Une enquête bibliographique: retrouver et identifier un livre joyeux de 1542 supposé perdu

La source imprimée la plus utilisée pour décrire et analyser les festivités de la compagnie joyeuse des Conards de Rouen, très active au XVIe siècle, a longtemps été les Triomphes de l’abbaye des Conards, une édition partagée chez Nicolas Du Gord et Louis Petit imprimée à Rouen en 1587 (USTC 84170 et 45420).

Illustration 1: Page de titre des Triomphes de l’abbaye des Conards, Rouen, Nicolas Du Gord et Louis Petit, 1587

Tous les chercheurs qui se sont penchés sur ce sujet se réfèrent en effet à cet imprimé, souvent via son édition au XIXe siècle par Marc de Montifaud[1]. Or ces Triomphes reproduisent un texte produit lors d’une parade joyeuse organisée pendant les jours gras de 1540, selon l’ancien calendrier – texte supposé perdu par les chercheurs. Si d’autres festivités de moindre ampleur des Conards ont été documentées par des sources d’archives[2], cet important carnaval de 1541, en revanche, ne nous est connu que par ce récit. Mais quel statut accorder au texte des Triomphes, alors que cette édition fut produite quarante-cinq ans après les faits ? Comment s’en servir pour étudier ces festivités avec fiabilité, vu l’écart de temps important entre ces dernières et le moment de production de cet imprimé ?

Or, le récit originel de cette parade joyeuse, que tous considéraient comme perdu, ne l’était nullement. Il se trouvait en fait conservé sous un autre titre dans le fonds Méjanes de la bibliothèque éponyme, à Aix-en-Provence. C’est grâce à la mise en ligne d’outils bibliographiques, notamment l’Universal Short Title Catalogue, que j’ai pu l’identifier et le consulter. Le titre complet en est le suivant :

Le recueil des Actes | & depesches faictes aux haultz iours de Conardie, tenus a | Rouen depuis la derniere sepmaine de Ianuier jusques au | mardi gras ensuyuãt penultime iour de Feburier mil cinq | centz quarante, auec le triumphe de la monstre et ostẽta- | tion du magnifique & tresglorieux Abbe des Conardz | Monarche de Conardie. Imprime audict lieu de Rouen | auec priuilege de iustice, & defense a tous aultres imprimeurs et libraires en imprimer ne vẽdre aultres que ceulx | cy, cachetees auec le porte crosse de l’Abbe, sur peine de la | confiscation diceulx, de prison, & amende arbitraire.

Illustration 2: Page de titre des Actes et depesches (Rouen, s.n., 1542)

Ce livre fut donc imprimé à Rouen début 1542, comme on peut le déduire par l’autorisation reproduite au début de l’imprimé. Elle est donnée par le lieutenant du bailli, Jacques Aubert, en date du 18 janvier 1541 ancien style, et répond à la requête des Conards de pouvoir faire publier ce récit de leurs festivités de l’année passée alors que leurs « hauts jours » (fêtes de carnaval) approchent de nouveau[3]. On peut donc dater assez précisément cette impression entre le 18 janvier et le 2 mars 1542 (date du dimanche gras cette année-là, Pâques tombant alors le 19 avril). Le texte, à quelques variantes orthographiques près, est identique à celui de 1587, auquel il a visiblement servi de modèle pour la réédition.

Il s’agit d’un in-quarto, probablement de 40 pages, car malheureusement le dernier feuillet du cahier E manque (état actuel des signatures : A-D4 E3, soit 38 pages). Les Triomphes de 1587 nous donnent la fin du texte, dont la longueur doit effectivement correspondre à ce qui devait occuper ce dernier feuillet E4. Si l’édition de 1542 présentait un colophon sur la dernière page, il a donc disparu dans cet exemplaire. Si elles existaient, les informations commerciales permettant de connaître le nom de l’imprimeur ou du libraire ont été perdues.

Cette édition des Actes et depesches est soignée. Elle propose une mise en page attractive et aérée, qui vise notamment à différencier clairement les différentes parties du texte, dans une typographie romaine.

Illustration 3: Double page dans les Actes et depesches (A2v-A3r)

Les paragraphes narratifs relatant la préparation et le déroulement des jours gras sont proposés dans une police typographique de taille plus réduite que les poèmes et autres textes récités et montrés pendant les festivités jusqu’au cahier C inclus. Ensuite, sans doute pour économiser du papier, l’imprimeur n’a plus utilisé que la plus petite des deux polices, mais il a présenté les textes utilisés dans le défilé en deux colonnes pour les distinguer des paragraphes narratifs.

