Entretien avec… Jean-Marie Gueullette, frère dominicain du couvent du Saint-Nom-de-Jésus

2 novembre 1789. Sur une proposition de Talleyrand, l’Assemblée nationale décrète :

« Que tous les biens ecclésiastiques sont à la disposition de la nation, à la charge de pourvoir, d’une manière convenable, aux frais du culte, à l’entretien de ses ministres, et au soulagement des pauvres, sous la surveillance et d’après les instructions des provinces1 ».

Deux cents ans plus tard, la bibliothèque municipale de Lyon possède une majeure partie des collections patrimoniales du couvent de Lyon, appelé Notre Dame de Confort sous l’Ancien Régime. A l’occasion d’un colloque autour des recueils factices à l’Enssib, les frèresn dominicains du couvent m’ont donné l’opportunité de découvrir la collection de leurs fonds anciens reconstitués. C’est le frère Jean-Marie Gueullette, professeur de théologie morale à l’université catholique de Lyon, qui est en charge de l’administration de la bibliothèque et nous a ouvert les portes de cette collection privée.

Illustration 1 : Le cloître du couvent du Saint-Nom-de-Jésus.

L’histoire du couvent

La communauté dominicaine de Lyon, comme sa bibliothèque, connaît une histoire mouvementée. Les frères se sont installés en ville en 1218 et bâtissent leur premier couvent sur la place des Jacobins, appelée ainsi en référence au couvent Saint-Jacques de Paris, un des plus grands couvents dominicains qui donne son nom à la communauté dominicaine jusqu’au XIXe siècle. Cette place a également été occupée par les ateliers d’imprimeurs libraires avec lesquels les frères dominicains entretenaient des liens étroits, bien qu’aucun livre des fonds anciens du couvent ne puissent en témoigner directement.

Durant les guerres de religion le baron des Adrets, fervent protestant, occupe le couvent et met le feu à la bibliothèque. Il crée en outre un passage entre la place des Jacobins et l’actuelle place Bellecour pour entraîner ses troupes, appelé alors rue Saint-Dominique et rebaptisé aujourd’hui rue Émile Zola. À la révolution le couvent des Jacobins est occupé par les révolutionnaires puis rasé et, en vertu du décret susmentionné, les collections sont déplacées à la bibliothèque municipale de Lyon.

Après que le père Lacordaire fonde à nouveau l’Ordre des Dominicains en 1841, les frères dominicains cherchent un emplacement où construire leur nouveau couvent. Ils fondent le couvent du Saint-Nom-de-Jésus en 1858 et l’achèvent en 1863. Une bibliothèque fournie étant indispensable dans tout couvent dominicain, les frères s’occupent de trouver des livres pour en reconstituer une.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

La bibliothèque du couvent et ses collections ont connu une histoire un peu chaotique, d’une part due aux guerres et à la révolution qui ont causé de nombreuses pertes matérielles, et d’autre part à cause d’une certaine négligence envers les livres anciens qui n’a cessé que lorsque je suis arrivé. 

Ainsi, certains livres ont été rachetés à des particuliers ou donnés au couvent du Saint-Nom de Jésus, tandis que d’autres sont issus des collections patrimoniales de la bibliothèque du couvent d’étude de la province dominicaine de Lyon (aujourd’hui la Tourette). Cette dernière en effet ne disposait pas des éléments nécessaires à la conservation de livres anciens.

Illustration 2 : Les rayonnages de la bibliothèque du couvent du Saint-Nom-de-Jésus.

Quelle place accordez-vous au livre ancien au sein de votre couvent ?

Les frères entretiennent un rapport aux livres anciens plus affectif que scientifique au couvent ; c’est avant tout une question de patrimoine. Il s’agit d’honorer une tradition en réunissant la collection que nous avons perdue et en l’enrichissant, notamment pour la formation de nos jeunes frères. Être dominicain, c’est entrer dans une longue tradition de l’étude, de l’écrit et de la lecture.

Il existe donc une part matérielle importante dans l’histoire des dominicains qui fait écho à l’histoire du livre : nous avons eu en effet la chance d’avoir retrouvé un livre qui porte l’ex-libris ante-révolutionnaire de la communauté dominicaine de Lyon. C’est le seul exemplaire qui nous est resté de tous ceux qui furent alors confisqués. Ce fut très émouvant de retrouver un livre qui fait partie de notre héritage spirituel et familial.

