(Re)relier les registres du Trésor des chartes : entre fossilisation et évolution

Une légende tenace voudrait que la constitution du Trésor des chartes – c’est-à-dire du fonds d’archives des rois de France – soit consécutive aux destructions documentaires subies par Philippe Auguste lors de la bataille de Fréteval en 11941 . Mais l’établissement d’un dépôt d’archives stable et fixe dans le palais royal de l’Île de la Cité, si l’on peut penser qu’il s’est fait à la faveur des travaux de restructuration du bâtiment initiés au tout début du XIIIe siècle et au moment où Paris commence à faire figure de « capitale »2, n’est attesté par des mentions fiables qu’au début des années 12303 . Placé par Louis IX dans un bâtiment annexe – aujourd’hui disparu – de la Sainte Chapelle, le précieux fonds d’archives demeure abrité dans ce sanctuaire jusqu’à la période révolutionnaire4 . C’est au milieu du XIVe siècle que le fonds prend le nom de Trésor. Ce terme, qui renvoie étymologiquement à l’idée d’accumuler des biens ayant une utilité singulière – en l’occurrence ici, les archives, instrument essentiel de gouvernement – devient aussi par métaphore un lieu de conservation prestigieux. Après avoir erré de dépôts provisoires en salles annexes à la fin du XVIIIe siècle, le Trésor des chartes trouve sa place au sein de l’Hôtel de Soubise, acquis par Napoléon en 1808 pour abriter les Archives impériales. Ce n’est qu’à la fin des années 1860 que le Trésor des chartes intègre son emplacement auprès de la célèbre armoire de fer, dans la salle centrale du premier étage des grands dépôts des Archives nationales, baptisée du même nom que le fonds qu’elle abritait (fig. 1). Aujourd’hui, une partie du Trésor des chartes se trouve dans la salle adjacente.

Figure 1 : L’armoire de fer (en orange) et les registres du Trésor des chartes (en vert) dans les grands dépôts des Archives nationales, Paris. Photo : Archives nationales (France), atelier de photographie.

Le fonds du Trésor des chartes est divisé en deux sous-séries : les cartons ou layettes (cotés J), et les registres (cotés JJ). On compte aujourd’hui près de 1100 cartons et 390 registres. Un premier coup d’œil sur les volumes reliés donne la sensation d’une étonnante uniformité (fig. 2). Pourtant, une observation plus avant révèle un ensemble dont l’hétérogénéité est à la mesure de la première illusion de cohérence. Grâce à un travail de conservation-restauration mené sur quelques-uns de ces registres dans le cadre d’un vaste chantier de numérisation, l’atelier des Archives nationales a eu l’occasion de mener un passionnant travail historique et technique autour de ces reliures. Ce billet va tenter de le résumer.

Figure 2 : Les registres du Trésor des chartes dans la salle de l’armoire de fer. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

De nouvelles reliures ?

Depuis 2015, les Archives nationales sont engagées dans un projet de recherche baptisé Himanis et piloté par l’IRHT. Bien plus qu’une simple numérisation des registres originaux, ce projet ambitionne d’offrir aux chercheurs la possibilité d’effectuer des recherches plein texte directement dans le contenu des registres de chancellerie du XIIIe au XVe siècle grâce à une technologie de reconnaissance des écritures manuscrites médiévales. Une interface de consultation des données couplée à un accès aux images est d’ores et déjà disponible, et recense près de 200 registres entièrement numérisés.

La mise en ligne de cette interface a nécessité un long et minutieux travail préliminaire visant à rendre possibles la manipulation et la prise de vue. Si certains volumes pouvaient être numérisés tels quels, d’autres – dont la structure très serrée et l’apprêture bloquée empêchait l’accès à certaines parties du texte près des fonds de cahiers (fig. 3) – ont dû être démontés de leurs reliures. L’apprêture a été nettoyée et la couture défaite pour libérer les cahiers de leurs contraintes.

Figure 3 : Exemple de texte très proche du pli de fond de cahier sur le registre JJ 189. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Après avoir été numérisés, certains volumes ont été recousus et réintégrés dans leur reliure antérieure (parler de reliure d’origine serait ici un non-sens, nous verrons pourquoi). Dans d’autres cas, les cahiers de parchemin, libérés des fortes contraintes subies depuis plusieurs dizaines d’années, puis manipulés par les restaurateurs et par les photographes, ont vu leurs dimensions se modifier en raison du caractère hygroscopique du matériau. L’épaisseur de certains volumes excédait désormais de plusieurs millimètres – voire de plusieurs centimètres – la taille du dos de leur ancienne reliure. Décider de remonter ces reliures malgré tout nous aurait obligés à recréer une structure très serrée et rigide. Les discussions avec le conservateur du fonds5 ont mis en lumière deux éléments importants : remettre ces registres dans leur reliure aurait engendré de nouvelles complications de consultation et aurait été néfaste en termes de conservation. Une alternative était donc souhaitable.

Des origines chaotiques

Afin de proposer un projet de reliure au plus près des exigences de chaque objet singulier comme de l’ensemble de la série, nous nous sommes penchés sur le passé matériel de ces documents complexes. La sous-série baptisée « registres du Trésor des chartes » est en fait constituée de deux ensembles : d’une part, les registres des chancelleries royales proprement dits, produits à partir du règne de Philippe Auguste (1204) et jusqu’à celui de Charles IX (1568) ; et d’autre part, un ensemble d’inventaires et de copies des archives royales, rédigés au Moyen Âge et à l’époque moderne6 . Le plus ancien travail de classement (le registre de Pierre d’Etampes) date de 1318, mais ce sont les inventaires menés à bien par Gérard de Montaigu dans les années 1370 qui sont les plus célèbres.

