Traces de controverses

La valorisation d’un fonds lyonnais de controverses religieuses de la bibliothèque de l’Université Catholique de Lyon (BU Henri de Lubac)

Le fonds Monseigneur Lavallée

Fleury Lavallée (1870-1961) fut une des grandes figures de l’enseignement catholique à Lyon dans la première moitié du XXe siècle. Ayant en partie fait ses études aux grands séminaires de Lyon, il fut nommé prêtre dans ce diocèse avant de devenir professeur de latin en 1900 puis recteur des Facultés Catholiques de Lyon de 1910 à 1945. On suppose que sa bibliothèque, composée en particulier d’ouvrages sur les controverses religieuses des XVIe et XVIIe siècles, fut naturellement intégrée dans celle de l’Université Catholique.

L’histoire de cette collection (provenances, traitement, cotation) reste à faire. Dans le prolongement du projet « Mémoire et Usages des récits et images du Mal », consacré à la fabrique du scandale de 1562 aux lendemains de la Révocation de l’Édit de Nantes et en vue du développement d’un projet de recherche consacré à la transmission confessionnalisée1, une équipe de chercheurs2 s’est attelée à l’analyse et à la valorisation numérique de ce fonds de controverses méconnu.

À ce stade de nos recherches, il est difficile, de savoir précisément où, quand et comment le fonds a été constitué, même s’il existe bien évidemment des indices :

Illustration 1: Coupures de journaux et reçus de vente (Université Catholique de Lyon).

Le travail de « mémoire professionnelle » initié par Isabelle Vouilloux, Responsable des fonds anciens et patrimoniaux à la bibliothèque de l’Université Catholique de Lyon, devrait permettre à terme  de mieux comprendre la logique qui a présidé au rassemblement de ce fonds riche de quelques 130 ouvrages, parmi lesquels une douzaine de recueils factices parfois volumineux (soit plus de 200 pièces).

Ces derniers participent indéniablement de l’attraction du fonds. Notre projet rencontre à ce titre l’intérêt renouvelé porté sur cet objet par la recherche en histoire du livre3. Les recueils factices posent, en effet, des problèmes spécifiques de repérage et de catalogage. L’objectif de notre projet vise à tester la pertinence d’une bibliothèque numérique virtuelle pour accroître la visibilité de ces recueils et, plus largement, de la collection dans laquelle ils prennent place. Nous avons ainsi opté pour un double système de catalogage afin de décrire à la fois le recueil en tant qu’objet, et chacune des pièces qui le constituent.

Un recueil typique

L’hétérogénéité même des pièces rassemblées constitue un défi pour la construction intellectuelle de la bibliothèque virtuelle, et soulève des problèmes méthodologiques spécifiques qu’il nous paraît important de relever.

Certains de ces recueils sont à peine reliés : 

Illustration 2: Recueil de pièces non reliées (Université Catholique de Lyon).

Dans ce cas, un ensemble de 11 pièces est rassemblé par une reliure trop petite en parchemin abîmé, indépendante des exemplaires. Sur le dos, on peut lire « anticoton » et « MDCXI ». Si la thématique est claire, l’ordre des pièces, en revanche, ne peut qu’être sujet à caution.

D’autres recueils présentent des reliures de meilleure facture, quoique d’époques différentes. Mais alors que certains constituent des ensembles relativement homogènes, parce qu’ils rassemblent les écrits par « affaire » (ainsi autour de l’« Anticoton ») ou encore par auteurs4, d’autres n’ont pas le même caractère d’évidence.

Le recueil que je présente ici, relié plus tardivement que les précédents, contient 15 pièces, toutes de format in-4°, dont voici la liste :