Bien sûr, ces livres servent ponctuellement à la formation théologique des frères, mais notre curiosité naturelle nous pousse à les considérer davantage comme étant une expérience du passé matérialisé. Nous nous interrogeons par exemple sur la présence d’une œuvre de saint Irénée traduite par Érasme au sein de ces murs, et qui semble avoir souffert d’une forme de censure puisque le nom de l’humaniste a été rayé. C’est un second exemplaire que nous possédons dans nos fonds qui m’a permis de connaître son identité. Quel usage nos prédécesseurs ont-ils donc bien pu en tirer ? Et pourquoi l’ont-ils conservé si sa publication était désapprouvée par la communauté catholique ? Il est possible pour des chercheurs de se procurer la traduction des œuvres d’Irénée sur internet, mais je crois que le livre en tant qu’objet nous renseigne bien plus sur la pensée des lecteurs modernes.

Illustration 3 : Tranche avec le titre et l’ancienne cote de l’ouvrage de St Irénée Opus eruditissimum in quinque libros digestum, Paris : Oudin Petit, 1563 (USTC 153450).

Quelles sont les particularités qui caractérisent votre fonds ancien ?

La thématique principale de notre fonds est évidemment religieuse, mais nous avons été surpris de constater son hétérogénéité. Comme nos prédécesseurs ont reconstitué les fonds à l’aide de rachats ou de dons, on trouve plus aisément les œuvres de grands auteurs spirituels classiques plutôt qu’une grande variété d’auteurs. Certains d’entre eux semblent d’ailleurs avoir joui d’une popularité importante avant de tomber dans l’oubli.

Dans le domaine spirituel, nous disposons de vingt-cinq étagères d’ouvrages jésuites dont la présence abondante, contre seulement deux étagères d’ouvrages issus de la tradition du Carmel, nous laisse perplexes. Nous sommes en effet davantage proches de la spiritualité carmélite que jésuite. J’ai été également surpris de découvrir les cartulaires de certains ordres religieux parmi nos collections, peut-être acquis ou donnés au couvent.

Il serait donc judicieux d’étudier les ex-libris de chaque ouvrage pour connaître leur possesseur et comprendre leur présence ici, car le couvent du Saint-Nom-de-Jésus n’a jamais été un lieu de recherches érudites.

Enfin, nous disposons d’une importante encyclopédie théologique composée en trois séries de cinquante volumes par Jacques-Paul Migne au XIXe siècle. Ce prêtre catholique, qui combinait également les fonctions de journaliste, imprimeur et éditeur, a amassé sans aucun sens critique tous les sujets étudiés à cette époque. Il les a ensuite réunis dans une encyclopédie où chaque volume correspond à un sujet d’étude. Ainsi les frères du couvent disposaient d’une bibliothèque culturelle qui leur conférait de solides connaissances de culture générale.

La présence de collections aussi précises dans une bibliothèque cléricale continue de nous interroger sur l’utilisation qu’en faisaient nos prédécesseurs. Bien que les fonds anciens soient avant tout un lieu de conservation de notre patrimoine, les frères les visitent fréquemment pour mener leurs recherches.

Appliquez-vous une politique de valorisation pour vos fonds patrimoniaux ?

Lors de certaines fêtes de l’Ordre, j’expose quelques livres anciens afin que les frères découvrent et comprennent leur héritage. C’est aussi un moyen de se faire connaître auprès des Lyonnais durant les journées du patrimoine. À l’occasion du 800e anniversaire de l’arrivée des frères dominicains à Lyon, je m’étais servi des fonds patrimoniaux pour illustrer la vie de la communauté au cours des siècles. Il s’est avéré que les frères ont développé des liens étroits avec les imprimeurs de Lyon, en achetant ou en publiant des livres spirituels.

Néanmoins, considérant tout le travail de classement et de catalogage qu’il me reste à faire, je ne peux malheureusement en dire plus et n’envisagerai pour le moment pas d’autres formes de valorisation. Le fonds ancien a été longtemps négligé et les livres rangés de façon hasardeuse : le temps dont je dispose entre mes différentes obligations est donc dédié à la redécouverte du fonds. À ce jour j’ai recensé et classé un quart des fonds patrimoniaux. Je procéderai ensuite au catalogage des livres dans Koha, en partenariat avec les couvents dominicains de Rennes et de Lille. Nous aimerions, en effet, que nos livres soient des documents d’étude communs, et pourquoi pas qu’un couvent mieux doté que les autres prennent en charge l’achat et l’entretien de certaines collections coûteuses ?

Pouvons-nous terminer la découverte de vos fonds en présentant quelques-uns de ses livres ?

En tant que frère du couvent, nous avons un trésor que j’affectionne particulièrement : il s’agit du seul ex-libris des frères du couvent datant d’avant la Révolution. C’est le seul document qui a été épargné de la politique de confiscation des biens du clergé en 1789, et c’est la raison pour laquelle il est précieux pour les frères : il est le témoin d’une activité intellectuelle intense chez la communauté sous l’Ancien Régime.

Illustration 4 : Ex-libris de l’ancienne bibliothèque du couvent.

