Adresse fictive et réseaux internationaux: les ‘Anecdotes sur M. La Comtesse du Barri’ (1775)

Madame du Barri, née Jeanne Bécu, fut un des personnages les plus subversifs du règne de Louis XV. D’extraction modeste, elle parvint toutefois à se faire une place à la cour de France en tant que dernière favorite du roi, devenant ainsi l’objet de critiques tant au sein de l’opinion publique que de la cour elle-même, qui se plut à récrier ses mœurs1 . C’est dans ce contexte qu’apparut en 1775 un texte stigmatisant ses actes, les Anecdotes sur M. La Comtesse du Barri. Cette œuvre, publiée un an après que la Comtesse ait été bannie de Versailles à l’arrivée de Louis XVI sur le trône de France, connut au moins trois éditions cette même année – c’est la plus connue des trois, publiée « à Londres », dans le format in-12°, que nous allons analyser ici.

Illustration 1: [Mathieu-François Pidansat de Mairobert], Anecdotes sur M. La Comtesse du Barri, « Londres » : s.n., 1775.

Cet écrit anonyme se complaît à jouer sur l’impopularité de son personnage principal, et en particulier de ses mœurs, afin d’attirer son public. Il s’attache à exposer les mœurs jugées scandaleuses de la comtesse qui fut vivement critiquée pour sa relation amoureuse avec le roi de France2 . L’ouvrage est composé de nombreux passages à la limite de la pornographie comme l’annonce la citation latine tirée des Satires d’Horace présente au centre de la page de titre : « Haec ubi fuppofuit destro corpus mihi laevum, Ilia et Egeria est : do nomen quodlibet illi. »3. Cette phrase qui retranscrit la passion d’un homme dans ses embrassements avec son amante, évoque très clairement le caractère grivois et léger de l’œuvre.

On comprend dès lors pourquoi l’auteur de ce texte sulfureux dont le contenu satirique fut sûrement prohibé par la censure, ait souhaité resté caché. Cependant son identification fut rapide et Barbier et Quérard en attribuent tous deux la paternité à Mathieu-François Pidansat de Mairobert, avocat et ancien censeur royal4 . Cet homme, proche de la Cour, était par ailleurs l’auteur de nombreux autres ouvrages satiriques visant le pouvoir en place5 . Son profil, tout comme le contenu de ce libelle, expliquent pourquoi la page de titre donne si peu d’informations au lecteur. La principale provenance, « A Londres », semble d’emblée être une adresse fictive. Les origines de cette édition clandestine sont restées jusqu’à présent une énigme. En nous appuyant sur une étude matérielle, nous nous proposons d’élucider ce mystère et de démontrer que le coupable n’est autre que l’ambitieux imprimeur et libraire d’Amsterdam, Van Harrevelt, qui cherchait ainsi à profiter des différents circuits de la littérature clandestine.

Une fausse adresse

La page de titre n’indique pas de nom d’imprimeur ou d’éditeur, se limitant à la mention « à Londres ». Cependant, la nature du texte nous incite immédiatement à nous méfier de cette adresse. L’utilisation de fausses adresses était très courante dans le domaine de la littérature licencieuse. Elles avaient vocation à protéger les imprimeurs du texte, ainsi que les différents collaborateurs du circuit clandestin. Dans ce contexte, Londres constitue une adresse que l’on retrouve très régulièrement6 .

S’il est possible que l’ouvrage ait bien été imprimé à Londres puis acheminé jusqu’en France en dehors des circuits directs du livre pour contourner la censure royale, ce n’est pas le cas ici. L’emplacement des signatures des cahiers est en effet incompatible avec une provenance anglaise. Nous constatons que la signature se situe en bas au centre de la page, ce qui n’est pas une caractéristique britannique, mais hollandaise. Si l’ouvrage avait été londonien, comme le suppose la page de titre, la signature se serait très probablement retrouvée plus à droite.

Illustration 2: La signature de l’édition des Anecdotes et un exemple d’une signature anglaise – Peter Degravers, Description de la vision, Londres: Shorn, 1775.

L’étude des signatures semble donc nous indiquer qu’il s’agirait ici d’une impression hollandaise. Pour confirmer cette piste, nous nous sommes tournées vers l’étude des ornements de la page de titre.

