Sur quelques éditions monstrueuses : les premiers recueils des Satires de Boileau

Le grand retour de Nicolas Boileau-Despréaux au programme de l’agrégation de lettres modernes incite à revenir sur la complexe histoire éditoriale de ses œuvres. Dans ce domaine, la bibliographie publiée par Émile Magne en 1929 offre un répertoire certes riche et utile, mais lacunaire, fautif et confus1. Pour commencer à remédier à ses insuffisances, voici quelques précisions et trouvailles autour d’un cas particulièrement curieux et important, celui du premier recueil subreptice des Satires. Cette plaquette de 30 pages, datée de 1666, donne les versions primitives de six poèmes de Boileau (son « Discours au roi » et les satires I, II, IV, V et VII) et leur adjoint un essai de Saint-Évremond. C’est cette « monstrueuse édition » qui détermina le satirique à livrer finalement ses textes au « hasard de l’impression », selon l’avis au lecteur en tête de l’authentique édition originale :

« Sa tendresse de père s’est réveillée à l’aspect de ses enfants, ainsi défigurés et mis en pièces. Surtout lorsqu’il les a vus accompagnés de cette prose fade et insipide, que tout le sel de ses vers ne pourrait pas relever… »2

Une édition double

Dans son commentaire de 1716, Claude Brossette, sans avoir vu lui-même cette édition, soutient qu’elle « avait été faite à Rouen, en 1665 »3. Cette affirmation d’une origine rouennaise ne semble reposer sur aucun élément solide mais a été mécaniquement répétée dans maints travaux sur Boileau jusqu’à nos jours ; nous y reviendrons. La première description exacte du monstre est due à Jacques Berriat-Saint-Prix, qui en rencontra un exemplaire précisément « le 27 septembre 1830, parmi les livres alors non catalogués de la Bibliothèque royale… Une année après (29 octobre 1831), nous en avons découvert un autre exemplaire dans la bibliothèque de Grenoble»4. Ces deux volumes se trouvent toujours à Paris et à Grenoble ; ils sont les seuls exemplaires à être cités par Magne, et par tous les éditeurs de Boileau (et de Saint-Évremond) qui le suivent.

Pourtant, dès la fin du XIXe siècle, deux autres exemplaires avaient été identifiés et décrits dans des publications bibliophiliques : le premier appartenant au baron de Claye, le second aux frères Dutuit. L’exemplaire Claye, relié à la suite d’un exemplaire de la première édition authentique, fut présenté dans la Bibliographie des principales éditions originales d’écrivains français de Jules Le Petit, avec la reproduction en fac-similé de la page de titre et de la première page du « Discours au roi »5. Quelques années plus tard, le baron lui-même analysa la plaquette au début de son livre La Bibliophilie en 18936. Aujourd’hui ce volume, après être passé par les mains de Jules Lemaître (lot 49 de la vente de 1917), est conservé en Amérique, à la Houghton Library de l’université Harvard.

L’exemplaire Dutuit, déjà signalé par Claye, figurait ensuite dans le somptueux catalogue établi par Édouard Rahir en 1899 et faisait en 1902 partie du legs de cette collection au musée du Petit Palais, où il peut toujours être consulté. L’excellente notice de Rahir dénombre les quatre exemplaires alors connus et inclut cette remarque :

« Le volume est bien imprimé, en petits caractères, mais nous ne le croyons pas d’origine rouennaise, il doit plutôt sortir des presses de Jean Cavelier, imprimeur de Caen. »7

Ce qui n’a pas été remarqué par Rahir, ni par aucun autre bibliographe paraît-il, c’est que ces quatre exemplaires représentent en fait deux éditions distinctes, que j’appellerai ici A et B. Les exemplaires de la BnF et de Grenoble relèvent du type A, alors que ceux de Harvard et du Petit Palais illustrent le type B. L’édition B me semble postérieure à A, pour diverses raisons qui apparaîtront plus loin. La comparaison des quatre exemplaires montre en tout cas qu’il s’agit de deux compositions typographiques entièrement différentes, et non de recompositions partielles ou de corrections sous presse (voir Ill. 1-4).

Illustrations 1-2 : À gauche : exemplaire (A) de la Ville de Grenoble, Bibliothèque municipale (F.3647 Rés.). À droite : exemplaire (B) de la Houghton Library, Harvard University (*FC6 B6364 666s)
Illustrations 3-4 : À gauche : exemplaire (A) de la Ville de Grenoble, Bibliothèque municipale (F.3647 Rés.). À droite : exemplaire (B) de la Houghton Library, Harvard University (*FC6 B6364 666s)

Les deux éditions proviennent sans doute du même atelier et d’une seule copie manuscrite. Elles montrent en effet très peu de variantes textuelles entre elles, les différences concernant essentiellement la graphie et la ponctuation : ainsi, B met moins de virgules que A et préfère parfois i et u là où A utilise j et : ie, iuste, pauure, auoir… Mais cela n’est guère systématique, ce qui indique peut-être une alternance entre plusieurs compositeurs. Le mot « verve », par exemple, apparaît quatre fois dans ces textes : il est toujours imprimé « verve » dans A, mais devient « veruë » à ses deux premières occurrences dans B. Cette seconde composition déforme aussi « chercher » en « cercher » et « jamais » en « jamis ». D’autre part, B répare quelques erreurs de A : « flétrissent » est corrigé en « flétrisse » ; « de membre perclus » en « de membres perclus » ; « ont faire mourir » en « ont fait mourir » ; « de m’avoit » en « ne m’avoit ». D’autres fautes sont communes aux deux éditions et semblent dues à une mauvaise lecture du manuscrit : ainsi, A comme B impriment « à l’ennuy » au lieu de « à l’envi » ; « grand Geros » au lieu de « grand Heros » ; « Bardoir » au lieu de « Bardou » (un poète) ; et « Alfare » au lieu de « Alfane » (un cheval)8