Illustration 4: Double page des Actes et depesches (D4v-E1)

De plus, des lettrines agrémentent le texte dans le cahier A. Enfin, une gravure sur bois a été réalisée spécialement pour ce livre, puisqu’elle présente, en illustration sur la page de titre, le char de l’abbé des Conards, aisément reconnaissable à sa mitre et aux bois de cerf (symbole de fertilité) qu’il porte en guise de crosse. Il est notable que les Triomphes de 1587 présentent la même gravure, cette fois sur le dernier feuillet du livre. Cependant, une comparaison des deux gravures montre qu’il ne s’agit pas du même bois gravé : on en a retaillé un spécialement pour la réédition quarante-cinq ans après celle des Actes et depesches.

Illustration 5: Gravure du char des Conards dans les Actes et depesches de 1542
Illustration 6: Gravure du char des Conards dans les Triomphes de 1587

Tous ces éléments soulignent l’investissement important que le libraire mit dans la production de ce livre. En cela, ce livre se distingue des livres joyeux produits à la période. Sermons joyeux, pronostications parodiques et autres formes littéraires légères et courtes étaient le plus souvent publiés dans des petits ouvrages bon marché. Ces imprimés étaient le plus souvent des in-octavo ne dépassant en général pas les 4 feuillets, encore régulièrement avec une typographie bâtarde, souvent de facture hâtive, et réutilisant des bois gravés assez génériques pour illustrer de loin le sujet de l’œuvre. C’est par exemple le cas de la Pronostication des cons sauvages, elle aussi produite sous le patronage de l’abbé des Conards à Rouen à la même période par Yves Gomont, vers 1550 (USTC 40807).

Illustration 7: La grande et veritable pronostication des cons sauvaiges, Rouen, Yves Gomont, [1550]

La facture des Actes et depesches se différencie nettement de tels imprimés, et pose la question du lectorat auquel l’ouvrage était destiné, dont les moyens financiers devaient être plus importants que ceux des acheteurs de la pronostication joyeuse et d’autres petits livres joyeux. Cette facture, de même que le format in-quarto qui ne fut guère utilisé pour les livres joyeux, le rapprochent davantage du format de récits d’entrées royales tel que celle d’Henri II à Rouen en 1550 (dans les spectacles de laquelle les Conards firent d’ailleurs bonne figure). La Deduction du sumptueux ordre plaisantz spectacles et magnifiques theatres dressés et exhibés par les citoiens de Rouen, imprimée pour Robert Le Hoy, Robert du Gort et Jean du Gort à Rouen en 1551 (USTC 54006 et 10205), est certes plus ample et agrémentée de davantage de gravures représentant les théâtres temporaires, mais elle présente un certain nombre de similarités dans la mise en page et l’emploi des lettrines notamment.

Illustrations 8 et 9: Deduction du sumptueux ordre (B1r-B1v)

Le travail d’identification possible d’un imprimeur est encore en cours. Je n’ai pour l’instant pas été en mesure de rapprocher le matériel typographique utilisé pour les Actes et depesches de ceux d’autres ouvrages imprimés à Rouen à la même période. De même, les filigranes bien repérables dans l’ouvrage restent un mystère : il a été impossible de les retrouver dans les répertoires habituels[4]. En revanche, j’ai pu identifier une lettrine, utilisée également dans l’édition d’un édit royal imprimé pour Claude Le Roy et Nicolas Nystel à Rouen en 1541. Cependant, je n’ai pas encore pu établir de lien avec un matériel d’imprimerie utilisé également par Le Roy dans d’autres de ses éditions.

Illustrations 10 et 11: Lettrines dans les Actes et depesches, A2v, et dans l’Edict du Roy sur le faict de son demaine forain (1541)

Illustrations 12 et 13: Filigranes, Actes et depesches A1v et A4v

Hors de la piste Le Roy, on peut encore proposer quelques hypothèses sur de possibles candidats parmi les imprimeurs et libraires rouennais actifs dans les années 1540, à partir du répertoire des imprimeurs et libraires français de Malcolm Walsby, Booksellers and Printers in Provincial France 1470-1600, à paraître prochainement (et que je remercie de m’avoir ouvert l’accès à ses données)[5]. Parmi les libraires ayant produit également d’autres livres joyeux et des ouvrages courts similaires à la même période, on peut en effet citer Jean Lhomme, Yves Gomont et Cardin I Hamillon. Cependant, ils produisirent des livres joyeux de facture plus rudimentaire, de type plaquettes gothiques. Les candidats les plus probables à l’édition des Actes et depesches me semblent plutôt être les frères Robert et Jean du Gort, qui, au même moment, produisirent des livres joyeux (notamment des imitations des romans de Rabelais) ainsi que d’autres œuvres littéraires et de circonstance, notamment la description de l’entrée d’Henri II à Rouen citée plus haut. Mon travail sur ces pistes se poursuit donc.