Les ornements de la page de titre

L’utilisation d’un mélange d’ornements en guise d’illustration au centre de la page de titre nous permet d’effectuer un travail d’identification complexe mais révélateur. Aucune base de données recensant les marques et ornements connus de cette période ne comporte le panachage précis d’ornements que nous trouvons sur la page de titre de notre édition des Anecdotes de M. la Comtesse du Barri, mais d’autres sources précieuses sont à notre disposition.

Dans La France littéraire, Quérard énumère les autres œuvres écrites par Pidansat de Mairobert. Parmi elles, on trouve un ouvrage qui attire particulièrement notre attention : le  Journal historique de la révolution opérée dans la constitution de la monarchie française : par M. de Maupeou, chancelier de France. Cette œuvre publiée en 1776 soit un an après les Anecdotes, porte également la mention « À Londres » tout en étant identifiée comme une impression amstellodamoise. Ces similitudes avec notre édition nous poussent alors à comparer les ornements des deux éditions. Or, la dernière page du Journal historique comporte un panachage très semblable à celui des Anecdotes.

Illustration 3: Ornements typographiques des Anecdotes sur M. La Comtesse du Barri et du Journal historique du rétablissement de la magistrature, Tome VI, « à Londres » [= Amsterdam], 1776.

Ces fortes ressemblances suggèrent que ces deux ouvrages furent imprimés pour le même éditeur commercial. Si nous nous penchons plus en détail sur le Journal historique, nous constatons que celui-ci figure dans le catalogue de libraire de Marc Michel Rey, imprimeur et libraire hollandais, exerçant à Amsterdam et connu aujourd’hui pour avoir été un des acteurs principaux de la diffusion d’ouvrages prohibés hollandais en France7 . En partant de son catalogue, nous pouvons identifier un autre ouvrage comportant les mêmes éléments que les deux éditions des textes de Pidansat de Mairobert : les Voyages en Sicile et Malthe fait en l’année 1770 par M.Brydone, publié en 1776 à Amsterdam « Chez Van Harrevelt »8 .

Illustration 4: [Mathieu-François Pidansat de Mairobert], Voyage en Sicile et à Malthe, fait en l’année 1770, Amsterdam: E. va, Harrevelt, 1776.

Il semble ainsi probable que Van Harrevelt fut l’éditeur commercial, voire l’imprimeur des autres éditions. Actif dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, mais peu connu des historiens, il était néanmoins réputé comme étant à l’origine d’une des premières éditions de La jouissance de soi-même, ouvrage qui connaît un certain succès en France lors de sa parution. D’autres textes publiés par ce personnage semblent confirmer l’appartenance de notre édition clandestine à son officine, comme le démontrent ces quelques exemples.

Illustrations 5 à 8: Jean Louis de Lolme, Constitution de l’Angleterre (1774), Recueil d’opuscules littéraires avec un discours de Louis XIV (1767), Atlas portatif (1773), et Louis-Sébastien Mercier, Du théâtre, ou nouvel essai sur l’art dramatique (1773), tous imprimés à Amsterdam par Van Harrevelt.

Cependant, avant de conclure que Van Harrevelt était bel et bien à l’origine de notre édition, il faut expliquer l’emploi des mêmes ornements sur une page de titre qui ne fut pas éditée par l’imprimeur hollandais : celle des Considérations philosophiques de la gradation naturelle des formes de l’être ou les Essais de la Nature qui apprend à faire l’homme, de J. B. Robinet, publiées à Paris, chez Charles Saillant, en 1768. Charles Saillant (1716-1786) était-il le vrai éditeur de notre édition ? En approfondissant nos recherches sur l’ouvrage de Pierre Robinet, nous constatons que Harrevelt produisit également une édition du même livre, la même année. Or, cette fois-ci la page de titre de l’édition hollandaise présente une gravure sur cuivre, plutôt qu’un panachage d’ornements.

Illustrations 9 et 10: Jean-Baptiste Robinet, Vue philosophique de la gradation naturelle des formes de l’être, Amsterdam: E. van Harrevelt, 1768, et Considérations philosophiques de la gradation naturelle des formes de l’être, Paris, Charles Saillant, 1768.

Cette situation paradoxale est cependant expliquée suite à la comparaison de deux exemplaires. Il apparaît, en effet, que les deux versions sortent de la même imprimerie et qu’il s’agit simplement de deux émissions de la même édition. Seuls l’ajout d’un avertissement dans l’édition d’Amsterdam et les pages de titres les différencient. En outre, on remarque les mêmes défauts, aux mêmes emplacements, témoignant ainsi de l’impression commune du texte.

