent de tels corpus aux scientifiques et acteurs privés sont avant tout tournés vers le monde contemporain : on apprend aux intelligences artificielles à reconnaître un feu rouge, une voiture, un chien. Mais l’estampe est, me semble-t-il, une réponse à cet enjeu : nous commençons à avoir, grâce à la rétroconversion des catalogues papier, des dizaines de milliers de notices décrivant précisément les pièces, et qui peuvent être absorbées avec leur image par une IA. Dès lors, si on s’en donne les moyens, un catalogage automatique n’est pas hors de portée.

Restera toutefois aux intelligences humaines le travail d’analyse, de mise en contexte, de recherche en archives etc…

Propos recueillis par Camille Crambes
Université Rennes 2

  1. Détails sur le site de l’ENSSIB : https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/65520-comprendre-le-modele-frbr-et-ses-extensions.pdf []

Une visibilité réduite : fastes et lacunes d’une exposition sur le théâtre au XVIe siècle

 

Le musée national de la Renaissance au château d’Écouen propose jusqu’au 28 janvier 2019 l’exposition Pathelin, Cléopâtre, Arlequin. Le théâtre dans la France de la Renaissance. Cette exposition présente sans aucun doute la plus grande quantité de livres sur et autour du théâtre et de la culture spectaculaire en français au XVIe siècle jamais rassemblée pour une telle manifestation culturelle. À ce titre, elle offre à qui la visite un saisissant tour d’horizon visuel des supports et des formats proposant à l’époque des textes de théâtre, mais aussi des récits festifs, des images de décors et de spectacles, ainsi que des documents témoignant de la pratique dramatique. Il est d’autant plus dommage qu’elle ne réponde pas aux attentes qu’une telle ambition peut susciter.

Une large place faite aux livres

Pour limiter le propos aux livres qui sont l’objet d’étude de ce blog, je ne commenterai pas les documents d’archives, tableaux, gravures, objets et même tapisseries et tissus présentés aux côtés de ces livres, autrement que pour souligner le grand intérêt de les rassembler ainsi dans un même espace d’exposition. Ils font l’objet d’une présentation riche et éclairante sur différents aspects de la pratique théâtrale comme sur l’impact que le théâtre put avoir sur l’imaginaire collectif à cette époque. Les livres (manuscrits et imprimés) représentent quant à eux presque la moitié des 137 pièces présentées.

L’exposition est divisée en quatre salles : « L’apogée des formes médiévales », « Un théâtre humaniste », « L’émergence de la commedia dell’arte » et « Un théâtre de Cour ? La construction d’un nouveau symbolisme collectif ». La première salle, et aussi la plus grande, est consacrée au théâtre issu de la tradition médiévale encore largement pratiquée au XVIe siècle. Les vitrines centrales de la pièce proposent une impressionnante collection de manuscrits de mystères et pièces à sujets religieux, qui illustrent la diversité de ces supports. 

On peut ainsi voir côte à côte des manuscrits de mystères présentant le texte complet d’une pièce, certains dans une mise en page dépouillée, d’autres richement enluminés ; des imprimés qui soulignent que les textes de ces mystères ne restèrent pas cantonnés au seul support manuscrit ; des registres de comptes ainsi que des contrats documentant l’organisation des représentations de ces mystères. On y trouve aussi d’exceptionnels documents de travail utilisés lors de représentations, tels que l’Abregiet de la Passion jouée à Mons en 1501, qui permettait au metteur en scène (‘meneur de jeu’) d’avoir une vue d’ensemble des répliques abrégées des différents personnages et des actions de jeu (Mons, bibliothèque centrale, Ms 535 (1086) R1/B) ; ou encore de rares rôles d’acteurs, qui ne comportent que les répliques du personnage que l’on joue (Rôle de l’Homme Pécheur, moralité de la fin du XVe siècle, BnF Ms NAF 6514). Tous sont rendus accessibles par de très utiles tablettes en bois que l’on peut prendre en main pour lire une transcription d’extraits de textes manuscrits.

