La reconstruction numérique de manuscrits démembrés : le missel de Beauvais

Les collections européennes de fragments de manuscrits médiévaux, pour la plupart constituées aux XVIIIe et XIXe siècles, sont principalement formées de collections de défaits de reliure ex situ ou d’albums de fragments enluminés découpés. En Amérique du Nord, il était plus courant, à partir du début du XXe siècle, que les bouquinistes démembrent les livres et les vendent page par page, sachant que leurs profits seraient beaucoup plus élevés s’ils vendaient 250 feuilles à 250 acheteurs plutôt que de proposer les pages sous la forme d’un codex entier à un seul acheteur. Les feuilles des livres d’heures gothiques, des bibles de poche du XIIIe siècle et des livres de chorales italiens étaient particulièrement prisées, et il existe aujourd’hui des dizaines de milliers de feuilles uniques éparpillées dans plusieurs centaines de collections nord-américaines. Un grand nombre de ces feuilles proviennent de manuscrits démembrés par une seule personne : Otto F. Ege, un enseignant, collectionneur et vendeur de livres de Cleveland.

Illustration 1: Otto F. Ege (Photo : Denison Library)

Otto Ege a passé la majeure partie de sa carrière en tant que professeur de ce que l’on qualifiait d’ « Arts industriels », et en particulier, de l’histoire et la pratique du graphisme et de l’art d’imprimer, au Cleveland Institute of Art. Il était certes collectionneur de manuscrits, mais il était surtout un libraire de livres anciens, connu pour avoir démantelé de nombreux manuscrits ainsi que des livres imprimés dans les années 1930 et 1940. Une fois démembrés, il vendait les feuilles une par une, ce qui lui permettait, vraisemblablement, de réaliser des profits considérables. Ege a défendu ce que pourrait appeler ce « biblioclasme » dans un article paru en 1938 dans une revue spécialisée intitulée Avocations :

« Les déchireurs de livres ont été maudits et condamnés, mais ont-ils déjà été loués ou justifiés ? Permettre à un millier de personnes « d’avoir et de tenir » une feuille manuscrite originale, et d’obtenir le frisson et la compréhension qui ne viennent que d’un contact réel et fréquent avec ces héritages artistiques, est certainement une justification suffisante pour la dispersion des fragments. Peu de gens peuvent espérer posséder un livre manuscrit complet, mais des centaines d’entre eux possèdent peut-être une feuille1. »

Ses actions destructrices et irréparables ont peut-être été malavisées, quoique conformes aux pratiques de l’époque, mais il avait raison sur un point important : de petites collections partout en Amérique du Nord qui n’auraient jamais pu se permettre d’acheter des codex entiers sont aujourd’hui les propriétaires d’importantes collections pédagogiques de feuilles manuscrites médiévales.

À la fin des années 1940, Ege a commencé à planifier et à mettre en œuvre un projet ambitieux, qui a atteint son apogée sous la direction de son épouse, Louise, après la mort d’Otto en 1951. Ils ont utilisé les feuilles de douzaines de manuscrits différents et d’anciens livres imprimés pour créer des « portfolios » thématiques, dont beaucoup sont encore conservés dans diverses collections. Les Ege ont pris une feuille dans un volume, puis une feuille d’un autre volume, puis encore une feuille d’un troisième volume, et ainsi de suite, et les ont rassemblés dans un jeu de feuilles dont chacune provenait à l’origine d’un codex différent.

Les trois portfolios de ce type les plus courants s’intitulent Fifty Original Leaves from Medieval Manuscripts, Original Leaves from Famous Bibles, et Original Leaves from Famous Books ((Aucun exemplaire de ces livres ne semble aujourd’hui être conservé dans une bibliothèque publique française.)). Les feuilles étaient articulées dans des cartons mats personnalisés avec une bordure de filet rouge distinctive (« vermillon » dans le jargon employé par Ege) et des notes manuscrites d’Otto (ou de Louise) en dessous, identifiées par l’étiquette typographique d’Ege, et logées dans des boîtes personnalisées doublées de bougran. À de très rares exceptions près, les feuilles de ces portefeuilles sont toujours ordonnées dans le même ordre, de sorte que, par exemple, le numéro 15 d’un portefeuille provient du même manuscrit que le numéro 15 de tous les autres portefeuilles de la même série.

Illustration 2 : Feuille issue d’un des « portfolios » d’Ege (collection de l’autrice).

L’une des victimes les plus connues du biblioclasme d’Ege est un manuscrit de la fin du XIIIe siècle connu sous le nom de « Missel de Beauvais ». Dans sa forme originelle, le manuscrit fut vendu par Sotheby’s à Londres le 4 mai 1926 (lot n° 161) dans la vente de la collection d’Henri Auguste Brölemann. Selon le catalogue, le manuscrit était le troisième volume d’un missel à l’usage de Beauvais, avec 309 feuilles et quatre initiales historiques habilement peintes, dont deux sur la feuille reproduite dans le catalogue. Le manuscrit comportait trente-cinq grandes initiales en « or et couleurs », dotées d’extensions marginales en forme de barre sur toute la longueur de la page. Il était relié en cuir de Russie avec des fermoirs en laiton et des boulons métalliques le long des bords de la planche. Les tranches des feuilles étaient dorées à l’or fin, avec « Missel de Bauvais » au pointillé sur le bord inférieur du corps d’ouvrage. L’entrée dans le catalogue de Sotheby’s retranscrit également une inscription ancienne écrite sur le premier recto originellement vierge, attestant que le manuscrit avait été donné à la cathédrale de Beauvais par un chanoine. En raison de l’association avec la cathédrale, le manuscrit est communément connu sous le nom de Missel de Beauvais.

