Disticha de moribus, nomine Catonis inscripta : quatre éditions comparées

Lorsqu’au XVIe siècle l’humanisme grec se propage de l’Italie à la France, entraînant la publication et la diffusion des textes pour l’apprentissage du grec ancien, le corpus gnomique d’usage scolaire jouit d’une fortune particulière1. Les trois exemples les plus captivants sont 1) Les gnomiques grecs anciens des poètes et philosophes, comme ceux de Jérôme Aléandre (Gnomologia seu moralium sententiarum collectanea, Paris, 1512), d’Adrien Turnèbe (Gnomologia Palaiotaton Poieton, Paris, 1553) et de Jean Crespin (Gnomographoi, Genève, 1569) ; 2) Les sentences des sept sages, éditées et commentées par des personnages éminents tels que Philippe Béroalde, François Tissard et Érasme, publiées avec des titres les plus variés tels que Heptalogus, Liber Gnomagyricus, Apophtegmata Graeciae sapientum, et Praecepta septem sapientum ; et 3) Les Disticha de moribus du Pseudo-Caton, traduits du latin en grec, et commentés et réédités à plusieurs reprises par Josse Bade, Jérôme Aléandre, Érasme, Étienne Dolet, Robert Estienne et Mathurin Cordier.

L’édition lyonnaise du Pseudo-Caton imprimée par Sébastien Gryphe en 1535 peut être prise comme la summa ultima de l’intérêt porté à cette forme d’érudition à finalité scolaire:

Illustration 1: Titre de page (à gauche) et table des matières (à droite) de Catonis Disticha moralia cum scholiis Erasmi. Eadem disticha graece a Maxime Planude e latino versa; Apophtegmata Graeciae sapientum, interprete Erasmo; eadem per Ausonium cum scoliis Erasmi; Mimi Publiani, cum ejusdem scholiis, recogniti; Institutum hominis Christiani carmine per eundem Erasmi; Isocratis paroenesis ad Demonicum; Additis aliquot sapientum dicta, Lyon, Sébastien Gryphe, 1535, USTC 157051.

En effet, cette édition combine à la fois les couplets du Pseudo-Caton avec les scholia d’Érasme (Disticha Catonis cum scholiis Erasmi) et la traduction de Planude, les sentences des sages grecs (Apophtegmata Graeciae sapientum) dans la version d’Ausone encore une fois accompagnées des scholia d’Érasme (eadem per Ausonium cum scoliis Erasmi) et un ‘certain nombre’ d’autres sentences des sages (Aliquot sapientum dicta).

Dans la présente analyse – liée au projet de l’université de Chypre ‘Greek Learning in France in the Sixteenth Century : Grammars and Sententiae’, sous la direction de Natasha Constantinidou – je souhaite examiner et comparer quatre recueils de Disticha Catonis de XVIe siècle, deux éditions bilingues latine/grecque, une édition bilingue latine/française et une édition trilingue latine/grecque/française pour donner un aperçu de la diffusion et de l’usage de cette forme de littérature gnomique dans le contexte de la réception de la tradition classique et de l’apprentissage du grec pendant le XVIe siècle en France2. Cela nous servira de base pour poser des questions et proposer des hypothèses expliquant le succès de ces recueils : quelles étaient leur finalité et leur diffusion ? A partir de quoi en édite-t-on des nouveaux ? Qui les compose et à qui servent-ils ? Selon quelle esthétique ?

Les Disticha de moribus du Pseudo-Caton

Érasme est celui qui le premier a intitulé ce recueil Disticha Catonis3. Jusqu’en 1515, au moment de sa première publication sous ce titre, ce recueil était déjà connu sous plusieurs appellations, dont : Dicta Catonis et Libri Catonis Philosophi, titres potentiellement trompeurs, puisqu’ils renvoient à une nature sapientiale philosophique et l’attribuent à un seul auteur, alors qu’il s’agit en fait de recueils de sentences morales (et non pas proprement philosophiques) dont l’attribution, en outre, reste encore controversée. Le corpus principal est constitué d’environ 145 distiques en hexamètres, d’époques et d’origines diverses, issus d’une longue tradition manuscrite. Le choix du mètre renvoie à la tradition didactique gréco-romaine ainsi qu’à celle des oracles et de la poésie gnomique. Par ailleurs, le recueil est souvent accompagné d’une lettre introductive et d’environ 55 brèves sentences, qui semblent sans rapport avec les couplets qui suivent.

Leur diffusion dans le monde de l’érudition byzantine était due à la traduction de Maxime Planude, qui composa une version en hexamètres grecs vers la fin du XIIIe -début du XIVe siècle et qui reste, comme nous pourrons le constater, la traduction grecque de référence pendant toute la Renaissance, en France et ailleurs4. Grâce, probablement, à leur contenu moralisant transmis à travers leur forme particulièrement mémorisable (des études ont mis en évidence le binarisme structurel qui se retrouve tant dans la forme que dans le fond et qui fait appel à un mode fondamental de la cognition)5, les distiques de Pseudo-Cato ont joué un rôle de premier plan dans la pédagogie médiévale et, comme on le verra, dans celle de la Renaissance française. Je me focaliserai en particulier sur la question du rôle joué par les Disticha dans le cadre de la nouvelle et croissante demande d’outils impliqués dans l’apprentissage du grec. Mais avant tout, il est important de garder à l’esprit l’incroyable popularité que cet ouvrage avait au début du XVIe siècle alors qu’il était principalement publié en latin et en français. Ci-dessous, je propose des images de quatre éditions différentes de la fin du XVe siècle et du début/de la première moitié du XVIe siècle :

