Exposition « Incu…quoi !? » : les incunables à Saint-Omer

La bibliothèque d’agglomération du Pays de Saint-Omer conserve plus de 200 éditions d’incunables, imprimées par près d’une centaine d’ateliers des Pays-Bas, de la vallée du Rhin, de l’Italie du Nord et de France. Récemment, ces livres ont fait l’objet d’un récolement par l’équipe patrimoniale à partir des notices préliminaires du Catalogue régional des incunables conservés en France, en vue de la finalisation du volume de cette collection, consacré à la région Nord-Pas-de-Calais.

Ce vaste projet catalographique est initié dans la seconde moitié du XIXe siècle, par Marie Pellechet, qui s’attèle au Catalogue général des incunables des bibliothèques de France. Elle commence à en publier des volumes dès les années 1870, mais elle ne peut achever son répertoire. C’est à partir de ce travail que l’on reprend le catalogage des incunables conservés en France, sous la forme des catalogues régionaux (CRI).

La campagne de rédaction de ces catalogues est lancée en 1979 par la Direction du Livre et de la Lecture : le premier CRI réalisé est celui de Champagne-Ardenne, par Jean-Marie Arnoult. Tous les incunables conservés dans des collections publiques ou privées sont concernés, quel que soit le statut de l’établissement, à condition que l’accès aux collections soit possible. En 2012, près de la moitié des CRI est réalisée. Leur conversion rétrospective est en cours d’étude par le Service du Livre et de la Lecture (SLL) et le Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance de Tours.

L’ancienne région Nord-Pas-de-Calais est une très riche en incunables (env. 1500 exemplaires), dont la plupart sont restés dans leurs lieux d’origine. C’est dans ce cadre que le CRI IX a été entamé et bien avancé dans les années 1980, par Frédéric Barbier alors conservateur à la bibliothèque municipale de Valenciennes. Le travail a été commencé à une époque où les standards de description étaient moins détaillés qu’aujourd’hui, notamment en ce qui concerne les données d’exemplaires. Un fascicule préliminaire, décrivant les collections d’Arras, de Bergues, de Lille et de Valenciennes, est publié par l’Association des Bibliothécaires de France en 1982.

A la fin des années 1990, Pierre Aquilon, du Centre d’Etudes Supérieur de la Renaissance de Tours, reprend le travail de F. Barbier et complète les notices selon les nouveaux standards de description. En janvier 2012, le SLL, en accord avec la Direction Régionale des Affaires Culturelles pour le Nord-Pas-de-Calais, a décidé de relancer un chantier, en y associant les responsables des fonds anciens des bibliothèques concernées en région, avec la collaboration de P. Aquilon. Ils en confient la coordination au Centre Régional du Livre, qui la délègue à son tour à Marie-Claude Pasquet (bibliothécaire indépendante), afin de procéder à la remise à niveau des notices du CRI IX et de publier le volume.

Celui-ci est désormais sous presse, c’est l’occasion pour la BAPSO de contribuer à la valorisation de cette collection à travers une nouvelle exposition patrimoniale, qui vous permettra de découvrir quelques-uns de ses fameux incunables.

Illustration 1: affiche de l’exposition

Constitution de la collection d’incunables de Saint-Omer

La bibliothèque d’agglomération du Pays de Saint-Omer est dépositaire d’une collection de livres et de documents anciens qui témoigne par son contenu de la richesse culturelle de l’Audomarois depuis le Haut Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine. La majorité des livres anciens proviennent des bibliothèques des grandes maisons religieuses de la région rassemblées dans le dépôt littéraire de Saint-Omer constitué en Ventôse de l’an II de la République. On y conserve actuellement 211 éditions incunables réparties en 133 volumes dont 39 recueils. Les provenances institutionnelles nous sont connues pour 131 volumes.

La collection d’incunables la plus importante est celle de la Chartreuse du Val de Sainte-Aldegonde à Longuenesse, dont la fondation remonte à 1298. Cet ensemble comprend 18 volumes avec des ex-libris presque tous du XVe siècle. Le contenu de la bibliothèque des Chartreux de Longuenesse attend encore d’être étudié. Il est intéressant de constater qu’il ne nous reste qu’une vingtaine de manuscrits dont la provenance est attestée, soit à peine plus que d’incunables. Par ailleurs, la plupart des manuscrits des Chartreux sont des livres de dévotions, tandis que leurs incunables présentent une plus grande diversité de contenu. Le mode de fonctionnement des couvents de Chartreux, où les religieux vivent isolés dans leurs cellules, n’a probablement pas facilité la constitution d’une vaste bibliothèque commune dès les premières années de l’existence de cette maison. Il semble néanmoins que le développement de l’imprimerie a facilité l’achat de livres pour la communauté qui a pu ainsi enrichir sa bibliothèque à l’époque moderne.