Nous avons aussi deux autres livres que je trouve fascinants ! J’ai fait mention tout à l’heure d’une traduction des œuvres de saint Irénée par Érasme, imprimée à Cologne en 1563.

Illustration 5 : St Irenée, Opus eruditissimum in quinque libros digestum, Paris : Oudin Petit, 1563 (USTC 153450).

Sur la page de titre on peut observer que le nom de ce grand humaniste a été barré. Cette rature montre que la figure d’Érasme était très controversée chez les catholiques ; ses travaux étaient certes très appréciés mais ses opinions religieuses et ce qu’elles ont suscité dans le monde chrétien beaucoup moins. C’est donc la matérialité du livre et non son contenu ici qui nous apprend quelque chose sur l’histoire mouvementée de l’Église à cette époque. Je continue de m’interroger sur la raison de sa présence dans nos murs et sur l’utilisation qu’ont pu en faire nos prédécesseurs, puisque ce livre a été l’objet d’une forme de censure évidente.

Enfin, j’ai étudié en détail ce livre imprimé en 1553, les Institutions Spirituelles.

Illustration 6 : Jean Tauler, Piissimae tam de tempore quam de sanctis homiliae, Cologne : héritiers Johann Quentel, 1553 (USTC 626471).

Il a été imprimé à Cologne par Johannes Quentel ainsi qu’en témoigne la page de titre, mais également la tranche peinte en bleue, un artisanat essentiellement germanique. Il s’agit d’une compile de textes de la mystique rhénane attribués à Tauler. Ce dernier était le disciple du dominicain Maître Eckhart qui, en réalité, est le fondateur du mouvement spirituel de la mystique rhénane et a écrit ses Entretiens spirituels en 1290. Le mystique rhénane est un mouvement spirituel issu de l’école de pensée des dominicains de la vallée du Rhin2.

« C’est, de fait, une mystique originale, qui part d’une expérience de Dieu authentique, mais qui évoque peu cette expérience et qui propose un chemin de divinisation, par le concours du détachement et de la grâce. […] Or, ‘le développement de cette mystique spéculative en langue allemande serait issu de l’obligation imposée en 1267 par le pape Clément V à des religieux savants de l’Ordre des prêcheurs, d’exercer auprès des moniales un ministère de direction’. Ainsi étaient-ils amenés à transposer et à adapter leurs thèses. Ils partaient de l’expérience spirituelle des moniales et les amenaient, par une solide réflexion, aux plus hautes réalités de la vie spirituelle3. »

Selon Philippe Dollinger, la diffusion de cette mystique spéculative dans un cadre plus large a pu se faire notamment grâce à l’expansion de l’Ordre au sein des foyers urbains et à « un rapide accroissement de la population » qui y habitait4.

À ce jour les chercheurs sont réservés quant à l’authenticité de ce texte. Il contient en effet énormément d’ajouts sur la pénitence qui n’ont rien à voir avec la doctrine de maître Eckhart. Ils sont en effet tirés des réflexions de lecteurs plus tardifs dans le cadre d’un autre mouvement spirituel qu’est la Devotio Moderna. Paradoxalement, elles contribuèrent à faire connaître et apprécier la mystique rhénane. Ces ajouts sont notifiés dans le livre par de petites mains présentes tout au long de l’ouvrage : elles indiquent discrètement un changement de source.

Le texte est donc jugé comme n’étant pas assez fiable pour en connaître la forme originelle parce qu’il a connu de nombreux remaniements, adaptations et réécritures. Chaque ajout témoigne ainsi de références culturelles et spirituelles qui lui sont propres.

Illustration 7 : Manicules imprimées dans les marges de l’édition de Tauler.

Cet ouvrage a connu une longue diffusion outre Rhin à partir du XVIe siècle : le texte a été traduit du Moyen-Haut allemand au latin par les chartreux de Cologne et a connu trois traductions françaises entre 1587 et 16585. Le livre devait connaître un succès grandissant jusqu’au XIXe siècle et inspirer de nombreux philosophes tel que Hegel. Une carte postale écrite en 1910 et utilisée en tant que marque-page dans le volume montre qu’il était encore activement étudié au début du siècle dernier.

Illustration 8 : Carte postale insérée dans l’exemplaire d’USTC 626471 de la collection de la bibliothèque.

De nombreux trésors dorment dans les fonds de bibliothèques privées. Ceux du couvent du Saint-Nom-de-Jésus nous permettent d’en apprendre davantage sur la ville de Lyon et les liens qu’elle a établi avec la communauté dominicaine pendant 800 ans. Toute aide venant de spécialistes ou d’amateurs de livres pour étudier, classer ou cataloguer ses documents est la bienvenue. 

