Les éditions perdues des Bonfons et l’apport de Bibliopol@ au catalogue des éditions parisiennes du XVIe siècle

Les fonds archivistiques sont une ressource précieuse pour l’histoire du livre. Ils nous permettent de revisiter la production des ateliers d’imprimeurs et l’activité des libraires pour entr’apercevoir ce qui est aujourd’hui perdu. Ce billet se propose de faire précisément cela en regardant l’apport d’un nouveau projet, Bibliopol@, dans le cadre des livres publiés par le Parisien Jean Bonfons et sa veuve.

Bibliopol@ : matériaux pour servir à l’histoire du commerce des livres à la Renaissance est un projet qui cherche à améliorer nos connaissances des structures de diffusion du livre, qui constituent le véritable moteur de la révolution de Gutenberg, et leur évolution. Mis en ligne en novembre 2018 sur le site des Bibliothèques Virtuelles Humanistes du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance à Tours, il ambitionne de proposer en ligne des éditions numériques de documents et un outil de gestion de l’information en relation avec le commerce des livres à la Renaissance. 

Pour son lancement, Bibliopol@ propose l’édition d’archives en provenance de la commission qui a présidé à la confection de l’Index d’Anvers en 1570. Il s’agit de listes de livres établies à la suite de perquisitions effectuées chez les libraires et imprimeurs des anciens Pays-Bas, le même jour, le 16 mars 1569. Des listes des livres orthodoxes et suspects furent dressées sur place par des inquisiteurs, des théologiens et des officiers de justice. Ces documents furent ensuite envoyés à Bruxelles au mois de juin, alimentant le travail de la commission en charge de produire l’Index qui paraîtra au début de l’année 1570 chez Christophe Plantin.

Figure 1 : Philipi II regis catholici edictum de librorum prohibitorum catalogo observando, Anvers : Christophe Plantin, 1570.

En raison de son extrême précision, la liste établie à Mons (comté de Hainaut) a été mise en ligne. Cette ville constitue en outre un casus des plus intéressants, puisqu’elle est située en périphérie des principaux centres d’imprimerie et en dehors des grands pôles intellectuels. La liste montoise mentionne un peu moins de 1600 livres pour lesquels sont précisés non seulement le ou les auteurs et le titre, mais aussi les adresses bibliographiques, donc les lieux et dates d’impression. Grâce au soin et à la rigueur du notaire chargé de rédiger ce document, nous disposons là d’une source de tout premier ordre pour l’étude du marché du livre en Hainaut dans le second tiers du xvie siècle.

La liste montoise a été transcrite in extenso, avec en appel de note des identifications et un renvoi vers la base de données de l’USTC (Universal Short Title Catalogue), des catalogues de bibliothèque en ligne ainsi que plusieurs outils bibliographiques. Les ouvrages sont classés par langues et en fonction de leur orthodoxie. Quelque 750 titres sont rangés dans la catégorie des livres en latin et un nombre identique apparaît dans celle des livres en français, ainsi qu’une centaine sous la rubrique des livres prohibés. Les noms des libraires visités ne sont malheureusement pas mentionnés, ce qui aurait assurément fourni des données très précieuses sur la situation du marché du livre montois. 

Figure 2 : Inventaire des livres trouvés chez les libraires montois le 16 mars 1569 (n.s.), Bruxelles, Archives générales du Royaume, Conseil des troubles, 22, fol. 1r [détail].

L’inventaire dressé en 1569 est d’une grande aide pour toute étude sur la diffusion des éditions parisiennes dans le second tiers du xvie siècle. En effet, sur les quelque 1600 éditions listées dans ce document, quelque 700 proviennent d’ateliers établis en bord de Seine, soit près de 45 % de l’ensemble des ouvrages trouvés sur les étals des libraires montois. La répartition linguistique de ces livres montre en outre que les imprimeurs et les libraires parisiens spécialisés dans la production vernaculaire ont trouvé, en Hainaut, de précieux débouchés. On dénombre ainsi un peu plus de 230 éditions en latin pour 470 textes en français. La plus ancienne édition remonte à l’extrême fin du xve siècle ; les plus récentes sont contemporaines de la rédaction de l’inventaire. On note toutefois une majorité d’ouvrages imprimés au cours des décennies 1530-1560.

