Entretien avec Alisa van de Haar, conservatrice d’un fonds ancien de la bibliothèque de l’Université de Groningue

Fondée en 1615 – un an après la fondation de l’université elle-même –, la bibliothèque universitaire de Groningue est toujours située au même endroit au centre de la ville nordique. Elle possède actuellement plus de trois millions de livres, qui sont utilisés par les 30 000 étudiants et chercheurs de cette université. Quelque 150 000 de ses documents sont conservés au département des livres rares et peuvent être consultés sur place, au troisième étage du bâtiment moderne, par toute personne en possession d’une carte de bibliothèque ou d’une carte journalière. Il s’agit de papyrus anciens, de manuscrits médiévaux et modernes, de correspondances personnelles, de livres imprimés du XVe au XIXe siècle, de pamphlets, de cartes géographiques et d’annonces publiées par l’université pendant ses plus de 400 ans d’existence.

Depuis juin 2018, Dr Alisa van de Haar est la conservatrice de ce fonds ancien. Elle répond à nos questions.

Illustration 1: L’extérieur de la bibliothèque universitaire de Groningue. Image de Dirk Fennema

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

La collection de livres de cette université a grandi avec l’institution elle-même. Elle sauvegarde ainsi l’histoire et le patrimoine de cette université, reflétant son caractère individuel et les changements qu’elle a subis à travers les siècles (l’introduction de nouveaux champs d’étude, les liens internationaux évolutifs). Le département de livres rares forme un diptyque patrimonial avec le musée universitaire de Groningue, situé juste à côté de la bibliothèque.

Le musée et la bibliothèque viennent de subir des travaux de rénovation et de restauration qui étaient nécessaires pour pouvoir accueillir un nombre croissant d’étudiants et pour garantir les conditions optimales pour les objets qui y sont conservés. Le département de livres rares a maintenant à sa disposition une salle de lecture où il peut recevoir 15 chercheurs et deux salles qui sont utilisées pour des cours ou des colloques pendant lesquels des objets historiques sont présentés.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Dès la fondation de la bibliothèque universitaire, les différents bibliothécaires ont acheté des œuvres de référence sur les sujets enseignés à l’université. Cette politique d’acquisition est démontrée par le premier catalogue de la bibliothèque, qui a été établi en 1619 par le premier bibliothécaire, Nicolas Mulerius, et qui compte déjà 403 volumes. La plupart de ces volumes est toujours en possession de la bibliothèque, et leurs reliures attestent du fait qu’au début, les livres étaient enchaînés.

Illustration 2: Rayonnages des livres mentionnés dans le catalogue de 1619. Image de Hesterliena Wolthuis

La bibliothèque a également reçu de nombreux legs et dons, dont beaucoup proviennent des bibliothèques privées d’anciens professeurs de l’université. De plus, en 1624, la bibliothèque de l’église de Saint Martin, située à Groningue, a été transférée à la bibliothèque universitaire, suite au départ des clercs de cette église, face à la montée du protestantisme dans la ville.

Illustration 3: Plusieurs livres provenant de la bibliothèque de l’église de Saint Martin. Image de Dirk Fennema

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Parmi les bibliothèques privées que nous avons reçues à travers les siècles se trouvent plusieurs collections thématiques qui sont particulièrement riches. Les collections qui sont bien représentées au sein de notre fonds sont, entre autres, celles des livres de prix, accordés aux meilleurs élèves des écoles latines et décorés de l’emblème de la ville en question ; des reliures industrielles produites entre 1890 et 1940 dans le style Art nouveau ou Art déco ; des livres ésotériques sur la sorcellerie et les fantômes ; des œuvres juridiques historiques, par exemple des manuscrits médiévaux contenant le Miroir des Saxons ; des alba amicorum, dont un album qui contient une inscription de Théodore de Bèze ; des Robinsonnades (écrites dans le style du fameux Robinson Crusoé) ; et des éditions d’Horace et du poète néerlandais Joost van den Vondel. Notre point fort reste, cependant, le lien entre notre collection et la ville et l’université de Groningue. Nous possédons un fonds riche de livres imprimés à Groningue et de cartes montrant la ville et la province homonyme.

Pouvez-vous nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Ce livre d’heures, notre Hs add 280, a été offert à l’ancien bibliothécaire W. R. H. Koops à l’occasion de sa retraite, qui l’a immédiatement donné à la bibliothèque. Le manuscrit a été produit vers 1500 dans la province de Groningue. Il a été attribué au monastère bénédictin Siloe à Selwerd, fabricateur prolifique de manuscrits, en raison de sa décoration typique du style de Selwerd : ses fleurs rose pâle, bleu foncé et orange vif sont caractéristiques de la décoration groningoise.

