L’imprimeur Jean Clément et le verlan au XVIe siècle. Suite et dénouement

Dans le billet publié sur ce site il y a quelques mois, « Un cas de verlan au XVIe siècle. Ou comment déjouer les jeux de pseudonyme d’un imprimeur-libraire de la Renaissance », j’avais évoqué le cas d’un étrange imprimeur du nom de Jean Mentcle, alias Vatan, qui n’était connu que par le biais d’un imprimé dont l’adresse l’identifiait comme ayant son atelier à Bordeaux. Je l’avais lié à un personnage qui n’était, cette fois, connu que par des documents d’archives : Jean Clément, actif à Bordeaux puis à Toulouse entre 1544 et 1550. Le partage du même alias venait confirmer qu’il s’agissait d’un usage de verlan, une simple inversion de la première et de la seconde syllabe. Ce rapprochement nous permettait de mieux comprendre l’activité de celui qui avait publié une édition des Epitaphes des Roys de France1 , ainsi que de préciser le contexte et la chronologie de la publication sans date de l’œuvre.

Illustration 1 : Les deux colophons mentionnant un Jean Mentcle à Bordeaux et à Lyon.

À la toute fin du billet, j’avais évoqué une étrange coïncidence : l’existence d’un autre Jean Mentcle, cette fois actif à Lyon, et signalé de manière laconique par Baudrier sous la forme « Jean Mentcle de Sonlu »2. Ce Mentcle avait publié un petit in-quarto en 1535 dans la ville mais n’avait, lui non plus, pas laissé de traces archivistiques3. S’agissait-il de la même personne ? La nature péripatétique de la carrière de Jean Clément nous permettait de le suggérer. Mais deux différences posaient problème. Tout d’abord les matériels typographiques utilisés à Lyon et Bordeaux ne se ressemblaient aucunement. L’édition lyonnaise employait des caractères gothiques typiques de la production vernaculaire française de l’époque, ce qui tranchait avec les fines lettres italiques et romaines utilisées dans l’imprimé bordelais. Plus gênant encore, dans les deux cas l’imprimeur signait avec un alias, mais celui-ci n’était pas le même. Le premier se réclamait de Sonlu, le second de Vatan.

L’identification de Vatan ne posait guère de problème : seul un village de l’Indre portait ce nom et semblait convenir – sauf si notre imprimeur jouait encore une fois avec les mots, un Vatan qui devait se lire « Va-t-en ». Cependant la présence de cet alias dans le testament de Jean Clément semblait proscrire cette éventualité. Mais que faire de Sonlu ? Ce Mentcle n’était attesté dans aucune pièce d’archive, ni sous cette forme, ni sous la forme de Clément. Était-ce cette fois un jeu, une manière de suggérer que ses livres « sont lus » ? Au contraire de Vatan, Sonlu semble peu probable comme nom de lieu. Ayant recours au verlan, une fois de plus, la forme Luson (ou Luçon / Lusson pour préserver le son) semblait plus prometteuse.

S’ouvraient alors, selon les répertoires et les index géographiques, de nombreuses possibilités : Lusson dans les Pyrénées-Atlantiques, Luson près de Bolzano en Italie et, bien sûr, Luçon en Vendée. En consultant le Géoportail de l’IGN, une liste de lieux-dits et de villages est proposée pour la forme Lusson :

Illustration 2 : Lieux et adresses répondant au mot « Lusson » dans le Géoportail de l’IGN.

Mais toutes ces solutions nous éloignaient de Jean Clément de Vatan : il semblait peu probable que quelqu’un se réclame en l’espace de dix ans de lieux aussi éloignées que ces villages et villes dont la plus probable, Luçon, se situe à plus de 200 km à vol d’oiseau de Vatan. Je décidai donc de revisiter la seule source qui pouvait donner un indice : le testament rédigé à Bordeaux en 1550.