Les registres des chancelleries (Grande chancellerie et chancellerie du Palais) contiennent les enregistrements des actes royaux, où prédominent très rapidement les lettres ayant une valeur perpétuelle (scellées de cire verte) et les décisions à portée individuelle. Ils sont à la fois un outil de gestion, un garant des preuves des possessions rattachées au domaine royal, et la mémoire d’un ensemble de grâces accordées par le roi – rémissions de peines, absolutions, chartes de privilèges, donations, amortissements, anoblissements, légitimations, naturalisations, etc.7 . De l’avis général, les contenus de ces registres peuvent être qualifiés de désordonnés. Moins soignés que les actes eux-mêmes dans la mesure où les registres étaient destinés à l’administration interne, la tenue des volumes manque globalement de rigueur (fig. 4). Certains actes ne sont que partiellement copiés, d’autres sont mélangés, intervertis chronologiquement, ou encore erronés, et certains cahiers ont été ajoutés ou soustraits au cours du temps. On peut y trouver des inscriptions malicieuses dans les marges, et les clercs chargés de rédiger ces registres, probablement payés au nombre de feuillets, ont parfois laissé des indications de comptage8 .  

Figure 4 : Deux feuillets du registre JJ 189 constituées de parchemins de qualité très inégales. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Il est très probable qu’au moment de leur rédaction, les registres n’étaient pas reliés, mais en cahiers séparés, qui étaient d’abord entre les mains des différents clercs rédacteurs des actes, avant d’être regroupés dans un deuxième temps, parfois sans grand souci de cohérence chronologique. Pour Robert-Henri Bautier9 , Gérard de Montaigu a trouvé les volumes à l’état de « tas de cahiers de parchemin maintenus par des ficelles ». L’état actuel des registres nous permet de penser qu’une reliure souple et peu coûteuse en parchemin de remploi a été effectuée à la fin du Moyen Âge. De cette ancienne campagne de reliure, nous conservons seulement les plats supérieurs et parfois inférieurs, intégrés dans les reliures contemporaines par un montage sur onglet (fig.5). Une inscription laissée par un relieur au premier folio de l’un des registres témoigne de la difficulté de travailler avec des cahiers de tailles différentes10 .

Figure 5 : L’ancien plat supérieur en parchemin de remploi remonté dans la reliure moderne du registre JJ 189. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Un fonds figé par la reliure ?

Ce système d’enregistrement est peu à peu abandonné dans la seconde moitié du XVIe siècle, les différents organes administratifs du royaume tenant eux-mêmes leurs propres registres. Les volumes sont alors conservés à la Sainte Chapelle, dans le bâtiment du Trésor qui lui donnera son nom. Après les saisies révolutionnaires, le fonds échoit à la jeune institution des Archives impériales puis nationales. Il est placé dans la salle des gardes de l’Hôtel de Soubise, où leur état matériel préoccupe Jean Antoine Letronne, Garde général des Archives de 1840 à 1848. Il décide de confier les précieux volumes à un relieur de la rue Saint-Jacques nommé Hirou. L’artisan, qui travaille également sur des ouvrages de la bibliothèque, facture les reliures des registres du Trésor des chartes à 40 francs l’unité, c’est-à-dire environ quatre fois plus qu’une reliure in-folio plein cuir classique. Un rapport de 1845 nous apprend que Hirou a effectué les reliures des 277 registres de la collection (il s’agit probablement des registres de chancellerie précédemment évoqués, cotés JJ 7 à JJ 266). Ces reliures sont des pleins maroquins brun orangé avec titrage à l’or.

À partir de la fin des années 1850, un atelier de reliure et de restauration est créé au sein même de l’institution des Archives. Le premier ouvrier relieur de des Archives est un dénommé Rose, successeur de Hirou à l’atelier de la rue Saint-Jacques. Il est très vite rejoint par d’autres ouvriers, et les relieurs sont environ six dans l’atelier tout au long de la seconde moitié du XIXe siècle11 . Les documents de demande de travaux de reliure adressés à l’atelier par les différents chefs de section nous apprennent que depuis la moitié du XIXe siècle, les registres de la série du Trésor des chartes n’ont cessé de passer par l’atelier pour des « raccommodages », des « réparations » ou encore des « réfections de la reliure ». Dans les années 1960, une nouvelle et vaste campagne de reliure concerne une partie des registres.

Malgré l’uniformité apparente de l’ensemble, tous les cas de figure existent : certaines reliures sont celles effectuées par Hirou au début des années 1840, d’autre ont été réparées ou refaites à une ou plusieurs reprises (fig. 6). L’aspect et la structure des registres du Trésor des chartes peut être comparé à un bateau de Thésée, dont la fossilisation, amorcée au milieu du XIXe siècle, a partiellement échoué. Si l’esthétique choisie par Letronne en 1840 est respectée par toutes les générations de conservateurs, relieurs et restaurateurs, la réalité matérielle est stratigraphiquement bien plus complexe. 

Figure 6 : De subtiles différences sont visibles dans les factures des reliures : nature et couleur du cuir, arrondi du dos, qualité du titrage. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Les impératifs structurels et esthétiques

Dans notre cas, la nouvelle reliure à mettre au point devait répondre à deux impératifs principaux : d’une part trouver un compromis entre solidité de la structure et ouvrabilité maximale ; et d’autre part s’insérer harmonieusement dans l’esthétique d’ensemble des reliures du Trésor des chartes. Récemment, quelques volumes de la série ont été reliés de nouveau selon les techniques mises au point par Christopher Clarkson12 et Robert Espinosa13 . Il s’agit de structures adaptées à la conservation à long terme, mettant en œuvre très peu d’adhésif, utilisant des matériaux dont la longévité a été éprouvée14 , et permettant une excellente ouverture des volumes (fig. 7).

Figure 7 : Reliure de conservation type Clarkson réalisée récemment sur le registre JJ 7. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Néanmoins, malgré leurs nombreuses qualités, l’adaptabilité de ce type de reliure diminue à mesure que la taille et le poids du volume augmentent. La majorité des registres de chancellerie du Trésor des chartes sont de très grands ouvrages, parfois très épais, et presque entièrement constitués de parchemin. En outre, l’identité esthétique très marquée de la série nous impose d’obtenir un résultat visuel proche de celui mis en place dans les années 1840. La future reliure devra donc présenter un dos en maroquin brun orangé, des nerfs (vrais, faux ou simulés par des filets au froid naturel), et un titrage à l’or. La qualité des maroquins produits aujourd’hui ne correspond pas aux principes de conservation les plus élémentaires15 le cuir devra donc être isolé du document original.

