Entretien avec Elizabethanne Boran, conservatrice de la bibliothèque Edward Worth à Dublin

Illustration 1: La bibliothèque Edward Worth, Dublin.

La bibliothèque Edward Worth porte le nom de son fondateur, le Dr Edward Worth (1676-1733), un médecin de Dublin du début du XVIIIe siècle. Worth était le fils de John Worth (1648-88), doyen de la cathédrale St Patrick de Dublin, et avait fait ses études à Dublin avant d’obtenir sa licence au Merton College d’Oxford et son doctorat en médecine à l’université de Leyde. Après avoir obtenu son diplôme en 1701, il retourna à Dublin et y établit un cabinet médical lucratif. Il fut élu à deux reprises président du King and Queen’s College of Physicians, mais il fut condamné à une amende pour ses absences. Il fut plus actif dans son rôle d’administrateur du Dr Steevens’ Hospital et, en 1723, dix ans avant son ouverture officielle, il décida de laisser sa collection d’environ 4 400 livres rares à l’hôpital « pour l’usage, le bénéfice et le bien du médecin, de l’aumônier et du chirurgien pour la période d’existence dudit hôpital ». En outre, il laissa de l’argent pour une bibliothèque entièrement équipée dans laquelle ses livres pourraient être conservés. En 1733, après la mort de Worth, les livres furent transférés au Dr Steevens’ Hospital et placés dans la nouvelle salle de la bibliothèque. Après la mort de son exécuteur testamentaire et cousin, Edward Worth de Rathfarnham, en 1741, certains des livres de son père furent rendus à la collection. Selon les termes du testament du Dr Edward Worth, ils avaient été vendus pour payer la construction de sa salle de bibliothèque et avaient été achetés par son cousin.

Illustration 2: Portrait du Dr Edward Worth.

Histoire ultérieure de la bibliothèque Worth

Les livres restèrent sur place jusqu’à la fermeture de l’hôpital en 1988 et, à ce moment-là, furent transférés au Trinity College de Dublin pour être conservés en sécurité. Une fois que l’Eastern Health Board eut pris le bâtiment comme siège, des médecins qui connaissaient bien ce qui est considéré comme la plus importante collection des débuts de la médecine moderne en Irlande, suggérèrent son retour dans son cadre d’origine. Un débat s’engagea alors entre l’Eastern Health Board (qui préconisait le retour des livres dans leur cadre d’origine), le Trinity College de Dublin et la Bibliothèque nationale d’Irlande (qui préconisait leur maintien au Trinity College de Dublin). Cela conduisit à une action devant la Haute Cour de justice qui fut réglée par le jugement du juge Keane de la Haute Cour, qui créa le Worth Library Trust. La collection de livres d’Edward Worth a retrouvé son cadre d’origine en 1996 et c’est à ce moment que le premier bibliothécaire officiel a été nommé pour cataloguer la collection. Après la mort du premier conservateur, le Dr Vincent Kinane, en 2000, un hiatus de trois ans s’est ensuivi, jusqu’à la nomination d’un second conservateur. Le professeur William McCormack a occupé ce poste entre 2003 et 2010 et Dr Elizabethanne Boran lui a succédé.

Elizabethanne Boran est la conservatrice de la bibliothèque Edward Worth à Dublin. Elle est l’éditrice de la correspondance en trois volumes de James Ussher, 1600-1656 (Dublin, 2015) et de l’ouvrage Book Collecting in Ireland and Britain, 1650-1850 (Dublin, 2018). Elle est co-éditrice (avec le professeur Mordechai Feingold, Caltech) de Reading Newton in Early Modern Europe (Leyde, 2017) et est l’autrice de Aldines at the Edward Worth Library, Dr Steevens’ Hospital, Dublin. A Descriptive Catalogue (Dublin, 2015). Elle est la coordinatrice du MOOC FutureLearn ‘The History of the Book in the Early Modern Period, 1450-1800’.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

Illustration 3: des livres sur un rayonnage de la bibliothèque Edward Worth.

La collection de livres d’Edward Worth est restée sous forme de « collection capsule » depuis son arrivée au Dr Steevens’ Hospital (c’est-à-dire une collection à laquelle on n’ajoute pas d’éléments, sauf s’il peut être prouvé que Worth en était le propriétaire à l’origine). Outre la collection de livres rares (qui constitue l’essentiel de la collection), la bibliothèque Edward Worth possède également un petit fonds d’archives du XVIIIe siècle, une collection de catalogues de ventes aux enchères appartenant à Worth, une collection de publications officielles du XIXe siècle donnée à l’hôpital, un petit groupe de portraits des XVIIIe et XIXe siècles et une collection de références pour les lecteurs.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Illustration 4: Bibliotheca Marckiana, sive catalogus librorum quos … comparavit … Henricus Hadrianus Vander Marck … quorum publica distractio fiet per Petrum de Hondt. Die 14 Julii & seqq. 1727 (La Haye, 1727), p. 22 : liste des éditions Aldines.