Ce texte avait été publié par Paul Roudié, mais avec quelques coupes4. Il était probable que ces excisions ne concernaient que des formules conventionnelles et peu porteuses d’intérêt, comme il est relativement habituel de faire, mais consciencieusement je retournai ad fontes pour vérifier dans les archives bordelaises.

Illustration 3 : La « liasse » 3 E 848 des Archives Départementales de la Gironde.

La référence de Roudié ne donnait qu’une cote sans foliotation et il s’avérait que le volume n’était en effet ni paginé ni folioté ni dans un ordre chronologique strict… et qu’il était plutôt imposant. Le texte lui-même, une fois trouvé, était confus, avec des insertions, corrections et suppressions, mais contenait des informations complémentaires importantes, notamment pour élucider la question qui nous préoccupe.

Illustration 4 : Le « Memoire des articles que Jean Clement dict de Vatan a ordonné en ses derniers jours et veult qu’il soit observés » 3 E 848, AD Gironde.

La dernière partie du texte, reliée quelques feuillets plus loin après d’autres minutes d’actes5, révèle en effet que Jean Clément possédait des « biens immeubles situez en la paroisse Chapelle Sainct Laurian au lieu appellé à Lucon au diocese de Bourges ». La Chapelle-Saint-Laurian est facile à localiser à deux kilomètres au sud-ouest de Vatan.

Illustration 5 : La Chapelle-Saint-Laurian sur le Géoportail de l’IGN.

Cependant sur les cartes modernes de l’IGN point de trace d’un lieu nommé Lucon/ Luçon/ Lusson. La consultation de la carte de Cassini (ou carte de l’Académie) du XVIIIe siècle, en revanche, est probante. Tout près de la Chapelle-Saint-Laurian apparaît un lieu nommé « Lucon » qui est gratifié de sa propre petite icone.

Illustration 6 : Lucon sur la carte de Cassini.

La carte de l’état-major (1820-1866) montre que le lieu existait encore au XIXe siècle sous le nom de Lusson. En 1950 si les bâtiments étaient encore présents lors de la confection de la carte, le nom avait disparu et aujourd’hui la carte IGN et la photographie aérienne montrent que plus rien ne reste du lieu d’origine de Jean Clément.

Illustration 7 : Lusson sur la carte de l’état major, puis son emplacement en 1950, sa disparition sur la carte actuelle et la photo aérienne.

On peut donc précisément placer les origines de Jean Clément et confirmer que l’imprimeur bordelais et lyonnais était bien la même personne qui se servait du verlan non seulement pour son propre nom, mais également pour le hameau où il habitait avant de se lancer dans une carrière typographique.

Malcolm Walsby
Enssib, Université de Lyon


 

  1. Barthélemy de Chasseneux, Epitaphes des Roys de France, qui ont regné depuis le Roy Pharamond, jusques au Roy Francoys premier de ce nom, Bordeaux : Jean Mentcle : [circa 1545], USTC 13301. []
  2. Henri Baudrier, Bibliographie lyonnaise. Recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle, Lyon : Librairie ancienne d’Auguste Brun, 1895-1921, I 274-275. []
  3. La description de la quarte galicane, Lyon : Jean Mentcle, 1535, USTC 53113. Notons qu’un des exemplaires de la bibliothèque Mazarine, celui côté Inc. 621, avait appartenu au diplomate, auteur, et voyageur Jean Nicot. []
  4. Paul Roudié, « Documents sur la vie intellectuelle à Bordeaux au XVIe siècle. Textes divers », Bulletin et mémoires de la Société archéologique de Bordeaux, LXI (1957-1959) n° 15. []
  5. Les cahiers du registre in-folio sont reliés sans égard pour les documents eux-mêmes par lot de 10 à 20 bifolia qui avaient pourtant été créés séparément. Ceci a pour résultat de séparer le texte copié sur les feuillets impairs de ce qui se trouve sur les feuillets pairs, rendant une lecture linéaire de l’ensemble particulièrement ardue. []