Curieux mélanges : les fausses pistes chronologiques d’éditions de livres licencieux

Les livres joyeux qui connurent une production importante au XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, parodies de textes sérieux tels que sermons, ordonnances ou pronostications, font partie de ces livres souvent voués à la destruction assez rapidement après avoir été imprimés, du fait de leur petit format, de la forte manipulation à laquelle ils devaient être soumis, et du peu de prestige des textes qu’ils contenaient, destinés à une lecture de loisir. Lorsqu’on travaille sur ce corpus, on trouve rarement plus d’un exemplaire d’une édition joyeuse, et plus souvent encore on doit se contenter de mentions frustrantes, qui évoquent l’existence ancienne d’éditions désormais perdues ou en tout cas introuvables dans les bibliothèques publiques. Or, en suivant la trace de rééditions de textes obscènes tels que la Pronostication des cons sauvages (première édition répertoriée : s.n., s.l. [Lyon], vers 1520, USTC 79223) ou la Source du gros fessier des nourrices (première édition répertoriée : Rouen : Jean L’Homme pour Yves Gomont, vers 1550, USTC 89764), je me trouvai face à un problème inattendu: la mise au jour d’une profusion d’exemplaires d’éditions du début du XVIIe siècle.

Illustration 1 : page de titre de la Source du gros fessier, édition Gomont.

C’est du moins ce qui ressortait d’une recherche avec les outils bibliographiques les plus usuels, qu’il s’agisse des catalogues de bibliothèques ou des méta-bases de données comme le Universal Short Title Catalogue (USTC). Brunet, dans son Manuel du libraire, dit ainsi d’un Procez et amples examinations sur la vie de Caresme-Prenant… traduit de l’italien, s.n., Paris, 1605 :

Cette édition originale est fort rare ; mais il y a une réimpression sous la même date, laquelle est ordinairement accompagnée des pièces suivantes aussi réimprimées : Traicte de mariage entre Julian Peoger, Lyon, 1611 – La copie d’un bail et ferme faicte par une jeune dame…, Paris, 1609 – La raison pourquoy les femmes ne portent barbe au mention, Paris, 1601 – La source du gros fessier des nourrices… avec la complainte de monsieur le cul contre les inventeurs de vertugalles, Rouen – la source et origine des c… sauvaiges…, Lyon, 1610 – La grande et veritable prognostication des c… sauvaiges…Sermon joyeux d’un depucelleur de nourrices, in-8. Ces huit pièces ainsi réunies sont recherchées à cause de la singularité de leurs titres1.

Brunet mentionne encore qu’il existe une réimpression datant d’une quinzaine d’années avant l’impression de son Manuel, qui entre bien dans la lignée des éditions de littérature joyeuse du XVIe siècle qui fleurirent au début du XIXe siècle. Il ne donne aucune précision concernant la date de la première réimpression citée, mais c’est bien là un détail qui met la puce à l’oreille. Vu la rareté aujourd’hui, et dès le XIXe siècle (et même avant), des exemplaires des éditions de texte joyeux du début du XVIIe siècle, il est impossible d’envisager l’existence de plusieurs volumes qui rassembleraient un exemplaire du Procez produit à cette époque et mis en recueil avec des exemplaires d’une série d’autres éditions de la même période.  

Illustration 2 : le signalement des éditions dans le catalogue de la BnF, pour la recherche des éditions du Procez de Caresme-Prenant.

C’est en allant consulter ces éditions, présentes notamment à la Bibliothèque nationale de France en nombreux exemplaires, souvent dans des volumes disparates assemblant certains mais pas nécessairement tous ces titres ensemble, et dans un ordre variable, que l’on comprend ce que Brunet omit de signaler à propos de ces réimpressions. L’aspect du papier, de la typographie, de l’impression des caractères, les lettrines, bandeaux et culs de lampe utilisés ne laissent pas place au doute : toutes ces éditions datées du début du XVIIe siècle sont en fait des éditions de la fin du XVIIIe siècle.

Illustration 3 : page de titre d’une des éditions du Procez de Caresme-Prenant.

Non datées ni signées, sans introduction ni aucun autre paratexte qui pourrait indiquer qu’elles sont des éditions postérieures aux premières années du XVIIe siècle, elles proposent parfois une tentative de mise en page qui imite bien les pages de titre de ces années – mais ce n’est même pas toujours le cas, comme en témoigne la page de titre du Procez de Caresme-Prenant ci-dessus, caractéristique du XVIIIe siècle, ainsi que, ici ou là, l’ajout de gravures licencieuses typiques des parutions libertines des Lumières.

Illustration 4 : Page de titre interne de la Source du gros fessier des nourrices, pourvue d’une gravure obscène, à la suite du texte de la Pronostication des cons sauvages.

C’est pourtant le plus souvent la date affichée sur l’édition qui est celle reprise par les catalogues des bibliothèques, ce qui crée la confusion pour les chercheurs travaillant sur ces textes, en créant un corpus fantôme de multiples éditions qui semblent avoir été produites dans les premières années du XVIIe siècle.

Dater précisément ces éditions, au-delà d’une estimation générale vers la fin du XVIIIe siècle, reste cependant difficile, en l’état de tout indice bibliographique précis. Vu la foison d’exemplaires que l’on trouve au gré de la recherche, il est probable d’ailleurs qu’il existe plusieurs éditions d’un même titre, concurrentes peut-être, ou au contraire rééditions par le même libraire face au succès probable de la vente sous le manteau de ces textes scabreux, qui ont valu à un certain nombre de ces livres de se retrouver classés sous la cote ENFER de la BnF2. Il faudrait procéder à une enquête approfondie sur certains bandeaux et culs-de-lampe pour les associer à des imprimeurs répertoriés pour la période.

