Adresse fictive et réseaux internationaux: les ‘Anecdotes sur M. La Comtesse du Barri’ (1775)

Madame du Barri, née Jeanne Bécu, fut un des personnages les plus subversifs du règne de Louis XV. D’extraction modeste, elle parvint toutefois à se faire une place à la cour de France en tant que dernière favorite du roi, devenant ainsi l’objet de critiques tant au sein de l’opinion publique que de la cour elle-même, qui se plut à récrier ses mœurs1 . C’est dans ce contexte qu’apparut en 1775 un texte stigmatisant ses actes, les Anecdotes sur M. La Comtesse du Barri. Cette œuvre, publiée un an après que la Comtesse ait été bannie de Versailles à l’arrivée de Louis XVI sur le trône de France, connut au moins trois éditions cette même année – c’est la plus connue des trois, publiée « à Londres », dans le format in-12°, que nous allons analyser ici.

Illustration 1: [Mathieu-François Pidansat de Mairobert], Anecdotes sur M. La Comtesse du Barri, « Londres » : s.n., 1775.

Cet écrit anonyme se complaît à jouer sur l’impopularité de son personnage principal, et en particulier de ses mœurs, afin d’attirer son public. Il s’attache à exposer les mœurs jugées scandaleuses de la comtesse qui fut vivement critiquée pour sa relation amoureuse avec le roi de France2 . L’ouvrage est composé de nombreux passages à la limite de la pornographie comme l’annonce la citation latine tirée des Satires d’Horace présente au centre de la page de titre : « Haec ubi fuppofuit destro corpus mihi laevum, Ilia et Egeria est : do nomen quodlibet illi. »3. Cette phrase qui retranscrit la passion d’un homme dans ses embrassements avec son amante, évoque très clairement le caractère grivois et léger de l’œuvre.

On comprend dès lors pourquoi l’auteur de ce texte sulfureux dont le contenu satirique fut sûrement prohibé par la censure, ait souhaité resté caché. Cependant son identification fut rapide et Barbier et Quérard en attribuent tous deux la paternité à Mathieu-François Pidansat de Mairobert, avocat et ancien censeur royal4 . Cet homme, proche de la Cour, était par ailleurs l’auteur de nombreux autres ouvrages satiriques visant le pouvoir en place5 . Son profil, tout comme le contenu de ce libelle, expliquent pourquoi la page de titre donne si peu d’informations au lecteur. La principale provenance, « A Londres », semble d’emblée être une adresse fictive. Les origines de cette édition clandestine sont restées jusqu’à présent une énigme. En nous appuyant sur une étude matérielle, nous nous proposons d’élucider ce mystère et de démontrer que le coupable n’est autre que l’ambitieux imprimeur et libraire d’Amsterdam, Van Harrevelt, qui cherchait ainsi à profiter des différents circuits de la littérature clandestine.

Une fausse adresse

La page de titre n’indique pas de nom d’imprimeur ou d’éditeur, se limitant à la mention « à Londres ». Cependant, la nature du texte nous incite immédiatement à nous méfier de cette adresse. L’utilisation de fausses adresses était très courante dans le domaine de la littérature licencieuse. Elles avaient vocation à protéger les imprimeurs du texte, ainsi que les différents collaborateurs du circuit clandestin. Dans ce contexte, Londres constitue une adresse que l’on retrouve très régulièrement6 .

S’il est possible que l’ouvrage ait bien été imprimé à Londres puis acheminé jusqu’en France en dehors des circuits directs du livre pour contourner la censure royale, ce n’est pas le cas ici. L’emplacement des signatures des cahiers est en effet incompatible avec une provenance anglaise. Nous constatons que la signature se situe en bas au centre de la page, ce qui n’est pas une caractéristique britannique, mais hollandaise. Si l’ouvrage avait été londonien, comme le suppose la page de titre, la signature se serait très probablement retrouvée plus à droite.

Illustration 2: La signature de l’édition des Anecdotes et un exemple d’une signature anglaise – Peter Degravers, Description de la vision, Londres: Shorn, 1775.

L’étude des signatures semble donc nous indiquer qu’il s’agirait ici d’une impression hollandaise. Pour confirmer cette piste, nous nous sommes tournées vers l’étude des ornements de la page de titre.

