Un cas de verlan au XVIe siècle. Ou comment déjouer les jeux de pseudonyme d’un imprimeur-libraire de la Renaissance

Au milieu des années 1540 un libraire publia à Bordeaux une édition des Épitaphes des roys de France. L’édition fut faite, semblerait-il, sans l’accord de Jacques Bouchet, un libraire de Poitiers qui détenait pour ce texte un privilège royal exclusif délivré le 3 janvier 1543/4. Le libraire bordelais ne s’en formalisa pas : non content de copier le texte sous un titre légèrement modifié, il reprit aussi la mise en page, l’apparence typographique et les gravures de l’original1. Ce libraire sans gêne donna librement son nom dans le colophon : Jean Mentcle. Sauf… sauf qu’aucune autre trace n’est connue d’un Jean Mentcle exerçant à Bordeaux au XVIe siècle. Le nom semble tellement saugrenu que les chercheurs ont « corrigé » le nom en Jean Mentele qui sonnait bien plus crédible2.

Illustration 1 : La page de titre de l’édition de « Jean Mentcle »

On pourrait s’arrêter là – ce ne serait, après tout, pas la seule occurrence d’un libraire connu pour une seule édition. Cependant, lors mes recherches sur les libraires, imprimeurs et relieurs de la France provinciale, je repérai à Bordeaux un libraire du nom de Jean Clément dont l’activité était précisément définie comme couvrant la période dans laquelle l’ouvrage avait probablement été imprimé3. Et de Clément à Mentcle il n’y avait qu’une inversion de syllabe : Cle + mentment + Cle

Le verlan n’était pas inconnu au XVIe siècle, mais les occurrences attestées demeurent limitées. Comment savoir s’il s’agissait plus que d’une simple coïncidence ? Identifier un imprimeur ou libraire actif à la Renaissance est une entreprise hasardeuse. Les documents contemporains, lorsqu’ils existent, sont parfois ambigus et le chercheur est souvent réduit à émettre des hypothèses ou à se reposer sur ce qu’on pourrait appeler une conjecture éclairée. On commence donc par les ressources sur les acteurs du livre, et en premier par les fichiers d’autorité utilisés par les grandes bibliothèques.

Les fichiers d’autorité

Le fichier d’autorité identifie les individus et les rattache aux diverses occurrences de leur nom, séparant les homonymes et offrant une entrée unique pour des personnes qui utilisèrent des pseudonymes. Idéal pour notre cas.

Dans le domaine international, le VIAF (Virtual International Authority File) cherche à fédérer le travail des diverses recherches nationales sur un site contrôlé par l’OCLC (Online Computer Library Center), une organisation privée américaine dont le budget d’environ 200 million de dollars provient principalement des honoraires payés par les bibliothèques pour que leurs livres soient répertoriés dans leur métacatalogue Worldcat. Cette relation avec les bibliothèques permet au VIAF de proposer des liens entre les formes différentes des noms d’une même personne en offrant également des renvois vers d’autres sources de données comme Wikidata. Le résultat est une liste impressionnante de variantes d’un même nom toutes rattachées à la même personne historique. Ainsi une recherche pour « Galeotus‏ a Prato », « Galliot de Prado », ou « Galeotus Pratensis », entre autres, renvoient tous au libraire parisien Galliot I du Pré.

Illustration 2 : Les données utililsées par le VIAF

Une autre base internationale, relativement similaire dans sa constitution, mais plus riche en données textuelles, est le Thesaurus du CERL (Consortium of European Research Libraries). Cet organisme fut créé pour promouvoir le patrimoine imprimé et manuscrit des grandes bibliothèques et offre de nombreux outils, mais ses données pour le Thesaurus restent en grande partie tributaires des fichiers versés par ses membres – c’est-à-dire les bibliothèques qui sont pour la plupart également prises en compte par la VIAF. Si elles sont d’aspect très différent, ces deux bases sont donc en réalité relativement similaires dans leur offre. Pour la vaste majorité des cas, l’identification des individus est l’œuvre des projets soutenus par les bibliothèques nationales.

