À la recherche de l’édition de Clamadés attribuée à Jean Bonfons

À l’occasion de recherches de longue date sur le roman en vers de Cleomadés rédigé par Adenet le Roi à la fin du XIIIe siècle et plus précisément sur le thème du cheval de bois volant qu’il met à l’honneur, nous avions été amenée à découvrir que ce roman avait fait l’objet non d’une mais de deux mises en prose. Deux compositions indépendantes l’une de l’autre, dont seule la seconde a bénéficié d’une diffusion imprimée, quand la première semble ne pas s’être émancipée de la cour de Bourgogne. À la faveur d’une édition critique de ces deux proses, nous avions successivement été amenée à étudier la fortune éditoriale du Clamadés – nom sous lequel circule le roman après son passage sous les presses –, d’abord d’un œil distrait, puis avec un intérêt accru à mesure que progressaient nos connaissances et que se dessinait dans le même temps la spécificité de cette diffusion, plus importante que ne le laissaient présager les mentions discrètes dans les études tant médiévistes que seiziémistes1.

Illustration 1 : Cy commence le livre de Clamades filz du roy d’Eſpaigne et de la belle Clermonde fille du roy Carnuant, [Lyon : Guillaume le Roy, circa 1479-1480], GW 12489.

Le Clamadés en effet a connu une diffusion honorable (si on la compare par exemple à celle d’un Pierre de Provence ou d’une Belle Hélène de Constantinople), propulsée de bonne heure par l’imprimerie lyonnaise (à partir de l’année 1480 environ – voir illustration 1)2 et perpétuée au XVIe siècle par les presses parisiennes, notamment celles des Trepperel3. Or cette transmission révèle aussi des intermittences, du fait de la perte d’un certain nombre d’attestations. C’est le cas de trois éditions parisiennes dont l’existence est actée par des mentions bibliographiques mais dont aucun exemplaire ne nous est parvenu : une édition de Jean Janot, une édition de Jacques Guichard et une édition de Jean Bonfons. Concernant cette dernière, nous avons pu néanmoins récolter quelques indices qui en rendent l’existence sinon tangible au moins plus probable4. En voici le détail.

La description la plus récente, donnée par Arlette Destot5, ne semble être qu’une reprise composite d’éléments trouvés dans le répertoire de Brunet6, auquel elle renvoie à propos : « lhystoire et cronicq du noble et vaillāt clamades… filz du roy despagne et de la belle clermonde fille du roy Carnuant. Paris, Jean, Bonfons, in-4o goth à 2 colonnes ». Le détail du titre est suspect et peut être emprunté à une autre édition du Clamadés recensée par Brunet. Celui-ci est le premier à décrire la mise en page sur deux colonnes (caractéristique de la production romanesque de Jean Bonfons, de même que le format in-quarto7).

Les mentions de cette édition sont rares et il faut remonter au XVIIIe siècle pour en trouver trace dans les collections et les catalogues correspondants. Voici, dans l’ordre chronologique, les pistes que nous avons levées, susceptibles de nous informer sur l’existence et la consistance de cette édition, et plus spécifiquement sur la fortune d’un exemplaire particulier :

Le catalogue de Colbert (1728, illustration 2) comporte une mention succincte : « Histoire de Clamades et de Cleremonde. Paris, Gothique », sans mention d’imprimeur-libraire, mais dont l’intérêt réside dans la spécificité de l’exemplaire, indiqué comme étant relié avec « Les Proësses et Vaillances d’Hercules. Paris ».

Illustration 2 : Bibliotheca Colbertina, seu, Catalogus librorum bibliothecae : quae fuit primum ill. v. d. J.B. Colbert […], Paris : G. Martin, 1728. Le Clamadés y figure sous le no 11733.
Le catalogue de la collection de Hoym (1738, illustration 3) comporte lui aussi un imprimé dans lequel se trouvent reliés à la suite les deux textes (no 2765). Il s’agit, pour le premier, d’une édition de  « Bonfons », et pour le second, d’une production de « Lotrian », soit Alain Lotrian, dont au moins deux éditions de l’Hercule sont effectivement attestées8. Le catalogue précise en outre que l’exemplaire est relié dans un veau fauve.