1 Mestrezat, Jean, Le Hibou des Jésuites, s. l., M. DC. XXIIII. (1624), 3-30 p.
2 Véron, François, Response au Hibou de Charenton ou Mestrezat, convaincu d’estre nouvel hérésiarque, larron des escrits du Spalatin De Dominis ; Faulsaire ; & destitué de toute preuve ; En son livre de la communion à Jésus-Christ au Sacrement de l’Eucharistie, contre les Cardinaux Bellarmin & du Perron, Paris, J. Mestais, s. d. [paru en 1624 d’après Desgraves (7147)], 24 p.
3 Véron, (François), La Corneille de Charenton despouillée des plumes des oyseaux de Genève & Sedan ; et deffy au Sr Mestrezat, et à ses collègues Ministres, sur son livre intitulé, De la Communion à Jesus-Christ au Sacrement de l’Eucharistie, contre les Cardinaux Bellarmin & du Perron; desrobé et transcript du livre de Turetin Ministre de Genève, intitulé de la Communion à Jésus Christ, où est respondu à ce qu’a dit contre icelle le Cardinal du Perron ; Et du Bouclier de du Moulin ; mis au pieds du Roy…, Paris, Jean Mestais, M. D. C. XXIV (1624), 40 p.
4 Véron, (François), Tous les ministres de France convaincus d’estre Faussaires de l’Escriture saincte, sur tous les principaux Articles de leur Confession de foy, Par un nouveau moyen, Et excommuniez par S. Jean & par S. Paul pour ce crime, Paris, Jean Mestais, M. DC. XXIII. (1623), 28 p.
5 Véron, (François), Les Justes Motifs de la conversion de monsieur le baron de Sainct-Angel, & de Madame sa femme ; Et sommation faicte aux Ministres Durand & Mestrezat de se rendre Catholiques selon leur promesse ; Et leur fuitte, Paris, J. Mestais, M. DC. XXIII. (1623), 40 p. 
6 Gateau, Nicolas, Les ruses et finesses des huguenots. Descouverte par M. Nicolas Gateau, Curé de Se Marguerite de la Rochelle envoyée à son amy Pierre Theophile de la noble lignée de S. Roch en Languedoc sur sa conversion, A Bourdeaux, Jouxte la coppie imprimée à Sainctes par Pierre Bichon, M. DC. XXIII. (1623), 16 p.
7 Harangue faite au roy par les deputez generaux des Eglises Reformees de France, M. DC. XXIII. (1623), 3-13 p. 
8 Le Testament & Sepulchre des Huguenots, Rebelles au roy. Par un Francois zelé de la gloire de Dieu, & du service de son Roy, A la France, A Paris, Chez Jean Martin, au mont S. Hilaire, s. d., 23 p.
9 Meynier, (Honorat de), Le scandale des ministres. Nouvellement recogneu Par le Sieur Du Moulin jadis Ministre de Charantonneau, & de present Ministre de Sedan. Par H. DE M., A Paris, Chez Julian Jacquin, 1623. Avec Approbation, 23 p.
10 L’avant-courrier du Guidon Francois. Avec le Quas-tu veu de la cour, s. n. s. l., M. DC. XX. (1620), 8 p.
 11 Le guidon francois, Ensemble Radamante, armée de vengeance, s. n. s. l., M. DC. XX. (1620), 23 p.
 12 Prince de Condé [Henri II de Bourbon], Lettre de Monseigneur le Prince de Condé. Au Roy, A Tolose, Par la Vesve I. Colomiez, & Raym. Colomiez, Imprimeurs ordinaires de sa Majesté, 1625. Jouxte la Coppie imprimée à Paris, 3-14 p.
 13 Consultation de trois fameux Advocats, sur les affaires publiques, s. n. s. l., M. DC. XXIII. (1623), 16 p. 
 14 Recit veritable des conferences que les pasteurs de l’Eglise de Paris ont eu avec le Sieur Veron. Et particulierement, celle qui a esté tenuë au sujet de Madame la Mareschalle de Themines, s. l., M. DC. XXIIII. (1624), 23 p.
 15 Véron, (François), Relation du voyage au Languedoc du P. Veron, envoyé du Roy pour la reduction des Desvoyez. ou Combats victorieux pour la Religion Catholique contre les Ministres de Nismes, Montpelier, Beziers, Alés, & de tout le bas Languedoc, & des Sevenes ; Avec les Conversions qui s’en sont ensuivies : Mouvements generaux des principaux de Montpelier, Nismes, &c. à abjurer l’heresie ; Et establissement de la Congregation des Missionnaires fondée par les Estats generaux du Languedoc convoquez à Beziers, Paris, François Targa, M. DC. XXV. (1625), 32 p. 
Illustration 3: Pages de titre des pièces 6 et 13 du recueil (Université Catholique de Lyon).