Dans un cas que j’ai pu étudier, un élément matériel permet cependant de dater une série un peu plus précisément. Le volume de la BnF coté 16-Z-4406 a visiblement bénéficié d’une restauration lui donnant une nouvelle relire moderne, mais dans laquelle a été conservé un défet d’une reliure plus ancienne, un fragment provenant d’une édition des Œuvres posthumes de Frédéric II, roi de Prusse, Berlin : chez Voss & fils et Decker & fils, 1788. On voit clairement comme une feuille non coupée des pages 329 et 336 a été utilisée pour renforcer la reliure d’origine. On pourrait donc dater la production de cette édition des Procez de Caresme-Prenant en 1788 ou dans les années suivantes, si l’on admet que ce fragment des Œuvres de Frédéric II fut utilisé pour sa première reliure, dès le moment de son impression.

Illustration 5 : défet de reliure des Œuvres posthumes de Frédéric II, conservé dans un volume restauré du Procez de Caresme-Prenant et d’autres fausses éditions.

Pour autant, si l’on voit bien l’intérêt de dater ces de fausses éditions du début du XVIIe siècle pour les imprimeurs et les libraires du dernier tiers du XVIIIe siècle, autant par souci de se protéger lorsqu’ils se risquaient à cette production osée que, sans doute, par interaction ludique avec leurs acheteurs, un certain nombre de questions subsiste autour des sources imprimées qui ont pu inspirer ces éditions.

En effet, on peut bien identifier les sources de plusieurs des textes repris dans ce florilège, tels que la Pronostication des cons sauvages et la Source du gros fessier des nourrices cités au début de ce billet. Dans le cas de la Source du gros fessier, les éditions annoncent souvent qu’il s’agit d’une réédition de celle faite par Yves Gomont à Rouen vers 1550, en faisant une légère erreur de lecture : Gomont devient Bomont (voir l’illustration 4). Le texte correspond effectivement à l’édition originale de Gomont, qui semble bien avoir servi de modèle à la réédition du XVIIIe siècle, sans que l’on sache cependant quelle fut la chaîne exacte de transmission du texte sur plus de deux cents ans. On trouve cependant aussi des fausses adresses. Ainsi, deux éditions de la Pronostication des cons sauvages indiquent qu’elles ont été imprimées par ou pour un Jean de la Montagne à Lyon, tantôt en 1610, tantôt avec une datation sans doute plus conforme à la vérité la situant en 1797. C’est d’ailleurs cette édition qui est citée en regard de cette fausse adresse répertoriée dans le répertoire des imprimeurs imaginaires de Brunet3.

Illustration 6 : les deux éditions comportant la fausse adresse de Jean de la Montagne.

Enfin, certains textes, comme la savoureuse Copie d’un bail et ferme faicte par une jeune dame de son con pour six ans, sont tout simplement intraçables dans la littérature du XVIe et du début du XVIIe siècle. L’édition du XVIIIe siècle indique que le texte original aurait été imprimé par ou pour un Pierre Viart à Paris en 1609. Or un seul libraire-relieur répondant au nom de Pierre Viart semble avoir exercé à Paris, bien avant l’impression possible de cette édition, puisqu’il fut actif de 1518 à 15234. On n’a pas retrouvé d’édition du XVIe ou du début du XVIIe siècle qui pourrait avoir servi de modèle à sa copie du XVIIIe siècle, dont le premier état du texte ne surgit donc qu’à ce moment.

Illustration 7 : page de titre de la Copie d’un bail

Sur un plan littéraire, le texte semble authentique : il reprend les graphies, la syntaxe et les traits de langage observables dans le corpus joyeux du XVIe siècle, de même que la propension des auteurs de la culture joyeuse à livrer des versions parodiques d’actes juridiques et notariés. Cependant, en l’absence de toute trace d’une édition effectivement produite en 1609 et dont on aurait au moins conservé une mention dans les premières bibliographies, et vu l’ajout d’adresses d’imprimeurs-libraires fantaisistes dans ce corpus à des titres bien identifiés au XVIe siècle, on peut hésiter à admettre sans aucun doute qu’il y ait eu un modèle avéré à cette édition de la fin du XVIIIe siècle. De là à douter de l’authenticité du texte, il n’y a qu’un pas. Il ne faut en effet pas exclure la possibilité d’un pastiche postérieur, surtout quand on connaît le goût des érudits, qui commencent à s’intéresser à cette littérature à la fin du XVIIIe siècle puis s’en emparent dans les premières décennies du XIXe siècle, pour l’écriture de tels textes imitant la littérature (post-)médiévale. Ces impressions ludiques offrent donc de multiples pistes de recherche aussi bien pour la réflexion sur la transmission des textes joyeux du XVIe au XIXe siècle, que pour le travail sur les fausses adresses d’imprimeurs de littérature licencieuse au XVIIIe siècle.

