« Trésors cachés des bibliothèques de Rennes 2 » : précieuses diversités d’une collection universitaire

Pour célébrer les cinquante ans de la fondation de l’Université Rennes 2, de nombreuses activités sont organisées sur le campus des sciences humaines de la ville bretonne. Parmi elles, une exposition, « Trésors cachés des bibliothèques de Rennes 2 », vient d’ouvrir dans le hall de la bibliothèque universitaire, pour mettre en avant certains trésors qui se cachent dans ses collections.

Le fonds contient en effet des ouvrages vieux de plus de cinq cents ans dont certains sont considérés comme des chefs-d’œuvre de l’histoire de l’imprimerie, comme l’Atlas de Gerard Mercator, réalisé à Amsterdam par Jodocus Hondius en 1619.

La partie la plus ancienne du fonds provient des confiscations qui suivirent la séparation de l’État et l’Église en 1905. Les bibliothèques des séminaires de Rennes et d’Angers forment ainsi le cœur de la collection ancienne. Celle-ci a depuis également profité des dons d’anciens professeurs de l’université tels qu’Albert Feuillerat, spécialiste de littérature anglaise et collectionneur d’imprimés de théâtre dans cette langue, ainsi que de quelques achats stratégiques récents, notamment ceux des plans du campus réalisés par l’architecte Louis Arretche, présentés dans l’exposition.

Illustration 2: Vitrine présentant les papiers légués à la bibliothèque du chercheur Emmanuel Philipot, professeur à l’Université Rennes 2 de 1903 à 1939 et spécialiste du théâtre médiéval.

La plupart des documents montrés dans l’exposition sont aujourd’hui préservés parmi les milliers de livres qui constituent les réserves anciennes et modernes… souvent un peu oubliés par les étudiants et enseignants. L’exposition a donc pour but de donner plus de visibilité à ces objets pour les usagers de la bibliothèque, ainsi que pour un large public. Organisée par cinq étudiants encadrés par trois enseignants-chercheurs, elle oriente les visiteurs dans la diversité de ces fonds, enrichis par ces héritages multiples et exceptionnels.

Le regard féminin d’autrices majeures est d’emblée mis en contraste avec celui, d’habitude plus proéminent, d’auteurs tels que Ronsard et Machiavel. Au sein de l’exposition nous est ainsi montré le quatrième volume, édité et imprimé en 1836, du Journal des jeunes personnes, seul présent à la Bibliothèque Universitaire de Rennes 2 présentées ici [1]. La revue a bien circulé puisque l’on en retrouve des exemplaires à Paris, Lyon, Toulouse ainsi que dans le Nord. Si l’Institut de France en possède presque toute la collection, les exemplaires sont néanmoins très éparpillés et le volume de 1842 n’apparaît nulle part. Le Journal des Jeunes Personnes, par ses contenus scientifiques et littéraires de qualité, est aussi la traduction de la difficile acceptation de la femme savante et de la femme autrice sous la Monarchie de Juillet. On y retrouve en effet des articles rédigés par Antoinette Dupin sur la condition des femmes dans d’autres pays comme la Chine par exemple, mais aussi par Louise Colet, en plus de ceux écrits par de grands auteurs du monde littéraire, entre autres Victor Hugo et Chateaubriand. Si on étudie plus particulièrement ce quatrième volume, on retrouve, comme on peut s’y attendre dans ce type de revue destinée principalement aux adolescentes, des pages dédiées à la mode, à la broderie et à l’art de vivre. L’aspect plus innovant tient en la présence centrale de l’actualité littéraire et scientifique, jugée tout de même « convenable » pour les jeunes filles.    

Illustration 3: Vitrine présentant les « Regards de femmes », dont le Journal des jeunes personnes en bas.

La revue s’inscrit dans un monde qui se prête à la polémique de la presse, qu’elle soit littéraire ou politique, pour alimenter les conversations des dames. Mentionnons ici un débat littéraire de 1833 relaté dans le volume où la question est de savoir si la littérature russe est déjà engagée dans le romantisme, question soutenue par plusieurs articles comme ceux de Louis Viardot (écrivain et spécialiste de la Russie). La littérature étrangère trouve en effet sa place dans la revue, ici avec les écrits allemands de Friedrich von Schiller. Ce qui est très original pour l’époque, c’est la présence de contes populaires et fantastiques ainsi que de la littérature sociale et morale. Avec cette volonté, au-delà de la lecture de grands classiques, de faire connaître les artistes du temps présent, on peut par exemple lire un passage sur un certain Beethoven… D’ailleurs des partitions complètent l’ouvrage, avec des thèmes venant de la littérature. Certaines partitions contiennent des arrangements pour guitares, comme ceux de Ferdinando Carulli (ses morceaux célèbres étant beaucoup joués dans les Salons), alors que des journaux équivalents ne contiennent que des partitions pour piano. Enfin, les articles de la revue sont illustrés par plusieurs planches. Il y a une véritable mise en scène du texte avec des propositions harmonieuses, la composition annonçant déjà l’illustration des ouvrages de vulgarisation scientifique pour la deuxième moitié du XIXe siècle. Sans le format du schéma scientifique, les planches permettent d’apprendre à regarder et à observer. C’est donc un bel ouvrage à venir admirer pour ses illustrations délicates et précises, mais aussi à feuilleter pour se plonger dans le monde littéraire, politique et scientifique foisonnant du XIXe siècle.

