Curieux mélanges : les fausses pistes chronologiques d’éditions de livres licencieux

Les livres joyeux qui connurent une production importante au XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, parodies de textes sérieux tels que sermons, ordonnances ou pronostications, font partie de ces livres souvent voués à la destruction assez rapidement après avoir été imprimés, du fait de leur petit format, de la forte manipulation à laquelle ils devaient être soumis, et du peu de prestige des textes qu’ils contenaient, destinés à une lecture de loisir. Lorsqu’on travaille sur ce corpus, on trouve rarement plus d’un exemplaire d’une édition joyeuse, et plus souvent encore on doit se contenter de mentions frustrantes, qui évoquent l’existence ancienne d’éditions désormais perdues ou en tout cas introuvables dans les bibliothèques publiques. Or, en suivant la trace de rééditions de textes obscènes tels que la Pronostication des cons sauvages (première édition répertoriée : s.n., s.l. [Lyon], vers 1520, USTC 79223) ou la Source du gros fessier des nourrices (première édition répertoriée : Rouen : Jean L’Homme pour Yves Gomont, vers 1550, USTC 89764), je me trouvai face à un problème inattendu: la mise au jour d’une profusion d’exemplaires d’éditions du début du XVIIe siècle.

Illustration 1 : page de titre de la Source du gros fessier, édition Gomont.

C’est du moins ce qui ressortait d’une recherche avec les outils bibliographiques les plus usuels, qu’il s’agisse des catalogues de bibliothèques ou des méta-bases de données comme le Universal Short Title Catalogue (USTC). Brunet, dans son Manuel du libraire, dit ainsi d’un Procez et amples examinations sur la vie de Caresme-Prenant… traduit de l’italien, s.n., Paris, 1605 :

Cette édition originale est fort rare ; mais il y a une réimpression sous la même date, laquelle est ordinairement accompagnée des pièces suivantes aussi réimprimées : Traicte de mariage entre Julian Peoger, Lyon, 1611 – La copie d’un bail et ferme faicte par une jeune dame…, Paris, 1609 – La raison pourquoy les femmes ne portent barbe au mention, Paris, 1601 – La source du gros fessier des nourrices… avec la complainte de monsieur le cul contre les inventeurs de vertugalles, Rouen – la source et origine des c… sauvaiges…, Lyon, 1610 – La grande et veritable prognostication des c… sauvaiges…Sermon joyeux d’un depucelleur de nourrices, in-8. Ces huit pièces ainsi réunies sont recherchées à cause de la singularité de leurs titres1.

Brunet mentionne encore qu’il existe une réimpression datant d’une quinzaine d’années avant l’impression de son Manuel, qui entre bien dans la lignée des éditions de littérature joyeuse du XVIe siècle qui fleurirent au début du XIXe siècle. Il ne donne aucune précision concernant la date de la première réimpression citée, mais c’est bien là un détail qui met la puce à l’oreille. Vu la rareté aujourd’hui, et dès le XIXe siècle (et même avant), des exemplaires des éditions de texte joyeux du début du XVIIe siècle, il est impossible d’envisager l’existence de plusieurs volumes qui rassembleraient un exemplaire du Procez produit à cette époque et mis en recueil avec des exemplaires d’une série d’autres éditions de la même période.  

Illustration 2 : le signalement des éditions dans le catalogue de la BnF, pour la recherche des éditions du Procez de Caresme-Prenant.

C’est en allant consulter ces éditions, présentes notamment à la Bibliothèque nationale de France en nombreux exemplaires, souvent dans des volumes disparates assemblant certains mais pas nécessairement tous ces titres ensemble, et dans un ordre variable, que l’on comprend ce que Brunet omit de signaler à propos de ces réimpressions. L’aspect du papier, de la typographie, de l’impression des caractères, les lettrines, bandeaux et culs de lampe utilisés ne laissent pas place au doute : toutes ces éditions datées du début du XVIIe siècle sont en fait des éditions de la fin du XVIIIe siècle.

Illustration 3 : page de titre d’une des éditions du Procez de Caresme-Prenant.

Non datées ni signées, sans introduction ni aucun autre paratexte qui pourrait indiquer qu’elles sont des éditions postérieures aux premières années du XVIIe siècle, elles proposent parfois une tentative de mise en page qui imite bien les pages de titre de ces années – mais ce n’est même pas toujours le cas, comme en témoigne la page de titre du Procez de Caresme-Prenant ci-dessus, caractéristique du XVIIIe siècle, ainsi que, ici ou là, l’ajout de gravures licencieuses typiques des parutions libertines des Lumières.