Illustration 2: Deux éditions latines de Disticha de moribus, avec un commentaire anonyme “Summi deus largitor praemii” : première page (à gauche) de la lettre introductive de l’édition lyonnaise de Guillaume Balsarin, environ 1487, USTC 760645 et (à droite) début du premier livre de couplets de l’édition toulousaine de Henricus Mayer, environ 1488-1489, USTC 200999.
Illustration 3: Titre de page (à gauche) et première page (à droite) de la lettre introductive de l’édition latine de Catonis Sensa et disticha, Paris, Josse Bade, 1522 (=1523 n.s.),  USTC 184296.
Illustration 4: Titre de page (à gauche) et première page en français (au centre) et latin (à droite) de la lettre introductive de l’édition bilingue Les motz dorez du saige Cathon en Françoys et Latin, Paris, Alain Lotrian, 1545, traducteur : Pierre Grognet, USTC 37824.

 

La diffusion des éditions bilingues latine/grecque du Pseudo-Caton dans la France du XVIe siècle

 Au XVIe siècle, des éditions bilingues latine/grecque du Pseudo-Caton commencent à circuler en France et s’ajoutent aux innombrables éditions latines ou latino-françaises à but éducatif. Paris et Lyon représentent les deux pôles principaux de cette production et, pour cette raison, je commencerai par prendre deux éditions latines/grecques issues de ces villes – l’une imprimée à Lyon en 1535 par Sébastien Gryphe, l’autre à Paris en 1552 par Martin Le Jeune – comme base d’analyse comparative :

Illustration 5: Titre de page (à gauche) de Catonis Disticha moralia cum scholiis Erasmi, Lyon, Sébastien Gryphe, 1535, USTC 157051 et titre de page (à droite) de Paris, Martin Le Jeune, 1552, USTC 196515.

L’édition de 1535, déjà mentionnée au début de cet exposé, présente les caractéristiques typiques des éditions de Sébastien Gryphe (1492-1556). Grand personnage de l’histoire de l’humanisme lyonnais du XVIe siècle, il est considéré comme l’un des plus grands imprimeurs de son époque et ses éditions sont renommées pour leur qualité matérielle et leur érudition6. La date de 1535 figure parmi les périodes d’intense production de l’imprimeur, dont l’activité majeure se situe entre 1534, quand il atteint pour la première fois les cinquante titres, et 1551, dernière année où il atteint autant de titres imprimés. Entre 1528 (année de la première impression de Disticha moralia, cum scholiis) et 1559, Gryphe publie environ 19 éditions des Disticha moralia du Pseudo-Caton, parmi lesquelles figurent diverses éditions bilingues latines/grecques et latines/françaises, presque toutes, semble-t-il, in-8o et riches en commentaires.

Dans l’édition de 1535, nous pouvons remarquer le choix, assez récurrent chez cet imprimeur, de ne pas fournir le titre grec. Comme nous avons pu le voir précédemment, une page spécifique (Contenta) est dédiée à l’exposition complète du contenu, bien que son existence soit annoncée immédiatement en dessous du titre principal (Reliqua que in hoc opusculo habentur, sequens pagella indicabit). Le résultat est une page de titre essentielle et élégante. Après la table des matières, suit la dédicace d’Érasme à son amis Joannes de Neve, qui, de 1515 à 1522, avait été régent du Lis (Lilium) – avec le Faucon, Le Château et le Porc – un des quatre programmes pédagogiques suivis par les étudiants de la Faculté des arts à l’Université de Louvain.

Illustration 6: Titre de page de la dédicace d’Érasme dans l’édition de Catonis Disticha moralia cum scholiis Erasmi, Lyon, Sébastien Gryphe, 1535, USTC 157051.

En revanche, l’édition parisienne de 1552 de Martin Le Jeune propose une page de titre bilingue, elle est entièrement dénuée de préface et de commentaire et elle présente, pour ainsi dire, son contenu d’une manière crue et directe. Cela ressort clairement de la brève sélection d’images proposée ci-dessous, qui montrent les pages de la préface en prose et du début du premier livre des distiques dans les deux éditions comparées :

Illustration 7: Début de la partie en prose et début du premier livre de Disticha Moralia, Paris, Martin Le Jeune, 1552, USTC 196515.
Illustration 8: Début de la partie en prose et début du premier livre de Catonis Disticha moralia cum scholiis Erasmi, Lyon, Sébastien Gryphe, 1535, USTC 157051.

L’édition Gryphe, à la différence de l’édition Le Jeune, offre un commentaire pour la partie latine, que nous pouvons distinguer du texte du Pseudo-Caton car il est imprimé avec des caractères plus petits. La traduction de Planude est postposée à la partie latine et les couplets, entre lesquels aucun espacement n’est laissé, sont numérotés en chiffres cardinaux. En revanche, l’édition Le Jeune présente le grec juxtaposé au latin pour la partie en prose et en position interlinéaire pour la partie des distiques. Les deux éditions ont une mise en page similaire en termes de justification du texte et des larges marges, même si l’édition Le Jeune semble plus généreuse à cet égard. En général, l’édition Le Jeune, avec son alternance du latin et du grec et ses larges marges, semble particulièrement destinée à un public étudiant.