Pour le domaine français, il n’est donc guère surprenant de noter que ce travail est surtout entrepris par la Bibliothèque nationale de France, dont le fichier de notices d’autorité fait référence – à telle enseigne que le répertoire a déjà fait, pour les imprimeurs et les libraires actifs avant 1810, l’objet de plusieurs éditions successives, à chaque fois plus complètes4. Au-delà de ces éditions papier, la base est librement accessible en ligne et en constante développement avec de nombreux ajouts réguliers. À ceci, on peut ajouter la base d’IdREf (Identifiants et référentiels pour l’enseignement supérieur et la recherche), liée au métacatalogue du Système Universitaire de Documentation, le SUDOC.

Cependant, malgré cette somme considérable de travail, le chercheur est bien souvent confronté à des noms de libraires ou d’imprimeurs qui ne figurent dans aucune de ces ressources. Ceci est d’abord lié à la nature même de ces répertoires, qui recensent prioritairement les individus identifiés dans les données des catalogues auxquels ils sont rattachés. Les bases se répètent entre elles et fournissent surtout des informations liées aux libraires-éditeurs les plus actifs et les imprimeurs dont le nom figurait sur les ouvrages qu’on leur avait commandités.

Il va sans dire que Jean Mentcle et Jean Clément, et les possibles variantes de ces noms, sont absents de tous ces fichiers.

Les répertoires et bibliographies

Dans notre quête, nous nous sommes donc tourné vers les répertoires et bibliographies classiques. Dans ceux-ci, aucun lien entre les deux noms n’était fait. Ernest Labadie dans son ouvrage phare sur les travailleurs du livre à Bordeaux ne mentionne ni l’un ni l’autre5. Anatole Claudin avait, semblerait-il, acquis un exemplaire de l’édition bordelaise dont il fit état, mais en se posant la question de qui était « ce Jehan Mentcle », il ne fit pas de lien avec Jean Clément6. Louis Desgraves, quant à lui, ne fit pas non plus le rapprochement entre les deux figures, mais son Dictionnaire – qui est par ailleurs très utile – est truffé de doublons, voire de triplons, non identifiés, souvent dus à une mauvaise transcription d’un nom dans des documents d’archive7. Ce n’est guère le lieu où une pareille identification serait faite.

Clefs et jeux d’anonymat

Jean Clément n’ayant pas de livre publié à son nom, ce sont les pièces d’archives subsistantes qui doivent donner les informations nécessaires. Ici, nous sommes chanceux en ce que Clément est connu par deux documents : un contrat de vente fait avec un autre libraire de Bordeaux en 1544 et son testament8. Tous deux confèrent un sobriquet à Jean Clément : « dict de Vatan ». Or, dans le colophon de l’impression de Jean Mentcle, ce dernier est également affublé du même surnom (« aliàs de Vaten »).

Illustration 3 : Le colophon de l’édition bordelaise de Jean Mentcle

La lecture du testament de Clément nous fournit un indice supplémentaire : il y affirme avoir laissé chez l’éditeur parisien Étienne Groulleau « troys sacz plains des histoires des roys ». Ceci semble une référence directe à l’édition publiée avec le nom de Jean Mentcle. Prises ensemble, ces indications nous permettent de conclure que Clément et Mentcle étaient bien la même personne. Clément aurait bien utilisé le subterfuge du verlan pour cacher son vrai nom sur une édition piratée. Cela le préservait d’une identification immédiate comme le libraire-éditeur qui avait fait imprimer cette version.

Cette protection était renforcée par le fait que même son pseudonyme était absent de la page de titre, à une époque où il était devenu d’usage d’y claironner le nom du libraire. De plus, sur cette première page, le titre original du livre de Jacques Bouchet avait été modifié pour ne pas rendre le lien entre les deux éditions trop évident. Cependant il semble clair qu’il ne s’agit ici que d’une dissimulation de façade.