Les ornements de la page de titre

L’utilisation d’un mélange d’ornements en guise d’illustration au centre de la page de titre nous permet d’effectuer un travail d’identification complexe mais révélateur. Aucune base de données recensant les marques et ornements connus de cette période ne comporte le panachage précis d’ornements que nous trouvons sur la page de titre de notre édition des Anecdotes de M. la Comtesse du Barri, mais d’autres sources précieuses sont à notre disposition.

Dans La France littéraire, Quérard énumère les autres œuvres écrites par Pidansat de Mairobert. Parmi elles, on trouve un ouvrage qui attire particulièrement notre attention : le  Journal historique de la révolution opérée dans la constitution de la monarchie française : par M. de Maupeou, chancelier de France. Cette œuvre publiée en 1776 soit un an après les Anecdotes, porte également la mention « À Londres » tout en étant identifiée comme une impression amstellodamoise. Ces similitudes avec notre édition nous poussent alors à comparer les ornements des deux éditions. Or, la dernière page du Journal historique comporte un panachage très semblable à celui des Anecdotes.

Illustration 3: Ornements typographiques des Anecdotes sur M. La Comtesse du Barri et du Journal historique du rétablissement de la magistrature, Tome VI, « à Londres » [= Amsterdam], 1776.

Ces fortes ressemblances suggèrent que ces deux ouvrages furent imprimés pour le même éditeur commercial. Si nous nous penchons plus en détail sur le Journal historique, nous constatons que celui-ci figure dans le catalogue de libraire de Marc Michel Rey, imprimeur et libraire hollandais, exerçant à Amsterdam et connu aujourd’hui pour avoir été un des acteurs principaux de la diffusion d’ouvrages prohibés hollandais en France7 . En partant de son catalogue, nous pouvons identifier un autre ouvrage comportant les mêmes éléments que les deux éditions des textes de Pidansat de Mairobert : les Voyages en Sicile et Malthe fait en l’année 1770 par M.Brydone, publié en 1776 à Amsterdam « Chez Van Harrevelt »8 .

Illustration 4: [Mathieu-François Pidansat de Mairobert], Voyage en Sicile et à Malthe, fait en l’année 1770, Amsterdam: E. va, Harrevelt, 1776.

Il semble ainsi probable que Van Harrevelt fut l’éditeur commercial, voire l’imprimeur des autres éditions. Actif dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, mais peu connu des historiens, il était néanmoins réputé comme étant à l’origine d’une des premières éditions de La jouissance de soi-même, ouvrage qui connaît un certain succès en France lors de sa parution. D’autres textes publiés par ce personnage semblent confirmer l’appartenance de notre édition clandestine à son officine, comme le démontrent ces quelques exemples.

Illustrations 5 à 8: Jean Louis de Lolme, Constitution de l’Angleterre (1774), Recueil d’opuscules littéraires avec un discours de Louis XIV (1767), Atlas portatif (1773), et Louis-Sébastien Mercier, Du théâtre, ou nouvel essai sur l’art dramatique (1773), tous imprimés à Amsterdam par Van Harrevelt.

Cependant, avant de conclure que Van Harrevelt était bel et bien à l’origine de notre édition, il faut expliquer l’emploi des mêmes ornements sur une page de titre qui ne fut pas éditée par l’imprimeur hollandais : celle des Considérations philosophiques de la gradation naturelle des formes de l’être ou les Essais de la Nature qui apprend à faire l’homme, de J. B. Robinet, publiées à Paris, chez Charles Saillant, en 1768. Charles Saillant (1716-1786) était-il le vrai éditeur de notre édition ? En approfondissant nos recherches sur l’ouvrage de Pierre Robinet, nous constatons que Harrevelt produisit également une édition du même livre, la même année. Or, cette fois-ci la page de titre de l’édition hollandaise présente une gravure sur cuivre, plutôt qu’un panachage d’ornements.

Illustrations 9 et 10: Jean-Baptiste Robinet, Vue philosophique de la gradation naturelle des formes de l’être, Amsterdam: E. van Harrevelt, 1768, et Considérations philosophiques de la gradation naturelle des formes de l’être, Paris, Charles Saillant, 1768.

Cette situation paradoxale est cependant expliquée suite à la comparaison de deux exemplaires. Il apparaît, en effet, que les deux versions sortent de la même imprimerie et qu’il s’agit simplement de deux émissions de la même édition. Seuls l’ajout d’un avertissement dans l’édition d’Amsterdam et les pages de titres les différencient. En outre, on remarque les mêmes défauts, aux mêmes emplacements, témoignant ainsi de l’impression commune du texte.