Il ne s’agit pas ici de proposer une analyse exhaustive de l’ensemble des livres parisiens présents en Hainaut en 1569. Il est plus intéressant de se concentrer sur l’apport de la liste de 1569 au catalogue des imprimeurs parisiens, en se focalisant plus spécifiquement sur la problématique des pertes. En effet, la précision de ce document a permis de pointer 181 entrées qui ne figurent pas dans l’Universal Short Title Catalogue – qui comptabilise pourtant aussi les éditions pour lesquelles nous ne connaissons que par le biais de références archivisitiques ou par d’anciens cataloguesLes recherches sont toujours en cours. Jusqu’à présent, ce travail n’a été effectué de manière exhaustive que pour une seule famille, les Bonfons.

Le nom de 66 libraires-imprimeurs ont été repérés, parmi lesquels on peut citer : Josse Bade, la famille Bonfons, Nicolas Chrestien, Gilles Corrozet, Robert Estienne, Guillaume Guillard, Denis Janot, la famille Le Noir, Alain Lotrian, la famille Regnault, Jean Ruelle ou encore des membres de la famille Wechel. Le taux de pertes est assurément faible pour la plupart d’entre eux, les chiffres allant d’une à cinq unités. Par contre, le chiffre concernant la famille Bonfons est saisissant : 30 éditions pour Jean Bonfons et 14 pour sa veuve. L’écart réside certainement dans la nature de la production de cette famille, spécialisée dans la littérature d’inspiration médiévale en français, genre pour lequel les taux de pertes sont assez élevés.

Avant de revenir sur le « cas » des Bonfons, il importe d’évoquer de manière assez générale la nature des éditions rencontrées dans la liste montoise. La littérature religieuse est la plus représentée avec 67 titres. Du côté de la littérature profane, on relève une soixantaine de titres où le français domine largement. Le domaine historique est illustré par une forte proportion des textes antiques, pour la plupart en traduction française. Des éditions perdues de textes législatifs émis par Henri II circulaient aussi en Hainaut. La pratique criminelle est présente avec des traités de pratiques criminelles contemporains. Aux côtés de ces textes, figurent aussi des éléments des corpus canoniques et civiles. Du côté des sciences, les textes en relation avec la médecine sont les plus nombreux. Ils sont tous en français et concernent non seulement le savoir populaire, mais aussi des traités écrits par des médecins contemporains. Enfin, la liste des éditions parisiennes non identifiées reprises au sein de l’inventaire de 1569 contient des livres que l’on peut ranger dans des domaines aussi variés que l’agriculture, l’astronomie, les traités militaires, la géographie, la cuisine ou encore la musique.

On le voit, les pertes se rencontrent dans tous les domaines. Pour approfondir cette question, penchons-nous sur les Bonfons1. Cette famille d’imprimeurs parisiens des xvie-xviie siècles est très intéressante, car le taux de survie de leurs publications est très faible et le nombre d’éditions perdues est élevé. Les activités du fondateur de la dynastie, Jean Bonfons, sont peu documentées. Il s’installe d’abord comme libraire sur l’île de la Cité en 1543, rue Neuve Notre Dame à l’enseigne de saint Nicolas. Il succède à son beau-père, Pierre Sergent, comme propriétaire de l’entreprise en 1547 et le restera jusqu’à sa mort en 1568. Sa veuve, Catherine Sergent, a ensuite repris l’entreprise jusqu’à son décès quatre ans plus tard. Leur fils Nicolas, marié à Catherine Ruelle – fille du libraire parisien Jean Ruelle –, monte sa propre affaire de livres en 1571 avant de succéder à sa mère un an plus tard. Nicolas était encore en activité en 1618 et mourut en mars 1628 ; sa femme le suivit le 14 juin de la même année. Son fils Pierre l’assiste de 1597 à 1607, jusqu’à l’obtention d’une charge publique à Pontoise.

Figure 3 : François II, Edict sur le faict des prevosts des connestable et mareschaulx de France et de leurs greffiers et archers, Paris : Jean Bonfons, 1560, page de titre (détail).