Illustration 3 : Catalogus librorum Bibliothecae Illustrissimi Viri Caroli Henrici Comitis de Hoym, Paris : Gabriele et Claude Martin, 1738. Le Clamadés y figure sous le no 2765.

Plus tard, on trouve une mention explicite, mais sans doute erronée, dans le catalogue posthume (1765) de la marquise de Pompadour sous le n° 1487 : « Histoire et Chronique de Clamadès, fils du Roi d’Espagne & de la belle Clermonde, trad. de l’espagnol par Philippe Camus. Paris, J. Bonfons, 1504, in-4°. goth. m. r. ». La date est incompatible avec la période d’activité de Jean Bonfons et de sa femme, qui s’étend en gros entre l’année 1543 et l’année 1573.

À la fin du XVIIIe siècle, le catalogue manuscrit de la bibliothèque du marquis de Paulmy (ms. Arsenal 6290) présente sous le n° 4133 une entrée « Clamadès » assortie de la mention « Paris, Bonfons », biffée puis remplacée par « Lyon, Jean de la Fontaine, in-4° ». Par ailleurs, le rédacteur de l’extrait du Clamadés paru dans le volume d’avril 1777 de la Bibliothèque universelle des romans9, ouvrage de vulgarisation littéraire alors dirigé par Paulmy, réfère à « l’ancienne édition françoise [du] commencement du XVIe siècle, sans date, imprimée en caractères gothiques, et fort rare ». Quelques années plus tard, les Mélanges tirés d’une grande bibliothèque, autre ouvrage de vulgarisation porté par le fondateur de la bibliothèque de l’Arsenal, font état d’une : « Histoire et Chronique du vaillant chevalier Cléomadès et de la belle Clarémonde (Paris, in-4o sans date)10. »

Illustration 4 : Les Mélanges tirés d’une grande bibliothèque fournissent un témoignage précieux sur la collection du marquis de Paulmy.

Les descriptifs étant laconiques,  il est difficile de dire s’il est fait allusion à une édition alors conservée dans la bibliothèque de Paulmy, ce qui serait possible – la bibliothèque de Paulmy sert de première source aux extraits de la Bibliothèque universelle des romans et au recensement des Mélanges –, mais pas certain. La description peut ainsi faire songer à l’édition parisienne de Michel Lenoir produite au début du siècle, qui ne figurait pas dans la collection de Paulmy mais dont il avait pu avoir connaissance. En outre, il faut exclure l’hypothèse qu’il s’agisse de l’un ou l’autre des Clamadés conservés encore aujourd’hui à l’Arsenal, s’agissant de deux éditions lyonnaises, l’une de Jean de la Fontaine (1488) et l’autre de Chastelard (1620), cette dernière étant d’ailleurs entrée tardivement dans la collection de Paulmy. En revanche, l’Arsenal conserve une reliure dépecée portant, au dos, la mémoire d’un Clamadés non identifié, dans lequel il est tentant de reconnaître l’édition « Bonfons » mentionnée par Paulmy dans son catalogue, que ce soit ou non celle qui est mentionnée dans la BUR et dans les Mélanges. Cette peau de chagrin n’en forme pas moins un exemplaire consistant, aujourd’hui conservé sous la cote Ars. Rés 4-BL-4310, et porte au dos deux titres : « Clamades » et « Hercule11 » (illustration 5).

Illustrations 5 et 6 : Arsenal, Rés. 4-BL-4310, dos et couture révélant une extraction.

Si elle ne contient plus aujourd’hui que les Proesses et vaillances du preux et vaillant Hercules, par Alain Lotrian, la reliure présente au début les signes d’une extraction (illustration 6). C’est sans aucun doute l’exemplaire qui figurait chez Colbert puis chez le comte de Hoym, dont Paulmy aura conservé la reliure en veau fauve. Quant à l’extraction, on ne peut dire à quel moment elle a eu lieu : le livre était-il déjà amputé du Clamadés avant son entrée dans la bibliothèque de Paulmy ? Est-ce cette édition, et à plus forte raison cet exemplaire du Clamadés qui a transité chez la Pompadour12 ?

