Les Estienne à la Bibliothèque Edward Worth à Dublin

Fondée en février 1733, à la mort de son créateur, la Bibliothèque Edward Worth est une singularité parmi les bibliothèques irlandaises. Construite sur-mesure, selon les dernières volontés de son créateur, la bibliothèque fait corps avec l’hôpital du Dr Steevens. Le premier étage, qui abrite aujourd’hui ses locaux, a été dessiné et pensé par et pour la présence essentielle des livres. Imaginé comme le système de sauvegarde le plus efficace de son temps pour garantir la conservation de ses précieux ouvrages, le lieu même est encore aujourd’hui un véritable écrin pour de nombreux trésors.

Illustration 1: L’hôpital du Dr Steevens en 1780.

Cet écrin, dont la création a suivi à la lettre les exigences d’Edward Worth, est l’une des plus grandes surprises de cette bibliothèque puisqu’il remplit encore quasi-parfaitement son rôle de préservation des collections. Pour cela, Edward Worth n’a rien laissé au hasard : à la pointe de l’innovation, ses livres sont parmi les premiers à être conservés dans des étagères vitrées dont le bois d’époque fait encore de nos jours le charme et le renom de la bibliothèque. Ainsi, tout a été pensé pour assurer la pérennité de sa collection, dans un souci du détail absolument visionnaire. Chaque aspect de leur sécurité a été pensé, de l’exposition volontairement faible à la lumière extérieure, à la température moyenne naturellement basse et régulée par les pierres environnantes, en passant par une restriction sévère de l’accès aux ouvrages aux chirurgiens de l’hôpital. Toutes ces exigences témoignent de l’avance impressionnante des connaissances en préservation des livres de son fondateur. Seul l’ajout de quelques nouvelles technologies comme des systèmes anti-incendie ou des caméras de surveillance a été nécessaire afin de compléter son œuvre1.

Si un écrin vide est bien peu de chose, son caractère innovant n’est rien sans les trésors qu’il abrite. Edward Worth, physicien passionné de littérature, a construit au fil de son existence une collection débordant de très loin les limites de son champ de connaissances professionnelles. Les publications scientifiques tiennent évidemment une place essentielle dans la constitution de cette bibliothèque, cependant elle est loin d’être aussi centrale que l’on pourrait s’y attendre : la littérature, l’histoire et la théologie lui tiennent largement tête et ne font qu’ajouter à la richesse incroyable de cette collection. Les répartitions des thématiques abordées et le goût de cet étrange collectionneur en font une exception parmi les collections privées de scientifiques de l’époque. Cet amour des lettres ne s’exprime pas uniquement par le choix des thématiques abordées. En effet, une courte visite de la bibliothèque nous permet de comprendre que cette passion ne se limite pas seulement à la lecture, mais s’étend bien au livre en tant qu’objet. Les vitres, protection si innovante, servent avant tout de présentoirs pour une collection dont la richesse et la finesse des ornements et des reliures témoignent d’une seconde dimension dans cet amour du livre : sa valeur matérielle.

Ces deux premiers éléments d’identification de la bibliothèque d’Edward Worth – la présence de livres extérieurs au champ scientifique et l’importance du livre en tant qu’objet – semblent d’eux-mêmes justifier la présence dans cette collection d’ouvrages publiés par divers membres de la famille Estienne. Grande famille d’imprimeurs et de libraires français du XVIe siècle, les Estienne sont alors reconnus pour leurs publications érudites en grec, en latin et en français. C’est la présence de plusieurs de leurs ouvrages dans les collections d’Edward Worth qui ont attiré notre attention et qui ont servi d’objet d’étude pour l’exposition « Estiennes at the Edward Worth Library ».

Illustration 2: L’exposition « Estiennes at the Edward Worth Library »

À partir de la création d’un catalogue complet regroupant l’ensemble des titres écrits ou publiés par les membres de cette dynastie d’imprimeurs, s’est construit le socle même de cette exposition. C’est d’ailleurs pendant l’élaboration de ce catalogue qu’a vu le jour un certain nombre de questionnements.

Plus de deux siècles séparent certains de ces ouvrages de leur acquisition par Edward Worth. Le coût – que l’on imagine assez élevé – d’une telle possession, associé au nombre conséquent d’impressions des Estienne présents dans cette collection unique fait de chacun des exemplaires compilés dans ce catalogue un élément potentiel d’étude. Ne pouvant prendre la décision de leur achat comme un choix anodin ou léger, nous avons donc fait le choix d’étudier et d’interroger la présence de ces publications à la Bibliothèque Edward Worth.

Qui sont les Estienne ?

Si l’exposition demeure bien évidemment centrée sur les collections d’Edward Worth uniquement, a été l’opportunité pour nous de présenter un travail de synthèse des connaissances actuelles sur la dynastie d’imprimeurs qu’ont été les Estienne. De ce fait, l’exposition dispose d’une présentation individuelle de la grande majorité des membres de la famille. L’accent a été mis, durant la rédaction, sur notre volonté de dresser un portrait le plus complet et le plus exhaustif possible, de chacun de membres.

Le but principal était de permettre au lecteur, même néophyte, de saisir les caractéristiques qui ont forgé l’histoire d’une telle famille et de comprendre ce qui a fait son renom. Dans ce cas précis, l’étude biographique avait pour but principal d’illustrer ce qui a fait de cette famille une part aussi marquante de l’histoire du livre et de la littérature afin de justifier sa présence dans la bibliothèque d’Edward Worth et ce qui a pu faire des ouvrages présentés des objets de collection.

