Vers la numérisation des catalogues de vente des bibliothèques privées : le projet MEDIATE

Le projet MEDIATE (Measuring Englightenment. Disseminating Ideas, Authors and Texts in Europe, 1665-1830) a pour but d’étudier la circulation européenne des livres à l’époque des Lumières. Prenant appui sur un corpus numérisé de plusieurs centaines de catalogues de vente de bibliothèques privées, il vise à développer une base de données qui permette de cartographier le monde des collectionneurs dans l’Europe de l’époque moderne et d’analyser leurs goûts intellectuels, ainsi que leurs pratiques bibliophiles et commerciales.

Illustration 1 : capture du site web du projet.

Étudier le champ littéraire du long XVIIIe siècle

Financé entre 2016 et 2021 par le Conseil européen de la Recherche (ERC), le projet est mené par une équipe de chercheurs de l’Université Radboud aux Pays-Bas sous la direction d’Alicia C. Montoya.1 Le projet a pour objectif d’étudier la circulation des livres en Europe au XVIIIe siècle, avec un intérêt particulier pour ces livres qui ont été associés avec le mouvement des Lumières. À cette fin, nous sommes actuellement en train de développer une base de données qui hébergera des données extraites d’un corpus de plusieurs centaines de catalogues de bibliothèques privées imprimés aux Provinces-Unies, en France, au Royaume-Uni et en Italie entre 1665 et 1830 (et un petit nombre de catalogues et d’inventaires supplémentaires provenant d’autres pays, dont la Belgique actuelle, Espagne et les pays scandinaves).
Notre hypothèse est que si l’on veut saisir la diffusion des livres et des auteurs associés au mouvement des Lumières, il est essentiel de comprendre leur positionnement dans le champ culturel plus large. Car ces livres et auteurs jouent un rôle non pas de façon isolée, mais en tant que participants à des réseaux plus vastes reliant les œuvres et auteurs chevronnés à leurs collègues oubliés aujourd’hui, et constituant ensemble un véritable système littéraire. Pour comprendre l’impact culturel de chaque auteur, nous devons considérer ses textes comme faisant partie d’un réseau de relations entre des textes de prestige supérieur et inférieur, des régions géographiques et des langues, et entre des auteurs plus proches et plus éloignés des centres d’autorité culturelle. Or, un champ si large ne peut pas être compris que par le biais d’une approche numérique, capable de digérer des données concernant les centaines de milliers de textes publiés et consommés au cours de cette époque historique.

Sur les traces de Daniel Mornet : les catalogues de bibliothèques privées comme source pour l’histoire intellectuelle européenne

Notre projet renoue avec l’approche de Daniel Mornet dans son article pionnier sur « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1780) », dans lequel il a cherché à identifier, sur la base d’un corpus de catalogues de vente de bibliothèques privées françaises conservé à la Bibliothèque Municipale de Toulouse, les best-sellers du XVIIIe siècle.2 La simple question que Mornet a posée, à savoir : Qu’est-ce que les Français ont lu pendant cette période ? s’inscrivait dans un projet plus vaste portant sur les questions de changement historique. Comment les idées qui auraient jeté les bases intellectuelles de la Révolution française ont-elles pu être largement connues et acceptées ? Est-ce que ces idées peuvent être liées à des livres et à des réseaux d’écrivains et de lecteurs spécifiques ?
Malgré l’existence de nouveaux outils numériques puissants qui permettraient de refaire l’étude de Mornet avec plus de précision, à une échelle plus large, il n’y a eu jusqu’à présent aucune tentative d’exploiter systématiquement les possibilités offertes par l’énorme corpus des catalogues de vente de bibliothèques privées conservés en France et ailleurs, et d’identifier la masse des livres effectivement achetés au siècle des Lumières.

Illustration 2 : première page de l’article fondateur de Daniel Mornet.