Illustration 4 : Page de titre interne de la Source du gros fessier des nourrices, pourvue d’une gravure obscène, à la suite du texte de la Pronostication des cons sauvages.

C’est pourtant le plus souvent la date affichée sur l’édition qui est celle reprise par les catalogues des bibliothèques, ce qui crée la confusion pour les chercheurs travaillant sur ces textes, en créant un corpus fantôme de multiples éditions qui semblent avoir été produites dans les premières années du XVIIe siècle.

Dater précisément ces éditions, au-delà d’une estimation générale vers la fin du XVIIIe siècle, reste cependant difficile, en l’état de tout indice bibliographique précis. Vu la foison d’exemplaires que l’on trouve au gré de la recherche, il est probable d’ailleurs qu’il existe plusieurs éditions d’un même titre, concurrentes peut-être, ou au contraire rééditions par le même libraire face au succès probable de la vente sous le manteau de ces textes scabreux, qui ont valu à un certain nombre de ces livres de se retrouver classés sous la cote ENFER de la BnF2. Il faudrait procéder à une enquête approfondie sur certains bandeaux et culs-de-lampe pour les associer à des imprimeurs répertoriés pour la période.

Dans un cas que j’ai pu étudier, un élément matériel permet cependant de dater une série un peu plus précisément. Le volume de la BnF coté 16-Z-4406 a visiblement bénéficié d’une restauration lui donnant une nouvelle relire moderne, mais dans laquelle a été conservé un défet d’une reliure plus ancienne, un fragment provenant d’une édition des Œuvres posthumes de Frédéric II, roi de Prusse, Berlin : chez Voss & fils et Decker & fils, 1788. On voit clairement comme une feuille non coupée des pages 329 et 336 a été utilisée pour renforcer la reliure d’origine. On pourrait donc dater la production de cette édition des Procez de Caresme-Prenant en 1788 ou dans les années suivantes, si l’on admet que ce fragment des Œuvres de Frédéric II fut utilisé pour sa première reliure, dès le moment de son impression.

Illustration 5 : défet de reliure des Œuvres posthumes de Frédéric II, conservé dans un volume restauré du Procez de Caresme-Prenant et d’autres fausses éditions.

Pour autant, si l’on voit bien l’intérêt de dater ces de fausses éditions du début du XVIIe siècle pour les imprimeurs et les libraires du dernier tiers du XVIIIe siècle, autant par souci de se protéger lorsqu’ils se risquaient à cette production osée que, sans doute, par interaction ludique avec leurs acheteurs, un certain nombre de questions subsiste autour des sources imprimées qui ont pu inspirer ces éditions.

En effet, on peut bien identifier les sources de plusieurs des textes repris dans ce florilège, tels que la Pronostication des cons sauvages et la Source du gros fessier des nourrices cités au début de ce billet. Dans le cas de la Source du gros fessier, les éditions annoncent souvent qu’il s’agit d’une réédition de celle faite par Yves Gomont à Rouen vers 1550, en faisant une légère erreur de lecture : Gomont devient Bomont (voir l’illustration 4). Le texte correspond effectivement à l’édition originale de Gomont, qui semble bien avoir servi de modèle à la réédition du XVIIIe siècle, sans que l’on sache cependant quelle fut la chaîne exacte de transmission du texte sur plus de deux cents ans. On trouve cependant aussi des fausses adresses. Ainsi, deux éditions de la Pronostication des cons sauvages indiquent qu’elles ont été imprimées par ou pour un Jean de la Montagne à Lyon, tantôt en 1610, tantôt avec une datation sans doute plus conforme à la vérité la situant en 1797. C’est d’ailleurs cette édition qui est citée en regard de cette fausse adresse répertoriée dans le répertoire des imprimeurs imaginaires de Brunet3.

Illustration 6 : les deux éditions comportant la fausse adresse de Jean de la Montagne.