Puis vient l’abbaye de Saint-Bertin, fondée au milieu du VIIe siècle, dont le scriptorium fut l’un des plus importants et des plus actifs de la région. Il ne faut donc pas s’étonner que, parmi les provenances connues des incunables audomarois, Saint-Bertin n’arrive qu’en seconde position avec 13 volumes – sous réserve d’identifier la provenance des autres volumes. La richesse en manuscrits de sa bibliothèque a probablement rendu inutile l’acquisition de versions imprimées à la fin du Moyen Âge. D’ailleurs, la plupart des ouvrages du XVe siècle semblent n’avoir rejoint la bibliothèque de l’abbaye que bien plus tard, peut-être au titre d’objets de collection plus que pour leur utilité réelle. La plupart des autres incunables de Saint-Bertin portent des mentions datées du XVIIe siècle.

Ainsi le fameux exemplaire de la Bible à 42 lignes porte l’ex-libris de Mommelin le Riche, abbé entre 1706 et 1723, alors que Saint-Bertin possédait déjà un grand nombre d’éditions bibliques à cette époque.

Illustration 2 : ex-libris de Mommelin le Riche

L’ex-libris de Mommelin se trouve également dans le volume des épitres de Jérôme, imprimé à Strasbourg par Johann Mentelin après 1469, où l’on retrouve également les mêmes signes paratextuels de lecture. La description du contenu du volume des épîtres hiéronimiennes est de la même main que la liste des livres vétérotestamentaires portée au premier feuillet de la B42 audoamroise. Il nous faut cependant relativiser l’hypothèse de l’acquisition par Mommelin le Riche des incunables portant son ex-libris car il peut s’agir aussi d’un simple témoignage du financement d’un train de reliure sur les fonds propres de l’abbé ou encore d’une sélection parmi les livres de l’abbaye faite par ce dernier pour se constituer une bibliothèque personnelle. La troisième provenance la plus importante est celle du séminaire épiscopal, créé en 1604 par l’évêque Jacques Blase. Cet ensemble compte 12 incunables, donc 5 ont été offerts par François-Joseph De Lannoÿ, chanoine de Notre-Dame de Saint-Omer. Le patronyme de Lannoy étant assez répandu dans la région, on ne peut affirmer que ce chanoine appartienne à l’illustre famille des comtes de Lannoy.

De la bibliothèque de l’abbaye Notre-Dame de Clairmarais, fondée à la fin du XIIe siècle, proviennent 10 incunables. 7 autres incunables appartenaient aux Jésuites anglais, 5 aux Capucins de Saint-Omer, 4 à l’évêque Jacques Blase, 4 aux Dominicains, 3 aux Franciscains, 3 au chapitre, 1aux Jésuites français et 1 aux Carmélites.

La Bible de Gutenberg de Saint-Omer

Le plus célèbre de nos incunables, et probablement aussi de tous nos livres anciens, est sans conteste la Bible, imprimée sur papier, avant août 1456, par Johannes Gutenberg à Mayence. La bibliothèque possède en effet le seul exemplaire conservé en province des cinq possédés par la France (les quatre autres sont à la Bibliothèque Nationale et à la Mazarine), sur les 49 repérés à ce jour dans le monde. C’est à Marie Pellechet que l’on doit la « redécouverte » de cette Bible en 1892, dont l’annonce fut publiée l’année suivante dans le Journal des Savants. Mais, en réalité, le volume avait déjà été identifié vers 1807 par J.-C.-J. Aubin, premier bibliothécaire de Saint-Omer, dans son catalogue, repris par Hector Piers dans ses Variétés historiques sur la ville de Saint-Omer (1832, p. 199-201).

Illustration 3 : extrait du catalogue manuscrit d’Aubin signalant la présence de la Bible de Gutenberg 

 L’exemplaire audomarois est toutefois incomplet puisqu’il ne comprend que le premier tome, contenant l’Ancien Testament, dont le détail des livres est inscrit à la main dans la marge supérieure du premier feuillet.

Illustration 4 : le premier feuillet de la Bible

C’est une impression très sobre, qui ne comprend qu’une seule initiale filigranée au début des Psaumes. Elle est imprimée sur papier et en excellent état.

Illustration 5 : feuillet avec initiale filigranée

Elle a fait l’objet d’une première restauration au XVIIe siècle. On lui a remplacé le feuillet 241 par une page de parchemin, dont l’écriture semble chercher à imiter la typographie du volume. Et une seconde restauration, « drastique » est réalisée par les ateliers de la BnF en 1953, qui n’a malheureusement pas conservé les défaits de la reliure moderne, mais a quand même pris soin de conserver l’ex-libris armorié de l’abbé Mommelin le Riche qui se trouvait sur le contreplat supérieur.