Le colophon comporte un titre très proche de l’original : Les epitaphes, genealogies et effigies des roys étant plus aisément assimilable à Les genealogies, effigies et epitaphes des roys. Clément avait tout intérêt à identifier plus précisément le texte pour l’acheteur potentiel. Quant à l’anonymat supposé, s’il a pu induire en erreur des générations de bibliographes, il semble plus relever du jeu que de la recherche véritable de tromper un œil vigilant. L’utilisation d’un sobriquet qui devait être bien connu à Bordeaux montre qu’il s’agissait d’un voile pudique qui ne cherche pas à cacher grand-chose9.

D’un Mentcle à un autre…

Avant de clore notre propos, notons que le nom de Jean Mentcle avait déjà fait une apparition dans le monde de l’imprimé français du XVIe siècle. En 1535, une édition modeste intitulée La description de la quarte galicane paraissait sur les presses lyonnaises d’un Jean Mentcle. Ici aussi le nom ne fut dévoilé que dans le colophon :

Illustration 4 : Colophon de La description de la quarte galicane

Tout comme avec le Mentcle bordelais, certains bibliographes n’ont pas pu s’empêcher de « corriger » le nom en Mentele10. Mais cette fois le sobriquet, « de Sonlu » demeure obscure – peut-on le rapprocher du Jean Clément actif à Bordeaux dix ans plus tard ?

Comme pour l’impression bordelaise, il semble bien que ce soit un jeu, surtout, cette fois, en vue de la nature de l’ouvrage. Le texte proposé a été qualifié de « duperie » : la page de titre propose un contenu dont il n’est pas question dans ce petit livre11. Plus que tout, c’est une impression de piètre qualité contenant un ramassis de thèmes différents sur diverses questions générales comme l’élection des empereurs, la division de l’Italie en neuf parties, les églises paroissiales de Rome, etc.

Mais ce qui semble rattacher les deux Mentcle, au-delà du nom, c’est que Jean Clément semble avoir été une figure très mobile. Ses connections semblent étendues – même si le lien esquissé par Osmont avec Denis Janot semble aujourd’hui avoir été définitivement infirmé12, on a souligné qu’il avait des liens à Paris avec Étienne Groulleau. De plus, son testament révèle qu’il avait été à Paris, Poitiers, Toulouse, Lescar, Limoges et Orthez… laissant une série de dettes derrière lui dont il assurait le paiement en offrant en guise de garantie des balles de livres, du matériel d’imprimerie et des bois gravés.

Ce testament brosse un portrait peu glorieux de Jean Clément : il nous apparaît comme un imprimeur-libraire de peu de cas, changeant souvent de ville et travaillant au gré des opportunités. Qu’il soit passé par la ville de Lyon en 1535 et y ait imprimé un petit ouvrage destiné à un large public ne serait guère étonnant. Et au-delà de la question de la reproduction illicite de textes sous privilège, on en vient même à se demander si son anonymat d’apparat ne serait pas motivé par des questions économiques. Cela aurait permis la circulation des volumes qu’il avait publiés sans qu’ils soient saisis pour rembourser les dettes qu’il avait laissées dans les villes par lesquelles il était précédemment passé.