Relevant ce défi, le projet MEDIATE est actuellement en train de créer un corpus numérique de plusieurs centaines de catalogues de bibliothèque privées publiés entre 1665 et 1830. Nos recherches couvrent quatre zones géographiques – les Provinces-Unies, le Royaume-Uni, la France et l’Italie – choisies en fonction de leur apport au mouvement des Lumières, et du rôle de ces régions dans les réseaux intellectuels et dans le commerce du livre au XVIIIe siècle. Nos sources comprennent notamment les catalogues de vente néerlandais répertoriés et photographiés par Bert van Selm et ses collaborateurs, actuellement numérisés dans la collection Book Sales Catalogues Online (BSCO), ainsi que les catalogues de bibliothèques privées décrits dans d’autres répertoires tels que ceux de Françoise Bléchet pour la France, et Alan Munby et Lenore Coral pour le Royaume-Uni.3 

Nous axons notre travail de récolte sur les bibliothèques de taille « petite » ou « moyenne », c’est-à-dire celles dont le catalogue cite moins de 1 000 lots, car celles-ci devraient nous permettre de cibler non pas les plus grandes collections, mais au contraire les collections de la sous-élite, ou le public « moyen » destinataire de la littérature qui nous intéresse. Le caractère supposément privé de ces collections, en effet, nous permet d’étudier la circulation des idées du point de vue de la réception plutôt que de la production des livres, en nous fournissant des indications sur leurs lecteurs possibles. Tout en restant conscients des dangers d’une approche axée sur la seule possession des livres – un livre en bibliothèque n’équivaut évidemment pas un livre réellement lu4  – nous posons que la possession d’un livre nous fournit des indications précieuses sur les aspirations intellectuelles du collectionneur, sur l’association de certains groupes sociaux ou professionnels avec certains types de lecture, ainsi que sur le prestige accordé à certains livres comme forme de capital culturel.

Une base de données en cours de constitution

Nous sommes actuellement en train de transcrire le corpus des catalogues sélectionnés par une combinaison de technologie de reconnaissance optique de caractères (OCR) et de post-correction manuelle. Les transcriptions de ces catalogues et les données que nous en aurons extraites – comprenant à ce jour déjà quelque 300 000 notices sur des livres individuels recensés dans les catalogues – seront mises à la disposition des chercheurs dans une base de données en libre accès dès 2021.

 

Illustration 3 : transcription de la première page du Catalogue des livres de M. Deschamps.

Ces données ont été enrichies par des métadonnées sur les catalogues, les possesseurs et autres personnages mentionnés dans les catalogues, ainsi que sur plusieurs autres entités, comme les lieux de publications. Les noms d’auteurs sont en outre liés au fichier d’autorité international virtuel (VIAF), et celles sur les éditeurs et les lieux au Thesaurus du CERL (Consortium of European Research Libraries).

Illustration 4 : métadonnées sur le possesseur de la bibliothèque décrite dans le Catalogue Deschamps 1748.

La base de données permet d’interroger cette masse de données et de métadonnées sous divers angles. Le schéma de base comprend actuellement huit entités : Persons (personnes), Places (lieux), Collections, Catalogues, Categories (catégories attribuées par le rédacteur du catalogue), Items (livres ou autres objets décrits dans le catalogue), Editions et Works (œuvres, pris au sens général).5  Ces entités contiennent à leur tour plusieurs propriétés en fonction desquelles on peut évaluer les données. Par exemple, si on s’intéresse à la matérialité des livres, on peut filtrer les résultats de recherche sous « item » pour trouver ceux dont la description contient des remarques sur la qualité du papier, sur la reliure ou sur la présence de notes manuscrites ou d’illustrations. Il y a également la possibilité d’appliquer plusieurs filtres en même temps.

Illustration 5 : capture d’écran d’une sélection de « items » obtenus après l’application de deux filtres : « Jean de La Fontaine » dans « People » + « binding » (reliure) dans « Material details ».

Quant à des questions plus générales concernant les caractéristiques et le développement des catalogues des bibliothèques privées, l’étude comparative des pages de titre, des paratextes et des classifications des livres dans les catalogues met en lumière d’intéressants parallèles, mais aussi des différences nationales importantes entre les pratiques des rédacteurs et libraires-éditeurs dans nos quatre régions et même entre les différents centres d’impression à l’intérieur d’un seul pays.