Illustration 6 : la première restauration du XVIIe siècle, avec feuillet manuscrit imitant l’imprimé (g.) en regard du feuillet imprimé suivant (d.)

Les « rarissimes » de Saint-Omer

Outre la bible de Gutenberg, la collection audomaroise compte quelques éditions rares ou célèbres dans le monde des bibliophiles. La BASPO conserve ainsi l’un des 11 exemplaires actuellement recensés dans le monde, du Sermo super psalmum L : Miserere mei Deus de Jean Chrysostome, imprimé par Ulrich Zell à Cologne en 1466.

Elle a aussi un unicum: la confirmation de la nomination de Jean le Vasseur, prieur des Dominicains de Saint-Omer, comme inquisiteur dans les diocèses de Thérouanne, Cambrai, Arras et Tournai, imprimée à Audenarde chez Arend de Keysere, ou à Louvain, chez Herman van Nassau et R. Loeff, le 15 juin 1480.

Plus récemment encore, nous avons trouvé, dans l’une de nos reliures du XVIe siècle, deux rares placards anopisthographes (qui ne sont pas imprimés au verso) sur parchemin imprimés à Lübeck par Steffen Arndes, vers 1490. Il s’agit d’indulgences, promulguées au nom de Raymond Perraud, commissaire pontifical, pour inciter les Chrétiens à prendre part à l’expédition contre les Turcs.

Illustration 7 : indulgence imprimée par Steffen Arndes (Lübeck, vers 1490)

En 2013, un nouvel incunable a été identifié. Il s’agit du Circa materiam statutorum de Baldus de Ubladis, imprimé à Milan, par Uldericus Scinzenzeler en juillet 1497. Et, en 2015, c’est un fragment du feuillet signé s2 de l’édition vénitienne de la Somme Théologique de Thomas d’Aquin (Part 2, qu. 90, art. 1), imprimée par Johannes de Colonia et Johann Manthen le 20 juin 1480, qui est découvert parmi les gardes d’un petit Psautier hébreu, du XVIe siècle, imprimé par Froben en 1563 et provenant du collège des Jésuites anglais de Saint-Omer (inv. 4703 bis).

Illustration 8 : fragment de la Somme théologique imprimée en 1480 retrouvé dans les gardes du Psautier de Froben

Enfin, durant l’été 2018, un autre incunable est retrouvé dans un de nos recueil. Il s’agit du Fasciculum temporum de Werner Rolevinck, imprimé à Venise par Erhard Ratold le 8 septembre 1485.

Une découverte de dernière minute

Le mardi 17 septembre 2019, en rédigeant la notice du manuscrit 510, pour l’intégrer à la Bibliothèque Numérique de la BAPSO, nous avons « re »-découvert le 211e incunable de notre catalogue. Ce volume est un recueil factice qui a été composé au XVIIe siècle à partir de deux documents. Au début du volume, feuillets 1 à 158v., on trouve une copie manuscrite des Perles du Décret et des Décrétales, une sorte d’index composé par le juriste et dominicain, et archevêque de Gnesen Martin de Troppau, réalisée probablement au début du XVe siècle. Ce volume a donc été rangé parmi le fonds manuscrit dont c’est le n° 510. Mais la seconde partie de ce recueil (f. 160-217) est constitué par un exemplaire du traité de procédures judiciaires de Johannes Auerbach, imprimé à Louvain par Johann von Paderborn, le 28 mai 1475. C’est donc bien un incunable, mais il n’avait jamais été signalé comme tel dans nos inventaires.

Illustration 9 : dernières pages de l’imprimé de Louvain, 1475

Il existait pourtant un signalement de cet incunable, fait par Micheland dans le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements. Publié sous les auspices du Ministre d’État — Tome III. (Paris, Imprimerie impériale, 1861), p. 229 : « A la suite on a relié le Judiciarius ordo, sive processus, de Nicolas de Tudesco, connu sous le nom de Panormitanus, exemplaire imprimé à Paderborn, en 1475 ». Mais l’absence du terme « incunable », et surtout l’inversion qui est faite entre le nom de l’imprimeur et la ville d’impression, ont certainement contribué à l’anonymat de cette mention. En effet, Jean de Paderborn (ou Jean de Westphalie) est le nom du premier imprimeur de Louvain, mais il n’y a jamais eu de presses à Paderborn – en tout cas pas au XVe siècle…

Rémy Cordonnier
Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer

L’exposition “Incu…quoi!? Les Incunables audomarois, au berceau de l’imprimerie” est ouverte aux visiteurs jusqu’au 18 décembre 2019.