L’exposition ne prétend pas seulement s’intéresser aux livres de prestige dans leur forme matérielle, mais également dans le contenu qu’ils véhiculent. As Mulheres Do Meu Pais, écrit par la journaliste militante Maria Lamas, fait partie de ces ouvrages que les conservateurs de la bibliothèque se réjouissent de posséder[2]. Très connue au Portugal, Maria Lamas s’impliqua activement dans la reconnaissance du rôle méconnu joué par les femmes au sein de la société portugaise. Dès les années 1930, la militante féministe prit à contresens la propagande de l’humble femme au foyer sous le régime de Salazar. Elle organisa notamment une exposition sur les travaux artisanaux des femmes incarcérées dont le succès inquiéta le gouvernement qui la fit fermer prématurément. La journaliste continua néanmoins de militer pour la reconnaissance de rôle social et économique des portugaises au cours d’une expédition dans le pays. Au fil des entretiens et des régions visitées, la journaliste put ainsi dresser un portrait de la condition féminine au Portugal beaucoup plus complexe et contraire aux idées reçues. Elle remarqua également que les femmes du sud du Portugal étaient beaucoup plus émancipées puisqu’elles tenaient entre autres les comptes domestiques de main de maître, dont la paie de leur mari. À l’inverse, leurs consœurs au nord étaient beaucoup plus sujettes à l’autorité patriarcale et sortaient peu du foyer. Maria Lamas accompagnait enfin ses témoignages et ses commentaires de photographies des femmes interrogées destinées à prouver leur implication directe dans l’économie du pays.

Illustration 4: As Mulheres Do Meu Pais, de Maria Lamas

On peut les voir en effet en plein effort en train de pêcher, labourer ou pousser de lourds wagons de charbon. Ces photographies sont donc également là pour démentir le topos de la fragilité trop souvent liée au sexe dit « faible ». Ce regard féminin sur la condition féminine au Portugal adresse ainsi message clair : les portugaises ne sont pas seulement des mères et des épouses, mais surtout de robustes travailleuses. Et naturellement aux yeux de Lamas, issue de la première génération de féministes, il était essentiel qu’elles soient reconnues en tant que tel.  

Ce travail documentaire précis réalisé par la journaliste fut régulièrement publié dans une série de petits fascicules qui circulèrent dans tout le pays et connurent un grand succès entre 1947 et 1950. Le livre exposé à la bibliothèque de Rennes est le témoignage de ce succès et de l’importance accordée à ces fascicules puisqu’il les réunit tous dans une publication reliée en cuir. La qualité de sa couverture ainsi que la présence d’éléments de couleurs indiquent par ailleurs que cet ouvrage était jugé suffisamment intéressant pour lui attribuer une édition de qualité qui séduirait les acquéreurs. Tant d’engouement pour le travail de Maria Lamas et son implication pour la cause des femmes ne la protégèrent pas néanmoins de la pression du gouvernement. Décidément trop en désaccord avec la propagande du régime, elle choisit en effet de s’exiler à Paris en 1962. Sa présence fut remarquée alors et il n’est pas impossible que le livre exposé dans nos fonds aujourd’hui soit l’acquisition d’un ancien chercheur de la faculté de Rennes admiratif du travail acharné de cette journaliste féministe qui s’éteignit à l’âge vénérable de quatre-vingt-dix ans (1983).

Illustration 5: Vue d’ensemble de l’exposition.

Dans une région à l’identité culturelle forte, il était logique de mettre également en avant dans l’exposition les origines et les thématiques locales d’un certain nombre d’imprimés, notamment avec des livres illustrés par des peintres bretons, tels Mathurin Méheut, artiste lamballais du XXe siècle. L’exposition propose ainsi une vitrine consacrée aux ouvrages remarquables dont la particularité est d’avoir été produit ou imprimé à Rennes et ses environs. En effet, la réserve moderne de la Bibliothèque Universitaire Rennes II conserve une trentaine de beaux ouvrages des Éditions Folle Avoine acquis par la bibliothèque et mis à la disposition des étudiants et enseignants de l’université. C’est dans la région rennaise, à Bédée, qu’ont été inaugurées les Éditions Folle Avoine par le poète Yves Prié en 1980. Outre son talent de poète, Prié a su se montrer polyvalent afin de mener à bien son projet. En se formant aux différentes pratiques de la fabrication du livre, il devint tour à tour imprimeur, typographe et metteur en page, ainsi son amour des livres transparaît dans chaque livre proposé.

Le catalogue présente des livres à tirage limité sur du grand papier, alliant la poésie et l’illustration. En effet, Yves Prié a conçu de magnifiques ouvrages dont la beauté réside dans la conception artistique. L’esthétique plutôt sobre des couvertures tout papier aiguise la curiosité des lecteurs et permet à l’imagination de se déployer loin de toute fioriture. Parus sous forme de livres d’artistes de différents formats, ces ouvrages sont le fruit d’une profonde réflexion sensible entre plusieurs personnalités littéraires et artistiques contemporaines. Au-delà de la publication de ses propres poèmes « La nuit des pierres », « Passages des amers », « Frontières » et « Granit », Prié révèle des écrivains et poètes tels que Heather Dohollau ou Alain Kervern qui ont, pour la grande majorité, des attachements à la Bretagne. Il accorde cependant une importance particulière à mettre en lumière des textes oubliés d’auteurs classiques, comme par exemple l’édition d’Ubu intime d’Alfred Jarry.