Propos recueillis par Isabelle Riquet
Ingénieure de recherche à l’ENSSIB

  1. Camus Armand Gaston. Décret du 2 novembre 1789 sur les biens ecclésiastiques. In: Archives Parlementaires de 1787 à 1860 – Première série (1787-1799) Tome IX – Du 16 septembre au 11 novembre 1789, Paris : Librairie Administrative P. Dupont, 1877. p. 649. []
  2. ERMR, Équipes de Recherches sur les Mystiques Rhénans, 2014, [En ligne] http://maitre.eckhart.free.fr/initium/ite.html (consulté le 04 janvier 2020). []
  3. Ibid. []
  4. Jean Séguy, « La mystique rhénane », Archives de sociologie des religions, n°16, 1963. pp. 187-188. []
  5. Jean-Marie Gueullette, Eckhart en France. La lecture des Institutions spirituelles attribuées à Tauler, 1548-1699, Grenoble : J. Millon, 2012. []

Entretien avec … Meghan Constantinou, bibliothécaire en chef de la bibliothèque du Grolier Club à New York City

Près de Central Park, dans une rue animée d’un des quartiers les plus chics de la ville de New York, the Upper East Side, il y a un oasis où le visiteur ébloui par les gratte-ciels ultramodernes peut se soustraire temporairement aux bruits de la ville pour admirer en toute tranquillité des expositions inspirées par tout ce que les arts du livre ont à nous offrir : le Grolier Club, au 47 East 60th Street.1

Illustration 1: L’entrée du Grolier Club au 47 East 60th Street

Le Grolier Club, la société bibliophilique la plus ancienne et la plus large de l’Amérique du Nord, a été fondé en 1884 par neuf hommes qui étaient d’avis que les arts de l’imprimerie et de la typographie dans l’Amérique contemporaine avaient besoin d’une réforme. Les membres fondateurs envisageaient un lieu de fraternité, où le livre pourrait être célébré par le biais de publications, d’expositions, d’activités de toutes sortes, ainsi que par la création d’une bibliothèque de recherche. La réunion qui mena à la création du Club fut initiée par Robert Hoe Jr. (1839-1909), collectionneur de livres et fabricant de presses à imprimer à New York. Ce personnage fut également le premier président du Club.

Le Grolier Club porte le nom du grand bibliophile français Jean Grolier (1489/90-1565), connu pour les reliures magnifiques qu’il avait commandées pour sa bibliothèque. Son ex-libris, “Io. Grolieri et Amicorum”, résume bien l’esprit de camaraderie et de générosité qui règne au sein du Club. À l’heure actuelle il y a  plus de 800 membres. Ce sont des hommes et femmes originaires des États-Unis, mais aussi de l’étranger.

Illustration 2: François Flameng, Jean Grolier dans la maison d’Alde Manutius, 1894. Huile sur toile, 73 x 81 pouces. (Collection Grolier Club).

Conformément à l’énoncé de mission qui vise à promouvoir « l’étude, la collection et l’appréciation des livres et des œuvres sur papier, leur art, leur histoire, leur production et leur commerce », la bibliothèque du Grolier Club collectionne, conserve et rend accessibles des documents consacrés à l’histoire et à l’art du livre. Les points forts de la collection comprennent la bibliographie, l’histoire de l’imprimerie et des procédés graphiques, les spécimens typographiques, de fins exemples historiques de l’art de l’imprimerie, la reliure, l’illustration et, en particulier, tout ce qui se rapporte à la collection des livres (rares) et au marché des livres anciens. La collection se compose d’environ 10 000 livres rares, 50 000 monographies, 10 000 estampes, des dessins et des photographies, 1 500 pieds (environ 450 mètres) linéaires d’archives et 200 000 catalogues de libraires et de ventes aux enchères (catégorie en pleine croissance !).2 Il s’agit surtout de livres venant de l’Amérique du Nord et d’Europe de l’Ouest, plus particulièrement la France et la Grande Bretagne. La plupart des  articles se trouvent dans le catalogue en ligne.

La charmante salle de lecture, inspirée de l’architecture des bibliothèques collégiales d’Oxford, a été conçue en 1917 par Bertram Grosvenor Goodhue, concepteur de livres et l’un des principaux architectes nord-américains. Au mois de septembre, j’ai eu le plaisir de travailler dans cette salle dans le cadre du projet MEDIATE (Measuring Englightenment Disseminating Ideas, Authors and Texts in Europe (1665-1830) et de m’y entretenir avec Meghan Constantinou, bibliothécaire en chef depuis 2011 et membre du Grolier Club depuis 2013. Ses intérêts de recherche personnels comprennent l’histoire des collections privées, la possession de livres par les femmes et les études de provenance.

Illustration 3: Meghan Constantinou, bibliothécaire en chef.

Quelle est la place du livre rare dans votre institution?