Le cas de Jean Bonfons et de sa veuve a été retenu pour des raisons chronologiques évidentes. Leurs activités couvrent une période de trente ans. Ils ont publié quelque 160-170 livres. Seulement deux tiers de cette production nous sont parvenus. Spécialisés dans les romans médiévaux, ils ont également publié des livres de chants, de théâtre, de littérature religieuse (principalement des ouvrages de dévotion et d’hagiographie), des ordonnances et des livres de pratique, essentiellement en français.

L’analyse des archives de la commission de l’Index de 1570 a permis de retrouver bon nombre d’éditions encore inconnues. Pour cette recherche, l’enquête a été étendue à l’ensemble des livres présents en Hainaut. Le document contient ainsi quelque 2.200 entrées. Parmi celles-ci, 115 sont liées à la production de Jean Bonfons et de sa veuve. Ce nombre doit être réduit à 87 en raison de la présence de doublons. Le nom de Jean Bonfons est associé à 54 éditions et celui de sa veuve à 33 autres. L’USTC, le mémoire inédit d’Arlette Destot2 consacré à cette famille, les Gothiques français de Guy Bechtel3 ainsi que d’anciens catalogues de vente nous ont permis d’identifier 49 éditions différentes (32 grâce à l’USTC, 17 par l’entremise d’autres outils). Il est important de noter que neuf d’entre elles ne sont pas connues par le biais d’un exemplaire encore conservé. Le Manuel de Brunet4 ou les catalogues de vente aux enchères de livres ont été utilisés pour les identifier. Il reste 38 titres encore non identifiés. Dès lors, le nombre de livres imprimés pour ou par Jean Bonfons et sa veuve devrait être revu à la hausse. Ainsi des 160-170 titres environ déjà recensés, on peut maintenant estimer la production Bonfons à près de 200 titres, avec une perte moyenne d’environ 40 %5. Il s’agit d’un faible taux de survie, un fait qui peut s’expliquer par la nature des livres imprimés par ces éditeurs. Alexander Wilkinson, dans son étude sur les pertes au sein de la production française du xvie siècle, estime que – tous genres confondus – 31 % des ouvrages imprimés avant 1601 ne sont pas parvenus jusqu’à nous6.

La littérature profane d’expression française représente près de la moitié des livres vendus par les Bonfons aux libraires établis dans le Hainaut (45%), avec une majorité de romans médiévaux. Les œuvres religieuses comptent pour environ un tiers du nombre total des exportations des Bonfons reprises dans la liste de 1569 (33%). Le reste des livres distribués en Hainaut par les Bonfons est principalement lié aux sciences populaires en langue vernaculaire, avec ici aussi beaucoup de livres de médecines.

Inventaire des livres trouvés chez les libraires montois le 16 mars 1569 n.s., Bruxelles, Archives générales du Royaume, Conseil des troubles, 22, fol. 32r [détail].

La liste de 1569 permet aussi de pointer la vitalité des échanges commerciaux entre la firme Bonfons et les libraires du Hainaut. Plus de 110 titres enregistrés dans ce document – contenant environ 2 200 entrées – portent le nom de leur société, ce qui signifie qu’environ 5% de tous les livres trouvés par les émissaires du duc d’Albe sont liés aux Bonfons. Ces échanges semblent avoir été particulièrement intenses lorsque la veuve Bonfons dirigeait la compagnie. Ainsi, sur les 40 éditions proposées par l’USTC, 24 se retrouvent dans le Hainaut, soit plus de la moitié de sa production enregistrée dans cette base de données.

Enfin, reste à poser une dernière question, celle de l’impact des pertes de livres sur notre connaissance de la production de Bonfons. Tout d’abord, nous avons vu qu’avec l’aide de la liste établie à la demande du duc d’Albe, des lacunes ont pu être comblées, offrant ainsi la possibilité d’avoir une image plus complète du catalogue des livres de Jean Bonfons et de sa veuve. Ensuite, nos recherches pour tenter d’identifier toutes les entrées Bonfons nous ont permis de mieux comprendre leur stratégie éditoriale et de pouvoir pointer l’importance des réimpressions. En effet, nous avons noté qu’au moins 15 éditions perdues attribuées à Jean Bonfons ou à sa veuve ont été réimprimées plus tard soit par leur fils Nicolas Bonfons, soit par lui avec son fils Pierre Bonfons. Paradoxalement, même si toutes les éditions des Bonfons ne sont pas conservées, le contenu des textes reproduits par eux nous est connu grâce aux nombreuses rééditions. Cette constatation nous rend moins pessimistes dans notre compréhension de la transmission de la littérature vernaculaire française.

