Libri Graeci: Les livres grecs à Paris au XVIe siècle

Les débuts de l’imprimerie grecque en France n’ont pas été faciles. François Tissard encouragea dans sa préface au Alphabetum Graecum (le premier livre en Grec à être publié en France en 1507) « tous ceux qui sont le plus disposés, studieux et désireux d’apprendre le grec » d’étudier la langue et de débarrasser la France de sa réputation de nation barbare auprès des intellectuels italiens. Cependant, ce ne fut qu’en 1530, plus de deux décennies après la lamentation de Tissard, et après l’intervention de personnages importants tels que Girolamo Aleandro et Guillaume Budé – et même, en coulisses, d’Érasme – que François Ier créa le Collège Royal. Cette décision, accompagnée par l’établissement du rôle d’imprimeur royal pour le grec en 1538, donna une base institutionnelle à la demande pour des ouvrages en grec, tant pour des textes issus de l’Antiquité que dans le domaine religieux, et confirma le soutien royal apporté à l’entreprise, donnant ainsi l’impulsion pour que Paris devienne le centre le plus important de l’imprimerie grecque au XVIe siècle.

Depuis un certain temps, j’étudie la question de l’édition et de la commercialisation des livres grecs à Paris au XVIe siècle, afin de mieux comprendre la réception de la tradition grecque (classique et non classique) en France. J’explore des questions telles que la raison d’être de la publication de ces textes, les utilisations qui en ont été faites, les personnes impliquées dans le processus et leurs programmes, la distribution et la popularité des livres, ainsi que le développement de ces tendances tout au long du XVIe siècle. Je souhaite également établir et expliquer les changements de perception des classiques grecs, les liens entre l’érudition classique et la patristique grecque, ainsi que les différents contextes dans lesquels ces classiques ont prospéré – ou ont été rejetés.

L’impression du grec était le résultat de l’intérêt humaniste pour la langue et la tradition du monde classique ; au-delà des Alpes, la diffusion de l’apprentissage et de la tradition grecque était inextricablement liée à l’impression de livres en grec. Entre 1507 et 1600, les ateliers parisiens ont publié plus de mille éditions grecques, destinées à un public français et international. Ces livres étaient soit des textes classiques, soit des textes de l’Antiquité tardive et des premiers Pères de l’Église, ou des textes religieux comme les livres de la Bible. Nombre d’entre eux ont été publiés entièrement en grec (bien que les ouvrages savants comportaient souvent une préface et/ou un commentaire en latin), ou dans des éditions bilingues grecque-latine. Les manuels utilisés dans l’enseignement étaient beaucoup plus simples, sans aucun matériel paratextuel. Certains étaient imprimés en même temps que la traduction latine, ce qui permettait aux clients d’acheter les deux ou l’un ou l’autre. Dans la seconde moitié du XVIe siècle, les éditions bilingues devinrent beaucoup plus courantes ; dans celles-ci, le texte grec et le texte latin étaient imprimés sur la même page, en colonnes. L’impression en grec comprenait également des aides à l’enseignement et à l’étude, notamment des « alphabets », des grammaires, des dictionnaires, etc.

La prédominance de Paris dans cette activité peut s’expliquer par son rôle central dans la publication et la vente de livres dans un marché déjà bien établi et dynamique, ainsi que par l’importance que cette ville prit en tant que centre d’apprentissage, attirant un certain nombre de chercheurs qui enseignèrent la langue, éditèrent des textes grecs et, de manière générale, promurent la culture grecque ancienne. L’impression du grec à Paris atteignit son point culminant dans les années 1536-44, un sommet clairement associé à François Ier et à son parrainage de l’apprentissage du grec. Outre la création du Collège royal et le rôle de l’imprimeur royal pour le grec, François fut également responsable de la commande des célèbres caractères grecs du roi, taillés par Claude Garamond en 1543.