À ce titre, nous avons pris la liberté de ne pas limiter nos présentations aux seuls noms mentionnés dans les différents volumes du catalogue, mais d’étendre notre série de portraits aux acteurs centraux qui ont fait de cette famille le sujet de notre étude et celui de bien d’autres. C’est pour cette raison que nous avons proposé un article supplémentaire sur le rôle des femmes de la famille Estienne dans l’établissement et le maintien de la dynastie2.

En effet, il est essentiel de rappeler que la collection d’Edward Worth n’a pas été pensée autour d’eux et n’est pas centrée sur leurs productions. Ainsi, on peut remarquer que certains de leurs membres n’y apparaissent d’ailleurs pas du tout.

Illustration 3: Distribution des publications par membres de la famille Estienne dans les collections de la Worth Library

Comme nous l’avons dit plus tôt, cette reprise synthétique des précédents travaux biographiques n’était pas dénuée de liens avec notre recherche. En effet, ces portraits nous ont permis de comprendre les raisons qui font de cette famille un élément marquant de l’histoire du livre. Ainsi, leur inscription comme l’une des plus grandes – si ce n’est la plus grande – famille(s) d’imprimeurs français du XVIe siècle, justifie clairement leur présence dans la collection d’Edward Worth. Cette place pourrait leur être doublement attribuée, tout d’abord pour leur rôle d’éditeurs, mais aussi comme un témoignage de leur propre histoire, les incluant dans celle – plus vaste – de l’histoire littéraire.

De plus, ces différences de représentations à travers la collection peuvent également être vues comme le témoignage de la célébrité des membres de la famille, du moins, à travers la perception qu’en a eu Worth, depuis l’Irlande d’avant 1733. Plus qu’une simple collection, ce catalogue peut donc être vu comme un observatoire de l’aura des Estienne.

Cependant, il est essentiel de souligner que la célébrité ou non d’un des membres de la famille n’est en aucun cas un synonyme de son rôle historique. Le catalogue que nous avons conçu en est l’illustration même. En effet, certains des ouvrages cruciaux de la famille Estienne, ou des éléments qui sont aujourd’hui considérés comme tels, ne sont pas forcément présents dans la collection. Ainsi, on remarque que le fondateur même de cette dynastie est très largement sous-représenté dans les proportions affichées dans l’illustration 3.

Néanmoins, la bibliothèque et sa collection illustrent à de nombreuses reprises des événements majeurs de l’histoire de cette famille. Ainsi, la fuite de Robert I Estienne de Paris à Genève est très largement renseignée par les collections d’Edward Worth qui contiennent presque autant d’ouvrages d’édition parisienne que de ceux publiés durant cette « retraite » précipitée par des affrontements religieux et politiques. De même, deux des plus grands chantiers d’édition menés par les Estienne – à savoir les Trésors de la Langue Grecque et Latine ainsi que les multiples traductions de la Bible, qui sont encore aujourd’hui des références – se reflètent clairement comme des éléments centraux de la collection Worth.

Illustration 4: Biblia: Hebraea, Chaldæa, Græca et Latina nomina virorum, mulierum, populorum, idolorum, urbium, fluviorum, montium, cæterorúmque locorum quæ in Bibliis leguntur, restituta, cum Latina interpretatione, Paris, Robert I Estienne, 1540.

On observe l’influence de son attention de collectionneur et d’amateur du livre en tant qu’objet dans le fait que les acquisitions d’Edward Worth comprennent également l’un des éléments les plus connus de l’histoire de cette famille : les Grecs du Roi. Offerts à Robert I par le Roi François Ier et dessinés par Claude Garamond, les Grecs du Roi forment une police de caractères unique. Obtenus grâce au privilège royal et au titre d’Imprimeur du Roi en langue grecque et latine qui lui est accordé, cette faveur lui ouvre également l’accès aux manuscrits de la Bibliothèque Royale.

Illustration 5: Tes kaines diathekes hapanta. Evangelion. Kata Matthaion. Kata Markon. Kata Loukan. Kata Ioannen. Praweis ton apostolon, Paris, Robert I Estienne, 1550. Un exemple de l’utilisation des “Grecs du roi”

Cependant, l’Histoire ne les a pas seulement retenus pour leur lisibilité, mais aussi pour un scandale qui a longtemps attiré l’attention des historiens : leur vol après l’exil de Robert Ier vers Genève. En effet, le privilège royal accordé avec ces caractères n’a pas franchi la frontière, et de ce fait, il a pu sembler étonnant pour de nombreux lecteurs de retrouver dans la plupart des ouvrages publiés après 1550 la même police d’écriture. En réalité, l’incompréhension peut parvenir de deux facteurs distincts.

Tout d’abord, le privilège royal accordé à Robert Estienne – comme son atelier parisien – a été confié à un autre membre de la famille restant à Paris : son frère, Charles. Ainsi, on peut observer à travers la collection d’Edward Worth plusieurs exemplaires postérieurs à la date fatidique, ornés de ces caractères signés du nom des Estienne.