Le duc d’Albe, lorsqu’il demanda aux inquisiteurs de visiter toutes les librairies installées dans les territoires encore sous autorité, n’imaginait pas qu’un jour son travail de censure aiderait les historiens du livre, cinq siècles plus tard, à reconstruire les catalogues des imprimeries du xvie siècle et à aider les chercheurs à quantifier les pertes potentielles. S’il est certainement impossible d’avoir une vue d’ensemble de ce qui a été perdu au xvie siècle, des documents de l’acabit des inventaires 1569 fournissent une nouvelle base pour la reconstruction des taux de pertes de documents imprimés. Cette enquête nous a notamment permis d’approfondir notre connaissance du catalogue des Bonfons et de mieux évaluer le taux de pertes des impressions parisiennes. Il est incontestable que d’autres recherches pourraient évidemment nous aider à affiner notre vision de la production parisienne du xvie siècle. Enfin, tout historien du livre reconnaîtra que les documents établis à la demande du duc d’Albe constituent des sources de première importance, apportant un témoignage unique sur le marché du livre des anciens Pays-Bas du second tiers du xvie siècle. On pourrait presque en venir à penser que censure et histoire du livre font finalement bon ménage.

Renaud Adam
Université de Liège, Unité de recherche Transitions

  1. Stéphanie Rambaud, « Bonfons, famille », dans Pascal Fouché et alii, Dictionnaire encyclopédique du livre, tome 1, Paris, Cercle de la Librairie, 2002, p. 361. []
  2. Arlette Destot, Un libraire parisien au XVIe siècle : Jean Bonfons. Édition et littérature populaire, Mémoire de licence, Université de Paris I, 1977. []
  3. Guy Bechtel, Catalogue des gothiques français, 1476-1560, 2e éd., Paris, Librairie Giraud-Badin, 2010 []
  4. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, 6 t., Paris, Firmin-Didot frères, 1860-1865. []
  5. Renaud Adam, « Tracing Lost Editions of Parisian Printers in the Sixteenth Century: The Case of Jean Bonfons and his Widow », dans The Library. Transactions of The Bibliographical Society, à paraître. []
  6. Alexander S. Wilkinson, « Lost Books Printed in French before 1601 », dans The Library. Transactions of The Bibliographical Society, 7e série, 10 (2009), p. 188-205. []

Un imprimé perdu : l’Office de Sainte-Cécile d’Abraham Blondet (Paris, 1611)

Je réponds à la dernière contribution de Malcolm Walsby, Les derniers témoins d’éditions perdues,  avec l’exemple d’une édition musicale perdue, connue seulement par un fragment. En 1992, mon attention a été attirée par la reliure d’une édition des Moduli duarum, vel trium vocum d’Orlande de Lassus1 . La reliure en cartonnage de l’exemplaire du Département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France RES VM1-38 laissait apparaître des feuillets contrecollés provenant de diverses éditions musicales, supposées provenir du même atelier.

Une fois décollée par le restaurateur du Département, cette reliure a révélé plusieurs fragments d’intérêt variable :

Ø  quelques feuillets provenant du second livre des Meslanges de Claude Le Jeune de 1612, édition bien connue par ailleurs2 ;

Ø  les feuillets signés Di-Diiij et paginés 25-32 de la partie de Dessus du premier chœur d’une œuvre inconnue, dont on ne connaît toujours pas d’autre source.