Malgré la diversité relative des pièces rassemblées, elles ont en commun d’avoir été publiées entre 1620 et 1625. On peut distinguer deux ensembles, le premier consacré aux conséquences sur les villes de sûreté protestantes de la première guerre menée par Louis XIII en Béarn ; le second dominé par la personnalité haute en couleur du controversiste François Véron.

1. Regards sur la reprise des tensions de part et d’autre de la fracture confessionnelle 

Les pièces 10 et 11 relèvent de la catégorie du libelle politique. Datées de 1620, anonymes, elles relaient la voix de l’opposition (parti de la reine mère) et s’en prennent au favori Luynes.

La pièce n° 6, de Nicolas Gateau, s’en prend plus particulièrement à La Rochelle, présentée comme une nouvelle Babylone. On notera, au passage, l’explication humorale de l’entêtement diabolique des Huguenots Rochelais : ils « resvent, radotent, sont malades de melancholie asinine, & par l’adustion de la cholere qui n’ont peu vomir depuis sept ou huict ans que le mal de cœur les tient, sont devenus furieux & enragez ».

Les députés Réformés de la pièce n° 7, tout en se distinguant des boutefeux de Montpellier dont la députation sent « par trop la poudre & la mesche de la garnison », supplient le roi de retirer ses troupes de la ville de Montpellier et de démanteler le fort de La Rochelle, cet « espouventail aux navires marchans ». Nous sommes alors en 1623. Deux ans plus tard, Montpellier fera partie des villes où Véron mènera tambour battant sa mission de reconquête des âmes (voir la relation de son voyage en Languedoc).

La pièce n° 13 (Consultation de trois fameux Advocats, sur les affaires publiques) prend le contre-pied de la pièce n° 7 et souligne la nécessité d’une politique belliqueuse à l’égard des villes fortes : « Vous sçavez (Messieurs) qu’il n’y a rien de plus important à la conservation, tant de ceste Monarchie, que de l’authorité du Roy, & à l’establissement d’une ferme paix (choses inséparables) que la destruction & ruine totale des Républiques huguenotes, qui subsistent encore en plusieurs villes de ce Royaume, & particulierement à la Rochelle ».

Quant à la pièce 8, que l’on propose de dater de 1621, c’est une pièce d’éloquence bien singulière saturée d’allusions aux troubles en Béarn, qui en appelle également à la destruction de La Rochelle5.

La pièce n° 12 propose enfin l’éclairage d’un Grand sur la politique du roi, tant à propos de la Valteline qu’à l’égard de La Rochelle.

2. François Véron (1575-1649)

Cet ensemble rassemble les pièces 1-5 et 14-15. Les pièces 1, 2 et 3, où l’on se donne aimablement des noms d’oiseaux, forment une suite autonome. La pièce n° 1 connaît par ailleurs un doublon isolé dans le fonds. C’est toutefois par la pièce 3 (La Corneille de Charenton despouillée des plumes des oyseaux de Geneve & Sedan) qu’il faut commencer la lecture. François Véron s’en prend ici violemment au traité de Mestrezat intitulé De la Communion à Jesus-Christ au Sacrement de l’Eucharistie, et accuse son auteur de plagiat : « Je despouille ceste miserable Corneille des plumes d’autruy ». Ainsi l’origine du titre est à chercher dans l’apologue horatien de la corneille qui se part de plumes étrangères. Dans son adresse liminaire au roi, Véron en profite pour suggérer la création d’un « petit fond » pour financer les missions de « quarante ou cinquante hommes », et ce, afin de contraindre « tous ces oyseaux de prendre leur vol hors de l’air de la France ». L’attaque proprement dite à l’égard de Mestrezat emprunte ses codes au duel :

Illustration 4: Cartel de défi de François Véron (détail).