La collection de livres rares est au cœur de notre institution et de sa mission. Le Grolier Club a été fondé sur l’appréciation du livre en tant qu’objet matériel, et la majorité de nos membres sont des collectionneurs, des libraires de livres anciens et rares, des bibliothécaires de fonds anciens, ou des artistes du livre. Une partie importante de notre fonds consiste en livres uniques ou extrêmement rares. Avec l’avènement du livre électronique et des textes numérisés, notre engagement à préserver et à promouvoir le livre physique n’a fait que s’approfondir.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds?

Notre collection de livres rares a été constituée grâce à une série de dons importants de membres du Grolier Club. Elle est régulièrement élargie par le biais d’achats et de dons nouveaux. Plusieurs de nos plus importants spécimens de typographie ancienne, y compris une grande partie de nos quelque 50 incunables, ont été donnés en 1894 par David Wolfe Bruce, le propriétaire d’une fonderie typographique à New York City. Waters S. Davis et Lucius Wilmerding ont fait d’importants dons de catalogues de ventes aux enchères en français et en anglais dans les années 1930, ainsi que Lionel et Philip Robinson, en 1961. En 1957, nous avons reçu un legs monétaire d’un libraire de livres anciens de la ville de New York, Lathrop C. Harper, qui représente aujourd’hui une partie importante de la dotation de la bibliothèque. En 1997, nous avons reçu la collection de Sir Thomas Phillipps, rassemblée par le collectionneur et philanthrope Harrison Horblit. Sir Thomas Phillipps (1792-1872) était un important collectionneur anglais et un bibliomane notoire. Il avait amassé plus de 100 000 livres imprimés et manuscrits de son vivant. La collection Horblit comprend, entre autres, des centaines de catalogues de ventes aux enchères et de catalogues de libraires annotés ayant appartenu à Phillipps, ainsi qu’un exemplaire richement annoté du catalogue des manuscrits de sa bibliothèque privée (Catalogus librorum manuscriptorum in bibliotheca D. Thomae Phillipps, bart. A.D. 1837 [Middle Hill], 1837-[1871]).

Quelle en sont, selon vous, les particularités ?

Depuis le début des années 1920, la bibliothèque du Grolier Club collectionne des livres ayant un intérêt du point de vue de la collection de livres anciens et du marché du livre, y compris les catalogues de livres de tous genres – des inventaires manuscrits et imprimés de bibliothèques privées, des catalogues de libraires de livres anciens et des catalogues de ventes aux enchères. Nos fonds de catalogues de livres, couvrant une période allant du début du XVIIe siècle jusqu’à nos jours, se rangent actuellement parmi les collections les plus riches des États-Unis. Avec notre collection de documents provenant de bibliophiles, de bibliographes et de marchands de livres anciens importants, ils sont reconnus depuis longtemps comme une ressource importante et souvent unique pour les chercheurs. Au sein de la collection, les catalogues de ventes aux enchères français d’avant 1830 sont particulièrement bien représentés.

Illustration 4: Catalogue des livres de feu M. Maigret, capitoul de Toulouse (Paris, R. Davidts, 1752) : supplément manuscrit contenant des livres défendus vendus sous la table.

Nous nous distinguons également par notre engagement à cataloguer et à rendre accessible aux chercheurs nos documents sur l’industrie du livre. Nous sauvegardons et cataloguons tous les catalogues que nous recevons par la poste, en les ajoutant à la collection de référence. Nous faisons également des efforts concertés pour combler les lacunes, de sorte que nous avons des séries complètes ou presque complètes pour de nombreuses maisons importantes en Amérique du Nord et en Europe occidentale. Bon nombre de nos catalogues de vente anciens sont pourvus d’annotations donnant les prix et les noms des acheteurs, ce qui permet aux chercheurs d’étudier l’histoire du marché du livre et celle des pratiques de collection privée et institutionnelle.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

L’un de nos objets les plus fréquemment demandés est notre série « Lauderdale » composée de 71 catalogues de vente et de catalogues de libraires anglais datant des années 1674 à 1701 et ayant appartenu au comte de Lauderdale. Reliée en six volumes, cette collection contient presque un tiers des catalogues de vente connus de la période antérieure à 1689.  Elle a été assemblée par James Maitland, 8e comte de Lauderdale (1759-1839), collectionneur et homme politique écossais. Récemment, l’un des bénéficiaires de la bourse William H. Helfand a découvert avec plaisir un exemplaire de cette collection sur lequel le commissaire-priseur a marqué les noms des collèges d’Oxford qui ont acheté des articles à la vente, ainsi que les prix rapportés.

Illustration 5: Catalogue de vente annoté de la collection Lauderdale (Photo Yelda Nasifoglu).