Illustrations 11 et 12: La page 17 des émissions d’Amsterdam et de Paris de l’ouvrage de Jean-Baptiste Robinet (1768).

La dernière ligne tracée de la page connaît une « oscillation » au même endroit (à gauche). Le positionnement des signatures est le même : au centre de la page, comme le veut la pratique hollandaise. Les ornements de la page de titre de Charles Saillant sont donc bel et bien attribuables à Van Harrevelt. Ce dernier avait ainsi agi en imprimeur et avait partagé l’édition avec son collègue parisien. L’édition des Anecdotes sur M. la Comtesse du Barri de 1775, peut ainsi être attribuée avec certitude à l’officine de Van Harrevelt à Amsterdam.

Le parcours de l’édition

L’édition de 1775 des Anecdotes de M. la Comtesse du Barri avait donc été imprimée en Hollande, et ses exemplaires devaient alors être acheminés en France pour être disséminés auprès du public. Cependant la complexité du parcours de production et distribution ne se limitait pas à cet envoi, comme le démontre l’analyse du papier utilisé. En effet, sur un exemplaire de cette édition détenu par le Professeur Dominique Varry, nous avons pu apercevoir le filigrane d’une des feuilles qui constitue l’ouvrage.

Illustration 13: Filigrane présent dans l’exemplaire du Professeur Dominique Varry des Anecdotes sur M. La Comtesse du Barri, [Amsterdam], 1775.

On peut y lire la lettre « I » ou « J », suivie du nom « BERNARD ». Raymond Gaudriault, dans son ouvrage sur les filigranes au XVIIIe siècle, indique que selon un arrêt du 27 janvier 1739 concernant l’ensemble des papeteries du royaume chaque feuille devait comporter « en caractères de quatre à six lignes de hauteur, la première lettre du nom et le surnom en entier du même fabricant »9 . La conformité de ce filigrane à cette règle suggère un papier d’origine française. Des recherches plus poussées permettent d’identifier une vingtaine de papetiers portant comme nom de famille « Bernard », mais deux seulement semblent avoir exercé dans la période où a été produite notre édition : Joseph et Amand Bernard. Ces papetiers de Chatelard, près de Limoges, étaient père et fils et leur filigrane correspond en tous points à celui que nous avons trouvé10 . Le papier aurait donc été produit dans le Limousin par cette famille de papetiers.

Illustration 14: Filigrane de Joseph Bernard présent sur le site “Papetiers du Limousin (XVIIIe siècle)

La présence de ce papier produit dans le Limousin dans une édition hollandaise, s’explique par la pauvreté de l’industrie du papier néerlandais. La fabrication de papier aux Pays-Bas ne débuta qu’à la fin du XVIe siècle. Pour pallier à ce manque, les Hollandais se spécialisèrent dans la commercialisation du papier, se fournissant en partie en Alsace. Mais, lorsque la guerre de Trente ans gagna la vallée du Rhin, les marchands hollandais furent contraints de s’approvisionner ailleurs. Ils devinrent alors «des clients privilégiés des papetiers de l’Angoumois et du Périgord », régions qui se situent juste à côté du Limousin11 . Le papier était acheminé de France en Hollande, puis une fois l’édition imprimée, la plupart des exemplaires faisait le trajet dans l’autre sens.

Van Harrevelt produisit, en effet, un livre subversif et d’actualité à destination du public français. Pour faire venir les exemplaires depuis Amsterdam, il est probable qu’il leur fit emprunter les voies fluviales et la mer. Deux trajets directs s’imposèrent alors : depuis la Haye, on pouvait soit descendre le Rhin vers l’Alsace et ensuite trouver son chemin jusqu’à Paris, soit aller en cabotage jusqu’à la Seine. On peut également envisager l’envoi des balles et des tonneaux à la foire de Francfort d’où il pouvait être ensuite largement distribué.

Illustration 15: Carte illustrant le trajet effectué par les livres imprimés à Amsterdam.

Le succès commercial de l’édition

La fabrication française du papier, puis l’impression hollandaise, suivie de sa dissémination à travers le royaume sont la preuve de la nature internationale du réseau du livre au XVIIIe siècle. L’efficacité du système est soulignée par le succès commercial de l’édition. Comme l’indiquent les recherches de Robert Darnton, les Anecdotes sur M. la Comtesse du Barri furent notamment distribuées par la Société Typographique de Neuchâtel. La liste de ceux qui passèrent commande pour cette édition montre le réseau étendu des libraires détaillants qui pensaient trouver des acheteurs pour ce texte sulfureux.