Enfin, certains textes, comme la savoureuse Copie d’un bail et ferme faicte par une jeune dame de son con pour six ans, sont tout simplement intraçables dans la littérature du XVIe et du début du XVIIe siècle. L’édition du XVIIIe siècle indique que le texte original aurait été imprimé par ou pour un Pierre Viart à Paris en 1609. Or un seul libraire-relieur répondant au nom de Pierre Viart semble avoir exercé à Paris, bien avant l’impression possible de cette édition, puisqu’il fut actif de 1518 à 15234. On n’a pas retrouvé d’édition du XVIe ou du début du XVIIe siècle qui pourrait avoir servi de modèle à sa copie du XVIIIe siècle, dont le premier état du texte ne surgit donc qu’à ce moment.

Illustration 7 : page de titre de la Copie d’un bail

Sur un plan littéraire, le texte semble authentique : il reprend les graphies, la syntaxe et les traits de langage observables dans le corpus joyeux du XVIe siècle, de même que la propension des auteurs de la culture joyeuse à livrer des versions parodiques d’actes juridiques et notariés. Cependant, en l’absence de toute trace d’une édition effectivement produite en 1609 et dont on aurait au moins conservé une mention dans les premières bibliographies, et vu l’ajout d’adresses d’imprimeurs-libraires fantaisistes dans ce corpus à des titres bien identifiés au XVIe siècle, on peut hésiter à admettre sans aucun doute qu’il y ait eu un modèle avéré à cette édition de la fin du XVIIIe siècle. De là à douter de l’authenticité du texte, il n’y a qu’un pas. Il ne faut en effet pas exclure la possibilité d’un pastiche postérieur, surtout quand on connaît le goût des érudits, qui commencent à s’intéresser à cette littérature à la fin du XVIIIe siècle puis s’en emparent dans les premières décennies du XIXe siècle, pour l’écriture de tels textes imitant la littérature (post-)médiévale. Ces impressions ludiques offrent donc de multiples pistes de recherche aussi bien pour la réflexion sur la transmission des textes joyeux du XVIe au XIXe siècle, que pour le travail sur les fausses adresses d’imprimeurs de littérature licencieuse au XVIIIe siècle.

Katell Lavéant
Université
 d’Utrecht


 

  1. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, volumes 2-3, Paris : Silvestre, 1843, p. 842 []
  2. Sur l’Enfer des imprimés de la BnF, voir le catalogue de l’exposition qui lui fut consacré en 2007 : Marie-Françoise Quignard & Raymond-Josué Seckel (dir.), L’Enfer de la Bibliothèque : Éros au secret, catalogue d’exposition (BnF, 4 décembre 2007-2 mars 2008), Paris: BnF, 2007. []
  3. Pierre-Gustave Brunet, Imprimeurs imaginaires et libraires supposés : étude bibliographique, Paris : Librairie Tross, 1866, p. 89. []
  4. Voir la notice d’autorité de la BnF. []

Quand Gallica vient au secours de la bibliographie matérielle : le cas Brancas

La « collection Brancas » est un ensemble de 88 volumes de musique imprimée ou manuscrite, conservée pour l’essentiel au Département de la musique de la Bibliothèque nationale de France, et célèbre pour la qualité et l’intérêt des manuscrits de musique dramatique qu’elle contient – il s’y trouve plusieurs partitions d’œuvres ou de reprises données à l’Académie royale de musique dont c’est la seule source.

Une des particularités de cette collection est que presque tous les manuscrits ont été recouverts d’une page de titre au nom de Christophe Ballard ou de Jean-Baptiste Christophe Ballard, comme si ceux-ci avaient été copiés (ou au moins vendus) dans cet atelier, la plus importante officine de typographie musicale du royaume. On sait, par les catalogues imprimés de leurs fonds, que ceux-ci vendaient des partitions copiées des opéras qui n’avaient pas été imprimés ni gravés. Toutefois, les cinq bois différents qui ornent les pages de titre des manuscrits Brancas n’appartiennent pas au matériel des Ballard et quelques incongruités dans les adresses laissent supposer que ces pages de titre n’ont pas été imprimées dans cet atelier. Voici un exemple d’une telle page de titre :

Paris BnF (Mus.) : VM2-271. Cliché F. Escande.

Et voici les cinq bois qui servent à ornementer les pages de titre des manuscrits de la collection Brancas :

Comment les identifier ? Nous ne les avons pas retrouvés dans les bases d’ornements typographiques (Moriane, Maguelone, Fleuron). Il ne nous restait qu’à les rechercher systématiquement. Le moyen qui nous a semblé le plus naturel était d’examiner tous les livres parisiens imprimés entre 1715 et 1745, numérisés par la BnF sur Gallica, soit environ 10.000 références, à visualiser en mode mosaïque pour repérer rapidement les bois.