Si l’on regarde l’exemplaire de l’Arsenal, on distingue sur les gardes, outre l’ancien renvoi au catalogue de Paulmy, remplacé par le numéro plus récent, une inscription rasurée désormais illisible, qui devait probablement contenir un renvoi de nature bibliographique, ainsi qu’une note, sur la garde finale, de la main d’un secrétaire de Paulmy. Or le renvoi au catalogue comme la note ne réfère qu’à l’Hercule, dont le secrétaire prend soin de distinguer les deux éditions de Lotrian, avant de donner de brèves indications sur le contenu (illustration 7). En revanche, il n’est fait aucune mention de l’édition de Clamadés et on n’y renvoie pas davantage, ce qui laisse croire qu’elle ne s’y trouvait déjà plus lorsque l’ouvrage a été annoté.

Illustration 7 : Arsenal, Rés. 4-BL-4310, garde annotée par un secrétaire de Paulmy, à propos de l’édition d’Hercule.

Après son séjour – peut-être fugace, peut-être même fantôme – dans la collection de Paulmy, on ne trouve plus trace de l’édition du Clamadés attribuée à Jean Bonfons jusqu’au répertoire de Brunet. Pour autant, ces témoignages permettent d’esquisser l’historique d’une édition dont on a aujourd’hui perdu la trace, au moins dans les fonds de bibliothèques publiques, mais dont l’existence prend corps en recoupant les attestations que constituent ces informations bibliographiques incomplètes et ces reliques matérielles13. Suffisent-elles à assurer l’attribution à Jean Bonfons ? La réponse reste à la discrétion des spécialistes et sous réserve de nouvelles découvertes.

Fanny Maillet
Université de Zurich


 

  1. Pour le texte d’Adenet le Roi, voir Albert Henry, Les œuvres d’Adenet le Roi, t. 5 : Cleomadès [repr. de l’éd. de Bruxelles, Presses Universitaires de Bruxelles / Paris, Presses Universitaires de France, 1971], Genève, Slatkine Reprints, 1996, 2 vol. Pour les deux mises en prose, voir Le cheval volant en bois. Édition des deux mises en prose du Cleomadès d’après le manuscrit Paris, BnF fr. 12561 et l’imprimé de Guillaume Leroy (Lyon, ca. 1480), éd. par Fanny Maillet et Richard Trachsler, Paris, Classiques Garnier, 2010 (Textes Littéraires du Moyen Âge 14 / Mises en prose 2). []
  2. Lyon, Guillaume Leroy, s. d., in-folio. Un seul exemplaire connu : Paris, BnF, Rés-Y2-151, numérisé sur Gallica https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8600053p. []
  3. Voir notre article, « Du roman au titre de librairie : étude des procédés paratextuels des éditeurs du Clamadès pour faciliter l’accès à l’œuvre », Stratégies d’élargissement du lectorat dans la fiction narrative (XVe et XVIe siècles), sous la dir. de Pascale Mounier et Hélène Rabaey, Paris, Classiques Garnier, à paraître. []
  4. Voir sur ce même blog le billet de Renaud Adam https://histoirelivre.hypotheses.org/tag/jean-bonfons []
  5. Un Libraire parisien au XVIe siècle : Jean Bonfons : édition et littérature populaires, s. l. n. d., 1977, no 15. []
  6. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, 6 t., Paris, Firmin-Didot frères, 1860-1865, t. II, col. 77. []
  7. Sur les caractéristiques matérielles des éditions de romans par Jean Bonfons, voir Destot, Ibid., p. 45-66 ; Annie Charon-Parent, « Jean Bonfons, libraire parisien, et l’illustration des romans de chevalerie », in Le livre et l’image en France au XVIe siècle, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1989 (Cahiers V. L. Saulnier, 6), p. 57-74, en particulier p. 58. []
  8. Notre édition en 92 feuillets signés A8 B-T4 V6 ne correspond à aucune des deux descriptions données par l’USTC : voir no 55139 (recense l’exemplaire de Chantilly IV E 65) et no 88340 (exemplaire d’Utrecht, Universiteitsbibliotheek, MAG: B QU 126 RARIORA). []
  9. Bibliothèque universelle des romans, avril 1777, I, p. 169. Nous préparons la publication (prochaine, c’est promis) de notre thèse sur la collection de Paulmy et son importance pour l’élaboration des extraits de la Bibliothèque universelle. Sur le « Cleomadès » du comte de Tressan, voir en attendant l’étude ancienne de Henri Jacoubet, Comment le XVIIIe siècle lisait les romans de chevalerie, Grenoble, Xavier Drevet, 1932, p. 32-39. []
  10. Mélanges tirés d’une grande bibliothèque. De la lecture des livres françois, cinquième partie : Romans du seizième siècle, Paris, Moutard, 1780, t. 8 (= vol. H), p. 206 (avec une coquille sur le numéro de page). Paulmy ne dit rien en tout cas sur un éventuel « exemplaire en vers espagnols », dont Tressan avançait l’existence. []
  11. L’exemplaire est désormais numérisé sur Gallica https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39334977s. []
  12. Le catalogue de la Pompadour ne comporte pas, en tout cas, les Prouesses d’Hercule. Si l’édition du Clamadés que nous recherchons correspond à celle qui se trouve inscrite dans la bibliothèque de la Pompadour, elle y figurait alors seule, sans doute sous une reliure propre. []
  13. C’est peut-être aussi l’édition signalée par Osmont, en 1768, dans son Dictionnaire typographique, historique et critique des livres rares, qu’il élabore sur l’observation des plus grandes collections, dont celles de Colbert et du comte d’Hoym. Notons que son ouvrage est dédicacé au marquis de Paulmy, alors ambassadeur à Venise, avec lequel il partageait un goût commun pour ce que l’on pourrait nommer la bibliophilie matérielle. Voir aussi Duclos, Dictionnaire bibliographique, historique et critique des livres rares, précieux, singuliers, curieux, estimés et recherchés, 4 vol., Paris, Cailleau et fils [puis Delalain], 1790-1802, t. III, p. 329. []