De plus, il n’est pas rare de voir dans certains écrits sur ce sujet une confusion entre trois objets distincts, le tout rassemblé sous l’appellation des Grecs du Roi :

  • Les poinçons, gravés dans l’acier, sont les modèles types qui ont permis la création des matrices. Ceux-ci n’ont jamais quitté les collections royales.
  • Les matrices, faites de cuivre, qui ont permis à différents artisans de fondre plusieurs exemplaires des caractères afin de subvenir aux besoins des différentes presses. Donnée aux Estienne, l’une d’entre elle aurait été emportée durant la fuite à Genève et par la suite, engagée pour rembourser les dettes d’Henri II Estienne, son fils, puis rachetée par la France.
  • Les caractères, fondus à partir de plomb, dont il existe plusieurs exemplaires à travers les différentes presses, mais qui sont souvent compris comme étant l’unique élément des Grecs du Roi, à savoir la représentation directe de cette police d’écriture si distinguée.
Illustration 6: Tes Kaines Diathekes hapanta. Novum Testamentum. Ex bibliotheca Regia, Paris, Robert I Estienne, 1546, Sig. a3r: un exemple du Cicero de Claude Garamont.

Pourquoi collectionner les publications des Estienne ?

L’une des premières hypothèses émises lors de la rédaction de cette exposition était d’expliquer la présence des impressions des Estienne par leur lien avec le milieu de la science et de la médecine. En effet, le catalogue complet de la bibliothèque regorge de références médicales dont on sait aujourd’hui qu’il s’agissait de références professionnelles nécessaires.

C’est avant tout l’histoire même de la famille qui nous permet un premier pas vers la vérification de cette hypothèse. En effet, de multiples publications scientifiques et médicales peuvent être trouvées dans les productions des Estienne et certaines font d’ailleurs partie de la collection Worth. De plus, il est essentiel de noter le lien profond qui les unit aux cercles érudits européens, non seulement en des termes professionnels, mais aussi par des liens familiaux. Certains membres de la famille, comme Charles Estienne, se sont même spécialisés dans ce type de production3.

Illustration 7: Medicae artis principes post Hippocratem et Galenum, [Genève], Henri II Estienne, 1567, p. 170.

Cependant, la pertinence des écrits et des publications des Estienne dans les domaines scientifiques et médicaux, si elle ne fait aucun doute à leur époque, peut être mise à mal lorsqu’elle est étudiée par le prisme de la collection d’Edward Worth. Afin de s’assurer du poids que pouvait avoir leurs productions dans ce domaine, une recherche a été faite parmi les catalogues de trois autres bibliothèques d’hôpitaux dont les collections ont été constituées à partir de la même époque que celle d’Edward Worth. Bien évidemment, il a été nécessaire de prendre en compte une différence fondamentale : la volonté d’exhaustivité de ces bibliothèques, souvent universitaires, que l’on ne retrouve pas nécessairement chez Worth. En effet, il semblerait étrange, voire inapproprié, qu’un médecin trouve ses références dans un livre dont les connaissances sont datées d’au moins deux siècles. De ce fait, bien qu’il existe de nombreux ouvrages de médecine et de science dans les productions des Estienne, leur place dans le catalogue d’Edward Worth n’est pas justifié par un besoin professionnel.

Pour l’instant, nous n’avons toujours pas abordé la question de la distance géographique et d’une possible singularité d’une telle collection en Irlande. En effet, l’histoire même de la famille Estienne est profondément liée à l’Europe en tant que continent. Comme en témoigne l’usage massif du latin et du grec comme langues de référence pour leurs publications4, chaque membre de la famille participe à des voyages initiatiques à travers l’Europe toute entière afin d’y collecter de nouvelles ressources. Ces ressources sont parfois matérielles, sous la forme de rouleaux, de parchemins ou de volumes avec pour but de rassembler les meilleures traductions et les plus belles versions de différents écrits européens. Mais elles sont parfois bien plus abstraites, sous forme de connaissances théoriques amenées par les plus jeunes après un apprentissage dans les ateliers d’imprimerie d’autres grandes familles européennes.

Leurs productions ont donc été – dès le XVIe siècle – des produits européens avant d’être des produits français. De ce fait, il n’y a rien de surprenant à trouver, encore aujourd’hui, le nom des Estienne en terres irlandaises. Cependant, l’importance de la distance géographique et temporelle entre la Edward Worth Library et la publication de ces ouvrages suggère nécessairement un prix bien plus élevé que la moyenne des livres de l’époque. Chacun de ces livres est donc un choix de collectionneur et, à ce titre, son achat peut être justifié. Or, cette justification pourrait bien se trouver dans leur valeur matérielle elle-même. Le XVIIIe siècle est le témoin des débuts d’une véritable manie de la collection de livres anciens. Si Edward Worth fait partie des collectionneurs les plus en avance sur leur temps, il participe néanmoins au premier élan de cette manie5.

Illustration 8: Dicaearchi Geographica quædam, sive de Vita Græciæ. Ejusdem Descriptio Græciæ, versibus iambicis, ad Theophrastum, Genève, Henri II Estienne, 1589.

En effet, plusieurs de ces ouvrages n’ont pas été sélectionnés pour leur simple contenu, mais bien pour leur aspect et leur reliure. Plusieurs des acquisitions d’Edward Worth, notamment en provenance d’une vente aux enchères du collectionneur hollandais Hendrik Hadrian Van Der Marck datée de 1727, ont été renseignées par des notes. Les publications des Estienne sont parfaitement ancrées dans les canons des éditions rares avidement recherchées par les collectionneurs de son temps. Le luxe qui orne certaines leurs éditions, notamment parmi les acquisitions de la vente de Van Der Marck, illustre parfaitement l’impossibilité de comprendre la place de la famille dans cette collection sans penser le livre comme un objet de valeur en lui-même.