Il s’agit de l’Officii Divæ Ceciliæ mis en musique pour deux chœurs par Abraham Blondet, qui était alors maître de chapelle de Notre-Dame de Paris et chanoine en la même église. Après avoir été enfant de chœur à Notre-Dame, il avait reçu un prix pour son motet Tu benigne Dominus es au puy d’Évreux en 1583. Il a peut-être travaillé ensuite pour l’église Saint-Éloi de Longjumeau, avant de revenir à Notre-Dame de Paris. En voici le titre restitué :

Officii Divæ Ceciliæ virg. et mart. Musicorum patronæ musici concentibus expressi Auth. Abraham Blondet Parisior. Insignis Ecclesiæ Parisiensis Canonico et succentore Musici que Præfecto.

Paris, Bibliothèque nationale de France (Musique) : RES VM1-38 (défet)

Imprimée en 10 volumes in-4°, l’œuvre est un des premiers exemples de musique sacrée publiée en France pour double chœur. Ces huit pages laissent apparaître des pièces composées pour 4 à 10 voix :

p. 25 un extrait de messe :

Ø     Agnus Dei qui tollis peccata mundi miserere nobis.

Et un extrait du Ps. 119 :

Ø     Confundantur superbi quia injuste iniquitatem fecerunt in me

p. 26-27 deux pièces relatives à sainte Cécile. Comme il ne se retrouvent pas dans son office liturgique propre, célébré le 22 novembre, on peut supposer que ce sont des vers néo-latins :

Ø  Vos ô sacratæ gratissima turba cohorti Quos placuisse Deo iuvat… Cecila musarum modulis celebranda metrisque…

Ø    Dulcis amica chori Cecilia dulce tuorum Præsidium nostri spesque… Casta fave sanctus superis omissus ab oris Spiritus… O fastis recolenda dies…

p. 28 la prière pour le roi :

Ø     Domine salvum fac Regem & exaudi nos in die, qua invocaverimus te.

enfin p. 29-32 des versets de psaumes :

Ø     Dixit Dominus Domino meo : sede à dextris meis. Virgam virtutis tuæ [Ps. 109]

Ø     Lætatus sum in his quæ dicta sunt mihi : In domum Domini ibimus. [Ps. 121]

Ø     Lauda Jerusalem Dominum : lauda Deum tuum Sion. [Ps. 147]

Ø     Credidi propter quod locutus sum : ego autem humiliatus sum nimis. [Ps. 115]

 

Paris, Bibliothèque nationale de France (Musique) : RES VM1-38 (défet)

L’œuvre semble être une expansion d’une autre œuvre publiée par Blondet en 1606, les Choeurs de l’histoire tragique Sainte Cécile, à 4 parties ((Paris : Pierre I Ballard, 1606, 8°, cf. Guillo 2003 n° 1606-C.)) , dans lequel Blondet – alors maître des enfants de chœur de Notre-Dame de Paris – avait mis en musique ces mêmes vers latins, ainsi que des vers français de Nicolas Soret, maître de grammaire desdits enfants. L’ouvrage était destiné à célébrer la fête de Sainte-Cécile à la maîtrise.

Paris, Bibliothèque de l’Arsenal : 8° BL 13884 (2)

Les quatre feuillets retrouvés dans cette reliure sont tout ce qui reste d’une publication assez volumineuse (10 volumes d’environ 30 pages chacun), dont le tirage devait se situer autour de 500 exemplaires… L’œuvre est parfaitement identifiée puisqu’on la trouve citée dans de nombreuses sources, dont un inventaire après décès :

« Dix volumes de l’Office de Saincte-Cecille, en musique, prisé…

L’Office de Saincte-Cecille, à cinq parties., prisé…

L’Office de Saincte-Cecille, en cinq volumes, prisé… »

Inventaire après décès de Hugues Yver, seigneur de la Courtille. Paris, Archives Nationales, Minutier Central, étude IV, carton 111 (24 mai 1622).

On la trouve également dans pas moins de quatre catalogues :

« Officio de Santa Cecilia. Contem salmos, & outras cousas. Abrahamo Blondet Parisino. a 2. coros ». Catalogue de la bibliothèque de musique du roi Joào IV du Portugal, 1649.

« Office de Ste Cecile, à 2 chœurs. De Blondel [sic] ». Catalogue général de l’imprimeur Christophe Ballard, 1683.