Malcolm Walsby
Université Rennes 2

  1. voir Stephen Perkinson « From an “Art De Memoire” to the Art of Portraiture: Printed Effigy Books of the Sixteenth Century », The Sixteenth Century Journal, XXXIII (2002), 687-723. []
  2. voir Perkinson, op. cit., mais également Louis Desgraves dans son Dictionnaire des imprimeurs, libraires et relieurs de Bordeaux et de la Gironde (XVe – XVIIIe siècles), Baden-Baden : Valentin Koerner, 1995, n° 546 et même, dans leur sillon, le Universal Short Title Catalogue n° 13301 qui transcrit pourtant correctement le colophon []
  3. Desgraves, op. cit., n° 212, donne les dates ‘vers 1544 – vers 1550’. []
  4. La dernière édition en date est celle de Jean-Dominique Mellot et Élisabeth Queval (dir.) Répertoire d’imprimeurs/libraires (vers 1500-vers 1810), Paris : Bibliothèque nationale de France, 2004. Trois éditions précédentes furent publiées en 1988, 1991 et 1997 []
  5. Ernest Labadie, Notices biographiques sur les imprimeurs et libraires bordelais des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles ; suivies de la liste des imprimeurs et libraires de Bordeaux, et du département de la Gironde au XIXe siècle. Documents pour servir à l’histoire de l’imprimerie et de la librairie, Bordeaux : M. Mounastre-Picamilh, 1900. []
  6. Anatole Claudin, Les origines et les débuts de l’imprimerie à Bordeaux, Paris : Anatole Claudin, 1897, p. 113. []
  7. Voir, par exemple, Crespin « Ausel » et Crespin Dusol, respectivement n° 24 et 310, ou encore Pierre Bodet qui apparaît aussi sous les noms de Pierre Bode et Pierre Boudet – numéros 53, 88, et 113. []
  8. Le premier est publié dans Paul Roudié et Louis Desgraves, « Actes notariés concernant les imprimeurs et libraires de Bordeaux dans la première moitié du XVIe siècle », Bulletin de la Société des bibliophiles de Guyenne, LXXVII (1963), 1-26, n° 6 ; et le second dans Paul Roudié, « Documents sur la vie intellectuelle à Bordeaux au XVIe siècle. Textes divers », Bulletin et mémoires de la Société archéologique de Bordeaux, LXI (1957-1959) n° 15. []
  9. Sur ces jeux de niveau d’anonymat, voir mon « L’auteur et l’imprimé polémique et éphémère français au seizième siècle », dans Martine Furno et Raphaële Mouren (dir.), Auteur, collaborateur, traducteur, imprimeur… Qui écrit ?, Paris : Classiques Garnier, 2012, p. 37-57. []
  10. Voir par exemple Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, Paris : Silvestre, 1842, II, p. 54. []
  11. L. Gallois, « Lyon et la découverte de l’Amérique. Note sur les éditions lyonnaises de la Cosmographiae introductio et de la Géographie de Ptolémée » Bulletin de la Société de géographie de Lyon, XI (1892), 93-114, à la page 111. []
  12. Henri Omont dans son « Catalogue des éditions françaises de Denys Janot, libraire parisien (1529-1545) » (Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, XXV (1898), 271-296) suggère que Janot servait de dépôt à Paris pour l’édition bordelaise des Épitaphes des roys de France (n° 55), mais il s’agit en fait d’une mauvaise identification de sa part à partir d’une entrée laconique dans la « Table des livres de Denys Janot » : voir la mise au point de Stephen Rawles dans son Denis Janot (1529-1544), Parisian Printer and Bookseller. A Bibliography, Leyde : Brill, 2018, n° 87 et p. 719. []

Imprimeur, libraire, éditeur, traducteur, auteur : Hendrik van den Keere, polymathe du livre à la Renaissance

Hendrik van den Keere est une figure incontournable des milieux des imprimeurs du sud des Pays-Bas du XVIe siècle. Il fut à tour de rôle imprimeur, libraire, éditeur, traducteur et auteur multilingue : un véritable polymathe du livre qui surgit fréquemment au gré des recherches. Il est principalement connu pour sa production imprimée conséquente à Gand dans les années 1560, et pour trois ouvrages de sa main : une pièce de théâtre en français (sous le nom francisé d’Henry du Tour), un poème en néerlandais, ainsi qu’un Dictionaire flamen-françois. Pourtant, malgré son importance, une certaine confusion règne autour de son rôle précis et il est donc nécessaire de faire le point sur la carrière de cet acteur du monde du livre flamand.