L’inventaire manuscrit de la bibliothèque privée de Madame de Pompadour, dressé après sa mort par son bibliothécaire, constitue un autre élément remarquable. Ce catalogue est non seulement intéressant à cause de son contenu et du nom du possesseur de la collection, mais aussi à cause de l’histoire mouvementée du document lui-même. L’une des feuilles de garde porte le cachet de la 2e Division blindée française, et indique que le catalogue faisait partie de la collection personnelle d’Adolf Hitler, trouvée à Berchtesgaden le 4 mai 1945. Jusqu’à l’heure actuelle, nos efforts d’obtenir des informations sur le propriétaire à qui ce document a été volé pendant la guerre sont restés sans résultat.

Illustration 6 : Catalogue manuscrit de la bibliothèque de Madame de Pompadour, avec une estampille indiquant que ce livre a été retrouvé en mai 1945 dans la collection de Hitler à Berchtesgaden.

Les archives institutionnelles du Grolier Club renferment également de merveilleux trésors. L’un de mes objets préférés est le prospectus de la célèbre page titre conçue en 1933 par Bruce Rogers pour une édition d’un traité sur les proportions de Fra Luca de Pacioli (Divina proportione, 1509) qui a été réalisée aux frais du Grolier Club. Le prospectus montre qu’à l’origine, Rogers proposait une combinaison de majuscules et de minuscules pour la page de titre, mais il a finalement décidé de n’utiliser que des majuscules. Cette publication du Grolier Club est reconnue aujourd’hui comme l’un des plus beaux livres du XXe siècle.

Illustration 7: Prospectus et page de titre définitive de l’édition du livre Divina proportione de Fra Luca de Pacoli publiée en 1933 par le Grolier Club.

Enfin, je voudrais mentionner notre collection de fines reliures contemporaines. J’aime particulièrement une reliure sur mesure de Florent Rousseau, ornée d’exemples d’alphabets tirés des archives typographiques de l’Imprimerie Nationale de France. Cette reliure a été réalisée pour un exemplaire du catalogue imprimé à l’occasion d’une exposition consacrée aux trésors des archives de l’Imprimerie Nationale (Grolier Club, 06-12-2011 – 04-02-2012).

Illustration 8: Reliure d’un catalogue d’exposition reálisée par Florent Rousseau.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Nous encourageons fortement l’utilisation active de nos collections. Bien que le Grolier Club soit un club privé, notre bibliothèque est ouverte à tous les chercheurs qualifiés – membres et non-membres – sur un pied d’égalité. Les utilisateurs typiques sont les collectionneurs, les libraires de livres anciens, les universitaires et les étudiants diplômés. La bibliothèque offre en outre deux bourses de recherche par an (bourses William H. Helfand), qui permettent aux chercheurs de profiter de ses collections uniques.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous ciblons le grand public de plusieurs façons. J’accueille régulièrement des étudiants et d’autres groupes qui s’intéressent aux arts du livre. Ces groupes viennent à notre bibliothèque pour se familiariser avec l’histoire du livre et les arts graphiques par le biais de présentations et d’un enseignement pratique. J’ai donné des cours sur l’histoire des collections privée, la recherche des provenances et l’histoire de la typographie, pour n’en nommer que quelques-uns.  

Nous avons également réussi à promouvoir nos collections par voie électronique. Nous tenons à jour un blog de la bibliothèque du Grolier Club, où mon équipe et moi publions régulièrement des billets sur des objets intéressants de notre collection. Nous avons également une page Instagram active, qui compte actuellement plus de 2500 followers. La numérisation a été un autre outil précieux. Bien que nous ne disposions pas des ressources nécessaires pour numériser nos collections à grande échelle, nous avons pu numériser une collection de plus de 2000 ex-libris féminins, un petit groupe de cartes d’adresse, ainsi que notre revue, The Grolier Club Gazette, grâce au soutien du Metropolitan New York Library Council (METRO), une organisation régionale sans but lucratif.

Illustration 9: Carte d’adresse de Rapilly, libraire et marchand d’estampes.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

L’équité, la diversité et l’inclusion sont des enjeux majeurs pour notre profession. Les collections de livres rares des bibliothèques institutionnelles ont tendance à représenter de façon disproportionnée les expériences des groupes culturels dominants. Nous devons rester conscients du fait que les documents que nous choisissons de préserver et de collectionner dans nos institutions sont ceux qui sont les plus susceptibles d’alimenter l’historiographie des siècles à venir. Pour obtenir une perspective plus équilibrée, nous avons besoin d’employer un plus grand nombre de personnes venant de groupes historiquement sous-représentés. Il faudrait également diversifier nos collections.