Cependant, au-delà de ce parrainage spécifique, de nombreux autres imprimeurs et éditeurs furent impliqués dans le commerce des livres grecs tout au long du XVIe siècle ; cela témoigne du dynamisme du marché parisien ainsi que du lien entre la production grecque et la diffusion du savoir grec, et de la manière dont cela créa, à son tour, une demande accrue pour les livres. Nous examinerons ci-dessous deux cas d’imprimeurs/éditeurs de grec, qui mettront en évidence différents aspects relatifs au raisonnement et aux objectifs des personnes impliquées dans cette activité, à leurs réseaux, et aux contextes et caractéristiques différents de l’humanisme grec en France. L’analyse de l’activité de l’imprimeur Chrestien Wechel (c. 1495-1554) et l’activité éditoriale d’Adrien de Turnèbe (1512-1565) révélera également l’étendue des liens entre l’édition grecque et le Collège Royal. Le premier fut l’un des plus importants imprimeurs de grec dans le Paris du XVIe siècle, fournissant au collège des manuels scolaires pendant plus d’une décennie ; le second fut professeur royal de grec, et fut pendant une courte période nommé imprimeur royal de grec (1551-55).

Illustration 1: La marque de Chrétien Wechel et une lettrine utilisée par Adrien Turnèbe – BaTyR n° 2941 et 16638.

Chrétien Wechel (1495–1554)

Originaire de Herentals, près d’Anvers, Chrétien Wechel fonda son entreprise d’édition et d’impression à Paris en 1526, après avoir travaillé pour Conrad Resch (mort après 1552), dont il finit par acheter l’atelier. Wechel se spécialisa dans l’impression d’ouvrages érudits, publiant environ 500 éditions latines et plus de 150 grecques au cours de sa carrière. En revanche, il n’imprima que très peu de livres en français, environ 60 éditions, ainsi qu’une dizaine d’éditions en hébreu. La plupart de ses éditions grecques étaient destinées au marché étudiant, car environ un tiers d’entre elles étaient des livres de grammaire, de syntaxe et d’autres aides à l’apprentissage du grec. De même, nombre de ses autres éditions grecques présentent toutes les caractéristiques des manuels scolaires : elles sont entièrement imprimées en grec et ne contiennent généralement pas de matériel paratextuel ni de commentaires.

Wechel imprima de nombreuses grammaires de Nicolas Clenardus (environ 22 émissions) et de Théodore Gaza (environ 12 éditions, en entier ou en partie). Il imprima également la Syntaxis linguae Graecae de Johannes Varennius, ainsi que son travail sur les accents. Parmi les autres éditions de grammaires et d’outils pédagogiques, on peut citer la Summa Linguae Graecae d’Arnoldus Oridryus, l’Erotemata de Manuel Chrysoloras, le De quorundam verborum constructione de Constantinus Lascaris, ainsi qu’au moins sept éditions de l’Alphabeta et le traité d’Adrien Amerot sur les dialectes grecs. Parmi les autres textes utilisés pour l’enseignement, les auteurs les plus populaires publiés dans l’original parmi les publications de Wechel sont Lucian (23 éditions d’ouvrages pour la plupart individuels), Aristote (14 éditions, représentant 9 titres), Isocrate (8 éditions, dont trois de son oraison Ad Demonicum), Démosthène (6) et Homère (de nombreuses éditions de l’Iliade en partie, une partie de l’Odyssée, ainsi que la pseudo-Homérique Batrachomyomachie). Wechel imprima également les traités rhétoriques d’Hermogène, Thucydide (2), Aristophane (4), Plutarque et pseudo-Plutarque (5), Xénophon, une sélection des œuvres de Platon, dont le Timée, la Symposion, ainsi que les Épîtres pseudo-platoniciennes et Axiochus, Hippocrate et Galien (3). Il ressort assez clairement de cette liste que les publications de Wechel comprenaient les textes-clés pour l’enseignement du grec, ainsi qu’un certain nombre d’autres sujets.

Illustration 2 : Le catalogue de Wechel de 1542-43; reproduit dans Conrad Gessner, Pandectarum sive partitionum universalium, libri XXI, Zürich : Christoph Froschauer, 1548, USTC 682395; Zentralbibliothek Zürich 5.13,2.