Une structure sur mesure

La couture est la colonne vertébrale du livre relié, elle détermine en grande partie la solidité et l’ouvrabilité du volume. Ces deux variables sont inversement proportionnelles : plus un livre relié s’ouvre à plat et moins sa structure est solide. Avant le XIXe siècle, presque tous les livres sont cousus sur des supports externes, c’est-à-dire saillants sur le dos. Ces supports assurent un certain maintien du volume à l’ouverture et à la fermeture. A partir du XIXe siècle, on cherche à obtenir des dos longs (sans nerfs), et les premières coutures sur rubans et sur ficelles grecquées apparaissent (fig. 8). La perte de solidité engendrée par ces coutures est souvent compensée par une apprêture16 très importante qui peut parfois aller jusqu’à bloquer complètement le dos et réduire drastiquement les possibilités d’ouverture.

Figure 8 : De gauche à droite : couture à chevrons sur double lanière de cuir fendu torsadé, couture droite sur lanière de cuir plate fendue, couture droite sur double nerf (septain de chanvre), couture à chevrons sur doubles nerfs (septains de chanvre), couture compensée ou bordée sur nerf simple (septain de chanvre), couture simple sur nerf simple (septain de chanvre), couture sur ficelle grecquée, couture sur rubans. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Dans une perspective de conservation à long terme, l’enjeu principal de la couture est d’accompagner les mouvements engendrés par l’ouverture et par la fermeture, et d’amoindrir les contraintes mécaniques. Le dos d’un livre, de forme concave lorsque celui-ci est fermé, devient progressivement convexe à l’ouverture17 . Si aucun support n’est présent ou s’il est insuffisant, l’arrondi formé par les cahiers lorsque le volume est ouvert risque de rompre, formant un angle caractéristique (fig. 9). Cette cassure est bien souvent à l’origine d’une série d’altérations pouvant parfois mener à une fragmentation de l’objet. Il est donc fondamental de répartir les tensions mécaniques exercées à l’ouverture sur un support approprié.

Figure 9 : Exemple de cassure de l’arrondi concave du dos. Photo : Lucie Moruzzis.

Il nous a semblé qu’une couture sur nerfs serait la plus adaptée à notre cas. Le registre coté JJ 189 (chancelleries de Paris et de la Cour, 1454-1461) mesure 365 mm de hauteur, 365 mm de largeur et 90 mm d’épaisseur, il est composé exclusivement de cahiers de parchemins. Relié au début des années 1960 et démonté pour être numérisé, il a été choisi pour réaliser un prototype. Afin de maintenir le poids des feuillets lors des manipulations, la couture a été effectuée sur quatre supports doubles faits de septains de chanvre. Nous avions envisagé de renforcer cette couture par un gainage supplémentaire, afin de créer un effet ressort (fig. 10).

Figure 10 : Première solution envisagée de gauche à droite : couture droite sur doubles nerf (septain de chanvre), la même couture renforcée par un fil mis en évidence par une teinture verte, la même couture renforcée par un fil blanc. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Lors de la rencontre thématique organisée par l’ARSAG (Association pour la recherche scientifique sur les arts graphiques) en 2019 autour du thème de la préservation du livre, Paulina Muñoz Del Campo, conservatrice-restauratrice d’arts graphiques et livres (atelier Art&.), a présenté une technique de renfort de couture mise au point par ses soins18 . Adapté d’un galon de passementerie (symétrique à nœuds plats), ce procédé consiste à effectuer des nœuds alternés de chaque côté du support après couture (fig. 11). La plasticité du résultat est parfaitement adaptée aux exigences de maintien du dos, et les essais effectués en atelier ont fini de nous convaincre.

Figure 11 : Schéma du point de renfort mis au point par Paulina Muñoz Del Campo. Schéma : Paulina Muñoz Del Campo.

Nous avons donc réalisé avec succès ce point de renfort sur la couture de JJ 189 (fig. 12). La réalisation de tranchefiles à point arrière (technique mise au point par Christopher Clarkson) a complété le maintien mécanique du dos.

Figure 12 : Le point de renfort effectué sur la couture du registre JJ 189. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Pour parfaire la solidité de l’ensemble, les supports de couture ainsi que les âmes de tranchefiles ont été passés dans des plats en carton de conservation, et des claies en toile de coton ont été appliquées sur le dos et sur les contreplats (fig. 13).

Figure 13 : La reliure du registre JJ 189 après passure en cartons. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

À ce stade, la structure se suffit à elle-même et répond efficacement aux exigences mécaniques liées aux dimensions importantes des volumes. Une coque en papier japonais moulée sur le dos permettra par la suite de réaliser un habillage amovible constitué de maroquin brun orangé pour le dos et de parchemin pour les plats (fig. 14). Le cuir du dos pourra alors être doré de la même manière que les autres volumes de la série. Cette jaquette sera maintenue sur le registre par un simple jeu de pliage, il sera donc extrêmement aisé de la remplacer si besoin. 

Figure 14 : La couvrure amovible effectuée sur une coque en papier japonais (maquette de travail). Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Conclusion

L’intervention de remplacement d’une reliure ancienne n’est jamais anodine. Elle nécessite de trouver un équilibre, nécessairement basé sur des compromis et des renoncements, qui respecte le plus possible les exigences de maintien mécanique, de conservation à long terme, et d’insertion esthétique dans un ensemble dont la cohérence apparente est souvent toute relative. Entre passé matériel complexe d’un objet et avenir d’une discipline en perpétuel questionnement, les interventions de conservation-restauration menant à la confection d’une nouvelle reliure sur des documents anciens sont un riche et passionnant champ d’exploration pluridisciplinaire.