Illustration 3 : Feuille du missel de Beauvais (collection du Cleveland Museum of Art, Ohio, 1982.141).

L’inscription n’est connue que parce qu’elle a été enregistrée par Sotheby’s en 1926. Le Missel de Beauvais a été victime du biblioclasme du milieu du XXe siècle et, dans les années 1940, des feuilles uniques ont commencé à apparaître sur le marché2. Beaucoup de feuilles du Missel de Beauvais ont été intégrées à un des portfolios d’Ege et portent le n° 15 dans la série des Fifty Leaves of Medieval Manuscripts. Sur les 309 feuilles originales du manuscrit, 107 ont désormais été identifiées ; elles sont largement dispersées dans vingt-cinq états américains, dans le district de Columbia et dans deux provinces canadiennes, et d’autres se trouve en Angleterre, en France, en Norvège, en Australie et même au Japon. Soixante-neuf d’entre elles se trouvent dans des collections publiques, et vingt et une dans des collections privées. Le décompte comprend également quinze feuilles connues aujourd’hui intraçables et qui sont identifiables uniquement sur la base de catalogues de libraires. Avec l’aide de l’internet et d’une interface récemment développée, le Missel de Beauvais peut être, et a été, en partie reconstruit numériquement3.

Au fil des années, plusieurs chercheurs ont publié des listes qui énumèrent brièvement les feuilles connues tout en déplorant la perte de ce beau monument à la production de livres gothiques et à l’enluminure dans le nord de la France. Ces feuilles sont trop dispersées pour être réunies physiquement, mais d’autres possibilités commencent à émerger. Dans une étude de 2003 sur le biblioclasme d’Ege, Barbara Shailor a écrit :

« Bien qu’il soit impossible à jamais de recréer un volume d’Otto Ege dans son intégralité – avec le poids du volume (…), l’impression veloutée d’un parchemin bien préparé, ou les impressions sur une reliure estampée – l’arrivée de la technologie électronique semble remarquablement prometteuse dans l’optique de réassembler les fragments4 ».

Quinze ans se sont écoulés depuis que Shailor a publié cet appel aux armes, et plusieurs projets numériques naissants se sont succédés, succombant aux limites de la technologie, à la perte d’élan ou au manque de durabilité qui affectent souvent les initiatives numériques en sciences humaines. Les développements récents de l’imagerie numérique et l’adoption croissante de modèles interopérables en libre accès ont cependant permis, plus de soixante-quinze ans après son démembrement, non seulement de reconstruire numériquement le Missel de Beauvais, mais de le faire dans un format durable qui respecte les meilleures pratiques numériques.

Illustration 4 : Collage de feuilles du Missel de Beauvais.

Le projet Broken Books, entrepris à Saint Louis University, a permis une reconstruction numérique de ce magnifique et important manuscrit. Le modèle Broken Books combine l’interopérabilité et la durabilité d’un environnement open-source du type canevas partagé ou « shared canvas5 » (dans ce cas, Mirador) avec un modèle de données soigneusement conçu qui facilite le catalogage détaillé de chaque feuille tout en permettant une repérabilité sophistiquée. Les images conformes à la norme IIIF (International Image Interoperability Framework) restent stockées sur le serveur de l’institution détentrice (sinon, les images sont conservées sur un serveur IIIF privé) pour être dupliquées dans le canevas partagé dans l’ordre lorsque cela est nécessaire. Simultanément, le modèle de données d’arrière-plan a été conçu en tenant compte des feuilles individuelles : certains champs s’appliquant au manuscrit reconstruit et d’autres à la feuille individuelle ou même aux côtés individuels de chaque feuille. La reconstruction, les métadonnées et une liste complète des feuilles est continuellement mise à jour sur le site de l’auteur, « Reconstructing the Beauvais Missal ».

Illustration 5 : Page d’accueil du site « Reconstructing the Beauvais Missal »

Le site du Missel de Beauvais permet aux lecteurs d’étudier chaque feuille identifiée et d’explorer les découvertes initiales et les reconstructions de chaque cahier. Il invite également les utilisateurs à créer un lien vers la visionneuse Mirador des livres démembrés, où ils peuvent « feuilleter », rechercher et parcourir la reconstruction. Ainsi, en mode « Défiler », les utilisateurs peuvent voir un véritable substitut numérique du manuscrit : on peut le lire tel qu’il devait être lu, avec les versos face aux rectos comme dans l’original, plutôt que de dérouler simplement les images les unes à la suite des autres. Le lecteur peut de cette manière se rapprocher un peu plus de l’objet en trois dimensions. En regardant les feuilles dans leur contexte, le lecteur peut apprécier l’impact visuel de chaque ouverture. Au fur et à mesure que des images de meilleure qualité deviennent disponibles, elles peuvent facilement être insérées pour remplacer celles de moindre qualité, et le modèle en ligne garantit que les données peuvent être continuellement mises à jour et développées.