Nous savons que Worth a hérité des livres de son père, John Worth (1648-1688) et de son grand-père, Edward Worth, évêque de Killaloe (mort en 1669). Ils sont identifiables dans la collection car tous deux ont apposé leur nom sur les pages de titre des volumes. Nous disposons de peu d’informations sur les achats du Dr Edward Worth à Dublin, Oxford ou Leyde au cours des premières décennies de sa vie. Cependant, une collection de 57 catalogues de vente et d’enchères pour la période 1723-1733 montre que, pendant les dix dernières années de sa vie, il achetait chez des libraires à Dublin, Londres, Amsterdam et La Haye. La période qui suivit le krach boursier de 1720, à la suite de la « bulle du Mississippi » et de la « bulle des mers du Sud », fut marquée par la vente aux enchères de grandes bibliothèques et Worth put ainsi acheter des raretés de toute l’Europe. En conséquence, sa bibliothèque est bien une bibliothèque européenne dans tous les sens du terme1.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Illustration 5: plat de devant d’un exemplaire de Worth de Constantin Lascaris, In hoc libro haec habentur. Constantini Lascaris Byzantini De octo partibus or[ati]onis lib. I. etc (Venice, 1512)2.

La bibliothèque Edward Worth est célèbre pour trois choses : ses collections d’histoire de la médecine, d’histoire des sciences et d’histoire du livre. En tant que médecin, Worth collectionnait naturellement de nombreux textes médicaux. Dans un contexte irlandais, la plupart des collections médicales des débuts de l’ère moderne n’ont pas survécu en tant que bibliothèques existantes. La collection de Worth offre donc une perspective fondamentale sur les textes médicaux qui étaient considérés comme essentiels. La collection de Worth reflète clairement l’influence de sa formation à la faculté de médecine de Leyde3.

L’intérêt évident de Worth pour tout ce qui est scientifique est lié à cela, car sa bibliothèque possède une merveilleuse collection de livres sur la botanique, la chimie, la zoologie, l’astronomie, les mathématiques et la physique (dont beaucoup ont fait l’objet d’expositions en ligne). Il était un admirateur d’Isaac Newton, collectionnant de multiples exemplaires de ses œuvres et les nombreux commentaires sur les Principia émanant de la Royal Society. Il ne se limitait cependant pas aux discussions de la Royal Society mais s’intéressait également aux travaux des scientifiques français, danois, néerlandais, allemands et italiens.

Par-dessus tout, Worth était un collectionneur de livres averti, intéressé par les impressions rares et les belles reliures. Sa collection d’éditions Aldines a fait l’objet d’une publication en 2015 et plus récemment, Agathe Vézine a exploré sa collection d’éditions de la famille Estienne4. Worth était un collectionneur chanceux car il avait assez d’argent pour acheter des livres qui, de son temps, étaient déjà considérés comme des objets de collection à une époque où de tels livres arrivaient sur le marché en raison du krach de 1720. En conséquence, Worth obtint des raretés, certaines dans leur reliure originale ou dans une reliure de luxe du début du XVIIIe siècle comme l’exemple néerlandais ci-dessus ; il en fit re-relier d’autres à Dublin dans les années 1720 et 1730, une période où la reliure irlandaise commençait à fleurir dans les beaux styles qui connnurent leur heure de gloire dans les années 1740 et 1750. Le fait que sa bibliothèque soit restée pratiquement inchangée entre 1733 et 1996 (en raison des stipulations de son testament) signifie que la bibliothèque Edward Worth offre maintenant une occasion unique aux historiens du livre en tant qu’objet matériel de voir des reliures des XVIe, XVIIe et début XVIIIe siècles dans un état de conservation incroyable.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Illustration 6: Lettre de Monsieur Chicoyneau … écrite à Monsieur De la Moniere … Pour prouver ce qu’il a avancé dans ses Observations & Reflexions touchant la … peste de Marseille & d’Aix, du 10. Decembre 1720 (Lyon, 1721), page de titre.