Figure 15 : L’efficacité du maintien apporté par la couture, le point de renfort adapté de la passementerie, et le bâti permettent au registre JJ 189 de conjuguer ouverture optimale et structure solide et durable. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Lucie Moruzzis
Archives nationales de France

  1. Voir l’Introduction à l’histoire du fonds dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales. Voir également, pour une mise en perspective plus récente de l’histoire du Trésor des chartes, Potin Y., La mise en archives du Trésor des chartes, thèse de l’École des chartes, 2007 : positions. []
  2. Bautier R.-H., « Quand et comment Paris devint capitale », Bulletin de la Société d’Histoire de Paris 105 (1978), pp. 17-46. []
  3. Voir par exemple le mandement de décembre 1231 adressé depuis Vernon par Louis IX à Adam, son concierge du palais de Paris, pour qu’il permette à un clerc de la cour de venir copier des lettres du comte de Flandres qui sont conservées dans le dépôt (Arch. nat., J 1022, n° 3). []
  4. Potin Y., « Archives en sacristie. Le trésor est-il un bâtiment d’archives ? Le cas du « Trésor des chartes » des rois de France (XIIIe-XIXe siècle) », Livraisons d’histoire de l’architecture 10, n°1 (2005), pp. 65-85 : https://www.persee.fr/doc/lha_1627-4970_2005_num_10_1_1016 . []
  5. M. Jean-François Moufflet, que nous remercions pour sa collaboration et son aide bienveillantes. []
  6. Scheurer R., « L’enregistrement à la chancellerie de France au cours du XVe siècle », Bibliothèque de l’École des chartes 120, no 1 (1962), pp. 104‑129 : https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1962_num_120_1_449637. []
  7. Portugal E., « Le miroir et la plume, Registres, notaires-secrétaires et chancellerie royale au cœur du XIVe siècle », Circé. Histoire, Savoirs, Sociétés, no 3 (2013) : http://www.revue-circe.uvsq.fr/le-miroir-et-la-plume-registres-notaires-secretaires-et-chancellerie-royale-au-coeur-du-xive-siecle/. []
  8. Bautier R.-H., « Recherches sur la chancellerie royale au temps de Philippe VI (deuxième article) », Bibliothèque de l’École des chartes 123, no 2 (1965), pp. 313‑459 : https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1965_num_123_2_449700. []
  9. Cité par Emmanuelle Portugal, Ibid. []
  10. Cité par Rémy Scheurer, Ibid., Archives nationales JJ 68 (1331-1349) f°1 R° : (« non inveni principuum hujus quaterni et erat iste liber totus diffusus et dispersus per folia et quaternos et ipsos coadunavi et hoc modo consui ». []
  11. Ces événements sont documentés par les « archives des Archives » (série AB des Archives nationales), notamment aux cotes AB XLIV et AB XXIV. []
  12. Clarkson C., Limp Vellum Binding and its potential as a conservation type structure for the rebinding of early printed book, Oxford : Christopher Clarkson, 2005 []
  13. Espinosa R., « The limp velum binding : a modification », The new bookbinder 13 (1993), pp. 27-38. []
  14. Le cuir mégissé pour les supports de couture, le lin pour le fil de couture, le papier japonais pour l’apprêture, et le parchemin pour la couvrure. []
  15. Aubry T. et al., « Sélection d’un cuir de veau de tannage végétal destiné à la restauration de livres anciens, Premiers résultats », Actualités de la conservation 25 (2006) : https://multimedia-ext.bnf.fr/lettres/conservation/html/cn_act_num25_art2.htm. []
  16. Ce terme désigne l’ensemble des matériaux (papier, parchemin ou textile) collés sur le dos des cahiers cousus afin de le renforcer. []
  17. Conroy T., « The movement of the Book Spine », The Book and Paper Group Annual 6 (1987) : https://cool.conservation-us.org/coolaic/sg/bpg/annual/v06/bp06-01.html. []
  18. Un article à paraître dans le prochain numéro de la revue Support tracé présentera les multiples possibilités offertes par cette technique : http://arsag.fr/support-trace.html. []

Entretien avec … Meghan Constantinou, bibliothécaire en chef de la bibliothèque du Grolier Club à New York City

Près de Central Park, dans une rue animée d’un des quartiers les plus chics de la ville de New York, the Upper East Side, il y a un oasis où le visiteur ébloui par les gratte-ciels ultramodernes peut se soustraire temporairement aux bruits de la ville pour admirer en toute tranquillité des expositions inspirées par tout ce que les arts du livre ont à nous offrir : le Grolier Club, au 47 East 60th Street.1

Illustration 1: L’entrée du Grolier Club au 47 East 60th Street

Le Grolier Club, la société bibliophilique la plus ancienne et la plus large de l’Amérique du Nord, a été fondé en 1884 par neuf hommes qui étaient d’avis que les arts de l’imprimerie et de la typographie dans l’Amérique contemporaine avaient besoin d’une réforme. Les membres fondateurs envisageaient un lieu de fraternité, où le livre pourrait être célébré par le biais de publications, d’expositions, d’activités de toutes sortes, ainsi que par la création d’une bibliothèque de recherche. La réunion qui mena à la création du Club fut initiée par Robert Hoe Jr. (1839-1909), collectionneur de livres et fabricant de presses à imprimer à New York. Ce personnage fut également le premier président du Club.

Le Grolier Club porte le nom du grand bibliophile français Jean Grolier (1489/90-1565), connu pour les reliures magnifiques qu’il avait commandées pour sa bibliothèque. Son ex-libris, “Io. Grolieri et Amicorum”, résume bien l’esprit de camaraderie et de générosité qui règne au sein du Club. À l’heure actuelle il y a  plus de 800 membres. Ce sont des hommes et femmes originaires des États-Unis, mais aussi de l’étranger.

Illustration 2: François Flameng, Jean Grolier dans la maison d’Alde Manutius, 1894. Huile sur toile, 73 x 81 pouces. (Collection Grolier Club).

Conformément à l’énoncé de mission qui vise à promouvoir « l’étude, la collection et l’appréciation des livres et des œuvres sur papier, leur art, leur histoire, leur production et leur commerce », la bibliothèque du Grolier Club collectionne, conserve et rend accessibles des documents consacrés à l’histoire et à l’art du livre. Les points forts de la collection comprennent la bibliographie, l’histoire de l’imprimerie et des procédés graphiques, les spécimens typographiques, de fins exemples historiques de l’art de l’imprimerie, la reliure, l’illustration et, en particulier, tout ce qui se rapporte à la collection des livres (rares) et au marché des livres anciens. La collection se compose d’environ 10 000 livres rares, 50 000 monographies, 10 000 estampes, des dessins et des photographies, 1 500 pieds (environ 450 mètres) linéaires d’archives et 200 000 catalogues de libraires et de ventes aux enchères (catégorie en pleine croissance !).2 Il s’agit surtout de livres venant de l’Amérique du Nord et d’Europe de l’Ouest, plus particulièrement la France et la Grande Bretagne. La plupart des  articles se trouvent dans le catalogue en ligne.