Illustration 4: Hs add 280. Image de Dirk Fennema

Nous possédons une collection de quelque 50 alba amicorum, dont la plupart ont appartenu à des étudiants inscrits à l’université de Groningue ou à des jeunes femmes issues des meilleures familles de la ville. Cet exemplaire, Hs add 389, contenant l’image d’un phénix, a été constitué par Johannes Siertsema, étudiant en théologie et en philosophie au milieu du XVIIIe siècle.

Illustration 5: Hs add 389. Image de Hesterliena Wolthuis

L’objet phare de notre collection est notre ‘Bible de Luther’. Il s’agit d’un exemplaire de l’édition de 1527 de la traduction latine du nouveau testament par Erasme, qui a appartenu à Martin Luther. Luther a lu l’œuvre d’Erasme de façon critique, la plume à la main. Il exprime son opinion plutôt négative dans les marges, traitant Erasme de ‘bube’ (petit garçon) et écrivant que l’humaniste néerlandais n’était pas assez pieux. Les fils de Luther ont offert ce livre à l’aristocrate frison Unico Manninga. Plus tard, il a appartenu à l’humaniste groningois Regnerus Praedinius, qui a, lui aussi, annoté le texte, réagissant parfois aux remarques de Luther. Le livre est resté dans des cercles érudits à Groningue pendant plusieurs décennies, avant d’être offert à la bibliothèque universitaire dans la deuxième moitié du XVIIe siècle. 

Illustration 6: Hs 494. Image de Hesterliena Wolthuis

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Afin d’atteindre les chercheurs, il faut commencer par les étudiants qui, dans certains cas, deviendront des chercheurs (académiques ou non) eux-mêmes. Nous organisons beaucoup de cours pour les étudiants en histoire ou en histoire de la littérature pour les informer sur notre fonds et pour leur apprendre à l’utiliser de façon responsable. Nous sommes également en train de numériser une grande partie de notre collection grâce à des collaborations avec Google Books et le projet néerlandais Metamorfoze. Entretemps, nous continuons à remplir notre propre base de documents numérisés.

Illustration 7: Une sélection de nos alba amicorum. Image de Dirk Fennema

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous ouvrons nos portes régulièrement lors d’événements tels que les Journées du Patrimoine. Depuis que la bibliothèque a été rénovée, elle dispose de vitrines qui nous permettent d’organiser des expositions pour montrer nos objets à un public large. Actuellement, nous avons une exposition sur les livres d’artistes modernes, intitulée Dear Reader, Don’t Read. De plus, nous organisons des séminaires sous le titre Les trésors de la bibliothèque universitaire, pendant lesquels les objets discutés sont montrés au public.

Quelle vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Comme toutes les bibliothèques possédant des livres rares, nous faisons de notre mieux pour mettre nos objets à la disposition de tout lecteur ayant accès à internet. La numérisation de notre fonds s’est ajoutée à nos responsabilités ordinaires, ayant pour conséquence que d’autres tâches, telles que la description de nos collections, avancent plus lentement. En outre, la numérisation de ces objets précieux demande une connaissance et une compréhension approfondie des systèmes numériques et de techniques qui permettent de prendre des photos sans endommager le livre. Ces dernières années, nous avons appris ces choses au fur et à mesure que nous avancions. Il nous reste toujours beaucoup à apprendre, mais les moyens financiers manquent souvent.

Outre la question de la numérisation de nos objets, qui est très complexe, nous avons à faire face à une réduction d’espace de stockage, qui est en partie causée par – raison typiquement néerlandaise – l’installation envisagée de stationnements pour vélos dans notre dépôt. Nous recevons beaucoup d’offres de livres rares, mais nous devons être davantage sélectifs quant aux offres que nous pouvons accepter, même si en tant que bibliothèque universitaire, nous nous sentent responsables de tout ce patrimoine. En tant que conservatrice, de tels dilemmes font partie de mes expériences quotidiennes : je fais également toujours de mon mieux pour trouver le bon équilibre entre la préservation des objets pour les générations futures, et leur visibilité et usage actuels.

Illustration 8: Deux livres de prix, offerts aux meilleurs élèves des écoles latines d’Appingedam et de Groningue, dont ils contiennent les armoiries. Image de Dirk Fennema