Il faut commencer en mettant fin à une confusion tentante. La proximité des dates et la similitude des noms ont mené à une erreur commune : un amalgame entre Hendrik van den Keere/Henry du Tour, imprimeur et auteur actif entre 1555 et 1567 (et dont le nom surgit encore dans des rééditions dans les deux décennies suivantes), et son fils, également connu sous le nom d’Hendrik van den Keere/Henry du Tour qui fut, lui, un graveur et fondeur de caractères qui réalisa du matériel typographique de grande qualité pour l’officine Plantinienne à Anvers entre 1568 et 1580[1]. C’est au père que j’aimerais ici m’intéresser, car son parcours d’imprimeur-libraire est exemplaire de celui d’un réseau de professionnels du livre flamands en contact étroit avec les milieux littéraires des auteurs rhétoriciens de cette région, dans la deuxième moitié du XVIe siècle.

Van den Keere semble avoir accompli sa carrière uniquement à Gand, sa ville natale, d’abord comme maître d’école française, puis comme imprimeur – tout en menant en parallèle des activités de traducteur de poésie, de dramaturge et de lexicographe. Bien qu’une étude plus poussée reste à effectuer dans les archives gantoises pour préciser ce parcours, on peut au moins présenter les éléments suivants. Son père, Pieter van den Keere, acheta l’atelier et le matériel typographique de Joos Lambrecht (Josse Lambert), lui aussi homme de lettres, maître d’école et imprimeur (actif de 1536 à 1553)[2]. On doit notamment à Lambrecht l’édition de pièces de théâtre restées célèbres pour le scandale causé par leur contenu évangélique et protestant en 1539 (USTC 402999)[3]. Cet atelier fut ensuite exploité par Jan Cauweel entre 1554 et 1556, qui y produisit notamment la première édition imprimée (1555) du premier art de rhétorique en néerlandais, le Const van rhetoriken de Matthijs de Castelein (USTC 400939). C’est en prologue à cette œuvre que l’on trouve un poème en néerlandais d’Hendrik van den Keere (traduction-adaptation d’un poème de Thomas Sébillet)[4] visant à souligner la valeur de ce texte, première trace de son activité d’auteur et d’éditeur de textes littéraires.

Hendrik van den Keere reprit ensuite cet atelier en 1556, et produisit des livres pendant une décennie, a priori jusqu’en 1567. À la variété des titres qu’il publia répond aussi une grande variété de ses marques de libraire, au dessin souvent assez sophistiqué.

Trois marques d’imprimeur-libraire employées par van den Keere en 1556, 1557 et 1558.

L’étude des livres publiés sous son nom dans l’Universal Short Title Catalogue donne une idée assez précise des étapes qu’il dût suivre pour trouver un type de production rentable financièrement. Il commença en effet par imprimer une série de courts ouvrages en latin (‘apud Henricum Chaerium’). Une recherche via l’USTC donne trois titres de Plutarque publiés en 1556 (USTC 403262, 403263 et 403264)[5]. Cependant, un autre titre ne figurant pas dans l’USTC apparaît dans le catalogue de la bibliothèque universitaire de Santiago de Compostella. Le volume est intitulé Epistola illustrissimi Ferdinandi Alvarii […] ad Paulum Quartum Pontif. Maxi., Gaudavi [Gand], Excud. Henricus Chaerius, 1556 (in-4, ff. 4). Il était fréquent à cette période de publier ainsi de telles lettres, considérées comme utiles à l’information du public, avant l’apparition des premiers journaux modernes au XVIIe siècle – d’autant que le duc d’Albe était un personnage connu aux Pays-Bas (il allait y prendre la fonction de régent quelques années plus tard, en 1567)[6].