La charmante salle de lecture, inspirée de l’architecture des bibliothèques collégiales d’Oxford, a été conçue en 1917 par Bertram Grosvenor Goodhue, concepteur de livres et l’un des principaux architectes nord-américains. Au mois de septembre, j’ai eu le plaisir de travailler dans cette salle dans le cadre du projet MEDIATE (Measuring Englightenment Disseminating Ideas, Authors and Texts in Europe (1665-1830) et de m’y entretenir avec Meghan Constantinou, bibliothécaire en chef depuis 2011 et membre du Grolier Club depuis 2013. Ses intérêts de recherche personnels comprennent l’histoire des collections privées, la possession de livres par les femmes et les études de provenance.

Illustration 3: Meghan Constantinou, bibliothécaire en chef.

Quelle est la place du livre rare dans votre institution?

La collection de livres rares est au cœur de notre institution et de sa mission. Le Grolier Club a été fondé sur l’appréciation du livre en tant qu’objet matériel, et la majorité de nos membres sont des collectionneurs, des libraires de livres anciens et rares, des bibliothécaires de fonds anciens, ou des artistes du livre. Une partie importante de notre fonds consiste en livres uniques ou extrêmement rares. Avec l’avènement du livre électronique et des textes numérisés, notre engagement à préserver et à promouvoir le livre physique n’a fait que s’approfondir.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds?

Notre collection de livres rares a été constituée grâce à une série de dons importants de membres du Grolier Club. Elle est régulièrement élargie par le biais d’achats et de dons nouveaux. Plusieurs de nos plus importants spécimens de typographie ancienne, y compris une grande partie de nos quelque 50 incunables, ont été donnés en 1894 par David Wolfe Bruce, le propriétaire d’une fonderie typographique à New York City. Waters S. Davis et Lucius Wilmerding ont fait d’importants dons de catalogues de ventes aux enchères en français et en anglais dans les années 1930, ainsi que Lionel et Philip Robinson, en 1961. En 1957, nous avons reçu un legs monétaire d’un libraire de livres anciens de la ville de New York, Lathrop C. Harper, qui représente aujourd’hui une partie importante de la dotation de la bibliothèque. En 1997, nous avons reçu la collection de Sir Thomas Phillipps, rassemblée par le collectionneur et philanthrope Harrison Horblit. Sir Thomas Phillipps (1792-1872) était un important collectionneur anglais et un bibliomane notoire. Il avait amassé plus de 100 000 livres imprimés et manuscrits de son vivant. La collection Horblit comprend, entre autres, des centaines de catalogues de ventes aux enchères et de catalogues de libraires annotés ayant appartenu à Phillipps, ainsi qu’un exemplaire richement annoté du catalogue des manuscrits de sa bibliothèque privée (Catalogus librorum manuscriptorum in bibliotheca D. Thomae Phillipps, bart. A.D. 1837 [Middle Hill], 1837-[1871]).

Quelle en sont, selon vous, les particularités ?

Depuis le début des années 1920, la bibliothèque du Grolier Club collectionne des livres ayant un intérêt du point de vue de la collection de livres anciens et du marché du livre, y compris les catalogues de livres de tous genres – des inventaires manuscrits et imprimés de bibliothèques privées, des catalogues de libraires de livres anciens et des catalogues de ventes aux enchères. Nos fonds de catalogues de livres, couvrant une période allant du début du XVIIe siècle jusqu’à nos jours, se rangent actuellement parmi les collections les plus riches des États-Unis. Avec notre collection de documents provenant de bibliophiles, de bibliographes et de marchands de livres anciens importants, ils sont reconnus depuis longtemps comme une ressource importante et souvent unique pour les chercheurs. Au sein de la collection, les catalogues de ventes aux enchères français d’avant 1830 sont particulièrement bien représentés.

Illustration 4: Catalogue des livres de feu M. Maigret, capitoul de Toulouse (Paris, R. Davidts, 1752) : supplément manuscrit contenant des livres défendus vendus sous la table.

Nous nous distinguons également par notre engagement à cataloguer et à rendre accessible aux chercheurs nos documents sur l’industrie du livre. Nous sauvegardons et cataloguons tous les catalogues que nous recevons par la poste, en les ajoutant à la collection de référence. Nous faisons également des efforts concertés pour combler les lacunes, de sorte que nous avons des séries complètes ou presque complètes pour de nombreuses maisons importantes en Amérique du Nord et en Europe occidentale. Bon nombre de nos catalogues de vente anciens sont pourvus d’annotations donnant les prix et les noms des acheteurs, ce qui permet aux chercheurs d’étudier l’histoire du marché du livre et celle des pratiques de collection privée et institutionnelle.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

L’un de nos objets les plus fréquemment demandés est notre série « Lauderdale » composée de 71 catalogues de vente et de catalogues de libraires anglais datant des années 1674 à 1701 et ayant appartenu au comte de Lauderdale. Reliée en six volumes, cette collection contient presque un tiers des catalogues de vente connus de la période antérieure à 1689.  Elle a été assemblée par James Maitland, 8e comte de Lauderdale (1759-1839), collectionneur et homme politique écossais. Récemment, l’un des bénéficiaires de la bourse William H. Helfand a découvert avec plaisir un exemplaire de cette collection sur lequel le commissaire-priseur a marqué les noms des collèges d’Oxford qui ont acheté des articles à la vente, ainsi que les prix rapportés.

Illustration 5: Catalogue de vente annoté de la collection Lauderdale (Photo Yelda Nasifoglu).

L’inventaire manuscrit de la bibliothèque privée de Madame de Pompadour, dressé après sa mort par son bibliothécaire, constitue un autre élément remarquable. Ce catalogue est non seulement intéressant à cause de son contenu et du nom du possesseur de la collection, mais aussi à cause de l’histoire mouvementée du document lui-même. L’une des feuilles de garde porte le cachet de la 2e Division blindée française, et indique que le catalogue faisait partie de la collection personnelle d’Adolf Hitler, trouvée à Berchtesgaden le 4 mai 1945. Jusqu’à l’heure actuelle, nos efforts d’obtenir des informations sur le propriétaire à qui ce document a été volé pendant la guerre sont restés sans résultat.