Manuscrits et incunable de mystères de la Passion richement enluminés

La deuxième salle fait la part belle à trois types de livres, dont le propos reflète l’intérêt des humanistes pour le théâtre antique, et l’inspiration qu’ils y trouvent : des éditions, en latin et en français, des œuvres du poète comique latin Térence ; des traités architecturaux italiens qui proposent une réflexion sur la construction de nouveaux théâtres et décors inspirés de l’Antiquité ; et les premières tragédies et comédies en français d’auteurs tels qu’Étienne Jodelle, Robert Garnier ou Pierre de Larivey.

Térence, Comoediae, Johann Grüninger, Strasbourg, 1496 (USTC 749279)

Les troisième et quatrième salles proposent une belle palette d’éditions présentant différents divertissements de cour et entrées urbaines ainsi qu’une sélection intéressante de pièces issues du monde des acteurs italiens à la fin du XVIe siècle. Certains de ces ouvrages éveilleront certainement la curiosité des historiens du livre. Ainsi d’une édition d’une comédie italienne, l’Angelica de Fabrizio de Fornaris, par le parisien Abel Langelier (1585) (USTC 130109), qui attire l’attention sur la petite production dans cette langue d’un imprimeur-libraire majeur, plus connu pour son ample catalogue en français. Ou encore l’expérimentation menée par Gérard Vivre avec sa Comédie de la fidélité nuptiale (Paris, Nicolas Bonfons, 1578) : dans ce livre, l’auteur propose un système inédit de signes typographiques servant à donner des indications scéniques dans le texte de la pièce. A ce titre, l’exposition a pour mérite certain de proposer, aux côtés d’ouvrages incontournables, d’autres livres moins connus mais tout aussi fascinants.

Deux pages de la Comédie de Gérard de Vivre (g. Système de didascalies typographiques; d. Son application dans un dialogue)

Des livres trop peu mis en valeur

Il est donc dommage que ces livres, dont la variété et l’intérêt sont frappants, ne bénéficient pas toujours d’une mise en valeur adéquate. Dans toutes les salles, l’exposition des livres est similaire : la plupart sont présentés en vitrine à l’horizontale, pour s’ouvrir sur la page de titre ou sur deux pages reflétant au mieux le contenu de l’ouvrage. Cette exposition classique est compréhensible, mais les longues rangées de livres ainsi présentées peuvent s’avérer monotones pour les personnes qui visitent l’exposition sans avoir de connaissances préalables en histoire du théâtre ni en histoire du livre.

Elle est de plus inévitablement frustrante, dans le cas de manuscrits et d’imprimés vantés pour leur contenu particulièrement riche en illustrations, ou les particularités de leur contenu. Étant donné le partenariat mis en place avec la Bibliothèque nationale de France, on aurait pu envisager un accès électronique à certains ouvrages dont la numérisation est disponible sur Gallica, via des tablettes au fil de l’exposition, ou tout autre dispositif attirant l’attention des visiteurs sur l’existence de ces objets numériques. Il est en effet dommage de se priver du plaisir de pouvoir feuilleter l’un des manuscrits du Mystère de la Passion de Valenciennes, richement peints, ou encore le Balet comique de la Royne (1582) et ses nombreuses gravures[1], pour se faire une meilleure idée de leur contenu.

De fait, les choix de présentation des ouvrages risquent de faire passer les visiteurs à côté de pièces essentielles. Ainsi, dans la première salle, en parallèle aux livres de mystères, les autres « formes rudimentaires » théâtrales (pour reprendre une expression particulièrement malheureuse du panneau présentant les farces, sotties et moralités) ne bénéficient pas du même traitement de mise en valeur. Il est dommage que, dans la (trop) petite sélection d’imprimés présentée pour cette section, soient mis sur le même plan des éditions intéressantes mais conservées en plusieurs exemplaires, et des ouvrages absolument uniques. Ainsi, on se demandera si un objet exceptionnel comme le Recueil de Florence (coll. privée), l’un des trois grands recueils de théâtre joyeux imprimé, ne pouvait pas mieux être présenté que perdu dans une vitrine foisonnante.