Des informations supplémentaires concernant les publications de Wechel et le public auquel il s’adresse figurent dans ses catalogues de vente, qui indiquent que Wechel fournit des livres pour un certain nombre de facultés. Ainsi, les trois premières sections de ses catalogues correspondent au trivium médiéval avec des livres sur la grammaire, la logique et la rhétorique, tandis que nous trouvons également des livres grecs dans les catégories Historica, Poetica, Moralia, Physica et Mathematica, Theologica, Legalia et Medica. Outre les titres évidents, la section sur la grammaire comprend les dialogues de Lucien, ce qui montre que les œuvres de Lucien étaient utilisées comme manuels pour l’enseignement des langues et de la grammaire. Dans la catégorie Orationes, et Similis Argumenti, qui suit la catégorie « rhétorique », on trouve, parmi les textes d’orateurs anciens, une édition des oraisons du premier livre d’histoire de Thucydide, ainsi que – peut-être moins attendu – le sermon de Grégoire de Nazianze contre l’empereur Julien, une édition des lettres de Guillaume Budé, ainsi que l’Exhortatio ad Bonas Artes de Galien. Le De liberis instituendis de Plutarque, la Tabula de pseudo-Cebes ainsi que la collection Aurea Pythagorae Carmina sont répertoriés sous Moralia, tandis que le catalogue de Wechel de 1544 comprend également la traduction de Gaza du De Senectute de Cicéron. Sous la rubrique théologie, Wechel commercialise des ouvrages tels que la Missa Graecolatina de Jean Chrysostome, un livre d’heures, l’Épître de Saint-Paul aux Romains, ainsi que le petit (mais très populaire) traité de Chrysostome, De orando Deum, et le De Resurrectione mortuorum d’Athénagoras.

Illustration 3 : Index Librorum Omniumquos suis typis excudit Christianus Wechelus imprimé à Paris en 1544; Edinburgh University Library, De.10.1 (6)
Illustration 4 : la section Legalia du catalogue.

D’après les titres publiés, les trois années les plus productives pour Wechel (également pour ses publications grecques) furent 1538, 1536 et 1531, dates qui coïncident avec les premières années de fonctionnement du Collège royal. Nous pouvons identifier certains des liens entre Wechel et le Collège grâce aux annotations contemporaines faites sur les exemplaires des éditions de Wechel. Celles-ci nous permettent d’établir que pendant une dizaine d’années, jusqu’en 1540 environ, il imprima un certain nombre d’ouvrages sur lesquels le professeur de grec, Jacques Toussaint, enseignait. Ainsi, les annotations témoignent de l’ordre dans lequel Toussaint donna des conférences sur certains auteurs et textes. Par exemple, en 1537, il donna des conférences sur l’Ad Glauconem de Galien, en 1538 sur De Hero et Leandro et Sententiae de Μusaeus, puis le premier livre d’Histoires d’Hérodote, et les premiers livres de la Cyropédie de Xénophon. Ces livres furent tous imprimés dans le même ordre et la même année par Wechel. Ce lien jette une lumière différente sur les publications de Wechel, car il devient évident que sa production était spécifiquement adaptée aux besoins de l’institution d’enseignement, et nous donne des indications utiles sur le programme d’études du Collège et sur l’éventail des textes grecs auxquels les étudiants étaient exposés.

L’activité d’imprimerie grecque de Wechel et ses liens avec le Collège Royal suscitèrent également une certaine méfiance. Deux baisses importantes de sa production grecque (1533/1534 et 1545) peuvent être liées à l’enquête ordonnée par la Faculté de théologie de Paris concernant l’enseignement des langues anciennes, et à la publication des Articles de foi, ainsi que du catalogue des livres interdits de la Faculté. Ces deux baisses reflètent les circonstances contemporaines et la réaction de Wechel face à l’inquiétude que suscitaient les œuvres grecques et l’enseignement de cette langue. Il est permis de se demander si Wechel lui-même était attiré par l’une des doctrines ou tendances que la Sorbonne tentait de réprimer – son intérêt pour le grec n’était peut-être pas purement dû à ses affaires avec le Collège et il est bien possible qu’il ait été attiré par les idées réformistes.

Adrien de Turnèbe (1512-1565)

Nous pouvons apprécier différents aspects de l’impression et de l’apprentissage du grec à travers la deuxième étude de cas à examiner, celle d’Adrien de Turnèbe. Turnèbe incarne le lien entre la production grecque à Paris et le Collège à travers le double titre de « professeur » et d’« imprimeur » qu’il détenait (même si la responsabilité de l’impression des ouvrages sous son nom revenait à Guillaume Morel, son successeur en tant qu’imprimeur royal). Ce double rôle exceptionnel lui permit non seulement de publier les textes pédagogiques qu’il enseignait, mais aussi de mettre en avant son agenda intellectuel spécifique. Ses publications révèlent l’intérêt que Turnèbe portait à l’aspect philosophique de l’humanisme grec, et en particulier à un courant de syncrétisme et/ou de néoplatonisme.