Tout le territoire du royaume de France était concerné. Au total, l’ouvrage fut commandé  pas moins de 52 fois à la Société typographique de Neuchâtel pour un total de 1071 copies. L’édition des Anecdotes sur M. la Comtesse du Barri, datée de 1775 et portant l’adresse « A Londres » connut donc un succès retentissant en France, au point que Robert Darnton place l’ouvrage en deuxième position des œuvres les plus commandées à la STN après L’An 2440, rêve s’il en fut jamais de Louis-Sébastien Mercier. L’engouement pour le texte ne se démentit pas et, outre les deux autres éditions de 1775, trois éditions supplémentaires suivirent rapidement. Dès 1776, nous trouvons ainsi une édition genevoise de Gabriel Gasset, une de Jean-Pierre Heubach à Lausanne, et une signée « à Londres, chez John Adamsohn ». Tout comme avec l’édition de Van Harrevelt, les trois étaient prudemment imprimées à l’étranger…

Illustration 16: L’édition des Anecdotes sur M. la comtesse du Barri imprimée Londres pour John Adamsohn en 1776.

Le succès de Van Harrevelt avait donc créé des émules. Cette œuvre choquante et polémique avait su conquérir son public pour devenir un « best-seller » de l’époque. L’attribution de l’impression à l’imprimeur et libraire néerlandais et l’identification du papier français utilisé illustrent combien la fabrication, publication et distribution du livre se concevaient à l’échelle européenne et dépassaient ainsi les velléités de contrôle d’un pouvoir national.

 Camille Jacques-Yassine
 Lucile Wagnon
Enssib


 

  1. Sur le contexte, et plus particulièrement sur cette œuvre, voir Camille Jacques-Yassine, Femmes et livres pornographiques : de l’émancipation des femmes au sein des textes érotiques du siècle des Lumières, Mémoire de Master 2, Enssib, 2020. []
  2. « Il eût été obligé de sacrifier, ou de reléguer dans des Notes une multitude de détails, indignes de la majesté de l’Histoire, qui paroîtront peut-être minutieux à la Postérité, mais extrêment piquans pour les Contemporains ». Citation extraite de la préface des Anecdotes sur M. la Comtesse du Barri, [Amsterdam], 1775. []
  3. Horace, Satires, Livre 1, satire II : « Sous mes embrassements dès que mon corps tressaille, elle est mon Egérie, elle est mon Illia : quels doux noms je lui donne. », Traduction dans Horace, Satires et Épîtres traduits en vers français par le docteur Adrien Rey, Marseille : Typographie Ve Marius Olive, 1868, p. 17. []
  4. Antoine-Alexandre Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes, Hildesheim : G. Olms, 1963, et Joseph-Marie Quérard, La France littéraire, Saint-Cloud : LACF éditions, 2005. []
  5. Nous pouvons par exemple citer L’Observateur anglais, Londres [Amsterdam], 1777-1778. Ou encore Correspondance secrète, et familière du chancelier de Maupeou avec Sorhouet, 1771. []
  6. Robert Darnton explique : « The places and dates of publication appear as on the originals, despite the use of obvious false addresses such as “Rome” and “Philadelphie,” because in many cases – “Londres,” “Cologne” – one cannot know for sure whether the address is false or not. », voir son The corpus of clandestine literature in France, 1769-1789, New York, Etats-Unis d’Amérique, 1995. []
  7. Voir l’exposition en ligne sur « Marc-Michel Rey », Bibliothèque municipale de Lyon, 2018 [Consulté le 19/11/2020]. Disponible sur : https://www.bm-lyon.fr/expositions-en-ligne/marc-michel-rey. []
  8. « Marc Michel Rey, inventaire et édition en ligne », Huma-num. Disponible sur : http://rey.huma-num.fr/catalogues/librairie []
  9. Raimond Gaudriault, Filigranes et autres caractéristiques des papiers fabriqués en France au XIV et XVIIIe siècle, CNRS Ed., Paris, 1995. []
  10. Papetiers du Limousin (XVIIIe siècle), Papetiers-filigranes.eu. Disponible sur : http://www.papetiers-filigranes.eu/papetiers_et_filigranesaieux/bernard.html []
  11. Raimond Gaudriault, op. cit. []

