Entretien avec Jessica Blackwell, bibliothécaire du fonds ancien à l’Université de Waterloo (Canada)

Située à 100 kilomètres au sud-est de Toronto, la bibliothèque Dana Porter se trouve au cœur du campus de l’Université de Waterloo, fondée en 1957. Le profil de sa réserve des livres rares reflète les axes de recherche et d’enseignement choisis par cette université.

Les fonds des « Special Collections & Archives » sont constitués d’environ 80,000 périodiques et livres rares, et de 2,500 mètres linéaires de documents d’archives. La collection trouve son origine dans l’arrivée en 1967 d’un don important du Conseil National des Femmes du Canada. Depuis, l’on a continué à collectionner dans le domaine des études féminines (maintenant élargi pour comprendre les études sur le genre et sur la sexualité). D’autres spécialisations s’y sont rajoutées : histoire locale, théosophie et spiritisme, urbanisme et architecture, ainsi que l’histoire des mathématiques et de l’informatique. Jessica Blackwell est la bibliothécaire au département des Collections spéciales et archives depuis 2014 ; elle nous reçoit pour partager ses connaissances sur l’historique et l’actualité de ces fonds.

La bibliothèque Dana Porter, Université de Waterloo

Quelle est la place du livre rare dans votre institution ?

Les livres rares sont ce qui différencie une bibliothèque comme la nôtre en tant qu’institution de recherche. Ils sont l’élément qui varie d’une collection à l’autre, particulièrement en ces temps d’achats en consortium et d’accès à des bases de données en ligne. Ils représentent aussi une porte d’entrée à l’histoire pour les étudiantes et étudiants. Travailler avec des matériaux anciens et ainsi tenir l’histoire dans leurs mains leur permet de s’approprier la matière d’une manière qui serait impossible s’ils n’avaient accès qu’aux manuels universitaires.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Nos collections spéciales et archives furent fondées grâce à un don important du Conseil National des Femmes du Canada (CNFC) : la « Lady Aberdeen Memorial Library ». L’inspiration en remontait à 1954, lorsque Beatrice Brigden – alors présidente du Comité des arts et lettres du CNFC – eut l’idée de créer une bibliothèque au Canada qui serait comparable à la bibliothèque Fawcett sur l’histoire des femmes au Royaume-Uni.1 Elizabeth Long reprit le projet en 1958 et il fut décidé que la bibliothèque serait nommée en l’honneur de Lady Aberdeen. La collection inclut des documents sur l’histoire des femmes tout autour du monde, écrits dans différentes langues, et pas uniquement sur les femmes du Canada. En 1964, Doris Lewis, la première bibliothécaire en chef de l’Université de Waterloo entama les discussions avec le CNFC pour accueillir la bibliothèque à l’Université de Waterloo. Le don fut officialisé en juin 1967 et le reste appartient à l’histoire ! Les donateurs qui ont fait grandir la collection depuis comptent des membres de la faculté, des personnes étudiant ou ayant étudié à Waterloo et des membres du public qui comprennent l’importance de rendre les documents rares accessibles pour la recherche. Nous sommes reconnaissants à tous ces donateurs et donatrices pour avoir pensé à nous pour la conservation de leurs collections.

Photo d’un défilé de suffragettes (collection Alice Riggs Hunt)

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Il est certain que nos collections portant sur l’histoire des femmes sont remarquables. Nous hébergeons les archives personnelles de femmes telles qu’Elizabeth Smith Shortt (une des premières femmes à avoir obtenu un diplôme de médecine au Canada), des exemplaires de textes qui comptent parmi les premiers écrits sur les droits de la femme, et notre excellente British Women’s Periodical Collection qui comprend plus de 35.000 numéros de magazines féminines britanniques datant d’entre 1893 et 1977.

Comme notre université est connue pour ses programmes en informatique, un autre domaine clé représenté dans nos collections est l’histoire des mathématiques et de l’informatique. Ceci inclut les archives personnelles de Wes Graham, qui est considéré le père de l’informatique à l’Université de Waterloo. En lien avec ce sujet, nous possédons quelques 45 éditions des Éléments de géométrie d’Euclide imprimées entre 1505 et nos jours, qui donnent à voir non seulement l’histoire des mathématiques mais aussi de l’imprimerie et de la pédagogie. 

Euclide, The elements of geometrie, Londres, John Daye, 1570.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Personnellement, mon livre préféré, et que je considère être le noyau de notre collection euclidienne, est la première traduction anglaise des Éléments, imprimée en 1570 (USTC 507133). C’est un ouvrage magnifique à plusieurs égards, notamment pour les diagrammes géométriques qui se déplient pour donner des modèles en trois dimensions.

Du côté de l’histoire locale, nous hébergeons la collection de l’ancien musée Seagram, qui nous a été confié à sa fermeture en 1997. Cette collection contient plus de 1200 volumes portant sur la viticulture, la distillation, le brassage et d’autres industries associées, et donne à voir l’histoire des avancées technologiques dans ce domaine et l’évolution des attitudes par rapport à l’alcool. Pour nommer quelques ouvrages clés de cette collection, je signalerai la traduction italienne du Vinetum de Charles Estienne (USTC 828448), un ouvrage précoce sur la viniculture. D’autres livres anciens remarquables dans cette collection incluent un exemplaire du De secretis remediis aut potius thesaurus de Konrad Gesner (USTC 631518) et le Livre du vigneron et du fabricant du cidre… et autres vins de fruits de Joseph Mauny de Mornay (Paris, A.-L. Pagnerre, 1838).

Le De secretis remediis de la collection Seagram

Un ajout récent au fonds d’études féminines est la collection d’Irene Hancock, qui était impliquée dans le mouvement pour le suffrage des femmes en Grande Bretagne. Sa collection reflète la lutte pour les droits de la femme et les diverses opinions de l’époque. Parmi les femmes représentées dans ce fonds on trouve Ray Strachey, Emily Wilding Davison et Dame Millicent Garrett Fawcett.

Mon fonds préféré est celui de Alice Riggs Hunt, une suffragette et réformatrice sociale de New York. Elle venait d’une longue lignée de réformateurs sociaux : sa mère avait illégalement appris à conduire pour pouvoir rendre visite à des femmes victimes de violence conjugale chez elles, sans que son chauffeur sache ou elle était. Ces idéaux ont été inculqués à Alice Riggs Hunt et elle a passé sa vie à lutter pour la cause des droits de la femme et celle des droits civils aux États-Unis, et à faire campagne pour les enfants. La matérialité de ce fonds est vraiment merveilleuse. De l’écharpe qu’elle arborait en manifestant, au drapeau qu’elle portait et au journal qu’elle tenait lors de la campagne pour le suffrage universel en Virginie Occidentale, ce fonds est un trésor d’objets qui aident ceux et celles qui l’étudient à créer des liens avec le passé. 

Fonds Irene Hancock GA149 f. 49

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds pour la recherche ?