Il présente aussi une collection de littératures étrangères, invitant les lecteurs aux voyages imaginaires. Plutôt que de les présenter comme des livres d’artistes, Prié préfère la formulation de « livre pour artistes »[3], faisant de l’objet-livre un lieu de partage et de collaboration. En effet, les poèmes et écrits des auteurs sont magnifiés par des illustrations aux styles variés de Nicolas Fédorenko ou encore de François Dilasser. Grâce à des lignes minimalistes, des formes cézaniennes et des couleurs épurées, les illustrations proches de l’abstraction informelle habillent les différents textes ; la diversité est le maître-mot de ces collections inédites et originales, tant par le fond que par la forme. À contre-courant des maisons d’édition plus imposantes, les Éditions Folle Avoine se différencient par leur dimension esthétique et poétique dans lesquelles le visible et le sensible s’entremêlent. Les livres d’artistes de ces éditions s’élèvent au rang des beaux livres grâce à la qualité de leur fabrication, leur assurant de durer dans le temps, ainsi qu’à une esthétique aérienne et à une proposition bibliographique hétéroclite et variée. Cette petite maison d’édition bretonne continue de se développer et d’étoffer son catalogue au fil des ans, permettant de faire vivre et découvrir divers auteurs et artistes méconnus.

Illustration 7: La BU de Rennes 2 a consacré une exposition aux ouvrages des éditions Folle Avoine en 2011.

La section de l’exposition sur les diversités régionales s’arrête aussi sur une pratique du livre qui, à bien des égards, fait du Nouveau Tristan écrit en 1554 par Jean Maugin, plus connu sous le nom du « Petit Angevin », et réédité par Benoît Rigaud à Lyon en 1577, un trésor à part. L’un de ses propriétaires s’est appliqué, au XVIIIe siècle, à diviser cet épais in-16 en deux parties distinctes, et a fait pourvoir les deux tomes ainsi créés d’une nouvelle reliure luxueuse. De petit livre bon marché produit pour une lecture récréative au XVIe siècle, l’ouvrage acquiert ainsi le statut d’objet de collection précieux quand ce type d’imprimés devient l’objet des convoitises des collectionneurs deux siècles plus tard. Les deux figures iconiques de Probé et de Tacite sont mises en avant sur la page de titre. La sagesse d’une légende celtique retravaillée par la généalogie de l’Histoire entre ainsi en résonance au fil du parcours de cette section avec une rare première édition d’une grammaire de la langue galloise de John Davies, publiée par John Bill à Londres en 1621, et avec celle de la Grammaire françoise-celtique ou françoise-bretonne de Grégoire de Rostrenen, parue à Rennes chez Julien Vatar en 1738.

Illustrations 8 et 9: le Nouveau Tristan, USTC 27470, et les grammaires galloise et bretonne

Dans ce prolongement, une autre section de l’exposition est dédiée aux « diversités linguistiques » présentes dans les collections de l’Université de Rennes 2. L’intérêt en est double : représenter cette diversité des langues, mais aussi celle des sources. Si l’on y trouve évidemment la présence de dictionnaires, la volonté était aussi de mettre en avant d’autres types de livres en langues étrangères. Il apparaissait alors tout naturel d’exposer un recueil factice de pièces écrites (ou co-écrites) par le célèbre dramaturge anglais John Fletcher, que la postérité a relégué dans l’ombre de son aîné William Shakespeare, avec lequel il eut parfois l’occasion de collaborer. À cet égard, la présence de la Colección de canciones patrióticas de Mariano de Cabrerizo y Bascuas, parue à Valencia en 1822, permet de mettre en lumière un héritage fondateur de l’Espagne moderne.  Ce petit ouvrage atypique regroupe en effet les partitions et paroles de chants patriotiques écrits lors de l’insurrection contre le roi Ferdinand VII, dont certains étaient encore chantés au XXe siècle, par les républicains pendant la guerre d’Espagne.

Une mention particulière doit être faite du dictionnaire sino-latin d’Étienne Frumont publié en 1742, qui surprend autant par son histoire que par le savoir-faire qu’a nécessité son impression. En effet celle-ci exigea la création sur mesure quelques années auparavant de caractères typographiques gravés sur bois, les Buis du Régent. De réalisation certes encore imparfaite, ils représentent cependant la première entreprise d’envergure dans l’impression de caractères orientaux en Europe, puisqu’on en réalisa plusieurs milliers. Ce livre se retrouva au centre d’une polémique concernant sa paternité, puisqu’un élève de Huang Jialuë, enseignant chinois installé à Paris à l’époque, accusa publiquement l’auteur (lui-même élève dudit Jialuë) d’avoir subtilisé les notes du défunt maître pour se les approprier.

Illustration 10: Vue de l’exposition avec le dictionnaire sino-latin de Frumont au premier plan.

Si le grec ou l’hébreu ne sont pas présents en tant que tels dans cette vitrine, le visiteur pourra en admirer les caractères et peut-être même reconnaître ceux de l’araméen et du syriaque, grâce à la présence voisine d’une prouesse typographique : la Bible polyglotte imprimée à Anvers par Christophe Plantin en 1568-1573.

