Fourrer son nez partout : pratiques éditoriales et pratiques festives autour du nez dans les anciens Pays-Bas

 

Les « neusboekjes » ou livres des nez constituent une branche particulière de la tradition des mandements joyeux en néerlandais1. Tandis que la plupart des mandements joyeux que j’étudie ont été composés aux XVe et XVIe siècles, la majorité des livres des nez qui nous ont été transmis datent de la fin du XVIIe et du XVIIIe siècles. Ces textes comiques, accompagnés d’images caricaturales de nez, discutent la somme d’argent que les possesseurs de différents types de nez (les soi-disant membres de la « guilde des nez ») doivent payer pour pouvoir séjourner dans le royaume imaginaire du roi des nez. Les montants pour chaque type de nez sont détaillés sous forme de mandements joyeux. Étant donné leur statut particulier dans la tradition des mandements joyeux, les livres des nez méritent d’être étudiés pour de nombreuses raisons. Je propose d’esquisser certaines d’entre elles dans ce billet2.

 

Les livres des nez dans les almanachs-recueils

Les cinq livres des nez que j’ai pu identifier jusqu’à maintenant ont été reliés avec des almanachs. Pour ce billet, je me concentre sur l’un de ces almanachs-recueils, conservé à l’Athenaeumbibliotheek de Deventer (illustrations 1 et 2). L’analyse de la typographie de ce livre des nez laisse à penser que le livre fut, comme l’almanach lui-même (illustration 1), publié à Deventer par la famille d’imprimeurs De Lange.

Page de titre du Deventer almanach pour l’année 1787, dans lequel figure un livre des nez (Deventer, Athenaeumbibliotheek, Dv V.302:1787).
Page de titre du livre des nez intitulé Placcaat en Ordonnantie Van het Neuze-Geld (Deventer, Athenaeumbibliotheek, Dv V.302:1787:11)

Dès le XVIe siècle, les almanachs néerlandais étaient assemblés et finalisés lors de la vente du livre. L’acheteur donnait en effet à l’imprimeur des instructions sur les livres qu’il souhaitait acheter avec son almanach (souvent des textes amusants), et il indiquait à un relieur la forme et la nature de la reliure qu’il souhaitait – dans le cas des almanachs-recueils, il s’agit souvent d’une reliure d’attente. Le lecteur achetait simultanément plusieurs titres et organisait son livre selon ses préférences3.

Cette pratique nous permet de considérer les almanachs néerlandais comme des recueils de plusieurs livres ou Sammelbände. Les livres vendus comme almanachs sont donc en réalité des almanachs-recueils4 . Les livres des nez figurent parmi d’autres livres, dont des chroniques narrant des événements historiques, des chansons religieuses, des farces et d’autres textes amusants qui avaient souvent pour but de passer le temps, ou de le « raccourcir » comme on disait en néerlandais (tijd te korten). Par conséquent, les chercheurs ont longtemps affirmé qu’on doit considérer les livres des nez comme des textes purement amusants5 .

Illusatrations 3 et 4 : Extraits du livre des nez conservé à l’Athenaeumbibliotheek de Deventer.

On rencontre souvent les mêmes livres des nez, publiés par différents imprimeurs, dans différents almanachs-recueils, dans différentes villes à travers les Pays-Bas. Cela indique certes une certaine popularité de ces livres des nez, mais cela démontre également l’habitude des imprimeurs de (re)publier tout le temps les mêmes textes. Il s’agit ici d’une stratégie commerciale : les livres reliés avec les almanachs n’étaient pratiquement jamais des textes nouveaux, bien au contraire. Même s’il est souvent compliqué de retracer de quelle période datent les textes reliés dans des almanachs-recueils, je suis encline à croire qu’il s’agit de textes datant de plusieurs décennies, voire de plusieurs centaines d’années6 .

Le nombre relativement important de livres des nez qui ont été préservés, environ cinq textes dans dix éditions différentes7 , suggère que les livres des nez se vendaient bien au XVIIIe siècle. Cette idée est renforcée par le fait que certains imprimeurs vendaient à la même période des broadsheets présentant exactement le même texte et les mêmes images que les livres des nez. Dans ce cadre, une comparaison entre l’exemple du livre des nez de l’Athenaeumbibliotheek (illustrations ci-dessus) et un broadsheet ou placard conservé au Rijksmuseum à Amsterdam est particulièrement éclairante :

Le broadsheet intitulé ‘Hier heb je twaalf Neusen, als Reusen’ (Ici, vouz avez douze nez énormes) (© Rijksstudio).