« Offices en musique de Ste Cecile à 3 p. imprimé en 1611. Abraham Blondet » ; « Officium divæ Cecilia à 4 p. autore Abrahamo Blondet imprimé 1611 ». Inventaire de la bibliothèque des imprimeurs Ballard, 1750, p. 31 et 40.

« Officii Divæ Ceciliæ virg. et mart. Musicorum patronæ musici concentibus expressi Auth. Abraham Blondet Parisior. Insignis Ecclesiæ Parisiensis Canonico et succentore Musici que Præfecto. Paris 1612 ». Catalogue de la bibliothèque des Minimes de Paris, 1776, p. 116 (Bibliothèque Mazarine).

Cette source dernière donne aussi le nom de cinq parties séparées (Superius 2i chori, Tenor, Contra Tenor, Bassus, 5a pars). Il y avait donc deux chœurs de cinq parties ; de même l’édition semble avoir existé sous deux dates : 1611 et 1612.

Accessoirement, on peut en conclure que certains des volumes de musique imprimés dans l’atelier de Pierre I Ballard (actif 1599-1639) étaient vendus avec une couverture d’attente faite avec des défets contrecollés. Nous en avons vu quelques autres exemples (mais on ne va pas tout décoller, n’est-ce pas ?).

On peut toujours espérer retrouver un jour un exemplaire plus ou moins complet. La découverte récente dans une bibliothèque parisienne, la Bibliothèque de Fels de l’Institut catholique de Paris, de seize éditions de messes sorties des presses de Pierre I Ballard autour de 1610-1622 montre bien que les redécouvertes significatives, si elles sont rares, sont toujours possibles… et parfois inespérées (voir le blog du Répertoire International des Sources Musicales).

À défaut de disposer d’un exemplaire complet de l’Officii Divæ Ceciliæ d’Abraham Blondet, on pourra toujours admirer deux reliures en parchemin doré décorées à son nom qui protègent plusieurs éditions de motets d’Orlande de Lassus3 . Elles portent « ABRAHAM » sur le premier plat et « BLONDET » sur le second. Comme elles portent en plus la mention « ex libris St Eligii de Longo jumello », elles peuvent donner un indice sur un épisode de sa carrière de musicien : peut-être Blondet a-t-il travaillé à Longjumeau entre deux périodes à Notre-Dame de Paris. Par ailleurs, sur de la musique, de telles reliures sont assez rares, surtout dans cet état.

Paris, Bibliothèque nationale de France (Musique) : RES 604-606

Laurent Guillo
Paris, IReMus


 

  1. Paris : Veuve Robert I Ballard et Pierre III Ballard, 1601, 3 vol. 4° oblong, cf. Laurent Guillo, Pierre I et Robert III Ballard, imprimeurs du roi pour la musique, Liège, Mardaga ; Versailles, CMBV, 2003, n° 1601-C. []
  2. Paris : Pierre I Ballard, 1612, 6 vol. 4° obl., Guillo 2003 n° 1612-F. []
  3. Paris BnF (Mus.) : RES 604-606 et 607-612. []

Les derniers témoins d’imprimés perdus

De nombreux projets se sont récemment attelés à analyser les éditions dont il ne subsiste aujourd’hui plus aucun exemplaire. En dehors des exemples devenus mythiques de textes détruits à l’état de manuscrits et d’éditions célèbres dont l’existence même est parfois remise en question, la quantité d’ouvrages dont le tirage entier a été perdu fascine. Les estimations varient follement dans l’importance à accorder au phénomène, allant d’un tiers des éditions perdues pour les incunables selon une étude de 2016 1 à plus de 350 000 éditions pour les Pays-Bas du XVIIe siècle – soit 5 fois le nombre d’éditions répertoriées par le STCN 2 .

Une des sources de ce désaccord autour du nombre d’éditions perdues provient de ce que les historiens considèrent comme des critères fiables. Le volume dédié aux livres perdus en 2016, Lost Books. Reconstructing the Print World of Pre-Industrial Europe (disponible en libre accès), souligne la complexité de la question et la variété des points de vue. Peut-on se fier aux mentions faites par des contemporains ? Des registres comme ceux de la Stationers’ Company, peuvent-ils faire foi 3 ? Au moins ce regain d’intérêt pour la question a pu mener à la mise en place d’un projet d’envergure pour identifier les titres les plus à risque de disparaître – Preserving the World’s Rarest Books.