Il reste beaucoup à apprendre sur le Missel de Beauvais, et de nombreuses feuilles doivent encore être intégrées. Plus de deux cents feuilles ne sont toujours pas identifiées. Cependant, le modèle en ligne permet de faire facilement des ajouts et Mirador permet de réorganiser les feuilles si nécessaire. Le Missel de Beauvais est un témoignage de ce qui fut perdu lorsqu’un manuscrit est démembré et que ses feuilles sont dispersées, mais il fournit aussi une étude de cas prometteuse de ce que peut apporter la « fragmentologie numérique ».

Lisa Fagin Davis
Medieval Academy of America

  1. Otto F. Ege, « I am a Biblioclast », Avocations: A Magazine of Hobbies and Leisure, I (1938), p. 516–20. []
  2. Pour plus d’informations sur ce manuscrit et son histoire, voir Lisa Fagin Davis, « The Beauvais Missal: Otto Ege’s Scattered Leaves and Digital Surrogacy », Florilegium, XXXIII (2016), p. 143-166. []
  3. Voir le site que j’ai développé : « Reconstructing the Beauvais Missal » []
  4. Barbara Shailor, « Otto Ege: His Manuscript Fragment Collection and the Opportunities Presented by Electronic Technology », The Journal of the Rutgers University Library, LX (2003). []
  5. Pour mieux comprendre ce concept, voir l’article de Régis Robineau, « Comprendre IIIF et l’interopérabilité des bibliothèques numériques », billet publié dans Insula, 8 novembre 2016, NDT. []

Des livres de fleurs peintes sur papier et parchemin : repenser le florilège

La Bibliothèque nationale de France possède un codex de 54 gouaches sur parchemin habituellement appelé Florilège de Nassau-Idstein (Inv.-Nr. Manuscrit. Rés. Ja-25-Fol) et connu à l’étranger sous le nom de ‘Nassau Florilegium’. Peint par Johan Jakob Walther (ou Johann Walter) entre 1652 et 1665, il inclut des representations du Comte de Nassau, du château et du  jardin d’Idstein, et des fleurs et fruits de ce jardin1. Deux autres institutions européennes comptent des volumes similaires du Florilège de Nassau-Idstein dans leurs collections. Le Victoria and Albert Museum à Londres possède 133 études de fleurs ainsi que plusieurs vues du jardin peintes sur papier et reliées en deux volumes (Inv.-Nr. 9174 & 9175) (illustration 1)2. Le Städel Museum à Francfort a récemment fait connaître ses deux volumes du Florilège (Inv.-Nr. Bibl. 1596), contenant 130 gouaches de fleurs sur parchemin3.

Illustration 1: Une étude de fleur tirée du volume 1 du Florilège de Nassau-Idstein conservé au Victoria and Albert Museum (H 600 mm x L 462 mm). Image: © Victoria and Albert Museum, Londres.

Le florilège : une catégorie de livre

Les différents volumes du Florilège de Nassau-Idstein sont le produit d’un art du jardin et d’une horticulture florissants dans la première modernité, en particulier au XVIIe siècle. Au sens le plus général, un florilegium – littéralement : un ‘livre de fleurs’ – est une collection d’images de fleurs. Les florilèges sont essentiellement des livres d’images. La gravure sur cuivre (parfois coloriée à la main) et la peinture à la main à la gouache ou à l’aquarelle sont les deux techniques majeures pour produire un florilège. Le texte n’apparaît souvent que dans les sections d’introduction pour indiquer la possession des plantes, ainsi que dans les légendes des illustrations. Les florilèges du XVIIe siècle ont tendance à montrer la floraison des plus précieuses variétés cultivées, et proposent souvent plusieurs variations de couleurs de la même fleur. Beaucoup de florilèges, dont le Florilège de Nassau-Idstein, sont liés à des sites spécifiques dans lesquels ces fleurs existaient, ce qui en fait une sorte de catalogue visuel des collections de plantes d’un jardin4

Cependant, le florilège en tant que catégorie de livre n’est pas aussi homogène que décrit ci-dessus. Ce billet de blog vise donc à problématiser certaines questions connexes que j’ai rencontrées après une année de recherche doctorale. Mon projet examine le Florilège de Nassau-Idstein et les florilèges manuscrits similaires en tant qu’objets matériels. En étudiant de près le contenu, les matériaux et les techniques d’une sélection de florilèges du XVIIe siècle, je cherche à mieux comprendre la production artistique et intellectuelle de ce genre de livre. Ainsi, que nous apprend l’application de l’aquarelle et de la gouache sur les fleurs dans ces études concernant la science  des couleurs dans la première modernité ? En plus de leur valeur artistique, les florilèges présentent-ils une valeur épistémique dans la promotion ou la production des connaissances visuelles sur les plantes à la Renaissance et au XVIIe siècle ?

Fonctionnalité et contexte de production

Un premier pas vers la réponse à ces questions est de saisir l’ampleur et la diversité des florilèges du XVIIe siècle. Le Florilegium (vers 1589) du graveur Adriaen Collaert (illustration 2) est le premier à avoir utilisé ce mot pour désigner une collection d’images de fleurs5.

Illustration 2: Une planche du Florilegium d’Adriaen Collaert’s florilegium (H 177 mm x L 126 mm). Image: Rijksmuseum, Amsterdam.

Le livret fonctionne davantage comme un livre de patrons pour les textiles et autres objets d’artisanat6. Ainsi, même s’il s’agit d’un florilège en tant que livre de fleurs du jardin, il a une fonction primaire différente de celle du Florilège de Nassau-Idstein. En 1608, le graveur Pierre Vallet publie Le Jardin du Roy tres Chrestien Henry IV (illustration 3)7.