Comme indiqué plus haut, la médecine occupe une place importante dans la collection, des coûteuses éditions in-folio du XVIe siècle de Galien et d’Hippocrate aux octavos et duodecimos d’auteurs plus contemporains. Un exemple emblématique de sa collection est son corpus de textes sur les maladies infectieuses et il n’y a pas de maladie qui intéressait Worth plus que la peste. La raison en est évidente : la peste  constituait une menace réelle de son vivant. Mon premier choix est donc l’un des cinq pamphlets de François Chicoyneau (1672-1742), professeur de botanique et d’anatomie à l’université de Montpellier, qui est peut-être le plus connu pour ses exploits lors de la peste de Marseille de 1720. Son courage durant cette période lui valut d’être décoré de l’ordre de Saint Michel et d’être ensuite nommé médecin de la famille royale, avant de succéder à son beau-père Pierre Chirac au poste de premier médecin de Louis XV (1710-1774).

Illustration 7: Johannes Commelin, Horti medici Amstelodamensis rariorum (Amsterdam, 1697), vol 1, ill. 36, Lilio Narcissus Africanus.

Un autre livre emblématique de la Worth Library est son exemplaire de l’Horti medici Amstelodamensis rariorum de Jan Commelin (Amsterdam, 1697-1701). Worth rassembla un grand nombre de textes botaniques : des herbiers des XVIe et XVIIe siècles, des recueils de fleurs du XVIIe et du début du XVIIIe siècle et des ouvrages de classification botanique. Sa collection botanique, tout comme sa collection médicale, doit beaucoup aux préoccupations néerlandaises du temps et reflète la montée en puissance de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (Vereenigde Oost-Indische Companie, ou VOC). L’Horti medici Amstelodamensis rariorum de Commelin contenait de nombreuses plantes d’origine africaine qui avaient été ramenées en République néerlandaise par les commandants de la VOC. Worth rassembla également les 12 volumes de l’Hortus Indicus Malabaricus (Amsterdam, 1673-1703) du commandant de la VOC Hendrik Adriaan van Rheede tot Drakenstein, une énorme collection de plantes d’Asie, à l’édition de laquelle Commelin participa également.

Illustration 8 : Georg von Logau, Poetae tres egregii nunc primum in lucem editi, Gratii, qui Augusto Principe floruit… (Venice, 1534), plat de devant comportant les armoiries de Loménie de Brienne.

Par-dessus tout, la bibliothèque Edward Worth contient de nombreuses reliures magnifiques provenant de toute l’Europe. L’une de mes reliures préférées porte les armoiries de la famille Loménie de Brienne. Leur bibliothèque arriva sur le marché de Londres en 1724 et Worth acheta des livres appartenant à trois générations de la famille : Henri Auguste (1595-1666), ses fils Louis Henri (1635-1688) et François (1637-1720), et son fils Henri Louis (mort en 1743). Nous voyons ici les armoiries d’Henri Louis qui présentent de nombreuses similitudes avec celles de son père, Louis Henri (dont la fée Mélusine en haut des armoiries), mais qui diffèrent en plaçant les lions rampants dans la pose de regardant.

Illustration 9 : Anthony Van Dyck, Icones principum virorum doctorum, pictorum chalcographorum statuariorum nec non amatorum picturae artis numero centum ab Antonio Van Dyck pictore ad vivum expressae eiusque sumptibus aeri incisae (Anvers, 1646), portrait de Marie De Medicis, Reine de France.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

La bibliothèque Edward Worth gère un programme de bourses de recherche qui encourage activement les chercheurs en début de carrière ou plus avancés dans leurs recherches à travailler dans nos collections. En outre, nous organisons fréquemment des colloques et produisons des publications savantes de leurs actes. La conservatrice donne des cours dans le cadre d’un module « Histoire de la médecine » pour les étudiants de première année de médecine du Trinity College de Dublin et donne régulièrement des conférences lors de colloques nationaux et internationaux sur des sujets liés aux collections. Nous avons conclu divers partenariats pour faciliter les stages à la Worth Library. Certains stages sont de courte durée (environ 6 semaines), pendant lesquels le stagiaire produit une petite exposition en ligne/un article de blog, mais l’année dernière nous avons eu la chance d’avoir un stage de quatre mois de l’ENSSIB, pendant lequel Agathe Vézine a produit un site web beaucoup plus complet (une de nos expositions annuelles en ligne) consacré aux publications de la famille Estienne présentes dans la bibliothèque Edward Worth.

Dans le passé, nous avons collaboré avec des étudiants de diverses universités pour créer nos expositions en ligne : en 2016, des étudiants en mathématiques de la School of STEM Education, Innovation and Global Studies, de l’université Dublin City, ont préparé l’exposition en ligne « Mathematics at the Edward Worth Library« , qui explorait les nombreux ouvrages mathématiques de la bibliothèque. Et en 2017, des étudiants de troisième cycle du département d’histoire de l’art et de l’architecture du Trinity College de Dublin ont produit « Van Dyck at the Edward Worth Library« , qui se concentrait sur un livre de la collection: Icones principum virorum doctorum, pictorum chalcographorum statuariorum nec non amatorum picturae artis numero centum ab Antonio Van Dyck pictore ad vivum expressae eiusque sumptibus aeri incisae d’Anthony Van Dyck (Anvers, 1646).

