Entretien avec… Jamie Cumby de la bibliothèque Linda Hall

Cette semaine nous traversons l’Atlantique pour découvrir une bibliothèque très spéciale: Linda Hall, à Kansas City dans le Missouri. Notre guide est la conservatrice adjointe du fonds ancien de la bibliothèque et spécialiste des impressions juridiques à Lyon, Jamie Cumby.

Quelle est la place des livres rares dans votre institution ?

Linda Hall est un cas intéressant, car, remarquablement, la bibliothèque entière est constituée d’une collection spécialisée. Il ne s’agit pas seulement d’une bibliothèque consacrée à un domaine particulier – dans notre cas au patrimoine intellectuel de la science, de la technologie et de l’ingénierie ; nous possédons surtout un éventail de collections qui ne peuvent être trouvées ailleurs. Le meilleur exemple de ce phénomène est peut-être notre collection de plus de 250 000 normes industrielles. Ces normes sont rarement conservées une fois qu’elles sont devenues obsolètes dans le monde professionnel, et elles ne relèvent généralement pas de la vocation de collecte traditionnelle des autres bibliothèques.

Nous sommes également une bibliothèque qui s’est engagée à utiliser l’imprimé comme support de conservation. Bien que la bibliothèque ait investi dans une excellente unité de numérisation, nous nous concentrons sur les documents imprimés plutôt que sur les documents créés sous forme numérique. La mission plus large de la bibliothèque est la sauvegarde à long terme des documents imprimés, de sorte qu’il existe une forte continuité intellectuelle entre la façon dont la bibliothèque traite ses livres rares et ses autres collections. La collection de livres rares est un élément essentiel de notre rôle de bibliothèque de recherche et de notre objectif de proposer des archives pour notre domaine. De plus, on peut affirmer que la collection de livres rares existe pour des motifs bibliographiques autant que pour des raisons liées au contenu. Les premiers livres imprimés sont les témoins matériels d’une technologie importante en développement continu, ils font d’autant plus partie intégrante de la collection de la bibliothèque.

Illustration 1: L’entrée principale de la bibliothèque.

 

Pouvez-vous nous parler de la provenance de vos collections ?

Bien que la Bibliothèque partage son nom avec ses fondateurs, aucun de nos livres ou manuscrits ne provient de leur collection personnelle. Les Hall ont collectionné dans le domaine des arts décoratifs plutôt que des livres, bien qu’ils aient choisi de fonder une bibliothèque publique dans leur testament. Tous les livres rares de la bibliothèque ont été acquis après la mort d’Herbert et de Linda Hall, en 1941 et 1938, respectivement.

La collecte de livres rares a commencé sérieusement au début des années 1950, peu après la fondation de la bibliothèque. Le développement de la collection était le résultat moins d’une stratégie globale que de l’intérêt personnel de la part du premier bibliothécaire, Joseph Shipman. Depuis lors, les bibliothécaires successifs ont travaillé à la constitution de notre collection de livres rares de manière plus méthodique, au point que nous possédons aujourd’hui neuf ouvrages sur dix répertoriés dans les ouvrages One Hundred Books Famous in Science de Harrison Horblit et les Heralds of Science de Bern Dibner1. Ces dernières années, notre politique de développement des collections a évolué pour mettre l’accent sur les travaux des femmes et des personnes d’origines ethniques plus diverses dans le domaine scientifique, ainsi que sur les sciences non-occidentales.

L’une des contributions les plus significatives à la collection d’histoire des sciences est venue en 1946 avec l’acquisition par la Bibliothèque de la bibliothèque de l’Académie américaine des arts et des sciences. La bibliothèque de l’AAAS était une collection de recherche active depuis 1780 et elle était non seulement constituée par une quantité de revues et de livres pratiques pour la collection de prêt, mais aussi de nombreux volumes qui se sont trouvés à la fondation de la collection de livres rares de la bibliothèque. Par exemple, notre exemplaire de présentation de l’Origine des espèces de Charles Darwin était l’exemplaire qu’il avait donné à l’AAAS. L’achat a également impliqué le transfert des programmes d’échange permanents de l’AAAS avec d’autres bibliothèques, ce qui explique pourquoi Linda Hall possède une grande quantité de documents datant de l’époque de la Guerre froide et provenant des pays d’Europe de l’est et de l’Union soviétique.

