Déshabiller le livre: une exposition au Centre Culturel Irlandais

Illustration 1: D 269 – Sancte Pagnino, Thesaurus linguae sanctae, Lyon : Sébastien Gryphe, 1529 ©Centre Culturel Irlandais

La reliure de l’ouvrage ci-dessus peut surprendre : elle s’inspire de l’art ottoman, qui influence la reliure occidentale durant la Renaissance, mais nous pouvons également voir qu’elle a été habillée d’une autre reliure au XVIIIe siècle, dont elle conserve encore le dos. Elle nous révèle une information importante sur la façon dont ce livre, selon ses possesseurs et l’époque, a été considéré différemment, passant d’une reliure soignée à une reliure plus ordinaire.

Habillée puis déshabillée, cette reliure passée de mains en mains, et de nombreuses autres, est mise à l’honneur du 25 janvier au 10 mars 2019 au Centre Culturel Irlandais (CCI, 5 rue des Irlandais, 75005 Paris) dans une exposition intitulée Déshabiller le livre. Vagabondage entre les reliures de la Bibliothèque patrimoniale et l’histoire du livre. Dix-huit ouvrages dont les reliures datent de l’époque moderne sont exposés, dans le but de faire découvrir la reliure au grand public et en particulier un échantillon de celles conservées à la bibliothèque patrimoniale du CCI.

Illustration 2: CCI, vue de l’exposition ©Centre Culturel Irlandais

La genèse de l’exposition

Chaque année, le CCI met au concours des bourses à destination des chercheurs afin de favoriser les travaux sur ses collections. Les heureux élus ont la chance de travailler au cœur même de la bibliothèque, dans la salle de lecture où sont conservés les ouvrages : dans une ambiance studieuse, sous le regard des reliures et dans l’odeur des livres anciens. Dans le but de rendre accessible leurs recherches au plus grand nombre et de valoriser ces documents, dont la richesse est à souligner, l’aventure peut être poursuivie sous la forme d’une exposition. Le CCI offre ainsi une nouvelle opportunité au chercheur : le faire sortir de sa tour d’ivoire en lui donnant l’occasion de prendre part à la diffusion des biens communs d’une part ; de lui faire concevoir une exposition d’un point de vue intellectuel et scientifique d’autre part. La présente exposition est issue d’un travail de recherche que j’ai effectué en 2013, intitulé « Les livres des établissements religieux parisiens dans le fonds de la Bibliothèque du Collège des Irlandais : étude des reliures françaises, XVIe-XIXe s. »

Illustration 3: La bibliothèque patrimoniale du CCI ©Centre Culturel Irlandais

Les paris de l’exposition

Rapidement, plusieurs questions se sont posées. Comment parler de la reliure – un domaine déjà difficile à aborder pour un historien car très jargonneux – en très peu de mots ? Qu’en dire ? Par quel angle l’aborder ? Comment mettre en avant des reliures qui sont, nous le verrons, non pas brillantes de mille feux comme ce qui est habituellement exposé, mais modestes ? Pire, comment faire lorsque l’on n’est pas une historienne de la reliure ?

L’idée a donc été de revenir aux fondamentaux, aux centres d’intérêt qui m’avaient poussée à candidater à cette bourse : l’objet de la reliure en lui-même ainsi que l’histoire du livre et des bibliothèques, afin de montrer au public que l’histoire peut aussi se faire en étudiant la matérialité des objets. Que nous apprend l’étude de ces objets du quotidien sur l’histoire des collections de la bibliothèque du CCI ?

La bibliothèque patrimoniale du CCI : un vivier pour l’étude des reliures courantes et soignées

Élément de protection du livre, de personnalisation, de décoration, la reliure est un objet auquel les propriétaires des livres et les libraires ont recouru durant des siècles.