Curieux mélanges : les fausses pistes chronologiques d’éditions de livres licencieux

Les livres joyeux qui connurent une production importante au XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, parodies de textes sérieux tels que sermons, ordonnances ou pronostications, font partie de ces livres souvent voués à la destruction assez rapidement après avoir été imprimés, du fait de leur petit format, de la forte manipulation à laquelle ils devaient être soumis, et du peu de prestige des textes qu’ils contenaient, destinés à une lecture de loisir. Lorsqu’on travaille sur ce corpus, on trouve rarement plus d’un exemplaire d’une édition joyeuse, et plus souvent encore on doit se contenter de mentions frustrantes, qui évoquent l’existence ancienne d’éditions désormais perdues ou en tout cas introuvables dans les bibliothèques publiques. Or, en suivant la trace de rééditions de textes obscènes tels que la Pronostication des cons sauvages (première édition répertoriée : s.n., s.l. [Lyon], vers 1520, USTC 79223) ou la Source du gros fessier des nourrices (première édition répertoriée : Rouen : Jean L’Homme pour Yves Gomont, vers 1550, USTC 89764), je me trouvai face à un problème inattendu: la mise au jour d’une profusion d’exemplaires d’éditions du début du XVIIe siècle.

Illustration 1 : page de titre de la Source du gros fessier, édition Gomont.

C’est du moins ce qui ressortait d’une recherche avec les outils bibliographiques les plus usuels, qu’il s’agisse des catalogues de bibliothèques ou des méta-bases de données comme le Universal Short Title Catalogue (USTC). Brunet, dans son Manuel du libraire, dit ainsi d’un Procez et amples examinations sur la vie de Caresme-Prenant… traduit de l’italien, s.n., Paris, 1605 :

Cette édition originale est fort rare ; mais il y a une réimpression sous la même date, laquelle est ordinairement accompagnée des pièces suivantes aussi réimprimées : Traicte de mariage entre Julian Peoger, Lyon, 1611 – La copie d’un bail et ferme faicte par une jeune dame…, Paris, 1609 – La raison pourquoy les femmes ne portent barbe au mention, Paris, 1601 – La source du gros fessier des nourrices… avec la complainte de monsieur le cul contre les inventeurs de vertugalles, Rouen – la source et origine des c… sauvaiges…, Lyon, 1610 – La grande et veritable prognostication des c… sauvaiges…Sermon joyeux d’un depucelleur de nourrices, in-8. Ces huit pièces ainsi réunies sont recherchées à cause de la singularité de leurs titres1.

Brunet mentionne encore qu’il existe une réimpression datant d’une quinzaine d’années avant l’impression de son Manuel, qui entre bien dans la lignée des éditions de littérature joyeuse du XVIe siècle qui fleurirent au début du XIXe siècle. Il ne donne aucune précision concernant la date de la première réimpression citée, mais c’est bien là un détail qui met la puce à l’oreille. Vu la rareté aujourd’hui, et dès le XIXe siècle (et même avant), des exemplaires des éditions de texte joyeux du début du XVIIe siècle, il est impossible d’envisager l’existence de plusieurs volumes qui rassembleraient un exemplaire du Procez produit à cette époque et mis en recueil avec des exemplaires d’une série d’autres éditions de la même période.  

Illustration 2 : le signalement des éditions dans le catalogue de la BnF, pour la recherche des éditions du Procez de Caresme-Prenant.

C’est en allant consulter ces éditions, présentes notamment à la Bibliothèque nationale de France en nombreux exemplaires, souvent dans des volumes disparates assemblant certains mais pas nécessairement tous ces titres ensemble, et dans un ordre variable, que l’on comprend ce que Brunet omit de signaler à propos de ces réimpressions. L’aspect du papier, de la typographie, de l’impression des caractères, les lettrines, bandeaux et culs de lampe utilisés ne laissent pas place au doute : toutes ces éditions datées du début du XVIIe siècle sont en fait des éditions de la fin du XVIIIe siècle.

Illustration 3 : page de titre d’une des éditions du Procez de Caresme-Prenant.

