Journée sur la collection Van Buchell et ses recueils

L’Utrecht Centre for Medieval Studies (UCMS) proposait le 11 octobre 2019 une journée d’étude sur le thème ‘Premodern Reading Cultures’, qui fut consacré aux recueils factices, en collaboration avec le projet Sammelband 15-16. Cette journée, qui attira un public nombreux d’étudiants et de chercheurs, était en particulier consacrée à une collection unique conservée à la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht. On y trouve en effet le fonds Van Buchell, un ensemble de plus de 500 Sammelbände recueillant plus de 2500 livres du XVIe siècle, soit l’une des plus riches collections de Sammelbände de la Renaissance conservées jusqu’à nos jours.

Les fondements d’une collection de Sammelbände et les principes pour l’étudier

Bart Jaski (conservateur à Utrecht1) inaugura la journée en présentant Huybert van Buchell (1513-1599) et la façon dont son ample bibliothèque est entrée dans les collections de la BU.

Illustration 1: Portrait d’Hubert van Buchell conservé à la BU d’Utrecht.

Ce chanoine légua en effet ses livres à l’église Saint Jacques d’Utrecht pour qu’une bibliothèque y soit créée. Cependant, après la création de la première bibliothèque municipale d’Utrecht (stadsbibliotheek), le conseil municipal décida d’intégrer ces livres à ses collections encore restreintes, qui furent ensuite utilisées pour fonder la BU d’Utrecht. Il faut en effet rappeler qu’aux Pays-Bas, c’est le plus souvent dans les bibliothèques universitaires que l’on trouve aujourd’hui les collections patrimoniales. On peut donc considérer van Buchell comme l’un des fondateurs de la BU d’Utrecht.

Malcolm Walsby (ENSSIB) présenta ensuite les principes essentiels de la constitution de Sammelbände au XVIe siècle. Il rappela un point essentiel : l’analyse des Sammelbände permet de comprendre comment différents types d’utilisateurs de livres à la Renaissance assemblaient leurs connaissances dans ces volumes – des lecteurs qui n’étaient pas nécessairement les grands intellectuels de la période, tels Érasme, dont le profil est certes intéressant à étudier, mais pas nécessairement représentatif des lecteurs de leur temps. Étudier les particularités des Sammelbände permet donc d’avoir accès à une large part du lectorat de la Renaissance. Ceci n’est pas anodin, car les Sammelbände étaient un objet omniprésent dans la première modernité. On a pu l’oublier car de nombreux recueils furent démembrés ensuite pour que les titres qu’ils contenaient puissent être achetés séparément par des collectionneurs (en particulier au XIXe siècle). Cependant, on en trouve encore en grand nombre dans les bibliothèques publiques. Comme l’indiqua Malcolm Walsby, à Rennes, 28% de la collection des quelques 2500 livres du XVIe siècle conservés à la Bibliothèque des Champs libres, soit environ 700, se trouvent dans des Sammelbände. Par comparaison, presque 90% de la collection van Buchell sont conservés dans des Sammelbände. Ils furent pour la plupart créés au moment où Van Buchell acheta ses livres, en particulier pendant la longue période qu’il passa à Cologne en tant qu’étudiant, puis dans les trente dernières années de sa vie, comme en témoignent les belles reliures allemandes dont de nombreux volumes sont pourvus.

Illustration 2: Quelques-uns des Sammelbände de van Buchell, avec sa provenance autographe

La collection restant à analyser, Malcolm Walsby proposa des pistes d’étude future. On peut notamment envisager de reconstruire la bibliothèque de Van Buchell en analysant les reliures, mais aussi les cotes inscrites sur les tranches afin de comprendre comment il organisait sa bibliothèque. On peut également analyser comment la collection a été conservée (et transformée) au fil du temps, dans les collections de la bibliothèque universitaire, ce qui offre une fenêtre sur les développements de la BU au fil du temps, et pas seulement à ses débuts. On peut encore analyser les nombreux défaits de reliure imprimés comme manuscrits, que contient la collection, et repérer des unica, préservés uniquement dans la collection Van Buchell, grâce à leur intégration dans les Sammelbände dès leur publication.