Illustration 6 : Catalogue manuscrit de la bibliothèque de Madame de Pompadour, avec une estampille indiquant que ce livre a été retrouvé en mai 1945 dans la collection de Hitler à Berchtesgaden.

Les archives institutionnelles du Grolier Club renferment également de merveilleux trésors. L’un de mes objets préférés est le prospectus de la célèbre page titre conçue en 1933 par Bruce Rogers pour une édition d’un traité sur les proportions de Fra Luca de Pacioli (Divina proportione, 1509) qui a été réalisée aux frais du Grolier Club. Le prospectus montre qu’à l’origine, Rogers proposait une combinaison de majuscules et de minuscules pour la page de titre, mais il a finalement décidé de n’utiliser que des majuscules. Cette publication du Grolier Club est reconnue aujourd’hui comme l’un des plus beaux livres du XXe siècle.

Illustration 7: Prospectus et page de titre définitive de l’édition du livre Divina proportione de Fra Luca de Pacoli publiée en 1933 par le Grolier Club.

Enfin, je voudrais mentionner notre collection de fines reliures contemporaines. J’aime particulièrement une reliure sur mesure de Florent Rousseau, ornée d’exemples d’alphabets tirés des archives typographiques de l’Imprimerie Nationale de France. Cette reliure a été réalisée pour un exemplaire du catalogue imprimé à l’occasion d’une exposition consacrée aux trésors des archives de l’Imprimerie Nationale (Grolier Club, 06-12-2011 – 04-02-2012).

Illustration 8: Reliure d’un catalogue d’exposition reálisée par Florent Rousseau.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Nous encourageons fortement l’utilisation active de nos collections. Bien que le Grolier Club soit un club privé, notre bibliothèque est ouverte à tous les chercheurs qualifiés – membres et non-membres – sur un pied d’égalité. Les utilisateurs typiques sont les collectionneurs, les libraires de livres anciens, les universitaires et les étudiants diplômés. La bibliothèque offre en outre deux bourses de recherche par an (bourses William H. Helfand), qui permettent aux chercheurs de profiter de ses collections uniques.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous ciblons le grand public de plusieurs façons. J’accueille régulièrement des étudiants et d’autres groupes qui s’intéressent aux arts du livre. Ces groupes viennent à notre bibliothèque pour se familiariser avec l’histoire du livre et les arts graphiques par le biais de présentations et d’un enseignement pratique. J’ai donné des cours sur l’histoire des collections privée, la recherche des provenances et l’histoire de la typographie, pour n’en nommer que quelques-uns.  

Nous avons également réussi à promouvoir nos collections par voie électronique. Nous tenons à jour un blog de la bibliothèque du Grolier Club, où mon équipe et moi publions régulièrement des billets sur des objets intéressants de notre collection. Nous avons également une page Instagram active, qui compte actuellement plus de 2500 followers. La numérisation a été un autre outil précieux. Bien que nous ne disposions pas des ressources nécessaires pour numériser nos collections à grande échelle, nous avons pu numériser une collection de plus de 2000 ex-libris féminins, un petit groupe de cartes d’adresse, ainsi que notre revue, The Grolier Club Gazette, grâce au soutien du Metropolitan New York Library Council (METRO), une organisation régionale sans but lucratif.

Illustration 9: Carte d’adresse de Rapilly, libraire et marchand d’estampes.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

L’équité, la diversité et l’inclusion sont des enjeux majeurs pour notre profession. Les collections de livres rares des bibliothèques institutionnelles ont tendance à représenter de façon disproportionnée les expériences des groupes culturels dominants. Nous devons rester conscients du fait que les documents que nous choisissons de préserver et de collectionner dans nos institutions sont ceux qui sont les plus susceptibles d’alimenter l’historiographie des siècles à venir. Pour obtenir une perspective plus équilibrée, nous avons besoin d’employer un plus grand nombre de personnes venant de groupes historiquement sous-représentés. Il faudrait également diversifier nos collections.

Propos recueillis par Helwi Blom
Université Radboud de Nimègue

  1. je tiens à remercier vivement le Grolier Club de m’avoir accordé une bourse William H. Helfand pour mes recherches sur les catalogues de bibliothèques privées françaises de l’époque moderne. []
  2. La terminologie utilisé pour désigner les différent types de catalogues imprimés circulant aux XVIIe et XVIIIe siècles prête à confusion. Les projets bibliographiques et les études qui décrivent ces catalogues ou en analysent le contenus ont tendance à les ranger sous le nom générique de ‘catalogues de vente’ ou ‘auction catalogues’. En réalité, seulement une partie des catalogues en question a été rédigée à l’occasion d’une vente aux enchères. Encore faut-il distinguer les catalogues de fonds et d’assortiment de libraires des catalogues des bibliothèques institutionnelles et des catalogues de bibliothèques privées. Voir sur ce point Nicole Masson, « Typologie des catalogues de vente », dans Annie Charon et Élisabeth Parinet (dir.), Les ventes des livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle, Paris : Publications de l’École nationale des chartes, 2000, pp. 119-127. Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/enc/1411>. Voir également Helwi Blom, Rindert Jagersma et Juliette Reboul, « Printed Private Library Catalogues as a Source for the History of Reading », dans Jonathan Rose et Mary Hammond (dir.), The Edinburgh History of Reading 1: Early and Modern Readers, Édimbourgh, University Press, à paraître (avril 2020). []

Entretien avec Fabien Vandermarcq, conservateur à la bibliothèque de Port-Royal

La Bibliothèque de Port-Royal est installée à Paris, au 169 rue Saint-Jacques depuis 1858. Elle est née de la réunion de plusieurs fonds dont les trois principaux sont le fonds « Port-Royal », le fonds « Le Paige » et le fonds « Grégoire ». Il s’agit de fonds patrimoniaux touchant à l’histoire religieuse, culturelle, juridique et politique de la France et de l’Europe.

La bibliothèque compte environ 35 000 volumes, et près de 185 000 pièces. Elle appartient à une association, la Société de Port-Royal. Celle-ci est la lointaine héritière d’une caisse d’entraide clandestine fondée à la fin du XVIIe siècle pour secourir les jansénistes persécutés. Pour cette raison, la bibliothèque a longtemps été clandestine ou semi clandestine et, aujourd’hui encore, rien ne permet de deviner sa présence lorsque l’on passe devant.