Non datées ni signées, sans introduction ni aucun autre paratexte qui pourrait indiquer qu’elles sont des éditions postérieures aux premières années du XVIIe siècle, elles proposent parfois une tentative de mise en page qui imite bien les pages de titre de ces années – mais ce n’est même pas toujours le cas, comme en témoigne la page de titre du Procez de Caresme-Prenant ci-dessus, caractéristique du XVIIIe siècle, ainsi que, ici ou là, l’ajout de gravures licencieuses typiques des parutions libertines des Lumières.

Illustration 4 : Page de titre interne de la Source du gros fessier des nourrices, pourvue d’une gravure obscène, à la suite du texte de la Pronostication des cons sauvages.

C’est pourtant le plus souvent la date affichée sur l’édition qui est celle reprise par les catalogues des bibliothèques, ce qui crée la confusion pour les chercheurs travaillant sur ces textes, en créant un corpus fantôme de multiples éditions qui semblent avoir été produites dans les premières années du XVIIe siècle.

Dater précisément ces éditions, au-delà d’une estimation générale vers la fin du XVIIIe siècle, reste cependant difficile, en l’absence de tout indice bibliographique précis. Vu la foison d’exemplaires que l’on trouve au gré de la recherche, il est probable d’ailleurs qu’il existe plusieurs éditions d’un même titre, concurrentes peut-être, ou au contraire rééditions par le même libraire face au succès probable de la vente sous le manteau de ces textes scabreux, qui ont valu à un certain nombre de ces livres de se retrouver classés sous la cote ENFER de la BnF2. Il faudrait procéder à une enquête approfondie sur certains bandeaux et culs-de-lampe pour les associer à des imprimeurs répertoriés pour la période.

Dans un cas que j’ai pu étudier, un élément matériel permet cependant de dater une série un peu plus précisément. Le volume de la BnF coté 16-Z-4406 a visiblement bénéficié d’une restauration lui donnant une nouvelle relire moderne, mais dans laquelle a été conservé un défet d’une reliure plus ancienne, un fragment provenant d’une édition des Œuvres posthumes de Frédéric II, roi de Prusse, Berlin : chez Voss & fils et Decker & fils, 1788. On voit clairement comme une feuille non coupée des pages 329 et 336 a été utilisée pour renforcer la reliure d’origine. On pourrait donc dater la production de cette édition des Procez de Caresme-Prenant en 1788 ou dans les années suivantes, si l’on admet que ce fragment des Œuvres de Frédéric II fut utilisé pour sa première reliure, dès le moment de son impression.

Illustration 5 : défet de reliure des Œuvres posthumes de Frédéric II, conservé dans un volume restauré du Procez de Caresme-Prenant et d’autres fausses éditions.

Pour autant, si l’on voit bien l’intérêt de dater ces de fausses éditions du début du XVIIe siècle pour les imprimeurs et les libraires du dernier tiers du XVIIIe siècle, autant par souci de se protéger lorsqu’ils se risquaient à cette production osée que, sans doute, par interaction ludique avec leurs acheteurs, un certain nombre de questions subsiste autour des sources imprimées qui ont pu inspirer ces éditions.

En effet, on peut bien identifier les sources de plusieurs des textes repris dans ce florilège, tels que la Pronostication des cons sauvages et la Source du gros fessier des nourrices cités au début de ce billet. Dans le cas de la Source du gros fessier, les éditions annoncent souvent qu’il s’agit d’une réédition de celle faite par Yves Gomont à Rouen vers 1550, en faisant une légère erreur de lecture : Gomont devient Bomont (voir l’illustration 4). Le texte correspond effectivement à l’édition originale de Gomont, qui semble bien avoir servi de modèle à la réédition du XVIIIe siècle, sans que l’on sache cependant quelle fut la chaîne exacte de transmission du texte sur plus de deux cents ans. On trouve cependant aussi des fausses adresses. Ainsi, deux éditions de la Pronostication des cons sauvages indiquent qu’elles ont été imprimées par ou pour un Jean de la Montagne à Lyon, tantôt en 1610, tantôt avec une datation sans doute plus conforme à la vérité la situant en 1797. C’est d’ailleurs cette édition qui est citée en regard de cette fausse adresse répertoriée dans le répertoire des imprimeurs imaginaires de Brunet3.

Illustration 6 : les deux éditions comportant la fausse adresse de Jean de la Montagne.