Un autre afflux important de livres rares est arrivé à la bibliothèque en 1995 avec l’acquisition de l’Engineering Societies Library. La bibliothèque a également fait quelques achats notables auprès de collectionneurs privés. Nous avons presque terminé le catalogage d’un achat effectué au début des années 1960 d’une collection de livres et de manuscrits japonais et chinois d’un professeur d’UCLA. En rendant cette ancienne acquisition accessible, nous avons considérablement élargi notre capacité à accompagner la recherche sur des sujets en dehors de l’Europe et des Amériques.

Illustration 2: La salle de lecture de l’Histoire des sciences, face à la chambre forte des livres rares.

 

Quels sont, selon vous, ses traits distinctifs ?

Dans la structure de la bibliothèque, tous nos livres rares font partie de la collection d’histoire des sciences. Dans cette collection, nous possédons plus de 10 000 livres imprimés et manuscrits du XVe au XXe siècle. En règle générale, nous ne collectons pas de documents d’archives, mais il existe quelques exceptions, comme la collection A.B. Nichols, qui comprend des photographies, des grands livres et d’autres documents personnels relatifs à la construction du canal de Panama.

 

Pouvez-vous nous décrire quelques livres que vous considérez comme typiques de votre collection ?

L’un des livres les plus passionnants de la collection est peut-être notre exemplaire sur papier du Sidereus Nuncius de Galilée. Comme les neuf autres exemplaires sur papier fin identifiés dans le recensement de Paul Needham, le nôtre porte les corrections de texte de Galilée, et le feuillet d’annulation « Medicea » sur B1r est intact2. Ce qui est particulièrement intéressant, ce sont les aspects uniques de sa provenance, que Nick Wilding a récemment mis au jour. Auparavant, nous pensions qu’il s’agissait de la copie que Galilée avait présentée à la famille Gonzague, étant donné son autre provenance mantouane. Cependant, la plus ancienne inscription de propriété provient du couvent de San Benedetto di Polirone à Mantoue, où le poète Angelo Grillo était moine. Grillo, ami et partisan de Galilée, est à l’origine du choix du titre de cette œuvre. Dans l’édition de 1608 des Lettres de Grillo, il utilise l’expression « Ambassades célestes [ambasciate celesti] » dans une lettre à l’astronome Marcus Welser, dont Sidereus Nuncius peut être considéré comme une traduction latine3. Il est très probable que notre copie ait été personnellement offerte à Grillo par Galilée, ce qui en fait un exemplaire très important !

Illustration 3: L’inscription de Grillo sur la page de titre du Sidereus Nuncius (USTC 4021754).

Nous possédons également une remarquable collection d’atlas célestes, ce serait donc une erreur de ma part de ne pas en partager au moins un avec vous. Cet atlas de 1846 est l’un des plus anciens compilés par une femme, Josephine Edlen von Ránlom (qui pourrait être une anagramme de Josephine von Molnár). Elle énonce clairement son objectif dans les textes préliminaires, qui enjoignent aux femmes de quitter les « plaisirs enivrants du salon scintillant » pour étudier son livre en plein air, en regardant les étoiles. Bien que sa préface se réfère à des lithographies, l’odeur et la couleur des plaques indiquent indubitablement qu’il s’agit de cyanotypes, ce qui en fait un livre beau et inhabituel.

Illustration 4: L’atlas de Josephine Edlen von Ránlom.

En dehors du domaine astronomique, j’aimerais souligner notre exemplaire de O nowych ciałach promieniotwórczych, la traduction polonaise de Marie Curie de son article sur les nouvelles substances radioactives, publié pour la première fois en français. Il s’agit d’un dépliant sans prétention dans un emballage en papier, imprimé à Cracovie pour accompagner une présentation en conférence. Avec les publications spécialisées du XXe siècle, l’éphémère peut être un problème, et nous nous efforçons de préserver les brochures comme celle-ci. Notre exemplaire est l’un des quatre présents en bibliothèques, mais le nôtre est le seul à contenir des notes personnelles de Curie, inscrites de sa propre main. Ces notes ont probablement été ajoutées en 1902, deux ans après la publication, car elles décrivent du chlorure de radium isolé et clarifient les poids atomiques.