Cette micro-production en latin, limitée à sa première année d’activité, montre un imprimeur-libraire nouveau dans le métier, probablement en train de lancer sa production, et qui, en tant que maître d’école, chercha d’abord à se constituer un fonds en latin – peut-être pour fournir des ouvrages scolaires à ses élèves, pour répondre à une demande de collègues lettrés ou, dans le cas de la lettre du duc d’Albe, pour tester le marché des éphémères d’information ?

L’existence de cet opuscule dans le fonds de la BU de Santiago non encore répertorié dans les bases de données internationales illustre aussi la difficulté de constituer une liste exacte des livres imprimés par van den Keere à partir de recherche dans des bases de données en ligne, du fait de son trilinguisme néerlandais-latin-français. On retrouve la même difficulté à suivre ses traces pour les ouvrages en néerlandais, du fait de la particulière souplesse de l’orthographe de cette langue du XVIe siècle.

Sans préjuger donc de l’existence éventuelle d’autres ouvrages en latin qui pourraient ressurgir de fonds encore peu explorés, il semble cependant que van den Keere se soit ensuite tourné vers une production en néerlandais, ponctuée de plusieurs ouvrages en français. L’essentiel de cette production souligne que van den Keere s’orienta vers l’impression de textes officiels, une source de revenus certainement plus rentable et régulière. Un privilège de Philippe II en date du 22 mai 1557 l’autorisa en effet à reprendre le titre d’imprimeur juré de la monnaie du Roi détenu avant lui par Joos Lambrecht[7]. Ce sont bien ces éditions de textes officiels, équivalences monétaires et autres ordonnances impériales, qui constituent la vaste majorité de la quarantaine d’ouvrages qu’il produisit entre 1557 et 1567. Il faut y ajouter la production d’éphémères en néerlandais dont l’importance dans le corpus de van den Keere est difficile à évaluer, puisqu’on n’a conservé que deux exemples d’‘Almanachs et pronostications’ imprimés sous forme de placards en 1563 (USTC 409413) et 1564 (USTC 409529). Vu le taux important de destruction de ce type d’imprimés au fil du temps, en particulier dans un tel format, on ne peut pas exclure que van den Keere en ait produit davantage.

L’utilisation de son titre d’imprimeur officiel sur la page de titre d’autres types d’ouvrages, tels deux sermons de Saint-Jean Chrysostome imprimés en 1559 et 1560 (USTC 403183 et USTC 403195), laisse à penser que van den Keere voulait mettre en avant ce titre comme gage de qualité des livres d’autre nature qu’il publia. On peut ainsi citer des ouvrages religieux et d’autres littéraires, dont le point commun est de montrer à la fois l’orientation plurilingue de van den Keere et son rôle non pas uniquement d’imprimeur-libraire mais aussi d’éditeur de texte. C’est ce double rôle qu’il souligne d’ailleurs souvent dans un prologue explicatif, en ouverture d’ouvrage, et qu’on peut illustrer par quelques exemples.

Son Oraison de Maistre Patrice Cock-Burne Escossois, de l’utilité et excellence du verbe divin (1558) (USTC 13054), est ainsi une traduction de l’Oratio en latin de Patrick Cockburn (première édition : Paris, Michel Fezandat et Robert Granjon, 1551). Tvoyage van mher Joos van Ghistele est un récit de voyage dans le pourtour méditerranéen d’un gentilhomme flamand, dont van den Keere produisit deux éditions en 1557 et 1563 (USTC 403042 et USTC 409493). Il souligne dans son prologue l’importance de proposer une version imprimée d’un ouvrage jusque-là uniquement disponible dans des manuscrits (à l’instar de l’Art de rhétorique de Matthijs de Castelein cité plus haut)[8]. Le privilège obtenu pour cet ouvrage en 1556 signale également ceux obtenus pour les trois ouvrages de Plutarque cités plus haut, ainsi qu’un autre pour la publication d’une traduction néerlandaise de pièces de Térence – ouvrage qui n’a cependant jamais été retrouvé.