Les éditions perdues des Bonfons et l’apport de Bibliopol@ au catalogue des éditions parisiennes du XVIe siècle

Les fonds archivistiques sont une ressource précieuse pour l’histoire du livre. Ils nous permettent de revisiter la production des ateliers d’imprimeurs et l’activité des libraires pour entr’apercevoir ce qui est aujourd’hui perdu. Ce billet se propose de faire précisément cela en regardant l’apport d’un nouveau projet, Bibliopol@, dans le cadre des livres publiés par le Parisien Jean Bonfons et sa veuve.

Bibliopol@ : matériaux pour servir à l’histoire du commerce des livres à la Renaissance est un projet qui cherche à améliorer nos connaissances des structures de diffusion du livre, qui constituent le véritable moteur de la révolution de Gutenberg, et leur évolution. Mis en ligne en novembre 2018 sur le site des Bibliothèques Virtuelles Humanistes du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance à Tours, il ambitionne de proposer en ligne des éditions numériques de documents et un outil de gestion de l’information en relation avec le commerce des livres à la Renaissance. 

Pour son lancement, Bibliopol@ propose l’édition d’archives en provenance de la commission qui a présidé à la confection de l’Index d’Anvers en 1570. Il s’agit de listes de livres établies à la suite de perquisitions effectuées chez les libraires et imprimeurs des anciens Pays-Bas, le même jour, le 16 mars 1569. Des listes des livres orthodoxes et suspects furent dressées sur place par des inquisiteurs, des théologiens et des officiers de justice. Ces documents furent ensuite envoyés à Bruxelles au mois de juin, alimentant le travail de la commission en charge de produire l’Index qui paraîtra au début de l’année 1570 chez Christophe Plantin.

Figure 1 : Philipi II regis catholici edictum de librorum prohibitorum catalogo observando, Anvers : Christophe Plantin, 1570.

En raison de son extrême précision, la liste établie à Mons (comté de Hainaut) a été mise en ligne. Cette ville constitue en outre un casus des plus intéressants, puisqu’elle est située en périphérie des principaux centres d’imprimerie et en dehors des grands pôles intellectuels. La liste montoise mentionne un peu moins de 1600 livres pour lesquels sont précisés non seulement le ou les auteurs et le titre, mais aussi les adresses bibliographiques, donc les lieux et dates d’impression. Grâce au soin et à la rigueur du notaire chargé de rédiger ce document, nous disposons là d’une source de tout premier ordre pour l’étude du marché du livre en Hainaut dans le second tiers du xvie siècle.