 

Illustration 6 : Page de titre et première page du Catalogue de Tronchin père et fils 1784. Catalogue de vente publié à Paris et organisé selon le système dit des libraires de Paris. La page de titre contient les informations essentielles sans être très chargée.
Illustration 7a : première page du Catalogue de M. Lambert 1784. Le catalogue a sans doute été imprimé à Saint-Omer et ne comportait probablement pas de page de titre séparée. Les livres sont rangés selon les formats.
Illustration 7b : Page de titre du Catalogue de la bibliothèque d’Ysbrand ‘t Hoen, publié à La Haye en 1790. On remarque le caractère bien rempli de cette page. Les variations typographiques servent à mettre en évidence les différents éléments d’informations. Les livres sont classés à la fois selon les matières et selon les formats.
Illustration 8 : Page de tire et première page du Catalogue de la bibliothèque de Michael Lort, imprimé à Londres en 1790. Comme celle du catalogue néerlandais de ‘t Hoen, sa page de titre contient beaucoup d’informations, entre autres le prix du catalogue. Le catalogue suit l’ordre de la vente et range les livres par formats.

Pour ce qui regarde notre intérêt porté aux « best-sellers » des Lumières, la fonction « rank » (classer) sous « Persons » permet de créer des classements de noms d’auteurs, traducteurs, éditeurs etc. associés à des « items » selon le nombre d’occurrences dans les catalogues.

Illustration 9 : les 15 auteurs dont on trouve le plus de livres (« items ») dans a. l’ensemble des catalogues (à gauche) b. les catalogues français (à droite).

La base fournit en outre des possibilités de visualisation des données, comme par exemple une représentation graphique de la composition des collections du point de vue de la date de publication des livres ou bien une carte de lieux (de publication, de naissance etc.) cités dans l’ensemble des catalogues ou dans une sélection du corpus.

Illlustration 10 : les dates de publication des livres contenus dans le Catalogue des livres de M. Deschamps.
Illustration 11 : les lieux de publication (connus) des livres répertoriés dans les catalogues de la décade 1680-1690.

En concevant ainsi une base qui fournit des moyens pour exploiter l’extrême richesse des données contenues dans les catalogues de bibliothèques privées à plusieurs niveaux et selon diverses modalités, nous avons créé un instrument de recherche susceptible à être utilisé avec fruit par une large communauté de chercheurs, d’étudiants et d’autres personnes qui s’intéressent à l’histoire culturelle du XVIIIe siècle européen. Des champs de recherches aussi diverses que celui des provenances, des prix sur le marché du livre de seconde main, de la géographie du livre, des formats et des langues privilégiés, de la composition des bibliothèques, de l’organisation des savoirs, des réseaux sociaux à l’époque moderne et des pratiques de collection et de commerce pourraient effectivement en profiter, de sorte que l’intérêt de la base dépasse largement celui de la question qui est à l’origine de sa création.

Vers un écosystème de bases de données

La richesse des informations récoltées ainsi que notre constat que les instruments bibliographiques existants sont loin de fournir un répertoire exhaustif des catalogues publiés nous a porté à créer une deuxième base de données, qui servira à la fois à compléter les bibliographies publiées jusqu’ici et à contextualiser les données contenues dans la base MEDIATE. Cette deuxième base, intitulée BIBLIO (Bibliography of Individually-owned Book and Library Inventories Online), contiendra des informations bibliographiques sur tous les catalogues de bibliothèques privées britanniques, français, néerlandais et italiens imprimés dans la période 1665 – 1830, dont nous avons conservé la trace.6 

             Nous nous rendons bien compte  du fait que les catalogues (de vente) de bibliothèques privées ne représentent qu’une seule source – particulièrement riche, certes – sur le marché du livre au XVIIIe siècle, et que les données qu’ils nous livrent comportent des parti pris spécifiques et demandent d’être maniées avec caution. Pour bien mesurer l’impact des ouvrages et des auteurs dans le champ littéraire, il est nécessaire de les étudier à travers une gamme de sources diverses, touchant non seulement à la réception, mais aussi à la production et la mise en circulation du livre. C’est pourquoi notre projet MEDIATE consolidera les collaborations déjà existantes avec un certain nombre d’autres projets numériques en histoire du livre, sur d’autres types de source, afin de créer un écosystème de bases de données interopérables. Cette collaboration implique actuellement les projets bibliométriques de Simon Burrows à l’Université de Western Sydney, FBTEE (French Book Trade in Enlightenment Europe, 1769-1794) et MPCE (Mapping Print Charting Enlightenment), le CERL Thesaurus  du Consortium of European Research Libraries, les bibliographies nationales comme le Short-Title Catalogue Netherlands à la Bibliothèque Royale à La Haye, le projet Universal Short-Title Catalogue, à l’Université de St Andrews, le projet Footprints: Jewish Books Through Time and Place aux États-Unis, et bien d’autres. L’interopérabilité que nous visons à établir entre ces différents projets numériques nous permettra de créer un vaste réseau de données portant sur les différents aspects de l’histoire du livre et de pouvoir cartographier la circulation des livres en Europe à l’époque des Lumières.