Composée de livres issus d’établissements religieux parisiens fermés durant la Révolution française, la bibliothèque patrimoniale du CCI offre un observatoire très riche de reliures de facture modeste. La bibliothèque du séminaire des Irlandais – alors appelé « Collège des Irlandais » – disparaît elle-même lors des confiscations révolutionnaires. Elle se recompose au début de l’Empire avec la réouverture du Collège des Irlandais et elle récupère à ce moment-là des livres de ces établissements disparus, lesquels avaient, en leur temps, peu de ressources à allouer à leurs propres bibliothèques, d’où la présence de ces humbles reliures dans les collections du CCI aujourd’hui.

La valeur de ces reliures n’est pas moindre, bien au contraire, car elles mettent en lumière les usages du livre : sa circulation, son appropriation, son appréhension. Grâce aux signes apposés sur les reliures postérieurement ou non à leur fabrication, elles renseignent également sur les pratiques des bibliothèques publiques comme privées : la tenue d’un catalogue, le rangement des ouvrages, la manière dont le contenu d’un livre est évalué, la façon dont on classe le monde et les savoirs et dont on diffuse ces derniers à ses usagers, voire la façon dont on souhaite orienter leurs lectures. Ce thème avait d’ailleurs fait l’objet d’une autre exposition au CCI réalisée par Malcolm Walsby, sur les recueils factices et leurs usages, en 2017 : Le volume vivant : La longue vie des livres de la Renaissance. Cette nouvelle exposition entre également en résonance avec celle qui avait été réalisée par Emmanuelle Chapron il y a quelques années et désormais disponible en version virtuelle : Lire plume à la main. En effet, les gardes des reliures sont des espaces d’annotations, comme nous pouvons également l’apercevoir dans l’exposition.

Les axes de l’exposition

Cinq vitrines composant l’exposition, le propos est organisé en cinq parties.

La première partie propose de découvrir l’objet de la reliure en lui-même en présentant ses principaux éléments constitutifs et les principales caractéristiques des reliures françaises réalisées entre les XVIe et XVIIIe siècles. Le texte et les livres exposés donnent à voir quelques éléments structurants des reliures et invitent à la reconnaissance des peaux. Outre les informations relatives à la fabrication des reliures, les aspects économiques et commerciaux sont aussi abordés à travers l’exposition d’une reliure à la hollandaise – un type de reliure à moindre coût développé par les éditeurs Elzevier au XVIIe siècle – et d’une reliure comportant un défet de manuscrit, témoignage d’une fabrication à l’économie et des trésors que nous pouvons aujourd’hui trouver glissés dans les reliures.

Le deuxième panneau de l’exposition est consacré à un élément considéré comme phare de la reliure : ses décors. Cette partie propose au public d’apprendre à dater les reliures par leur décoration – ou par leur absence de décoration – et souhaite mettre en avant l’évolution des décors de la reliure française à cette période.

Illustration 4: CCI. E 3(1) et E 3(2) – Augustin de Lamet, Germain Fromageau, Le Dictionnaire des cas de conscience décidés suivant les principes de la morale, Paris : chez Jean-Baptiste Coignard et Hippolyte-Louis Guerin, 1733. ©Julien Mouffron-Gardner

En observant ses décors, il est possible de dater cette reliure au XVIIIe siècle, au cours duquel apparaît la mention du titre sur une pièce de titre. D’autres éléments témoignent de l’évolution des décors par rapport au siècle précédent: si la précision de la tomaison apparaît progressivement sur le dos au XVIIe siècle, elle se trouve ici sur une pièce de titre ; on trouve également un décor composé de motifs floraux, qui apparaît au XVIIe siècle et se développe au XVIIIe siècle.

Ces éléments liminaires posés, l’exposition propose de s’attarder sur les marques de possession pouvant parsemer les reliures. Il s’agit ici de s’intéresser à l’histoire du document dont il est possible de remonter le fil, à son appréhension et à son appropriation par ses différents propriétaires, à la dimension sociale de la reliure, dont la couvrure peut être un espace d’ostentation.