J’enseigne dans le cadre de cours donnés dans divers départements de notre université (histoire, anglais, beaux-arts, arts dramatiques et communication orale, géographie, études féminines…) et même dans des cours de high school (écoles secondaires). Ces séances permettent au public visé d’apprendre à connaître nos collections dans un contexte rassurant, de sorte que lorsqu’un projet de recherche se présente qui pourrait être en lien avec nos collections, ils et elles savent déjà à quoi s’attendre en y arrivant. Je leur montre d’ailleurs toujours l’arrière-boutique : les rayons fermés auxquels l’accès est normalement limité, pour leur permettre d’explorer les étagères de livres. J’adore le regard d’émerveillement sur leur visage quand ils et elles se rendent compte de la possibilité donnée d’interagir avec un objet qui a 500 ans. Je ne crois pas qu’il y ait de meilleure manière pour encourager l’utilisation de livres anciens qu’inspirer cet étonnement.

Vue sur les rayons fermés

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous participons à des événements dans la communauté de Kitchener-Waterloo comme les foires historiques et les journées du patrimoine et nous organisons des événements de type « portes-ouvertes », lors de la Journée internationale des archives par exemple. Nous nous servons par ailleurs des comptes de la bibliothèque sur les médias sociaux (sur Twitter, Facebook et Instagram) pour afficher des contenus et participer à des hashtags populaires tels #throwbackthursday – certaines choses que nous y publions sont de très grands retours en arrière !

Un exemple de canadiana rare

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Je considère que l’une des plus grandes questions pour les bibliothèques, peu importe où l’on se trouve et quelle sorte de collections on détient, est toujours le financement. Si nous n’avons pas les moyens, nous ne pouvons pas fournir les documents ni le personnel spécialisé nécessaire, ce qui veut dire que nous ne pouvons pas appuyer nos étudiants et étudiantes dans leurs recherches. Je considère que le but de mon travail dans une institution de recherche comme l’Université de Waterloo est de les aider à réussir, quelle que soit leur définition de la réussite. Et j’espère que cela les amène à reconnaître la valeur de travailler avec les documents de recherche rares et anciens !

 

  1. Aujourd’hui renommée The Women’s Library, elle se trouve à la London School of Economics and Political Science. []

Corriger, souligner, griffonner: comment mieux comprendre les lectures dans les livres anciens?

Comment lancer une discussion animée dans un groupe de lecteurs avides ? Posez-leur cette question : annotent-ils, annotent-elles leurs livres papier ? Pour avoir fait cette expérience à plusieurs reprises, je vous assure que la question suscitera de vives réactions auprès de vos interlocuteurs et révélera des camps de lecteurs passionnés, de ceux qui sont pour à ceux pour qui il s’agit d’un acte impensable. 

Les nombreuses analyses de livres anciens excessivement annotés qui ont été publiés ces dernières années donnent l’impression qu’un tel débat sur les pratiques de lecture est particulier à notre époque. Elles pourraient faire croire que l’annotation directe était le mode de lecture le plus répandu aux XVIe et XVIIe siècles. Cette interprétation accorde cependant une représentativité trop importante à quelques exemples devenus célèbres de volumes recouverts de commentaires manuscrits écrits dans les marges, entre les lignes, sur les pages de garde… alors qu’il s’agit de cas exceptionnels !

Illustration 1: Un exemple d’imprimé particulièrement annoté

Ces cas sont extraordinaires, du fait de l’identité des lecteurs particuliers qui ont rédigé ces marginalias, des types de lecture qu’ils analysent, ou de l’imprimé spécifique qui sert de support à ces marques. Aussi frappantes qu’elles soient, les lectures aussi enthousiastes que l’étude érudite que Gabriel Harvey fit de son Tite-Live ne sont point communes.1 Elles représentent plutôt un extrême dans la gamme des interactions possibles entre les lecteurs et leurs livres.

L’échelle des interactions de lecteurs s’étend en effet du volume présentant un manque tel d’indications qu’on peut douter qu’il ait jamais été consulté à celui entièrement recouvert de notes. Cela dit, un livre dont les pages n’ont pas encore été coupées est une extrémité de cette gamme d’interactions aussi rare que le volume noirci de notes. La grande majorité des exemplaires de livres de l’époque moderne se retrouve donc quelque part entre les deux bouts de l’échelle. Ma recherche propose de commencer à peupler l’entre-deux avec des cas moins exceptionnels qu’ordinaires, pour que l’historiographie de la lecture vienne refléter la diversité des lectures historiques possibles.2

Lire-interagir-manipuler  

Lire avec une plume à la main pouvait bien être une pratique courante, mais tout livre ainsi lu n’en ressortait pas avec un complément de commentaires manuscrits. L’exemplaire des Sermons de M. Jean Calvin sur le livre de Job imprimé à Genève en 1563 et qui se trouve à la bibliothèque universitaire de Rennes 2 montre bien que les types d’interactions variaient, autant en fonction de la matière de lecture que de l’individu qui l’abordait.3

L’analyse des traces de lecteurs sur ses pages révèle qu’une personne en a fait une lecture suivie et attentive. Plutôt que des annotations substantives, ce sont des corrections que l’on décèle sur la majorité des pages. Une analyse plus précise du volume et de l’encre révèle que ces corrections n’ont pas été faites sur épreuves d’imprimerie, mais ont été apportées dans l’édition définitive par l’un de ses possesseurs. Les mots amendés sont biffés d’un trait, corrigés dans la marge ; ailleurs, une lettre est superposée à celle erronée ou intercalée à la position nécessaire. Il s’agit globalement de corrections d’erreurs survenues lors de la composition et ayant entraîné des erreurs orthographiques (« subitement » là où on devait lire « subtilement » par exemple, p. 114). Certaines de ces corrections manuscrites correspondent aux erreurs signalées dans la liste d’errata à la fin de l’ouvrage, mais bien d’autres n’avaient pas été relevées dans ce paratexte. Qu’un lecteur les repère nécessitait donc une lecture particulièrement attentive. Par ailleurs, la liste d’errata n’a pas été systématiquement corrigée par le lecteur dans le texte du livre. Les corrections manuscrites ne découlent donc pas d’une simple volonté de perfectionnement du texte sur la base des corrections proposées par l’imprimeur. 

Illustration 3: les annotations sur la p.79 des Sermons

En plus de ces amendements correctifs, l’on repère dans ce même volume des passages qui ont été signalés par traits verticaux, parfois bouclés, dans la marge de la colonne, ou dans la marge extérieure. Non seulement ces passages ont été marqués dans ce qui semble être la même encre que les corrections à proximité, mais le style de ces différentes interactions suggère qu’elles proviennent d’une main du XVIe siècle. Ces traces dateraient donc d’une lecture dans les décennies qui ont suivi sa parution. Qui plus est, cette main se rapproche de celle ayant laissé quatre différentes inscriptions ex libris : une sur la page de titre, deux sur le plat intérieur et une sur le plat avant. D’après ce faisceau de preuves, on peut en conclure que notre lecteur est en fait une lectrice : une dénommée Marguerite Mothey, « veuve de l’esleu [l’élu] Sagnier ».

Illustration 4: détail de la page de titre des Sermons comportant la provenance de Marguerite Mothey

Avec la plume et l’encrier à portée de main, sa lecture se serait faite de manière statique : assise, avec un support mobilier pour stabiliser le poids considérable du volume. D’après les indices qu’elle a laissés dans ce grand in-folio, la lecture que Marguerite Mothey fit des Sermons de Calvin était attentive et réflexive, sans pour autant être une étude érudite.