Pseudo-Caton ex officina Roberti Stephani

Le travail incessant réalisé par la famille Estienne pour diffuser les textes de l’Antiquité classique auprès des élèves des collèges récemment établis (comme le Collège Royal) montre à quel point ils conçoivent leur édition en pédagogues : nombreuses sont les grammaires, dictionnaires, et thesauri mis à disposition des élèves pour apprendre les langues classiques et des lecteurs royaux pour les aider dans leur entreprise humaniste7.

Selon ce que j’ai pu vérifier8, entre 1533 et 1585, ils publient environ 22 éditions bilingues latin/français de Disticha et 4 éditions trilingues latin/français/grec. Il me semble particulièrement notable que ces dernières soient concentrées dans la deuxième moitié du siècle (1561-1585), lorsque l’atelier était dirigé par Robert II. Afin d’étendre la présente analyse, je me tourne donc vers deux éditions ex officina Stephani, celle du 1538 et celle du 1585 :

Illustration 9: Titre de page de Disticha de moribus, Paris, Robert Estienne I, 1537, USTC 76720 (à gauche) et de Disticha Moralia, Paris, Robert Estienne II, 1585, USTC 67849 (à droite).

Comme nous pouvons l’observer sur les images ci-dessus, les pages de titre présentent des différences intéressantes. Tout d’abord, dans la première (à gauche), le recueil du Pseudo-Caton porte le titre Disticha de moribus alors que la deuxième (à droite) porte le titre Disticha moralia. Le lecteur est aussi informé que seule l’édition de 1537 est pourvue d’une interprétation bilingue, latine et française (Cum Latina et Gallica interpretatione), ce qui signifie non seulement une traduction française mais aussi une ‘vulgarisation’ du latin de Cato en latin de l’époque. En outre, l’ajout des sentences des sept sages grecs est moins intelligible dans l’édition de 1537, où ils sont appelés simplement ‘Les sages’ (sapientum) et non pas comme nous pouvons l’observer dans l’édition plus tardive, ‘Les sept sages de la Grèce’ (septem sapientum Graeciae). Enfin, le titre honorifique d’imprimeur du Roi (Typographus Regij) est réservé à l’édition de 1585, l’édition de 1537 précédant d’un an la nomination de Robert I à ce poste.

Au niveau du contenu, si l’édition de 1537 s’ouvre par une dédicace de Mathurin Cordier (1479-1564) à Robert Estienne, l’édition de 1585 s’ouvre en revanche par un jugement de Mathurin Cordier sur «ce livret» (iudicium de hoc libello) suivi d’un jugement de Lorenzo Valla (1407-1457) sur  «ce livre et son auteur» (de hoc libello et eius authore). En outre, les deux reproduisent la préface du Pseudo-Caton bien que la présentation en diffère d’une manière remarquable : alors que la plus ancienne est plus sobre, celle de la fin du siècle est mieux composée et plus décorée et, bien évidemment, comme déjà annoncé dans le titre, l’une fournit une double interprétation latine/française, tandis que l’autre, pour laisser place à la traduction grecque de Planude, ne présente que l’interprétation française.

Illustration 10: Préface de Disticha de moribus, Paris, Robert Estienne, 1537, USTC 76720 (à gauche) et de Disticha Moralia, Paris, Robert Estienne, 1585, USTC 67849 (à droite) où on peut voir les élégants caractères du « Grecs du roi » employés pour l’impression de la traduction de Planude.

52 préceptes en prose suivent la préface dans les deux éditions, mais ils sont assez désordonnés et moins intelligibles dans l’édition de 1537 par rapport à celle de 1585, dans laquelle ils sont numérotés en chiffres ordinaux et avec un petit titre de page marquant le début de la section. Les deux textes latins présentent aussi de légères variantes textuelles, probablement dues à leurs longue tradition manuscrite (e.g. : le premier enseignement est énoncé comme Utaque deo supplica dans l’édition de 1537 et comme In primis Deo supplica dans l’édition de 1585). Les mêmes observations sont valables pour la section contenant les 4 livres (I-IV) des distiques, qui sont présentés, dans les deux éditions, avec un titre de page et une epitome au début. Chacun se termine avec une admonitio. La fin des quatre livres est marquée par la phrase : finis distichorum de moribus dans l’édition de 1537, plus longue dans celle de 1585 qui rappelle le titre en entier : finis distichorum de moribus, nomine Catonis inscriptorum.

Dans les deux éditions, encore une fois comme le titre nous l’avait annoncé, se suivent les sentences des sept sages de la Grèce, présentées dans le même ordre dans les deux éditions, mais avec la différence graphique (comme d’ailleurs dans le reste du livre) d’une numérotation seulement présente dans l’édition de 1585, cette fois en chiffres cardinaux. Bien sûr, l’édition de 1585, à la différence de celle de 1537, est enrichie par la traduction grecque, qui se retrouve entre chaque sentence et son interprétation latine/française.

Illustration 11: Début de la partie en prose et début du premier livre dans les deux éditions: Disticha de moribus, Paris, Robert Estienne, 1537, USTC 76720 (à gauche) ; Disticha Moralia, Paris, Robert Estienne, 1585, USTC 67849 (à droite).