Ce qui constitue des preuves suffisantes pour identifier une édition perdue continuera à diviser les chercheurs, mais nous trouvons régulièrement dans les fonds des collections patrimoniales des vestiges des imprimés dont nous ne connaissons plus d’exemplaires complets.

C’est au sein même des volumes que nous découvrons des traces d’autres impressions dont le contenu ou la forme ne méritait plus qu’on les conservât. Ce manque d’intérêt aurait pu résulter en leur destruction complète. Une fois leur utilité passée, de nombreux ouvrages étaient dépiécés et recyclés, parfois de manière surprenante. Ainsi on retrouve dans les tableaux du peintre néerlandais du XVIIe siècle Willem Claeszoon Heda des feuilles imprimées réemployés en cornets pour contenir les épices qui accompagnaient les huitres… Manipulées par des patoches enduites de jus et d’eau de mer, elles étaient destinées à être jetées après emploi.

Illustration 1: Nature morte à la coupe dorée (détail),  Willem Claesz. Heda, 1635 – 
Rijksmuseum SK-A-4830

Heureusement certains feuillets échappaient à ce triste sort – même lorsque leur contenu n’était plus prisé. Nous avons déjà évoqué dans ce carnet les richesses surprenantes parfois cachées au sein des reliures. Mais, lors de leur confection, on ne se servait pas simplement de papiers recyclés pour servir de cartonnage aux plats. Les relieurs employaient également ces feuilles pour servir de pages de garde ou renforcer la structure interne. Ainsi, on peut trouver dans les reliures de volumes anciens des témoins d’autres imprimés d’époques et de contenus radicalement différents. Lors de mes prospections dans le fonds ancien de la Bibliothèque Universitaire de Rennes 2, j’ai pu ainsi découvrir les dernières preuves de deux éditions disparues.

Le premier exemple de ce phénomène se trouve relié à la fin d’un petit recueil de deux pièces des presses parisiennes de Robert Estienne. Le grand imprimeur-libraire du roi était le maître incontesté des éditions érudites de langue ancienne produites à un prix accessible pour le marché étudiant de la ville. Le volume qui nous intéresse renferme deux éditions destinées à aider l’apprentissage de l’hébreu, clairement reliées ensemble pour leur cohérence de thème. Actif à Paris à son propre compte entre 1526 et 1550, date de sa fuite pour Genève, Estienne était bien loin de Jacques de Heuqueville. Or c’est de l’atelier de ce dernier qu’émana plus de 150 ans plus tard le fragment que l’on trouve inséré dans le même volume.

Illustration 2: Fragment d’un imprimé de Vannes – BU Rennes 2, 58574

Originaire de Nantes où sa famille officiait depuis le XVIe siècle, Jacques de Heuqueville s’installa à Vannes en 1683, ajoutant au rôle de libraire celui d’imprimeur dix ans plus tard. Face aux incertitudes économiques, il cumula les positions officielles qui semblaient garantir des revenus. Imprimeur de l’évêque du diocèse de Vannes, il fut aussi celui du collège de la ville. Cet attachement à l’Église locale se voit dans le fragment conservé à Rennes où nous apercevons les armes de l’évêque François d’Argouges (écartelé d’or et d’azur à trois quintefeuilles de gueules brochantes) au centre de la page de titre.

Sa production était modeste et tournait autour de livres dont il vantait lui-même le « prix médiocre » et qu’on pouvait facilement « porter avec soy »4 . Son succès semble avoir été aussi modeste que sa production : nous ne connaissons qu’une édition de son atelier pour 1702 : une énième édition de l’ouvrage du carme Toussaint de Saint-Luc, Les pensées de la solitude chrestienne sur l’éternité, le mépris du monde et la pénitence

Illustration 3 : Toussaint de Saint-Luc, Les pensées de la solitude chrestienne, Paris : Jacques de Heuqueville, 1702 – Bibliothèques de Saint-Brieuc, P 2906 5

Mais le fragment de Rennes est manifestement différent de la page de titre de cet ouvrage comme le montre l’illustration 3. Il est donc, sous réserve d’autres découvertes, le seul témoin d’une édition aujourd’hui disparue, mais dont le contenu demeure pour l’instant un mystère. Tout au plus pouvons nous spéculer grâce à la présence des armes de l’évêque qu’il s’agissait d’un autre texte religieux.

