Entretien avec Daryl Green, conservateur de Magdalen College Library, Oxford

Illustration 1 : La « Vieille Bibliothèque » de Magdalen College à Oxford.

Le collège de Magdalen, à Oxford, fut fondé par l’évêque William Waynflete en 1458, sur le site du vieil hôpital de Saint-Jean-Baptiste. Ce site accueillit le jeune collège pendant les vingt premières années de son existence en attendant qu’un programme de travaux soit achevé. En 1481, le nouveau collège de Wanyflete était prêt avec une cour quadrangulaire connue sous le nom des « cloîtres » et conçue par William Orchard. Cette structure offrait tout ce dont le collège avait besoin : un lieu où prier, un lieu où diner, un lieu où vivre et un lieu où lire. La bibliothèque institutionnelle date ainsi de l’achèvement des cloîtres quand, en septembre 1481, l’évêque Wanyflete dépêcha des charrettes remplies de livres pour fonder la bibliothèque avant l’arrivée du roi Édouard IV à la fin du mois. Il en profita pour également envoyer des coffres d’actes de propriété qu’il avait préparés pour assurer l’indépendance financière du collège. Les actes et les coffres dans lesquels ils avaient initialement été transportés sont encore conservés dans la tour aux archives, connue sous le nom du « Muniment Tower », qui est resté inchangée depuis le début du seizième siècle.

Illustration 2 : Les coffres des actes envoyés par l’évêque Wanyflete (salle des archives – The Muniment Room).

La collection grandit rapidement grâce aux fonds expressément destinés par Wanyflete à la bibliothèque, en contraste avec ce qui avait été fait pour les autres collèges. L’accent mis sur les livres dès la fondation continua au cours des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles avec de nombreuses donations supplémentaires. Le plus important de ces dons fut la bibliothèque de John Fitzwilliam, un étudiant et membre de Magdalen, puis aumônier de divers membres de la famille royale. Son legs en 1669 vit des milliers de livres prendre place sur les étagères ; un apport dont l’importance fut accrue par une dotation considérable pour accroître la collection.

La bibliothèque, qui demeura enchaînée jusqu’en 1798, fut rénovée au début du XIXe siècle. Ce que l’on appelle aujourd’hui la « Vieille Bibliothèque » conserve encore son mobilier, sa décoration et son cadre de classement de l’ère victorienne. Cette partie de la collection demeura la bibliothèque principale du collège jusqu’en 1930 lorsqu’une ancienne maison d’école fut transformée en bibliothèque moderne. Aujourd’hui, la Vieille Bibliothèque renferme tous les livres imprimés avant 1840 possédés par le Collège, les manuscrits médiévaux, les collections modernes exceptionnelles et bien d’autres choses étonnantes et extraordinaires. La bibliothèque « Longwall » est notre bibliothèque de prêt principal avec 120 places destinées aux membres du collège à laquelle il faut ajouter la bibliothèque juridique « Denning » et une petite bibliothèque de sciences naturelles située dans le vieux laboratoire Daubeny. Les archives du collège sont conservées dans plusieurs tours dispersées à travers le collège ainsi que dans des installations modernes de stockage.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?  

Le collège possède environ 20 000 livres imprimés avant 1840 qui sont conservés dans l’ancienne bibliothèque avec 10 000 livres imprimés depuis cette date qui forment notre réserve moderne. La collection de manuscrits médiévaux est considérable pour un collège avec plus de 250 codex. Tous ces fonds sont préservés pour l’édification et l’éducation des membres de notre collège ainsi que pour la communauté de recherche plus large. Nous accueillons des chercheurs provenant de toutes les parties du globe qui viennent utiliser nos collections. Nous recevons également des groupes pour des séminaires, des tutoriels, et des ateliers organisés par des membres de Magdalen ainsi que par d’autres collèges ou universités qui souhaitent se servir de nos fonds. Notre bibliothèque est peut-être vieille et belle, mais elle est vivante et regorge d’activité.

Illustration 3 : Une collection contenant des livres parfois surprenants… et pas simplement des livres anciens !

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

La plupart des livres qui composaient la donation originale de l’évêque Waynflete ont été perdus au cours des siècles, même si quelques vestiges de la présence de l’évêque sont encore conservés (notamment ses bottes et cothurnes !). Le collège possède plus de 150 incunables dont beaucoup se trouvaient déjà ici avant la fin du XVe siècle, comme ce fut le cas pour une bonne partie de nos manuscrits. Mis à part la donation de Fitzwilliam que nous avons évoquée, le collège profita de dons de la part du botaniste John Goodyer, du diplomate Arthur Throckmorton, et de l’évêque John Warner (dont le portrait est accroché au-dessus de l’entrée de la bibliothèque), ainsi que de bien d’autres donateurs. Cependant, comme la bibliothèque fut fondée avec une dotation financière importante de Waynflete, le collège a toujours pris au sérieux le développement de la bibliothèque et une grande partie des livres qui se trouvent sur nos étagères ont été ajoutés au cours des siècles. C’est une collection qui a connu une croissance organique.