Katell Lavéant
Université
 d’Utrecht


 

  1. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, volumes 2-3, Paris : Silvestre, 1843, p. 842 []
  2. Sur l’Enfer des imprimés de la BnF, voir le catalogue de l’exposition qui lui fut consacré en 2007 : Marie-Françoise Quignard & Raymond-Josué Seckel (dir.), L’Enfer de la Bibliothèque : Éros au secret, catalogue d’exposition (BnF, 4 décembre 2007-2 mars 2008), Paris: BnF, 2007. []
  3. Pierre-Gustave Brunet, Imprimeurs imaginaires et libraires supposés : étude bibliographique, Paris : Librairie Tross, 1866, p. 89. []
  4. Voir la notice d’autorité de la BnF. []

Fourrer son nez partout : pratiques éditoriales et pratiques festives autour du nez dans les anciens Pays-Bas

 

Les « neusboekjes » ou livres des nez constituent une branche particulière de la tradition des mandements joyeux en néerlandais1. Tandis que la plupart des mandements joyeux que j’étudie ont été composés aux XVe et XVIe siècles, la majorité des livres des nez qui nous ont été transmis datent de la fin du XVIIe et du XVIIIe siècles. Ces textes comiques, accompagnés d’images caricaturales de nez, discutent la somme d’argent que les possesseurs de différents types de nez (les soi-disant membres de la « guilde des nez ») doivent payer pour pouvoir séjourner dans le royaume imaginaire du roi des nez. Les montants pour chaque type de nez sont détaillés sous forme de mandements joyeux. Étant donné leur statut particulier dans la tradition des mandements joyeux, les livres des nez méritent d’être étudiés pour de nombreuses raisons. Je propose d’esquisser certaines d’entre elles dans ce billet2.

 

Les livres des nez dans les almanachs-recueils

Les cinq livres des nez que j’ai pu identifier jusqu’à maintenant ont été reliés avec des almanachs. Pour ce billet, je me concentre sur l’un de ces almanachs-recueils, conservé à l’Athenaeumbibliotheek de Deventer (illustrations 1 et 2). L’analyse de la typographie de ce livre des nez laisse à penser que le livre fut, comme l’almanach lui-même (illustration 1), publié à Deventer par la famille d’imprimeurs De Lange.

Page de titre du Deventer almanach pour l’année 1787, dans lequel figure un livre des nez (Deventer, Athenaeumbibliotheek, Dv V.302:1787).
Page de titre du livre des nez intitulé Placcaat en Ordonnantie Van het Neuze-Geld (Deventer, Athenaeumbibliotheek, Dv V.302:1787:11)

Dès le XVIe siècle, les almanachs néerlandais étaient assemblés et finalisés lors de la vente du livre. L’acheteur donnait en effet à l’imprimeur des instructions sur les livres qu’il souhaitait acheter avec son almanach (souvent des textes amusants), et il indiquait à un relieur la forme et la nature de la reliure qu’il souhaitait – dans le cas des almanachs-recueils, il s’agit souvent d’une reliure d’attente. Le lecteur achetait simultanément plusieurs titres et organisait son livre selon ses préférences3.

Cette pratique nous permet de considérer les almanachs néerlandais comme des recueils de plusieurs livres ou Sammelbände. Les livres vendus comme almanachs sont donc en réalité des almanachs-recueils4 . Les livres des nez figurent parmi d’autres livres, dont des chroniques narrant des événements historiques, des chansons religieuses, des farces et d’autres textes amusants qui avaient souvent pour but de passer le temps, ou de le « raccourcir » comme on disait en néerlandais (tijd te korten). Par conséquent, les chercheurs ont longtemps affirmé qu’on doit considérer les livres des nez comme des textes purement amusants5 .

Illusatrations 3 et 4 : Extraits du livre des nez conservé à l’Athenaeumbibliotheek de Deventer.

On rencontre souvent les mêmes livres des nez, publiés par différents imprimeurs, dans différents almanachs-recueils, dans différentes villes à travers les Pays-Bas. Cela indique certes une certaine popularité de ces livres des nez, mais cela démontre également l’habitude des imprimeurs de (re)publier tout le temps les mêmes textes. Il s’agit ici d’une stratégie commerciale : les livres reliés avec les almanachs n’étaient pratiquement jamais des textes nouveaux, bien au contraire. Même s’il est souvent compliqué de retracer de quelle période datent les textes reliés dans des almanachs-recueils, je suis encline à croire qu’il s’agit de textes datant de plusieurs décennies, voire de plusieurs centaines d’années6 .

Le nombre relativement important de livres des nez qui ont été préservés, environ cinq textes dans dix éditions différentes7 , suggère que les livres des nez se vendaient bien au XVIIIe siècle. Cette idée est renforcée par le fait que certains imprimeurs vendaient à la même période des broadsheets présentant exactement le même texte et les mêmes images que les livres des nez. Dans ce cadre, une comparaison entre l’exemple du livre des nez de l’Athenaeumbibliotheek (illustrations ci-dessus) et un broadsheet ou placard conservé au Rijksmuseum à Amsterdam est particulièrement éclairante :

Le broadsheet intitulé ‘Hier heb je twaalf Neusen, als Reusen’ (Ici, vouz avez douze nez énormes) (© Rijksstudio).

Le broadsheet a été publié par les De Lange à Deventer et vendu par le libraire Kannewet à Amsterdam8 . Comme on peut le voir, ce sont exactement les mêmes gravures sur bois qui ont été utilisées par les De Lange pour illustrer tant le livre des nez que le broadsheet :

Détails du broadsheet

Les gravures sur bois du broadsheet correspondent aux gravures du livre des nez (illustrations 3 et 4). Les textes accompagnant les gravures sont également les mêmes que les textes du livre des nez. Cependant, les broadsheets ne gardent qu’une partie du texte (c’est-à-dire, la présentation des différents membres du guilde des nez), ils ne présentent pas les ordonnances joyeuses.

Ces pratiques éditoriales sur les nez soulèvent deux questions : Premièrement Pourquoi les livres des nez et les broadsheets constituaient-ils une option commerciale intéressante pour les imprimeurs du XVIIIe siècle, et deuxièmement les livres sur les nez sont-ils en effet des textes plus anciens, datant du XVIe, voire du XVe siècle ?