Illustrations 11 et 12: La page 17 des émissions d’Amsterdam et de Paris de l’ouvrage de Jean-Baptiste Robinet (1768).

La dernière ligne tracée de la page connaît une « oscillation » au même endroit (à gauche). Le positionnement des signatures est le même : au centre de la page, comme le veut la pratique hollandaise. Les ornements de la page de titre de Charles Saillant sont donc bel et bien attribuables à Van Harrevelt. Ce dernier avait ainsi agi en imprimeur et avait partagé l’édition avec son collègue parisien. L’édition des Anecdotes sur M. la Comtesse du Barri de 1775, peut ainsi être attribuée avec certitude à l’officine de Van Harrevelt à Amsterdam.

Le parcours de l’édition

L’édition de 1775 des Anecdotes de M. la Comtesse du Barri avait donc été imprimée en Hollande, et ses exemplaires devaient alors être acheminés en France pour être disséminés auprès du public. Cependant la complexité du parcours de production et distribution ne se limitait pas à cet envoi, comme le démontre l’analyse du papier utilisé. En effet, sur un exemplaire de cette édition détenu par le Professeur Dominique Varry, nous avons pu apercevoir le filigrane d’une des feuilles qui constitue l’ouvrage.

Illustration 13: Filigrane présent dans l’exemplaire du Professeur Dominique Varry des Anecdotes sur M. La Comtesse du Barri, [Amsterdam], 1775.

On peut y lire la lettre « I » ou « J », suivie du nom « BERNARD ». Raymond Gaudriault, dans son ouvrage sur les filigranes au XVIIIe siècle, indique que selon un arrêt du 27 janvier 1739 concernant l’ensemble des papeteries du royaume chaque feuille devait comporter « en caractères de quatre à six lignes de hauteur, la première lettre du nom et le surnom en entier du même fabricant »9 . La conformité de ce filigrane à cette règle suggère un papier d’origine française. Des recherches plus poussées permettent d’identifier une vingtaine de papetiers portant comme nom de famille « Bernard », mais deux seulement semblent avoir exercé dans la période où a été produite notre édition : Joseph et Amand Bernard. Ces papetiers de Chatelard, près de Limoges, étaient père et fils et leur filigrane correspond en tous points à celui que nous avons trouvé10 . Le papier aurait donc été produit dans le Limousin par cette famille de papetiers.

Illustration 14: Filigrane de Joseph Bernard présent sur le site “Papetiers du Limousin (XVIIIe siècle)

La présence de ce papier produit dans le Limousin dans une édition hollandaise, s’explique par la pauvreté de l’industrie du papier néerlandais. La fabrication de papier aux Pays-Bas ne débuta qu’à la fin du XVIe siècle. Pour pallier à ce manque, les Hollandais se spécialisèrent dans la commercialisation du papier, se fournissant en partie en Alsace. Mais, lorsque la guerre de Trente ans gagna la vallée du Rhin, les marchands hollandais furent contraints de s’approvisionner ailleurs. Ils devinrent alors «des clients privilégiés des papetiers de l’Angoumois et du Périgord », régions qui se situent juste à côté du Limousin11 . Le papier était acheminé de France en Hollande, puis une fois l’édition imprimée, la plupart des exemplaires faisait le trajet dans l’autre sens.

Van Harrevelt produisit, en effet, un livre subversif et d’actualité à destination du public français. Pour faire venir les exemplaires depuis Amsterdam, il est probable qu’il leur fit emprunter les voies fluviales et la mer. Deux trajets directs s’imposèrent alors : depuis la Haye, on pouvait soit descendre le Rhin vers l’Alsace et ensuite trouver son chemin jusqu’à Paris, soit aller en cabotage jusqu’à la Seine. On peut également envisager l’envoi des balles et des tonneaux à la foire de Francfort d’où il pouvait être ensuite largement distribué.

Illustration 15: Carte illustrant le trajet effectué par les livres imprimés à Amsterdam.