Illustration 1: derrière une façade d’immeuble parisien se cache la bibliothèque de Port-Royal

La Société de Port-Royal a abandonné tout militantisme religieux et se consacre désormais à la mise en valeur de son patrimoine. Ceci s’est traduit par l’embauche de deux conservateurs il y a une vingtaine d’années. Aujourd’hui, la bibliothèque dispose d’un catalogue en ligne comptant près de 60 000 notices. La structure et ses conservateurs sont présents dans plusieurs réseaux de bibliothèques (ABCF, ABF, Beth, Bibliopat, CFIBD, IFLA). Parallèlement, l’association a longtemps été propriétaire des ruines de l’abbaye de Port-Royal des Champs mais elle en a fait don à l’État en 2004 et se concentre désormais exclusivement sur la bibliothèque.

Les grands chantiers à venir sont celui du déménagement qui devrait intervenir l’an prochain (la bibliothèque reste rue Saint-Jacques mais descend au rez-de-chaussée par souci de sécurité et d’accessibilité) et la numérisation sur laquelle une réflexion a été engagée depuis plusieurs années.

Les conservateurs, Valérie Guittienne-Mürger et Fabien Vandermarcq, tous deux historiens de formation, sont nés en 1968. Ils ont été formés au livre ancien par Isabelle d’Hoop, ancienne directrice de la Formation continue à l’EBD (Institut catholique de Paris) et membre de la Société de Port-Royal. Depuis qu’ils travaillent à la bibliothèque, Ils ont continué à se former à la bibliothéconomie et ont poursuivi leurs travaux de recherches historiques.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

Elle est centrale. Entre la moitié et les deux tiers des documents sont antérieurs au XIXe siècle. Il ne s’agit pas uniquement de livres anciens mais aussi de fonds d’archives ou d’estampes. Au XXe siècle, notre prédécesseur, André Gazier, a considéré que la bibliothèque était pleine (ce qui était vrai) et a refusé tout don pour se consacrer quasi exclusivement à la conservation des livres anciens. Nous avons abandonné cette perspective en considérant qu’une bibliothèque qui ne s’enrichit pas est une bibliothèque qui meurt. Nous ne nous consacrons donc pas exclusivement au livre ancien mais sa place reste centrale.

Illustration 2: vue de la bibliothèque
Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Le fonds Port-Royal a initialement été constitué de copies des archives de l’abbaye, réalisées à l’époque de sa destruction. Deux jeux de copies ont vu le jour. Les manuscrits Joncoux ont été remis à l’abbaye Saint-Germain des Prés et, par le jeu des confiscations révolutionnaires, sont arrivés à la BnF.

  • Les manuscrits Théméricourt sont restés dans des mains privées jusqu’à constituer le premier noyau de notre fonds Port-Royal. Ce fonds s’est ensuite enrichi de toute la production mémorielle publiée au XVIIIe siècle puis de toute publication ultérieure autour des questions de Port-Royal et du jansénisme.
  • Le fonds Le Paige est la bibliothèque de travail d’un avocat érudit, janséniste militant, qui fut une cheville ouvrière de la lutte des parlements contre la monarchie absolue au XVIIIe siècle.
  • Le fonds Grégoire accueille un tiers de la bibliothèque de l’abbé Grégoire, personnage de premier plan de la période révolutionnaire (les deux autres tiers sont à l’Arsenal et dans la famille Carnot) ainsi que les archives de sa correspondance. Le choix a été fait au XIXe siècle de l’enrichir avec toute publication concernant la Révolution et, en particulier, ses aspects religieux.

La Bibliothèque accueille également d’autres fonds, soit constitués autour d’une thématique ou d’un personnage au fil des acquisitions (Biographies, Correspondances, Blaise Pascal…), soit provenant d’une personne, généralement à la suite d’un legs (Fourquevaux, Cognet, Patourel…). Elle accueille également en dépôt les archives de la Société des Amis de Port-Royal (société savante à ne pas confondre avec la Société de Port-Royal) et de l’Église Vieille-catholique de France.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Dans les trois fonds principaux, on trouve bon nombre de recueils factices. Ceux-ci comportent imprimés, manuscrits et parfois estampes. Le plus emblématique, dans ce domaine, est le fonds Le Paige qui compte près de 300 recueils contenant en moyenne 200 pièces chacun (le catalogage pièce par pièce de ces quelque 60 000 documents reste à faire).

Une particularité de la Bibliothèque de Port-Royal est la place donnée au manuscrit et, en particulier, à la copie. De nombreux textes sont copiés, recopiés, parfois même après avoir fait l’objet d’une impression. Dans les milieux jansénistes, la copie était vécue comme un acte de piété (perçu comme s’inscrivant dans la tradition bénédictine) et l’on retrouve cette démarche jusque dans les derniers petits fonds liés à certaines communautés jansénistes tardives dont la bibliothèque a fait l’acquisition au cours des dernières années.

Pouvez-vous nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

  • On peut évoquer l’Augustinus, ouvrage de Cornelius Jansenius qui fut à l’origine de la querelle janséniste. La Bibliothèque de Port-Royal en possède une première édition.
  • Le « Recueil Silvy » est un recueil de pièces manuscrites originales liées à Port-Royal. Constitué au XIXe siècle, les pièces qu’il contient ont été restaurées voilà quelques années et reconditionnées en boites de conservation.
  • La bibliothèque possède, à l’intérieur d’un recueil Le Paige, un jeu complet des premières éditions des Provinciales de Pascal.
  • La Vérité des miracles est un ouvrage écrit par le parlementaire Louis Basile Carré de Montgeron en faveur des convulsionnaires de Saint-Médard, mouvement collectif qui marqua la première moitié du XVIIIe siècle et qui inquiéta beaucoup les autorités. Carré de Montgeron attendit le roi dans les couloirs de Versailles et lui en offrit un exemplaire (ce qui lui valut d’être embastillé). La bibliothèque possède cet exemplaire.