Mais je tiens à souligner que, pour une édition pirate faite (probablement) sans le concours de l’auteur, le texte est plutôt correct et l’impression soignée ; quoi qu’on en ait dit, il ne s’agit pas d’une production grossière et bâclée, même si la médiocre numérisation sur Gallica (mise en ligne en 2007) peut le faire penser. Selon Magne :

« Le petit volume, très probablement vendu sous le manteau, n’enregistra aucun succès. Fut-il saisi ? Peut-être, car nous n’en avons rencontré, dans les bibliothèques du monde entier, que deux exemplaires subsistant [sic]. »9

L’analyse des quatre exemplaires localisés10 montre au contraire que la publication a dû rencontrer un certain succès, suffisant en tout cas pour donner lieu à une seconde édition, et pour provoquer la réaction indignée de Boileau.

Une « clef » unique

L’exemplaire Dutuit inclut à la fin un supplément précieux qui ne se trouve dans aucun des autres exemplaires connus : une « clef » imprimée nommant en clair certaines cibles que les satires désignent seulement par pseudonymes, initiales, ou points de suspension. Sont ainsi déchiffrés dix endroits, qui font allusion à six écrivains et une épopée (la Pucelle de Chapelain).

Illustration 5 : Clef de l’exemplaire du Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris (LDUT345)

Ces identifications concordent parfaitement avec la copie manuscrite des recueils Conrart (Arsenal 5418), où les mêmes noms apparaissent en toutes lettres dans le texte : l’auteur de la petite liste était donc très bien informé. Dans l’exemplaire de la BnF, une main ancienne a élucidé quatre de ces dix endroits, en inscrivant « Coletet » (deux fois), « Pucelle » et « Scuderi » ; d’autre part, les cinq pseudonymes n’y sont pas décryptés, et Ménage n’est nommé nulle part. De telles annotations manuscrites se rencontrent souvent dans les éditions du XVIIe siècle, surtout (comme ici) dans les vers où Boileau a choisi de ne mettre que l’initiale ou des points, laissant aux lecteurs le malin plaisir de prendre leur plume pour suppléer le nom de la victime. Mais je ne connais aucun autre cas d’une clé imprimée jointe aux satires de Boileau, alors que ce genre de liste accompagne par exemple de nombreuses éditions de l’Histoire amoureuse des Gaules de Bussy-Rabutin, autre best-seller satirique des années 1660.

Malheureusement, l’exemplaire Dutuit a été affublé au XIXe siècle d’une reliure de luxe (en maroquin bleu doublé de maroquin orange) réalisée par Niédrée, ce qui a altéré la structure originelle du volume et en complique l’analyse matérielle. La « clef » s’y trouve aujourd’hui sous la forme d’un tiers de feuillet in-octavo monté au milieu d’un autre feuillet in-octavo (voir Ill. 5). Le fragment de filigrane qu’on remarque sur sa partie gauche semble être la moitié inférieure d’une marque dont la moitié supérieure est visible sur la page de titre : les deux fragments réunis forment un grand filigrane du type « Pot fleuri », proche de Gaudriault 888 et 88911. Les morceaux de filigrane à l’intérieur du volume sont plus difficiles à déceler et nécessiteraient un nouvel examen, ainsi qu’une comparaison avec l’exemplaire de Harvard. De façon provisoire, je voudrais cependant conclure que la « clef » a été imprimée en même temps et dans le même atelier que la page de titre et pouvait bien faire partie intégrante de cette seconde édition du recueil.

Une nouvelle émission

La notice de Rahir dans le catalogue Dutuit indique plusieurs autres publications qui reproduisent les textes de l’édition subreptice, dont une parue « à Cologne » en 1667 et intitulée Recueil contenant plusieurs discours libres et moraux. Et quelques nouvelles en vers non encor imprimées12. À son sujet Rahir ajoute cette précision surprenante : « Ce volume est semblable jusqu’au milieu de la p. 25 au recueil de 1666, et l’impression est la même ».

Pour mieux comprendre cette phrase, il fallait d’abord repérer un exemplaire de l’édition de 1667. Celle-ci ne figure point dans la Bibliographie de Magne. Rahir signale dans sa notice (en 1899 donc) qu’« un exemplaire de ce livret fait partie de la collection de M. de Marchéville » – c’est-à-dire Louis de Marchéville, gendre du grand bibliophile Ernest Daguin mort en 1892. Cette collection fut mise aux enchères en 1904-5. En 1911, l’exemplaire Daguin du recueil de 1667 est cité dans la Bibliographie des œuvres de La Fontaine du comte de Rochambeau, car les « nouvelles en vers non encor imprimées » promises par le titre sont trois contes en effet inédits de Jean de La Fontaine13. Tout au long du XXe siècle, les spécialistes de La Fontaine connaissent l’existence de cette édition clandestine mais ne savent pas où la consulter, car « l’unique exemplaire connu est aujourd’hui perdu »14.

Une recherche dans le Catalogue collectif de France permet de découvrir la localisation actuelle de l’exemplaire Daguin, qui est conservé depuis 1962 à la Bibliothèque municipale de Versailles. Il fait partie du magnifique fonds légué par Jean et Henriette Lebaudy et est longuement décrit dans le catalogue imprimé de la collection15.