Illustration 3: Une planche du florilège de Pierre Vallet (H 361 mm x L 252 mm). Image: BnF, Paris.

Le florilège représente des fleurs du jardin d’Henri IV, mais il sert aussi de livre de modèles, Vallet l’ayant intentionnellement conçu pour et dédié à Marie de Médicis et à son cercle de broderie8. L’un des florilèges les plus célèbres est l’Hortus Eystettensis (1613) de Basilius Besler (illustration 4)9. Les plantes de ce florilège somptueux furent dessinées à partir de spécimens récoltés dans le jardin de l’évêque Johann Konrad von Gemmingen à Eichstätt, en Bavière10. La fonction du florilège comme catalogue d’images d’un jardin est donc beaucoup plus enracinée dans le livre de Besler.

Illustration 4: Une planche du florilège de Basilius Besler (H 55cm). Image: Jardins botaniques royaux, Madrid.

Les trois florilèges imprimés montrent le caractère fluide et souple du genre. En un sens, le Florilège de Nassau-Idstein est un exemple sans ambiguïté, malgré le fait que de nombreux détails historiques restent inconnus et que les questions relatives aux volumes qui nous sont parvenus demeurent sans réponse. Le Florilège de Nassau-Idstein fonctionne comme l’Hortus Eystettensis de Besler, mais avec des pages peintes à la main au lieu de planches gravées. Il catalogue les plantes cultivées dans le jardin du comte de Nassau à Idstein. La correspondance entre le comte de Nassau et Johann Jakob Walther nous indique que le peintre se rendit au moins huit fois de son domicile à Strasbourg au domaine du comte à Idstein pour son travail sur les études florales11. Le Florilège de Nassau-Idstein, dans son ensemble, présente une attribution relativement claire concernant son peintre, son mécène et son jardin. En comparaison, de nombreux florilèges manuscrits ne disposent pas d’une documentation aussi complète ; il est donc plus difficile d’en apprendre davantage sur leurs fonctions et leurs contextes de production envisagés.

Problèmes de titre, de description et de contenu

Le Florilège de Nassau-Idstein est considéré comme l’une des meilleures œuvres du genre, ce qui inscrit ses volumes parmi les plus prisés à inclure et à présenter dans les expositions. Il existe un certain nombre de florilèges manuscrits du XVIIe siècle tout aussi remarquables, dont le Codex Gottorfer (Inv.-Nr. KKSgb2947-KKSgb2950) conservé au Musée des Beaux-Arts du Danemark (Statens Museum for Kunst) à Copenhague (figure 5)12.

Des fac-similés magnifiquement imprimés de ces florilèges et des reproductions dans des catalogues d’exposition ont permis aux chercheurs et au public de les admirer et de les étudier assez facilement. Les florilèges avec des mécènes et des peintres moins connus ou de moindre qualité ne partageaient pas la même accessibilité dans le passé. Heureusement, grâce aux notices de plus en plus complètes des catalogues en ligne et à la récente vague de numérisation des collections de livres rares, de nombreuses institutions ont fait revivre pour le lecteur moderne des florilèges auparavant moins connus.

Illustration 5: Une étude de fleur du Gottorfer Codex (H 505 mm x L 385 mm). Image: Musée des Beaux-Arts du Danemark, Copenhague.

Néanmoins, identifier un florilège potentiel dans une bibliothèque ou une collection de musée n’est pas une tâche aisée. Les florilèges imprimés incluent habituellement les mots florilegium ou hortus (ou bien leurs traductions vernaculaires) dans leurs titres. Les florilèges manuscrits, en revanche, sont souvent sans titre et l’on doit donc se fier aux descriptions pour les identifier. Dans de nombreux cas, au lieu d’utiliser le terme de florilège, un volume pouvait être simplement décrit comme une collection d’aquarelles ou de gouaches de plantes. Parfois, la description d’un volume pourrait laisser penser que l’on se rapproche d’un florilège, mais elle peut se rapporter à un contenu très différent. Par exemple, un codex de la Dumbarton Oaks Research Library and Collection à Washington, D.C., est aujourd’hui décrit comme une “Collection de 78 planches de plantes en aquarelle (N° Inv.014234313)” (illustration 6)13. En ouvrant le livre (numérisé), cependant, il m’est apparu clairement que le volume est un herbier, qui décrit les propriétés médicinales d’un certain nombre de plantes illustrées.

Illustration 6: Exemple de deux descriptions et de deux illustrations de plantes de la “Collection de soixante-dix-huit planches d’aquarelles de plantes” (H 200 mm). Image: Dumbarton Oaks Research Library and Collection, Washington, D.C.

Pourtant, ce type de description neutre est, à mon avis, une bonne pratique pour les codex sans titre. Souvent, un codex contenant des images de plantes échappe à toute catégorisation stricte. Par exemple, l’Herbarium Danicum sempervivum (Inv.-Nr. GKS 722 folio) de la Bibliothèque royale du Danemark (Det Kongelige Bibliotek) à Copenhague comprend deux parties distinctes (illustration 7)14. La première moitié appartient plus typiquement à la tradition européenne renaissante des herbiers, avec des plantes médicinales ou utilitaires dont la plupart des parties (racines, feuilles et fleurs) sont représentées. La seconde moitié, cependant, ressemble au contenu et à l’esthétique d’un florilège, présentant des tulipes, des oeillets, des jacinthes et autres fleurs de jardin écloses, dans des variations de couleurs différentes. Ce livre est à la fois une plante et un florilège, et le classer comme l’un ou l’autre limiterait notre compréhension du codex.