Propos recueillis par Helwi Blom
Université Radboud de Nimègue

  1. je tiens à remercier vivement le Grolier Club de m’avoir accordé une bourse William H. Helfand pour mes recherches sur les catalogues de bibliothèques privées françaises de l’époque moderne. []
  2. La terminologie utilisé pour désigner les différent types de catalogues imprimés circulant aux XVIIe et XVIIIe siècles prête à confusion. Les projets bibliographiques et les études qui décrivent ces catalogues ou en analysent le contenus ont tendance à les ranger sous le nom générique de ‘catalogues de vente’ ou ‘auction catalogues’. En réalité, seulement une partie des catalogues en question a été rédigée à l’occasion d’une vente aux enchères. Encore faut-il distinguer les catalogues de fonds et d’assortiment de libraires des catalogues des bibliothèques institutionnelles et des catalogues de bibliothèques privées. Voir sur ce point Nicole Masson, « Typologie des catalogues de vente », dans Annie Charon et Élisabeth Parinet (dir.), Les ventes des livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle, Paris : Publications de l’École nationale des chartes, 2000, pp. 119-127. Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/enc/1411>. Voir également Helwi Blom, Rindert Jagersma et Juliette Reboul, « Printed Private Library Catalogues as a Source for the History of Reading », dans Jonathan Rose et Mary Hammond (dir.), The Edinburgh History of Reading 1: Early and Modern Readers, Édimbourgh, University Press, à paraître (avril 2020). []

Entretien avec Urs Leu, conservateur à la ZentralBibliothek de Zürich

La Zentralbibliothek Zürich (ZB), est la bibliothèque cantonale, municipale et universitaire de Zurich. Elle compte plus de six millions de documents et reçoit un demi-million de visiteurs par an. Comptée parmi les plus grandes bibliothèques du pays, la ZB contient cinq collections spéciales : celles des arts graphiques, des manuscrits, de la cartographie, de la musicologie et enfin celle des ouvrages imprimés. C’est donc un lieu richissime en archives historiques et culturelles. Son histoire remonte au XIIIe siècle, et connaît plusieurs rebonds, notamment à la Renaissance, et au XIXe siècle.

Illustration 1: vue extérieure de la ZB

Le département des livres rares, établi en 1995, accueille les plus anciennes collections de livres imprimés de la Zentralbibliothek, héritées des bibliothèques fondatrices de la ZB. Ces collections comprennent les livres publiés avant 1800. Cette section recueille également des livres rares de l’époque contemporaine, tels que des premières éditions, des œuvres illustrées, des facsimiles etc. En plus des quelques 1600 incunables que possède la bibliothèque, la collection des livres rare inclut également les livres imprimés à Zürich et reliés à son histoire.

Nous avons eu la chance de nous entretenir avec Urs Leu, le conservateur de ce département des livres rares depuis sa création.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Nous avons environ 500 000 ouvrages qui datent d’avant 1900, la plupart font partie du département dont je m’occupe, le département des livres anciens et rares. Je suis employé ici depuis 1990, et ma première mission fut de créer cette collection. C’est une mission complétement différente de celle de création d’une collection bibliophile, où l’on choisit les ouvrages qui répondent à nos intérêts personnels. Pour ma part, les livres parmi lesquels j’avais à choisir étaient déjà ici, et c’était à moi de décider ce qui faisait partie de cette collection et ce qui n’en faisait pas partie. Nous avons créé une liste d’environ vingt à trente critères pour déterminer ce qui est ancien et/ou rare. De manière générale, on peut dire que tous les imprimés avant 1600 font partie des livres anciens, et la plupart de ceux datant d’avant 1800 également. Pour les deux siècles suivants, nous avons choisi des ouvrages singuliers ou représentatifs plutôt que de tout inclure.

Nous sommes le deuxième département de livres rares de Suisse à avoir été créé, il y a de cela trente ans. Les incunables étaient auparavant classés avec les manuscrits ; dans certaines bibliothèques, ils le sont encore.

Illustrations 2 et 3: l’impressionnante réserve des livres rares de la ZB

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

En Suisse, nous n’avons connu que très peu de guerres. Nous avons échappé aux guerres mondiales, par exemple, et les fonds des bibliothèques ont ainsi été préservés. Nos livres remontent jusqu’au Moyen Âge, au XIIIe siècle. Le premier bibliothécaire dont on ait la trace s’appelait Conrad Von Mure. Après l’arrivée de la Réforme, autour de 1525, Zwingli a également créé ici le premier collège théologique de Suisse, dont nous avons conservé les fonds. La bibliothèque connut également une rénovation en 1532, et nous avons aujourd’hui quasiment tous les ouvrages qu’il y avait alors. Plus tard, en 1629, cinq jeunes hommes poussèrent à la création d’une bibliothèque municipale, et celle-ci fut la plus grande de toutes les bibliothèques de la ville, jusqu’en 1917. C’est à ce moment-là que naît la bibliothèque centrale, d’un besoin de rassembler les bibliothèques universitaire et municipale, la bibliothèque des sciences naturelles, celle de la société des physiciens, et d’autres. Tout a donc été centralisé ici, avec de très vieux fonds bien préservés.