Les vitrines de cette exposition illustrent ainsi la diversité des collections, proposant une sélection de livres et documents exceptionnels. Mais elles ne dévoilent en réalité qu’une fraction des richesses de la bibliothèque, qui restent en grande partie encore à découvrir.

L’exposition « Trésors cachés des bibliothèques de Rennes 2 » est visible jusqu’au 3 mai 2019 ; des visites guidées seront organisées en avril, dont les dates seront indiquées sur le site web de la BU. Les livres et objets présentés dans l’exposition seront également mis en valeur dans un livre de prestige co-écrit par de nombreux chercheurs de Rennes 2.

Camille Crambes
Alex Delusier
Joanne Le Guen
Nicolas Lemaire
Isabelle Riquet
Commissaires de l’exposition, étudiant.e.s à Rennes 2

[1] Cette revue a fait l’objet d’une présentation de Catherine Sablonnière lors d’une séance du séminaire Autour du Livre à Rennes, dont sont tirées les informations présentées ici.

[2] Cet ouvrage a fait l’objet d’une intervention d’André Bélo dans les rencontres Autour du livre à Rennes.

[3] Jacques Brélivet, Préface de Folle Avoine : 30 ans d’éditions, Rennes : Service culturel de l’université de Rennes 2, 2011, p. 4.

 

Imprimer des images, diffuser son image. Les collections de la Chalcographie du Louvre avant la fondation du Louvre

Il est difficile de travailler sur le livre sans s’intéresser à l’estampe. L’impression des textes et celle des images ont suivi des chemins parallèles, et leurs voies se croisent sans cesse : l’image est partout dans le livre, imposant des contraintes techniques plus ou moins fortes selon les techniques utilisées. Les acteurs sont, eux aussi, proches. Si la vaste majorité des éditeurs sont des artisans privés, le pouvoir de diffusion de ces nouveaux médias est tel que le pouvoir royal va rapidement s’y intéresser : si l’Imprimerie royale est créée dès François Ier puis transformée en véritable manufacture par Louis XIII, le Cabinet du roi – son équivalent, mutatis mutandis, pour l’estampe – est fondé vers 1670 par Louis XIV et Colbert.

Couverture du catalogue de l'exposition (dir. J.-G. Castex)
Couverture du catalogue de l’exposition (dir. J.-G. Castex)

Quand le pouvoir royal se fait éditeur d’estampes

L’exposition  « Graver pour le roi » qui est actuellement présentée au musée du Louvre, revient sur ce lien fort entre pouvoir royal et estampe, à travers des collections conservées au département des Arts graphiques1. Car cette « manufacture nationale d’estampes » existe encore, sous le nom de « Chalcographie du Louvre », et possède des ateliers à Saint-Denis – Jean-Gérald Castex, conservateur au musée du Louvre et commissaire de cette exposition, en est le responsable. Il présente dans cette exposition le patrimoine sur lequel a pu s’appuyer la « Chalco » depuis sa (re)fondation en 1797 – toutes ces planches de l’Ancien Régime que l’institution conserve et qu’elle vient seulement de décider de cesser de tirer pour les patrimonialiser – issues de trois origines proches mais distinctes.

Dans trois espaces différenciés par leur scénographie sont ainsi présentées :

  • les estampes du Cabinet du roi

  • celles des Menus plaisirs (et de la Ville de Paris)

  • celles de l’Académie royale de peinture et de sculpture

La présence des estampes du Cabinet du roi au Louvre n’est pas évidente : c’est bien à la Bibliothèque royale, où s’est toujours trouvé le Cabinet des estampes français des origines à nos jours, qu’est créé cet atelier. Sa création doit être remise dans le contexte de « politique culturelle » du début du règne personnel de Louis XIV : création des Académies (Petite Académie 1663, des Sciences 1667…), établissements de manufactures… mais n’est pas intégrée à une stratégie globale : des planches ou des livres illustrés (livres de fête…) sont commandés au fil de l’eau – ce n’est qu’en 1670 qu’un programme général est établi, reposant sur des commandes planifiées aux meilleurs graveurs du temps. Certains des chefs d’œuvre de l’art du Grand Siècle en sortent, mais ces estampes sont avant tout destinées à un usage privé – cadeaux diplomatiques ou de Cour. Louis XIV est fier du résultat, il visite la Bibliothèque royale en 1681 et s’essaie à l’impression d’une estampe ; on achète aussi pour les réunir aux planches commandées certaines suites et séries réalisées par des privés (les Conquêtes de Beaulieu, par exemple) qui, par leur thématique, s’intègrent à la stratégie globale. Mais cela coûte très cher – l’histoire du Cabinet du roi est très vite celle d’une succession de projets pour rentabiliser le processus : on pense à l’affermer, on échange des épreuves avec des marchands étrangers, on vend finalement sous forme de recueils les estampes, et on retire même certaines pièces choisies avec soin jusqu’en 1743 avec la publication d’un catalogue des planches offertes.

Le garde du Cabinet des estampes, Hugues-Adrien Joly, aurait bien voulu que les diverses instances publiques qui commandaient des estampes lui versassent leurs plaques, mais l’histoire a bouleversé ses plans. La Révolution française reprend son idée, mais au profit du nouveau musée créé dans le palais du Louvre : la Chalcographie naît en 1797. Le garde des Estampes s’oppose de toutes ses forces à ce qu’on lui retire une partie de ses collections… ce qui finit pourtant par arriver : en 1812, les planches du Cabinet du roi rejoignent à leur tour la Chalcographie.