Le succès commercial de l’édition

La fabrication française du papier, puis l’impression hollandaise, suivie de sa dissémination à travers le royaume sont la preuve de la nature internationale du réseau du livre au XVIIIe siècle. L’efficacité du système est soulignée par le succès commercial de l’édition. Comme l’indiquent les recherches de Robert Darnton, les Anecdotes sur M. la Comtesse du Barri furent notamment distribuées par la Société Typographique de Neuchâtel. La liste de ceux qui passèrent commande pour cette édition montre le réseau étendu des libraires détaillants qui pensaient trouver des acheteurs pour ce texte sulfureux.

Tout le territoire du royaume de France était concerné. Au total, l’ouvrage fut commandé  pas moins de 52 fois à la Société typographique de Neuchâtel pour un total de 1071 copies. L’édition des Anecdotes sur M. la Comtesse du Barri, datée de 1775 et portant l’adresse « A Londres » connut donc un succès retentissant en France, au point que Robert Darnton place l’ouvrage en deuxième position des œuvres les plus commandées à la STN après L’An 2440, rêve s’il en fut jamais de Louis-Sébastien Mercier. L’engouement pour le texte ne se démentit pas et, outre les deux autres éditions de 1775, trois éditions supplémentaires suivirent rapidement. Dès 1776, nous trouvons ainsi une édition genevoise de Gabriel Gasset, une de Jean-Pierre Heubach à Lausanne, et une signée « à Londres, chez John Adamsohn ». Tout comme avec l’édition de Van Harrevelt, les trois étaient prudemment imprimées à l’étranger…

Illustration 16: L’édition des Anecdotes sur M. la comtesse du Barri imprimée Londres pour John Adamsohn en 1776.

Le succès de Van Harrevelt avait donc créé des émules. Cette œuvre choquante et polémique avait su conquérir son public pour devenir un « best-seller » de l’époque. L’attribution de l’impression à l’imprimeur et libraire néerlandais et l’identification du papier français utilisé illustrent combien la fabrication, publication et distribution du livre se concevaient à l’échelle européenne et dépassaient ainsi les velléités de contrôle d’un pouvoir national.

 Camille Jacques-Yassine
 Lucile Wagnon
Enssib


 

  1. Sur le contexte, et plus particulièrement sur cette œuvre, voir Camille Jacques-Yassine, Femmes et livres pornographiques : de l’émancipation des femmes au sein des textes érotiques du siècle des Lumières, Mémoire de Master 2, Enssib, 2020. []
  2. « Il eût été obligé de sacrifier, ou de reléguer dans des Notes une multitude de détails, indignes de la majesté de l’Histoire, qui paroîtront peut-être minutieux à la Postérité, mais extrêment piquans pour les Contemporains ». Citation extraite de la préface des Anecdotes sur M. la Comtesse du Barri, [Amsterdam], 1775. []
  3. Horace, Satires, Livre 1, satire II : « Sous mes embrassements dès que mon corps tressaille, elle est mon Egérie, elle est mon Illia : quels doux noms je lui donne. », Traduction dans Horace, Satires et Épîtres traduits en vers français par le docteur Adrien Rey, Marseille : Typographie Ve Marius Olive, 1868, p. 17. []
  4. Antoine-Alexandre Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes, Hildesheim : G. Olms, 1963, et Joseph-Marie Quérard, La France littéraire, Saint-Cloud : LACF éditions, 2005. []
  5. Nous pouvons par exemple citer L’Observateur anglais, Londres [Amsterdam], 1777-1778. Ou encore Correspondance secrète, et familière du chancelier de Maupeou avec Sorhouet, 1771. []
  6. Robert Darnton explique : « The places and dates of publication appear as on the originals, despite the use of obvious false addresses such as “Rome” and “Philadelphie,” because in many cases – “Londres,” “Cologne” – one cannot know for sure whether the address is false or not. », voir son The corpus of clandestine literature in France, 1769-1789, New York, Etats-Unis d’Amérique, 1995. []
  7. Voir l’exposition en ligne sur « Marc-Michel Rey », Bibliothèque municipale de Lyon, 2018 [Consulté le 19/11/2020]. Disponible sur : https://www.bm-lyon.fr/expositions-en-ligne/marc-michel-rey. []
  8. « Marc Michel Rey, inventaire et édition en ligne », Huma-num. Disponible sur : http://rey.huma-num.fr/catalogues/librairie []
  9. Raimond Gaudriault, Filigranes et autres caractéristiques des papiers fabriqués en France au XIV et XVIIIe siècle, CNRS Ed., Paris, 1995. []
  10. Papetiers du Limousin (XVIIIe siècle), Papetiers-filigranes.eu. Disponible sur : http://www.papetiers-filigranes.eu/papetiers_et_filigranesaieux/bernard.html []
  11. Raimond Gaudriault, op. cit. []