Illustration 5: Marie Curie, O nowych ciałach promieniotwórczych, Cracovie, 1900.

Ce qui rend cet exemplaire passionnant, c’est son statut de document vivant ; la version polonaise de l’original français comprend des tableaux et quelques discussions qui n’existaient pas auparavant, et les notes du manuscrit indiquent des révisions prévues, mais jamais publiées.

La bibliothèque possède également la série complète des Philosophical Transactions, le journal de la Royal Society à Londres. Pour le dialogue et les communications scientifiques des XVIIe et XVIIIe siècles, ils constituent une source inestimable, non seulement pour les articles qui y ont été publiés pour la première fois, mais aussi pour l’écosystème plus large du dialogue imprimé qu’ils contiennent. C’est un plaisir de les utiliser à la fois comme conservateur et comme chercheur, en raison des points d’accès qu’ils offrent au reste de la collection. Les annonces de nouvelles publications au sein du journal sont particulièrement appréciées ; elles nous permettent de faire le lien entre les livres et la façon dont ils ont été commercialisés au moment de leur publication.

 

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres rares et la sensibilisation des chercheurs à vos collections ?

Notre programme de bourses a largement contribué à garantir que les chercheurs utilisent nos livres rares. La bibliothèque s’est engagée à financer des bourses d’études, ce qui permet de faire venir des chercheurs basés partout dans le monde (à l’exception notable des chercheurs qui vivent déjà dans la région métropolitaine de Kansas City) pour y mener des recherches. Notre appel à candidatures pour l’année académique 2021-22 vient de se terminer, mais cela nous donne un bon délai pour préparer l’année prochaine ! Nous accueillons également des conférences universitaires et proposons des « cycles de conférences », bien que celles-ci soient en ligne pour l’instant.

Nous avons également investi pour rendre notre matériel accessible à distance. L’une des pierres angulaires de la bibliothèque telle qu’elle existe aujourd’hui est notre unité d’initiatives numériques, qui travaille quotidiennement à la création de substituts numériques de haute qualité de nos documents. Nos chercheurs travaillant désormais à distance, nous leur offrons la possibilité de demander des numérisations pour toute l’année de leur bourse. Ces numérisations sont ensuite intégrées dans notre catalogue en ligne où tout le monde peut y accéder.

Comme nous sommes une bibliothèque de recherche indépendante, nous sommes en mesure d’offrir des séances de cours utilisant des documents de nos collections à toute institution universitaire. D’une certaine manière, le passage à la programmation en ligne nous a été bénéfique, car nous avons pu étendre ces sessions à des institutions de n’importe quel pays (même si, bien sûr, nous travaillons toujours avec l’université du Missouri à Kansas City et le Kansas City Art Institute). Nos sessions en ligne sont entièrement gratuites et ouvertes aux classes de tous niveaux et, dans certains cas, aux sociétés et organisations professionnelles. Cela a été un moyen vraiment enrichissant de se mettre en relation avec des universitaires en dehors des boursiers. Ainsi, nous avons pu faire une plongée profonde dans la provenance du Sidereus Nuncius grâce à des conversations qui ont eu lieu pendant que nous préparions les séances de cours pour le professeur Wilding à Georgia State.

Illustration 6: Une des cages des livres rares où sont conservées les livres de la Engineering Societies Library.

 

Comment présenter vos collections de livres rares à un public plus large ?

Atteindre un public plus large est une grande partie de la mission de la bibliothèque, c’est pourquoi la plupart de nos activités de diffusion, en dehors des offres plus strictement académiques comme le programme de bourses, sont ouvertes au grand public. Cependant, avec l’état de la pandémie COVID-19 aux États-Unis, nous avons dû réévaluer ce que nous pouvons faire. Tout projet d’exposition sur place à la bibliothèque est suspendu pour une durée indéterminée, bien qu’un certain nombre de nos expositions passées soient désormais disponibles en ligne. Nous essayons de voir cela comme une opportunité de collaborer avec d’autres institutions sur leurs expositions à l’avenir. Les prêts aident à sortir nos livres rares de l’enceinte physique de la bibliothèque pour les rendre accessibles à un public qui ne connaît pas forcément nos collections, ce qui est gratifiant.