Quelques semaines et quelques doses de collyre plus tard, le premier résultat de cette recherche a été que certains bois apparaissent dans une multitude de variantes. Le motif du bois CL3, par exemple, est très souvent utilisé chez les imprimeurs parisiens entre 1710 et 1765, comme il apparaît dans la collection ci-dessous, et avec de nombreuses variantes (nappes trouées, nappes croisillonnées, nappe avec fleur de lys, ombre à gauche ou à droite, etc.).

Le second résultat, c’est que les bois cherchés n’ont pas été trouvés sur les éditions parisiennes… Il a donc fallu étendre la recherche aux éditions de Rouen, Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Avignon, Reims… au demeurant assez peu nombreuses sur Gallica. Et c’est là qu’est apparue la Consolation à Messieurs du Séminaire de S. Sulpice, une édition avignonnaise de 1722 qui portait au titre le bois CL2, imprimée par Charles Giroud, un imprimeur avignonnais assez connu, actif de 1709 à 1746.

Giroud – Consolation (1722) http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5709994n

Il ne restait qu’à tirer le fil. Un examen de toutes les éditions de Charles Giroud conservées à Paris a permis de retrouver quatre bois des pages de titre Brancas dans une dizaine de ses éditions parues entre 1714 et 1744, certaines, telles les Heures notées à l’usage des confrairies des Pénitens… (1743) en contenant jusqu’à trois différents, dont le bois CL3 au titre.

Heures notées (1743) Bibliothèque François-Lang, Royaumont

Le bois NTI, qui porte la légende Nosce te ipsum, n’a toutefois pas été retrouvé dans les éditions de Giroud. Il s’agit en fait d’une copie faite vers 1568 d’un emblème gravé sur bois provenant d’une édition lyonnaise de 1559 : Le Marquetis de pièces diverses assemblées par messire Antoine du Saix (Lyon : Jean d’Ogerolles, 1559, 8°. USTC n° 11363, sur Gallica). Cette copie a servi comme marque typographique à l’imprimeur lyonnais Benoît Rigaud. Elle a été utilisée par Giroud sur les manuscrits in-folio seulement, parce qu’elle ressemble à la grande marque typographique des Ballard.

L’identification de ces bois comme étant ceux de Giroud a été décisive pour la connaissance du fonds Brancas. La suite de l’étude a montré que Charles Giroud était aussi l’imprimeur de la ville de Beaucaire et de l’Académie de musique d’Avignon, qu’un certain Louis-André de Brancas (1684-1748), gouverneur de Beaucaire, avait été un des fondateurs de cette académie, qu’il possédait une belle collection de musique, que le fer de reliure qui orne la collection Brancas pouvait lui être attribué, qu’il avait lui-même copié les tables des airs qui se trouvent à la fin de plusieurs manuscrits, qu’il avait plusieurs fois voyagé à Paris, etc.

En somme, cette collection qu’on croyait parisienne et constituée par le maréchal Louis de Brancas (1672-1750), s’est révélée avignonnaise et constituée par un de ses proches resté en Provence, pour un usage privé et académique. Les manuscrits qu’elle contient, pour la plupart copiés dans l’atelier de l’Académie royale de musique, ont été acheminés à Avignon avant d’y être recouverts d’un titre imprimé et reliés à son fer, pour leur donner un aspect similaire aux imprimés. Après la mort d’André-Louis de Brancas, la collection a été ramenée à Paris et achetée par la duchesse de Villeroy, avant d’être confisquée à la Révolution et d’être intégrée, pour sa plus grande part, aux collections nationales.1

Laurent Guillo

  1. Ces éléments méthodologiques et bibliographiques sont extraits d’une étude à paraître chez Brepols : Françoise Escande, Laurent Guillo et Clément Stagnol, De Louis-André de Brancas à la duchesse de Villeroy : itinéraire d’une collection musicale entre Avignon et Paris. Elle a été effectuée dans le cadre d’un séminaire organisé par la BnF et l’IReMus consacré aux collections musicales anciennes du Département de la Musique de la BnF, sous la direction de Laurence Decobert et Denis Herlin. []