Le second imprimé identifié dans les pages de garde d’une autre reliure est moins visible que dans le cas de l’imprimé vannetais. Cette fois-ci le fragment est plus difficile à repérer : imprimé uniquement sur le recto, il a été tronqué puis collé à une autre page, cachant ainsi le texte qui ne se devine que par la transparence (voir l’illustration 4).

Illustration 4 : Fragment d’imprimé – BU Rennes 2, 21393

La nature de l’imprimé peut se deviner en retournant la photo et en maximisant le contraste par le biais d’outils de manipulation des images. Le résultat, quelque peu psychédélique, nous permet de donner une date, une origine et d’élucider le texte dont il est question.

Illustration 5 : Photo retouchée du fragment d’imprimé – BU Rennes 2, 21393

L’avant dernière ligne imprimée indique que le texte avait été donné par Claude, évêque d’Angers, et paraphé pour lui par « P. Aucent ». Au-dessus, à la fin d’un paragraphe en italique nous arrivons à déceler que le texte fut signé dans le palais épiscopal de la ville le 9 juin 1635. Il s’agit donc de lettres de Claude de Rueil qui fut évêque d’Angers entre 1628 et 1649 et copiées par son secrétaire maître Pierre Aucent. Cet ecclésiastique, particulièrement actif 6 , convoque par le biais de cet imprimé in-plano les membres du clergé local à Angers pour une procession générale et des services spécifiquement organisés – même si l’occasion qui a suscité ces célébrations n’est pas très claire.

Tout comme le précédent exemple, ce fragment a été utilisé dans un volume qui ne semble avoir ni contenu ni contexte en commun. Le texte principal est une édition des œuvres de Georges de Selve publiée à Paris au milieu du XVIe siècle. Cependant la provenance sur la page de titre de l’ouvrage principal révèle que le livre avait été intégré à la collection de l’oratoire d’Angers en 1680, ce qui corrobore les origines angevines de notre fragment et nous suggère qu’il fut utilisé de manière locale en guise de renforcement au XVIIe siècle.

Ces deux fragments nous montrent combien ces découvertes de feuilles cachées dans la structure d’autres livres peuvent être précieuses. Le premier cas nous révèle l’existence d’une édition inconnue de Vannes et souligne combien nos connaissances de l’activité de ces ateliers provinciaux sont limités. Le second nous parle de l’utilisation ordinaire de l’imprimerie dans des villes comme Angers où l’on n’hésitait pas à faire appel aux presses dans les premières décennies du XVIIe siècle pour promouvoir des événements. Ils soulignent que les vestiges d’innombrables éditions se cachent encore au sein des bibliothèques les mieux cataloguées – et nous offrent la perspective de nombreuses découvertes à venir.

Malcolm Walsby 
Université de Rennes


  1. J. Green et F. McIntyre, « Lost Incunable Editions : Closing in on an Estimate », dans F. Bruni et A. Pettegree, Lost Books. Reconstructing the Print World of Pre-Industrial Europe, Leyde : Brill, 2016, p. 55-72 []
  2. Andrew Pettegree et Arthur der Weduwen, « What was Published in the Seventeenth-Century Dutch Republic? », Livre. Revue historique (2018 | 1)  []
  3. Voir A. Hill, Lost Books and Printing in London, 1557-1640. An Analysis of the Stationers’ Company Register, Leyde : Brill, 2018 []
  4. Les maladies des chevaux avec leurs remèdes faciles et experimentez, Vannes : Jacques de Heuqueville, 1694, ã2v []
  5. Je voudrais remercier Arnaud Flici de la section patrimoine des bibliothèques de Saint-Brieuc pour ce cliché []
  6. Voir la notice que lui consacre Joseph Bergin dans son The Making of the French Episcopate 1589-1661, New Haven : Yale University Press, 1996, p. 695 []