Le broadsheet a été publié par les De Lange à Deventer et vendu par le libraire Kannewet à Amsterdam8 . Comme on peut le voir, ce sont exactement les mêmes gravures sur bois qui ont été utilisées par les De Lange pour illustrer tant le livre des nez que le broadsheet :

Détails du broadsheet

Les gravures sur bois du broadsheet correspondent aux gravures du livre des nez (illustrations 3 et 4). Les textes accompagnant les gravures sont également les mêmes que les textes du livre des nez. Cependant, les broadsheets ne gardent qu’une partie du texte (c’est-à-dire, la présentation des différents membres du guilde des nez), ils ne présentent pas les ordonnances joyeuses.

Ces pratiques éditoriales sur les nez soulèvent deux questions : Premièrement Pourquoi les livres des nez et les broadsheets constituaient-ils une option commerciale intéressante pour les imprimeurs du XVIIIe siècle, et deuxièmement les livres sur les nez sont-ils en effet des textes plus anciens, datant du XVIe, voire du XVe siècle ?

 

Les livres des nez et la physionomie

Pour répondre à la première question sur le succès commercial des livres des nez, il faut se concentrer tout d’abord sur l’effet parodique de ces textes. Ces ordonnances joyeuses sont en effet une réaction aux livres physionomiques, dont la majorité datent de la même période. La physionomie c’est-à-dire l’observation de l’apparence physique d’une personne, et principalement les traits de son visage, existait déjà à l’Antiquité en tant que science mais elle connut un nouvel essor à la Renaissance. Selon cette science, considérée aujourd’hui plutôt comme une pseudo-science, l’observation du visage est cruciale pour mieux connaître le caractère et la personnalité de quelqu’un, et ainsi mieux évaluer sa fiabilité ou son amabilité9 .

Page de titre du livre physionomique La Physionomie humaine de Jean Baptiste Porta, publié en 1665 (Deventer, Athenaeumbibliotheek, SAB Deventer, Klooster 12 Magazijn 1 55 C 69).

La physionomie portait une attention particulière au nez (« Le Nez n’est pas une des moindres parties qui soient en la face ; puisque c’est elle, qui par-dessus toutes les autres parties rend l’homme ou difforme, ou beau »10 . Comme le montrent les illustrations 8 et 9, les pages des livres physionomiques se caractérisent par des descriptions de différents types de nez. Le nez révèle beaucoup sur le caractère d’une personne (exemple : « Du grand Nez. C’est signe que l’homme est grandement bon »). Ces descriptions vont de pair avec des images qui illustrent le texte :

Illustrations 8 et 9 : Quelques pages de La physionomie humaine.

Les livres des nez constituent une parodie de ces livres scientifiques ((Sur la parodie au Moyen Âge, voir : Martha Bayless, Parody in the Middle Ages. Ann Arbor : The University of Michigan Press, 1996, introduction.)) . L’effet parodique des livres des nez et des broadsheets est visible à travers le fait que ces textes et images attribuent une grande appréciation aux nez étranges, tandis que la physionomie scientifique propage plutôt les implications négatives de certaines formes de nez. Il en va de même pour les livres moins scientifiques, destinés au grand public, attribuant une valeur importante au nez. Par exemple, on affirme dans des Raadselboekjen (petits livres d’énigmes) que le nez doit être considéré comme la partie la plus importante, voire comme un joyau du visage humain. Notons que ces livres d’énigmes furent publiés par les De Lange, à la même période que les livres des nez et les broadsheets sur les nez. Les De Lange produisaient donc des livres et des placards parodiant la physionomie, mais dans le même temps ils publiaient aussi des ouvrages sérieux de physionomistes.

Page de titre d’un Raadselboekjen, publié par les De Lange à Deventer en 1759 (Deventer, Athenaeumbibliotheek, SAB Deventer, Klooster 12 Magazijn 2 DI XVIII 123).