Illustration 5: CCI, panneau et vitrine dédiés aux marques de possession ©Centre Culturel Irlandais

Les reliures du CCI permettent également de vagabonder dans l’histoire des bibliothèques. La quatrième partie de l’exposition souhaite montrer au public que l’étude des reliures peut participer à la reconstitution intellectuelle de bibliothèques aujourd’hui disparues grâce aux divers indices dont les reliures recèlent – la présence d’ombilics et de coins, l’emplacement et la configuration du titre, l’apparition de la tomaison, la cotation, les mentions de catalogues.

Enfin, le cinquième panneau insiste sur un élément présent en filigrane tout au long de l’exposition : la longue vie du livre et des reliures. L’exposition permet de voir que les livres – et leurs reliures – circulent, changent de mains ; sont habillés, déshabillés, vêtus d’une autre façon en fonction des goûts de l’époque et des propriétaires ; sont marqués et annotés selon les besoins. À l’instar de leurs propriétaires, les livres vivent en tant qu’objet. Cette partie ouvre sur la vie de ces reliures aujourd’hui : non plus des objets ordinaires, du quotidien, mais des objets d’études, sanctuarisés par leur patrimonialisation. Les exemples exposés en vitrine montrent que ce changement de statut est lui-même visible sur les reliures : leur vie continue et l’objet d’étude ne tarit pas.

Illustration 6: Chantier de préservation des collections patrimoniales du CCI (2006-2011) ©Barbara Laborde

Cette photographie est issue du chantier de préservation des collections patrimoniales, qui s’est déroulé entre 2006 et 2011, un chantier qui témoigne de la mise en patrimoine de ces ouvrages. Une approche de type archéologique a été privilégiée : toutes les opérations de restauration effectuées sont réversibles et l’on a laissé visibles les traces témoignant des vies antérieures du document.

Une invitation au vagabondage

Observer une reliure permet donc de voyager : de suivre la fabrication d’un livre depuis sa dernière demeure, de faire une échappée dans les arts décoratifs, de se promener chez les propriétaires des livres, de fureter dans les bibliothèques où il est tantôt rangé couché, debout, coté, classé, regroupé avec d’autres en fonction de critères plus ou moins personnels selon les possesseurs. Étudier les reliures permet donc de réaliser des recherches historiques allant au-delà de la simple exploration des techniques de fabrication et des décors : déshabiller un livre par l’étude permet de constater que la reliure s’inscrit dans l’économie du livre et qu’elle témoigne de ses pratiques culturelles et sociales. Entre histoire des collections de la bibliothèque patrimoniale du CCI, histoire de la reliure, histoire du livre ou encore des bibliothèques, cette exposition propose une invitation au vagabondage et cherche à valoriser l’intérêt de ces objets ordinaires.

Cécile Capot
  Conservatrice-stagiaire des bibliothèques à l’Enssib

Un incunable dissimulé du Centre culturel irlandais

L’éparpillement des livres anciens dans plusieurs centaines de bibliothèques patrimoniales à travers la France ainsi que la distribution des livres français à travers le monde permet au chercheur d’espérer encore faire de nombreuses découvertes importantes, malgré la sophistication croissante des catalogues.

Une découverte récente dans la bibliothèque du Centre culturel irlandais à Paris illustre parfaitement le type d’ouvrage qui échappe invariablement aux efforts des bibliothécaires. La bibliothèque contient un fonds ancien bien inventorié avec des notices consultable en ligne. Cependant, en analysant les livres du XVIe siècle du fonds, je suis tombé sur un volume en plutôt mauvais état dont les plats de reliure s’effritaient sur les tranches et dont les pages de garde s’étaient décollés. Cette dégradation naturelle permettait de voir que le cartonnage utilisé comme ais pour les plats était en fait composé de feuilles d’un livre plus ancien qu’on avait choisi de recycler pour renforcer la reliure.