Des marques de lecture non verbales

Ailleurs dans le même fonds se trouve, relié en parchemin et estampé à chaud, un exemplaire de l’Histoire de Berry publié par Antoine Gryphius à Lyon en 1566.4 Avec des tranches dorées et des lacets en soie verte, ce livre a fait l’objet d’un investissement certain à l’époque de sa parution. Les choix décoratifs qui se lisent au niveau de sa reliure correspondent à la création d’un objet de luxe. Un livre luxueux qui fut néanmoins très utilisé. Bien qu’aucune de ses pages ne porte d’annotation écrite, il est frappant de constater à quel point le livre a fait l’objet d’une lecture intensive. Sur les 200 pages porteuses de texte (excluant donc celles où figurent principalement des images, listes, chronologies ou tables) les trois-quarts portent des marques intentionnelles de lecture. Un niveau d’interaction aussi fort est rarement rencontré dans le corpus étudié. Le style des marques est uniforme du début à la fin et il n’y a pas ici de changement évident de matériaux (encre, plume…). Cela suggère que les marques viennent d’une seule main et que ces interactions datent d’une période de temps limitée.

Illustration 5: un texte particulièrement souligné dans l’Histoire de Berry

Dans le cas de cet exemplaire, les marques de lecture ne servent ni à corriger ou censurer le texte, ni à y ajouter. Le système d’annotation employé sert plutôt à signaler des éléments textuels imprimés, vraisemblablement ceux qui retenaient l’attention du lecteur, ou ceux sur lesquels il pensait vouloir revenir. Le mode principal par lequel le signalement est achevé ici est le soulignement par un simple trait d’encre. Un mot, une phrase ou un passage est ainsi relevé et ressort visuellement de la page. En revanche, à certains moments le niveau de soulignement est tel que l’effet inverse est achevé. Sur quelques pages, chaque ligne a été soigneusement marquée. La régularité est telle que l’aspect manuscrit des ajouts s’estompe et renforce simplement la mise en page de l’imprimé. Devant un soulignement excessif, l’utilisation de codes supplémentaires s’impose alors pour attirer le regard sur certains passages. Ainsi, on trouve à l’occasion dans les marges extérieures des petits « + » marqués dans la même encre. Un niveau de signalement supplémentaire est achevé par des manicules, dont certaines ont été rajoutées au-dessus du « + » qui se trouvait déjà à cet emplacement.

Devant un signalement aussi enthousiaste que régulier, nous ne saurons dire ce que le lecteur anonyme a pu retirer de sa lecture de ce volume. Les traces symboliques qu’ont laissées les lecteurs d’antan ne permettent pas d’interprétation explicite. Devant l’absence de graphèmes manuscrits dans cet exemplaire, les manicules sont la trace de lecteur la plus identifiable et datable à vue d’œil. Il ressort donc de ce cas que le commentaire écrit est loin d’être l’unique signe d’une lecture intensive.

Des livres non annotés et pourtant utilisés

Nombreux sont les exemplaires meublant les rayons de fonds patrimoniaux qui ne portent aucune marque de lecture intentionnelle, même symbolique. Dans les collections de l’Université Rennes 2 par exemple, les volumes non marqués représentent près de 40% des ouvrages du XVIe siècle en langue française que j’ai étudiés. L’absence d’annotations et d’autres traces volontaires d’interactions de lecteurs n’implique cependant pas qu’un livre n’a pas été lu. Dès que l’on tient compte des marques accidentelles – les traces qui s’impriment, s’incrustent, brûlent, ou coulent sur les pages d’un livre au cours de la consultation – il est évident que la lecture historique peut être documentée sans qu’il y ait nécessairement présence de commentaires ou de symboles à l’encre ou à la mine.

Pour rester avec un exemple comparable au précédent – un in-folio sur un sujet historique en langue vernaculaire, également imprimé à Lyon quatre ans plus tôt – on trouve dans la même collection un livre quasiment sans marques intentionnelles. Et pourtant, l’analyse de l’Histoire de Flavius Josèphe traduite par François Bourgoing qui se trouve sous la cote 21433 révèle que le volume a été lu et soumis à une usure non négligeable dans les cent premières années de son existence.5 Une série d’ex libris manuscrits documente trois étapes dans sa vie avant que ne soit inscrit sur la feuille A2r (la page de titre ayant déjà disparu) : « Ce p[rese]nt livre est de la Biblioteq[u]e des Augustins d’Angers et a été donné par Mr. de la Chapelle Cronier le 1.r jour de Decembre 1662 ». De toute évidence, certains ou tous ces possesseurs ont lu le texte, en partie au moins, laissant derrière eux les marques de leurs doigts, que ceux-ci provoquent la souillure ou l’usure. À tel point d’ailleurs que la page de titre ait pu se détacher du reste du livre avant d’arriver dans la collection angevine.

Illustration 7: le début de l’Histoire de Flavius Josèphe avec la page de titre manquante

Les marques accidentelles servent donc à documenter une lecture pour différentes sortes d’imprimés et de lectures. Un ouvrage de référence comme le dictionnaire multilingue de Calepino, qui n’était pas fait pour être lu de manière continue, porte tout de même les indications d’une utilisation grâce aux taches d’encre qui y ont été laissées par différents lectores.6

Ailleurs, la souillure, l’usure de la reliure, des pages pliées ou déchirées, tous ces signes d’utilisation, bien qu’indices partiels, nous parlent de lectures passées et peuvent être croisés avec différents indices matériels pour documenter plus pleinement une histoire de la lecture au XVIe siècle. L’idée que l’annotation serait la seule ou même la meilleure manière de documenter l’histoire de la lecture est dorénavant insuffisante. Afin d’apprécier une diversité de lectures, il est donc nécessaire de tenir compte d’autres modes d’interactions ainsi que la variété des niveaux auxquels elles ont eu lieu.

Ann-Marie Hansen
Université Rennes 2

  1. Anthony Grafton and Lisa Jardine, “Studied for Action: how Gabriel Harvey read his Livy”, Past and Present 129, (nov. 1990), p. 30-78. []
  2. Cette recherche a été financée par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. []
  3. Bibliothèque universitaire Rennes 2, Fonds ancien cote 1771, USTC 7071. []
  4. Bibliothèque universitaire Rennes 2, Fonds ancien cote 20633, USTC 7242 []
  5. Bibliothèque universitaire Rennes 2, Fonds ancien cote 21433, USTC 19586 []
  6. Bibliothèque universitaire Rennes 2, Fonds ancien cote 1393, USTC 65617 []

« Trésors cachés des bibliothèques de Rennes 2 » : précieuses diversités d’une collection universitaire

Pour célébrer les cinquante ans de la fondation de l’Université Rennes 2, de nombreuses activités sont organisées sur le campus des sciences humaines de la ville bretonne. Parmi elles, une exposition, « Trésors cachés des bibliothèques de Rennes 2 », vient d’ouvrir dans le hall de la bibliothèque universitaire, pour mettre en avant certains trésors qui se cachent dans ses collections.

Le fonds contient en effet des ouvrages vieux de plus de cinq cents ans dont certains sont considérés comme des chefs-d’œuvre de l’histoire de l’imprimerie, comme l’Atlas de Gerard Mercator, réalisé à Amsterdam par Jodocus Hondius en 1619.