Nous mettons également un point d’honneur à intégrer nos livres rares dans notre programmation publique gratuite, qui est maintenant entièrement offerte en ligne. L’été dernier, nous avons réalisé une série en collaboration avec la Royal Astronomical Society, et nous espérons profiter de la programmation en ligne pour réaliser d’autres séries transatlantiques cet été.

Enfin, mon collègue Jason Dean et moi-même sommes assez actifs sur Twitter et nous aimons partager des informations sur les nouvelles acquisitions, les notices de catalogue sur lesquelles nous travaillons et d’autres aperçus de la vie de la bibliothèque. Je me souviens qu’au cours de ma première semaine, nous avons dû retourner dans le catalogue sur fiches de la bibliothèque des sociétés d’ingénierie pour trouver un livre de notre collection non catalogué, et j’ai rassemblé un fil de discussion sur ce processus. J’aime à penser que, lorsque nous parlons du travail plutôt que seulement des livres, nous aidons à démystifier certaines des réalités pratiques de la bibliothéconomie, tout en mettant en évidence les articles qui nous passionnent.

Illustration 7: Le site de la bibliothèque, et la mise en ligne de nouvelles expositions.

 

Quel est, selon vous, le problème le plus urgent auquel vous êtes confrontée dans votre travail aujourd’hui ?

En ce qui concerne le travail des bibliothèques, je pense que la pandémie a rendu l’accès aux collections particulièrement critique. L’impossibilité d’être physiquement présent dans la salle de lecture ou, si les chercheurs sont autorisés à entrer dans le bâtiment, les limitations d’espace, de temps et de matériel ont fait que le principal point d’accès pour les utilisateurs se fait désormais par le biais de substituts numériques. Ceux-ci comprennent bien sûr les copies numériques, mais je pense que les bibliothécaires et les universitaires ont compris les limites de la numérisation. Un catalogue en ligne complet peut aider à combler certains des vides laissés par des livres qui ont été réduits à des images en deux dimensions. Dans un monde où la plupart des recherches se font à distance, une description et des métadonnées solides sont le seul moyen de s’assurer que nos collections peuvent être vues et utilisées. Il était vrai déjà auparavant qu’une collection non cataloguée était une collection inaccessible, mais cette réalité a désormais révélé l’urgence. Nous avons la chance, dans notre institution, de disposer d’une excellente équipe de numérisation à plein temps, mais pour que ces fac-similés aient une réelle valeur, il faut qu’ils fassent l’objet d’un catalogage réfléchi et minutieux. Il est également essentiel d’évaluer nos priorités en fonction de ce que nous sélectionnons pour ce type de traitement, et de penser au-delà des points forts traditionnels pour les collections précaires, uniques et peu étudiées.


 

  1. Harrison D. Horblit, One Hundred Books Famous in Science, Based on an Exhibition Held at the Grolier Club, New York : Grolier club, 1964, et Bern Dibner, Heralds of Science as Represented by Two Hundred Epochal Books and Pamphlets Selected From the Burndy Library, Norwalk : Burndy Library, 1955. []
  2. Paul Needham, Galileo Makes a Book: The First Edition of “Sidereus Nuncius,” Venice, 1610 Berlin: Akademie Verlag, 2011. []
  3. Nick Wilding, « Galileian Angels », in Joad Raymond (dir.), Conversations with Angels: Essays Towards a History of Spiritual Communication, 1100-1700, New York : Palgrave Macmillan, 2011, p. 69-70. Voir aussi son Faussaire de Lune. Autopsie d’une imposture, Galilée et ses contrefacteurs, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2015. []

Journée sur la collection Van Buchell et ses recueils

L’Utrecht Centre for Medieval Studies (UCMS) proposait le 11 octobre 2019 une journée d’étude sur le thème ‘Premodern Reading Cultures’, qui fut consacré aux recueils factices, en collaboration avec le projet Sammelband 15-16. Cette journée, qui attira un public nombreux d’étudiants et de chercheurs, était en particulier consacrée à une collection unique conservée à la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht. On y trouve en effet le fonds Van Buchell, un ensemble de plus de 500 Sammelbände recueillant plus de 2500 livres du XVIe siècle, soit l’une des plus riches collections de Sammelbände de la Renaissance conservées jusqu’à nos jours.