Le recueil de Florence, exposé pour la première fois au public 

Cela ne contribue pas à attirer le regard des visiteurs sur ce témoin majeur de l’histoire du théâtre, ni à souligner qu’est ici exposé pour la première fois au public un livre demeuré dans des collections privées depuis sa découverte dans un grenier en 1927 (et prêté pour l’occasion par son propriétaire) : seuls deux chercheurs, Gustave Cohen et Jelle Koopmans, avaient jusqu’ici eu le privilège d’y avoir accès pour l’étudier.

Cela crée également l’impression fausse que c’est le théâtre religieux qui primait dans la pratique théâtrale du premier XVIe siècle, vu la place donnée à ses témoins dans cette salle, qui réduit le foisonnement des autres formes théâtrales et festives de l’époque à peu de choses, au regard de la masse de livres et de documents qu’elles nous ont pourtant laissée.

Une question laissée sans réponse : qu’est-ce que le théâtre dans la France de la Renaissance ?

Car c’est bien là que le bât blesse. Le problème majeur auquel on est confronté dans cette exposition réside dans un biais qui met en avant la sélection de certains types d’ouvrages, pour occulter d’autres pans de la production de livres de théâtre et de la pratique théâtrale de la même période, sans que cela soit justifié par les sources. Le théâtre religieux qui l’emporte sur les autres formes dramatiques pour la première salle en est un exemple. La mise en avant d’un « théâtre rêvé » des humanistes dans la deuxième salle en est un autre. Les belles éditions illustrées de Térence éclipsent la pratique du théâtre des Collèges, en latin notamment. Le théâtre des Jésuites, autre forme majeure du théâtre pédagogique à partir de la deuxième moitié du XVIe siècle, est quant à lui tout simplement absent de l’exposition. De même, les décors imaginés par les architectes italiens ne trouvent pas de véritable contrepoint dans la présentation de documents permettant de mieux saisir les questions de scénographies réellement à l’œuvre quand se mettent en place les premières structures de jeu pérennes, à Paris notamment. C’est donc un théâtre souvent imaginaire qui est mis en avant, au détriment de la pratique dramatique proposée aux publics de la Renaissance.

Autre angle mort de l’exposition, un seul livre, la « tragédie françoise » Abraham sacrifiant de Théodore de Bèze (ici présenté dans son édition anversoise de 1580, est chargé d’illustrer toute la richesse du théâtre protestant en français. On sait que ce théâtre fut particulièrement foisonnant en France dans la deuxième moitié du XVIe siècle, dans les registres non seulement tragiques, mais aussi comiques et satiriques, en résonance avec les tensions puis les conflits sanglants des guerres de religion qui marquèrent le royaume.

La Comédie du Pape malade, [Genève], [Conrad Badius], 1561, USTC 209

De nombreuses pièces réformées furent jouées dans des villes françaises, et circulèrent à l’état de manuscrits et d’imprimés : là encore, la documentation existe, et aurait dû être présentée pour donner une vision complète des enjeux sociaux et religieux du théâtre de la première modernité. Ainsi, il était possible de faire le lien avec le manuscrit La Vallière, ou Recueil de Rouen, présenté comme recueil de farces dans la première salle l’exposition, mais qui contient également des pièces d’inspiration protestantes composées et jouées en Normandie. Cela aurait permis de montrer la complexité de tels ouvrages, plutôt que de les réduire à des stéréotypes – le comique de la farce n’excluant pas ici le sérieux de la critique réformée, par exemple.

Le Recueil La Vallière, ou Recueil de Rouen, BnF Ms Français 24341 (photos © Mario Longtin)

On pourrait certes arguer qu’une partie du théâtre protestant, de Bèze et d’autres, fut imprimé à Genève ou Neuchâtel et se trouverait donc à la marge du champ défini par l’exposition, la France de la Renaissance. Mais, outre le fait que ces livres circulèrent largement dans le royaume, il faudrait alors également discuter le statut d’autres objets présentés au fil de l’exposition. Ainsi, les manuscrits des Passions jouées et copiées à Valenciennes et Mons, sont présentés parmi d’autres témoins des mystères joués en France, alors que ces villes faisaient encore partie des Pays-Bas. On regrette donc ici le manque de contextualisation de ces questions de frontières géopolitiques qui ne recoupaient pas celles de la langue au XVIe siècle, et qui posent donc la question de ce qu’est le théâtre français, ou en français à l’époque.