Bien que les deux éditions aient été conçues à des fins pédagogiques et, comme cela est suggéré par leur format in-8o et leurs commentaires, pour une diffusion large, l’édition de 1585 se distingue par sa présentation plus organisée et, comme on pourrait le supposer, plus adaptée à une utilisation dans des contextes d’apprentissage. Le confirme l’exemplaire que j’ai examiné (Bibliothèque Mazarine, 8° 49672-14), qui se trouve relié en un volume contenant plusieurs ouvrages d’usage scolaire, parmi lesquels : deux versions, l’une grecque, l’autre latine des epigrammata tetrasticha de Johannes Geometres, deux versions, l’une grecque, l’autre latine, des sentences des sept sages ; une anthologie bilingue gréco-latine des sentences ‘uniques’ de poètes grecques ; et un recueil des proverbes grecs. Dans cet ensemble, on retrouve un équilibre révélateur entre ouvrages latins et grecs – de sorte que, par exemple, en l’absence d’une édition bilingue gréco-latine, on trouve deux exemplaires adjacents du même ouvrage, l’un latin, l’autre grec – ainsi qu’un équilibre entre ouvrages d’une typologie différente mais néanmoins renvoyant au corpus gnomique d’usage scolaire tels que : distiques, paraboles, épigrammes, et sentences morales. D’une manière ou d’une autre, on peut avancer que, à cette époque, une bonne partie de l’enseignement du latin et du grec était inextricablement liée à un désir d’élévation morale des étudiants. En outre, il est intéressant de constater des échos des attitudes réformistes, comme cela ressort des éditions Gryphe 1535, contenant la dédicace d’Érasme à Joannes de Neve, et Estienne 1537, contenant une dédicace de Mathurin Cordier à Robert Estienne.

Pour conclure, je propose d’étendre rapidement cet examen à une comparaison entre l’édition trilingue produite par l’atelier Estienne et les deux éditions bilingues latines/grecques du Pseudo-Caton produites par les ateliers Gryphe et Le Jeune :

Illustration 12: Début du premier livre dans l’édition de Catonis Disticha moralia cum scholiis Erasmi, Lyon, Sébastien Gryphe, 1535, USTC 157051(images 1 et 2 à partir de gauche) ; début du premier livre dans l’édition de Disticha Moralia, Paris, Martin Le Jeune, 1552, USTC 1965151 (image 3) ; début du premier livre dans l’édition Disticha Moralia, Paris, Robert Estienne, 1585, USTC 67849 (à droite).

Les éditions latines/grecques de Gryphe et de Le Jeune offrent des points de contraste intéressants par rapport à l’édition trilingue latine/grecque/française de 1585 ex officina Stephani analysée auparavant. Il est probablement nécessaire de rappeler à ce stade qu’il n’existe aucune édition bilingue latine/grecque imprimée par Estienne, qui ne commence sa production qu’à partir de la deuxième partie du siècle, directement dans un format trilingue. Ainsi, l’édition de Le Jeune présentée ici précède d’environ une décennie la première ‘édition Etienne’ contenant la traduction grecque des Disticha Catonis effectuée par Maxime Planude, tandis que celle de Gryphe la précède d’environ une trentaine d’années. Au niveau de la typographie grecque, on peut observer une évolution vers des caractères plus lisibles : si l’édition Gryphe de 1535 utilise une typologie grecque très proche de l’écriture manuscrite du grec, le Jeune semble réduire les liaisons rendant ainsi la lecture plus aisée. La typographie grecque utilisée par Estienne, les célèbres « Grecs du roi » gravés par Claude Garamond (1499-1561), est encore différente. Dans cette édition de 1585 nous pouvons observer sa clarté caractéristique. En général, nous pouvons aussi observer une évolution vers une mise en page moins dense, où le texte est moins compact et plus déchiffrable. Enfin, à la différence de l’édition de Gryphe de 1535, qui postpose la traduction de Planude au texte latin avec commentaire, celles de Le Jeune de 1552 et celle d’Estienne de 1585 ont privilégié une traduction interlinéaire et une présentation du texte dénuée de commentaire latin.

Les quatre éditions des distiques du Pseudo-Caton qui ont été analysées donnent un aperçu du rôle joué par la littérature gnomique dans l’apprentissage du latin et du grec pendant le XVIe siècle en France ainsi que son lien avec l’imprimerie. En reprenant la tradition médiévale et en l’adaptant aux nouveaux besoins, les imprimeurs ‘pédagogues’ de cette époque jouent un rôle capital dans la détermination d’une approche spécifique à l’apprentissage du grec et influencent, d’un côté, la génération d’étudiants liés aux nouvelles institutions académiques humanistes, et de l’autre, le marché du livre. L’incroyable popularité du Pseudo-Caton et la disponibilité de sa traduction en grec par Planude rendent cette œuvre particulièrement adaptée au nouveau contexte. Au fil du temps et selon des modalités à chaque fois différentes, la version grecque des Disticha Catonis est intégrée dans des éditions riches d’outils pédagogiques divers : préfaces, désambiguïsations lexicales, traductions françaises, et une organisation du texte claire et conforme à son utilisation dans les salles de cours ou dans l’auto-apprentissage.