Illustration 7: Une étude de plantes de la première moitié (à gauche) et une étude de fleurs de la seconde moitié (à droite) de l’Herbarium Danicum sempervivum (H 420 mm x L 280 mm). Image : Bibliothèque royale du Danemark, Copenhague.

Les limites du florilège en tant que catégorie de livre

Les questions mentionnées ci-dessus peuvent être à la fois trop généralisantes et trop tatillonnes. Cependant, au fur et à mesure que j’étudie d’autres codex contenant des fleurs et des plantes peintes, je me rends compte de la nécessité de repenser la définition du florilège, et je me demande si le concept de catégorie de livre est utile pour comprendre ces collections de gouaches et d’aquarelles végétales. Malgré le nombre croissant de volumes que j’ai pu consulter, il est devenu évident que je ne vois pas un panorama complet de l’étendue et de la diversité des œuvres qui nous sont parvenues. Il n’est même pas possible de se rendre dans les grandes bibliothèques de toutes les villes européennes pour examiner en personne les codex d’aquarelles et des gouaches végétales ; de nombreuses collections moins connues attendent peut-être encore d’être numérisées, ou même d’être aussi inscrites et décrites dans des catalogues.

L’un des objectifs de mes recherches de doctorat est de commencer à dresser une liste des collections d’aquarelles et de gouaches de plantes dans la première modernité, afin d’encourager des recherches futures sur ces matériaux pour toutes les personnes intéressées. Je lance donc aussi un appel aux conservateurs, aux bibliothécaires, aux archivistes, aux chercheurs ou à toute personne qui connaît l’existence de collections similaires d’images botaniques pour me faire parvenir certaines informations (description, créateur, date, numéro de catalogue, institution institution de conservation, image, etc.) Un ouvrage de haut niveau et bien documenté comme le Florilège de Nassau-Idstein est un excellent point de départ pour mieux comprendre les florilèges manuscrits de la première modernité. Mais pour obtenir une perspective encore plus complète et holistique sur ces collections d’aquarelles/gouaches de plantes, il nous faudra un effort collectif.

Jessie Wei-Hsuan Chen
Université d‘Utrecht

  1. Pour une introduction générale sur ce florilège, voir Laure Beaumont-Maillet, Le Florilège de Nassau-Idstein: Johann Walter (Paris: Bibliothèque nationale de France, 2010). []
  2. Pour une introduction générale sur ce florilège, voir Gill Saunders, Picturing Plants: An Analytical History of Botanical Illustration (Londres: Zwemmer / Victoria and Albert Museum, 1995), 41; Jenny De Gex, ed., So Many Sweet Flowers: A Seventeenth-Century Florilegium, Paintings by Johann Watther 1654 (Londres: Pavilion Books, 1997). []
  3. Pour une introduction générale sur ce florilège, voir Jenny Graser & Martin Sonnabend, “Johann Walter der Ältere und das Florilegium des Grafen Johannes von Nassau-ldstein”, Maria Sibylla Merian und die Tradition des Blumenbildes von der Renaissance bis zur Romantik, éd. Magdalena Bushart, Catalina Heroven, Michael Roth & Martin Sonnabend (Frankfurt am Main & Münich: Staatliche Museen zu Berlin – Preußische Kulturbesitz, Städel Museum / Hirmer Verlag, 2017), 101–115. []
  4. Sur le genre du florilège, voir Saunders, Chapitre 2: Florilegia and Pattern Books, 41–64; Claus Nissen, Die botanische Buchillustration: Ihre Geschichte und Bibliographie (Stuttgart: Hiersemann Verlags-Gesellschaft m.b.H., 1951), 66–80; Wilfrid Blunt & William T. Stearn, The Art of Botanical Illustration, réédition (Suffolk: ACC Art Books, 2015), 13–14. []
  5. Adriaen Collaert, Florilegium (Antwerp: Philips Galle, c. 1589). Voir la version numérisée (consultée le 27 août 2019). []
  6. Nissen, 68–69. []
  7. Pierre Vallet, Le jardin du roy très chrestien Henry IV, Roy de France et de Navarre. Dédié à la Royne (Paris: Pierre Vallet, 1608). Voir la version numérisée (consultée le 27 août 2019). []
  8. Blunt & Stearn, 99–100. []
  9. Basilius Besler, Hortus Eystettensis (Nüremberg: [s.n.], 1613). Voir la version numérisée (consultée le 27 août 2019). []
  10. Nissen, 71–73; Blunt & Stearn, 104–106. []
  11. Graser & Sonnabend, 105. []
  12. Voir la version numérisée (consultée le 27 août 2019). []
  13. Voir la version numérisée (consultée le 27 août 2019). []
  14. Voir la version numérisée (consultee le 27 août 2019). []

Entretien avec Daryl Green, conservateur de Magdalen College Library, Oxford

Illustration 1 : La « Vieille Bibliothèque » de Magdalen College à Oxford.