En conclusion, cette exposition mérite le déplacement pour l’introduction d’un sujet encore largement inconnu du grand public, et pour la richesse des œuvres et des livres qu’elle présente, en particulier certaines pièces, exceptionnelles à bien des égards. On déplorera en revanche que des pans de la recherche actuelle soient laissés dans l’ombre ou sous-exploités, ce qui n’aboutit qu’à une vision partielle, et donc incomplète, de la culture théâtrale du temps. Ces manques se retrouvent en particulier dans la présentation des livres imprimés, qui ne permet pas assez de bien en saisir le contexte de production, l’utilisation et la réception dans la société du XVIe siècle, ainsi que la valeur patrimoniale et scientifique.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

[1]  Sur cet ouvrage, je renvoie au billet de Juliette Jestaz, « Les faux pas du Balet comique de la Royne imprimé en 1582 », publié sur notre blog le 4 octobre 2017.

 

Histoire d’un exemplaire : la Chronique de Nuremberg du département des Estampes de la BnF

La « Chronique de Nuremberg », l’un des plus célèbres incunables, ayant connu un immense succès, est très bien connu et décrit1. Le texte consiste en une histoire du monde, de la Création aux temps contemporains, rédigée en latin par Hartmann Schedel (1440-1514) à la demande de deux marchands de Nuremberg, Sebald Schreyer (1446-1520) et Sebastian Kammermeister (1446-1503). L’ouvrage est imprimé dans la même ville, par Anton Koberger, entre mai 1492 et octobre 1493. Une seconde version, en langue allemande, est entreprise en parallèle et imprimée en 1493. Il est surtout connu pour la beauté de sa mise en page et l’importance de son illustration : plus de 640 bois ont été gravés par Michael Wolgemut (v. 1434/37 – 1519) et Wilhelm Pleydenwurff (v. 1450 – 1494), afin d’imprimer les 1804 images qui parsèment l’ouvrage.

Chronique de Nuremberg, fol. 199v-200
Chronique de Nuremberg, fol. 199v-200

La Chronique de Nuremberg n’est pas rare puisqu’on en conserve environ 1240 exemplaires de la version en latin, et plus encore en allemand2. Il demeure toutefois intéressant de faire l’historique de chacun des exemplaires afin de comprendre comment ils sont arrivés jusqu’à nous, quels ont pu en être les propriétaires successifs ; comment et pourquoi l’artefact aujourd’hui conservé possède telles ou telles caractéristiques (notes manuscrites, reliure, manques, etc.). C’est ce que nous nous proposons de faire pour l’exemplaire conservé au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, sous la cote Réserve Qe-55-fol.

L’ouvrage comporte des lettrines enluminées (gouachées), sans doute peintes peu après qu’il est sorti de la presse. Un premier propriétaire, sans doute français, a laissé quelques notes au cours du XVIe siècle : le livre étant anonyme, il a rappelé que l’auteur était « Harmann Schedel Nurembergensis, doctor Patavinus » et renvoie au folio 252 verso, où figure en effet un paragraphe sur lui, dans le cadre d’un passage sur le développement du livre imprimé.

Note marginale sur l'auteur du texte (XVIe s.)
Note marginale sur l’auteur du texte (XVIe s.)

Nous avons la chance de posséder le nom d’un second propriétaire… qui est une propriétaire. La dernière page est en effet signée par Jehannette La Perlée, qui n’est pas autrement connue. Cela montre que, contrairement à ce qui est souvent répété, les femmes ne possédaient pas uniquement des livres pratiques ou de dévotion. Cette Jeannette laisse de nombreuses notes marginales, qui se contentent souvent de relever des passages qu’elle juge intéressants.