Enfin, la conservatrice est membre de plusieurs organismes nationaux et internationaux: le Rare Books Group of Ireland (membre du comité de direction) ; le History of Medicine, Science and Technology Network of Ireland (membre du comité de direction) ; le Irish Blue Shield Committee (secrétaire) ; la Society for the History of Natural History (membre irlandais) et la Commission internationale pour l’histoire des universités (secrétaire générale).

Illustration 10: Image de dragon ailé dans Ulisse Aldrovandi, Serpentum, et draconum historiæ libri duo (Bologna, 1640), p. 420.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Le personnel de la Worth Library propose des visites guidées tout au long de l’année (mais pas pendant les pandémies !) et nous nous impliquons en particulier dans des festivals et des événements tels que le Festival d’histoire de Dublin et la Nuit de la culture. Au fil des ans, nous avons développé un réseau de matériel en ligne, composé de grandes expositions annuelles en ligne, de petites expositions en ligne et de billets de blog que nous appelons « Livres du mois ». Lorsque nous produisons nos expositions en ligne, nous les y laissons indéfiniment comme ressource pour les chercheurs et le grand public. C’est notre façon de partager nos collections avec le plus grand nombre de personnes possible. Nos séries de conférences et nos colloques sont également gratuits et ouverts à tous – la seule limite étant le nombre de personnes pouvant entrer dans notre bibliothèque ! La conservatrice donne des conférences sur la bibliothèque à des sociétés d’histoire locale. Enfin, nous utilisons Twitter et des listes de diffusion par e-mail pour diffuser des informations sur les événements organisés à la bibliothèque Edward Worth.

Quelle vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Nous mettons l’accent sur la sensibilisation, en particulier en ligne, sous toutes les formes décrites ci-dessus, car nous pensons qu’il est de notre devoir principal de partager la collection de Worth avec le plus grand nombre de personnes possible. C’est vital pour une bibliothèque telle que la Edward Worth Library, mais cela peut prendre beaucoup de temps ! Et nous essayons autant que possible de nous adapter aux nouvelles formes de médias sociaux pour diffuser des informations sur la bibliothèque Edward Worth.

  1. Sur Worth en tant que collectionneur, voir Elizabethanne Boran, « Dr Edward Worth : a connoisseur book collector in early eighteenth-century Dublin » in Elizabethanne Boran (ed.), Book Collecting in Ireland and Britain, 1650-1850 (Dublin: Four Courts Press, 2018), pp 80-103. []
  2. La reliure fut commandée par le marchand Goswin Uilenbroek (1658-1740), dont la bibliothèque fut vendue en 1729. On sait que Uilenbroek fut le mécène d’au moins quatre ateliers de reliure à Amsterdam. Cette couverture est un très bon exemple du travail de la reliure Uilenbroek vers 1705-1710. Sur les reliures néerlandaises du début du XVIIIe siècle, voir Jan Storm van Leeuwen, Dutch Decorated Bookbinding in the Eighteenth Century, 4 vols (Hes & De Graaf, 2006). []
  3. Elizabethanne Boran, ‘Collecting medicine in early eighteenth-century Dublin’ in John Cunningham (ed.), Early modern Ireland and the world of medicine: practitioners, collectors and contexts (Manchester, 2019), pp. 165-187. []
  4. Voir le billet de blog qu’elle a consacré à sa recherche []

Les Estienne à la Bibliothèque Edward Worth à Dublin

Fondée en février 1733, à la mort de son créateur, la Bibliothèque Edward Worth est une singularité parmi les bibliothèques irlandaises. Construite sur-mesure, selon les dernières volontés de son créateur, la bibliothèque fait corps avec l’hôpital du Dr Steevens. Le premier étage, qui abrite aujourd’hui ses locaux, a été dessiné et pensé par et pour la présence essentielle des livres. Imaginé comme le système de sauvegarde le plus efficace de son temps pour garantir la conservation de ses précieux ouvrages, le lieu même est encore aujourd’hui un véritable écrin pour de nombreux trésors.

Illustration 1: L’hôpital du Dr Steevens en 1780.