 

Les livres des nez et la physionomie

Pour répondre à la première question sur le succès commercial des livres des nez, il faut se concentrer tout d’abord sur l’effet parodique de ces textes. Ces ordonnances joyeuses sont en effet une réaction aux livres physionomiques, dont la majorité datent de la même période. La physionomie c’est-à-dire l’observation de l’apparence physique d’une personne, et principalement les traits de son visage, existait déjà à l’Antiquité en tant que science mais elle connut un nouvel essor à la Renaissance. Selon cette science, considérée aujourd’hui plutôt comme une pseudo-science, l’observation du visage est cruciale pour mieux connaître le caractère et la personnalité de quelqu’un, et ainsi mieux évaluer sa fiabilité ou son amabilité9 .

Page de titre du livre physionomique La Physionomie humaine de Jean Baptiste Porta, publié en 1665 (Deventer, Athenaeumbibliotheek, SAB Deventer, Klooster 12 Magazijn 1 55 C 69).

La physionomie portait une attention particulière au nez (« Le Nez n’est pas une des moindres parties qui soient en la face ; puisque c’est elle, qui par-dessus toutes les autres parties rend l’homme ou difforme, ou beau »10 . Comme le montrent les illustrations 8 et 9, les pages des livres physionomiques se caractérisent par des descriptions de différents types de nez. Le nez révèle beaucoup sur le caractère d’une personne (exemple : « Du grand Nez. C’est signe que l’homme est grandement bon »). Ces descriptions vont de pair avec des images qui illustrent le texte :

Illustrations 8 et 9 : Quelques pages de La physionomie humaine.

Les livres des nez constituent une parodie de ces livres scientifiques ((Sur la parodie au Moyen Âge, voir : Martha Bayless, Parody in the Middle Ages. Ann Arbor : The University of Michigan Press, 1996, introduction.)) . L’effet parodique des livres des nez et des broadsheets est visible à travers le fait que ces textes et images attribuent une grande appréciation aux nez étranges, tandis que la physionomie scientifique propage plutôt les implications négatives de certaines formes de nez. Il en va de même pour les livres moins scientifiques, destinés au grand public, attribuant une valeur importante au nez. Par exemple, on affirme dans des Raadselboekjen (petits livres d’énigmes) que le nez doit être considéré comme la partie la plus importante, voire comme un joyau du visage humain. Notons que ces livres d’énigmes furent publiés par les De Lange, à la même période que les livres des nez et les broadsheets sur les nez. Les De Lange produisaient donc des livres et des placards parodiant la physionomie, mais dans le même temps ils publiaient aussi des ouvrages sérieux de physionomistes.

Page de titre d’un Raadselboekjen, publié par les De Lange à Deventer en 1759 (Deventer, Athenaeumbibliotheek, SAB Deventer, Klooster 12 Magazijn 2 DI XVIII 123).

On pourrait donc avancer l’idée que le succès des livres des nez et les broadsheets tient à leur effet parodique : ils constituaient sans doute une réaction comique aux livres physionomiques. On a affirmé la même chose pour les pronostications joyeuses imprimées à l’époque prémoderne. L’action de pronostiquer ou de prévoir l’avenir était, à cette période, considérée comme une science, mais cette science était de plus en plus remise en question. Dans ce contexte, la pronostication joyeuse constituait une contribution comique au débat sur la fiabilité des pronostications officielles11 .

 

Les livres des nez : un produit de la culture joyeuse ?

Cependant, l’histoire ne s’arrête là. Le cas des livres des nez permet aussi, me semble-t-il, d’aller plus loin que la simple constatation que les livres des nez sont une réaction amusante à leur contrepartie « officielle » (les livres physionomiques). Comme je le démontre dans ma thèse, les livres des almanachs-recueils contiennent souvent des textes beaucoup plus anciens. Il vaut donc la peine de se demander si les textes et les images des nez sont eux aussi des réutilisations de matériaux plus anciens.

Il faut placer les livres des nez et les broadsheets dans le cadre plus large de la culture joyeuse, pour laquelle nous savons qu’elle occupait une place prépondérante la société médiévale (XVe-XVIe siècles). Des liens manifestes se dessinent alors entre les livres et broadsheets des nez et la culture festive de la fin du XVIe siècle. Les images des nez, ainsi que leurs descriptions, apparaissent aussi sur des pièces de monnaie conservées au Rijksmuseum :

Illustrations 11 et 12 : Pièces de monnaie conservées dans le Rijksmuseum.

Les mots écrits sur les pièces correspondent à la terminologie utilisée dans les livres des nez et sur les broadsheets « Nazarius » et « Neusen gilde ». La première pièce date de 1576, comme l’indique le texte écrit sur la pièce (« Leyf hebber der Nuesen 1576 »). La deuxième pièce date de 1637. Toutes deux ont sans doute été produites à Anvers12 . On rencontre des pièces similaires avec des écrits en deux langues : le français et le néerlandais. Les numismatistes ont par exemple identifié cet exemplaire :

Pièce datant de 1608, avec les descriptions « Dit is den gulden van Nazaret » et « Chacun pour la syen 1608 » (voir note 13).

Les numismatistes ont affirmé que les pièces ont été produites en hiver, « pendant lequel un grand nombre de nez ont été gelés en Europe et particulièrement en Hollande »13 . Je pense que ces pièces appartenaient plutôt à la culture joyeuse : elles furent sans aucun doute frappées à l’occasion des nombreuses fêtes organisées en hiver. Les pièces fonctionnaient ainsi en tant que souvenir ou objet de commémoration et permettaient de se souvenir des festivités14 .