Illustrations 3 et 4: vues des gravures de Restout et Carré de Montgeron aux armes du roi
  • Pour la période révolutionnaire, outre un nombre important de brochures parfois rarissimes, la Bibliothèque de Port-Royal détient les réponses à la grande enquête sur les patois que lança l’abbé Grégoire qui fut à l’origine de la politique de la langue menée par le pouvoir jacobin. C’est un ensemble de réponses manuscrites décrivant la situation linguistique dans les différentes régions de France et parfois accompagnées de pièces imprimées en langues locales. Le tout constitue deux recueils.

Illustration 5: Texte en occitan dans l’enquête de l’abbé Grégoire
Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

La typologie de nos lecteurs a changé au cours de ces dernières années. Nous avions autrefois deux grandes filières : les études littéraires autour de Pascal et du XVIIe siècle et les études historiques centrées sur le phénomène janséniste au XVIIIe siècle et sur la période révolutionnaire. Les chercheurs travaillant sur les questions littéraires venaient bien souvent de la Sorbonne et, dans une moindre mesure, d’autres universités françaises comme Clermont-Ferrand ou japonaises. Les historiens venaient d’universités plus diverses (avec toutefois une importante représentation des Anglais pour la période révolutionnaire). Au cours des années 2000, les universités de Nanterre et de Villetaneuse ont joué un rôle moteur en nous envoyant de nombreux étudiants. Généralement, nous avions quelques professeurs habitués de la bibliothèque qui nous envoyaient leurs étudiants.

Au cours des dix dernières années, la situation a considérablement changé : chez les historiens comme chez les littéraires, le flot des étudiants s’est presque totalement tari. Les raisons peuvent être conjoncturelles (départs en retraite de professeurs, baisse du yen) mais aussi plus profondes (crise des vocations chez les modernistes, réticences à se déplacer, “effet Gallica”).

Grâce à une amélioration de notre visibilité (catalogue en ligne, réseaux sociaux, CCFr), nous n’avons pas perdu de lecteurs mais leur profil a changé. Il s’agit d’un public beaucoup plus divers (économistes, historiens de l’art, historiens de la médecine, philosophes, historiens du droit, musicologues, etc.) et volatile qui découvre l’existence de tel ou tel document susceptible d’être intéressant et qui vient le consulter chez nous mais qui revient rarement ensuite. Nous accueillons aussi de plus en plus de lecteurs étudiants souhaitant simplement un lieu d’accueil qui ne soit pas surchargé, offrant un accès facile à la WiFi et aux usuels.

Nous sommes naturellement ouverts aux initiatives de coopération. Un projet de recherche en histoire de la médecine et des mentalités a d’ailleurs été lancé cette année avec l’université de Lausanne, le Fonds national de recherche scientifique (Suisse) et l’EHESS autour du phénomène convulsionnaire. A terme, nous souhaitons développer les études d’anthropologie historique et d’histoire contemporaine autour des communautés jansénistes tardives qui ont fleuri aux XIXe et XXe siècles.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Tout d’abord, nous communiquons via les réseaux sociaux et tentons d’animer une communauté autour de la bibliothèque. Nous sommes présents sur Facebook (depuis 2010) et Twitter (2015). Cela permet d’animer une communauté autour de la bibliothèque et d’entrer en contact avec des chercheurs dont certains ne se sont jamais déplacés à Paris pour nous voir. Avec la numérisation en perspective, nous nous percevons de plus en plus comme le centre d’une communauté n’impliquant pas forcément de présence physique.

Nous travaillons également avec des universités pour attirer un public jeune. Nous avons été associés dès le départ à la mise en place du “séminaire janséniste” organisé conjointement par les universités de Nanterre et de Villetaneuse en 1998. Ensuite, nous avons été actifs sur le séminaire d’histoire moderne de Nanterre et Valérie Guittienne-Mürger a été jury de nombreuses soutenances de master. Ces collaborations sont devenues moins intenses avec le départ en retraite de Monique Cottret et Marie-José Michel. Nous gardons toutefois des liens avec Nanterre, notamment dans le cadre d’un séminaire organisé conjointement avec Paris VIII autour de la notion d’appel comme d’abus. Si nous n’avons plus accueilli de séance de séminaire depuis une dizaine d’années, nous hébergeons régulièrement des réunions préparatoires et, parfois, des soutenances de master. Récemment, nous avons été associés à la réactivation du centre international Blaise Pascal de l’université de Clermont-Ferrand et nous sommes en contact étroit avec l’université de Catane dont le département de philosophie est très spécialisé sur Blaise Pascal. Cette université nous a d’ailleurs envoyé une stagiaire Erasmus pendant 3 mois en 2017.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Nous manquons malheureusement de moyens humains pour travailler dans plusieurs directions en même temps. Pourtant le besoin d’une refonte du site web est criant (elle est en cours mais cela n’avance pas assez vite), de même pour la numérisation de nos documents. Il n’y a pas encore de document numérisé en ligne, hormis notre base Scriptae servant à l’identification des écritures autographes. Nous avons échangé avec plusieurs bibliothèques pour élaborer ce projet. Dans un premier temps, trois axes ont été définis :

  • Les manuscrits du fonds Port-Royal
  • Les estampes (en collaboration avec le musée national de Port-Royal des Champs)
  • Les documents autour de la bulle Unigenitus. C’était initialement un projet de collaboration avec la Bibliothèque Mazarine et le département des fonds anciens de la bibliothèque de la Catholic University of America (Washington DC) qui accueille le fonds Albani mais, suite à une restructuration et au départ de la responsable du département, ce dernier contact s’est perdu.

L’option vers laquelle nous nous tournons est une externalisation des prises de clichés : de toute façon, nous n’avons pas la place pour accueillir un scanner. Pour ce qui est de l’encodage, le débat n’est pas clos. Notre fonds étant très spécialisé, le risque d’erreur est important si nous externalisons l’enrichissement des métadonnées en passant par une structure dont les acteurs ne sont pas forcément familiers avec nos spécificités. Toutefois nous ne pouvons estimer actuellement si nous avons les moyens, en termes de disponibilité, de réaliser l’encodage en interne. Le langage utilisé pour ce dernier devra de toute façon permettre une interopérabilité avec la BnF.

Pour autant, notre plus grand défi à l’heure actuelle est d’ordre matériel : la bibliothèque doit déménager dans moins d’un an. C’est donc le chantier sur lequel nous planchons essentiellement aujourd’hui.

Illustration 6: pièce destinée à accueillir la nouvelle bibliothèque