Les fondements d’une collection de Sammelbände et les principes pour l’étudier

Bart Jaski (conservateur à Utrecht1) inaugura la journée en présentant Huybert van Buchell (1513-1599) et la façon dont son ample bibliothèque est entrée dans les collections de la BU.

Illustration 1: Portrait d’Hubert van Buchell conservé à la BU d’Utrecht.

Ce chanoine légua en effet ses livres à l’église Saint Jacques d’Utrecht pour qu’une bibliothèque y soit créée. Cependant, après la création de la première bibliothèque municipale d’Utrecht (stadsbibliotheek), le conseil municipal décida d’intégrer ces livres à ses collections encore restreintes, qui furent ensuite utilisées pour fonder la BU d’Utrecht. Il faut en effet rappeler qu’aux Pays-Bas, c’est le plus souvent dans les bibliothèques universitaires que l’on trouve aujourd’hui les collections patrimoniales. On peut donc considérer van Buchell comme l’un des fondateurs de la BU d’Utrecht.

Malcolm Walsby (ENSSIB) présenta ensuite les principes essentiels de la constitution de Sammelbände au XVIe siècle. Il rappela un point essentiel : l’analyse des Sammelbände permet de comprendre comment différents types d’utilisateurs de livres à la Renaissance assemblaient leurs connaissances dans ces volumes – des lecteurs qui n’étaient pas nécessairement les grands intellectuels de la période, tels Érasme, dont le profil est certes intéressant à étudier, mais pas nécessairement représentatif des lecteurs de leur temps. Étudier les particularités des Sammelbände permet donc d’avoir accès à une large part du lectorat de la Renaissance. Ceci n’est pas anodin, car les Sammelbände étaient un objet omniprésent dans la première modernité. On a pu l’oublier car de nombreux recueils furent démembrés ensuite pour que les titres qu’ils contenaient puissent être achetés séparément par des collectionneurs (en particulier au XIXe siècle). Cependant, on en trouve encore en grand nombre dans les bibliothèques publiques. Comme l’indiqua Malcolm Walsby, à Rennes, 28% de la collection des quelques 2500 livres du XVIe siècle conservés à la Bibliothèque des Champs libres, soit environ 700, se trouvent dans des Sammelbände. Par comparaison, presque 90% de la collection van Buchell sont conservés dans des Sammelbände. Ils furent pour la plupart créés au moment où Van Buchell acheta ses livres, en particulier pendant la longue période qu’il passa à Cologne en tant qu’étudiant, puis dans les trente dernières années de sa vie, comme en témoignent les belles reliures allemandes dont de nombreux volumes sont pourvus.

Illustration 2: Quelques-uns des Sammelbände de van Buchell, avec sa provenance autographe

La collection restant à analyser, Malcolm Walsby proposa des pistes d’étude future. On peut notamment envisager de reconstruire la bibliothèque de Van Buchell en analysant les reliures, mais aussi les cotes inscrites sur les tranches afin de comprendre comment il organisait sa bibliothèque. On peut également analyser comment la collection a été conservée (et transformée) au fil du temps, dans les collections de la bibliothèque universitaire, ce qui offre une fenêtre sur les développements de la BU au fil du temps, et pas seulement à ses débuts. On peut encore analyser les nombreux défaits de reliure imprimés comme manuscrits, que contient la collection, et repérer des unica, préservés uniquement dans la collection Van Buchell, grâce à leur intégration dans les Sammelbände dès leur publication.