Visitez notre blog THE MEDIATOR
& Suivez-nous sur Twitter : @mediate18c

Texte établi par Helwi Blom et Alicia Montoya
Université de Nimègue

  1. Ce projet a bénéficié d’une subvention du Conseil européen de la recherche (ERC) dans le cadre du programme de recherche et innovation de l’Union Européenne Horizon 2020 sous la convention no. 682022. Voir pour de plus amples informations le site web du projet, www.mediate18.nl, qui contient entre autres les noms des membres de l’équipe ainsi que des détails sur leurs sous-projets individuels. []
  2. Daniel Mornet, « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1780) », Revue d’histoire littéraire de la France 17 (1910), p. 449-96. []
  3. Voir Bert van Selm, Hans Gruys, et Henk de Kooker, continue par Karel Bostoen, Otto Lankhorst, Alicia C. Montoya et Marieke van Delft (dir.), Book Sales Catalogues Online ; Françoise Bléchet, Les ventes publiques de livres en France, 1630–1750: répertoire des catalogues conservés à la Bibliothèque Nationale. Oxford, Voltaire Foundation, 1991 ; Alan N. L Munby et Lenore Coral, British Book Sale Catalogues 1676–1800: A Union List. []
  4. Sur les précautions à prendre en utilisant comme source les catalogues de vente des bibliothèques privées, voir Helwi Blom, Rindert Jagersma et Juliette Reboul, « Printed Private Library Catalogues as a Source for the History of Reading », dans Mary Hammond (dir.), The Edinburgh History of Reading I : Early readers. Edinburgh, Edinburgh University Press. À paraître en avril 2020. []
  5. En distinguant trois niveaux pour identifier nos livres – Work, Manifestation (ou édition), Item – nous reprenons le modèle FRBR (Functional Requirements for Bibliographical Records). Nous laissons de côté, pour des raisons pratiques, le niveau « Expression ». []
  6. Les catalogues français feront également l’objet d’une étude plus développée en deux volumes sous le titre  Printed catalogues of private libraries published in France during the hand-press era, a bibliographical survey (par Helwi Blom, sous contrat chez Brill à Leiden). []

Entretien avec … Meghan Constantinou, bibliothécaire en chef de la bibliothèque du Grolier Club à New York City

Près de Central Park, dans une rue animée d’un des quartiers les plus chics de la ville de New York, the Upper East Side, il y a un oasis où le visiteur ébloui par les gratte-ciels ultramodernes peut se soustraire temporairement aux bruits de la ville pour admirer en toute tranquillité des expositions inspirées par tout ce que les arts du livre ont à nous offrir : le Grolier Club, au 47 East 60th Street.1

Illustration 1: L’entrée du Grolier Club au 47 East 60th Street

Le Grolier Club, la société bibliophilique la plus ancienne et la plus large de l’Amérique du Nord, a été fondé en 1884 par neuf hommes qui étaient d’avis que les arts de l’imprimerie et de la typographie dans l’Amérique contemporaine avaient besoin d’une réforme. Les membres fondateurs envisageaient un lieu de fraternité, où le livre pourrait être célébré par le biais de publications, d’expositions, d’activités de toutes sortes, ainsi que par la création d’une bibliothèque de recherche. La réunion qui mena à la création du Club fut initiée par Robert Hoe Jr. (1839-1909), collectionneur de livres et fabricant de presses à imprimer à New York. Ce personnage fut également le premier président du Club.

Le Grolier Club porte le nom du grand bibliophile français Jean Grolier (1489/90-1565), connu pour les reliures magnifiques qu’il avait commandées pour sa bibliothèque. Son ex-libris, « Io. Grolieri et Amicorum », résume bien l’esprit de camaraderie et de générosité qui règne au sein du Club. À l’heure actuelle il y a  plus de 800 membres. Ce sont des hommes et femmes originaires des États-Unis, mais aussi de l’étranger.