Cet écrin, dont la création a suivi à la lettre les exigences d’Edward Worth, est l’une des plus grandes surprises de cette bibliothèque puisqu’il remplit encore quasi-parfaitement son rôle de préservation des collections. Pour cela, Edward Worth n’a rien laissé au hasard : à la pointe de l’innovation, ses livres sont parmi les premiers à être conservés dans des étagères vitrées dont le bois d’époque fait encore de nos jours le charme et le renom de la bibliothèque. Ainsi, tout a été pensé pour assurer la pérennité de sa collection, dans un souci du détail absolument visionnaire. Chaque aspect de leur sécurité a été pensé, de l’exposition volontairement faible à la lumière extérieure, à la température moyenne naturellement basse et régulée par les pierres environnantes, en passant par une restriction sévère de l’accès aux ouvrages aux chirurgiens de l’hôpital. Toutes ces exigences témoignent de l’avance impressionnante des connaissances en préservation des livres de son fondateur. Seul l’ajout de quelques nouvelles technologies comme des systèmes anti-incendie ou des caméras de surveillance a été nécessaire afin de compléter son œuvre1.

Si un écrin vide est bien peu de chose, son caractère innovant n’est rien sans les trésors qu’il abrite. Edward Worth, physicien passionné de littérature, a construit au fil de son existence une collection débordant de très loin les limites de son champ de connaissances professionnelles. Les publications scientifiques tiennent évidemment une place essentielle dans la constitution de cette bibliothèque, cependant elle est loin d’être aussi centrale que l’on pourrait s’y attendre : la littérature, l’histoire et la théologie lui tiennent largement tête et ne font qu’ajouter à la richesse incroyable de cette collection. Les répartitions des thématiques abordées et le goût de cet étrange collectionneur en font une exception parmi les collections privées de scientifiques de l’époque. Cet amour des lettres ne s’exprime pas uniquement par le choix des thématiques abordées. En effet, une courte visite de la bibliothèque nous permet de comprendre que cette passion ne se limite pas seulement à la lecture, mais s’étend bien au livre en tant qu’objet. Les vitres, protection si innovante, servent avant tout de présentoirs pour une collection dont la richesse et la finesse des ornements et des reliures témoignent d’une seconde dimension dans cet amour du livre : sa valeur matérielle.

Ces deux premiers éléments d’identification de la bibliothèque d’Edward Worth – la présence de livres extérieurs au champ scientifique et l’importance du livre en tant qu’objet – semblent d’eux-mêmes justifier la présence dans cette collection d’ouvrages publiés par divers membres de la famille Estienne. Grande famille d’imprimeurs et de libraires français du XVIe siècle, les Estienne sont alors reconnus pour leurs publications érudites en grec, en latin et en français. C’est la présence de plusieurs de leurs ouvrages dans les collections d’Edward Worth qui ont attiré notre attention et qui ont servi d’objet d’étude pour l’exposition « Estiennes at the Edward Worth Library ».

Illustration 2: L’exposition « Estiennes at the Edward Worth Library »

À partir de la création d’un catalogue complet regroupant l’ensemble des titres écrits ou publiés par les membres de cette dynastie d’imprimeurs, s’est construit le socle même de cette exposition. C’est d’ailleurs pendant l’élaboration de ce catalogue qu’a vu le jour un certain nombre de questionnements.

Plus de deux siècles séparent certains de ces ouvrages de leur acquisition par Edward Worth. Le coût – que l’on imagine assez élevé – d’une telle possession, associé au nombre conséquent d’impressions des Estienne présents dans cette collection unique fait de chacun des exemplaires compilés dans ce catalogue un élément potentiel d’étude. Ne pouvant prendre la décision de leur achat comme un choix anodin ou léger, nous avons donc fait le choix d’étudier et d’interroger la présence de ces publications à la Bibliothèque Edward Worth.

Qui sont les Estienne ?

Si l’exposition demeure bien évidemment centrée sur les collections d’Edward Worth uniquement, a été l’opportunité pour nous de présenter un travail de synthèse des connaissances actuelles sur la dynastie d’imprimeurs qu’ont été les Estienne. De ce fait, l’exposition dispose d’une présentation individuelle de la grande majorité des membres de la famille. L’accent a été mis, durant la rédaction, sur notre volonté de dresser un portrait le plus complet et le plus exhaustif possible, de chacun de membres.

Le but principal était de permettre au lecteur, même néophyte, de saisir les caractéristiques qui ont forgé l’histoire d’une telle famille et de comprendre ce qui a fait son renom. Dans ce cas précis, l’étude biographique avait pour but principal d’illustrer ce qui a fait de cette famille une part aussi marquante de l’histoire du livre et de la littérature afin de justifier sa présence dans la bibliothèque d’Edward Worth et ce qui a pu faire des ouvrages présentés des objets de collection.