Revenons donc à l’affirmation de Rahir selon laquelle « l’impression est la même » en 1666 et 1667. Elle s’avère exacte pour les pages 1-24, c’est-à-dire les trois cahiers A-C : au lieu de recomposer le texte, la nouvelle publication intègre les feuilles déjà imprimées qui restaient du recueil de 1666. Ces feuilles appartiennent à la composition B, ce qui semble confirmer l’antériorité de A. Il s’agit donc, dans cette première partie du recueil de 1667, d’une nouvelle émission de la seconde édition du recueil subreptice de 166616.

La suite du recueil (cahiers D-I, p. 25-70) est nouvelle. Dans la partie supérieure de la page 25 (la fin de la satire adressée à Molière), le texte est identique au recueil de 1666 mais a été recomposé, ce qui a permis aussi de corriger « jamis » en « jamais ». Ensuite viennent deux nouvelles satires de Boileau, à savoir les Satires III et VI de l’édition originale parisienne, dont le texte est reproduit fort fidèlement (voir Ill. 6-7).

Illustrations 6-7 : À gauche : exemplaire de la Houghton Library, Harvard University (*FC6 B6364 666s). À droite : exemplaire de la © Bibliothèque municipale de Versailles (Lebaudy in-12 357)

La publication de 1667 ne contient plus l’essai de Saint-Évremond, cette « Prose fade et insipide » dénoncée par Boileau. Mais le reste du recueil était de nouveau apte à offenser le poète : les satires authentiques sont suivies de quatre « discours » anonymes additionnels, dont deux ouvertement hostiles à Boileau. Et le livre enchaîne avec ces contes gaillards de La Fontaine qui ne sont certes pas fades et insipides, mais licencieux voire sulfureux (les textes seront atténués pour la publication officielle). C’est ainsi que le recueil pirate de 1666 a engendré un nouvel avatar plus ample et encore plus « monstrueux ».

Une sphère révélatrice ?

Si l’analyse qui précède est juste, les deux éditions du recueil de 1666 et le recueil de 1667 sortent tous des mêmes presses – mais desquelles ? Ce sont certainement des productions françaises, et non pas hollandaises ou allemandes. Le recueil de 1666 se présente sous un aspect tout sobre, dépourvu du moindre ornement gravé (fleuron ou lettre grise) qui pourrait trahir l’atelier. Comme on a vu, Édouard Rahir l’attribuait, sans donner de raisons, à Jean Cavelier. Celui-ci est « l’imprimeur caennais le plus prolifique de la fin du XVIIe siècle »17 : actif de 1654 à 1701, imprimeur du Roi et de l’université de Caen, il publie de nombreux livres officiels et religieux ainsi que beaucoup de recueils de poésie. Quant à l’édition de 1667, elle offre un seul ornement, à savoir une sphère armillaire sur la page de titre (voir Ill. 8). La notice de Rahir la présente ainsi : « Le titre de ce volume porte une sphère copiée sur celle des Elzevier, mais qui appartient à une officine française ». Le catalogue de la vente Daguin de son côté propose, sans grande conviction, une origine champenoise : « À Cologne, à La Sphère (Reims ?) ».

Illustration 8 : exemplaire de la © Bibliothèque municipale de Versailles (Lebaudy in-12 357)

Rappelons que quelques années avant le catalogue de la collection Dutuit, Rahir avait rédigé le Catalogue d’une collection unique de volumes imprimés par les Elzevier et divers typographes hollandais du XVIIe siècle18. Le livre comprend un inventaire commenté de « faux Elzeviers » (imprimés à Bruxelles, Grenoble, Rouen etc.) ainsi qu’un annexe illustré répertoriant les fleurons et marques employés par les différentes officines. Les remarques de Rahir sur ces recueils clandestins découlent donc d’une grande expérience bibliographique ; le présent billet lui doit beaucoup. Mais ses affirmations ne sont certes pas infaillibles, et des enquêtes plus poussées sont susceptibles de les confirmer ou infirmer. Pour résoudre cette petite énigme, il faudrait sans doute analyser la production caennaise des années 1660, et examiner d’autres livres qui arborent exactement la même sphère pseudo-elzévirienne que l’édition de 1667. Pour l’instant je n’en ai vu qu’un, une Relation de Madrid publiée « à Cologne » en 1665.

Quel que soit leur lieu de naissance, les recueils pirates de 1666-7 sont des livres qui méritent d’être recherchés et étudiés de près. Devenues rarissimes, ces plaquettes modestes sont des témoins essentiels permettant de mieux comprendre aussi bien la genèse des premières satires de Boileau que l’histoire de leur publication et diffusion.