La liste montoise a été transcrite in extenso, avec en appel de note des identifications et un renvoi vers la base de données de l’USTC (Universal Short Title Catalogue), des catalogues de bibliothèque en ligne ainsi que plusieurs outils bibliographiques. Les ouvrages sont classés par langues et en fonction de leur orthodoxie. Quelque 750 titres sont rangés dans la catégorie des livres en latin et un nombre identique apparaît dans celle des livres en français, ainsi qu’une centaine sous la rubrique des livres prohibés. Les noms des libraires visités ne sont malheureusement pas mentionnés, ce qui aurait assurément fourni des données très précieuses sur la situation du marché du livre montois. 

Figure 2 : Inventaire des livres trouvés chez les libraires montois le 16 mars 1569 (n.s.), Bruxelles, Archives générales du Royaume, Conseil des troubles, 22, fol. 1r [détail].

L’inventaire dressé en 1569 est d’une grande aide pour toute étude sur la diffusion des éditions parisiennes dans le second tiers du xvie siècle. En effet, sur les quelque 1600 éditions listées dans ce document, quelque 700 proviennent d’ateliers établis en bord de Seine, soit près de 45 % de l’ensemble des ouvrages trouvés sur les étals des libraires montois. La répartition linguistique de ces livres montre en outre que les imprimeurs et les libraires parisiens spécialisés dans la production vernaculaire ont trouvé, en Hainaut, de précieux débouchés. On dénombre ainsi un peu plus de 230 éditions en latin pour 470 textes en français. La plus ancienne édition remonte à l’extrême fin du xve siècle ; les plus récentes sont contemporaines de la rédaction de l’inventaire. On note toutefois une majorité d’ouvrages imprimés au cours des décennies 1530-1560.

Il ne s’agit pas ici de proposer une analyse exhaustive de l’ensemble des livres parisiens présents en Hainaut en 1569. Il est plus intéressant de se concentrer sur l’apport de la liste de 1569 au catalogue des imprimeurs parisiens, en se focalisant plus spécifiquement sur la problématique des pertes. En effet, la précision de ce document a permis de pointer 181 entrées qui ne figurent pas dans l’Universal Short Title Catalogue – qui comptabilise pourtant aussi les éditions pour lesquelles nous ne connaissons que par le biais de références archivisitiques ou par d’anciens cataloguesLes recherches sont toujours en cours. Jusqu’à présent, ce travail n’a été effectué de manière exhaustive que pour une seule famille, les Bonfons.

Le nom de 66 libraires-imprimeurs ont été repérés, parmi lesquels on peut citer : Josse Bade, la famille Bonfons, Nicolas Chrestien, Gilles Corrozet, Robert Estienne, Guillaume Guillard, Denis Janot, la famille Le Noir, Alain Lotrian, la famille Regnault, Jean Ruelle ou encore des membres de la famille Wechel. Le taux de pertes est assurément faible pour la plupart d’entre eux, les chiffres allant d’une à cinq unités. Par contre, le chiffre concernant la famille Bonfons est saisissant : 30 éditions pour Jean Bonfons et 14 pour sa veuve. L’écart réside certainement dans la nature de la production de cette famille, spécialisée dans la littérature d’inspiration médiévale en français, genre pour lequel les taux de pertes sont assez élevés.

Avant de revenir sur le « cas » des Bonfons, il importe d’évoquer de manière assez générale la nature des éditions rencontrées dans la liste montoise. La littérature religieuse est la plus représentée avec 67 titres. Du côté de la littérature profane, on relève une soixantaine de titres où le français domine largement. Le domaine historique est illustré par une forte proportion des textes antiques, pour la plupart en traduction française. Des éditions perdues de textes législatifs émis par Henri II circulaient aussi en Hainaut. La pratique criminelle est présente avec des traités de pratiques criminelles contemporains. Aux côtés de ces textes, figurent aussi des éléments des corpus canoniques et civiles. Du côté des sciences, les textes en relation avec la médecine sont les plus nombreux. Ils sont tous en français et concernent non seulement le savoir populaire, mais aussi des traités écrits par des médecins contemporains. Enfin, la liste des éditions parisiennes non identifiées reprises au sein de l’inventaire de 1569 contient des livres que l’on peut ranger dans des domaines aussi variés que l’agriculture, l’astronomie, les traités militaires, la géographie, la cuisine ou encore la musique.