À ce titre, nous avons pris la liberté de ne pas limiter nos présentations aux seuls noms mentionnés dans les différents volumes du catalogue, mais d’étendre notre série de portraits aux acteurs centraux qui ont fait de cette famille le sujet de notre étude et celui de bien d’autres. C’est pour cette raison que nous avons proposé un article supplémentaire sur le rôle des femmes de la famille Estienne dans l’établissement et le maintien de la dynastie2.

En effet, il est essentiel de rappeler que la collection d’Edward Worth n’a pas été pensée autour d’eux et n’est pas centrée sur leurs productions. Ainsi, on peut remarquer que certains de leurs membres n’y apparaissent d’ailleurs pas du tout.

Illustration 3: Distribution des publications par membres de la famille Estienne dans les collections de la Worth Library

Comme nous l’avons dit plus tôt, cette reprise synthétique des précédents travaux biographiques n’était pas dénuée de liens avec notre recherche. En effet, ces portraits nous ont permis de comprendre les raisons qui font de cette famille un élément marquant de l’histoire du livre. Ainsi, leur inscription comme l’une des plus grandes – si ce n’est la plus grande – famille(s) d’imprimeurs français du XVIe siècle, justifie clairement leur présence dans la collection d’Edward Worth. Cette place pourrait leur être doublement attribuée, tout d’abord pour leur rôle d’éditeurs, mais aussi comme un témoignage de leur propre histoire, les incluant dans celle – plus vaste – de l’histoire littéraire.

De plus, ces différences de représentations à travers la collection peuvent également être vues comme le témoignage de la célébrité des membres de la famille, du moins, à travers la perception qu’en a eu Worth, depuis l’Irlande d’avant 1733. Plus qu’une simple collection, ce catalogue peut donc être vu comme un observatoire de l’aura des Estienne.

Cependant, il est essentiel de souligner que la célébrité ou non d’un des membres de la famille n’est en aucun cas un synonyme de son rôle historique. Le catalogue que nous avons conçu en est l’illustration même. En effet, certains des ouvrages cruciaux de la famille Estienne, ou des éléments qui sont aujourd’hui considérés comme tels, ne sont pas forcément présents dans la collection. Ainsi, on remarque que le fondateur même de cette dynastie est très largement sous-représenté dans les proportions affichées dans l’illustration 3.

Néanmoins, la bibliothèque et sa collection illustrent à de nombreuses reprises des événements majeurs de l’histoire de cette famille. Ainsi, la fuite de Robert I Estienne de Paris à Genève est très largement renseignée par les collections d’Edward Worth qui contiennent presque autant d’ouvrages d’édition parisienne que de ceux publiés durant cette « retraite » précipitée par des affrontements religieux et politiques. De même, deux des plus grands chantiers d’édition menés par les Estienne – à savoir les Trésors de la Langue Grecque et Latine ainsi que les multiples traductions de la Bible, qui sont encore aujourd’hui des références – se reflètent clairement comme des éléments centraux de la collection Worth.

Illustration 4: Biblia: Hebraea, Chaldæa, Græca et Latina nomina virorum, mulierum, populorum, idolorum, urbium, fluviorum, montium, cæterorúmque locorum quæ in Bibliis leguntur, restituta, cum Latina interpretatione, Paris, Robert I Estienne, 1540.

On observe l’influence de son attention de collectionneur et d’amateur du livre en tant qu’objet dans le fait que les acquisitions d’Edward Worth comprennent également l’un des éléments les plus connus de l’histoire de cette famille : les Grecs du Roi. Offerts à Robert I par le Roi François Ier et dessinés par Claude Garamond, les Grecs du Roi forment une police de caractères unique. Obtenus grâce au privilège royal et au titre d’Imprimeur du Roi en langue grecque et latine qui lui est accordé, cette faveur lui ouvre également l’accès aux manuscrits de la Bibliothèque Royale.

Illustration 5: Tes kaines diathekes hapanta. Evangelion. Kata Matthaion. Kata Markon. Kata Loukan. Kata Ioannen. Praweis ton apostolon, Paris, Robert I Estienne, 1550. Un exemple de l’utilisation des « Grecs du roi »

Cependant, l’Histoire ne les a pas seulement retenus pour leur lisibilité, mais aussi pour un scandale qui a longtemps attiré l’attention des historiens : leur vol après l’exil de Robert Ier vers Genève. En effet, le privilège royal accordé avec ces caractères n’a pas franchi la frontière, et de ce fait, il a pu sembler étonnant pour de nombreux lecteurs de retrouver dans la plupart des ouvrages publiés après 1550 la même police d’écriture. En réalité, l’incompréhension peut parvenir de deux facteurs distincts.