La partie la plus ancienne du fonds provient des confiscations qui suivirent la séparation de l’État et l’Église en 1905. Les bibliothèques des séminaires de Rennes et d’Angers forment ainsi le cœur de la collection ancienne. Celle-ci a depuis également profité des dons d’anciens professeurs de l’université tels qu’Albert Feuillerat, spécialiste de littérature anglaise et collectionneur d’imprimés de théâtre dans cette langue, ainsi que de quelques achats stratégiques récents, notamment ceux des plans du campus réalisés par l’architecte Louis Arretche, présentés dans l’exposition.

Illustration 2: Vitrine présentant les papiers légués à la bibliothèque du chercheur Emmanuel Philipot, professeur à l’Université Rennes 2 de 1903 à 1939 et spécialiste du théâtre médiéval.

La plupart des documents montrés dans l’exposition sont aujourd’hui préservés parmi les milliers de livres qui constituent les réserves anciennes et modernes… souvent un peu oubliés par les étudiants et enseignants. L’exposition a donc pour but de donner plus de visibilité à ces objets pour les usagers de la bibliothèque, ainsi que pour un large public. Organisée par cinq étudiants encadrés par trois enseignants-chercheurs, elle oriente les visiteurs dans la diversité de ces fonds, enrichis par ces héritages multiples et exceptionnels.

Le regard féminin d’autrices majeures est d’emblée mis en contraste avec celui, d’habitude plus proéminent, d’auteurs tels que Ronsard et Machiavel. Au sein de l’exposition nous est ainsi montré le quatrième volume, édité et imprimé en 1836, du Journal des jeunes personnes, seul présent à la Bibliothèque Universitaire de Rennes 2 présentées ici [1]. La revue a bien circulé puisque l’on en retrouve des exemplaires à Paris, Lyon, Toulouse ainsi que dans le Nord. Si l’Institut de France en possède presque toute la collection, les exemplaires sont néanmoins très éparpillés et le volume de 1842 n’apparaît nulle part. Le Journal des Jeunes Personnes, par ses contenus scientifiques et littéraires de qualité, est aussi la traduction de la difficile acceptation de la femme savante et de la femme autrice sous la Monarchie de Juillet. On y retrouve en effet des articles rédigés par Antoinette Dupin sur la condition des femmes dans d’autres pays comme la Chine par exemple, mais aussi par Louise Colet, en plus de ceux écrits par de grands auteurs du monde littéraire, entre autres Victor Hugo et Chateaubriand. Si on étudie plus particulièrement ce quatrième volume, on retrouve, comme on peut s’y attendre dans ce type de revue destinée principalement aux adolescentes, des pages dédiées à la mode, à la broderie et à l’art de vivre. L’aspect plus innovant tient en la présence centrale de l’actualité littéraire et scientifique, jugée tout de même « convenable » pour les jeunes filles.    

Illustration 3: Vitrine présentant les « Regards de femmes », dont le Journal des jeunes personnes en bas.

La revue s’inscrit dans un monde qui se prête à la polémique de la presse, qu’elle soit littéraire ou politique, pour alimenter les conversations des dames. Mentionnons ici un débat littéraire de 1833 relaté dans le volume où la question est de savoir si la littérature russe est déjà engagée dans le romantisme, question soutenue par plusieurs articles comme ceux de Louis Viardot (écrivain et spécialiste de la Russie). La littérature étrangère trouve en effet sa place dans la revue, ici avec les écrits allemands de Friedrich von Schiller. Ce qui est très original pour l’époque, c’est la présence de contes populaires et fantastiques ainsi que de la littérature sociale et morale. Avec cette volonté, au-delà de la lecture de grands classiques, de faire connaître les artistes du temps présent, on peut par exemple lire un passage sur un certain Beethoven… D’ailleurs des partitions complètent l’ouvrage, avec des thèmes venant de la littérature. Certaines partitions contiennent des arrangements pour guitares, comme ceux de Ferdinando Carulli (ses morceaux célèbres étant beaucoup joués dans les Salons), alors que des journaux équivalents ne contiennent que des partitions pour piano. Enfin, les articles de la revue sont illustrés par plusieurs planches. Il y a une véritable mise en scène du texte avec des propositions harmonieuses, la composition annonçant déjà l’illustration des ouvrages de vulgarisation scientifique pour la deuxième moitié du XIXe siècle. Sans le format du schéma scientifique, les planches permettent d’apprendre à regarder et à observer. C’est donc un bel ouvrage à venir admirer pour ses illustrations délicates et précises, mais aussi à feuilleter pour se plonger dans le monde littéraire, politique et scientifique foisonnant du XIXe siècle.

L’exposition ne prétend pas seulement s’intéresser aux livres de prestige dans leur forme matérielle, mais également dans le contenu qu’ils véhiculent. As Mulheres Do Meu Pais, écrit par la journaliste militante Maria Lamas, fait partie de ces ouvrages que les conservateurs de la bibliothèque se réjouissent de posséder[2]. Très connue au Portugal, Maria Lamas s’impliqua activement dans la reconnaissance du rôle méconnu joué par les femmes au sein de la société portugaise. Dès les années 1930, la militante féministe prit à contresens la propagande de l’humble femme au foyer sous le régime de Salazar. Elle organisa notamment une exposition sur les travaux artisanaux des femmes incarcérées dont le succès inquiéta le gouvernement qui la fit fermer prématurément. La journaliste continua néanmoins de militer pour la reconnaissance de rôle social et économique des portugaises au cours d’une expédition dans le pays. Au fil des entretiens et des régions visitées, la journaliste put ainsi dresser un portrait de la condition féminine au Portugal beaucoup plus complexe et contraire aux idées reçues. Elle remarqua également que les femmes du sud du Portugal étaient beaucoup plus émancipées puisqu’elles tenaient entre autres les comptes domestiques de main de maître, dont la paie de leur mari. À l’inverse, leurs consœurs au nord étaient beaucoup plus sujettes à l’autorité patriarcale et sortaient peu du foyer. Maria Lamas accompagnait enfin ses témoignages et ses commentaires de photographies des femmes interrogées destinées à prouver leur implication directe dans l’économie du pays.

Illustration 4: As Mulheres Do Meu Pais, de Maria Lamas

On peut les voir en effet en plein effort en train de pêcher, labourer ou pousser de lourds wagons de charbon. Ces photographies sont donc également là pour démentir le topos de la fragilité trop souvent liée au sexe dit « faible ». Ce regard féminin sur la condition féminine au Portugal adresse ainsi message clair : les portugaises ne sont pas seulement des mères et des épouses, mais surtout de robustes travailleuses. Et naturellement aux yeux de Lamas, issue de la première génération de féministes, il était essentiel qu’elles soient reconnues en tant que tel.  