Au-delà du Cabinet du roi

Estampes et matrices des Menus Plaisirs
Estampes et matrices des Menus Plaisirs

Car parallèlement au Cabinet du roi, d’autres structures royales se sont faites éditrices d’estampes, en particulier les Menus Plaisirs. Dépendant de la Maison du roi, cette administration se lance dans la production d’estampes à partir du couronnement de Louis XV. Échaudés par l’expérience passée, leur but n’est pas de faire paraître des albums, recueils ou livres constitués, mais seulement des estampes en feuille dépeignant les grands événements du règne, et particulièrement les festivités éphémères – mariages, bals, funérailles… Inutile de souligner qu’il s’agit là encore de sources visuelles de première importance, au-delà de leur intérêt artistique. Si les modalités sont différentes, l’idée est toujours celle de Colbert : diffuser à une élite les beautés du règne et les proposer en modèle à la France et l’Europe, en faisant travailler certains des meilleurs artisans et artistes (les Cochin…).

Enfin, l’Académie royale de peinture et de sculpture conserve aussi un certain nombre de matrices. Des graveurs en sont en effet membres dès la seconde moitié du xviie siècle et doivent proposer un « morceau de réception » pour intégrer la compagnie. Parallèlement, l’Académie achète des plaques issues de fonds d’atelier, françaises (Edelinck, L. Cars…) ou étrangères (d’après Rubens…). Les plaques étaient tirées, et vendues par le concierge de l’Académie, de même que les livrets des Salons. Cela rapporte largement moins que les pièces d’art contemporains (300 l./an environ pour les pièces anciennes, à comparer aux 3700 l. de la seule Suzanne au bain de Porporati (1772)), mais l’idée de vendre conjointement patrimoine ancien et création contemporaine restera la base du fonctionnement de la Chalcographie, qui diffuse au cours des XIXe et XXe siècle l’image des chefs d’œuvre de la Nation.

Ces trois fonds sont présentés dans les nouveaux espaces d’exposition du département des Arts graphiques (où ils succèdent à l’exposition de Séverine Lepape sur les estampes en clairs-obscurs). Environ soixante-dix matrices, exclusivement en cuivre, datant des XVIIe et XVIIIe siècles, sont exposées. On y trouve certains des chefs d’œuvres de l’art français : les Batailles d’Alexandre d’Audran, la Colonnade du Louvre de Sébastien Leclerc, les livres de fêtes par Lepautre ou Israël Silvestre, les fêtes de Cochin, le Lycurgue de Demarteau, etc. Il est rarissime d’avoir accès à ces matrices et l’exposition est, ne serait-ce qu’en cela, un événement culturel majeur.

Faire une exposition d’un fonds pléthorique

Sélectionner seulement soixante-dix pièces parmi les chefs d’œuvre à disposition est forcément un arrache-cœur. J.-G. Castex s’y emploie avec brio, jonglant entre passages obligés et découvertes pour aboutir à un résultat qui se veut représentatif des fonds conservés. Quoi qu’il en soit, le sujet est suffisamment peu connu du grand public pour que les visiteurs y trouvent leur compte. L’exposition est également l’occasion de présenter quelques mystères qui n’ont pu être résolus ! Certaines matrices sont présentées recto-verso… car le cuivre coûte cher et qu’il n’était pas rare que les plaques fussent réutilisées.

Portrait sur le revers d'une plaque
Portrait sur le revers d’une plaque (cat. 48c)

Un portrait de la Vierge (?) est ainsi présenté au revers d’une plaque de l’Académie, dont les spécialistes ne trouvent pas d’épreuves, ni l’auteur (cat. 48c). Plus étrange encore, une ébauche (?) au trait sur le verso d’une des Batailles d’Alexandre (cat. 10), abandonnée et gravée en miroir par rapport au recto – une très rare épreuve issue de la collection Bégon en est conservée à la BnF.

La scénographie est très simple : la plupart des pièces sont présentées à la verticale sur les murs peints de très belles couleurs sombres (un aubergine pour les deux premières parties, un bleu très foncé pour la troisième) qui font ressortir les papiers et les métaux. L’estampe n’aime finalement pas être présentée sur un mur blanc.

Scénographie de l'exposition : la partie sur l'Académie
Scénographie de l’exposition : la partie sur l’Académie

On aurait aimé, peut-être, que la grande salle tout en longueur soit rythmée par des cimaises perpendiculaires aux murs, afin de créer des espaces thématiques mieux définis et rendre le tout plus intime. Mais le principal regret vient du fait que l’immense majorité des planches n’ont pas été désaciérées pour être présentées ! L’aciérage consiste, comme son nom l’indique, à déposer une très fine couche d’acier sur le cuivre, afin qu’il résiste à des milliers de passages sous la presse sans s’abîmer. Mais ce procédé date du milieu du XIXe siècle – on se trouve ainsi avec des plaques peu lisibles, de couleur argentée, bien loin de ce à quoi ressemble une matrice de cuivre normale. Le public étant peu familier de ces questions risque de repartir avec une fausse idée de ce qu’est une matrice et de la chronologie des techniques et pratiques. Il est fort surprenant que la Chalcographie n’ait pas été capable de désaciérer quelques dizaines de plaques pour une exposition de tout premier rang qui devrait faire sa fierté. Et ce d’autant que, pour être lisible, une plaque doit être « encrée » (de l’encre insérée dans les creux, comme si on allait l’imprimer) et, pour la protéger, vernie. Là encore, le travail a été trop vite fait et le vernis blanchit – le commissaire n’est évidemment pas à blâmer mais on s’interroge sur les moyens accordés à une telle exposition pour que la tradition d’excellence du Louvre dans la présentation des pièces ait ainsi dû être abandonnée.