Les deux éditions du Tvoyage 1557 et 1563 (BU Gand)

En 1559, il imprima un ouvrage de Robert du Triez, les Chantz funebres sur la mort et trespas de feu excellent prince et illustre seigneur messire Maximilien d’Egmont (USTC 13530). La production de ce livre, fruit d’un auteur lillois, peut être lue comme un indice de la réputation croissante de van den Keere en tant qu’imprimeur de livres en français dans cet espace régional, ou bien comme le témoin de ses échanges avec d’autres auteurs francophones qu’il pouvait convaincre de lui confier leurs textes à imprimer.

La lexicographie intéressait au plus haut point van den Keere, puisqu’il proposa encore une édition du Naembouck de Joos Lambrecht (1562, USTC 78221), un dictionnaire flamand-français, et qu’il composa lui-même un Dictionaire flamen-francois. Or il est intéressant de constater qu’au lieu de se charger lui-même de son impression, il le fit publier en 1563 chez un autre imprimeur gantois, Jean de Salenson (USTC 91016) – Dictionnaire qui fut réédité, probablement en 1582 et après la mort de van den Keere, de nouveau chez Salenson (USTC 80790). Le colophon indique pourtant que le privilège pour imprimer et vendre l’ouvrage fut bien donné à van den Keere, et on peut donc envisager une association entre les deux imprimeurs gantois pour des raisons pratiques et financières.

C’est la même logique qui dut présider aux deux éditions successives d’une pièce de théâtre composée par Hendrik van den Keere sous le nom d’Henri du Tour. La Comédie de Paix et Guerre fut publiée par Jean de Salenson en 1557 (USTC 13053) mais là encore, la permission fut bien donnée à « Henry van den Keere (imprimeur juré de la monnoye du roy nostre sire) de pouvoir tant imprimer que vendre et distribuer par tout ou bon luy semblera la presente Comedie de Paix et de Guerre » (9 août et 14 octobre 1557). L’année suivante, c’est de l’atelier de van den Keere que sortit une deuxième édition de la pièce, cette fois intitulée Moralité de Paix et Guerre, datée de 1558, et pourvue de la mention du même privilège (USTC 51705).

Les deux éditions de la moralité ou comédie d’Henry du Tour (1557, BU Gand et 1558, BnF)

La seule différence notable entre les deux livres, sur le plan du texte, est que l’édition de van den Keere est augmentée d’une épître « De l’imprimeur » à Jean-François Roffier, secrétaire du duc de Savoie. Il avait apparemment des liens avec l’auteur, puisque ce dernier lui dédia la pièce avec ces mots : « car dès l’heure premiere Mon seigneur, qu’il vous pleust venir chez nous pour veoir nostre Imprimerie et visiter quant et quand les livres de mon estude, je me suis persuadé que V. S. nous monstra je ne sçay tel quel petit signe d’amour et amitié » (Aiiv, p. 4). Peut-on envisager qu’en se plaçant sous un tel patronage, van den Keere souhaitait diffuser son édition auprès d’un cercle noble plus large et plus international, en parallèle à un public plus local et bourgeois ou marchand, auquel pouvait s’adresser l’édition de Salenson ?

Ce tour d’horizon de la production d’Hendrik van den Keere, à la fois comme imprimeur, libraire et auteur, n’épuise pas les pistes d’interprétation à tirer de ce que lui-même décrit de son activité dans les préfaces des ouvrages qu’il produisit à ces divers titres. Dans ces textes, ainsi que dans sa petite production poétique, il livre sa vision du métier d’éditeur de textes littéraires, en contact avec des auteurs, voire des commanditaires. L’analyse de ses imprimés et des privilèges, comme celle de la production d’autres imprimeurs-libraires également lettrés, à l’instar de Joos Lambrecht, livre également des indices supplémentaires pour comprendre les stratégies de publication d’un groupe professionnel bien localisé. Dans le cas de ces imprimeurs-libraires gantois, devait s’ajouter, à l’inévitable obligation d’équilibre financier, et ce dans l’ombre du plus grand centre de production de livres qu’était Anvers, le souhait de participer à la culture du savoir des rhétoriciens qui fleurissait à cette époque dans cette région, et qui orienta une partie de leur production imprimée[9].