Ce travail documentaire précis réalisé par la journaliste fut régulièrement publié dans une série de petits fascicules qui circulèrent dans tout le pays et connurent un grand succès entre 1947 et 1950. Le livre exposé à la bibliothèque de Rennes est le témoignage de ce succès et de l’importance accordée à ces fascicules puisqu’il les réunit tous dans une publication reliée en cuir. La qualité de sa couverture ainsi que la présence d’éléments de couleurs indiquent par ailleurs que cet ouvrage était jugé suffisamment intéressant pour lui attribuer une édition de qualité qui séduirait les acquéreurs. Tant d’engouement pour le travail de Maria Lamas et son implication pour la cause des femmes ne la protégèrent pas néanmoins de la pression du gouvernement. Décidément trop en désaccord avec la propagande du régime, elle choisit en effet de s’exiler à Paris en 1962. Sa présence fut remarquée alors et il n’est pas impossible que le livre exposé dans nos fonds aujourd’hui soit l’acquisition d’un ancien chercheur de la faculté de Rennes admiratif du travail acharné de cette journaliste féministe qui s’éteignit à l’âge vénérable de quatre-vingt-dix ans (1983).

Illustration 5: Vue d’ensemble de l’exposition.

Dans une région à l’identité culturelle forte, il était logique de mettre également en avant dans l’exposition les origines et les thématiques locales d’un certain nombre d’imprimés, notamment avec des livres illustrés par des peintres bretons, tels Mathurin Méheut, artiste lamballais du XXe siècle. L’exposition propose ainsi une vitrine consacrée aux ouvrages remarquables dont la particularité est d’avoir été produit ou imprimé à Rennes et ses environs. En effet, la réserve moderne de la Bibliothèque Universitaire Rennes II conserve une trentaine de beaux ouvrages des Éditions Folle Avoine acquis par la bibliothèque et mis à la disposition des étudiants et enseignants de l’université. C’est dans la région rennaise, à Bédée, qu’ont été inaugurées les Éditions Folle Avoine par le poète Yves Prié en 1980. Outre son talent de poète, Prié a su se montrer polyvalent afin de mener à bien son projet. En se formant aux différentes pratiques de la fabrication du livre, il devint tour à tour imprimeur, typographe et metteur en page, ainsi son amour des livres transparaît dans chaque livre proposé.

Le catalogue présente des livres à tirage limité sur du grand papier, alliant la poésie et l’illustration. En effet, Yves Prié a conçu de magnifiques ouvrages dont la beauté réside dans la conception artistique. L’esthétique plutôt sobre des couvertures tout papier aiguise la curiosité des lecteurs et permet à l’imagination de se déployer loin de toute fioriture. Parus sous forme de livres d’artistes de différents formats, ces ouvrages sont le fruit d’une profonde réflexion sensible entre plusieurs personnalités littéraires et artistiques contemporaines. Au-delà de la publication de ses propres poèmes « La nuit des pierres », « Passages des amers », « Frontières » et « Granit », Prié révèle des écrivains et poètes tels que Heather Dohollau ou Alain Kervern qui ont, pour la grande majorité, des attachements à la Bretagne. Il accorde cependant une importance particulière à mettre en lumière des textes oubliés d’auteurs classiques, comme par exemple l’édition d’Ubu intime d’Alfred Jarry.

Il présente aussi une collection de littératures étrangères, invitant les lecteurs aux voyages imaginaires. Plutôt que de les présenter comme des livres d’artistes, Prié préfère la formulation de « livre pour artistes »[3], faisant de l’objet-livre un lieu de partage et de collaboration. En effet, les poèmes et écrits des auteurs sont magnifiés par des illustrations aux styles variés de Nicolas Fédorenko ou encore de François Dilasser. Grâce à des lignes minimalistes, des formes cézaniennes et des couleurs épurées, les illustrations proches de l’abstraction informelle habillent les différents textes ; la diversité est le maître-mot de ces collections inédites et originales, tant par le fond que par la forme. À contre-courant des maisons d’édition plus imposantes, les Éditions Folle Avoine se différencient par leur dimension esthétique et poétique dans lesquelles le visible et le sensible s’entremêlent. Les livres d’artistes de ces éditions s’élèvent au rang des beaux livres grâce à la qualité de leur fabrication, leur assurant de durer dans le temps, ainsi qu’à une esthétique aérienne et à une proposition bibliographique hétéroclite et variée. Cette petite maison d’édition bretonne continue de se développer et d’étoffer son catalogue au fil des ans, permettant de faire vivre et découvrir divers auteurs et artistes méconnus.

Illustration 7: La BU de Rennes 2 a consacré une exposition aux ouvrages des éditions Folle Avoine en 2011.

La section de l’exposition sur les diversités régionales s’arrête aussi sur une pratique du livre qui, à bien des égards, fait du Nouveau Tristan écrit en 1554 par Jean Maugin, plus connu sous le nom du « Petit Angevin », et réédité par Benoît Rigaud à Lyon en 1577, un trésor à part. L’un de ses propriétaires s’est appliqué, au XVIIIe siècle, à diviser cet épais in-16 en deux parties distinctes, et a fait pourvoir les deux tomes ainsi créés d’une nouvelle reliure luxueuse. De petit livre bon marché produit pour une lecture récréative au XVIe siècle, l’ouvrage acquiert ainsi le statut d’objet de collection précieux quand ce type d’imprimés devient l’objet des convoitises des collectionneurs deux siècles plus tard. Les deux figures iconiques de Probé et de Tacite sont mises en avant sur la page de titre. La sagesse d’une légende celtique retravaillée par la généalogie de l’Histoire entre ainsi en résonance au fil du parcours de cette section avec une rare première édition d’une grammaire de la langue galloise de John Davies, publiée par John Bill à Londres en 1621, et avec celle de la Grammaire françoise-celtique ou françoise-bretonne de Grégoire de Rostrenen, parue à Rennes chez Julien Vatar en 1738.

Illustrations 8 et 9: le Nouveau Tristan, USTC 27470, et les grammaires galloise et bretonne

Dans ce prolongement, une autre section de l’exposition est dédiée aux « diversités linguistiques » présentes dans les collections de l’Université de Rennes 2. L’intérêt en est double : représenter cette diversité des langues, mais aussi celle des sources. Si l’on y trouve évidemment la présence de dictionnaires, la volonté était aussi de mettre en avant d’autres types de livres en langues étrangères. Il apparaissait alors tout naturel d’exposer un recueil factice de pièces écrites (ou co-écrites) par le célèbre dramaturge anglais John Fletcher, que la postérité a relégué dans l’ombre de son aîné William Shakespeare, avec lequel il eut parfois l’occasion de collaborer. À cet égard, la présence de la Colección de canciones patrióticas de Mariano de Cabrerizo y Bascuas, parue à Valencia en 1822, permet de mettre en lumière un héritage fondateur de l’Espagne moderne.  Ce petit ouvrage atypique regroupe en effet les partitions et paroles de chants patriotiques écrits lors de l’insurrection contre le roi Ferdinand VII, dont certains étaient encore chantés au XXe siècle, par les républicains pendant la guerre d’Espagne.

Une mention particulière doit être faite du dictionnaire sino-latin d’Étienne Frumont publié en 1742, qui surprend autant par son histoire que par le savoir-faire qu’a nécessité son impression. En effet celle-ci exigea la création sur mesure quelques années auparavant de caractères typographiques gravés sur bois, les Buis du Régent. De réalisation certes encore imparfaite, ils représentent cependant la première entreprise d’envergure dans l’impression de caractères orientaux en Europe, puisqu’on en réalisa plusieurs milliers. Ce livre se retrouva au centre d’une polémique concernant sa paternité, puisqu’un élève de Huang Jialuë, enseignant chinois installé à Paris à l’époque, accusa publiquement l’auteur (lui-même élève dudit Jialuë) d’avoir subtilisé les notes du défunt maître pour se les approprier.