Il existe encore un autre lien entre les livres des nez, les broadsheets des nez et la culture joyeuse de la fin du Moyen Âge. La première image du broadsheet de l’illustration 5 révèle notamment un détail très particulier :

Détail du broadsheet des nez.

L’image montre, au premier plan, le secrétaire de la guilde des nez « de knegt van ‘t Gilde-geld », reconnaissable à la plume qu’il tient dans la main. Mais nous discernons, au fond, un placard affiché sur le mur (intitulé « Placat[e] »), qui représente le fruit du travail du secrétaire. Étant donné qu’il s’agit d’une guilde joyeuse et parodique, ce placard affiché présente probablement les ordonnances joyeuses sur les nez telles que nous les retrouvons dans certains livres des nez imprimées en format de broadsheet. J’ai identifié un tel placard, présentant des ordonnances joyeuses sur les nez, à la BU de Erlangen-Nürnberg en Allemagne :

Broadsheet avec des ordonnances joyeuses, promulguées par le roi des nez (début du XVIIe siècle) (Erlangen-Nürnberg, Universitätsbibliothek Erlangen-Nürnberg, A X 1, Kasten I.8 ; Fl.88).

Même s’il s’agit dans ce cas d’un texte allemand (et d’un placard illustré), ce broadsheet présente les mêmes ordonnances joyeuses que les livres des nez néerlandais. Dans le même temps, il s’inscrit bien dans les pratiques festives autour du nez dans les anciens Pays-Bas décrite ici. D’après le texte, le broadsheet a été imprimé « nit lang Nach Fastnacht », donc peu après les festivités de Carnaval, probablement pour commémorer les festivités. Le broadsheet avait ainsi une fonction semblable aux pièces de monnaie.

 

L’exemple des livres des nez démontre la longue vie des textes et des motifs de la culture joyeuse de la fin du Moyen Âge et, dans le même temps, notre analyse préliminaire révèle de nouvelles stratégies des imprimeurs aux XVIIe et XVIIIe siècles pour générer du profit en réutilisant ces matériaux plus anciens. Il s’agit ici d’une reprise des éléments de la culture joyeuse (parodie du mandement, motif du grand nez) afin de réaliser des livres des nez et broadsheets pour un grand public. Les livres des nez peuvent ainsi être considérés comme un produit de la culture joyeuse et comme un nouveau type d’interaction (intentionnelle ou non) avec cette culture, de la part d’imprimeurs qui proposent à leurs acheteurs des contreparties comiques aux livres de physionomie, et réutilisent ainsi habilement un matériau plus ancien et librement accessible.

 

Rozanne Versendaal

Project Uncovering Joyful Culture – Université d’Utrecht

  1. Les mandements joyeux français et néerlandais sont l’objet d’étude de notre thèse (prévue pour 2020) [lien : https://www.uu.nl/staff/RMVersendaal/Onderzoek]. []
  2. Les « neusboekjes » font partie de mon futur projet de recherche dédié à la réception de la littérature parodique à l’époque prémoderne et moderne. Ce projet a pour objectif de démontrer la longue vie des textes parodiques tels que les mandements joyeux, ainsi que de révéler les nouvelles gestions de la culture joyeuse et de ses produits à cette période, et par-dessus tout, l’accès des publics très variés à cette littérature et culture []
  3. Pour une explication de la stratégie de vente de l’almanach aux Pays-Bas, voir : Jeroen Salman, « ‘Van sodanige Almanacken, die gevult zijn met ergerlijcke bijvoegselen en oncuyse en onstigtelijcke grillen’. Populaire leesstof in zeventiende-eeuwse almanakken », dans : Literatuur, 10, 1993, p. 76. []
  4. Pour une analyse plus détaillée de l’almanach-recueil en tant que Sammelband, voir  : Rozanne Versendaal, « Livres à la fois sérieux et joyeux. Stratégies de vente des livres populaires de l’imprimeur utrechtois Jacob van Poolsum (1701-1762) », dans : Livre. Revue historique, à paraître. []
  5. Salman, « ‘Van sodanige Almanacken’ », p. 77 ; A. J. Schuur, « Wat moet ik voor mijn neus betalen ? Over twee achttiende-eeuwse ‘neusboekjes’ », dans : Spektator, 8, 1978-1979, p. 107. []
  6. Il est par exemple intéressant de mentionner l’Ordonnantie van de Bedelarye (Ordonnance de la mendicité). Ce texte fut publié pour la première fois à la fin du XVIe siècle, dans un roman picaresque de Mateo Alemán. Nous rencontrons exactement le même texte dans un almanach-recueil datant de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. []
  7. Ces éditions sont listées dans : A. J. Schuur, , « Wat moet ik voor mijn neus betalen ? », p. 106. []
  8. Suzan Folkerts et Garrelt Verhoeven, Deventer Boekenstad. Twaalf eeuwen boekcultuur aan de IJssel. Zutphen : Walburg Pers, 2018, p. 190. []
  9. J. P. Guépin, De beschaving. Amsterdam : Bert Bakker, 1983, pp. 129-130. []
  10. Citation empruntée de Jean Baptiste Porta, La physionomie humaine. Rouen : Jean et David Berthelin, 1665, p. 154. []
  11. Sur la pronostication joyeuse, voir : Herman Pleij et al., Het zal koud zijn in ‘t water als ’t vriest. La Haye : Martinus Nijhoff, 1980. []
  12. Maria Goverdina Antonia de Man, ‘Het Neuzengilde of dat van Nazarius of Nazareth’, in : Jaarboek van het Koninklijk Nederlandsch Genootschap voor Munt- en Penningkunde. Amsterdam, 1915, p. 109. []
  13. Ibidem []
  14. Katell Lavéant, ‘Medieval Joy’, dans : B. Papenburg (éd.), Gender: Laughter. Farmington Hills, MI : Macmillan, 2017, pp. 136-138. []

Faire feu de tout bois : imprimeurs et illustrations de livres joyeux au XVIe siècle

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les activités carnavalesques et joyeuses au XVIe siècle n’étaient pas destinées à rester uniquement orales1. Comme je l’ai montré dans un autre billet pour ce blog, les groupes joyeux générèrent à cette époque une production écrite qui a laissé des traces imprimées. Les livres reproduisant ces écrits joyeux méritent d’être étudiés pour de nombreuses raisons, notamment bibliographiques, ce qui fait l’objet de mon projet de recherche en cours à l’Université d’Utrecht.