On le voit, les pertes se rencontrent dans tous les domaines. Pour approfondir cette question, penchons-nous sur les Bonfons1. Cette famille d’imprimeurs parisiens des xvie-xviie siècles est très intéressante, car le taux de survie de leurs publications est très faible et le nombre d’éditions perdues est élevé. Les activités du fondateur de la dynastie, Jean Bonfons, sont peu documentées. Il s’installe d’abord comme libraire sur l’île de la Cité en 1543, rue Neuve Notre Dame à l’enseigne de saint Nicolas. Il succède à son beau-père, Pierre Sergent, comme propriétaire de l’entreprise en 1547 et le restera jusqu’à sa mort en 1568. Sa veuve, Catherine Sergent, a ensuite repris l’entreprise jusqu’à son décès quatre ans plus tard. Leur fils Nicolas, marié à Catherine Ruelle – fille du libraire parisien Jean Ruelle –, monte sa propre affaire de livres en 1571 avant de succéder à sa mère un an plus tard. Nicolas était encore en activité en 1618 et mourut en mars 1628 ; sa femme le suivit le 14 juin de la même année. Son fils Pierre l’assiste de 1597 à 1607, jusqu’à l’obtention d’une charge publique à Pontoise.

Figure 3 : François II, Edict sur le faict des prevosts des connestable et mareschaulx de France et de leurs greffiers et archers, Paris : Jean Bonfons, 1560, page de titre (détail).

Le cas de Jean Bonfons et de sa veuve a été retenu pour des raisons chronologiques évidentes. Leurs activités couvrent une période de trente ans. Ils ont publié quelque 160-170 livres. Seulement deux tiers de cette production nous sont parvenus. Spécialisés dans les romans médiévaux, ils ont également publié des livres de chants, de théâtre, de littérature religieuse (principalement des ouvrages de dévotion et d’hagiographie), des ordonnances et des livres de pratique, essentiellement en français.

L’analyse des archives de la commission de l’Index de 1570 a permis de retrouver bon nombre d’éditions encore inconnues. Pour cette recherche, l’enquête a été étendue à l’ensemble des livres présents en Hainaut. Le document contient ainsi quelque 2.200 entrées. Parmi celles-ci, 115 sont liées à la production de Jean Bonfons et de sa veuve. Ce nombre doit être réduit à 87 en raison de la présence de doublons. Le nom de Jean Bonfons est associé à 54 éditions et celui de sa veuve à 33 autres. L’USTC, le mémoire inédit d’Arlette Destot2 consacré à cette famille, les Gothiques français de Guy Bechtel3 ainsi que d’anciens catalogues de vente nous ont permis d’identifier 49 éditions différentes (32 grâce à l’USTC, 17 par l’entremise d’autres outils). Il est important de noter que neuf d’entre elles ne sont pas connues par le biais d’un exemplaire encore conservé. Le Manuel de Brunet4 ou les catalogues de vente aux enchères de livres ont été utilisés pour les identifier. Il reste 38 titres encore non identifiés. Dès lors, le nombre de livres imprimés pour ou par Jean Bonfons et sa veuve devrait être revu à la hausse. Ainsi des 160-170 titres environ déjà recensés, on peut maintenant estimer la production Bonfons à près de 200 titres, avec une perte moyenne d’environ 40 %5. Il s’agit d’un faible taux de survie, un fait qui peut s’expliquer par la nature des livres imprimés par ces éditeurs. Alexander Wilkinson, dans son étude sur les pertes au sein de la production française du xvie siècle, estime que – tous genres confondus – 31 % des ouvrages imprimés avant 1601 ne sont pas parvenus jusqu’à nous6.

La littérature profane d’expression française représente près de la moitié des livres vendus par les Bonfons aux libraires établis dans le Hainaut (45%), avec une majorité de romans médiévaux. Les œuvres religieuses comptent pour environ un tiers du nombre total des exportations des Bonfons reprises dans la liste de 1569 (33%). Le reste des livres distribués en Hainaut par les Bonfons est principalement lié aux sciences populaires en langue vernaculaire, avec ici aussi beaucoup de livres de médecines.