Enfin, certains textes, comme la savoureuse Copie d’un bail et ferme faicte par une jeune dame de son con pour six ans, sont tout simplement intraçables dans la littérature du XVIe et du début du XVIIe siècle. L’édition du XVIIIe siècle indique que le texte original aurait été imprimé par ou pour un Pierre Viart à Paris en 1609. Or un seul libraire-relieur répondant au nom de Pierre Viart semble avoir exercé à Paris, bien avant l’impression possible de cette édition, puisqu’il fut actif de 1518 à 15234. On n’a pas retrouvé d’édition du XVIe ou du début du XVIIe siècle qui pourrait avoir servi de modèle à sa copie du XVIIIe siècle, dont le premier état du texte ne surgit donc qu’à ce moment.

Illustration 7 : page de titre de la Copie d’un bail

Sur un plan littéraire, le texte semble authentique : il reprend les graphies, la syntaxe et les traits de langage observables dans le corpus joyeux du XVIe siècle, de même que la propension des auteurs de la culture joyeuse à livrer des versions parodiques d’actes juridiques et notariés. Cependant, en l’absence de toute trace d’une édition effectivement produite en 1609 et dont on aurait au moins conservé une mention dans les premières bibliographies, et vu l’ajout d’adresses d’imprimeurs-libraires fantaisistes dans ce corpus à des titres bien identifiés au XVIe siècle, on peut hésiter à admettre sans aucun doute qu’il y ait eu un modèle avéré à cette édition de la fin du XVIIIe siècle. De là à douter de l’authenticité du texte, il n’y a qu’un pas. Il ne faut en effet pas exclure la possibilité d’un pastiche postérieur, surtout quand on connaît le goût des érudits, qui commencent à s’intéresser à cette littérature à la fin du XVIIIe siècle puis s’en emparent dans les premières décennies du XIXe siècle, pour l’écriture de tels textes imitant la littérature (post-)médiévale. Ces impressions ludiques offrent donc de multiples pistes de recherche aussi bien pour la réflexion sur la transmission des textes joyeux du XVIe au XIXe siècle, que pour le travail sur les fausses adresses d’imprimeurs de littérature licencieuse au XVIIIe siècle.

Katell Lavéant
Université
 d’Utrecht


 

  1. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, volumes 2-3, Paris : Silvestre, 1843, p. 842 []
  2. Sur l’Enfer des imprimés de la BnF, voir le catalogue de l’exposition qui lui fut consacré en 2007 : Marie-Françoise Quignard & Raymond-Josué Seckel (dir.), L’Enfer de la Bibliothèque : Éros au secret, catalogue d’exposition (BnF, 4 décembre 2007-2 mars 2008), Paris: BnF, 2007. []
  3. Pierre-Gustave Brunet, Imprimeurs imaginaires et libraires supposés : étude bibliographique, Paris : Librairie Tross, 1866, p. 89. []
  4. Voir la notice d’autorité de la BnF. []

Quand Gallica vient au secours de la bibliographie matérielle : le cas Brancas

La « collection Brancas » est un ensemble de 88 volumes de musique imprimée ou manuscrite, conservée pour l’essentiel au Département de la musique de la Bibliothèque nationale de France, et célèbre pour la qualité et l’intérêt des manuscrits de musique dramatique qu’elle contient – il s’y trouve plusieurs partitions d’œuvres ou de reprises données à l’Académie royale de musique dont c’est la seule source.

Une des particularités de cette collection est que presque tous les manuscrits ont été recouverts d’une page de titre au nom de Christophe Ballard ou de Jean-Baptiste Christophe Ballard, comme si ceux-ci avaient été copiés (ou au moins vendus) dans cet atelier, la plus importante officine de typographie musicale du royaume. On sait, par les catalogues imprimés de leurs fonds, que ceux-ci vendaient des partitions copiées des opéras qui n’avaient pas été imprimés ni gravés. Toutefois, les cinq bois différents qui ornent les pages de titre des manuscrits Brancas n’appartiennent pas au matériel des Ballard et quelques incongruités dans les adresses laissent supposer que ces pages de titre n’ont pas été imprimées dans cet atelier. Voici un exemple d’une telle page de titre :

Paris BnF (Mus.) : VM2-271. Cliché F. Escande.