Les livres de la Coquille lyonnaise

L’un des cas auxquels je reviens régulièrement est celui de la Coquille lyonnaise et ses imprimés, produits dans la deuxième moitié du XVIe siècle et le tout début du XVIIe siècle.

Illustration 1: Les imprimeurs mis en avant sur la page de titre des Plaisants devis de la Coquille parus en 1589 (USTC 56600).

Ce groupe joyeux était d’autant plus à même de veiller à la publication des textes relatant ses fêtes et des pièces de théâtre, ou sotties, jouées lors de ces occasions, qu’il était en fait une organisation d’imprimeurs2. La Coquille organisa des spectacles dans les rues de Lyon au moins de 1566 à 1610, bien que leur premier imprimé retrouvé, le Recueil faict au vray de la chevauchee de l’asne faicte en la ville de Lyon, imprimé par Guillaume Testefort en 1566, mentionne des activités faites comme à l’accoutumée, et qui devaient donc être plus anciennes3.

Illustration 2 : page de titre de la Chevauchee de 1566 (USTC 10727).

Au total, au cours de ce demi-siècle, on a retrouvé des éditions pour quatorze années, produites par plusieurs imprimeurs-libraires.

Des imprimeurs encore à étudier

Il ne semble pas que la Coquille ait compté dans ses rangs les noms les plus prestigieux ni les plus prolifiques d’une ville elle-même particulièrement riche en ateliers d’imprimerie. Ainsi, Guillaume Testefort, responsable du recueil de 1566 et d’un autre Recueil de la chevauchee imprimé en 1578 en collaboration avec Pierre Ferdelat et Claude Bouilland (USTC 11435), n’est guère connu par ailleurs que pour un ouvrage d’histoire locale de dimensions modestes, le Discours de l’antiquité, origine et noblesse de la cité de Lyon de Symphorien Champier, imprimé en 1579 (USTC 27710).

Il est possible que ce soit encore lui qui ait participé à la production d’un livre de la Coquille en 1580, imprimé sous l’adresse « les trois supposts » déjà utilisée par Testfort, Ferdelat et Bouilland pour la Chevauchee de 1578, mais cette fois sans qu’ils s’identifient clairement dans l’ouvrage. La mention des « trois supposts » ne suffit pas à elle seule à affirmer qu’il s’agit de ces trois hommes plutôt que d’autres. En effet, les pièces de la Coquille étaient traditionnellement un dialogue de trois « supposts » ou membres de la Coquille, sans que l’on sache qui jouait ces rôles qui devaient donner lieu à un roulement d’acteurs selon les années. À partir de 1581, les imprimeurs ou libraires ne sont d’ailleurs plus identifiés sur les pages de titre autrement que par la mention « le Seigneur de la Coquille ». L’enquête pour identifier le ou les imprimeur(s)-libraire(s) ayant produit ces volumes est en cours.   

Un autre imprimeur de sotties lyonnaises, Nicolas Guérin, est mieux identifié. Après ses Dictons satyriques jouez en la ville de Lyon par les trois supposts de l’Imprimerie publiés en 1574 (USTC 29025), il a encore produit au moins onze autres livres : d’abord des récits sur les nouvelles du temps en français, puis des ouvrages de théologie, d’histoire et de droit en latin dans l’officine Giunta. Faut-il en conclure que ses Dictons satyriques sont une production de jeunesse, la compagnie de la Coquille jouant alors un rôle d’apprentissage pour de jeunes compagnons, en parallèle à l’organisation de divertissements joyeux ?4

Illustration 3 : Les Dictons satyriques, Lyon, Nicolas Guérin, 1574, (USTC 29025).

Illustrer la page de titre d’une sottie

Il est certain que la production de ces petits livrets ne nécessitait pas de grand savoir-faire technique ni d’investissement particulièrement important de la part de l’atelier qui s’en chargeait. La majorité des livres de ce corpus joyeux fut imprimée au format in-octavo et compte de 8 à 16 pages. Elle constituait donc un travail pour lequel on n’avait pas besoin de mobiliser une presse plus d’une journée. Ces ouvrages présentent par ailleurs les caractéristiques que l’on attend d’une production bon marché, concernant tant la simplicité de la mise en page que la réutilisation d’éléments de décoration.

J’aimerais m’arrêter ici sur la façon dont leurs pages de titre étaient illustrées. À partir de 1580, les livres de la Coquille utilisent presque tous sur leur page de titre une même gravure représentant la déesse ou muse Imprimerie qui est aussi célébrée dans les sotties, qu’on peut envisager avoir été conçue spécifiquement pour les livres de la Coquille.

Illustration 4 : Les plaisants devis, Lyon, Seigneur de la Coquille, 1585 (USTC 56600).