 Nuria Scapin
Université de Chypre


 

  1. Voir Jean Vignes, « Enquête sur le succès de la littérature gnomique à la Renaissance », Seizième Siècle, 2005, p. 175-211. []
  2. Voir Natasha Constantinidou, « Libri Graeci: Les livres grecs à Paris au XVIe siècle » dans Societé bibliographique de France, février 2020, https://histoirelivre.hypotheses.org/6422 []
  3. Voir Serena Connolly, « Binarism in the “Disticha Catonis” », Mnemosyne, 2013, p. 228. []
  4. Voir Vincenzo Ortoleva, « La parafrasi della traduzione planudea dei “Disticha Catonis” nel Cod. “Barocc.” 71 », Byzantion, 1995, p. 89, qui parle de façon juste de : ‘un vero e proprio corpus Pseudo-catonianum Graecum’. []
  5. Serena Connolly, « Binarism in the “Disticha Catonis” », Mnemosyne, 2013, p. 228-246. []
  6. Voir Henri Baudrier, Bibliographie lyonnaise. Recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle, publiées et continuées par J. Baudrier, Paris : F. de Nobele, 1964, tome VIII, p. 11-29. []
  7. Sur les Estienne, voir le billet d’Agathe Vezine, « Les Estienne à la Bibliothèque Edward Worth à Dublin », https://histoirelivre.hypotheses.org/6911. []
  8. En plus de mes propres travaux de recherche bibliographique, ont été consultés : Bénédicte Boudou et Judit Kecskemeti, « Robert et Charles Estienne, des imprimeurs pédagogues » dans La France des humanistes, 2009 et l’USTC (Universal Short Title Catalogue). []

Les Estienne à la Bibliothèque Edward Worth à Dublin

Fondée en février 1733, à la mort de son créateur, la Bibliothèque Edward Worth est une singularité parmi les bibliothèques irlandaises. Construite sur-mesure, selon les dernières volontés de son créateur, la bibliothèque fait corps avec l’hôpital du Dr Steevens. Le premier étage, qui abrite aujourd’hui ses locaux, a été dessiné et pensé par et pour la présence essentielle des livres. Imaginé comme le système de sauvegarde le plus efficace de son temps pour garantir la conservation de ses précieux ouvrages, le lieu même est encore aujourd’hui un véritable écrin pour de nombreux trésors.

Illustration 1: L’hôpital du Dr Steevens en 1780.

Cet écrin, dont la création a suivi à la lettre les exigences d’Edward Worth, est l’une des plus grandes surprises de cette bibliothèque puisqu’il remplit encore quasi-parfaitement son rôle de préservation des collections. Pour cela, Edward Worth n’a rien laissé au hasard : à la pointe de l’innovation, ses livres sont parmi les premiers à être conservés dans des étagères vitrées dont le bois d’époque fait encore de nos jours le charme et le renom de la bibliothèque. Ainsi, tout a été pensé pour assurer la pérennité de sa collection, dans un souci du détail absolument visionnaire. Chaque aspect de leur sécurité a été pensé, de l’exposition volontairement faible à la lumière extérieure, à la température moyenne naturellement basse et régulée par les pierres environnantes, en passant par une restriction sévère de l’accès aux ouvrages aux chirurgiens de l’hôpital. Toutes ces exigences témoignent de l’avance impressionnante des connaissances en préservation des livres de son fondateur. Seul l’ajout de quelques nouvelles technologies comme des systèmes anti-incendie ou des caméras de surveillance a été nécessaire afin de compléter son œuvre1.

Si un écrin vide est bien peu de chose, son caractère innovant n’est rien sans les trésors qu’il abrite. Edward Worth, physicien passionné de littérature, a construit au fil de son existence une collection débordant de très loin les limites de son champ de connaissances professionnelles. Les publications scientifiques tiennent évidemment une place essentielle dans la constitution de cette bibliothèque, cependant elle est loin d’être aussi centrale que l’on pourrait s’y attendre : la littérature, l’histoire et la théologie lui tiennent largement tête et ne font qu’ajouter à la richesse incroyable de cette collection. Les répartitions des thématiques abordées et le goût de cet étrange collectionneur en font une exception parmi les collections privées de scientifiques de l’époque. Cet amour des lettres ne s’exprime pas uniquement par le choix des thématiques abordées. En effet, une courte visite de la bibliothèque nous permet de comprendre que cette passion ne se limite pas seulement à la lecture, mais s’étend bien au livre en tant qu’objet. Les vitres, protection si innovante, servent avant tout de présentoirs pour une collection dont la richesse et la finesse des ornements et des reliures témoignent d’une seconde dimension dans cet amour du livre : sa valeur matérielle.

Ces deux premiers éléments d’identification de la bibliothèque d’Edward Worth – la présence de livres extérieurs au champ scientifique et l’importance du livre en tant qu’objet – semblent d’eux-mêmes justifier la présence dans cette collection d’ouvrages publiés par divers membres de la famille Estienne. Grande famille d’imprimeurs et de libraires français du XVIe siècle, les Estienne sont alors reconnus pour leurs publications érudites en grec, en latin et en français. C’est la présence de plusieurs de leurs ouvrages dans les collections d’Edward Worth qui ont attiré notre attention et qui ont servi d’objet d’étude pour l’exposition « Estiennes at the Edward Worth Library ».