Tout d’abord, le privilège royal accordé à Robert Estienne – comme son atelier parisien – a été confié à un autre membre de la famille restant à Paris : son frère, Charles. Ainsi, on peut observer à travers la collection d’Edward Worth plusieurs exemplaires postérieurs à la date fatidique, ornés de ces caractères signés du nom des Estienne.

De plus, il n’est pas rare de voir dans certains écrits sur ce sujet une confusion entre trois objets distincts, le tout rassemblé sous l’appellation des Grecs du Roi :

  • Les poinçons, gravés dans l’acier, sont les modèles types qui ont permis la création des matrices. Ceux-ci n’ont jamais quitté les collections royales.
  • Les matrices, faites de cuivre, qui ont permis à différents artisans de fondre plusieurs exemplaires des caractères afin de subvenir aux besoins des différentes presses. Donnée aux Estienne, l’une d’entre elle aurait été emportée durant la fuite à Genève et par la suite, engagée pour rembourser les dettes d’Henri II Estienne, son fils, puis rachetée par la France.
  • Les caractères, fondus à partir de plomb, dont il existe plusieurs exemplaires à travers les différentes presses, mais qui sont souvent compris comme étant l’unique élément des Grecs du Roi, à savoir la représentation directe de cette police d’écriture si distinguée.
Illustration 6: Tes Kaines Diathekes hapanta. Novum Testamentum. Ex bibliotheca Regia, Paris, Robert I Estienne, 1546, Sig. a3r: un exemple du Cicero de Claude Garamont.

Pourquoi collectionner les publications des Estienne ?

L’une des premières hypothèses émises lors de la rédaction de cette exposition était d’expliquer la présence des impressions des Estienne par leur lien avec le milieu de la science et de la médecine. En effet, le catalogue complet de la bibliothèque regorge de références médicales dont on sait aujourd’hui qu’il s’agissait de références professionnelles nécessaires.

C’est avant tout l’histoire même de la famille qui nous permet un premier pas vers la vérification de cette hypothèse. En effet, de multiples publications scientifiques et médicales peuvent être trouvées dans les productions des Estienne et certaines font d’ailleurs partie de la collection Worth. De plus, il est essentiel de noter le lien profond qui les unit aux cercles érudits européens, non seulement en des termes professionnels, mais aussi par des liens familiaux. Certains membres de la famille, comme Charles Estienne, se sont même spécialisés dans ce type de production3.

Illustration 7: Medicae artis principes post Hippocratem et Galenum, [Genève], Henri II Estienne, 1567, p. 170.

Cependant, la pertinence des écrits et des publications des Estienne dans les domaines scientifiques et médicaux, si elle ne fait aucun doute à leur époque, peut être mise à mal lorsqu’elle est étudiée par le prisme de la collection d’Edward Worth. Afin de s’assurer du poids que pouvait avoir leurs productions dans ce domaine, une recherche a été faite parmi les catalogues de trois autres bibliothèques d’hôpitaux dont les collections ont été constituées à partir de la même époque que celle d’Edward Worth. Bien évidemment, il a été nécessaire de prendre en compte une différence fondamentale : la volonté d’exhaustivité de ces bibliothèques, souvent universitaires, que l’on ne retrouve pas nécessairement chez Worth. En effet, il semblerait étrange, voire inapproprié, qu’un médecin trouve ses références dans un livre dont les connaissances sont datées d’au moins deux siècles. De ce fait, bien qu’il existe de nombreux ouvrages de médecine et de science dans les productions des Estienne, leur place dans le catalogue d’Edward Worth n’est pas justifié par un besoin professionnel.

Pour l’instant, nous n’avons toujours pas abordé la question de la distance géographique et d’une possible singularité d’une telle collection en Irlande. En effet, l’histoire même de la famille Estienne est profondément liée à l’Europe en tant que continent. Comme en témoigne l’usage massif du latin et du grec comme langues de référence pour leurs publications4, chaque membre de la famille participe à des voyages initiatiques à travers l’Europe toute entière afin d’y collecter de nouvelles ressources. Ces ressources sont parfois matérielles, sous la forme de rouleaux, de parchemins ou de volumes avec pour but de rassembler les meilleures traductions et les plus belles versions de différents écrits européens. Mais elles sont parfois bien plus abstraites, sous forme de connaissances théoriques amenées par les plus jeunes après un apprentissage dans les ateliers d’imprimerie d’autres grandes familles européennes.