Illustration 10: Vue de l’exposition avec le dictionnaire sino-latin de Frumont au premier plan.

Si le grec ou l’hébreu ne sont pas présents en tant que tels dans cette vitrine, le visiteur pourra en admirer les caractères et peut-être même reconnaître ceux de l’araméen et du syriaque, grâce à la présence voisine d’une prouesse typographique : la Bible polyglotte imprimée à Anvers par Christophe Plantin en 1568-1573.

Les vitrines de cette exposition illustrent ainsi la diversité des collections, proposant une sélection de livres et documents exceptionnels. Mais elles ne dévoilent en réalité qu’une fraction des richesses de la bibliothèque, qui restent en grande partie encore à découvrir.

L’exposition « Trésors cachés des bibliothèques de Rennes 2 » est visible jusqu’au 3 mai 2019 ; des visites guidées seront organisées en avril, dont les dates seront indiquées sur le site web de la BU. Les livres et objets présentés dans l’exposition seront également mis en valeur dans un livre de prestige co-écrit par de nombreux chercheurs de Rennes 2.

Camille Crambes
Alex Delusier
Joanne Le Guen
Nicolas Lemaire
Isabelle Riquet
Commissaires de l’exposition, étudiant.e.s à Rennes 2

[1] Cette revue a fait l’objet d’une présentation de Catherine Sablonnière lors d’une séance du séminaire Autour du Livre à Rennes, dont sont tirées les informations présentées ici.

[2] Cet ouvrage a fait l’objet d’une intervention d’André Bélo dans les rencontres Autour du livre à Rennes.

[3] Jacques Brélivet, Préface de Folle Avoine : 30 ans d’éditions, Rennes : Service culturel de l’université de Rennes 2, 2011, p. 4.

 

Rareté et Livres rares du XVe au XXIe siècle

Alors que l’exposition sur la rareté et les livres rares mise en place à la bibliothèque universitaire de Rennes II est de nouveau visible pendant quelques jours pour les journées du patrimoine, nous revenons sur le colloque qui précéda le vernissage.

Le colloque « Rareté et Livres rares du XVème au XXIème », organisé les 5 et 6 avril derniers à l’occasion de l’ouverture de l’exposition éponyme, rassemblait chercheur.euse.s et étudiant.e.s, bibliothécaires, restauratrices de livres anciens, ainsi qu’un éditeur et un collectionneur. La notion de rareté fut examinée à travers des études de cas, mais également au travers d’analyses plus globales. Brassant le temps large, le colloque mit en évidence une rareté qui ne désigne pas les mêmes catégories de livres selon les lieux et selon les époques. Elle fut traitée en tant que notion appartenant à un imaginaire collectif, mais également en termes de réalité matérielle. Plongeons un moment dans ce débat.

L’idée de rareté a influencé (et influence toujours!) notre vision. Elle influence également la préservation des livres, et est donc intervenue dans le tri entre les livres qui nous sont parvenus et ceux qui sont aujourd’hui perdus. Pour autant, la rareté est une notion qui semble résonner différemment en chacun.e. Y a-t-il forcément une part de subjectivité attachée à cette idée ? Certains auteurs définissent la rareté d’un livre par rapport à sa rareté dès le moment de sa production. Ils choisissent donc de désigner des livres produits ou distribués en peu de quantité. Pour d‘autres auteurs, la définition se place par rapport à l’acquisition du livre : s’il est aisé de se le procurer, s’il est facilement échangeable. Les avancés dans la bibliographie matérielle, quant à elles, nous informent sur de nouveaux types de rareté : un livre peut être rare non pas par son texte mais par sa forme, par ses matériaux.

La rareté change également de lieu en lieu : l’exemple de l’Espagne par rapport à ses voisins est très parlant. Pedro Rueda Ramirez, de l’Université de Barcelone, présentait le marché du livre ancien en Espagne entre 1750 et 1840. L’étude des catalogues de vente de livres et d’inventaires de bibliothèques amène à voir qu’aux XVIe et XVIIe siècles la rareté n’est pas décrite dans les catalogues, mais est pour autant bien reconnue par les utilisateurs des livres. Les catalogues eux-mêmes entrent dans la catégorie des livres rares, puisqu’entre le XVIe et le XVIIe dix catalogues seulement de vente de livres furent publiés à Madrid et à Séville. Ce n’est qu’à partir du XVIIIe siècle que l’on note une prolifération et une spécialisation des catalogues. Une autre singularité du marché du livre espagnol est la distribution vers les Amériques, afin d’y trouver une clientèle spécifique. La multiplication des catalogues venus de l’étranger montre la diversification du marché du livre, mais aussi de la variété des collections.

Rare, très rare, et très très rare!

La spécificité des livres rares peut donc se trouver dans l’insolite de la fabrication, et dans leur appartenance à une collection. D’autres professionnels s’intéressent quant à eux à l’insolite lié à la fréquentation. C’est le cas de Dominique Bougé-Grandon, chargée de mission aux Fonds Patrimoniaux de la Bibliothèque universitaire de Rennes 2. Elle explique son métier autour de quatre missions : repérer, conserver, signaler, et analyser.

En effet, l’insolite fait sens et informe le chercheur. Un accident d’imprimerie, par exemple, laisse une marque et informe sur le processus de production. Les variations entre copies sont connues des bibliographes, et les aident à reconnaître et à classer les éditions et exemplaires. L’insolite lié à la fréquentation porte les stigmates du temps qui passe, abîmant parfois les exemplaires. Cependant ces traces d’usages permettent également de s’informer sur les pratiques, liées à la possession. Une carte à jouer pour marquer un page, une trace de bougie, ou même des grains de blé… Il y a des objets bien identifiés, mais il y a également des témoins insolites et moins formels.

Lucie Moruzzis, relieure-restauratrice aux Archives Nationales, est elle aussi témoin de la richesse de la bibliographie matérielle, et actrice de la mise en valeur de celle-ci. Son but premier est la préservation, et, parfois, les raretés matérielles ne sont pas toujours là où l’on les attend. Ainsi, le relieur-restaurateur se trouve parfois confronté au choix de préserver une partie d’un livre qui implique de restaurer l’ensemble de manière différente. Il s’agit par exemple de prélever un élément de la reliure, tel qu’une page manuscrite servant de renforcement, qui peut en lui-même informer des us et coutumes de l’époque, afin de le rendre visible. Lucie Moruzzis a ainsi pu nous faire découvrir la relation privilégiée qu’a le restaurateur avec l’ouvrage, notamment au travers du métier artisanal qu’est la reliure. Elle est revenue par ailleurs sur l’amalgame entre la rareté objective et l’attractivité que la rareté a sur les êtres humains.