Illustration 2: François Flameng, Jean Grolier dans la maison d’Alde Manutius, 1894. Huile sur toile, 73 x 81 pouces. (Collection Grolier Club).

Conformément à l’énoncé de mission qui vise à promouvoir « l’étude, la collection et l’appréciation des livres et des œuvres sur papier, leur art, leur histoire, leur production et leur commerce », la bibliothèque du Grolier Club collectionne, conserve et rend accessibles des documents consacrés à l’histoire et à l’art du livre. Les points forts de la collection comprennent la bibliographie, l’histoire de l’imprimerie et des procédés graphiques, les spécimens typographiques, de fins exemples historiques de l’art de l’imprimerie, la reliure, l’illustration et, en particulier, tout ce qui se rapporte à la collection des livres (rares) et au marché des livres anciens. La collection se compose d’environ 10 000 livres rares, 50 000 monographies, 10 000 estampes, des dessins et des photographies, 1 500 pieds (environ 450 mètres) linéaires d’archives et 200 000 catalogues de libraires et de ventes aux enchères (catégorie en pleine croissance !).2 Il s’agit surtout de livres venant de l’Amérique du Nord et d’Europe de l’Ouest, plus particulièrement la France et la Grande Bretagne. La plupart des  articles se trouvent dans le catalogue en ligne.

La charmante salle de lecture, inspirée de l’architecture des bibliothèques collégiales d’Oxford, a été conçue en 1917 par Bertram Grosvenor Goodhue, concepteur de livres et l’un des principaux architectes nord-américains. Au mois de septembre, j’ai eu le plaisir de travailler dans cette salle dans le cadre du projet MEDIATE (Measuring Englightenment Disseminating Ideas, Authors and Texts in Europe (1665-1830) et de m’y entretenir avec Meghan Constantinou, bibliothécaire en chef depuis 2011 et membre du Grolier Club depuis 2013. Ses intérêts de recherche personnels comprennent l’histoire des collections privées, la possession de livres par les femmes et les études de provenance.

Illustration 3: Meghan Constantinou, bibliothécaire en chef.

Quelle est la place du livre rare dans votre institution?

La collection de livres rares est au cœur de notre institution et de sa mission. Le Grolier Club a été fondé sur l’appréciation du livre en tant qu’objet matériel, et la majorité de nos membres sont des collectionneurs, des libraires de livres anciens et rares, des bibliothécaires de fonds anciens, ou des artistes du livre. Une partie importante de notre fonds consiste en livres uniques ou extrêmement rares. Avec l’avènement du livre électronique et des textes numérisés, notre engagement à préserver et à promouvoir le livre physique n’a fait que s’approfondir.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds?

Notre collection de livres rares a été constituée grâce à une série de dons importants de membres du Grolier Club. Elle est régulièrement élargie par le biais d’achats et de dons nouveaux. Plusieurs de nos plus importants spécimens de typographie ancienne, y compris une grande partie de nos quelque 50 incunables, ont été donnés en 1894 par David Wolfe Bruce, le propriétaire d’une fonderie typographique à New York City. Waters S. Davis et Lucius Wilmerding ont fait d’importants dons de catalogues de ventes aux enchères en français et en anglais dans les années 1930, ainsi que Lionel et Philip Robinson, en 1961. En 1957, nous avons reçu un legs monétaire d’un libraire de livres anciens de la ville de New York, Lathrop C. Harper, qui représente aujourd’hui une partie importante de la dotation de la bibliothèque. En 1997, nous avons reçu la collection de Sir Thomas Phillipps, rassemblée par le collectionneur et philanthrope Harrison Horblit. Sir Thomas Phillipps (1792-1872) était un important collectionneur anglais et un bibliomane notoire. Il avait amassé plus de 100 000 livres imprimés et manuscrits de son vivant. La collection Horblit comprend, entre autres, des centaines de catalogues de ventes aux enchères et de catalogues de libraires annotés ayant appartenu à Phillipps, ainsi qu’un exemplaire richement annoté du catalogue des manuscrits de sa bibliothèque privée (Catalogus librorum manuscriptorum in bibliotheca D. Thomae Phillipps, bart. A.D. 1837 [Middle Hill], 1837-[1871]).

Quelle en sont, selon vous, les particularités ?