Jehanette La Perlée, marque de propriétaire (XVIe s.)
Jehannette La Perlée, marque de propriétaire (XVIe s.)

L’exemplaire part ensuite en Normandie : il est acheté en 1658 par Pierre Mangon. Son élégant paraphe se trouve sur la page de titre : « P. Mangon, conseiller du roy, vicomte et seneschal de Vallognes. 1658. R. F. 27 ». Il ne s’agit pas là d’un inconnu : Pierre Mangon, écuyer, sieur du Houguet (Réville, 1631 ou 1635 ? – Valognes, 1705) rappelle ici ses titres, qui font de lui une personne importante dans la ville de Valognes.

Il est surtout un érudit – « le plus ancien historiographe du Contentin » pour Léopold Delisle – qui laisse de nombreux travaux historiques : un Nobiliaire et armorial de la vicomté de Valognes (Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms 2037), un « Recueil de titres, privilèges, armoiries, etc… de quelques familles de Normandie » (Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms 2033), un Recueil de notes pour l’histoire civile et ecclésiastique de Valognes (Valognes, ms 46) et de nombreuses notes et documents (bibliothèque municipale de Grenoble, ms 1390 à 1402). Léopold Delisle a publié un certain nombre de ses notes – Mangon jouissait d’un accès aisé aux archives des maisons religieuses locales et a recopié de nombreux documents – sous le titre de Mémoires (1891)3. Un mémoire de maîtrise lui a été consacré en 20024.

Paraphe de Pierre Mangon, propriétaire en 1658
Paraphe de Pierre Mangon, propriétaire en 1658

Cet érudit, qui recopie les textes anciens, devait posséder une bibliothèque importante : les manuscrits de sa main, tout comme cet ouvrage (mention « RF27 »), possèdent d’ailleurs une cote permettant de les retrouver aisément sur ses rayonnages. Alors que les manuscrits de Pierre Mangon passent pour une grande part à Nicolas-Joseph Foucault (puis dans les mains de l’abbé de Rothelin et celles de Jean de Caulet, évêque de Grenoble)5, il n’en est pas de même des imprimés. Léopold Delisle a repéré certains ouvrages de sa bibliothèque dans des collections publiques ou privées : un psautier polyglotte (Gênes, 1506) orné d’une reliure de Grolier et ayant jadis appartenu à Séguier (bibliothèque de Caen), un exemplaire imprimé sur vélin du commentaire d’Agacio Guidacero sur les sept psaumes pénitentiaux (In preciosissimos septem Davidicos psalmos…, Paris, apud Collegium Italorum, 1536, in-8°) offert par l’auteur au roi François Ier (BnF, Vélins 2869), un exemplaire des Rerum francicarum… d’Adrien de Valois (Paris, 1646, in-fol.)… Sans doute sa bibliothèque a-t-elle donc été vendue, et la Chronique de Nuremberg s’est trouvée, comme les autres, sur le marché au début du XVIIIe siècle.

L’ouvrage est alors acheté par la Bibliothèque royale, pour le Cabinet des estampes, qui possède une administration indépendante depuis 1720. Il n’est pas mentionné de nom de libraire pour cette opération que l’abbé de Chancey note consciencieusement dans son registre, afin d’en faire ensuite approuver la dépense par l’abbé Bignon, bibliothécaire du roi.

On lit, en effet, dans le Registre des depenses faites dans le département des Estampes et des planches gravées du cabinet du roy6 : « Du 2 septembre 1732. J’ai acheté un livre de chronologie imprimé l’an 1493 à Nuremberg, contenant 199 feuillets. Ce livre imprimé en caractères gotiques contient plus d’estampes que de pages et ces estampes sont gravées avec soin. Comme ce livre est très rare et qu’il n’est point du tout dans la bibliothèque du roy, j’ai cru ne pas l’acheter trop cher en le payant la somme de trente six livres »7. Un successeur de Chancey, Hugues-Adrien Joly, garde du cabinet des Estampes de 1750 à 1792, reporte l’historique sur l’ouvrage lui-même. On lit sur la page de titre : « Des acquisitions du sr de Chancey mentionnées à la 69e vacation du 8 mars 1736 au matin, du Bref état »8. Il porte enfin le n° 2012 dans la numérotation que Joly met en place en 1779.