 

Volker Schröder

Princeton University

  1. Émile Magne, Bibliographie générale des œuvres de Nicolas Boileau-Despréaux et de Gilles et Jacques Boileau suivie des Luttes de Boileau, Paris, Librairie Giraud-Badin, 1929. []
  2. Satires du Sieur D***, Paris, Claude Barbin, 1666. []
  3. Œuvres de Mr Boileau Despréaux, éd. Claude Brossette, Genève, Fabri et Barrillot, 1716, t. II, p. 357. []
  4. Œuvres de Boileau, éd. Jacques Berriat-Saint-Prix, Paris, Langlois et Delaunay, 1830, t. I, p. cxxxiii (ce tome est daté 1830 mais ne parut qu’en mars 1834). []
  5. Jules Le Petit, Bibliographie des principales éditions originales d’écrivains français du XVe au XVIIIe siècle, Paris, Maison Quantin, 1888, p. 386-388. Les mêmes fac-similés sont inclus dans Avenir Tchemerzine, Bibliographie d’éditions originales et rares d’auteurs français, t. II, Paris, Plée, 1928, p. 254. []
  6. D’Eylac (Anatole de Claye), La Bibliophilie en 1893, Paris, Librairie A. Rouquette, 1894, p. 1-8. []
  7. Édouard Rahir, La Collection Dutuit : livres et manuscrits, Paris, Librairie Damascène Morgand, 1899, p. 133. []
  8. Pour l’édition critique des textes et l’étude des variantes, voir Antoine Adam,Les Premières Satires de Boileau, Lille, Bureaux de la Revue d’histoire de la philosophie, 1941. De ce qu’il appelle le « Recueil dit de Rouen », Adam cite et utilise uniquement l’exemplaire de la BnF. []
  9. Bibliographie générale, ouvr. cité, t. I, p. 19. []
  10. Un cinquième exemplaire, relié en maroquin bleu par Lortic, figurait en 1905 dans la vente Daguin et fut acheté par Rahir pour 905 francs (Catalogue de beaux livres rares et précieux anciens et modernes ayant appartenu à Mr E. Daguin, 3e partie : Écrivains français du XIIe au XVIIIe siècle, Paris, Durel, 1905, p. 95, lot 958). []
  11. Raymond Gaudriault, Filigranes et autres caractéristiques des papiers fabriqués en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, CNRS Éditions et J. Telford, 1995, p. 148 et planche 98. Les numéros 888 et 889 sont datés 1667 et 1668, et la marque est décrite comme typiquement normande. []
  12. Il ne faut pas confondre cette publication avec le Recueil de quelques pièces nouvelles et galantes (« Cologne, Pierre du Marteau » – en réalité Amsterdam, Daniel Elzevier), dont la seconde partie, parue en 1667, contient les mêmes satires de Boileau que l’édition « monstrueuse », mais avec des variantes importantes. []
  13. René de Rochambeau, Bibliographie des œuvres de La Fontaine, Paris, Rouquette, 1911, p. 505. []
  14. La Fontaine, Œuvres complètes, t. I, éd. Jean-Pierre Collinet, Paris, Gallimard, 1991, p. 1408. []
  15. Bibliothèque Lebaudy: XVIIe siècle, Paris, s.n., 1962, t. III, p. 124-125. []
  16. Le catalogue de la vente Daguin signale que les pages 3-6 manquaient et ont été « refaites de façon à tromper l’œil le plus exercé » (Catalogue de beaux livres, ouvr. cité, p. 63, lot 831). L’examen de ces pages montre que c’est l’exemplaire Claye du recueil de 1666 (aujourd’hui à Harvard mais autrefois en France) qui a servi comme original pour cette opération. []
  17. Alain-René Girard, Ian Maxted et Jean-Dominique Mellot, Dictionnaire des imprimeurs, libraires et gens du livre en Basse-Normandie 1701-1789, Genève, Droz, 2020, p. 195. []
  18. Édouard Rahir, Catalogue d’une collection unique de volumes imprimés par les Elzevier et divers typographes hollandais du XVIIe siècle, Paris, Librairie Damascène Morgand, 1896. []

Stratégies auctoriales et éditoriales de destination large : de la fiction narrative aux XVe et XVIe siècles à la Bibliothèque bleue de Normandie (XVIIe-XIXe siècles)

Le début du mois de juin 2019 a été une période particulièrement riche en événements pour la ville de Caen. Dans le cadre des commémorations du 75e anniversaire du Débarquement et de la Libération de la Normandie, de nombreuses cérémonies et manifestations culturelles se sont déroulées dans la ville normande.

D’autres événements se sont pourtant rapportés à un passé un peu plus lointain : du 5 au 7 juin a eu lieu à la Maison de la Recherche en Sciences Humaines (MRSH) un colloque international consacré aux stratégies de destination large de la fiction narrative aux XVe et XVIe siècles, organisé par Pascale Mounier et Hélène Rabaey, suivi par une série de conférences autour de l’exposition Dans les pas du colporteur ; la Bibliothèque bleue de Normandie (Bibliothèque Alexis de Tocqueville, du 7 juin au 22 septembre 2019), mise en place par Pascale Mounier et Sophie Biard (conservatrice responsable du patrimoine, Bibl. de Caen). Conçus à l’origine comme deux projets indépendants, liés presque uniquement par la personne de Pascale Mounier, co-initiatrice et co-organisatrice de l’une et de l’autre de ces manifestations, le colloque et la série de conférences autour de la Bibliothèque bleue normande se sont en fait enchaînés de façon tout à fait naturelle : les stratégies des éditeurs de la Bibliothèque bleue de Normandie présentent pas mal de parallèles avec celles des éditeurs du XVIe siècle mises en lumière pendant le colloque. En outre, la question du public visé était au cœur de chacune des deux rencontres.

Quelques changements de programme de la dernière minute : Christine de Buzon, Magalin Jeannin et Nancy Oddo n’ont pu venir. Hélène Rabaey a donné une communication intitulée Les presses lyonnaises à la conquête d’un lectorat large : les éditions de Jean Louveau et Georges de la Bouthière de l’Âne d’or d’Apulée.