Pour les éditions précédentes, les illustrations ou éléments de décor sont plus simples et témoignent d’un processus de réutilisation de bois gravés qu’a décrit Andrea van Leerdam sur ce blog. Ceux utilisés pour une édition en particulier d’un discours dramatique de la Coquille m’ont longtemps intriguée. Il s’agit du Discours du temps passé et du present, imprimé à Lyon en 1568 par Pierre Brotot (USTC 12750).

Illustration 5 : Le Discours du temps passé et du present, Lyon, Pierre Brotot, 1568.

Les deux figures montrées en illustration renvoient au contenu de la pièce, dans laquelle les trois suppôts de la Coquille déplorent que le temps passé, heureux car gage de paix et d’opulence, ait fait place au temps présent, marqué par la guerre et la discorde. Les deux personnages qui représentent le temps présent sont montrés sur cette page de titre : Mars, dieu de la guerre (à gauche) et Chronos ou Saturne (à droite), symbole du temps qui passe5. Les trois suppôts proposent, sous forme théâtrale, une forme de pronostication ou une prophétie sur le temps à venir, qu’on espère plus clément.

Illustration 6 : détail des gravures sur la page de titre du Discours.

« Il porte un joli nom, Saturne, mais c’est un dieu fort inquiétant »

Je me suis demandé un temps si les bois gravés utilisés ici ne provenaient pas d’un jeu de cartes, éventuellement de tarot, dans la mesure où Lyon était un grand centre de production de tels jeux au XVIe siècle. Cependant, leurs dimensions restreintes (31 x 53 mm par vignette) ainsi que l’absence de telles figures dans les jeux de tarot français du XVIe siècle ne m’ont pas semblé permettre d’avancer une telle origine6.

En revanche, j’ai trouvé des représentations semblables dans un autre type d’ouvrage, les Calendriers des bergers, ces compilations de savoirs moraux mais aussi naturels et astrologiques qui fleurirent dès le XVe siècle, puis tout au long du XVIe siècle, et dont la popularité fut encore prolongée par les ouvrages populaires de type Bibliothèque bleue aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Illustration 7a : deux représentations de Mars et Saturne dans un calendrier des bergers : Paris, Guy Marchant, 1496-1497, k ii verso (USTC 70067).

 

Illustration 7b : deux représentations de Mars et Saturne dans un calendrier des bergers : Paris, Gaspard Philippe, s.d. (vers 1506), Mi recto (Bibliothèque Sainte-Geneviève).

Si l’on se concentre sur les représentations de Saturne, les ressemblances sont frappantes : on y retrouve la faux ou faucille et les béquilles ou la jambe mutilée, ainsi que la mise en relation avec les deux signes du zodiaque, Verseau et Capricorne. Seul manque l’enfant dévoré, par ailleurs souvent présent dans d’autres gravures représentant la divinité7. Il faudra confirmer par des mesures précises, mais d’après la réglure sur la reproduction du Calendrier de Gaspard Philippe, les dimensions de l’image paraissent assez similaires à celles que l’on retrouve en page de titre du Discours du temps passé et du present.

Illustration 8 : Saturne dans le Compost et kalendrier des bergers, Paris, Guy Marchant, 1496-1497, k iiii recto.

 

Illustration 9 : détail de Saturne dans le Compost et kalendrier des bergers, Paris, Guy Marchant, 1496-1497, k iiii recto.

On note une grande stabilité de la représentation tout au long du siècle, comme en témoigne par exemple encore la gravure très sommaire employée dans Le grand calendrier et compost des bergers imprimé à Rouen par Richard Aubert vers 1592.

Illustration 10 : Saturne, dans le Calendrier des bergers de Richard Aubert (Bibliothèque de l’Université Complutense de Madrid)

Je n’ai pas encore eu la possibilité d’étudier de Calendriers des bergers parus à Lyon à l’époque du Discours du temps passé et du present pour tenter d’en rapprocher cette représentation de Saturne : il faudra encore consulter toutes les éditions existantes pour voir dans quelle mesure on peut y retrouver des illustrations semblables pour ce personnage, comme pour Mars.

Le peu de renseignements que l’on possède sur l’imprimeur-libraire du Discours, Pierre Brotot, oriente bien en tout cas vers le monde des almanachs et autres ouvrages astrologiques, puisque l’on sait qu’il a également produit deux livres de Michel Nostradamus, un Almanach pour l’an 1566 en 1565 (USTC 56932) et une Pronostication nouvelle pour l’an 1562 de Michel Nostradamus en 1561 (USTC 57145), tous deux en collaboration avec Antoine Vollant8. Au vu de son nom, on peut envisager qu’il soit un parent de Jean Brotot, voire qu’il ait repris son atelier en prolongeant la collaboration de celui-ci avec Antoine Vollant, puisque Jean Brotot ne semble plus avoir produit de livres après 1560.

Illustration 11 : L’Almanach de 1566 produit par Pierre Brotot.

Almanachs et pronostications joyeuses

Les Calendriers des bergers ne sont pas une tradition uniquement française : on les retrouve aussi, avec des illustrations similaires, en Angleterre, en Allemagne ou encore aux Pays-Bas9. Plus généralement, les livres d’astrologie dans ces différentes aires géographiques tendent à reproduire le même type de gravures, comme on peut le voir avec la représentation de Mars figurant dans le Tscep vol wonders imprimé à Bruxelles par Thomas van der Noot en 1514 (USTC 407305).

Or on trouve également des exemples de livres joyeux illustrés avec des gravures astrologiques produits aux Pays-Bas, comme le Rijmalmanach ende Ghenerale prognosticatie imprimé à Amsterdam en 1595.

Illustration 12 : Rijmalmanach ende Ghenerale prognosticatie, Amsterdam, s.n., 1595 (collection privée ; image fournie par Rozanne Versendaal).