Illustration 2: L’exposition « Estiennes at the Edward Worth Library »

À partir de la création d’un catalogue complet regroupant l’ensemble des titres écrits ou publiés par les membres de cette dynastie d’imprimeurs, s’est construit le socle même de cette exposition. C’est d’ailleurs pendant l’élaboration de ce catalogue qu’a vu le jour un certain nombre de questionnements.

Plus de deux siècles séparent certains de ces ouvrages de leur acquisition par Edward Worth. Le coût – que l’on imagine assez élevé – d’une telle possession, associé au nombre conséquent d’impressions des Estienne présents dans cette collection unique fait de chacun des exemplaires compilés dans ce catalogue un élément potentiel d’étude. Ne pouvant prendre la décision de leur achat comme un choix anodin ou léger, nous avons donc fait le choix d’étudier et d’interroger la présence de ces publications à la Bibliothèque Edward Worth.

Qui sont les Estienne ?

Si l’exposition demeure bien évidemment centrée sur les collections d’Edward Worth uniquement, a été l’opportunité pour nous de présenter un travail de synthèse des connaissances actuelles sur la dynastie d’imprimeurs qu’ont été les Estienne. De ce fait, l’exposition dispose d’une présentation individuelle de la grande majorité des membres de la famille. L’accent a été mis, durant la rédaction, sur notre volonté de dresser un portrait le plus complet et le plus exhaustif possible, de chacun de membres.

Le but principal était de permettre au lecteur, même néophyte, de saisir les caractéristiques qui ont forgé l’histoire d’une telle famille et de comprendre ce qui a fait son renom. Dans ce cas précis, l’étude biographique avait pour but principal d’illustrer ce qui a fait de cette famille une part aussi marquante de l’histoire du livre et de la littérature afin de justifier sa présence dans la bibliothèque d’Edward Worth et ce qui a pu faire des ouvrages présentés des objets de collection.

À ce titre, nous avons pris la liberté de ne pas limiter nos présentations aux seuls noms mentionnés dans les différents volumes du catalogue, mais d’étendre notre série de portraits aux acteurs centraux qui ont fait de cette famille le sujet de notre étude et celui de bien d’autres. C’est pour cette raison que nous avons proposé un article supplémentaire sur le rôle des femmes de la famille Estienne dans l’établissement et le maintien de la dynastie2.

En effet, il est essentiel de rappeler que la collection d’Edward Worth n’a pas été pensée autour d’eux et n’est pas centrée sur leurs productions. Ainsi, on peut remarquer que certains de leurs membres n’y apparaissent d’ailleurs pas du tout.

Illustration 3: Distribution des publications par membres de la famille Estienne dans les collections de la Worth Library

Comme nous l’avons dit plus tôt, cette reprise synthétique des précédents travaux biographiques n’était pas dénuée de liens avec notre recherche. En effet, ces portraits nous ont permis de comprendre les raisons qui font de cette famille un élément marquant de l’histoire du livre. Ainsi, leur inscription comme l’une des plus grandes – si ce n’est la plus grande – famille(s) d’imprimeurs français du XVIe siècle, justifie clairement leur présence dans la collection d’Edward Worth. Cette place pourrait leur être doublement attribuée, tout d’abord pour leur rôle d’éditeurs, mais aussi comme un témoignage de leur propre histoire, les incluant dans celle – plus vaste – de l’histoire littéraire.

De plus, ces différences de représentations à travers la collection peuvent également être vues comme le témoignage de la célébrité des membres de la famille, du moins, à travers la perception qu’en a eu Worth, depuis l’Irlande d’avant 1733. Plus qu’une simple collection, ce catalogue peut donc être vu comme un observatoire de l’aura des Estienne.

Cependant, il est essentiel de souligner que la célébrité ou non d’un des membres de la famille n’est en aucun cas un synonyme de son rôle historique. Le catalogue que nous avons conçu en est l’illustration même. En effet, certains des ouvrages cruciaux de la famille Estienne, ou des éléments qui sont aujourd’hui considérés comme tels, ne sont pas forcément présents dans la collection. Ainsi, on remarque que le fondateur même de cette dynastie est très largement sous-représenté dans les proportions affichées dans l’illustration 3.

Néanmoins, la bibliothèque et sa collection illustrent à de nombreuses reprises des événements majeurs de l’histoire de cette famille. Ainsi, la fuite de Robert I Estienne de Paris à Genève est très largement renseignée par les collections d’Edward Worth qui contiennent presque autant d’ouvrages d’édition parisienne que de ceux publiés durant cette « retraite » précipitée par des affrontements religieux et politiques. De même, deux des plus grands chantiers d’édition menés par les Estienne – à savoir les Trésors de la Langue Grecque et Latine ainsi que les multiples traductions de la Bible, qui sont encore aujourd’hui des références – se reflètent clairement comme des éléments centraux de la collection Worth.

Illustration 4: Biblia: Hebraea, Chaldæa, Græca et Latina nomina virorum, mulierum, populorum, idolorum, urbium, fluviorum, montium, cæterorúmque locorum quæ in Bibliis leguntur, restituta, cum Latina interpretatione, Paris, Robert I Estienne, 1540.