Le collège de Magdalen, à Oxford, fut fondé par l’évêque William Waynflete en 1458, sur le site du vieil hôpital de Saint-Jean-Baptiste. Ce site accueillit le jeune collège pendant les vingt premières années de son existence en attendant qu’un programme de travaux soit achevé. En 1481, le nouveau collège de Wanyflete était prêt avec une cour quadrangulaire connue sous le nom des « cloîtres » et conçue par William Orchard. Cette structure offrait tout ce dont le collège avait besoin : un lieu où prier, un lieu où diner, un lieu où vivre et un lieu où lire. La bibliothèque institutionnelle date ainsi de l’achèvement des cloîtres quand, en septembre 1481, l’évêque Wanyflete dépêcha des charrettes remplies de livres pour fonder la bibliothèque avant l’arrivée du roi Édouard IV à la fin du mois. Il en profita pour également envoyer des coffres d’actes de propriété qu’il avait préparés pour assurer l’indépendance financière du collège. Les actes et les coffres dans lesquels ils avaient initialement été transportés sont encore conservés dans la tour aux archives, connue sous le nom du « Muniment Tower », qui est resté inchangée depuis le début du seizième siècle.

Illustration 2 : Les coffres des actes envoyés par l’évêque Wanyflete (salle des archives – The Muniment Room).

La collection grandit rapidement grâce aux fonds expressément destinés par Wanyflete à la bibliothèque, en contraste avec ce qui avait été fait pour les autres collèges. L’accent mis sur les livres dès la fondation continua au cours des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles avec de nombreuses donations supplémentaires. Le plus important de ces dons fut la bibliothèque de John Fitzwilliam, un étudiant et membre de Magdalen, puis aumônier de divers membres de la famille royale. Son legs en 1669 vit des milliers de livres prendre place sur les étagères ; un apport dont l’importance fut accrue par une dotation considérable pour accroître la collection.

La bibliothèque, qui demeura enchaînée jusqu’en 1798, fut rénovée au début du XIXe siècle. Ce que l’on appelle aujourd’hui la « Vieille Bibliothèque » conserve encore son mobilier, sa décoration et son cadre de classement de l’ère victorienne. Cette partie de la collection demeura la bibliothèque principale du collège jusqu’en 1930 lorsqu’une ancienne maison d’école fut transformée en bibliothèque moderne. Aujourd’hui, la Vieille Bibliothèque renferme tous les livres imprimés avant 1840 possédés par le Collège, les manuscrits médiévaux, les collections modernes exceptionnelles et bien d’autres choses étonnantes et extraordinaires. La bibliothèque « Longwall » est notre bibliothèque de prêt principal avec 120 places destinées aux membres du collège à laquelle il faut ajouter la bibliothèque juridique « Denning » et une petite bibliothèque de sciences naturelles située dans le vieux laboratoire Daubeny. Les archives du collège sont conservées dans plusieurs tours dispersées à travers le collège ainsi que dans des installations modernes de stockage.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?  

Le collège possède environ 20 000 livres imprimés avant 1840 qui sont conservés dans l’ancienne bibliothèque avec 10 000 livres imprimés depuis cette date qui forment notre réserve moderne. La collection de manuscrits médiévaux est considérable pour un collège avec plus de 250 codex. Tous ces fonds sont préservés pour l’édification et l’éducation des membres de notre collège ainsi que pour la communauté de recherche plus large. Nous accueillons des chercheurs provenant de toutes les parties du globe qui viennent utiliser nos collections. Nous recevons également des groupes pour des séminaires, des tutoriels, et des ateliers organisés par des membres de Magdalen ainsi que par d’autres collèges ou universités qui souhaitent se servir de nos fonds. Notre bibliothèque est peut-être vieille et belle, mais elle est vivante et regorge d’activité.

Illustration 3 : Une collection contenant des livres parfois surprenants… et pas simplement des livres anciens !

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

La plupart des livres qui composaient la donation originale de l’évêque Waynflete ont été perdus au cours des siècles, même si quelques vestiges de la présence de l’évêque sont encore conservés (notamment ses bottes et cothurnes !). Le collège possède plus de 150 incunables dont beaucoup se trouvaient déjà ici avant la fin du XVe siècle, comme ce fut le cas pour une bonne partie de nos manuscrits. Mis à part la donation de Fitzwilliam que nous avons évoquée, le collège profita de dons de la part du botaniste John Goodyer, du diplomate Arthur Throckmorton, et de l’évêque John Warner (dont le portrait est accroché au-dessus de l’entrée de la bibliothèque), ainsi que de bien d’autres donateurs. Cependant, comme la bibliothèque fut fondée avec une dotation financière importante de Waynflete, le collège a toujours pris au sérieux le développement de la bibliothèque et une grande partie des livres qui se trouvent sur nos étagères ont été ajoutés au cours des siècles. C’est une collection qui a connu une croissance organique.

Illustration 4 : Ex libris relatant la donation d’un livre par un professeur de théologie en 1595.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Les collections de Magdalen sont particulièrement développées dans les domaines de l’histoire des sciences et de la théologie. Nos fonds scientifiques ont été renforcés par divers dons : celui de Goodyer, évoqué ci-dessus, qui légua des centaines de livres de botanique au milieu du XVIIe siècle ; l’imposante bibliothèque scientifique de Charles Daubeny ; et bien d’autres. Mais, comme la théologie et les sciences furent enseignés à Magdalen depuis la fondation du collège, nous avons collectionné des ouvrages dans ces domaines depuis des siècles.