Le gant est relevé par Mestrezat dans la pièce n° 1 (Le Hibou des Jesuites) qui file la métaphore ornithologique : Véron est un « Hibou » dont les « dix plumes principales » sont « l’ignorance, l’impertinence, l’insolence, l’imposture, l’impudence, le mensonge, la jactance, les injures, la bouffonnerie & l’impiété ». Mestrezat est sans pitié à l’égard d’un fou dont les écrits « sont des choux recuits qui font mal au cœur », d’un charlatan qui croit faire le nouvel apôtre mais n’est qu’un « enfant perdu » que « les enfans […] montrent au doigt », et dont la méthode est « tellement ridicule, qu’il n’y a crocheteur, ny chambriere qui dedans un quart d’heure ne la puisse sçavoir aussi bien que Veron ».

La réplique de Véron ne se fait pas attendre (pièce n° 2). Sa Response au hibou de Charenton est précédée d’une épître au roi où Véron requiert de nouveau les fonds nécessaires aux missions qui doivent permettre de chasser de France tous ces oiseaux de nuit.

La pièce n° 14 est également une réplique à la pièce n° 3 de Véron, et propose une copie des actes de la conférence entre les sieurs Mestrezat et Véron, en présence de la Maréchale de Thémines. Elle contient également, à partir de la page 22 une section intitulée « Des conferences que les Sieurs Durant & Drelincourt ont eu avec le Sieur Veron », qui porte sur la visite de Véron, déguisé en solliciteur de procès, au logis de Monsieur Durand, en compagnie de madame de S. Angel. La séquence est à l’évidence une réplique à la pièce n° 5 (avec des variantes significatives). On voit ici comment les pièces d’un même recueil entrent en écho les unes avec les autres.

La pièce n° 15 – récit publié en 1625 d’une mission de Véron en terres languedociennes – fait le lien avec le premier ensemble et notamment la pièce n’° 7, tout en illustrant la politique de mission menée par le Prédicateur du Roi.

Illustration 5: Les noms des Ministres combattus par François Véron (verso de la page de titre).
« Je les ay attaqué mesmes au milieu de leurs Presches, leur offrant des Theses ou cartels de deffy, pour entrer en conferences avec toutes les conditions qu’ils voudroient, à la veuë de tous ceux qui les suivent, dressant des Theatres aux portes de leurs Temples, y conviant le peuple… »

Reste la pièce n° 9 datée de 1623, qui présente le récit d’une de ces confrontations entre prédicateurs catholiques et ministres réformés, dont Véron se fait une spécialité.

On voit ici la nécessité d’une cartographie des textes qui se répondent et fonctionnent en réseau. La constitution d’une bibliothèque virtuelle de ce fonds devrait permettre d’en mesurer l’intérêt et la richesse.

Isabelle Moreau
IHRIM – ENS de Lyon


 

  1. Projet TRACES, dirigé par Isabelle Moreau, IHRIM, ENS de Lyon []
  2. L’équipe comprend les chercheurs suivants : Mathilde Bernard, MCF, Université Paris Nanterre ; Thibault Catel, MCF, Université de Limoges ; Mathieu de La Gorce, MCF, Université Paris Nanterre ; Julien Léonard, MCF, Université de Lorraine ; Isabelle Moreau, MCF HDR, ENS de Lyon ; Blandine Perona, MCF, UPHF (Valenciennes) ; Fabienne Vial-Bonacci, Assistante d’ingénieure, IRHIM, ENS de Lyon ; Isabelle Vouilloux, responsable des livres anciens et des fonds patrimoniaux de la Bibliothèque Henri de Lubac de l’Université Catholique de Lyon. []
  3. Le projet Sammelband 15-16 piloté par Malcolm Walsby (ENSSIB, Lyon) témoigne de l’extraordinaire dynamisme de la recherche en ce domaine. Ce projet a notamment été présenté le 3 mai 2019, à l’École normale supérieure de Lyon, lors d’une journée sur les recueils factices organisée par les membres du Groupe d’analyse de la dynamique des genres et des styles (GADGES, Lyon 3). []
  4. Le fonds possède ainsi un recueil de 25 pièces toutes de François Véron ; un autre recueil rassemble les écrits de Gontery et du Perron. []
  5. Il est en effet fait allusion à une comète chevelue parue trois ans auparavant : il s’agit sans doute de la grande comète de novembre 1618, ce qui donne 1621 comme date probable de publication. []