Au cours des années 1551-55, il fut responsable d’une vingtaine d’éditions grecques, dont deux folios. Il s’attacha à publier des documents qui n’étaient pas encore parus (certains provenant de manuscrits de la bibliothèque royale) et à proposer des versions améliorées des éditions précédentes. Il publia également un certain nombre de livres qui peuvent être liés à l’enseignement, tels que l’Enchiridion de Metris et Poemate de Hephaestion Alexandrinus, une édition des Sententiae, les tragédies de Sophocle, l’Iliade d’Homère, De piscatu et De Venatione d’Oppianus, ainsi que l’Éthique à Nicomaque d’Aristote (deux fois, la deuxième fois avec une traduction latine).

Illustration 5 : Aristote, Ἠθικῶν Νικομαχείων Βιβλία Ι’. De moribus ad Nicomachum libri decem, Paris : Guillaume Morel pour Adrien Turnèbe, 1555, USTC 151695; Christ Church College, Oxford, AD 2-15.

Un récit contemporain révèle cependant de manière désobligeante que Turnèbe avait « moins prêté attention à l’enseignement du grec », proposant « d’expliquer plutôt le Timée de Platon »1 . En effet, de nombreux textes publiés sous le nom de Turnèbe révèlent que son intention était de souligner la compatibilité et la continuité entre la philosophie païenne et le christianisme. La clef de ce lien était Platon, qui, selon Turnèbe, était supérieur à Aristote, puisque c’était Platon qui s’était lancé dans une véritable enquête métaphysique. Turnèbe souligna la signification spécifique du philosophe en se concentrant sur les deux dialogues qui « attestent » la croyance de Platon en la création et l’immortalité de l’âme : le Timée (sur lequel il écrivit une introduction, publiée à titre posthume) et le Phèdre (qu’il publia avec la traduction de Ficino, USTC 151368). Dans la préface de son édition du Phèdre, il affirme que la philosophie doit toujours servir de support à la religion2 .

Trois autres ouvrages qu’il imprima ou édita faisaient également référence au Timée : De Procreatione animi in Timaeo Platonis de Plutarque, qu’il imprima en traduction latine en 1552 (USTC 199459) et dont il prépara le texte original grec pour Morel la même année (USTC 160460). Les deux autres sont la traduction par Turnèbe du De Fato de Plutarque (qui fut plus tard inclus dans son Opera Omnia), ainsi que l’édition et la traduction du De primo frigido de Plutarque (USTC 151181, se référant aux deux éditions). De plus, Turnèbe enseigna et publia des ouvrages et des auteurs faisant le lien entre les courants philosophiques considérés comme antérieurs à Platon (par exemple Hermès Trismégiste) et les premiers apologistes chrétiens ainsi que les Pères de l’Église orientale, selon les grandes lignes de la notion de « théologie ancienne » de Ficino.

Illustration 6 : Hermes Trismegistus, Ποιμάνδρης. Ἀσκληπιοῦ Ὅροι πρὸς Ἄμμωνα βασιλέα. Poemander, seu De potestate ac sapientia divina. Aesculapii definitiones ad Ammonem regem, Paris : Guillaume Morel pour Adrien Turnèbe, 1554, USTC 151542; Leiden University Library, 180 D 19.

Ainsi, Turnèbe publia l’editio princeps des Poimadres en grec (l’ une des deux seules publiées au cours du siècle), parallèlement à la traduction de Ficino (USTC 151542). La lettre préparatoire de l’édition soulignait les similitudes entre les textes hermétiques et le christianisme en se référant à la prédication d’Hermès sur l’existence d’un Dieu unique, le Père, qui était aussi le Créateur, et sur la grandeur de sa sagesse et de sa providence. Cette ligne de pensée continua avec la vaste et belle édition des œuvres de Philon d’Alexandrie (USTC 151178), un auteur que Ficino avait identifié comme un commentateur important du Timée de Platon.  Selon Turnèbe, Philon avait réussi à réconcilier la théologie et la philosophie, qui étaient plus des sœurs que des parentes3 . En participant à la fois à la culture hellénique et juive, Philo réussit à fusionner la théologie et la philosophie4 . Turnèbe souligna les liens entre Philon et Platon en citant un dicton grec qui dit que « Platon a philonisé et Philon a platonisé »5 . L’édition folio des œuvres de Synesius de Cyrène (USTC 151391) peut être placée dans un contexte similaire. Synesius, un théologien grec avec de fortes connotations néoplatoniciennes qui incarnait le syncrétisme de l’Antiquité tardive, fut inclus par Joachim Périon dans son édition des œuvres de l’apologiste chrétien Justin Martyr comme l’un des théologiens grecs dont on pensait qu’ils servaient dans la « préparation et la démonstration évangéliques », aux côtés de Philon et Justin Martyr6 .