Illustration 9: Xenophontos ta sozomena biblia. Xenophontis (viri armorum et literarum laude celeberrimi) quæ extant opera, Genève, Henri II Estienne, 1581, plat aux armes du Collège des Grassins.

Qu’est ce que l’étude de cette collection apporte à l’histoire des Estienne ?

En revenant sur les travaux traitant de la famille Estienne, très peu d’entre eux abordaient leurs travaux comme objet de collection. En réalité, la grande majorité des écrits à leurs sujets s’avérait bien plus proche d’un travail de recherche purement biographique – souvent à partir de publications anglaises, pour les plus actuelles –  ou bien, sur une forme proche du récit, présentant certains de ces membres comme les personnages d’une véritable légende – provenant majoritairement des travaux français les plus classiques. Les œuvres en elles-mêmes et les publications n’étaient présentées que comme des supports à cette histoire ou bien traitées sous la forme d’un catalogue prônant l’exhaustivité. Or, le travail de cette exposition – bien qu’elle ait elle-même traité de cet aspect biographique – était avant tout de présenter ces publications comme plusieurs pièces d’une collection plus vaste et singulière.

Le projet de cette exposition n’était donc pas de découvrir l’histoire perdue d’une des plus grandes familles d’imprimeurs français du XVIe, ni de dresser un catalogue précis de l’ensemble de leurs publications, mais plutôt de comprendre la place de leurs ouvrages dans une collection irlandaise deux siècles plus tard. Depuis l’élaboration d’un catalogue spécifique aux fonds de la bibliothèque Worth jusqu’à la fin de la rédaction de cette exposition, c’est une volonté de synthétiser nos connaissances sur les Estienne que nous avons voulu rendre accessible à tous, grâce à l’élaboration de ce site web.

Pour conclure, l’une des singularités du catalogue complet d’Edward Worth se situe dans sa grande proportion d’ouvrages littéraires ou historiques. Ces livres ont donc moins le rôle de références techniques ou d’outils professionnels que celui de témoignage historique ainsi que de véritables trésors. De plus, la richesse de ce double témoignage nous a permis de faire résonner à la fois l’histoire des Estienne et celle d’une expérience de collectionneur unique. En effet, cette collection et son étude nous permettent avant tout de découvrir le point de vue direct d’un lecteur et d’un collectionneur d’un autre temps, de la postérité de ces publications au XVIIIe siècle, par l’intermédiaire d’Edward Worth.

Agathe Vezine 
Enssib


 

  1. Sur la création de cette bibliothèque singulière et de son histoire : The Enigma of Worth. Preliminary Essay par W. J. Mc Cormack, juin 2005. []
  2. Sur le rôle des femmes dans l’édition des collections Estienne : Women in the Estienne family, par Agathe Vezine, Décembre 2020. []
  3. Pour plus d’informations sur la production de Charles Estienne : Charles Estienne, par Agathe Vezine, décembre 2020. []
  4. Sur l’usage de ces langues : Greek & Latin, Agathe Vezine, Décembre 2020. []
  5. Boran, Elizabethanne, ‘Dr Edward Worth: a connoisseur book collector in early eighteenth-century Dublin’, in Boran, Elizabethanne (dir.), Book Collecting in Ireland and Britain 1650-1850, Dublin, Four Courts Press, 2018, p. 80-103. []

Exposition « Incu…quoi !? » : les incunables à Saint-Omer

La bibliothèque d’agglomération du Pays de Saint-Omer conserve plus de 200 éditions d’incunables, imprimées par près d’une centaine d’ateliers des Pays-Bas, de la vallée du Rhin, de l’Italie du Nord et de France. Récemment, ces livres ont fait l’objet d’un récolement par l’équipe patrimoniale à partir des notices préliminaires du Catalogue régional des incunables conservés en France, en vue de la finalisation du volume de cette collection, consacré à la région Nord-Pas-de-Calais.

Ce vaste projet catalographique est initié dans la seconde moitié du XIXe siècle, par Marie Pellechet, qui s’attèle au Catalogue général des incunables des bibliothèques de France. Elle commence à en publier des volumes dès les années 1870, mais elle ne peut achever son répertoire. C’est à partir de ce travail que l’on reprend le catalogage des incunables conservés en France, sous la forme des catalogues régionaux (CRI).

La campagne de rédaction de ces catalogues est lancée en 1979 par la Direction du Livre et de la Lecture : le premier CRI réalisé est celui de Champagne-Ardenne, par Jean-Marie Arnoult. Tous les incunables conservés dans des collections publiques ou privées sont concernés, quel que soit le statut de l’établissement, à condition que l’accès aux collections soit possible. En 2012, près de la moitié des CRI est réalisée. Leur conversion rétrospective est en cours d’étude par le Service du Livre et de la Lecture (SLL) et le Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance de Tours.