 

Publics ciblés et lecteurs réels

Au-delà de l’usage de l’imprimé (par opposition au manuscrit) et du choix de la langue vulgaire (par opposition au latin), quelles sont les modalités de préparation de textes et de livres employées aux XVe et XVIe siècles par des auteurs et des éditeurs d’œuvres de fiction narrative aspirant à atteindre un public élargi ? Telle est la question sous-tendant les communications et les échanges qui ont animé le colloque Les stratégies de destination large de la fiction narrative. Il s’agissait d’adopter une approche relevant de la littérature et de l’histoire du livre plutôt que de celui de l’histoire de la lecture et des collectionneurs, c’est-à-dire que l’on s’est intéressé à l’étude de la réception programmée et du « lecteur implicite » ou « lecteur idéal » et non pas à celle de la réception effective par des lecteurs réels. Les éléments mis au profit pour trouver des indices sur le lectorat ciblé et les projets de destination large étaient de plusieurs ordres :

  1. Le métadiscours produit par l’auteur, traducteur, adaptateur ou éditeur qui peut fournir des indices sur le lectorat ciblé et révéler des projets de destination large.

  2. Les marques génériques ou sous-génériques des textes.

  3. Les particularités linguistiques des œuvres.

  4. La matérialité des livres : mise en page, découpage du texte en chapitres, format bibliographique, qualité du papier, illustrations etc.

Ellen Delvallée a fourni un exemple de signaux métadiscursifs qui indiquent un projet auctorial d’élargissement de public, dans sa communication sur les Épîtres de l’amant vert du poète médiéval Jean Lemaire de Belges. Ces deux poèmes, composés en 1505, mettent en scène le perroquet favori de Marguerite d’Autriche, la protectrice du poète. Dans le premier, le perroquet, qui avait été dévoré par un chien, raconte que l’indifférence de sa maîtresse à son égard l’avait poussé à se suicider en se jetant entre les mâchoires du chien. La deuxième épître contient une relation amusante de l’entrée du perroquet dans l’autre monde.

Si le premier poème, plein de de références biographiques précises, circulait sous forme manuscrite dans un cercle restreint de lecteurs initiés, le deuxième, né du succès du premier, contenait peu d’allusions spécifiques et visait déjà un public un peu plus large. C’est cependant la version imprimée de ces poèmes, publiée en 1511, qui témoigne le plus manifestement d’une stratégie d’atteindre un public élargi. Intégrés dans un ouvrage destiné à un public d’amateurs d’histoire, Les illustrations de Gaule et singularités de Troye […], à un moment où l’auteur avait quitté son ancienne protectrice pour passer à la cour de France, leur lien direct avec l’entourage de Marguerite d’Autriche n’y est plus évident. Les épîtres sont toujours adressées à « Madame Marguerite Auguste » et leur premier sens reste intact, mais en les faisant précéder par une lettre à Jean Perréal, peintre du Roi qui pouvait recommander l’œuvre à l’attention de la reine Anne de Bretagne et en opérant de légères changements textuels, Lemaire de Belges les a dotés d’un sens nouveau et plus général : Anne de Bretagne se superpose à Marguerite d’Autriche. Cette union de dames appartenant l’une à la cour de Bourgogne et l’autre à la cour de France se conjuguait en outre parfaitement avec le message politique conciliateur des Illustrations.

Jean Lemaire de Belges, Les illustrations de Gaule et singularitez de Troye […] Paris, Geoffroy de Marnef, 1512. (BnF ES4-LA2-4 (ALPHA,1))

Les « dames » et « demoiselles » nobles sont régulièrement évoquées comme destinataires dans les paratextes d’œuvres de fiction d’auteurs et éditeurs désirant atteindre un large public (communications d’entre autres Véronique Duché et Helwi Blom). Comme l’a rappelé à juste titre Jean-Claude Arnould, il y a lieu de se méfier de ce genre de remarques, surtout quand elles ne sont pas spécifiées. Elles peuvent bien être le résultat d’une sorte de jeu de codes littéraires qui cachent le fait que l’on visait bien (toujours) un lectorat masculin. Un décalage similaire entre différents types de lecteurs et de lectures programmés et visés apparaît parfois dans les éditions des romans issus des chansons de gestes et romans médiévaux (communications de Maria Colombo-Timelli, Fanny Maillet et Gaëlle Burg). Si les références aux « nobles » et « princes » dans certains prologues d’éditions présentant les caractéristiques d’une large diffusion semblent trahir un choix délibéré de masquer le fait qu’il s’agit d’un projet de vulgarisation, elles semblent dans d’autres cas relever plutôt d’une négligence de la part d’éditeurs peu soucieux d’adapter les éléments paratextuels des versions médiévales aux réalités du public qu’ils visaient eux-mêmes. La voix de l’auteur médiéval se dédouble alors de celle de l’éditeur de livres destinés au plus grand nombre du XVIe siècle.

Adresses aux dames dans Diego de San Pedro, Petit traité, de Arnalte et Lucenda, traduit par Nicolas de Herberay. Lyon, Veuve Gabriel Cotier, 1570 (Lyon, B.M., FC042) et dans Le quatriesme livre de Primaleon de Grece, filz de Palmerin d’Olive, empereur de Constantinople […]. Lyon, Benoît Rigaud, 1583 (Gallica).