Récemment, nous avons cherché à développer notre fonds d’auteurs qui avaient étudié ou travaillé à Magdalen. Dans cette catégorie, nous avons mis l’accent sur les ouvrages les plus anciens ainsi que ceux de figures importantes comme Oscar Wilde, qui fut un étudiant à Magdalen entre 1874 et 1878, et T. E. Lawrence, boursier entre 1910 et 1914. Nos archives sont riches avec à la fois des documents et des actes institutionnels ainsi que les papiers personnels d’anciens tuteurs et d’individus célèbres associés au collège.

Illustration 5 : Une volvelle coloriée dans un des livres de la collection scientifique du collège.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

La majorité des manuscrits de la collection de Magdalen furent créés en Angleterre au XVe siècle. Le MS Lat 213, une copie du milieu du quinzième siècle du Confessio amantis de Gower, est un exemple imposant, mais typique, des ouvrages commandités par des mécènes. Bien des manuscrits proviennent également de la Chartreuse de Sheen ou d’autres institutions locales et furent soit donnés directement à la bibliothèque soit récupérés par le collège après la Réforme protestante et la dissolution des monastères au cours du règne d’Henri VIII. Les œuvres botaniques ayant appartenu à Goodyer, tel que le Herball de Gerard, à la rédaction duquel il participa, sont également typiques de nos fonds.

Illustration 6 : John Gerard, The herball or Generall historie of plantes, London : Adam Islip, Joice Norton et Richard Whitakers, 1633 (cote 6-R.18.1).

Le collège, bien sûr, a sa part d’objets extraordinaires. Nous recevons des douzaines de groupes chaque année pour voir le Papyrus de Magdalen, le plus ancien fragment de l’Évangile selon Saint Mathieu, et le second plus ancien fragment du Nouveau Testament (voir la numérisation complète). Le lectionnaire du cardinal Wolsey (accessible en ligne in extenso et numériquement réuni avec son pendant ici) ; le psautier de Worcester, notre exemplaire complet de l’Astronomicum Caesareum d’Appien de 1540, etc, sont autant de trésors que nous conservons sur nos étagères.

Illustration 7 : le Papyrus de Magdalen P64 (cote: MS. Gr. 17).

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Comme nous l’avons rapidement évoqué, nous organisons régulièrement des ateliers, des TD et des sessions de médiation du patrimoine autour de nos collections et de la Vieille Bibliothèque. Nos portes sont ouvertes aux chercheurs de tous horizons, allant des étudiants en début de licence aux professeurs émérites, d’artistes à la recherche d’inspiration et d’idées aux paléographes et bibliophiles. Nous sommes actifs sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter. Magdalen a également un programme annuel pour les chercheurs invités pour promouvoir l’utilisation de nos collections patrimoniales.

Illustration 8 : La page Twitter de la bibliothèque (15 février 2019).

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous organisons une série d’expositions temporaires basées sur nos collections dans la Vieille Bibliothèque et la bibliothèque « Longwall », qui sont accessibles au public par le biais du collège. Celle qui est en place en ce moment traite de Lawrence d’Oxford et se tiendra jusqu’au 1 mai 2019. Chaque exposition est accompagnée d’une programmation ouverte au public sur demande qui inclut des conférences traditionnelles, des événements artistiques et des visites guidées.

Illustration 9 : Un atelier en cours avec des livres de la collection du collège.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

La collaboration. Les bibliothèques ont à faire face à des problèmes récurrents dans le domaine financier et doivent régulièrement se battre pour obtenir des moyens. La collaboration entre institutions, entre collections, et entre individus est la clef pour maximiser les ressources à leur disposition. Les bibliothèques sont souvent au cœur de ces systèmes de coopération. Le bibliothécaire moderne, même lorsqu’il travail avec des collections patrimoniales, doit être bien équipé pour participer à la mise en place et au développement de ces collaborations. Les bibliothèques demeurent encore aujourd’hui le lieu où les esprits se rencontrent et les idées se partagent.

Illustration 10 : La bibliothèque : une invitation à la collaboration.

Une histoire de nerfs cloués : les découvertes offertes par les interventions de conservation-restauration

Les métiers de la conservation-restauration peuvent parfois sembler ingrats. Les interventions matérielles préalables à la numérisation – absolument indispensables non seulement pour que le document puisse être manipulé, mais aussi pour sa lisibilité – nécessitent la mise en place d’une organisation à long terme et des opérations généralement répétitives et rébarbatives, autant pour le conservateur que pour le restaurateur ou pour le photographe. Ces chantiers de numérisation sont aujourd’hui monnaie courante aux Archives nationales, et peuvent être associés à des projets de grande ampleur, tels que la mise en ligne de modélisations en 3D du château de Versailles sous l’Ancien Régime (projet baptisé VERSPERA1). Pourtant ces opérations de routine peuvent être l’occasion de découvertes surprenantes.

C’est dans le cadre de ces chantiers de préparation à la numérisation que quelques registres de la série Z/1c sont arrivés à l’atelier de reliure et de restauration des Archives nationales. Ce fonds est constitué d’un peu moins de 500 registres. Entré aux Archives en 1847, il regroupe les papiers de la connétablie et de la maréchaussée de France depuis le XIVe siècle jusqu’à la Révolution française2. Seuls quatre registres du fonds, datés de 1528 à 1538, sont actuellement pris en charge par l’atelier de Paris (Z/1c/1 à Z/1c/4). Chacun de ces quatre volumes représente de nombreuses heures de travail, si bien que leur traitement doit être étalé sur une longue période.