Le Louvre, lieu d’exposition de l’estampe ?

Une telle exposition aurait bien sûr eu toute sa place à la Bibliothèque nationale de France, sur le site Richelieu, où les presses du roi ont roulé, où on a relié et distribué les épreuves aux grands personnages qui en obtenaient un exemplaire à force de supplications, où sont encore conservées les archives et où Colbert voulait que fussent conservées les épreuves en fondant le Cabinet des estampes. Mais sa présence au Louvre a un grand avantage – en dehors d’obtenir une visibilité supérieure auprès du grand public et des touristes étrangers – celui de faciliter le prêt d’œuvres d’autres départements de ce musée. Car s’il n’est pas rare de voir des dessins préparatoires à côté d’estampes, il l’est beaucoup plus de voir côte à côté un tableau étranger ayant appartenu à Louis XIV, la matrice qui l’interprète par la gravure et une épreuve qui en est tirée.

De Carrache à Chasteau (tableau, matrice, estampe)
De Carrache à Chasteau (tableau, matrice, estampe)

C’est qui est proposé ici avec la Lapidation de saint Étienne, d’Annibal Carrache (v. 1600-1610), interprétée par Guillaume Chasteau (1670). Plus exceptionnel encore, la présentation d’une statue antique des collections royale, avec la matrice et l’estampe (Claude Mellan). De tels rapprochements entre médias apportent toujours beaucoup puisque c’est en travaillant sur le modèle d’une estampe de Baudet (cat. 8) qu’un buste antique de Versailles, que l’on pensait de la collection Campana, a pu retrouver son historique royal.

D'un antique à Claude Mellan (sculpture, matrice, estampe)
D’un antique à Claude Mellan (sculpture, matrice, estampe)

De nombreuses découvertes sont publiées dans le catalogue. Elles viennent s’ajouter aux travaux académiques qui avaient été régulièrement publiés sur le sujet, et qui avaient largement progressé à la fin du siècle dernier et au début du nôtre par la consultation plus systématique des archives (du Cabinet du roi au département des Estampes de la BnF, des Menus plaisirs aux Archives nationales…). Mais le catalogue est surtout bienvenu car nous manquions d’une bonne synthèse sur le sujet, particulièrement pour tous ceux (historiens de l’art, historiens du livre…) qui doivent connaître ce phénomène et ces pratiques sans en être spécialistes. Au cours de ses deux siècles d’existence – 350 ans si l’on compte le Cabinet du roi – la Chalcographie aura été un fascinant exemple de commande publique nourrissant la création contemporaine, mais aussi de capacité à rendre patrimoniales ces œuvres contemporaines en les incluant dans un plus large catalogue, à l’importante profondeur historique et en perpétuel enrichissement.

L’exposition est ouverte jusqu’au 20 mai 2019.

  1. l’auteur de ce billet a participé à l’exposition par des notices dans le catalogue et en contribuant aux prêts accordés par la BnF, où il travaille professionnellement []

Une visibilité réduite : fastes et lacunes d’une exposition sur le théâtre au XVIe siècle

 

Le musée national de la Renaissance au château d’Écouen propose jusqu’au 28 janvier 2019 l’exposition Pathelin, Cléopâtre, Arlequin. Le théâtre dans la France de la Renaissance. Cette exposition présente sans aucun doute la plus grande quantité de livres sur et autour du théâtre et de la culture spectaculaire en français au XVIe siècle jamais rassemblée pour une telle manifestation culturelle. À ce titre, elle offre à qui la visite un saisissant tour d’horizon visuel des supports et des formats proposant à l’époque des textes de théâtre, mais aussi des récits festifs, des images de décors et de spectacles, ainsi que des documents témoignant de la pratique dramatique. Il est d’autant plus dommage qu’elle ne réponde pas aux attentes qu’une telle ambition peut susciter.

Une large place faite aux livres

Pour limiter le propos aux livres qui sont l’objet d’étude de ce blog, je ne commenterai pas les documents d’archives, tableaux, gravures, objets et même tapisseries et tissus présentés aux côtés de ces livres, autrement que pour souligner le grand intérêt de les rassembler ainsi dans un même espace d’exposition. Ils font l’objet d’une présentation riche et éclairante sur différents aspects de la pratique théâtrale comme sur l’impact que le théâtre put avoir sur l’imaginaire collectif à cette époque. Les livres (manuscrits et imprimés) représentent quant à eux presque la moitié des 137 pièces présentées.

L’exposition est divisée en quatre salles : « L’apogée des formes médiévales », « Un théâtre humaniste », « L’émergence de la commedia dell’arte » et « Un théâtre de Cour ? La construction d’un nouveau symbolisme collectif ». La première salle, et aussi la plus grande, est consacrée au théâtre issu de la tradition médiévale encore largement pratiquée au XVIe siècle. Les vitrines centrales de la pièce proposent une impressionnante collection de manuscrits de mystères et pièces à sujets religieux, qui illustrent la diversité de ces supports. 