Ce phénomène de l’inscription de publics et de modes de lecture différents dans un seul et même ouvrage s’est avéré bien répandu au XVIe siècle. Pascale Mounier a par exemple démontré que bien que la lecture en apparence préconisée par l’auteur du curieux roman d’Alector soit une lecture humaniste et poussée, le roman met également en place des dispositifs d’une lecture partielle (excuse de l’étrangeté de l’œuvre par l’auteur, structure décousue, variété) permettant au lecteur moins cultivé de ne s’arrêter qu’aux éléments qui lui plaisent. « Mobilité et tensions entre lectorats idéaux différents », « facilitation de modes de lecture divers », « malléabilité de la persona de l’auteur », « stratégies de destination d’attrape-tout » : autant d’expressions que l’on peut utiliser pour résumer les conclusions de plusieurs autres intervenants à propos de textes relevant de genres narratifs de différentes natures (Scott Francis, Bernd Renner, Nora Viet, Thibault Catel, Grégoire Holz).

 

Le rôle des éditeurs commerciaux

À partir du cas de l’Âne d’or d’Apulée Hélène Rabaey a par contre mis en évidence un procédé selon lequel traducteurs et éditeurs de textes créaient des versions bien distinctes en vue de lectorats et modes de réception variés. Les traductions de Jean Louveau et de George de la Bouthière, publiées toutes les deux en 1553, diffèrent sensiblement, tant au niveau du texte qu’au niveau de leur mise en livre. Celle de la Bouthière reproduit par exemple la division habituelle du texte en 11 livres tout en l’illustrant d’un ensemble de 64 bois gravés de qualité soignée, tandis que Louveau offre un texte divisé en 83 chapitres et pourvu d’une table de matières, qui aide le lecteur à s’orienter dans le texte et à sélectionner des morceaux qu’il aimerait lire. L’édition de la traduction de Louveau ne compte cependant que 48 gravures de peu de qualité. C’est bien cette édition, moins chère et plus accessible au lecteur, qui a connu le plus de réimpressions.

Luc. Apulée de Lasne doré : contenant onze livres, trad. en françois par Jean Louveau d’Orléans. Lyon, Jean Temporal, 1553 (Lyon, B.M., Rés. 801453) et Metamorphose, autrement L’Asne d’or de L. Apulee […]. Traduite […] par George de la Bouthiere Autunois. Lyon, Jean de Tournes & Guillaume Gazeau, 1553. (Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Res/A.lat.b. 41).

Dans sa communication sur la reprise de contes boccaciens dans des recueils de nouvelles français publiés au XVIe siècle, Anne Boutet a également insisté sur les différences entre des éditions qui jouent sur la complicité entre le compilateur et un public qui a déjà lu ces nouvelles dans d’autres recueils, et celles qui visent un lectorat renouvelé auquel on offre une trame narrative simplifiée et de points de repère précis. Quant aux éditeurs de « vieux romans »1, Sergio Cappello a évoqué les pratiques de Michel Le Noir, qui, lui aussi, menait une politique de diversification éditoriale en constituant des séries différentes.

Malgré la riche variété des œuvres et des approches choisies, les conclusions des participants au colloque ont presque toutes convergé sur l’idée que, tout au long de la période étudiée, de la première édition d’Olivier de Castille chez Garbin à Genève (Ana Pairet) aux imitations et réimpressions des « vieux romans » par Nicolas & Pierre Bonfons à Paris et Benoît Rigaud à Lyon (Francesco Montorsi et Helwi Blom), auteurs, traducteurs et éditeurs d’œuvres de fiction ont fait preuve d’une remarquable créativité sur le plan de l’invention de stratégies de destination (plus) large, tout en restant attentifs aux goûts de lectorats ciblés.

 

Une demi-journée d’étude sur la Bibliothèque Bleue normande

La dernière séance du colloque, composée entièrement sur des textes appartenant au corpus des « vieux romans » vulgarisés par des éditeurs soucieux de produire des livrets bon marché accessibles au plus grand nombre, a en quelque sorte préludé à la demi-journée d’étude sur la Bibliothèque bleue de Normandie qui a eu lieu par la suite. La série de conférences du vendredi après-midi a permis de reprendre certaines des questions sur les pratiques de vulgarisation des éditeurs du XVIe siècle finissant ainsi que sur la matérialité et les modes de diffusion de leurs éditions soulevées lors du colloque.

Malcolm Walsby

Sans entrer de façon explicite dans la discussion sur la question de la définition du phénomène de la Bibliothèque bleue, problématique qui est intimement liée à celle de ses origines et de son évolution2, le premier intervenant, Malcolm Walsby (Université de Rennes), a présenté au public une analyse de la composition et de l’évolution du marché du livre français du XVIe siècle très éclairante à cet égard. Si avant les dernières décennies du XVIe siècle, les gens du livre normands se sont surtout occupés de la vente de livres imprimés ailleurs et de quelques impressions d’intérêt local (livres religieux, livres scolaires, actes et ordonnances), c’est qu’ils devaient faire face à la concurrence des éditeurs parisiens qui dominaient la production imprimée française. Ce sont les guerres de la Ligue à l’extrême fin du XVIe siècle qui ont provoqué un changement radical dans le paysage éditorial : elles ont causé des problèmes de transport de papier et de livres qui ont gravement affecté le marché du livre et notamment le marché parisien. Les éditeurs provinciaux ont su tirer profit de la situation. Faisant de nécessité vertu, ils ont commencé à imprimer au plus bas coût des textes que l’on faisait autrefois venir d’ailleurs et auxquels on n’avait maintenant plus accès. D’après Malcolm Walsby, ces livrets imprimés avec peu de soin (caractères usés, papier de mauvaise qualité, bois gravés rudimentaires) – mais avec beaucoup de succès – pour le compte des éditeurs provinciaux, ont constitué les fondements de la Bibliothèque bleue.