Un exemplaire de présentation à Louis XV d’un atlas néerlandais, ou l’art d’accommoder les restes

Au-delà de la complexe question de la présence de l’image dans le livre, il est, dès l’Ancien régime, des ouvrages qui sont essentiellement composés de matériaux visuels. Si cela vient brouiller les traditionnelles catégories éditoriales et auctoriales (qui est l’auteur ?…), cela ne signifie pas qu’ils manquent d’un propos – les images, surtout mises en série, peuvent dire quelque chose, même si la part d’interprétation laissée au lecteur est plus grande.

Produire des images est, par ailleurs, plus compliqué en pratique qu’aligner ou imprimer des mots. Une image coûte cher à créer, ce qui vient poser la question du modèle économique d’une telle entreprise. Chaque entreprise éditoriale va ainsi pratiquement être un cas particulier, organisé en fonction de contraintes et d’opportunités toujours différentes. Certaines de ces opérations sont pourtant particulièrement originales, à la fois par rapport à la logique interne de l’ouvrage et dans l’usage qui est fait de l’image… à tel point que, en face d’un exemplaire particulier, le lecteur n’est pas toujours sûr de bien comprendre ce qu’il a sous les yeux.

Nous nous proposons ici de présenter un tel ouvrage, particulièrement complexe dans son usage de l’image et son statut éditorial : Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces, dans un exemplaire remarquable, conservé à la BnF (Estampes, Ve-7-fol.) : celui offert par l’imprimeur-libraire au roi Louis XV. 

Remise en contexte : La Galerie agréable du monde

La Galerie agréable du monde est une entreprise qui a marqué l’histoire du livre géographique et le rapport aux autres pays.

Le libraire néerlandais Pieter/Pierre Van Der Aa (1659-1733), décide de regrouper par lieu un grand nombre d’estampes dont il possède les plaques ou des tirages, afin de proposer une sorte d’état du monde en 66 volumes, et plus de 3000 images. Il y inclut à la fois des cartes géographiques, permettant de prendre acte des espaces, et des vues de paysages et de villes afin de faire voir les principaux bâtiments et les curiosités des lieux en question.

Le titre complet est à cet égard intéressant, car il résume à lui tout seul toute l’ambition de ce gigantesque projet : La Galerie agreable du Monde, où l’on voit en un grand nombre de cartes tres exactes et de belles tailles-douces, les principaux empires, roïaumes, republiques, provinces, villes, bourgs et forteresses : avec leur situation, et ce qu’elles ont de plus remarqueable ; les iles, côtes, riviéres, ports de mer, et autres lieux considerables de l’ancienne et nouvelle géographie ; les antiquités, les abbaies, églises, academies, colléges, bibliotheques, palais, et autres édifices tant publics que particuliers, comme aussi les maisons de campagne, les habillemens et mœurs des peuples, leur religion, les jeux, les fêtes, les ceremonies, les pompes et les magnificences ; item, les animaux, arbres, plantes, fleurs, quelques temples et idoles des paiens et autres raretez dignes d’être vues.

Illustration 1: La Galerie agréable du monde, page de titre. BnF, Estampes, Vx-51-Pet. Fol.

Ce projet a été mené à la fin de la vie de l’imprimeur, dans la décennie 1720. Il paraît donc à peu près en même temps que le célèbre Traité des cérémonies religieuses de toutes les nations, avec les estampes de Bernard Picart, ouvrage qui contribue à faire évoluer les esprits en mettant sur le même plan, sans les juger, toutes les religions du monde. Sans être aussi important pour l’histoire des idées, le recueil de Van Der Aa contribue à proposer une vision renouvelée du monde, moins centrée sur l’Europe, plus diverse, et donc à valoriser un certain relativisme culturel.

De ces soixante-six volumes, six sont dédiés à la France (vol. 4 à 9 de la Galerie agréable du monde). Ils sont extrêmement difficiles à appréhender quant à leur contenu, car ce dernier est d’une immense variété : ils comprennent grosso modo tout ce que Van Der Aa a pu rassembler de planches pouvant rentrer dans un cadre de classement géographique.