L’ancienne région Nord-Pas-de-Calais est une très riche en incunables (env. 1500 exemplaires), dont la plupart sont restés dans leurs lieux d’origine. C’est dans ce cadre que le CRI IX a été entamé et bien avancé dans les années 1980, par Frédéric Barbier alors conservateur à la bibliothèque municipale de Valenciennes. Le travail a été commencé à une époque où les standards de description étaient moins détaillés qu’aujourd’hui, notamment en ce qui concerne les données d’exemplaires. Un fascicule préliminaire, décrivant les collections d’Arras, de Bergues, de Lille et de Valenciennes, est publié par l’Association des Bibliothécaires de France en 1982.

A la fin des années 1990, Pierre Aquilon, du Centre d’Etudes Supérieur de la Renaissance de Tours, reprend le travail de F. Barbier et complète les notices selon les nouveaux standards de description. En janvier 2012, le SLL, en accord avec la Direction Régionale des Affaires Culturelles pour le Nord-Pas-de-Calais, a décidé de relancer un chantier, en y associant les responsables des fonds anciens des bibliothèques concernées en région, avec la collaboration de P. Aquilon. Ils en confient la coordination au Centre Régional du Livre, qui la délègue à son tour à Marie-Claude Pasquet (bibliothécaire indépendante), afin de procéder à la remise à niveau des notices du CRI IX et de publier le volume.

Celui-ci est désormais sous presse, c’est l’occasion pour la BAPSO de contribuer à la valorisation de cette collection à travers une nouvelle exposition patrimoniale, qui vous permettra de découvrir quelques-uns de ses fameux incunables.

Illustration 1: affiche de l’exposition

Constitution de la collection d’incunables de Saint-Omer

La bibliothèque d’agglomération du Pays de Saint-Omer est dépositaire d’une collection de livres et de documents anciens qui témoigne par son contenu de la richesse culturelle de l’Audomarois depuis le Haut Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine. La majorité des livres anciens proviennent des bibliothèques des grandes maisons religieuses de la région rassemblées dans le dépôt littéraire de Saint-Omer constitué en Ventôse de l’an II de la République. On y conserve actuellement 211 éditions incunables réparties en 133 volumes dont 39 recueils. Les provenances institutionnelles nous sont connues pour 131 volumes.

La collection d’incunables la plus importante est celle de la Chartreuse du Val de Sainte-Aldegonde à Longuenesse, dont la fondation remonte à 1298. Cet ensemble comprend 18 volumes avec des ex-libris presque tous du XVe siècle. Le contenu de la bibliothèque des Chartreux de Longuenesse attend encore d’être étudié. Il est intéressant de constater qu’il ne nous reste qu’une vingtaine de manuscrits dont la provenance est attestée, soit à peine plus que d’incunables. Par ailleurs, la plupart des manuscrits des Chartreux sont des livres de dévotions, tandis que leurs incunables présentent une plus grande diversité de contenu. Le mode de fonctionnement des couvents de Chartreux, où les religieux vivent isolés dans leurs cellules, n’a probablement pas facilité la constitution d’une vaste bibliothèque commune dès les premières années de l’existence de cette maison. Il semble néanmoins que le développement de l’imprimerie a facilité l’achat de livres pour la communauté qui a pu ainsi enrichir sa bibliothèque à l’époque moderne.

Puis vient l’abbaye de Saint-Bertin, fondée au milieu du VIIe siècle, dont le scriptorium fut l’un des plus importants et des plus actifs de la région. Il ne faut donc pas s’étonner que, parmi les provenances connues des incunables audomarois, Saint-Bertin n’arrive qu’en seconde position avec 13 volumes – sous réserve d’identifier la provenance des autres volumes. La richesse en manuscrits de sa bibliothèque a probablement rendu inutile l’acquisition de versions imprimées à la fin du Moyen Âge. D’ailleurs, la plupart des ouvrages du XVe siècle semblent n’avoir rejoint la bibliothèque de l’abbaye que bien plus tard, peut-être au titre d’objets de collection plus que pour leur utilité réelle. La plupart des autres incunables de Saint-Bertin portent des mentions datées du XVIIe siècle.

Ainsi le fameux exemplaire de la Bible à 42 lignes porte l’ex-libris de Mommelin le Riche, abbé entre 1706 et 1723, alors que Saint-Bertin possédait déjà un grand nombre d’éditions bibliques à cette époque.

Illustration 2 : ex-libris de Mommelin le Riche

L’ex-libris de Mommelin se trouve également dans le volume des épitres de Jérôme, imprimé à Strasbourg par Johann Mentelin après 1469, où l’on retrouve également les mêmes signes paratextuels de lecture. La description du contenu du volume des épîtres hiéronimiennes est de la même main que la liste des livres vétérotestamentaires portée au premier feuillet de la B42 audoamroise. Il nous faut cependant relativiser l’hypothèse de l’acquisition par Mommelin le Riche des incunables portant son ex-libris car il peut s’agir aussi d’un simple témoignage du financement d’un train de reliure sur les fonds propres de l’abbé ou encore d’une sélection parmi les livres de l’abbaye faite par ce dernier pour se constituer une bibliothèque personnelle. La troisième provenance la plus importante est celle du séminaire épiscopal, créé en 1604 par l’évêque Jacques Blase. Cet ensemble compte 12 incunables, donc 5 ont été offerts par François-Joseph De Lannoÿ, chanoine de Notre-Dame de Saint-Omer. Le patronyme de Lannoy étant assez répandu dans la région, on ne peut affirmer que ce chanoine appartienne à l’illustre famille des comtes de Lannoy.