On observe l’influence de son attention de collectionneur et d’amateur du livre en tant qu’objet dans le fait que les acquisitions d’Edward Worth comprennent également l’un des éléments les plus connus de l’histoire de cette famille : les Grecs du Roi. Offerts à Robert I par le Roi François Ier et dessinés par Claude Garamond, les Grecs du Roi forment une police de caractères unique. Obtenus grâce au privilège royal et au titre d’Imprimeur du Roi en langue grecque et latine qui lui est accordé, cette faveur lui ouvre également l’accès aux manuscrits de la Bibliothèque Royale.

Illustration 5: Tes kaines diathekes hapanta. Evangelion. Kata Matthaion. Kata Markon. Kata Loukan. Kata Ioannen. Praweis ton apostolon, Paris, Robert I Estienne, 1550. Un exemple de l’utilisation des « Grecs du roi »

Cependant, l’Histoire ne les a pas seulement retenus pour leur lisibilité, mais aussi pour un scandale qui a longtemps attiré l’attention des historiens : leur vol après l’exil de Robert Ier vers Genève. En effet, le privilège royal accordé avec ces caractères n’a pas franchi la frontière, et de ce fait, il a pu sembler étonnant pour de nombreux lecteurs de retrouver dans la plupart des ouvrages publiés après 1550 la même police d’écriture. En réalité, l’incompréhension peut parvenir de deux facteurs distincts.

Tout d’abord, le privilège royal accordé à Robert Estienne – comme son atelier parisien – a été confié à un autre membre de la famille restant à Paris : son frère, Charles. Ainsi, on peut observer à travers la collection d’Edward Worth plusieurs exemplaires postérieurs à la date fatidique, ornés de ces caractères signés du nom des Estienne.

De plus, il n’est pas rare de voir dans certains écrits sur ce sujet une confusion entre trois objets distincts, le tout rassemblé sous l’appellation des Grecs du Roi :

  • Les poinçons, gravés dans l’acier, sont les modèles types qui ont permis la création des matrices. Ceux-ci n’ont jamais quitté les collections royales.
  • Les matrices, faites de cuivre, qui ont permis à différents artisans de fondre plusieurs exemplaires des caractères afin de subvenir aux besoins des différentes presses. Donnée aux Estienne, l’une d’entre elle aurait été emportée durant la fuite à Genève et par la suite, engagée pour rembourser les dettes d’Henri II Estienne, son fils, puis rachetée par la France.
  • Les caractères, fondus à partir de plomb, dont il existe plusieurs exemplaires à travers les différentes presses, mais qui sont souvent compris comme étant l’unique élément des Grecs du Roi, à savoir la représentation directe de cette police d’écriture si distinguée.
Illustration 6: Tes Kaines Diathekes hapanta. Novum Testamentum. Ex bibliotheca Regia, Paris, Robert I Estienne, 1546, Sig. a3r: un exemple du Cicero de Claude Garamont.

Pourquoi collectionner les publications des Estienne ?

L’une des premières hypothèses émises lors de la rédaction de cette exposition était d’expliquer la présence des impressions des Estienne par leur lien avec le milieu de la science et de la médecine. En effet, le catalogue complet de la bibliothèque regorge de références médicales dont on sait aujourd’hui qu’il s’agissait de références professionnelles nécessaires.

C’est avant tout l’histoire même de la famille qui nous permet un premier pas vers la vérification de cette hypothèse. En effet, de multiples publications scientifiques et médicales peuvent être trouvées dans les productions des Estienne et certaines font d’ailleurs partie de la collection Worth. De plus, il est essentiel de noter le lien profond qui les unit aux cercles érudits européens, non seulement en des termes professionnels, mais aussi par des liens familiaux. Certains membres de la famille, comme Charles Estienne, se sont même spécialisés dans ce type de production3.

Illustration 7: Medicae artis principes post Hippocratem et Galenum, [Genève], Henri II Estienne, 1567, p. 170.

Cependant, la pertinence des écrits et des publications des Estienne dans les domaines scientifiques et médicaux, si elle ne fait aucun doute à leur époque, peut être mise à mal lorsqu’elle est étudiée par le prisme de la collection d’Edward Worth. Afin de s’assurer du poids que pouvait avoir leurs productions dans ce domaine, une recherche a été faite parmi les catalogues de trois autres bibliothèques d’hôpitaux dont les collections ont été constituées à partir de la même époque que celle d’Edward Worth. Bien évidemment, il a été nécessaire de prendre en compte une différence fondamentale : la volonté d’exhaustivité de ces bibliothèques, souvent universitaires, que l’on ne retrouve pas nécessairement chez Worth. En effet, il semblerait étrange, voire inapproprié, qu’un médecin trouve ses références dans un livre dont les connaissances sont datées d’au moins deux siècles. De ce fait, bien qu’il existe de nombreux ouvrages de médecine et de science dans les productions des Estienne, leur place dans le catalogue d’Edward Worth n’est pas justifié par un besoin professionnel.

Pour l’instant, nous n’avons toujours pas abordé la question de la distance géographique et d’une possible singularité d’une telle collection en Irlande. En effet, l’histoire même de la famille Estienne est profondément liée à l’Europe en tant que continent. Comme en témoigne l’usage massif du latin et du grec comme langues de référence pour leurs publications4, chaque membre de la famille participe à des voyages initiatiques à travers l’Europe toute entière afin d’y collecter de nouvelles ressources. Ces ressources sont parfois matérielles, sous la forme de rouleaux, de parchemins ou de volumes avec pour but de rassembler les meilleures traductions et les plus belles versions de différents écrits européens. Mais elles sont parfois bien plus abstraites, sous forme de connaissances théoriques amenées par les plus jeunes après un apprentissage dans les ateliers d’imprimerie d’autres grandes familles européennes.