Pour l’histoire des festivités de la Renaissance, la redécouverte de cet exemplaire des Actes et depesches de 1542 est importante. Alors que l’on se basait jusqu’ici sur un imprimé publié quarante-cinq ans après les festivités sur lesquelles il portait, et en l’absence de documents d’archives, il est capital de pouvoir vérifier l’état du récit produit lors de ces fêtes, et d’avoir accès à un témoin imprimé juste après les faits.

Pour l’histoire du livre également, il s’agit d’une redécouverte non négligeable. Elle permet en effet d’abord d’analyser plus spécifiquement le corpus des livres joyeux produits au XVIe siècle, sur le plan bibliographique. L’exemplaire de la bibliothèque Méjanes est en effet un unicum, comme c’est bien souvent le cas des exemplaires de livres joyeux que l’on a conservés. Dans un paysage éditorial où chacun de ces unica revêt donc un caractère décisif, l’étude des Actes et depesches permet de nuancer la vision des livres joyeux qui émerge. Alors que l’on serait tenté de croire que l’on ne produisait ces livres que dans des petites plaquettes bon marché, puisque ce sont elles qui constituent l’essentiel de ce qui nous est resté, on voit avec cette édition que des compagnies joyeuses, en collaboration avec des imprimeurs-libraires capables de soutenir une telle entreprise, pouvaient également produire des imprimés plus ambitieux.

En ce sens, cet imprimé est un livre majeur pour étudier à la fois l’histoire de la vie théâtrale et les liens entre milieux du théâtre et monde du livre dans la ville qui devint le troisième centre d’imprimerie français au XVIe siècle – une ville qui était appelée à devenir le premier centre de production du livre joyeux à la fin du siècle. La redécouverte d’un tel exemplaire est essentielle : elle nous fournit une source importante pour réfléchir à ces liens, et pour tenter de dessiner une cartographie des imprimeurs de livres joyeux au XVIe siècle. L’ampleur des découvertes à faire dans un tel cadre, qui est celui de mes actuelles recherches d’habilitation à diriger des recherches sur la culture joyeuse en France et ses productions imprimées, contribue à en faire un fascinant et ludique terrain d’enquête.

Katell Lavéant

Université d’Utrecht


[1] Marc de Montifaud, Les triomphes de l’Abbaye des conards : avec une notice sur la fête des fous, Paris, Librairie des bibliophiles, première édition, 1874. L’auteur est en fait Marie-Amélie Quivogne de Montifaud.

[2] Michel Rousse, Le théâtre des farces en France au Moyen Âge, Thèse de doctorat d’État, Université Rennes II, 1983, 5 vols, tome 5 : « La confrérie des conards de Rouen. Textes de farces, documents d’archives ».

[3] Sur le statut problématique de ces documents placés en tête de la publication, voir K. Lavéant, « Usages et statuts de la parodie un défilé joyeux des Conards de Rouen et ses publications (1542 et 1587) », Les organisations joyeuses (XVe-XIXe siècles), éd. J.-Y. Champeley, Chambéry : Éditions de l’Université Savoie Mont Blanc, à paraître en 2019.

[4] Travail effectué à partir de la méta-base de données Bernstein, The Memory of Paper.

[5] Malcolm Walsby, Booksellers and Printers in Provincial France 1470-1600, Leyde : Brill, à paraître.

Un exemplaire « sophistiqué » : La Sophonisba del Trissino de la bibliothèque de l’Université Rennes 2

La Sophonisba del Trissino est considérée comme la première tragédie classique italienne. Initialement publié en 1524, ce texte de grande importance littéraire a récemment été acquis dans l’édition de 1529 par la bibliothèque de l’université Rennes 2. Cet ouvrage a été présenté dans l’exposition sur le livre italien de la Renaissance « La primavera del Libro ». Mais après avoir examiné minutieusement ce volume, nous avons découvert que cet exemplaire était bien plus complexe qu’il n’y paraissait ; il dissimule en effet une énigme.