De la reliure à l’utilisateur

Bart Jaski revint ensuite dans son intervention sur les défaits de reliure offrant de très nombreux fragments de manuscrits. On a en effet retrouvé dans ces reliures environ 1000 fragments de manuscrits plus ou moins étendus. C’est l’une des plus grandes collections au monde de fragments de manuscrits retrouvés dans des livres possédés par un seul individu. Bart Jaski présenta la collection de manuscrits possédée par l’église Sainte-Marie, à laquelle appartenait Van Buchell, qui fut dispersée pour une grande part : seuls 37 manuscrits de Sainte-Marie (essentiellement des ouvrages religieux) furent transférés ou acquis plus tard par la BU. Bart Jaski analysa le cas spécifique d’un manuscrit, Ms 709, contenant un De natura rerum probablement fait à Paris vers 1300. Sur les 200 folios du manuscrit, environ 50 furent arrachés du manuscrit. Certains de ces folios furent ensuite retrouvés individuellement lors de ventes, mais une partie d’entre eux fut utilisée pour renforcer des reliures de Sammelbände de van Buchell.

Illustration 3 : des fragments du manuscrit Ms 709 de la BU d’Utrecht.

Dans ce cas précis, il semble qu’un seul relieur utilisa ces feuillets à Cologne pour relier une série de livres dans les années 1570 : il est donc probable que van Buchell donna ces feuillets au relieur pour réduire les coûts de reliure, parce qu’il avait emporté tout ou partie du manuscrit à Cologne après son départ d’Utrecht en 1569. Tracer ainsi ces feuillets dans les différentes reliures de la collection van Buchell pourrait permettre de reconstruire de manière virtuelle le manuscrit, comme le billet publié la semaine dernière sur notre blog en proposait les principes .

Katell Lavéant et Ann-Marie Hansen (Université d’Utrecht) centrèrent quant à elles leur approche sur les traces d’usages laissées par des lecteurs successifs dans une série de recueils de la collection Van Buchell. Katell Lavéant se pencha en particulier sur les provenances de plusieurs volumes2. Si l’on observe attentivement les différentes marques laissées dans les volumes, on note différentes cotes de bibliothèques qui marquent le passage d’un volume des étagères de van Buchell à celles des différentes bibliothèques qui l’ont accueilli.

Illustration 4 : différents niveaux de cotations dans un Sammelband de la collection van Buchell.

On note par ailleurs d’autres provenances indiquant que certains des volumes ont appartenu à un ou plusieurs possesseurs antérieurs avant qu’ils ne parviennent à van Buchell, ce qui dénote une circulation des livres particulièrement active dans le milieu des chanoines d’Utrecht, au milieu du XVIe siècle. Au-delà de l’individu, c’est donc tout un milieu d’érudits que l’on peut reconstituer à partir de ces marques de possession. Ann-Marie Hansen approfondit cette question en analysant comment on peut découvrir un véritable écosystème de marques de lecteurs, intentionnelles (annotations, corrections…) comme non intentionnelles (saleté et taches d’encre), qui aident à comprendre la manière dont un ou plusieurs lecteurs ont pu lire un texte, plume en main3. Ce faisceau de marques peut mener à reconstituer un profil de lecteur, qui montre à la fois comment cet utilisateur de livre s’inscrit dans son époque en reprenant des systèmes de notation courants, et comment il peut se démarquer de ses contemporains en créant son propre système d’annotations spécifiques. Les nombreuses annotations laissées par van Buchell dans ses livres ouvrent un large champ à une enquête d’ampleur dans ce domaine.

Illustration 5 : un système d’annotations dans un livre de van Buchell encore à comprendre (USTC 12632)

John Tholen (Université d’Utrecht) élargit ensuite le propos en étudiant un cas de Sammelband du XVIIe siècle, qui montrait bien comment les problématiques abordées via la collection van Buchell peuvent être appliquées à d’autres volumes contemporains ou postérieurs. Son analyse portait sur un Sammelband contenant une traduction en néerlandais par Pieter Cornelisz Hooft des Métamorphoses d’Ovide et un poème de Hooft réécrivant un épisode de la légende troyenne (Amsterdam, Jan van Hilten, 1643). Ce livre fut scindé en deux parties, et on intercala entre la traduction d’Ovide et le poème de Hooft un autre ouvrage, également publié à Amsterdam en 1643 par Jan van Hilten et Jan Barentsz Smient), contenant une réévaluation de la pratique médiévale consistant à christianiser Ovide, et de nombreux repères sur la mythologie grecque. Relativement peu de temps après ces deux publications séparées, un lecteur ou une lectrice souhaita rassembler ces livres en recueil, mais en recomposant l’ordre des différents textes, pour mettre ensemble le texte d’Ovide et ses commentaires, avant la réécriture poétique de Hooft.