Ann-Marie Hansen présentait quant à elle une bibliographie matérielle qui se concentrait non pas sur l’insolite de la fréquentation, mais plutôt sur les marques souvent délibérées témoignant de la consultation des livres de l’époque moderne. Qu’il s’agisse de reliures ou d’annotations, Ann-Marie Hansen démontrait ainsi que chaque livre peut être considéré comme un unicum, un exemplaire unique. A travers des images de livres comportant des matériaux différents, des notes marginales ou parfois même des annotations incorporées dans le texte même, Hansen montre les indices révélant des pratiques de lectures, et donc de cognition. Le lecteur pouvait par exemple ajouter du texte sur la page, soit par l’écriture, soit en collant une feuille additionnelle, ou bien encore en notant une référence à un autre ouvrage, lançant ainsi une invitation à la lecture complémentaire. Il pouvait également tenter de censurer un passage par la rature, ou encore commenter allègrement le texte par des exclamations marginales. La bibliographie matérielle informe donc l’histoire du livre, mais également des idées.

Malcolm Walsby, enseignant-chercheur à l’Université de Rennes 2, travaille également dans ce domaine. C’est le recueil factice, permettant de relier des œuvres différentes en un seul volume, qui est le sujet de ses recherches actuelles. Le déplacement ou la destruction d’une bibliothèque, ou encore de mauvaises pratiques de restauration ont parfois eu pour effet une restructuration, et la séparation de volumes combinés dans des recueils factices. Or, les recueils factices, qui comportent parfois les mêmes titres et œuvres, varient quasiment toujours dans leur disposition et composition, selon le goût et l’organisation du propriétaire. La constitution des recueils factices se fait au cours du temps et est donc également modifiable. On est donc face à un témoin d’une création d’objet unique, et donc rare, avec sa propre cohérence intellectuelle. Cette forme de livre nous a également permis de sauver des copies uniques qui auraient sans doute disparu si elles avaient été conservées seules. Les ouvrages qui ont survécu grâce à la forme du recueil factices nous apportent donc des informations rarissimes. Combien d’unica ont ainsi été conservés dans des recueils factices ? S’il est difficile d’identifier ces unica en tant que tel, les chercheurs de l’Université de St Andrews, en Écosse, travaillent sur la définition et l’identification de livres rares. Le Programme “Preserving the World’s rarest books” a pour but d’aider les bibliothèques à déterminer les livres les plus rares de leur collection afin qu’une attention particulière puisse leur être portée.

Un cas exemplaire du lien entre recueils et unica: les thèses de Louvain

Dominique Varry, professeur à l’ENSSIB, soulignait également combien le contexte de production de certains types de livres la recherche peut contribuer à la création de la rareté, en exposant le cas des livres recherchés par les acheteurs contemporains, puis par les collectionneurs, pour leur statut de curiosa, avec l’exemple d’éditions interdites au XVIIIe siècle. Les livres tombant sous le coup de la censure, ou connaissant un tel succès que l’édition protégée par un privilège était « piratée », étaient fabriqués de manière clandestine et vendus sous le manteau. Les circonstances même de leur impression, sous des fausses adresses ou à l’étranger, nécessitent aujourd’hui un véritable travail de détective de la part des bibliographes. C’est le cas de nombre d’ouvrages érotiques et licencieux, mais également d’une série d’éditions du Contrat social de Jean-Jacques Rousseau, dont onze parurent à Amsterdam en 1762 à l’enseigne de Marc-Michel Rey et dont on sait à présent qu’un certain nombre étaient des contrefaçons.

Andrew Pettegree est le fondateur du “Universal Short Title Catalogue” et de l’Institut d’études de la Réformation de St Andrews. Il propose de répondre à la rareté et à la perte de sources dans le monde du livre au début de l’époque moderne en proposant rien de moins qu’une révolution bibliographique. Pour Andrew Pettegree, le monde scientifique fait encore place à une austérité méthodologique qui se traduit par de la négligence vis-à-vis de certains types d’imprimés, tels que les pamphlets qui ne sont pas comptés dans toutes les analyses statistiques. Or, non seulement ces pratiques modifient les données numériques du monde de l’impression de manière globale, mais elles faussent encore plus les statistiques des genres imprimés et rendent notre connaissance de la production et de la consommation de ceux-ci tout aussi floue. En termes économiques, les placards, poèmes, et autres petits travaux étaient essentiels pour qu’un imprimeur ait les moyens de conduire des impressions plus importantes par ailleurs. Pettegree propose donc de croiser les données avec des outils tels que les catalogues de vente, et notamment de vente aux enchères. La méthodologie qui ne permet de compter qu’un volume lorsque celui-ci indique faire partie d’une série pose problème dans nos études : il nous faut donc changer de perspective. Andrew Pettegree met également en lumière la pratique de distribution gratuite d’ouvrages, qui, selon les estimations, concernait au moins la moitié de la production imprimée. Cette connaissance de l’accès gratuit à la littérature est essentielle à notre compréhension des fonctions et des usages des livres à l’époque moderne.

Un placard de 1643 d’Alkmaar tiré de l’article: What was published in the seventeenth-century Dutch Republic?

Katell Lavéant, de l’Université d’Utrecht, proposait justement une étude de cas permettant de voir l’application de la notion de rareté dans le corpus joyeux. Les textes joyeux sont des œuvres littéraires inspirées de la culture festive parodique telle qu’elle apparaissait notamment à l’époque du carnaval. Ils circulaient dans des livres populaires de petit format et destinés à un usage de lecture intensive. Ces éditions furent donc logiquement détruites avec le temps, à moins d’être conservées dans des recueils factices. Rares sont les éditions joyeuses conservées à plus de deux exemplaires. Dans certains cas, au processus de raréfaction s’ajoute celui de création d’une rareté nouvelle. La survie de ces textes dans des rééditions en petit nombre d’exemplaires, ou même dans des copies manuscrites, nous apporte également de nouveaux unica. L’étude de cas présentée durant le colloque amenait aussi à élargir la réflexion du statut du livre joyeux dans le contexte plus large des productions de livre, à cette époque.

Un exemple de livre joyeux imprimé à Lyon au XVIe siècle, et sa copie manuscrite du XVIIIe siècle

Pour Christine Rivalan-Guégo, de l’Université Rennes, le XIXe et le début du XXe siècle ont formés le moment charnière durant lequel le processus de raréfaction s’est accéléré. C’est l’époque de la grande diffusion. Si on a un nombre important d’exemplaire qui circulent, le rapport au livre en est impacté. Dans la chronologie de la matérialité du livre, on voit que, brusquement, de nombreux éléments permettant de définir le livre et le rapport que l’on a avec lui sont modifiés. Les méthodes de production sont revues à la baisse (on choisit l’assemblage plutôt que la reliure), et les matériaux tels que le papier et les encres connaissent aussi une dégradation de leur qualité. Le livre en lui-même s’avère plus sensible à la détérioration physique avec, par exemple, une plus grande sensibilité à l’humidité.

Leur conservation est également portée de manière différente. Pour autant, certains lecteurs en ont décidé autrement : leurs choix de collection est une « patrimonialisation domestique » qui permit de sauver des objets et des textes qui n’auraient pas survécu autrement. Le livre est un vestige d’un temps, et un témoin du rapport des lecteurs.

Penser la rareté nous oblige à repenser nos objets de recherches et nos méthodologies. A la fin du XXe siècle, les formes du livre, vues notamment à travers le prisme de la bibliographie matérielle, ont été remises au centre de la réflexion. Le rare pour le chercheur n’est pas le même que pour le lecteur ou le collectionneur.