On peut ainsi voir côte à côte des manuscrits de mystères présentant le texte complet d’une pièce, certains dans une mise en page dépouillée, d’autres richement enluminés ; des imprimés qui soulignent que les textes de ces mystères ne restèrent pas cantonnés au seul support manuscrit ; des registres de comptes ainsi que des contrats documentant l’organisation des représentations de ces mystères. On y trouve aussi d’exceptionnels documents de travail utilisés lors de représentations, tels que l’Abregiet de la Passion jouée à Mons en 1501, qui permettait au metteur en scène (‘meneur de jeu’) d’avoir une vue d’ensemble des répliques abrégées des différents personnages et des actions de jeu (Mons, bibliothèque centrale, Ms 535 (1086) R1/B) ; ou encore de rares rôles d’acteurs, qui ne comportent que les répliques du personnage que l’on joue (Rôle de l’Homme Pécheur, moralité de la fin du XVe siècle, BnF Ms NAF 6514). Tous sont rendus accessibles par de très utiles tablettes en bois que l’on peut prendre en main pour lire une transcription d’extraits de textes manuscrits.

Manuscrits et incunable de mystères de la Passion richement enluminés

La deuxième salle fait la part belle à trois types de livres, dont le propos reflète l’intérêt des humanistes pour le théâtre antique, et l’inspiration qu’ils y trouvent : des éditions, en latin et en français, des œuvres du poète comique latin Térence ; des traités architecturaux italiens qui proposent une réflexion sur la construction de nouveaux théâtres et décors inspirés de l’Antiquité ; et les premières tragédies et comédies en français d’auteurs tels qu’Étienne Jodelle, Robert Garnier ou Pierre de Larivey.

Térence, Comoediae, Johann Grüninger, Strasbourg, 1496 (USTC 749279)

Les troisième et quatrième salles proposent une belle palette d’éditions présentant différents divertissements de cour et entrées urbaines ainsi qu’une sélection intéressante de pièces issues du monde des acteurs italiens à la fin du XVIe siècle. Certains de ces ouvrages éveilleront certainement la curiosité des historiens du livre. Ainsi d’une édition d’une comédie italienne, l’Angelica de Fabrizio de Fornaris, par le parisien Abel Langelier (1585) (USTC 130109), qui attire l’attention sur la petite production dans cette langue d’un imprimeur-libraire majeur, plus connu pour son ample catalogue en français. Ou encore l’expérimentation menée par Gérard Vivre avec sa Comédie de la fidélité nuptiale (Paris, Nicolas Bonfons, 1578) : dans ce livre, l’auteur propose un système inédit de signes typographiques servant à donner des indications scéniques dans le texte de la pièce. A ce titre, l’exposition a pour mérite certain de proposer, aux côtés d’ouvrages incontournables, d’autres livres moins connus mais tout aussi fascinants.

Deux pages de la Comédie de Gérard de Vivre (g. Système de didascalies typographiques; d. Son application dans un dialogue)

Des livres trop peu mis en valeur

Il est donc dommage que ces livres, dont la variété et l’intérêt sont frappants, ne bénéficient pas toujours d’une mise en valeur adéquate. Dans toutes les salles, l’exposition des livres est similaire : la plupart sont présentés en vitrine à l’horizontale, pour s’ouvrir sur la page de titre ou sur deux pages reflétant au mieux le contenu de l’ouvrage. Cette exposition classique est compréhensible, mais les longues rangées de livres ainsi présentées peuvent s’avérer monotones pour les personnes qui visitent l’exposition sans avoir de connaissances préalables en histoire du théâtre ni en histoire du livre.

Elle est de plus inévitablement frustrante, dans le cas de manuscrits et d’imprimés vantés pour leur contenu particulièrement riche en illustrations, ou les particularités de leur contenu. Étant donné le partenariat mis en place avec la Bibliothèque nationale de France, on aurait pu envisager un accès électronique à certains ouvrages dont la numérisation est disponible sur Gallica, via des tablettes au fil de l’exposition, ou tout autre dispositif attirant l’attention des visiteurs sur l’existence de ces objets numériques. Il est en effet dommage de se priver du plaisir de pouvoir feuilleter l’un des manuscrits du Mystère de la Passion de Valenciennes, richement peints, ou encore le Balet comique de la Royne (1582) et ses nombreuses gravures[1], pour se faire une meilleure idée de leur contenu.

De fait, les choix de présentation des ouvrages risquent de faire passer les visiteurs à côté de pièces essentielles. Ainsi, dans la première salle, en parallèle aux livres de mystères, les autres « formes rudimentaires » théâtrales (pour reprendre une expression particulièrement malheureuse du panneau présentant les farces, sotties et moralités) ne bénéficient pas du même traitement de mise en valeur. Il est dommage que, dans la (trop) petite sélection d’imprimés présentée pour cette section, soient mis sur le même plan des éditions intéressantes mais conservées en plusieurs exemplaires, et des ouvrages absolument uniques. Ainsi, on se demandera si un objet exceptionnel comme le Recueil de Florence (coll. privée), l’un des trois grands recueils de théâtre joyeux imprimé, ne pouvait pas mieux être présenté que perdu dans une vitrine foisonnante.