Inventaire des livres trouvés chez les libraires montois le 16 mars 1569 n.s., Bruxelles, Archives générales du Royaume, Conseil des troubles, 22, fol. 32r [détail].

La liste de 1569 permet aussi de pointer la vitalité des échanges commerciaux entre la firme Bonfons et les libraires du Hainaut. Plus de 110 titres enregistrés dans ce document – contenant environ 2 200 entrées – portent le nom de leur société, ce qui signifie qu’environ 5% de tous les livres trouvés par les émissaires du duc d’Albe sont liés aux Bonfons. Ces échanges semblent avoir été particulièrement intenses lorsque la veuve Bonfons dirigeait la compagnie. Ainsi, sur les 40 éditions proposées par l’USTC, 24 se retrouvent dans le Hainaut, soit plus de la moitié de sa production enregistrée dans cette base de données.

Enfin, reste à poser une dernière question, celle de l’impact des pertes de livres sur notre connaissance de la production de Bonfons. Tout d’abord, nous avons vu qu’avec l’aide de la liste établie à la demande du duc d’Albe, des lacunes ont pu être comblées, offrant ainsi la possibilité d’avoir une image plus complète du catalogue des livres de Jean Bonfons et de sa veuve. Ensuite, nos recherches pour tenter d’identifier toutes les entrées Bonfons nous ont permis de mieux comprendre leur stratégie éditoriale et de pouvoir pointer l’importance des réimpressions. En effet, nous avons noté qu’au moins 15 éditions perdues attribuées à Jean Bonfons ou à sa veuve ont été réimprimées plus tard soit par leur fils Nicolas Bonfons, soit par lui avec son fils Pierre Bonfons. Paradoxalement, même si toutes les éditions des Bonfons ne sont pas conservées, le contenu des textes reproduits par eux nous est connu grâce aux nombreuses rééditions. Cette constatation nous rend moins pessimistes dans notre compréhension de la transmission de la littérature vernaculaire française.

Le duc d’Albe, lorsqu’il demanda aux inquisiteurs de visiter toutes les librairies installées dans les territoires encore sous autorité, n’imaginait pas qu’un jour son travail de censure aiderait les historiens du livre, cinq siècles plus tard, à reconstruire les catalogues des imprimeries du xvie siècle et à aider les chercheurs à quantifier les pertes potentielles. S’il est certainement impossible d’avoir une vue d’ensemble de ce qui a été perdu au xvie siècle, des documents de l’acabit des inventaires 1569 fournissent une nouvelle base pour la reconstruction des taux de pertes de documents imprimés. Cette enquête nous a notamment permis d’approfondir notre connaissance du catalogue des Bonfons et de mieux évaluer le taux de pertes des impressions parisiennes. Il est incontestable que d’autres recherches pourraient évidemment nous aider à affiner notre vision de la production parisienne du xvie siècle. Enfin, tout historien du livre reconnaîtra que les documents établis à la demande du duc d’Albe constituent des sources de première importance, apportant un témoignage unique sur le marché du livre des anciens Pays-Bas du second tiers du xvie siècle. On pourrait presque en venir à penser que censure et histoire du livre font finalement bon ménage.

Renaud Adam
Université de Liège, Unité de recherche Transitions

  1. Stéphanie Rambaud, « Bonfons, famille », dans Pascal Fouché et alii, Dictionnaire encyclopédique du livre, tome 1, Paris, Cercle de la Librairie, 2002, p. 361. []
  2. Arlette Destot, Un libraire parisien au XVIe siècle : Jean Bonfons. Édition et littérature populaire, Mémoire de licence, Université de Paris I, 1977. []
  3. Guy Bechtel, Catalogue des gothiques français, 1476-1560, 2e éd., Paris, Librairie Giraud-Badin, 2010 []
  4. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, 6 t., Paris, Firmin-Didot frères, 1860-1865. []
  5. Renaud Adam, « Tracing Lost Editions of Parisian Printers in the Sixteenth Century: The Case of Jean Bonfons and his Widow », dans The Library. Transactions of The Bibliographical Society, à paraître. []
  6. Alexander S. Wilkinson, « Lost Books Printed in French before 1601 », dans The Library. Transactions of The Bibliographical Society, 7e série, 10 (2009), p. 188-205. []