Illustration 4: vue de l’intérieur de l’ancienne bibliothèque. Gravure de Johann Melchior Füssli, Neujahrblatt der Burgerbibliothek, 1719.

La particularité de ce département, c’est donc ses origines. La Zentralbibliothek de Zurich possède 1600 incunables, c’est le deuxième plus grand fond après Bâle, qui en possède 3000. Les bibliothèques privées des acteurs de la Réforme ont participé à nourrir ce département, par exemple. Nous possédons également des gravures de plantes, héritées de la Société d’Histoire Naturelle fondée en 1746.

Pouvez-vous nous présenter quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Oui bien sûr ! Voici un très bel incunable. Il s’agit de la Bible de Nicolo Malermi, du nom du traducteur qui en proposa cette version italienne. Elle fut imprimée en 1471 par Wendelin de Speyer ou Vindelinus de Spira, imprimeur allemand installé à Venise. Ce qui frappe en particulier, ce sont les couleurs incroyables et très bien préservées, avec lesquelles l’imprimé a été décoré.

Illustrations 5 et 6 : la Bible de Nicolo Malermi, USTC 999851

Nous avons également cet ouvrage ayant appartenu à Conrad Gessner, un physicien philologue, considéré comme le fondateur suisse de la bibliographie et théologie. Il s’agit de la deuxième édition augmentée des Commentarii in libros sex Pedacii Dioscoridis de Pietro Andrea Matthioli, parue en 1558 à Venise dans l’officine de Vincenzo Valgrisi : c’est un chef-d’œuvre de la botanique, richement illustré. Ce qui rend cet exemplaire unique, ce sont les annotations de Gessner sur de nombreuses pages, mais aussi ses dessins botaniques très précis.

Illustrations 7 à 10 : les Commentarii de Pietro Andrea Matthioli, 1558, USTC 841568

Nous avons aussi une collection du roi de Danemark qui date du XVIIIe siècle, avec des gravures en cuivre, ici un exemplaire des Auserlesne Schnecken Muscheln und andre Schaalthiere de Franz Michael Regenfuss, un artiste, graveur et naturaliste allemand dont ce « Choix de coquillages et de crustacés » fut publié à Copenhague en 1758. L’image des crustacés est ici construite en symétrie, qui représente bien l’état d’esprit des Lumières d’ordonner et classifier la Nature. Cet ouvrage-ci, je l’affectionne particulièrement, parce qu’il fait écho à mes propres passions bio-marines.

Illustrations 11 et 12 : deux planches du Auserlesne Schnecken Muscheln und andre Schaalthiere de Franz Michael Regenfuss

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ? Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Pour les étudiants, en premier lieu, sont organisés des visites guidées, à l’heure ou à la journée, pour découvrir la ZB. Pour le grand public, nous organisons des expositions deux fois par an. En ce moment, nous exposons des ouvrages imprimés, et par la suite nous aurons une exposition reposant sur nos fonds de cartographie, puis plus tard sur les manuscrits. Nous prêtons également certains livres à d’autres bibliothèques ou musées pour de plus grandes expositions. Nous publions également nos bibliographies (excepté pour nos fonds privés). Enfin, avec la plateforme www.e-rara.ch, nous offrons 16000 livres en ligne. Nous mettons en valeur les imprimés zurichois, avec ceux qui datent d’après 1800 et quelques autres ouvrages singuliers.

Quelle vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

C’est évidemment la numérisation, pour laquelle la demande est en augmentation. D’un côté, numériser permet de garder les livres en bon état, puisqu’ils sont moins souvent sortis des étagères qui les abritent. D’un autre côté, nous avons des montagnes de données dont l’espérance de vie est d’environ 20 ans, et pour lequel il n’a pas encore été trouvé de solution à long terme. De plus, avec l’évolution des technologies, sommes-nous certains que toutes nos données seront visibles par des appareils plus récents ? Pour le moment, le canton et la ville nous donnent 10 millions de CHF pour notre entreprise de numérisation sur les 5 prochaines années. Nous avons également des besoins en termes d’employés, la ZB en compte 240. Dans ce département des livres anciens et rares, nous avons quatre employés à plein temps, et quatre personnes embauchées pour des projets spécifiques, tels que le re-catalogage d’imprimés qui n’ont pas été catalogués correctement par le passé. Cette équipe nous permet à la fois de proposer des horaires d’ouverture de la salle de lecture importants (46 heures en tout du lundi au samedi), et de nous consacrer notamment à ces travaux de numérisation importants. L’université propose également des formations ici pour devenir bibliothécaire-scientifique.