On pourrait donc avancer l’idée que le succès des livres des nez et les broadsheets tient à leur effet parodique : ils constituaient sans doute une réaction comique aux livres physionomiques. On a affirmé la même chose pour les pronostications joyeuses imprimées à l’époque prémoderne. L’action de pronostiquer ou de prévoir l’avenir était, à cette période, considérée comme une science, mais cette science était de plus en plus remise en question. Dans ce contexte, la pronostication joyeuse constituait une contribution comique au débat sur la fiabilité des pronostications officielles11 .

 

Les livres des nez : un produit de la culture joyeuse ?

Cependant, l’histoire ne s’arrête là. Le cas des livres des nez permet aussi, me semble-t-il, d’aller plus loin que la simple constatation que les livres des nez sont une réaction amusante à leur contrepartie « officielle » (les livres physionomiques). Comme je le démontre dans ma thèse, les livres des almanachs-recueils contiennent souvent des textes beaucoup plus anciens. Il vaut donc la peine de se demander si les textes et les images des nez sont eux aussi des réutilisations de matériaux plus anciens.

Il faut placer les livres des nez et les broadsheets dans le cadre plus large de la culture joyeuse, pour laquelle nous savons qu’elle occupait une place prépondérante la société médiévale (XVe-XVIe siècles). Des liens manifestes se dessinent alors entre les livres et broadsheets des nez et la culture festive de la fin du XVIe siècle. Les images des nez, ainsi que leurs descriptions, apparaissent aussi sur des pièces de monnaie conservées au Rijksmuseum :

Illustrations 11 et 12 : Pièces de monnaie conservées dans le Rijksmuseum.

Les mots écrits sur les pièces correspondent à la terminologie utilisée dans les livres des nez et sur les broadsheets « Nazarius » et « Neusen gilde ». La première pièce date de 1576, comme l’indique le texte écrit sur la pièce (« Leyf hebber der Nuesen 1576 »). La deuxième pièce date de 1637. Toutes deux ont sans doute été produites à Anvers12 . On rencontre des pièces similaires avec des écrits en deux langues : le français et le néerlandais. Les numismatistes ont par exemple identifié cet exemplaire :

Pièce datant de 1608, avec les descriptions « Dit is den gulden van Nazaret » et « Chacun pour la syen 1608 » (voir note 13).

Les numismatistes ont affirmé que les pièces ont été produites en hiver, « pendant lequel un grand nombre de nez ont été gelés en Europe et particulièrement en Hollande »13 . Je pense que ces pièces appartenaient plutôt à la culture joyeuse : elles furent sans aucun doute frappées à l’occasion des nombreuses fêtes organisées en hiver. Les pièces fonctionnaient ainsi en tant que souvenir ou objet de commémoration et permettaient de se souvenir des festivités14 .

Il existe encore un autre lien entre les livres des nez, les broadsheets des nez et la culture joyeuse de la fin du Moyen Âge. La première image du broadsheet de l’illustration 5 révèle notamment un détail très particulier :

Détail du broadsheet des nez.

L’image montre, au premier plan, le secrétaire de la guilde des nez « de knegt van ‘t Gilde-geld », reconnaissable à la plume qu’il tient dans la main. Mais nous discernons, au fond, un placard affiché sur le mur (intitulé « Placat[e] »), qui représente le fruit du travail du secrétaire. Étant donné qu’il s’agit d’une guilde joyeuse et parodique, ce placard affiché présente probablement les ordonnances joyeuses sur les nez telles que nous les retrouvons dans certains livres des nez imprimées en format de broadsheet. J’ai identifié un tel placard, présentant des ordonnances joyeuses sur les nez, à la BU de Erlangen-Nürnberg en Allemagne :

Broadsheet avec des ordonnances joyeuses, promulguées par le roi des nez (début du XVIIe siècle) (Erlangen-Nürnberg, Universitätsbibliothek Erlangen-Nürnberg, A X 1, Kasten I.8 ; Fl.88).

Même s’il s’agit dans ce cas d’un texte allemand (et d’un placard illustré), ce broadsheet présente les mêmes ordonnances joyeuses que les livres des nez néerlandais. Dans le même temps, il s’inscrit bien dans les pratiques festives autour du nez dans les anciens Pays-Bas décrite ici. D’après le texte, le broadsheet a été imprimé « nit lang Nach Fastnacht », donc peu après les festivités de Carnaval, probablement pour commémorer les festivités. Le broadsheet avait ainsi une fonction semblable aux pièces de monnaie.