Leurs productions ont donc été – dès le XVIe siècle – des produits européens avant d’être des produits français. De ce fait, il n’y a rien de surprenant à trouver, encore aujourd’hui, le nom des Estienne en terres irlandaises. Cependant, l’importance de la distance géographique et temporelle entre la Edward Worth Library et la publication de ces ouvrages suggère nécessairement un prix bien plus élevé que la moyenne des livres de l’époque. Chacun de ces livres est donc un choix de collectionneur et, à ce titre, son achat peut être justifié. Or, cette justification pourrait bien se trouver dans leur valeur matérielle elle-même. Le XVIIIe siècle est le témoin des débuts d’une véritable manie de la collection de livres anciens. Si Edward Worth fait partie des collectionneurs les plus en avance sur leur temps, il participe néanmoins au premier élan de cette manie5.

Illustration 8: Dicaearchi Geographica quædam, sive de Vita Græciæ. Ejusdem Descriptio Græciæ, versibus iambicis, ad Theophrastum, Genève, Henri II Estienne, 1589.

En effet, plusieurs de ces ouvrages n’ont pas été sélectionnés pour leur simple contenu, mais bien pour leur aspect et leur reliure. Plusieurs des acquisitions d’Edward Worth, notamment en provenance d’une vente aux enchères du collectionneur hollandais Hendrik Hadrian Van Der Marck datée de 1727, ont été renseignées par des notes. Les publications des Estienne sont parfaitement ancrées dans les canons des éditions rares avidement recherchées par les collectionneurs de son temps. Le luxe qui orne certaines leurs éditions, notamment parmi les acquisitions de la vente de Van Der Marck, illustre parfaitement l’impossibilité de comprendre la place de la famille dans cette collection sans penser le livre comme un objet de valeur en lui-même.

Illustration 9: Xenophontos ta sozomena biblia. Xenophontis (viri armorum et literarum laude celeberrimi) quæ extant opera, Genève, Henri II Estienne, 1581, plat aux armes du Collège des Grassins.

Qu’est ce que l’étude de cette collection apporte à l’histoire des Estienne ?

En revenant sur les travaux traitant de la famille Estienne, très peu d’entre eux abordaient leurs travaux comme objet de collection. En réalité, la grande majorité des écrits à leurs sujets s’avérait bien plus proche d’un travail de recherche purement biographique – souvent à partir de publications anglaises, pour les plus actuelles –  ou bien, sur une forme proche du récit, présentant certains de ces membres comme les personnages d’une véritable légende – provenant majoritairement des travaux français les plus classiques. Les œuvres en elles-mêmes et les publications n’étaient présentées que comme des supports à cette histoire ou bien traitées sous la forme d’un catalogue prônant l’exhaustivité. Or, le travail de cette exposition – bien qu’elle ait elle-même traité de cet aspect biographique – était avant tout de présenter ces publications comme plusieurs pièces d’une collection plus vaste et singulière.

Le projet de cette exposition n’était donc pas de découvrir l’histoire perdue d’une des plus grandes familles d’imprimeurs français du XVIe, ni de dresser un catalogue précis de l’ensemble de leurs publications, mais plutôt de comprendre la place de leurs ouvrages dans une collection irlandaise deux siècles plus tard. Depuis l’élaboration d’un catalogue spécifique aux fonds de la bibliothèque Worth jusqu’à la fin de la rédaction de cette exposition, c’est une volonté de synthétiser nos connaissances sur les Estienne que nous avons voulu rendre accessible à tous, grâce à l’élaboration de ce site web.

Pour conclure, l’une des singularités du catalogue complet d’Edward Worth se situe dans sa grande proportion d’ouvrages littéraires ou historiques. Ces livres ont donc moins le rôle de références techniques ou d’outils professionnels que celui de témoignage historique ainsi que de véritables trésors. De plus, la richesse de ce double témoignage nous a permis de faire résonner à la fois l’histoire des Estienne et celle d’une expérience de collectionneur unique. En effet, cette collection et son étude nous permettent avant tout de découvrir le point de vue direct d’un lecteur et d’un collectionneur d’un autre temps, de la postérité de ces publications au XVIIIe siècle, par l’intermédiaire d’Edward Worth.

Agathe Vezine 
Enssib


 

  1. Sur la création de cette bibliothèque singulière et de son histoire : The Enigma of Worth. Preliminary Essay par W. J. Mc Cormack, juin 2005. []
  2. Sur le rôle des femmes dans l’édition des collections Estienne : Women in the Estienne family, par Agathe Vezine, Décembre 2020. []
  3. Pour plus d’informations sur la production de Charles Estienne : Charles Estienne, par Agathe Vezine, décembre 2020. []
  4. Sur l’usage de ces langues : Greek & Latin, Agathe Vezine, Décembre 2020. []
  5. Boran, Elizabethanne, ‘Dr Edward Worth: a connoisseur book collector in early eighteenth-century Dublin’, in Boran, Elizabethanne (dir.), Book Collecting in Ireland and Britain 1650-1850, Dublin, Four Courts Press, 2018, p. 80-103. []