Les archives extrêmement riches et variées de la maison Chalopin à Caen conservées aux Archives du Calvados et à la Bibliothèque de Caen (entre autres un livre de copie-lettres tenu entre 1774 et 1789) présentées par Mathilde Le Roc’h Morgère (Archives départementales de l’Isère) ont ensuite servi de base à une discussion stimulante de la politique éditoriale des Chalopin.3 Procédant de façon très prudente afin d’éviter des problèmes d’écoulement, ceux-ci ont réussi à bien développer leur commerce de « livres bleus » pendant les dernières décennies du XVIIIe siècle. La suggestion de Mathilde Roc’h Morgère que le dernier représentant de la Maison, Pierre Théodore Chalopin (mort en 1832), aurait eu l’ambition de transformer le fonds en y insérant des œuvres plus prestigieuses était particulièrement intéressante, vu le fait qu’un trajet pareil nous rappelle ceux des Bonfons à Paris, des Rigaud à Lyon et des Costé à Rouen.

État des stocks de la Maison Chalopin 1788-1825 (Caen, B.M., Ms. in-fol. 386)

Les pièces d’archives sur le Chalopin ne sont pas seulement une mine d’or pour ceux qui s’intéressent à la politique éditoriale et les relations commerciales des Chalopin, elles mettent également en lumière le caractère fragmentaire de nos connaissances bibliographiques dans le domaine des impressions « populaires » de l’époque moderne. Qui dit « livres à destination large » et « Bibliothèque bleue », dit en effet « livres perdus » et « pénurie bibliographique ». C’est ce que les trois derniers intervenants n’ont pas manqué de souligner à plusieurs reprises.

Marie-Dominique Leclerc (Université de Reims-Champagne) a évoqué ce problème dans le contexte d’une étude comparative des pratiques des éditeurs de la Bibliothèque bleue de Troyes d’un côté et de celles des éditeurs normands de « livres bleus » de l’autre. S’appuyant surtout sur des catalogues de fonds, elle a tracé des lignes de convergence et de séparation entre la production « bleue » des deux centres pour s’arrêter ensuite au fait que les relations entre les éditeurs troyens et leurs confrères normands n’ont apparemment pas uniquement été marquées une volonté de concurrence, mais aussi par des initiatives de collaboration.

Éditions rouennaise et troyenne du Purgatoire de S. Patrice (Troyes, B.M., Bbl 1325 et Bbl 456)

Il s’agit ici d’un travail pionnier qui ouvre des perspectives nouvelles pour la recherche dans ce domaine et qui montre en même temps qu’il nous reste bon nombre « zones d’ombre » et de vieilles énigmes, comme par exemple celle des fausses adresses/adresses fantaisistes employées aussi bien à Troyes qu’en Normandie. Le travail reste encore à faire pour identifier les imprimeurs de ces livrets, voire à comprendre pourquoi ils ont eu recours à des stratégies pareilles pour produire des livres tout à fait innocents et faisant partie du domaine public.

Exemplaire (Troyes, B.M., Bbl 1940) d’une édition du conte de Mme d’Aulnoy attribuée par Alfred Morin aux Garnier de Troyes, mais que René Hélot identifie comme pouvant venir des presses des Chalopin de Caen.4

C’est précisément le défi bibliographique que posent les « livres bleus » et notamment la Bibliothèque bleue normande, moins connue et moins étudiée que celle de Troyes, qu’ont voulu relever les deux dernières intervenantes, Pascale Mounier (Université de Caen) et Helwi Blom (Université Radboud de Nimègue). En prenant le relais des collectionneurs et érudits des XIXe et XXe siècles qui se sont intéressés aux « livrets bleus » normands, elles ont entrepris d’établir un inventaire analytique des œuvres de fiction narrative publiées par les éditeurs de la Bibliothèque bleue normande entre 1680 et 1830 environ. Pascale Mounier s’est concentrée sur la production romanesque, Helwi Blom sur le reste du répertoire narratif.

L’étude du corpus narratif a grandement été facilitée par les préparations de l’exposition et de la demi-journée d’étude qu’ont menées Pascale Mounier et Sophie Biard, conservatrice responsable du patrimoine de la Bibliothèque de Caen. Dans ce cadre, elles ont fait l’inventaire des « livres bleus » conservés à la Bibliothèque Alexis de Tocqueville ; les ouvrages en question ont par la suite été numérisés et rendus accessibles sur le site Web de la bibliothèque de Caen. Bien qu’il s’agisse d’un travail de longue haleine qui est loin d’être complété – si tant est qu’une telle idée soit envisageable – quelques grandes lignes se dégagent déjà des résultats présentés. Par exemple, concernant les romans, la majeure partie du corpus normand inventorié (21 titres, 118 éditions, 4 lieux d’édition différentes : Rouen, Caen, Falaise, Évreux) consiste en « vieux romans » qui circulaient depuis des siècles déjà. Cependant, de temps en temps, on voit apparaître aussi des titres plus modernes et parfois d’origine étrangère (Robinson Crusoe, Fortunatus, Les Aventures de Monsieur Têtu et de Miss Patience), dont certains ne faisaient pas partie de la Bibliothèque bleue troyenne. Si la partie non romanesque du corpus narratif (109 titres en 260 éditions publiées dans les mêmes 4 centres éditoriaux) comprend également quelques succès de longue date, elle semble se caractériser plutôt par une prédilection pour des textes brefs et relativement récents, choisis de préférence dans des recueils collectifs de contes et nouvelles. Pour cette partie du corpus, le poids de l’apport « local » dans la constitution d’un ensemble de textes édités sous couverture bleu s’avère avoir été plus important que pour la partie romanesque.