Note de Hugues-Adrien Joly et cotation
Note de Hugues-Adrien Joly et cotation

Enfin, dernier événement dans la vie de notre volume : la reliure de veau, mentionnée aussi bien dans le Bref état de 1736 que dans le catalogue par numéro de 1779, fait place à une plus riche reliure de maroquin rouge à grains longs, sans doute au tout début du XIXe siècle.

Reliure en maroquin rouge à grains longs (v. 1810 ?), sur Chronique de Nuremberg, BnF, Estampes, Réserve Qe-55-fol.
Reliure en maroquin rouge à grains longs (v. 1810 ?), sur Chronique de Nuremberg, BnF, Estampes, Réserve Qe-55-fol.

L’histoire du volume peut être résumé en une matrice de Walsby :

Notre exemplaire est numérisé et librement consultable dans la bibliothèque numérique Gallica.

Rémi Mathis, BnF

  1. GW M40784, ISTC is00307000, USTC 748763, HC 14508, Pell. 10351-10352, Polain 3469, IGI 8828, Goff. S-307, BS 4941, Sajo-Soltesz 3039, BMC II 437, Schreiber 5203, Schramm XVII, 9 []
  2. BnF, Catalogue des incunables, Tome II, fasc. 4 : S-Z et Hebraica. 1985, p. 557-558, S-161. 10 exemplaires sont signalés à la Réserve des livres rares, et 2 au département des Cartes et Plans, rien que pour l’édition de 1493 en latin. En plus de l’exemplaire dont il est question ici, le département des Estampes et de la Photographie en possède un second, coté Qe-55 (a)-fol., qui possède une reliure moderne et aucune note manuscrite en dehors d’un ex-libris du couvent des Récollets de Paris []
  3. Disponible sur Gallica []
  4. Alexis Douchin, Pierre Mangon du Houguet et ses travaux d’érudition locale dans le Clos du Cotentin sous Louis XIV, Mémoire de maîtrise d’histoire, université Paris IV-Sorbonne, 2002 []
  5. Pierre Mangon, Les mémoires de Pierre Mangon, vicomte de Valognes, éd. L. Delisle, Saint-Lo, 1891, p. 4 []
  6. BnF, Estampes, Réserve Ye-4a-pet. fol., fol. 29-29v []
  7. Cette affirmation peut sembler surprenante mais elle est crédible. La BnF possède actuellement quatorze exemplaires de l’édition latine de 1493 de la Chronique de Nuremberg. Parmi eux, beaucoup sont entrés dans les collections nationales après la Révolution française ou grâce à des dons récents. Deux exemplaires font parties des collections de la Bibliothèque royale (alors département des Imprimés, désormais Réserve des livres rares) vers le milieu du XVIIIe siècle. G-227 porte une estampille (n° 14) utilisée à partir de 1735 et une reliure aux armes de Lefèvre de Laubrière. La vente de la bibliothèque de ce dernier ayant lieu en 1740, l’ouvrage a dû être acquis par le roi à cette date. En revanche, G-228 porte une estampille n° 4, qui est utilisée de 1700 à 1724 environ… mais parfois jusqu’en 1735. Il n’est donc pas impossible que cet exemplaire ait bien été conservé à la Bibliothèque royale avant l’achat de l’exemplaire du Cabinet des estampes. Notons que cet exemplaire, pourtant, a été considéré comme un “double à vendre” à la fin du XVIIIe, selon une note manuscrite du garde des Imprimés René Desaulnays. Je remercie pour son aide Nathalie Coilly, conservatrice des incunables à la Réserve des livres rares de la BnF []
  8. Il est en effet mentionné sur cet inventaire (« Bref état ») qui est rédigé après que Chancey a été accusé de vol. On l’y trouve comme « Liber Chronicarum, Norimberga, 1493, volume in folio, en veau ». BnF, Estampes, Réserve Ye-15a-pet. fol. []