Photo 1: [a 4 v°] et b1
Il s’agit d’un petit volume in-4° de 52 feuillets dans une reliure en parchemin souple avec le titre écrit à l’encre au dos. Le texte nous est connu par des éditions antérieures. Citons en particulier :

  • une édition de juillet 1524 imprimée par Lodovico vicentino scrittore [degli Arrighi] et Lautitio Perugino [probablement Lautizio di Bartolomeo dei Rotelli]
  • une autre de septembre 1524 imprimée par Lodovico degli Arrighi.

Les éditions de La Sophonisba présentent une particularité typographique. On y trouve des caractères grecs mêlés aux caractères latins. L’auteur Gian Giorgio Trissino (Vicence 1478 – Rome 1550), homme fortuné, amoureux des arts et des choses grecques, est connu pour sa réforme orthographique. L’ouvrage que nous décrivons est au cœur d’un débat intellectuel et linguistique qui agita l’Italie autour des années 1520-1530.

Dans une épître adressée à Clément VII et parue à Rome en 1524 (puis dans les Dubbi grammaticali, 1529), Trissino recommande en effet d’ajouter des lettres grecques à l’alphabet latin, en particulier l’epsilon et l’oméga pour marquer la distinction entre les voyelles o et e ouvertes et fermées[1]. Cette réforme ne fit pas l’unanimité et fut très vite critiquée. Trissino, piqué au vif, répondit à cette opposition, en 1529, « par une salve de publications diverses lancée de Vicence dans le débat intellectuel et dans le marché éditorial[2] ».

On citera par ordre de dates :

# Titre Date
1 Dante De la volgare eloquenzia. Giouanni di Boccaccio da Certaldo, ne la vita di Dante. Appresso gia vicino a la sua morte compose un libretto in prosa latina, il quale si intitulò. De vulgari eloque Janvier 1529
2 Epistola del Trissino de le lettere nuouamente aggiunte ne la lingua italiana Février 1529
3 La poetica di m. Giouan GiorgioTrissino Avril 1529
4 La Sophonisba del Trissino Mai 1529
5 La grammatichetta di m. Giovan Giorgio Trissino Juin 1529
6 Rime del Trissino 1529
7 Dialogo del Trissino intitulato il Castellano, nel quale si tratta de la lingua italiana 1529
8 a b c 1529 ?
9 Georgii Trissini Encomion ad Maximilianum Caesarem 1529 ?

L’édition de La Sophonisba que nous décrivons ici prit place au milieu de cette salve. Le colophon précise : « Stampata in Vicenza per Tolomeo Ianiculo, MDXXIX. di maggio[3] ». Ce Gianiculo, actif à Vicence et à Venise, imprima presque toute l’œuvre de Trissino. Il s’agit probablement de l’imprimeur Bartolomeo Zanetti. Selon la notice trouvée dans la base de données EDIT 16, c’est Gian Giorgio Trissino qui aurait donné à Zanetti ce pseudonyme et aussi la marque dont il usa (Z1184). Originaire de Brescia il commença à travailler à Florence pour les Giunta, puis à Camaldoli pour le compte du monastère avant de s’installer à Venise. Il est connu comme imprimeur mais aussi comme copiste de textes grecs. Pour l’impression il utilisa une presse privée que Trissino fit installer chez lui, près de Vicence. C’est dire tout l’intérêt que l’auteur portait à l’impression de ces textes.

Pour l’édition de mai 1529, la base de données EDIT 16 fournit un fac-similé numérique (exemplaire de la bibliothèque de Turin).  En comparant avec l’ouvrage présenté ici, l’ensemble est cohérent sauf le premier cahier comprenant aussi la page de titre. Le titre est composé avec des lettres grecques dans l’exemplaire de l’édition de 1529, pas dans notre exemplaire. Le texte de l’épître à Léon X diffère aussi dans sa graphie et dans sa mise en page.

Photo 2 : Titre dans l’exemplaire composite

Photo 3 : Titre de l’édition de 1529

Photo 4 : page [a 3 r°] dans l’exemplaire composite

Photo 5 : page [a 3 r°] dans l’édition de 1529

 

Il s’agit donc bien d’un premier cahier différent. En consultant les autres fac-similés numériques en ligne, le cahier signé « a » présent ici est semblable à celui de l’édition « Stampata in Roma : per Lodovico de’ gli Arrighi vicentino scrittore, 1524 di settembre[4] ». Il y aurait donc deux parties dans notre ouvrage, une première partie (pièce liminaire) issue de l’édition de 1524 et une seconde partie (texte de la tragédie) qui proviendrait de l’édition de 1529.