Ce cadre est classique – on retrouve d’ailleurs une approche très similaire dans le classement des fonds du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque royale mis en place par Joly à la fin du XVIIIe siècle (série Va). Il est fondé sur les provinces, proposant d’abord des cartes pour situer les lieux, puis des vues qui permettent de zoomer sur des éléments remarquables.

Après des cartes générales du royaume de France, on trouvera donc des cartes et des vues de Paris, puis de l’Île de France (Versailles, Fontainebleau…), l’Orléanais, le Nivernais, le Berry, le Poitou, le Lyonnais, le Bourbonnais, la Bretagne, la Normandie, la Picardie, la Guyenne et Gascogne, le Languedoc, la Provence, le Dauphiné, la Bourgogne, la Champagne et la Lorraine. Le nombre d’images varie du simple au décuple selon les provinces – et Paris, Versailles ou Fontainebleau sont déjà représentés par plus d’estampes que plusieurs provinces importantes.

Illustration 2: La Galerie agréable du monde, une vue de Versailles, avec passe-partout de Pieter Van Der Aa. BnF, Estampes, Vx-51-Pet. Fol.

On y trouve des plaques issues des pays représentés (de nombreuses vues d’Israël Silvestre ou de Pérelle pour la France, par exemple… bien qu’elles aient alors près d’un siècle) et d’autres rachetées lors de la vente de fonds néerlandais. Parmi ces travaux antérieurs, ceux de Carel Allard (1648-1709) sont particulièrement bien représentés. En fait, son Orbis habitabilis oppida et vestitus, qui avait déjà une ambition semblable à celle de Van Der Aa à la fin du siècle précédent, est complètement intégré dans ce nouveau projet. On ne cherche pas de cohérence stylistique ni intellectuelle, et on place côte à côte des représentations récentes et d’autres largement dépassées ou obsolètes.

Une cohérence formelle est toutefois donnée par une mise en page unifiée, notamment pour les planches de petit format. La plupart des planches sont en effet tirées incluses dans un passe-partout gravé, pour des raisons purement esthétiques. Ce passe-partout a été commandé spécialement par Pierre Van Der Aa, qui indique son nom, celui de la ville de Leyde, et le privilège, réel ou supposé, dont il jouit. Tout est ainsi prévu pour agréablement mettre en page une unique grande estampe, ou plusieurs petites, avec des passe-partout conçus pour deux, trois ou quatre pièces. Cela signifie aussi que ces tirages ne constituent – dans la plupart des cas – pas un état supplémentaire des estampes, mais uniquement une émission particulière qui les joint à un cadre gravé et leur donne donc une forme originale.

Illustration 3: La Galerie agréable du monde, passe-partout de Pieter Van Der Aa pour 2 estampes. BnF, Estampes, Vx-56-Pet. Fol.
Illustration 4: La Galerie agréable du monde, passe-partout de Pieter Van Der Aa pour 3 estampes. BnF, Estampes, Vx-52-Pet. Fol.

Sur la page de titre de notre exemplaire, Van Der Aa dit avoir « recueilli et mis en forme cet ouvrage, lequel il donne au public dans une forme commode ». C’est tout-à-fait le cas : le travail est réel mais se rapproche de celui d’un éditeur scientifique ou du directeur d’une publication collective, qui compose son ouvrage à partir de fragments préexistants. Il crée de l’originalité par le nombre, les choix, les rapprochements. Le contexte, les liens, la mise en série viennent proposer un discours nouveau qui n’existait pas forcément dans chacune des pièces prises individuellement.

Illustration 5: La Galerie agréable du monde, passe-partout de Pieter Van Der Aa pour 4 estampes. BnF, Estampes, Vx-55-Pet. Fol.

Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces

Ce n’est cependant pas de la Galerie agréable du monde qu’il est ici question, mais bien d’un ouvrage en deux volumes intitulé Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces où on voit les principales villes, à plain ou de profil, leur situation et ce qu’elles ont de plus remarquable.

Qu’avons-nous donc sous les yeux et de quoi s’agit-il ? Sont en fait rassemblées en deux volumes de nombreuses planches qui constituent les six volumes de la Galerie. Toutes n’y sont pas, mais l’essentiel est bien présent et les planches sont présentées dans le même ordre (toutes les planches dont nous montrons ici une reproduction sont présentes dans l’ouvrage). Les tirages sont en tous points semblables : même la page de titre, tirée en rouge, apparaît déjà dans la Galerie. Le Roiaume de France est un best of de la Galerie.