Comme le montre Rozanne Versendaal, qui étudie ce livre ainsi que d’autres similaires dans le cadre de sa thèse sur les mandements joyeux en France et aux Pays-Bas, cet almanach contient uniquement des textes joyeux, dont des mandements et des pronostications parodiques. On a fait la même utilisation de ces vignettes astrologiques pour illustrer sa page de titre que pour le Discours lyonnais de Pierre Brotot, au risque de quelques confusions.

Illustration 13 : détail du Rijmalmanach.

Le lien entre les trois illustrations et les textes est indiqué par la phrase Mars, Mercurius, en Venus hoort mijn verclaeren | zijn Heeren over dese toecomende jaeren (« Mars, Mercure et Vénus, entendez mon affirmation, président aux années à venir »). Or la première vignette représente bien Saturne et non Mars. Cette fois, le signe du Verseau a disparu, mais les autres éléments décrits plus haut pour Saturne sont encore présents, ainsi que l’enfant dévoré qui faisait aussi partie de l’illustration du Discours.

Manquait-il à l’imprimeur le bois représentant Mars, et a-t-il jugé que Saturne ferait aussi bien l’affaire ? Ou a-t-il sciemment choisi la figure inquiétante et cannibale de Saturne pour accentuer les aspects négatifs de Mars, dans un temps particulièrement troublé par les conflits armés déchirant les Pays-Bas ? Cet exemple permet en tout cas d’envisager que l’utilisation de ces gravures à caractère astrologique dans des livres portant sur des sujets connexes, mais avec un contenu théâtral ou parodique, ait été sinon fréquente, du moins régulière.

Il permet aussi, me semble-t-il, d’aller plus loin que la simple constatation habituelle que les livres dits « populaires » faisaient un usage fréquent et aléatoire de bois gravés, sans rapport avec leur contenu, pour rendre une page de titre plus attractive. C’est certainement le cas dans de nombreux livres joyeux, en particulier à la fin du XVe siècle et dans la première moitié du XVIe siècle. J’aimerais cependant ici proposer l’hypothèse, que je suis en train de développer dans mes recherches, que les livres joyeux, dans la deuxième moitié du XVIe siècle, bénéficièrent d’une réflexion plus poussée de la part des imprimeurs-libraires pour lier les textes avec l’illustration de page de titre.

Quand on ne réalisait pas un bois gravé spécialement pour l’édition, on pouvait penser le lien entre illustration et contenu non seulement sur le plan thématique, mais aussi pour indiquer la nature joyeuse du livre proposé. Ici, les vignettes astrologiques attirent tout de suite l’œil de l’acheteur, peut-être de l’habitué de tels livres, tandis que le titre lui confirme qu’il aura droit à des prophéties joyeuses sous forme de sotties ou de pronostications parodiques. Le choix de l’illustration, qui pouvait paraître quelque peu aléatoire à première vue, est en fait intimement lié au contenu du livre.

Katell Lavéant
Projet Uncovering Joyful Culture – Université d’Utrecht

  1. Je remercie pour leur aide et pour les données qu’ils ont partagées avec moi Andrea van Leerdam (Université d’Utrecht), Rozanne Versendaal (Université d’Utrecht) et Yann Kergunteuil (BM de Lyon). Concernant les ouvrages présentés et décrits dans ce billet, je donne la cote USTC pour renvoyer aux éditions utilisées, et je ne signale la bibliothèque où un ouvrage est conservé que quand l’édition ou l’exemplaire n’apparaît pas dans l’USTC []
  2. Une édition et une première approche de ce corpus théâtral sont disponibles dans M. Bouhaïk-Gironès, J. Koopmans et K. Lavéant, Recueil des sotties françaises, tome 1, Paris, Classiques Garnier, 2014. []
  3. Natalie Zemon Davis en a étudié le cas dans Society and Culture in Early Modern France, Stanford, Stanford University Press, 1975, notamment dans l’essai « The Reasons of Misrule ». []
  4. C’est une hypothèse que j’ai formulée concernant d’autres groupes joyeux francophones, dans Un théâtre des frontières. La culture dramatique dans les provinces du Nord aux XVe et XVIe siècles, Orléans, Paradigme, 2011. []
  5. J’ai analysé ces personnifications dans un article sur cette pièce de théâtre : Katell Lavéant, « From the Parade to the Stage: Evolution and Significance of Personifications in Lyon’s Sotties (1566-1610) », W. Melion et B. Ramakers, (eds.), Personification, Brill, Leiden, 2016, pp. 211-233 []
  6. Sur l’histoire du tarot, voir André François, Histoire de la carte à jouer, Paris, Fréal, 1974 ; sur les cartes à jouer : J. Talbot (dir.), Fabuleuses cartes à jouer. Le monde en miniature, Paris, BnF éditions / Gallimard, 2018 []
  7. Sur les représentations traditionnelles de Saturne, voir R. Klibansky, E. Panofsky et F. Saxl, Saturn and Melancholy: Studies in the History of Natural Philosophy, Religion and Art, London, Nelson, 1964, traduit en français en 1989 sous le titre de Saturne et la mélancolie. []
  8. Pierre Brotot n’apparaît pas dans la Bibliographie lyonnaise de Baudrier ; les ouvrages mentionnés ici sont listés dans le Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au seizième siècle de Sybille von Gültlingen. []
  9. Comme l’a montré Andrea van Leerdam lors de l’International Medieval Congress à Leeds le 2 juillet dernier : Andrea van Leerdam, « Calendars of Shepherds in Transnational Perspective: The Many Guises of a Religious/Astrological Miscellany », communication du 2 juillet 2019 []