Et voici les cinq bois qui servent à ornementer les pages de titre des manuscrits de la collection Brancas :

Comment les identifier ? Nous ne les avons pas retrouvés dans les bases d’ornements typographiques (Moriane, Maguelone, Fleuron). Il ne nous restait qu’à les rechercher systématiquement. Le moyen qui nous a semblé le plus naturel était d’examiner tous les livres parisiens imprimés entre 1715 et 1745, numérisés par la BnF sur Gallica, soit environ 10.000 références, à visualiser en mode mosaïque pour repérer rapidement les bois.

Quelques semaines et quelques doses de collyre plus tard, le premier résultat de cette recherche a été que certains bois apparaissent dans une multitude de variantes. Le motif du bois CL3, par exemple, est très souvent utilisé chez les imprimeurs parisiens entre 1710 et 1765, comme il apparaît dans la collection ci-dessous, et avec de nombreuses variantes (nappes trouées, nappes croisillonnées, nappe avec fleur de lys, ombre à gauche ou à droite, etc.).

Le second résultat, c’est que les bois cherchés n’ont pas été trouvés sur les éditions parisiennes… Il a donc fallu étendre la recherche aux éditions de Rouen, Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Avignon, Reims… au demeurant assez peu nombreuses sur Gallica. Et c’est là qu’est apparue la Consolation à Messieurs du Séminaire de S. Sulpice, une édition avignonnaise de 1722 qui portait au titre le bois CL2, imprimée par Charles Giroud, un imprimeur avignonnais assez connu, actif de 1709 à 1746.

Giroud – Consolation (1722) http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5709994n

Il ne restait qu’à tirer le fil. Un examen de toutes les éditions de Charles Giroud conservées à Paris a permis de retrouver quatre bois des pages de titre Brancas dans une dizaine de ses éditions parues entre 1714 et 1744, certaines, telles les Heures notées à l’usage des confrairies des Pénitens… (1743) en contenant jusqu’à trois différents, dont le bois CL3 au titre.

Heures notées (1743) Bibliothèque François-Lang, Royaumont

Le bois NTI, qui porte la légende Nosce te ipsum, n’a toutefois pas été retrouvé dans les éditions de Giroud. Il s’agit en fait d’une copie faite vers 1568 d’un emblème gravé sur bois provenant d’une édition lyonnaise de 1559 : Le Marquetis de pièces diverses assemblées par messire Antoine du Saix (Lyon : Jean d’Ogerolles, 1559, 8°. USTC n° 11363, sur Gallica). Cette copie a servi comme marque typographique à l’imprimeur lyonnais Benoît Rigaud. Elle a été utilisée par Giroud sur les manuscrits in-folio seulement, parce qu’elle ressemble à la grande marque typographique des Ballard.

L’identification de ces bois comme étant ceux de Giroud a été décisive pour la connaissance du fonds Brancas. La suite de l’étude a montré que Charles Giroud était aussi l’imprimeur de la ville de Beaucaire et de l’Académie de musique d’Avignon, qu’un certain Louis-André de Brancas (1684-1748), gouverneur de Beaucaire, avait été un des fondateurs de cette académie, qu’il possédait une belle collection de musique, que le fer de reliure qui orne la collection Brancas pouvait lui être attribué, qu’il avait lui-même copié les tables des airs qui se trouvent à la fin de plusieurs manuscrits, qu’il avait plusieurs fois voyagé à Paris, etc.

En somme, cette collection qu’on croyait parisienne et constituée par le maréchal Louis de Brancas (1672-1750), s’est révélée avignonnaise et constituée par un de ses proches resté en Provence, pour un usage privé et académique. Les manuscrits qu’elle contient, pour la plupart copiés dans l’atelier de l’Académie royale de musique, ont été acheminés à Avignon avant d’y être recouverts d’un titre imprimé et reliés à son fer, pour leur donner un aspect similaire aux imprimés. Après la mort d’André-Louis de Brancas, la collection a été ramenée à Paris et achetée par la duchesse de Villeroy, avant d’être confisquée à la Révolution et d’être intégrée, pour sa plus grande part, aux collections nationales.1

Laurent Guillo

  1. Ces éléments méthodologiques et bibliographiques sont extraits d’une étude à paraître chez Brepols : Françoise Escande, Laurent Guillo et Clément Stagnol, De Louis-André de Brancas à la duchesse de Villeroy : itinéraire d’une collection musicale entre Avignon et Paris. Elle a été effectuée dans le cadre d’un séminaire organisé par la BnF et l’IReMus consacré aux collections musicales anciennes du Département de la Musique de la BnF, sous la direction de Laurence Decobert et Denis Herlin. []