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

[1] Sur cette désambiguïsation et sur la courte mais brillante carrière de typographe d’Hendrik van den Keere fils, voir H. D. L. Vervliet, Sixteenth-Century Printing Types of the Low Countries, Menno Hertzberger & Co, Amsterdam, 1968, pp.30-32. Sur van den Keere père, la notice la plus détaillée reste celle contenue dans Ferdinand vanderhaegen (vander Haegen), Bibliographie gantoise, 1e partie, XVe-XVIe siècles, Gand, Eug. Vanderhaegen, 1858, pp. 158-175.
[2] W. Waterschoot, “Marot ou Ronsard? New French Poetics Among Dutch Rhetoricians in the Second Half of the 16th Century”, J. Koopmans e.a. (éd.), Rhetoric – Rhétoriqueurs – Rederijkers, Amsterdam, Royal Netherlands Academy of Arts and Sciences, 1995, pp. 141-156 http://www.dbnl.org/tekst/wate013maro01_01/wate013maro01_01_0001.php
[3] Anne-Laure Van Bruaene, “Printing Plays: The Publication of the Ghent Plays of 1539 and the Reaction of the Authorities”, Dutch Crossing-journal of Low Countries Studies 24,2 (2000), pp. 265–284.
[4] Waterschoot, “Marot or Ronsard?”, p. 146.
[5] Il s’agit de trois exemplaires uniques conservés à la bibliothèque universitaire de Gand, reliés ensemble à une époque indéterminée (reliure moderne) et provenant de la bibliothèque de Ferdinand vander Haeghen, bibliographe belge du XIXe siècle connu pour avoir dirigé les monumentales Bibliotheca Belgica et Bibliographie gantoise (voir la note 1).
[6] Voir Andrew Pettegree, The Invention of News: How the World Came to Know About Itself, New Haven, Yale University Press, 2014.
[7] Cité notamment en néerlandais dans USTC 409118 [Biiiv-Biv]. Auguste Voisin en cite également une version française : « Receu avons l’humble supplication et resqueste de notre bien amé Henri Vanden Keere, libraire et imprimeur juré, demourant en nostre ville de Gand, contenant comme luy avyant à gros fraiz et dépens recouvert et achetté les formes, figures et patrons de plusieurs espèces d’or et d’argent de divers coings : ensemble aultres ustensiles et instrumens dont feu maistre Joos Lambert (en son vivant imprimeur) souloit servir les généraulx de nostre monnaye de par-deçà, à imprimer les ordonnances, permissions, modérations et évaluations, sur le faict des monnoyes, quand ilz occuroyent, etc. » (Auguste Voisin, Josse Lambert, imprimeur, graveur, poète et grammairien gantois du XVIe siècle, Gand, L. Hebbelynck, 1842 (2e édition), p. 46).
[8] Point souligné par Alisa van de Haar dans sa thèse The Golden Mean of Languages. Forging Dutch and French in the Early Modern Low Countries (1540-1620) (Université de Groningue, soumise à soutenance le 26 avril 2018), p. 214. Je la remercie de m’avoir permis de consulter son travail inédit et des références bibliographiques qu’elle m’a fournies pour cette enquête sur van den Keere.
[9] Sur cette culture littéraire, voir le numéro spécial de la revue Renaissance Studies 32,1 (2018) : The Knowledge Culture of the Netherlandish Rhetoricians.