 

L’exemple des livres des nez démontre la longue vie des textes et des motifs de la culture joyeuse de la fin du Moyen Âge et, dans le même temps, notre analyse préliminaire révèle de nouvelles stratégies des imprimeurs aux XVIIe et XVIIIe siècles pour générer du profit en réutilisant ces matériaux plus anciens. Il s’agit ici d’une reprise des éléments de la culture joyeuse (parodie du mandement, motif du grand nez) afin de réaliser des livres des nez et broadsheets pour un grand public. Les livres des nez peuvent ainsi être considérés comme un produit de la culture joyeuse et comme un nouveau type d’interaction (intentionnelle ou non) avec cette culture, de la part d’imprimeurs qui proposent à leurs acheteurs des contreparties comiques aux livres de physionomie, et réutilisent ainsi habilement un matériau plus ancien et librement accessible.

 

Rozanne Versendaal

Project Uncovering Joyful Culture – Université d’Utrecht

  1. Les mandements joyeux français et néerlandais sont l’objet d’étude de notre thèse (prévue pour 2020) [lien : https://www.uu.nl/staff/RMVersendaal/Onderzoek]. []
  2. Les « neusboekjes » font partie de mon futur projet de recherche dédié à la réception de la littérature parodique à l’époque prémoderne et moderne. Ce projet a pour objectif de démontrer la longue vie des textes parodiques tels que les mandements joyeux, ainsi que de révéler les nouvelles gestions de la culture joyeuse et de ses produits à cette période, et par-dessus tout, l’accès des publics très variés à cette littérature et culture []
  3. Pour une explication de la stratégie de vente de l’almanach aux Pays-Bas, voir : Jeroen Salman, « ‘Van sodanige Almanacken, die gevult zijn met ergerlijcke bijvoegselen en oncuyse en onstigtelijcke grillen’. Populaire leesstof in zeventiende-eeuwse almanakken », dans : Literatuur, 10, 1993, p. 76. []
  4. Pour une analyse plus détaillée de l’almanach-recueil en tant que Sammelband, voir  : Rozanne Versendaal, « Livres à la fois sérieux et joyeux. Stratégies de vente des livres populaires de l’imprimeur utrechtois Jacob van Poolsum (1701-1762) », dans : Livre. Revue historique, à paraître. []
  5. Salman, « ‘Van sodanige Almanacken’ », p. 77 ; A. J. Schuur, « Wat moet ik voor mijn neus betalen ? Over twee achttiende-eeuwse ‘neusboekjes’ », dans : Spektator, 8, 1978-1979, p. 107. []
  6. Il est par exemple intéressant de mentionner l’Ordonnantie van de Bedelarye (Ordonnance de la mendicité). Ce texte fut publié pour la première fois à la fin du XVIe siècle, dans un roman picaresque de Mateo Alemán. Nous rencontrons exactement le même texte dans un almanach-recueil datant de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. []
  7. Ces éditions sont listées dans : A. J. Schuur, , « Wat moet ik voor mijn neus betalen ? », p. 106. []
  8. Suzan Folkerts et Garrelt Verhoeven, Deventer Boekenstad. Twaalf eeuwen boekcultuur aan de IJssel. Zutphen : Walburg Pers, 2018, p. 190. []
  9. J. P. Guépin, De beschaving. Amsterdam : Bert Bakker, 1983, pp. 129-130. []
  10. Citation empruntée de Jean Baptiste Porta, La physionomie humaine. Rouen : Jean et David Berthelin, 1665, p. 154. []
  11. Sur la pronostication joyeuse, voir : Herman Pleij et al., Het zal koud zijn in ‘t water als ’t vriest. La Haye : Martinus Nijhoff, 1980. []
  12. Maria Goverdina Antonia de Man, ‘Het Neuzengilde of dat van Nazarius of Nazareth’, in : Jaarboek van het Koninklijk Nederlandsch Genootschap voor Munt- en Penningkunde. Amsterdam, 1915, p. 109. []
  13. Ibidem []
  14. Katell Lavéant, ‘Medieval Joy’, dans : B. Papenburg (éd.), Gender: Laughter. Farmington Hills, MI : Macmillan, 2017, pp. 136-138. []