De la reliure à l’utilisateur

Bart Jaski revint ensuite dans son intervention sur les défaits de reliure offrant de très nombreux fragments de manuscrits. On a en effet retrouvé dans ces reliures environ 1000 fragments de manuscrits plus ou moins étendus. C’est l’une des plus grandes collections au monde de fragments de manuscrits retrouvés dans des livres possédés par un seul individu. Bart Jaski présenta la collection de manuscrits possédée par l’église Sainte-Marie, à laquelle appartenait Van Buchell, qui fut dispersée pour une grande part : seuls 37 manuscrits de Sainte-Marie (essentiellement des ouvrages religieux) furent transférés ou acquis plus tard par la BU. Bart Jaski analysa le cas spécifique d’un manuscrit, Ms 709, contenant un De natura rerum probablement fait à Paris vers 1300. Sur les 200 folios du manuscrit, environ 50 furent arrachés du manuscrit. Certains de ces folios furent ensuite retrouvés individuellement lors de ventes, mais une partie d’entre eux fut utilisée pour renforcer des reliures de Sammelbände de van Buchell.

Illustration 3 : des fragments du manuscrit Ms 709 de la BU d’Utrecht.

Dans ce cas précis, il semble qu’un seul relieur utilisa ces feuillets à Cologne pour relier une série de livres dans les années 1570 : il est donc probable que van Buchell donna ces feuillets au relieur pour réduire les coûts de reliure, parce qu’il avait emporté tout ou partie du manuscrit à Cologne après son départ d’Utrecht en 1569. Tracer ainsi ces feuillets dans les différentes reliures de la collection van Buchell pourrait permettre de reconstruire de manière virtuelle le manuscrit, comme le billet publié la semaine dernière sur notre blog en proposait les principes .

Katell Lavéant et Ann-Marie Hansen (Université d’Utrecht) centrèrent quant à elles leur approche sur les traces d’usages laissées par des lecteurs successifs dans une série de recueils de la collection Van Buchell. Katell Lavéant se pencha en particulier sur les provenances de plusieurs volumes2. Si l’on observe attentivement les différentes marques laissées dans les volumes, on note différentes cotes de bibliothèques qui marquent le passage d’un volume des étagères de van Buchell à celles des différentes bibliothèques qui l’ont accueilli.

Illustration 4 : différents niveaux de cotations dans un Sammelband de la collection van Buchell.

On note par ailleurs d’autres provenances indiquant que certains des volumes ont appartenu à un ou plusieurs possesseurs antérieurs avant qu’ils ne parviennent à van Buchell, ce qui dénote une circulation des livres particulièrement active dans le milieu des chanoines d’Utrecht, au milieu du XVIe siècle. Au-delà de l’individu, c’est donc tout un milieu d’érudits que l’on peut reconstituer à partir de ces marques de possession. Ann-Marie Hansen approfondit cette question en analysant comment on peut découvrir un véritable écosystème de marques de lecteurs, intentionnelles (annotations, corrections…) comme non intentionnelles (saleté et taches d’encre), qui aident à comprendre la manière dont un ou plusieurs lecteurs ont pu lire un texte, plume en main3. Ce faisceau de marques peut mener à reconstituer un profil de lecteur, qui montre à la fois comment cet utilisateur de livre s’inscrit dans son époque en reprenant des systèmes de notation courants, et comment il peut se démarquer de ses contemporains en créant son propre système d’annotations spécifiques. Les nombreuses annotations laissées par van Buchell dans ses livres ouvrent un large champ à une enquête d’ampleur dans ce domaine.

Illustration 5 : un système d’annotations dans un livre de van Buchell encore à comprendre (USTC 12632)

John Tholen (Université d’Utrecht) élargit ensuite le propos en étudiant un cas de Sammelband du XVIIe siècle, qui montrait bien comment les problématiques abordées via la collection van Buchell peuvent être appliquées à d’autres volumes contemporains ou postérieurs. Son analyse portait sur un Sammelband contenant une traduction en néerlandais par Pieter Cornelisz Hooft des Métamorphoses d’Ovide et un poème de Hooft réécrivant un épisode de la légende troyenne (Amsterdam, Jan van Hilten, 1643). Ce livre fut scindé en deux parties, et on intercala entre la traduction d’Ovide et le poème de Hooft un autre ouvrage, également publié à Amsterdam en 1643 par Jan van Hilten et Jan Barentsz Smient), contenant une réévaluation de la pratique médiévale consistant à christianiser Ovide, et de nombreux repères sur la mythologie grecque. Relativement peu de temps après ces deux publications séparées, un lecteur ou une lectrice souhaita rassembler ces livres en recueil, mais en recomposant l’ordre des différents textes, pour mettre ensemble le texte d’Ovide et ses commentaires, avant la réécriture poétique de Hooft.