Leurs productions ont donc été – dès le XVIe siècle – des produits européens avant d’être des produits français. De ce fait, il n’y a rien de surprenant à trouver, encore aujourd’hui, le nom des Estienne en terres irlandaises. Cependant, l’importance de la distance géographique et temporelle entre la Edward Worth Library et la publication de ces ouvrages suggère nécessairement un prix bien plus élevé que la moyenne des livres de l’époque. Chacun de ces livres est donc un choix de collectionneur et, à ce titre, son achat peut être justifié. Or, cette justification pourrait bien se trouver dans leur valeur matérielle elle-même. Le XVIIIe siècle est le témoin des débuts d’une véritable manie de la collection de livres anciens. Si Edward Worth fait partie des collectionneurs les plus en avance sur leur temps, il participe néanmoins au premier élan de cette manie5.

Illustration 8: Dicaearchi Geographica quædam, sive de Vita Græciæ. Ejusdem Descriptio Græciæ, versibus iambicis, ad Theophrastum, Genève, Henri II Estienne, 1589.

En effet, plusieurs de ces ouvrages n’ont pas été sélectionnés pour leur simple contenu, mais bien pour leur aspect et leur reliure. Plusieurs des acquisitions d’Edward Worth, notamment en provenance d’une vente aux enchères du collectionneur hollandais Hendrik Hadrian Van Der Marck datée de 1727, ont été renseignées par des notes. Les publications des Estienne sont parfaitement ancrées dans les canons des éditions rares avidement recherchées par les collectionneurs de son temps. Le luxe qui orne certaines leurs éditions, notamment parmi les acquisitions de la vente de Van Der Marck, illustre parfaitement l’impossibilité de comprendre la place de la famille dans cette collection sans penser le livre comme un objet de valeur en lui-même.

Illustration 9: Xenophontos ta sozomena biblia. Xenophontis (viri armorum et literarum laude celeberrimi) quæ extant opera, Genève, Henri II Estienne, 1581, plat aux armes du Collège des Grassins.

Qu’est ce que l’étude de cette collection apporte à l’histoire des Estienne ?

En revenant sur les travaux traitant de la famille Estienne, très peu d’entre eux abordaient leurs travaux comme objet de collection. En réalité, la grande majorité des écrits à leurs sujets s’avérait bien plus proche d’un travail de recherche purement biographique – souvent à partir de publications anglaises, pour les plus actuelles –  ou bien, sur une forme proche du récit, présentant certains de ces membres comme les personnages d’une véritable légende – provenant majoritairement des travaux français les plus classiques. Les œuvres en elles-mêmes et les publications n’étaient présentées que comme des supports à cette histoire ou bien traitées sous la forme d’un catalogue prônant l’exhaustivité. Or, le travail de cette exposition – bien qu’elle ait elle-même traité de cet aspect biographique – était avant tout de présenter ces publications comme plusieurs pièces d’une collection plus vaste et singulière.

Le projet de cette exposition n’était donc pas de découvrir l’histoire perdue d’une des plus grandes familles d’imprimeurs français du XVIe, ni de dresser un catalogue précis de l’ensemble de leurs publications, mais plutôt de comprendre la place de leurs ouvrages dans une collection irlandaise deux siècles plus tard. Depuis l’élaboration d’un catalogue spécifique aux fonds de la bibliothèque Worth jusqu’à la fin de la rédaction de cette exposition, c’est une volonté de synthétiser nos connaissances sur les Estienne que nous avons voulu rendre accessible à tous, grâce à l’élaboration de ce site web.

Pour conclure, l’une des singularités du catalogue complet d’Edward Worth se situe dans sa grande proportion d’ouvrages littéraires ou historiques. Ces livres ont donc moins le rôle de références techniques ou d’outils professionnels que celui de témoignage historique ainsi que de véritables trésors. De plus, la richesse de ce double témoignage nous a permis de faire résonner à la fois l’histoire des Estienne et celle d’une expérience de collectionneur unique. En effet, cette collection et son étude nous permettent avant tout de découvrir le point de vue direct d’un lecteur et d’un collectionneur d’un autre temps, de la postérité de ces publications au XVIIIe siècle, par l’intermédiaire d’Edward Worth.

Agathe Vezine 
Enssib


 

  1. Sur la création de cette bibliothèque singulière et de son histoire : The Enigma of Worth. Preliminary Essay par W. J. Mc Cormack, juin 2005. []
  2. Sur le rôle des femmes dans l’édition des collections Estienne : Women in the Estienne family, par Agathe Vezine, Décembre 2020. []
  3. Pour plus d’informations sur la production de Charles Estienne : Charles Estienne, par Agathe Vezine, décembre 2020. []
  4. Sur l’usage de ces langues : Greek & Latin, Agathe Vezine, Décembre 2020. []
  5. Boran, Elizabethanne, ‘Dr Edward Worth: a connoisseur book collector in early eighteenth-century Dublin’, in Boran, Elizabethanne (dir.), Book Collecting in Ireland and Britain 1650-1850, Dublin, Four Courts Press, 2018, p. 80-103. []