Illustration 4 : Ex libris relatant la donation d’un livre par un professeur de théologie en 1595.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Les collections de Magdalen sont particulièrement développées dans les domaines de l’histoire des sciences et de la théologie. Nos fonds scientifiques ont été renforcés par divers dons : celui de Goodyer, évoqué ci-dessus, qui légua des centaines de livres de botanique au milieu du XVIIe siècle ; l’imposante bibliothèque scientifique de Charles Daubeny ; et bien d’autres. Mais, comme la théologie et les sciences furent enseignés à Magdalen depuis la fondation du collège, nous avons collectionné des ouvrages dans ces domaines depuis des siècles.

Récemment, nous avons cherché à développer notre fonds d’auteurs qui avaient étudié ou travaillé à Magdalen. Dans cette catégorie, nous avons mis l’accent sur les ouvrages les plus anciens ainsi que ceux de figures importantes comme Oscar Wilde, qui fut un étudiant à Magdalen entre 1874 et 1878, et T. E. Lawrence, boursier entre 1910 et 1914. Nos archives sont riches avec à la fois des documents et des actes institutionnels ainsi que les papiers personnels d’anciens tuteurs et d’individus célèbres associés au collège.

Illustration 5 : Une volvelle coloriée dans un des livres de la collection scientifique du collège.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

La majorité des manuscrits de la collection de Magdalen furent créés en Angleterre au XVe siècle. Le MS Lat 213, une copie du milieu du quinzième siècle du Confessio amantis de Gower, est un exemple imposant, mais typique, des ouvrages commandités par des mécènes. Bien des manuscrits proviennent également de la Chartreuse de Sheen ou d’autres institutions locales et furent soit donnés directement à la bibliothèque soit récupérés par le collège après la Réforme protestante et la dissolution des monastères au cours du règne d’Henri VIII. Les œuvres botaniques ayant appartenu à Goodyer, tel que le Herball de Gerard, à la rédaction duquel il participa, sont également typiques de nos fonds.

Illustration 6 : John Gerard, The herball or Generall historie of plantes, London : Adam Islip, Joice Norton et Richard Whitakers, 1633 (cote 6-R.18.1).

Le collège, bien sûr, a sa part d’objets extraordinaires. Nous recevons des douzaines de groupes chaque année pour voir le Papyrus de Magdalen, le plus ancien fragment de l’Évangile selon Saint Mathieu, et le second plus ancien fragment du Nouveau Testament (voir la numérisation complète). Le lectionnaire du cardinal Wolsey (accessible en ligne in extenso et numériquement réuni avec son pendant ici) ; le psautier de Worcester, notre exemplaire complet de l’Astronomicum Caesareum d’Appien de 1540, etc, sont autant de trésors que nous conservons sur nos étagères.

Illustration 7 : le Papyrus de Magdalen P64 (cote: MS. Gr. 17).

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Comme nous l’avons rapidement évoqué, nous organisons régulièrement des ateliers, des TD et des sessions de médiation du patrimoine autour de nos collections et de la Vieille Bibliothèque. Nos portes sont ouvertes aux chercheurs de tous horizons, allant des étudiants en début de licence aux professeurs émérites, d’artistes à la recherche d’inspiration et d’idées aux paléographes et bibliophiles. Nous sommes actifs sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter. Magdalen a également un programme annuel pour les chercheurs invités pour promouvoir l’utilisation de nos collections patrimoniales.

Illustration 8 : La page Twitter de la bibliothèque (15 février 2019).

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous organisons une série d’expositions temporaires basées sur nos collections dans la Vieille Bibliothèque et la bibliothèque « Longwall », qui sont accessibles au public par le biais du collège. Celle qui est en place en ce moment traite de Lawrence d’Oxford et se tiendra jusqu’au 1 mai 2019. Chaque exposition est accompagnée d’une programmation ouverte au public sur demande qui inclut des conférences traditionnelles, des événements artistiques et des visites guidées.

Illustration 9 : Un atelier en cours avec des livres de la collection du collège.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

La collaboration. Les bibliothèques ont à faire face à des problèmes récurrents dans le domaine financier et doivent régulièrement se battre pour obtenir des moyens. La collaboration entre institutions, entre collections, et entre individus est la clef pour maximiser les ressources à leur disposition. Les bibliothèques sont souvent au cœur de ces systèmes de coopération. Le bibliothécaire moderne, même lorsqu’il travail avec des collections patrimoniales, doit être bien équipé pour participer à la mise en place et au développement de ces collaborations. Les bibliothèques demeurent encore aujourd’hui le lieu où les esprits se rencontrent et les idées se partagent.

Illustration 10 : La bibliothèque : une invitation à la collaboration.