Feuilles réutilisées dans les ais de reliure

Cette technique est loin d’être rare dans les livres de la Renaissance. De cette manière on trouve, par exemple, des fragments d’un des exemplaires de la Bible de Gutenberg dans une reliure d’un incunable plus tardif à la bibliothèque municipale de Colmar.

Un fragment de la Bible de Gutenberg dans une reliure de la bibliothèque de Colmar

Dans ce cas-ci, le livre principal était plus tardif : un exemplaire de l’édition donnée en 1552 à Lyon du Stichostratia epigrammaton centuriae quinque du Dijonnais Jean Girard (cote B 363). En regardant bien, il était possible d’identifier 16 feuilles rognées tirées d’un même ouvrage. L’analyse du texte visible là où les plats de reliure s’étaient décollés permettait de voir qu’il s’agissait d’une édition du célèbre ouvrage de saint Augustin De civitate Dei dans l’édition faite avec les commentaires de Thomas Waleys et de Nicolas Trivet. L’aspect des feuilles, la typographie ainsi que les marques manuscrites concordaient pour indiquer qu’il s’agissait d’un incunable… mais quel incunable ?

Pour identifier l’édition le nom de l’auteur et du titre ne servaient pas à grand-chose : on connaît aujourd’hui plus de cent exemplaires du texte de saint Augustin rien que pour la période incunable. L’aspect général du livre suggérait qu’il avait probablement été imprimé dans le couloir rhénan en 1480 ou environ. Mais pour une identification précise, il a fallu mesurer la typographie et j’ai envoyé le résultat (91 mm pour 20 lignes) avec des images aux meilleurs spécialistes en la matière : le laboratoire du Gesamtkatalog der Wiegendrucke de la bibliothèque d’État de Berlin.

Fragment du De civitate Dei de saint Augustin

Le directeur, Falk Eisermann, a passé la requête à un de leurs chercheurs, Martina Nickel, qui m’a livré une réponse en l’espace de quelques jours. Il s’agit bien d’un incunable : une édition publiée en 1479 à Bâle par Michael Wenssler (GW 2885). Les fragments dont le texte était visible provenaient des feuillets 220 et 222. Si l’édition est loin d’être rare aujourd’hui, il s’agissait néanmoins de l’imprimé le plus ancien de la bibliothèque et seulement trois autres bibliothèques en France possèdent cette édition.

L’intérêt de la découverte ne réside pas simplement dans le fait d’ajouter un incunable de plus aux riches collections parisiennes. Elle nous parle des habitudes des relieurs au XVIe siècle qui faisaient feu de tout bois pour faire tomber les coûts et recycler autant que possible les matériaux. Elle indique également que l’édition d’origine n’était plus prisée 70 ans après sa publication première, sans doute dépassée par des versions plus récentes du texte.

Un regard critique sur une des pages visibles dévoile aussi un autre petit détail intéressant. Comme dans un grand nombre d’incunables, les premières lettres des paragraphes les plus importantes avaient été laissées en blanc pour permettre à l’acheteur ou à un libraire de faire enluminer l’exemplaire avec des initiales plus ou moins somptueuses en fonction de leurs moyens et ambitions. Dans ce cas-ci la lettre ornée reste simple, et ce qui attire surtout l’attention c’est que la lettre utilisée est… erronée ! L’enlumineur ne connaissait clairement pas le texte et a ajouté la lettre I pour former le mot « Iam » plutôt qu’un N pour obtenir « Nam ».

Le 221v de l’exemplaire du Centre culturel irlandais
Les 221v des exemplaires des bibliothèques universitaires de Dusseldorf et de Bâle

Ainsi la découverte démontre que l’intérêt de consulter méthodiquement les livres ne se limite pas juste à la mise au jour d’exemplaires, voire d’éditions, inconnus, mais permet aussi d’illustrer les pratiques des professionnels du livre… et leurs limitations.

Malcolm Walsby, Université Rennes 2