Ainsi, le cas de Turnèbe met en lumière d’autres aspects de l’apprentissage du grec et son lien avec l’imprimerie. Grâce à l’ensemble des ouvrages qu’il avait choisi de publier et sur lesquels il donna des cours, il diffusa une approche spécifique de l’apprentissage du grec et influença une génération d’étudiants assistant à ses cours, qui à leur tour influencèrent le marché du livre. La popularité des œuvres de Platon (en grec, en latin et en français) à Paris pendant les décennies où il a enseigné ainsi que juste après, est révélatrice à cet égard. Dans sa préface aux œuvres de Philon, Turnèbe montrait qu’il était conscient que « cette œuvre » bénéficierait au « monde entier », puisque Paris était un centre cosmopolite de connaissances et d’enseignements. Wechel et lui jouèrent tous deux un rôle important dans l’apprentissage et l’impression du grec, ainsi que dans les opinions (plus ou moins spécifiques) sur l’utilité de la langue et de la culture grecques. Comme le montrent ces deux cas, l’examen de l’impression des livres grecs dans le Paris du XVIe siècle révèle les liens étroits avec les institutions éducatives qui stimulèrent la demande de ces livres. Il donne un aperçu de la diffusion de l’humanisme grec en France et révèle les diverses finalités qu’il servit, qu’elles soient linguistiques, religieuses ou philosophiques. 

Natasha Constantinidou 
Université de Chypre


 

  1. Petrus Ramus et Omer Talon, Collectaneae praefationes, epistolae, orationes, Paris : Denis Duval, 1577, cité dans John Lewis, Adrien Turnèbe (1512–1565): A Humanist Observed, Genève : Droz, 1998, p. 57, n. 36. []
  2. Adrien Turnèbe, In Phaedonem Platonis De animorum immortalitate praefatio nunc primum luce donata, Paris: Fédéric Morel, 1595 (USTC 199119); reprinted in Adrien Turnèbe, Opera, Strasbourg: Lazarus Zetzner, 1600, (USTC 701371) III, p. 49. []
  3. Philo Judaeus, Εἰς τὰ τοῦ Μωσέως κοσμοποιητικά, ἱστορικά, νομοθετικά, τοῦ αὐτοῦ μονόβιβλα. … In libros Mosis De Mundi opificio, historicos, De legibus, eiusdem libri singulares, Ex Bibliotheca Regia, Regiis Typis. Ex privilegio Regis, Paris: ex Officina Adriani Turnebi typographi Regii, 1552; USTC 151178, α iiv: ‘τήν τε θεολογίαν καί τήν φιλοσοφίαν, ἀλλά συγγενεις ἤ μάλλον εἰπεῖν ἀδελφάς οὔσας…’. []
  4. Φίλωνος Ἰουδαίου εἰς τά τοῦ Μωσέως, sig. α iiv : ‘…ἑλληνἰζων ἅμα καί ἰουδαΐζων, φιλοσοφῶντε καί θεολογῶν’. []
  5. Φίλωνος Ἰουδαίου εἰς τά τοῦ Μωσέως, sig. α iiv: ‘ὥστε παροιμιασθήναι ἤ Πλάτωνα Φιλωνίζειν ἤ Φίλωνα Πλατωνίζειν’; Jérôme (De vir. ill. 11) et plusieurs autres Pères grecs citèrent cet adage. []
  6. Joachim Périon dans l’édition des Opera Omnia du philosophe et apologiste chrétien Justin Martyr. Justinus Martyr, Opera Omnia, Paris: Jacques du Puys, 1554, USTC 151619, cité dans La France des Humanistes. Hellénistes I, p. 413. []