Depuis le début des années 1920, la bibliothèque du Grolier Club collectionne des livres ayant un intérêt du point de vue de la collection de livres anciens et du marché du livre, y compris les catalogues de livres de tous genres – des inventaires manuscrits et imprimés de bibliothèques privées, des catalogues de libraires de livres anciens et des catalogues de ventes aux enchères. Nos fonds de catalogues de livres, couvrant une période allant du début du XVIIe siècle jusqu’à nos jours, se rangent actuellement parmi les collections les plus riches des États-Unis. Avec notre collection de documents provenant de bibliophiles, de bibliographes et de marchands de livres anciens importants, ils sont reconnus depuis longtemps comme une ressource importante et souvent unique pour les chercheurs. Au sein de la collection, les catalogues de ventes aux enchères français d’avant 1830 sont particulièrement bien représentés.

Illustration 4: Catalogue des livres de feu M. Maigret, capitoul de Toulouse (Paris, R. Davidts, 1752) : supplément manuscrit contenant des livres défendus vendus sous la table.

Nous nous distinguons également par notre engagement à cataloguer et à rendre accessible aux chercheurs nos documents sur l’industrie du livre. Nous sauvegardons et cataloguons tous les catalogues que nous recevons par la poste, en les ajoutant à la collection de référence. Nous faisons également des efforts concertés pour combler les lacunes, de sorte que nous avons des séries complètes ou presque complètes pour de nombreuses maisons importantes en Amérique du Nord et en Europe occidentale. Bon nombre de nos catalogues de vente anciens sont pourvus d’annotations donnant les prix et les noms des acheteurs, ce qui permet aux chercheurs d’étudier l’histoire du marché du livre et celle des pratiques de collection privée et institutionnelle.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

L’un de nos objets les plus fréquemment demandés est notre série « Lauderdale » composée de 71 catalogues de vente et de catalogues de libraires anglais datant des années 1674 à 1701 et ayant appartenu au comte de Lauderdale. Reliée en six volumes, cette collection contient presque un tiers des catalogues de vente connus de la période antérieure à 1689.  Elle a été assemblée par James Maitland, 8e comte de Lauderdale (1759-1839), collectionneur et homme politique écossais. Récemment, l’un des bénéficiaires de la bourse William H. Helfand a découvert avec plaisir un exemplaire de cette collection sur lequel le commissaire-priseur a marqué les noms des collèges d’Oxford qui ont acheté des articles à la vente, ainsi que les prix rapportés.

Illustration 5: Catalogue de vente annoté de la collection Lauderdale (Photo Yelda Nasifoglu).

L’inventaire manuscrit de la bibliothèque privée de Madame de Pompadour, dressé après sa mort par son bibliothécaire, constitue un autre élément remarquable. Ce catalogue est non seulement intéressant à cause de son contenu et du nom du possesseur de la collection, mais aussi à cause de l’histoire mouvementée du document lui-même. L’une des feuilles de garde porte le cachet de la 2e Division blindée française, et indique que le catalogue faisait partie de la collection personnelle d’Adolf Hitler, trouvée à Berchtesgaden le 4 mai 1945. Jusqu’à l’heure actuelle, nos efforts d’obtenir des informations sur le propriétaire à qui ce document a été volé pendant la guerre sont restés sans résultat.

Illustration 6 : Catalogue manuscrit de la bibliothèque de Madame de Pompadour, avec une estampille indiquant que ce livre a été retrouvé en mai 1945 dans la collection de Hitler à Berchtesgaden.

Les archives institutionnelles du Grolier Club renferment également de merveilleux trésors. L’un de mes objets préférés est le prospectus de la célèbre page titre conçue en 1933 par Bruce Rogers pour une édition d’un traité sur les proportions de Fra Luca de Pacioli (Divina proportione, 1509) qui a été réalisée aux frais du Grolier Club. Le prospectus montre qu’à l’origine, Rogers proposait une combinaison de majuscules et de minuscules pour la page de titre, mais il a finalement décidé de n’utiliser que des majuscules. Cette publication du Grolier Club est reconnue aujourd’hui comme l’un des plus beaux livres du XXe siècle.

Illustration 7: Prospectus et page de titre définitive de l’édition du livre Divina proportione de Fra Luca de Pacoli publiée en 1933 par le Grolier Club.