C’est aussi ce que confirme le collectionneur Bernard Huchet, qui présentait sa passion pour les objets issus de la collection du Livre de Poche. Bernard Huchet mène depuis des années une véritable recherche, par l’observation de détails notamment matériels, pour déterminer l’histoire des éditions successives de ces petits romans. Il présentait pendant le colloque le rapport à l’illustration du cinéma des couvertures faites à la gouache. Les exemplaires originaux étaient tirés en grands nombres, mais ils n’ont pas pour autant été forcément conservés, souvent plutôt perdus, usés, jetés. La rareté ici est peut-être aussi celle de cette recherche bibliophilique en soit, puisque contrairement aux livres anciens, peu de collectionneurs s’y intéressent, la valeur pécunière des petits livres étant quasi-nulle.

Les collectionneurs ne sont pas les seuls à rechercher la rareté. C’est également le cas des libraires et des bibliothécaires. Sarah Toulouse, de la Bibliothèque municipale de Rennes, revenait sur l’utilisation souvent abusive de la notion de rareté. Dans le langage courant, le « rare » est une notion de plus en plus relative, et ne faisant pas toujours références aux mêmes caractéristiques, ce qui aboutit à un usage démesuré de ce mot dans les descriptions de livres anciens pour les catalogues de vente actuels. Sarah Toulouse constate trois raisons pouvant pousser les libraires à user et abuser du terme : la tendance à se baser sur d’anciennes bibliographies papiers, l’augmentation du prix et donc du profit, mais aussi tout simplement la différence entre ce que la rareté signifie pour un marchant et pour un bibliothécaire. Sarah Toulouse nous invite également à poursuivre une réflexion autour du choix que nous avons à faire par rapport aux livres à transmettre, à conserver. Faut-il forcément favoriser l’objet rare ? L’objet banal risque pourtant de devenir rare lui aussi, parce que moins précieusement conservé par les contemporains.

Louise Amazan, de la Bibliothèque nationale de France, répondait justement à la question de la conservation. Exposant l’histoire et le système de classement de la BnF, par type de matériaux, de typographie, puis par format, en encore par ville et par  imprimeur, elle proposait également d’explorer la conservation comme relevant de la sensibilité d’un individu ou d’un groupe et d’un contexte. Dire d’un livre qu’il est rare à des conséquences aux yeux de la BnF. Cela signifie une exclusion du prêt, et l’imposition de conditions de lecture (pas d’usage de stylos à encre, pas le droit de prendre de calque sur le livre…), sous surveillance, afin de préserver les ouvrages de mésusages aux conséquences parfois funestes. Pour Louise Amazan, l’art de la collection du livre rare n’est en rien une science exacte. Toute bibliothèque a sa politique d’acquisition, car aucune bibliothèque ne peut tout conserver, mais aussi parce que les bibliothèques forment dorénavant un groupe, un réseau. Le sujet de la participation des bibliothèques au marché du livres fut également abordé. En contact donc avec le monde des collectionneurs, Louise Amazan témoigne de la volonté des bibliothécaires de garder une distance. Pour elle, il faut pressentir l’évolution du goût et de la sensibilité et tenter d’acheter avant que le prix augmente.

Qu’en est-il de la conservation numérique de livres rares ? Pour certains intervenants les nouveaux outils numériques rendent visible le livre mais ne diminuent pas la rareté de l’exemplaire. Yves Picard, des Presses universitaires de Rennes, était présent pour présenter un sujet peu souvent débattu : la rareté du livre électronique.

Créer un livre… l’intervention d’Yves Picard est accessible en ligne.

Cette notion peut ne pas être évidente au premier abord. Il faut avoir en tête la fragilité du livre électronique, qui n’a qu’une longévité moyenne de dix ans. Le fichier ne demande qu’à être copié pour freiner sa raréfaction, mais dans le monde électronique chaque copie devient un original à nouveau. Les verrous numériques que sont les DRM permettent à une copie de devenir unique, grâce à un filigrane (par ex : « acquis par Yves Picard ».). On est là face à une création de rareté, par l’acquisition individualisée, qu’on a l’obligation juridique de garder rare. Un autre type de copie unique peut être créé grâce à la personnalisation de l’affichage d’un livre. Au-delà de l’individualisation de copies, c’est aussi par la diffusion, ou plutôt par son absence, qu’est provoquée la raréfaction. Et Yves Picard d’interpeller le public du colloque avec le sourire : « Si vous en trouvez un jour un livre électronique rare, parce que non-téléchargé, n’y touchez pas : laissez-le rester rare ! ». En parallèle à la raréfaction, la notion de bien commun émerge avec des communautés qui cherchent à préserver et à défendre l’intérêt de ce bien commun. La communauté de Wikipédia est un exemple de co-création de contenus, rares parce que modifiables, avec un usage massif et documenté. En effet, six mois après sa création, une page donnée pourra être différente. La plate-forme offre la possibilité de créer un livre de son choix à ses utilisateurs. Dans ce monde informatique, la problématique de l’ouverture d’un abîme de conservation, dû au manque de critères de sélection, est au cœur des débats actuels. Comment accéder à une œuvre parmi les milliers de dossiers ? Yves Picard répond : tout reste à inventer.

Finalement, Chloé Favriou et Isabelle Riquet, étudiantes en Master de recherche d’Histoire moderne présentaient l’objectif de l’exposition Rareté et livres rares. Elles exposaient l’évolution de la méthodologie et les contraintes que le contenu des fonds ont imposés dans le travail de montage de l’exposition. Elles témoignaient alors de l’élargissement de leur réflexion scientifique, en tant qu’étudiantes en master. Le travail sur le fond ancien permet de comprendre le caractère multiforme du livre. Si la première question fut celle des caractéristiques de la rareté du livre, le nombre d’exemplaires produits, conservés, leur prix…, la notion de rareté fut rapidement élargie par rapport à l’angle habituel. Dans l’exposition, la rareté choisie n’est pas celle prisée des collectionneurs ; la réflexion a davantage porté sur le medium du livre, et ses pratiques. Le livre, étudié par le prisme de l’objet rare, permet de remettre en question l‘idée que l’on se fait de la rareté.

Par leur ouverture, le colloque et l’exposition Rareté et Livres rares du XVe au XXIe siècle nous invitent à poursuivre la réflexion sur les méthodes de recherches, de préservation et de valorisation des objets non seulement précieux, mais aussi communs. Ce qui ressort ici, c’est l’importance des pratiques, qu’elles soient celles de la production, du classement, ou encore de la lecture et de la réception. Le livre-objet et le texte-idée sont à manipuler avec précaution et attention. Le colloque et l’exposition nous ont permis également d’évaluer combien il nous reste à découvrir dans le domaine de la bibliographie matérielle, dans les possibilités offertes par le numérique, et dans nos propres pratiques de transmission du livre.

Erell Smith

Étudiante en master de recherche à Rennes II


Le catalogue de l’exposition peut être librement consulté en ligne depuis le site Issuu de la Société bibliographique :Catalogue de l’exposition Rareté et livres rares du XVIe au XXIe siècle.