Autrement dit, le processus de création d’un Sammelband permettait au lecteur ou à la lectrice de créer son propre livre de lecture et d’analyse, en ajoutant, à la suite du text d’Ovide un apparat critique, absent de la traduction en néerlandais, grâce à l’ajout d’autres titres dans le volume. Ce cas est unique, car on ne trouve pas d’autre Sammelbände qui propose d’une telle manière un texte en néerlandais d’Ovide avec des commentaires. Bien que ce volume ne contienne pas de provenance qui permette d’éclairer l’identité de la personne ayant fait faire ce Sammelband, il apparaît donc clairement que l’on a là affaire à une pratique de mise en recueil visant à faciliter la lecture et à créer un ouvrage plus complexe et permettant une lecture critique à partir d’éditions séparées.

Illustration 6 : page de titre de la traduction néerlandaise de 1643 des Métamorphoses.

Perspectives d’avenir pour la numérisation et la recherche

Arja Firet (chargée de collections à la BU d’Utrecht) présenta enfin le travail de l’équipe de numérisation de la bibliothèque, notamment à partir des premiers essais à partir d’un volume de la collection van Buchell, pour réfléchir au potentiel des nouvelles techniques de numérisation mais aussi des défis posés par les objets de cette collection. Pour la bibliothèque, il s’agit de pouvoir donner un large accès aux collections tout en protégeant les matériaux fragiles qui ne peuvent pas toujours être communiqués au public, et de faciliter la recherche dans le domaine des humanités numériques, notamment grâce à de nouvelles fonctions de ‘text mining’ (en permettant la recherche de mots et phrases spécifiques dans les images numériques du texte). Pour le projet Sammelband 15-16, il s’agit, grâce à cette collaboration avec la BU d’Utrecht, de trouver les meilleurs moyens de montrer l’état physique complet du volume. Il faut pouvoir rendre compte de l’état et de l’aspect de la reliure, des annotations et autres traces d’utilisation, ce qui ne va pas sans poser des problèmes techniques spécifiques : comment par exemple scanner les fragments médiévaux dans les reliures ? Faut-il les détacher pour les scanner, puis les recoller ensuite, ou respecter l’intégrité du volume, au risque de perdre la lisibilité de ces fragments ? Autant de défis qui occuperont les deux équipes dans les mois et années à venir, dans le cadre d’un projet ambitieux de numérisation du plus grand nombre possible de Sammelbände de la collection van Buchell.

Illustration 7 : un premier essai de numérisation d’un Sammelband de van Buchell par la BU d’Utrecht.

La journée comprenait également une présentation d’une sélection de livres présentant les caractéristiques des Sammelbände de la collection van Buchell discutées pendant les présentations : décors et caractéristiques de reliures allemandes, défaits de reliure manuscrits et imprimés, annotations et provenances firent l’objet d’une analyse livre en main, qui permit également aux participants de mieux se rendre compte des détails matériels de ces ouvrages.

Illustrations 8 et 9 : la présentation de volumes de la collection aux participants.

Toutes ces interventions ont souligné l’importance, tant quantitative que qualitative, des Sammelbände conservés à la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht et l’ampleur du travail de recherche qui s’ouvre sur la collection van Buchell, ainsi que la nécessité d’une entreprise d’analyse globale et innovante des Sammelbände de la première modernité.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

  1. Le blog de la SBF a publié un entretien avec Bart Jaski sur les collections spéciales de la Bibliothèque universitaire d’Utrecht en octobre 2018. []
  2. Elle avait analysé sur ce blog le cas d’un Sammelband spécifique. []
  3. Voir également le billet qu’elle a consacré à ce sujet sur notre blog . []