Enfin, je voudrais mentionner notre collection de fines reliures contemporaines. J’aime particulièrement une reliure sur mesure de Florent Rousseau, ornée d’exemples d’alphabets tirés des archives typographiques de l’Imprimerie Nationale de France. Cette reliure a été réalisée pour un exemplaire du catalogue imprimé à l’occasion d’une exposition consacrée aux trésors des archives de l’Imprimerie Nationale (Grolier Club, 06-12-2011 – 04-02-2012).

Illustration 8: Reliure d’un catalogue d’exposition reálisée par Florent Rousseau.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Nous encourageons fortement l’utilisation active de nos collections. Bien que le Grolier Club soit un club privé, notre bibliothèque est ouverte à tous les chercheurs qualifiés – membres et non-membres – sur un pied d’égalité. Les utilisateurs typiques sont les collectionneurs, les libraires de livres anciens, les universitaires et les étudiants diplômés. La bibliothèque offre en outre deux bourses de recherche par an (bourses William H. Helfand), qui permettent aux chercheurs de profiter de ses collections uniques.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous ciblons le grand public de plusieurs façons. J’accueille régulièrement des étudiants et d’autres groupes qui s’intéressent aux arts du livre. Ces groupes viennent à notre bibliothèque pour se familiariser avec l’histoire du livre et les arts graphiques par le biais de présentations et d’un enseignement pratique. J’ai donné des cours sur l’histoire des collections privée, la recherche des provenances et l’histoire de la typographie, pour n’en nommer que quelques-uns.  

Nous avons également réussi à promouvoir nos collections par voie électronique. Nous tenons à jour un blog de la bibliothèque du Grolier Club, où mon équipe et moi publions régulièrement des billets sur des objets intéressants de notre collection. Nous avons également une page Instagram active, qui compte actuellement plus de 2500 followers. La numérisation a été un autre outil précieux. Bien que nous ne disposions pas des ressources nécessaires pour numériser nos collections à grande échelle, nous avons pu numériser une collection de plus de 2000 ex-libris féminins, un petit groupe de cartes d’adresse, ainsi que notre revue, The Grolier Club Gazette, grâce au soutien du Metropolitan New York Library Council (METRO), une organisation régionale sans but lucratif.

Illustration 9: Carte d’adresse de Rapilly, libraire et marchand d’estampes.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

L’équité, la diversité et l’inclusion sont des enjeux majeurs pour notre profession. Les collections de livres rares des bibliothèques institutionnelles ont tendance à représenter de façon disproportionnée les expériences des groupes culturels dominants. Nous devons rester conscients du fait que les documents que nous choisissons de préserver et de collectionner dans nos institutions sont ceux qui sont les plus susceptibles d’alimenter l’historiographie des siècles à venir. Pour obtenir une perspective plus équilibrée, nous avons besoin d’employer un plus grand nombre de personnes venant de groupes historiquement sous-représentés. Il faudrait également diversifier nos collections.

Propos recueillis par Helwi Blom
Université Radboud de Nimègue

  1. je tiens à remercier vivement le Grolier Club de m’avoir accordé une bourse William H. Helfand pour mes recherches sur les catalogues de bibliothèques privées françaises de l’époque moderne. []
  2. La terminologie utilisé pour désigner les différent types de catalogues imprimés circulant aux XVIIe et XVIIIe siècles prête à confusion. Les projets bibliographiques et les études qui décrivent ces catalogues ou en analysent le contenus ont tendance à les ranger sous le nom générique de ‘catalogues de vente’ ou ‘auction catalogues’. En réalité, seulement une partie des catalogues en question a été rédigée à l’occasion d’une vente aux enchères. Encore faut-il distinguer les catalogues de fonds et d’assortiment de libraires des catalogues des bibliothèques institutionnelles et des catalogues de bibliothèques privées. Voir sur ce point Nicole Masson, « Typologie des catalogues de vente », dans Annie Charon et Élisabeth Parinet (dir.), Les ventes des livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle, Paris : Publications de l’École nationale des chartes, 2000, pp. 119-127. Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/enc/1411>. Voir également Helwi Blom, Rindert Jagersma et Juliette Reboul, « Printed Private Library Catalogues as a Source for the History of Reading », dans Jonathan Rose et Mary Hammond (dir.), The Edinburgh History of Reading 1: Early and Modern Readers, Édimbourgh, University Press, à paraître (avril 2020). []