Cliché présentation Helwi Blom

L’exploration du fonds de la Bibliothèque bleue de Normandie et l’étude des pratiques de ses éditeurs sera poursuivie lors d’une deuxième journée d’étude qui aura lieu le 22 novembre à Rouen. On prévoit aussi de publier des articles issus des communications présentées à l’occasion de ces deux rencontres.

 

Une exposition ludique et immersive

La demi-journée s’est terminée par une visite guidée de l’exposition Dans les pas du colporteur ; la Bibliothèque bleue normande (Bibl. Alexis de Tocqueville, jusqu’au 22 novembre 2019) dont elle formait en quelque sorte une inauguration inofficielle. Sophie Biard, conservatrice responsable du patrimoine de la Bibliothèque Alexis de Tocqueville en a assuré le commissariat de l’exposition avec l’aide de bon nombre de collègues de son équipe ainsi que de différents services de la Bibliothèque.

Il s’agit d’une nouvelle conception de l’originale exposition La Bibliothèque bleue dans la Cité ; un réseau nom@de entre le 17e et le 19e siècle, dont on a repris l’idée centrale de présenter livres et objets dans le contexte d’une rue de ville où s’alignent boutiques, ateliers, maisons et autres espaces (église, école etc.).

Les structures et la plupart des panneaux de fond proviennent de l’exposition réalisée à la médiathèque de Troyes en 2017, mais on a revu l’ordre et la disposition des cellules, refait tous les côtés et deux fonds (le pèlerinage et le colporteur avec la carte de France) en utilisant des visuels issus principalement des fonds de la Bibliothèque de Caen et concernant la Normandie : manuscrits, livres imprimés, feuilles volantes, cartes, objets etc.

L’exposition offre au visiteur un panorama très riche des activités des gens de livres normands qui s’occupaient de la production et de la distribution des « livrets bleus », ainsi que des sujets traités dans ces livrets et de leurs usages potentiels. On note bien la présence non négligeable de titres ayant un lien direct avec la région : la Vie de Guillaume le Conquérant, la Vie de Jeanne d’Arc, le Voyage de La Bouille.

Parmi les nombreux trésors à admirer se trouve un exemplaire d’une rare et très belle édition caennaise du roman de Fierabras que la Bibliothèque a acquis tout récemment. On ne connaît qu’un seul autre exemplaire de cette édition illustrée (Paris, BnF, RES P-Y2-323). Elle a vu le jour par les soins de Gabriel Granderye ou Granderie, qui a été en activité entre 1636 et 1667 environ. À l’époque de la publication du roman de Fierabras, il demeurait « en la deuxième maison du carrefour de Froide rue, à l’enseigne de l’Imprimerie ».

La Conqueste du grand roy Charlemagne, des Espagnes (le roman de Fierabras). Caen, Gabriel Granderye, s.d. (Caen, B.M., Rés. A3063)

Dans les prochaines semaines seront développés des opérations de médiation en direction des enfants avec des livrets-jeux pour les 3-6 ans, 6-8 ans et ados-adultes, des séances de jeux pendant l’été, des visites commentées et ateliers de fabrication de livres à la mode de la Bibliothèque bleue en septembre pendant les journées du patrimoine (21-22 septembre).

Il existe une page dédiée à l’exposition où l’on retrouvera facilement les information pratiques nécessaires ainsi que les actualités du programme.

 

Helwi Blom

Université Radboud de Nimègue

1 Sur les problèmes génériques et terminologiques concernant l’évocation des avatars de la littérature médiévale « d’armes et d’amours », voir Françoise Vielliard, « Qu’est-ce que le roman de chevalerie ? Préhistoire et histoire d’une formule », dans Isabelle Diu, Élisabeth Parinet et François Vielliard (dir.), Mémoire des chevaliers. Édition, diffusion et réception des romans de chevalerie du XVIIe au XXe siècle, Paris, École des chartes, 2007, p. 11-33, et Helwi Blom, « Roman de Chevalerie », Dictionnaire encyclopédique du livre, sous la direction de Pascal Fouché, Daniel Péchoin, et Philippe Schuwer, t. III, Paris, Editions du Cercle de la librairie, 2011.

2 La Bibliothèque bleue est généralement définie comme une formule éditoriale visant à réimprimer à peu de frais des titres à succès. Les « livres bleus », destinés à une large diffusion, se seraient distingués du reste de la production imprimée par leur médiocre qualité, leur couverture de papier bleu et leur bas prix. On fait remonter les débuts du phénomène au début du XVIIe siècle, plus précisément à l’activité de l’éditeur troyen Nicolas [I] Oudot (c. 1600-1636). Cf. Roger Chartier, « Bibliothèque bleue », Dictionnaire encyclopédique du livre, sous la direction de Pascal Fouché, Daniel Péchoin, et Philippe Schuwer, t. I, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2002.

3 Mathilde Le Roc’h Morgère a consacré une thèse aux stratégies éditoriales des Chalopin : Devenir imprimeur-libraire en Basse-Normandie au XVIIIe siècle ; Les stratégies de la maison Chalopin (École des chartes, 2013). Cf. http://theses.enc.sorbonne.fr/2013/le-roch-morgere.

4 Cf. Alfred Morin, Catalogue descriptif de la Bibliothèque bleue de Troyes (almanachs exclus), Genève, Droz, 1974, no 790, et René Hélot, La Bibliothèque Bleue en Normandie, Rouen, Lainé, 1928, no 164.