D’autres éléments viennent corroborer ces premières conclusions : la note manuscrite sur le feuillet de garde à la fin de l’ouvrage, dans une écriture tardive (XVIIIe ou XIXe siècle). Elle précise :

(Ludovico degli Arrighi) Composta nel 1510, gia ché a quella data doveva esser recitata in Firenze alla presenza di Leone X (Lett di Giov. Ruccellai al Trissino) [à l’encre rouge] 1a ed. Roma, 1524 [encre noire][5]

Le papier utilisé pour imprimer le corps de l’ouvrage tend à renforcer cette analyse. De nature épaisse, on trouve un filigrane représentant une ancre au feuillet « dii » (proche de Briquet 447). En revanche, le cahier « a », lui, est constitué d’un papier plus fin et moins solide. Il présente en filigrane un quadrupède entier, biche ou cerf, non trouvé dans Briquet. Par ailleurs, les feuilles du cahier « a », plus courtes, ont sans doute été complétées pour atteindre la taille ajustée.

À quel moment l’introduction de ce cahier est-elle intervenue ? C’est une question à laquelle il est difficile de répondre. La reliure semble avoir été confectionnée dans les décennies qui suivirent la publication de La Sophonisba, ce qui est confirmé par la feuille de garde sur laquelle on trouve un filigrane très visible : une ancre dans un cercle surmontée d’une étoile à 6 branches très proche du Briquet 525. Le papier portant ce type de filigrane fut couramment utilisé par les imprimeurs vénitiens au milieu du XVIe siècle. Sa présence ici suggère la date probable de la reliure actuelle du volume. Cependant, ceci ne nous permet pas de connaître la date d’insertion du cahier supplémentaire : il n’a pas été relié de manière classique avec les cahiers d’origine. Les feuilles semblent, en effet, avoir été posées sur onglet, c’est-à-dire ajoutées de manière artificielle – une fois le reste du livre relié – ce qui apparaît lorsque l’on examine la tranche de queue :

Photo 6 : tranche de queue

L’opération paraît avoir été faite assez tardivement, sans doute quelques siècles après l’impression initiale des deux éditions. Il est difficile d’expliquer la raison de cet assemblage. Il semblait sans doute important au possesseur ou au libraire de parachever un exemplaire incomplet, ce qui lui permettait d’avoir l’intégralité du texte et de donner plus d’intérêt et de valeur au volume. De plus, faire apparaître ce premier cahier comme issu de l’édition originale de 1524, conférait plus de prestige à un ouvrage dont la vaste majorité du texte provenait de l’édition ultérieure de 1529. Cette interprétation est renforcée par la note à la fin du volume qui nous oriente explicitement, et de façon erronée, vers l’édition de 1524. On pourrait donc penser que le cahier a été introduit à l’époque où l’on a apposé cette note, c’est-à-dire au XVIIIe ou XIXe siècle.

Ce livre « complet » composé de deux exemplaires de deux éditions différentes, l’une de 1524, l’autre de 1529, correspond à ce que les Anglais appellent « a sophisticated book », ce que l’on pourrait traduire littéralement par « livre sophistiqué ». L’insertion de la page de titre d’une première édition dans une édition plus tardive pour reconstituer un volume est un cas classique de falsification[6].

Cependant les particularités de constitution de ce volume de La Sophonisba n’ont pas altéré les idées que Gian Giorgio Trissino souhaitait transmettre. Au contraire, cet ouvrage permet à travers la présence de deux éditions de ce texte à la typographie singulière de mettre en exergue les efforts du Trissin pour essayer d’imposer sa réforme orthographique à ses contemporains.

Dominique Bougé-Grandon, Université Rennes 2

[1]La réforme de l’orthographe de Trissino est décrite dans Maurizio Vitale, L’omerida italico : Gian GiorgioTrissino. Appunti sulla lingua dell’ « Italia liberata da’Gotthi ». Venise, 2010, p.4

[2]Mercedes Blanco. « Giangiogio Trissino, poète de l’empereur », in E-Spania, 13, juin 2012, https://e-spania.revues.org/21182

[3] « Imprimé à Vicence par Tolomeo Ianiculo, mai 1529 ».

[4] « Imprimé à Rome par le scribe Lodovico degli Arrighi Vicentino, septembre 1524 ».

[5] « Composé en 1510, à quelle date il avait déjà dû être récité à Florence en présence de Léon X. Première édition de Rome, 1524. »

[6] John Carter, ABC for Book Collectors, Fourth Edition, Londres : Rupert Hart-Davis, 1967, voir aussi Michael F. Suarez and H. R. Woudhuysen (dir.), The Oxford Companion to the Book, Oxford : Oxford University Press, 2010.