Le recueil de Florence, exposé pour la première fois au public 

Cela ne contribue pas à attirer le regard des visiteurs sur ce témoin majeur de l’histoire du théâtre, ni à souligner qu’est ici exposé pour la première fois au public un livre demeuré dans des collections privées depuis sa découverte dans un grenier en 1927 (et prêté pour l’occasion par son propriétaire) : seuls deux chercheurs, Gustave Cohen et Jelle Koopmans, avaient jusqu’ici eu le privilège d’y avoir accès pour l’étudier.

Cela crée également l’impression fausse que c’est le théâtre religieux qui primait dans la pratique théâtrale du premier XVIe siècle, vu la place donnée à ses témoins dans cette salle, qui réduit le foisonnement des autres formes théâtrales et festives de l’époque à peu de choses, au regard de la masse de livres et de documents qu’elles nous ont pourtant laissée.

Une question laissée sans réponse : qu’est-ce que le théâtre dans la France de la Renaissance ?

Car c’est bien là que le bât blesse. Le problème majeur auquel on est confronté dans cette exposition réside dans un biais qui met en avant la sélection de certains types d’ouvrages, pour occulter d’autres pans de la production de livres de théâtre et de la pratique théâtrale de la même période, sans que cela soit justifié par les sources. Le théâtre religieux qui l’emporte sur les autres formes dramatiques pour la première salle en est un exemple. La mise en avant d’un « théâtre rêvé » des humanistes dans la deuxième salle en est un autre. Les belles éditions illustrées de Térence éclipsent la pratique du théâtre des Collèges, en latin notamment. Le théâtre des Jésuites, autre forme majeure du théâtre pédagogique à partir de la deuxième moitié du XVIe siècle, est quant à lui tout simplement absent de l’exposition. De même, les décors imaginés par les architectes italiens ne trouvent pas de véritable contrepoint dans la présentation de documents permettant de mieux saisir les questions de scénographies réellement à l’œuvre quand se mettent en place les premières structures de jeu pérennes, à Paris notamment. C’est donc un théâtre souvent imaginaire qui est mis en avant, au détriment de la pratique dramatique proposée aux publics de la Renaissance.

Autre angle mort de l’exposition, un seul livre, la « tragédie françoise » Abraham sacrifiant de Théodore de Bèze (ici présenté dans son édition anversoise de 1580, est chargé d’illustrer toute la richesse du théâtre protestant en français. On sait que ce théâtre fut particulièrement foisonnant en France dans la deuxième moitié du XVIe siècle, dans les registres non seulement tragiques, mais aussi comiques et satiriques, en résonance avec les tensions puis les conflits sanglants des guerres de religion qui marquèrent le royaume.

La Comédie du Pape malade, [Genève], [Conrad Badius], 1561, USTC 209

De nombreuses pièces réformées furent jouées dans des villes françaises, et circulèrent à l’état de manuscrits et d’imprimés : là encore, la documentation existe, et aurait dû être présentée pour donner une vision complète des enjeux sociaux et religieux du théâtre de la première modernité. Ainsi, il était possible de faire le lien avec le manuscrit La Vallière, ou Recueil de Rouen, présenté comme recueil de farces dans la première salle l’exposition, mais qui contient également des pièces d’inspiration protestantes composées et jouées en Normandie. Cela aurait permis de montrer la complexité de tels ouvrages, plutôt que de les réduire à des stéréotypes – le comique de la farce n’excluant pas ici le sérieux de la critique réformée, par exemple.

Le Recueil La Vallière, ou Recueil de Rouen, BnF Ms Français 24341 (photos © Mario Longtin)

On pourrait certes arguer qu’une partie du théâtre protestant, de Bèze et d’autres, fut imprimé à Genève ou Neuchâtel et se trouverait donc à la marge du champ défini par l’exposition, la France de la Renaissance. Mais, outre le fait que ces livres circulèrent largement dans le royaume, il faudrait alors également discuter le statut d’autres objets présentés au fil de l’exposition. Ainsi, les manuscrits des Passions jouées et copiées à Valenciennes et Mons, sont présentés parmi d’autres témoins des mystères joués en France, alors que ces villes faisaient encore partie des Pays-Bas. On regrette donc ici le manque de contextualisation de ces questions de frontières géopolitiques qui ne recoupaient pas celles de la langue au XVIe siècle, et qui posent donc la question de ce qu’est le théâtre français, ou en français à l’époque.

En conclusion, cette exposition mérite le déplacement pour l’introduction d’un sujet encore largement inconnu du grand public, et pour la richesse des œuvres et des livres qu’elle présente, en particulier certaines pièces, exceptionnelles à bien des égards. On déplorera en revanche que des pans de la recherche actuelle soient laissés dans l’ombre ou sous-exploités, ce qui n’aboutit qu’à une vision partielle, et donc incomplète, de la culture théâtrale du temps. Ces manques se retrouvent en particulier dans la présentation des livres imprimés, qui ne permet pas assez de bien en saisir le contexte de production, l’utilisation et la réception dans la société du XVIe siècle, ainsi que la valeur patrimoniale et scientifique.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

[1]  Sur cet ouvrage, je renvoie au billet de Juliette Jestaz, « Les faux pas du Balet comique de la Royne imprimé en 1582 », publié sur notre blog le 4 octobre 2017.