De la bibliothèque de l’abbaye Notre-Dame de Clairmarais, fondée à la fin du XIIe siècle, proviennent 10 incunables. 7 autres incunables appartenaient aux Jésuites anglais, 5 aux Capucins de Saint-Omer, 4 à l’évêque Jacques Blase, 4 aux Dominicains, 3 aux Franciscains, 3 au chapitre, 1aux Jésuites français et 1 aux Carmélites.

La Bible de Gutenberg de Saint-Omer

Le plus célèbre de nos incunables, et probablement aussi de tous nos livres anciens, est sans conteste la Bible, imprimée sur papier, avant août 1456, par Johannes Gutenberg à Mayence. La bibliothèque possède en effet le seul exemplaire conservé en province des cinq possédés par la France (les quatre autres sont à la Bibliothèque Nationale et à la Mazarine), sur les 49 repérés à ce jour dans le monde. C’est à Marie Pellechet que l’on doit la « redécouverte » de cette Bible en 1892, dont l’annonce fut publiée l’année suivante dans le Journal des Savants. Mais, en réalité, le volume avait déjà été identifié vers 1807 par J.-C.-J. Aubin, premier bibliothécaire de Saint-Omer, dans son catalogue, repris par Hector Piers dans ses Variétés historiques sur la ville de Saint-Omer (1832, p. 199-201).

Illustration 3 : extrait du catalogue manuscrit d’Aubin signalant la présence de la Bible de Gutenberg 

 L’exemplaire audomarois est toutefois incomplet puisqu’il ne comprend que le premier tome, contenant l’Ancien Testament, dont le détail des livres est inscrit à la main dans la marge supérieure du premier feuillet.

Illustration 4 : le premier feuillet de la Bible

C’est une impression très sobre, qui ne comprend qu’une seule initiale filigranée au début des Psaumes. Elle est imprimée sur papier et en excellent état.

Illustration 5 : feuillet avec initiale filigranée

Elle a fait l’objet d’une première restauration au XVIIe siècle. On lui a remplacé le feuillet 241 par une page de parchemin, dont l’écriture semble chercher à imiter la typographie du volume. Et une seconde restauration, « drastique » est réalisée par les ateliers de la BnF en 1953, qui n’a malheureusement pas conservé les défaits de la reliure moderne, mais a quand même pris soin de conserver l’ex-libris armorié de l’abbé Mommelin le Riche qui se trouvait sur le contreplat supérieur.

Illustration 6 : la première restauration du XVIIe siècle, avec feuillet manuscrit imitant l’imprimé (g.) en regard du feuillet imprimé suivant (d.)

Les « rarissimes » de Saint-Omer

Outre la bible de Gutenberg, la collection audomaroise compte quelques éditions rares ou célèbres dans le monde des bibliophiles. La BASPO conserve ainsi l’un des 11 exemplaires actuellement recensés dans le monde, du Sermo super psalmum L : Miserere mei Deus de Jean Chrysostome, imprimé par Ulrich Zell à Cologne en 1466.

Elle a aussi un unicum: la confirmation de la nomination de Jean le Vasseur, prieur des Dominicains de Saint-Omer, comme inquisiteur dans les diocèses de Thérouanne, Cambrai, Arras et Tournai, imprimée à Audenarde chez Arend de Keysere, ou à Louvain, chez Herman van Nassau et R. Loeff, le 15 juin 1480.

Plus récemment encore, nous avons trouvé, dans l’une de nos reliures du XVIe siècle, deux rares placards anopisthographes (qui ne sont pas imprimés au verso) sur parchemin imprimés à Lübeck par Steffen Arndes, vers 1490. Il s’agit d’indulgences, promulguées au nom de Raymond Perraud, commissaire pontifical, pour inciter les Chrétiens à prendre part à l’expédition contre les Turcs.

Illustration 7 : indulgence imprimée par Steffen Arndes (Lübeck, vers 1490)

En 2013, un nouvel incunable a été identifié. Il s’agit du Circa materiam statutorum de Baldus de Ubladis, imprimé à Milan, par Uldericus Scinzenzeler en juillet 1497. Et, en 2015, c’est un fragment du feuillet signé s2 de l’édition vénitienne de la Somme Théologique de Thomas d’Aquin (Part 2, qu. 90, art. 1), imprimée par Johannes de Colonia et Johann Manthen le 20 juin 1480, qui est découvert parmi les gardes d’un petit Psautier hébreu, du XVIe siècle, imprimé par Froben en 1563 et provenant du collège des Jésuites anglais de Saint-Omer (inv. 4703 bis).

Illustration 8 : fragment de la Somme théologique imprimée en 1480 retrouvé dans les gardes du Psautier de Froben

Enfin, durant l’été 2018, un autre incunable est retrouvé dans un de nos recueil. Il s’agit du Fasciculum temporum de Werner Rolevinck, imprimé à Venise par Erhard Ratold le 8 septembre 1485.

Une découverte de dernière minute

Le mardi 17 septembre 2019, en rédigeant la notice du manuscrit 510, pour l’intégrer à la Bibliothèque Numérique de la BAPSO, nous avons « re »-découvert le 211e incunable de notre catalogue. Ce volume est un recueil factice qui a été composé au XVIIe siècle à partir de deux documents. Au début du volume, feuillets 1 à 158v., on trouve une copie manuscrite des Perles du Décret et des Décrétales, une sorte d’index composé par le juriste et dominicain, et archevêque de Gnesen Martin de Troppau, réalisée probablement au début du XVe siècle. Ce volume a donc été rangé parmi le fonds manuscrit dont c’est le n° 510. Mais la seconde partie de ce recueil (f. 160-217) est constitué par un exemplaire du traité de procédures judiciaires de Johannes Auerbach, imprimé à Louvain par Johann von Paderborn, le 28 mai 1475. C’est donc bien un incunable, mais il n’avait jamais été signalé comme tel dans nos inventaires.