Autrement dit, le processus de création d’un Sammelband permettait au lecteur ou à la lectrice de créer son propre livre de lecture et d’analyse, en ajoutant, à la suite du text d’Ovide un apparat critique, absent de la traduction en néerlandais, grâce à l’ajout d’autres titres dans le volume. Ce cas est unique, car on ne trouve pas d’autre Sammelbände qui propose d’une telle manière un texte en néerlandais d’Ovide avec des commentaires. Bien que ce volume ne contienne pas de provenance qui permette d’éclairer l’identité de la personne ayant fait faire ce Sammelband, il apparaît donc clairement que l’on a là affaire à une pratique de mise en recueil visant à faciliter la lecture et à créer un ouvrage plus complexe et permettant une lecture critique à partir d’éditions séparées.

Illustration 6 : page de titre de la traduction néerlandaise de 1643 des Métamorphoses.

Perspectives d’avenir pour la numérisation et la recherche

Arja Firet (chargée de collections à la BU d’Utrecht) présenta enfin le travail de l’équipe de numérisation de la bibliothèque, notamment à partir des premiers essais à partir d’un volume de la collection van Buchell, pour réfléchir au potentiel des nouvelles techniques de numérisation mais aussi des défis posés par les objets de cette collection. Pour la bibliothèque, il s’agit de pouvoir donner un large accès aux collections tout en protégeant les matériaux fragiles qui ne peuvent pas toujours être communiqués au public, et de faciliter la recherche dans le domaine des humanités numériques, notamment grâce à de nouvelles fonctions de ‘text mining’ (en permettant la recherche de mots et phrases spécifiques dans les images numériques du texte). Pour le projet Sammelband 15-16, il s’agit, grâce à cette collaboration avec la BU d’Utrecht, de trouver les meilleurs moyens de montrer l’état physique complet du volume. Il faut pouvoir rendre compte de l’état et de l’aspect de la reliure, des annotations et autres traces d’utilisation, ce qui ne va pas sans poser des problèmes techniques spécifiques : comment par exemple scanner les fragments médiévaux dans les reliures ? Faut-il les détacher pour les scanner, puis les recoller ensuite, ou respecter l’intégrité du volume, au risque de perdre la lisibilité de ces fragments ? Autant de défis qui occuperont les deux équipes dans les mois et années à venir, dans le cadre d’un projet ambitieux de numérisation du plus grand nombre possible de Sammelbände de la collection van Buchell.

Illustration 7 : un premier essai de numérisation d’un Sammelband de van Buchell par la BU d’Utrecht.

La journée comprenait également une présentation d’une sélection de livres présentant les caractéristiques des Sammelbände de la collection van Buchell discutées pendant les présentations : décors et caractéristiques de reliures allemandes, défaits de reliure manuscrits et imprimés, annotations et provenances firent l’objet d’une analyse livre en main, qui permit également aux participants de mieux se rendre compte des détails matériels de ces ouvrages.

Illustrations 8 et 9 : la présentation de volumes de la collection aux participants.

Toutes ces interventions ont souligné l’importance, tant quantitative que qualitative, des Sammelbände conservés à la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht et l’ampleur du travail de recherche qui s’ouvre sur la collection van Buchell, ainsi que la nécessité d’une entreprise d’analyse globale et innovante des Sammelbände de la première modernité.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

  1. Le blog de la SBF a publié un entretien avec Bart Jaski sur les collections spéciales de la Bibliothèque universitaire d’Utrecht en octobre 2018. []
  2. Elle avait analysé sur ce blog le cas d’un Sammelband spécifique. []
  3. Voir également le billet qu’elle a consacré à ce sujet sur notre blog . []