L’exemplaire du département des Estampes de la BnF (Ve-7-Fol et Ve-7 (a)-Fol) dont il est ici question constitue l’exemplaire de présentation au roi Louis XV – nous pouvons donc savoir comment l’imprimeur-libraire considérait lui-même ce travail. Une lettre autographe de Pierre Van der Aa accompagne en effet l’exemplaire, afin de supplier le souverain de bien vouloir accepter le présent, présenté comme « des vues de France ». On y apprend au passage que l’imprimeur-libraire a joint au cadeau deux volumes de portraits des hommes illustres, apparemment dédiés au Régent Philippe d’Orléans. Ces deux volumes ont d’abord été conservés à Versailles puis réintégrés dans la Bibliothèque royale, passant alors au Cabinet des estampes, le 27 août 1746.

Illustration 6: Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces : lettre de présentation autographe de Pieter Van Der Aa à Louis XV. BnF, Estampes, Ve-7- Fol.

À quoi sert cet extrait ? On aurait pu penser qu’il ne s’agisse QUE d’un exemplaire de présentation, destiné à acheter les bonnes grâces du roi de France (et dont on aurait pu trouver l’équivalent pour d’autres pays dans leurs bibliothèques respectives). Il ne semble toutefois pas que ce soit le cas. J’ai en tout cas pu en localiser deux autres exemplaires aux États-Unis (University of Virginia Library (DC20 .A11 1720) et University of Texas at Austin Library (Harry Ransom Center Book Collection -Q- 912.44 Aa11r)). On sait aussi par son catalogue de vente (1766) que Charles de Saint-Albin (1698-1764), bâtard du Régent et archevêque de Cambrai, en possédait les deux volumes.

Il semble donc que soit déjà prévue, dès l’origine du projet, la possibilité de proposer à la vente des extraits de cette énorme collection de soixante-six volumes, afin de les vendre à un public qui a des intérêts plus réduits, ou du moins plus centrés sur un espace géographique précis. La distinction entre les deux ouvrages n’est pas tant formelle que liée à un modèle économique : Van Der Aa pense qu’il existe une clientèle intéressée par ces deux forts volumes, qui n’aurait pas acheté l’ensemble des volumes sur le monde, et auraient trouvé trop chers ou mal pratiques les six fins volumes sur la France qui se trouvent parmi les soixante-six.

Le tout est bien mis en ordre aux Provinces-Unies : les pages de garde possèdent un filigrane aux armes de la ville d’Amsterdam surmontant les initiales LVG (= L. Van Gerrevink) et, en face, le nom I. VILLEDARY – famille de papetiers du Sud-Ouest de la France dont certains membres sont attestés aux Provinces-Unies (Gueldre…) depuis la fin du XVIIe siècle. C’est certainement aussi Van Der Aa qui fait relier les volumes – le veau écaillé à décor doré étant original, et se retrouvant au moins sur l’exemplaire BnF et sur celui de Saint-Albin.

Illustration 7: reliure de l’exemplaire de la BnF.

L’étude de cet exemplaire permet de confirmer que cette « réduction » de la Galerie n’est pas le fait d’un collectionneur qui aurait constitué son propre exemplaire, relié selon ses intérêts et ses goûts mais une véritable stratégie commerciale de Pieter Van Der Aa lui-même.

Ayant compris de quoi il s’agit, reste encore à savoir comment décrire un ouvrage tel que ce Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces. Il est uniquement constitué d’estampes de remploi – on n’y trouve rien d’original. Pourtant, c’est la mise en forme, l’ordre, les choix effectués qui en font une œuvre originale… qui est alors autant celle de son éditeur (scientifique ?) que des graveurs, qui, eux, n’auront jamais su que leurs estampes seraient utilisées de la sorte. Une seconde couche de complexité vient de son caractère de digeste : est-ce un ouvrage à part entière ou un extrait de la Galerie du monde ? Comment faut-il le lire, le considérer, le cataloguer ? Questions sans réponses définitives, qui viennent montrer toute la difficulté d’emploi de mots tels que « livres », « recueils », « albums », « atlas ». La réalité de la pratique bannit la croyance en une simplicité bibliographique et vient complexifier notre désir d’évidences.

Rémi Mathis, BnF