Illustration 9 : dernières pages de l’imprimé de Louvain, 1475

Il existait pourtant un signalement de cet incunable, fait par Micheland dans le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements. Publié sous les auspices du Ministre d’État — Tome III. (Paris, Imprimerie impériale, 1861), p. 229 : « A la suite on a relié le Judiciarius ordo, sive processus, de Nicolas de Tudesco, connu sous le nom de Panormitanus, exemplaire imprimé à Paderborn, en 1475 ». Mais l’absence du terme « incunable », et surtout l’inversion qui est faite entre le nom de l’imprimeur et la ville d’impression, ont certainement contribué à l’anonymat de cette mention. En effet, Jean de Paderborn (ou Jean de Westphalie) est le nom du premier imprimeur de Louvain, mais il n’y a jamais eu de presses à Paderborn – en tout cas pas au XVe siècle…

Rémy Cordonnier
Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer

L’exposition “Incu…quoi!? Les Incunables audomarois, au berceau de l’imprimerie” est ouverte aux visiteurs jusqu’au 18 décembre 2019.

Une exposition sur les coffrets à estampes au Musée de Cluny

L’exposition Mystérieux coffrets. Estampes au temps de la Dame à la licorne, proposée actuellement au Musée de Cluny, invite à découvrir des objets jusqu’ici peu montrés au public, provenant en particulier des collections du musée ainsi que de celles de la Bibliothèque nationale de France. Vingt-cinq précieux coffrets sont présentés pour la première fois au public dans une exposition thématique. Probablement conçus entre le dernier quart du XVe siècle et le premier quart du XVIe siècle (à l’exception de deux coffrets datés du milieu du XVIe siècle), leur particularité est de contenir des estampes utilisées pour décorer l’intérieur du couvercle. Ceci explique qu’une bonne partie des coffrets présentés soient conservés au département des Estampes de la BnF, qui possède une collection de choix, parmi les quelques cent quarante coffrets de ce type répertoriés à ce jour.

Illustration 1: coffrets à estampes (photo Musée de Cluny)

Sur les traces d’un artiste prolifique et très copié

Le choix des objets présentés s’est fait autour de la figure de Jean d’Ypres, peintre et dessinateur actif à la fin du XVe et au début du XVIe siècle à Paris, et mort en 15081 . Les commissaires de l’exposition proposent d’étudier les estampes attribuées à Jean d’Ypres qui furent utilisées dans ces coffrets mais ont pu également survivre séparément, ainsi que d’autres qui s’inspirent directement des productions du dessinateur. Cette figure artistique servant de fil conducteur à l’exposition permet en effet d’étudier des estampes conservées dans les coffrets qui reprennent des scènes d’une gravure centrale, dite Grande Passion (H 50,2 x L 35,7 cm, numéro 10 dans le catalogue). L’enquête est également étendue à une série d’autres objets (manuscrit enluminé, tapisserie, vitrail, ivoires) directement produits par le peintre ou reprenant son style, mais aussi un ensemble de gravures utilisées dans de nombreux livres d’heures produits à Paris dans les années 1490 à 1510.

Illustration 2 : Grande Passion, d’après Jean d’Ypres, Paris, fin du XVe siècle (BnF)

L’exposition permet donc d’admirer à la fois les coffrets et leurs estampes, mais aussi de très beaux livres. Elle met en avant les liens de collaboration entre Jean d’Ypres et plusieurs imprimeurs parisiens, en premier lieu Thielman Kerver2. Philippe Pigouchet pour Simon Vostre3 utilise également des compositions du dessinateur pour les livres d’heures produits par le libraire, de même que Jean Richard à Rouen, ou Antoine Vérard4 qui utilise des matrices copiant ces illustrations. 

Illustration 3: Heures à l’usaige de Rouan, Paris, Thielman Kerver [1499] (exemplaire de la Bibliothèque Sainte-Geneviève).

Pour qui s’intéresse en particulier à la production de ces ateliers, la lecture du catalogue complétera sur ce point utilement la visite de l’exposition. Les articles proposés aident en effet à démêler le détail des attributions des gravures dans ces ouvrages à Jean d’Ypres de celles à un possible atelier du peintre, voire à des ateliers reprenant ensuite ces modèles pour le compte d’autres imprimeurs ou libraires. Reste qu’il est frappant d’observer aussi dans l’exposition d’autres livres, plus tardifs, qui continuent d’utiliser ces gravures, tout en les plaçant graduellement aux côtés d’estampes témoignant de l’émergence de nouveaux courants artistiques. Les Heures de la Vierge à l’usage des Dominicains, imprimées à Paris par Yolande Bonhomme en 1542, montrent le succès prolongé de ces gravures, bien après la disparition de Jean d’Ypres et de la génération d’imprimeurs pour qui il a pu produire ces images.

Illustration 4: une vitrine de l’exposition présentant plusieurs supports (coffret, livres imprimés et manuscrit enluminé).

Les complexités d’une production de masse

Plus généralement, l’exposition soulève de nombreuses questions concernant les liens commerciaux entre dessinateurs et imprimeurs d’estampes à caractères religieux, liens difficiles à démêler tant l’enquête archivistique s’avère complexe. Elle met en tout cas particulièrement bien en valeur l’aspect de production en série dont témoignent ces images, de même que les modalités de leur mise en couleur, pour des clients plus fortunés pouvant s’offrir une estampe rehaussée avec soin, ou pour un usage massif avec colorisation au pochoir, parfois de manière hâtive et approximative. La mise en regard des coffrets, des livres, et des estampes qui nous sont parvenues détachées de tout contexte de conservation, montre également la diversité des usages.

Illustration 5: une xylographie coloriée au pochoir, fin du XVe siècle (BnF, photo Musée de Cluny).

Ces estampes pouvaient être intégrées dans la production de livres de dévotion ou insérées dans ces livres après coup, ou encore utilisées dans d’autres objets comme ces coffrets, voire appliquées sur les murs pour une contemplation quotidienne. Il faut souligner que dans ce dernier cas, la possibilité que les estampes aient survécu est très mince, et que l’on doit s’en remettre à des peintures d’intérieurs de la période pour documenter cet usage. Celles présentées hors support dans le cadre de l’exposition semblent plutôt avoir été ultérieurement détachées de coffrets par des collectionneurs, au vu des traces de clous qui y subsistent.

Illustration 6: Vitrine de l’exposition.

Des témoins d’une nouvelle spiritualité ?

On ignore l’usage exact de ces coffrets – peut-être même faut-il en envisager une multiplicité. Objet travaillé, de métal et de bois, un coffre pouvait-il être mis en scène, dans un intérieur privé, ou au cours d’une cérémonie ? L’utilisait-on dans certaines occasions pour se présenter comme possesseur d’un objet singulier, possiblement précieux ? Ces coffrets disposaient d’un système complexe de fermeture en métal, avec dans plusieurs cas des compartiments secrets dissimulés sous des lamelles de bois. Étaient-ils alors plutôt dissimulés aux regards, et conservés dans des pièces d’accès restreint ? Servaient-ils de protection pour des effets personnels, des livres, des reliques, ce qui indiquerait ainsi que contenant et contenu se répondent et se valorisent mutuellement ?

Illustration 7: Saint Jérémie lisant, avec au-dessus de lui un coffret noir fermé, détail du Triptyque de l’Annonciation d’Aix, milieu du XVe siècle (Musée royal d’art ancien de Bruxelles)

On lira avec profit l’article de Caroline Vrand dans le catalogue, qui propose de répondre positivement à cette dernière question, là où les panneaux de l’exposition restent succincts sur l’interprétation à donner à ces objets. C. Vrand met en avant l’usage votif de ces coffres, au vu des thèmes des gravures : Vierge à l’enfant, Christ en croix, mais aussi Saint Roch ou Sainte Marguerite, intercédant respectivement contre la peste ou la mort en couche ; à la lecture aussi des textes latins ou français en caractères gothiques apposés au bas de plusieurs estampes, qui appellent la personne qui les lit au recueillement et à la contrition.

Illustration 8: Coffret avec saint Roch, fin du XVe siècle (BnF, photo Musée de Cluny).

Ces coffres représenteraient un versant matériel en lien avec la Devotio moderna, spiritualité chrétienne de la fin du XIVe siècle. Ce courant insiste sur la conversion du cœur, la prière en sympathie avec le modèle offert par le Christ, davantage que sur la fusion avec Dieu des mystiques rhénans. Les coffrets peuvent alors être vus comme l’indice d’un rapport plus intime à la foi, en parallèle au développement du livre d’heure à la fin du Moyen Âge, ou ultérieurement de la Réforme, ou des Exercices spirituels prônés par Ignace de Loyola au XVIe siècle.

Le mérite de cette exposition est enfin de recourir à l’histoire de l’art pour offrir de nouvelles perspectives sur le rapport entre ces coffres et leurs estampes, mais également entre la portée d’un style artistique sur d’autres objets manufacturés. En partant d’objets à l’usage incertain, cette exposition suit avec audace le fil de l’impact artistique de Jean d’Ypres, ainsi que sa portée sur le marché du livre et de l’art.   

L’exposition est ouverte jusqu’au 6 janvier 2020 au Musée de Cluny à Paris.

Katell Lavéant – Université d’Utrecht
Yann Kergunteuil – BnF

  1. Nous renvoyons pour les détails biographiques et bibliographiques présentés ici au catalogue de l’exposition : Séverine Lepape, Michel Huynh et Caroline Vrand (dir.), Mystérieux coffrets. Estampes au temps de la Dame à la licorne, Paris, Liénart éditions, 2019. []
  2. Sur Thielman Kerver, voir l’étude de Thierry Claerr : Imprimerie et réussite sociale à Paris à la fin du Moyen-Âge, Thielman Kerver, imprimeur-libraire de 1497 à 1522 (Mémoire d’études DCB, ENSSIB, 2000). []
  3. Voir Jules Renouvier, Des gravures sur bois dans les livres de Simon Vostre libraire d’Heures,  Paris,Aubry, 1862. []
  4. Mary Beth Winn, Antoine Verard, Parisian Publisher, 1485-1512: Prologues, Poems and Presentations, Genève : Droz, 1997. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search