Aperçu de l’un des registres du fonds Z/1c à son arrivée à l’atelier : plat supérieur (à gauche) et tranche de queue (à droite) – Archives Nationales Z/1c/4

Conservés dans des boîtes d’archives (un ou deux par boîte), les registres présentent au moment de leur arrivée à l’atelier un état matériel plus que préoccupant. Protégés seulement par une couvrure souple en parchemin (datant très probablement de l’époque de la rédaction), les volumes ont été exposés à une humidité très élevée sur une longue période. Cette humidité couplée à un conditionnement souvent inadéquat a eu pour conséquences d’importantes déformations des feuillets ; ainsi qu’une perte conséquente de la charge en colle du papier, qui a permis le développement de microorganismes et qui a considérablement affaibli le support. L’intervention de conservation-restauration en vue de la numérisation a donc un objectif double : renforcer le support papier d’une part, et lui rendre une certaine planéité d’autre part. 

Aperçu de l’état matériel des feuillets du registre dont j’ai hérité : affaiblissement et déformations – Archives Nationales Z/1c/1

C’est au cours du traitement long et répétitif de ces registres que j’ai fait une découverte inattendue au cœur même de leur structure. Comme de nombreux volumes d’archives, considérés comme peu prestigieux au moment de leur création au regard de leur reliure, les manuscrits de la connétablie comportent une structure souple en parchemin de seconde main, ou parfois de remploi. Le matériau de couvrure, de piètre qualité, remplit néanmoins son rôle de protection des feuillets. La couture est effectuée à chevrons sur doubles lanières fendues et torsadées de cuir mégissé (de couleur blanchâtre), ce qui non seulement dénote une volonté de confectionner un registre solide, mais nécessite aussi un certain savoir-faire dans le domaine de la reliure – d’autant que les cahiers sont parfaitement alignés en tête. Les lanières sont passées dans la couvrure en parchemin, qui est repliée sur elle-même afin de s’adapter au format des cahiers. Aucun feuillet de garde, aucun renfort du dos, ni aucune tranchefile, n’est ajouté.

Passure des lanières de cuir mégissé dans la couvrure de parchemin – Archives Nationales Z/1c/4

Largement utilisée du XVe jusqu’au XIXe siècle, ce type de reliure a souvent été à tort qualifiée de « reliure d’attente »3. En effet, même si ce type de structure – souvent appelée « reliure à la hollandaise » – peut sembler relever du niveau zéro de la reliure, elle présente en réalité une certaine solidité qui a participé à la transmission du volume jusqu’à nous. Mais si aucune information écrite n’a été perdue, on note des déformations importantes du support papier. 

Cette déformation est bien connue des restaurateurs de documents d’archives. Les cahiers de papier qui constituent les registres sont très épais (leur format réel est environ in-16, et peut aller jusqu’à in-24), et la forme du dos est passée de convexe à concave au fil du temps. Ce mouvement est tel qu’il est parfois possible de trouver des volumes dont le premier et le dernier cahier finissent par se rejoindre. Les origines et les mécanismes de ce type de déformation sont aujourd’hui mal connus et rarement étudiés4 , mais l’hypothèse purement mécanique liée à la couture du document semble plausible. Pour comprendre cette hypothèse, il est nécessaire d’évoquer le rôle primordial de la couture dans la mécanique du livre relié.

Déformation ou incurvation du dos, qui est passé de convexe à concave – Archives Nationales Z/1c/1

Véritable pilier du livre, la couture détermine toutes les opérations de reliure, celles qui la précèdent comme celles qui la suivent. Comme souvent dans le monde de l’artisanat, le terme « couture » désigne à la fois une opération et son résultat. Le procédé a deux objectifs : permettre de lier les cahiers les uns aux autres via le point de chaînette ; et attacher chacun de ces cahiers aux supports préalablement préparés5. C’est d’ailleurs l’opération qui consiste à passer – après couture – les supports dans des trous percés dans les plats qui différencie une reliure d’un emboîtage. Le terme reliure désigne l’opération qui consiste à relier les supports de couture aux plats. En résumé, si le livre relié était un corps humain, les supports de la couture seraient les vertèbres constituant ensemble la colonne vertébrale, le fil de couture serait la structure osseuse, et les cahiers seraient les muscles.

Aperçu de la structure de la couture en cours de démontage, évoquant un squelette – Archives Nationales Z/1c/1

La couture à chevrons, observée sur nos registres de la connétablie et sur beaucoup d’autres volumes reliés à la même époque, ajoute un troisième point d’ancrage aux deux premiers. Elle permet de solidariser le cahier au précédent non plus exclusivement par les points de chaînette, mais également par chacun des supports6. Si cette opération apporte indubitablement une solidité supplémentaire, elle présente l’inconvénient de tirer chacun des cahiers en arrière, vers le cahier précédent auquel il est rattaché. Distribué sur l’ensemble du dos, ce mouvement peut provoquer une inversion de la courbure convexe recherchée du dos. Plus les cahiers sont épais, plus cette contrainte est importante, puisque la distance parcourue par le fil pour rejoindre le cahier précédent est plus grande. Une couture à chevrons effectuée sur un volume dont les cahiers sont épais aura donc plus de chances de passer de convexe à concave (ou de plane à concave si le dos était peu ou pas arrondi).

Incurvation du dos sur un registre du XVIe siècle (à gauche), et déjà visible sur le même type de couture effectuée de nos jours (à droite) – Archives Nationales Z/1c/1

À chaque ouverture d’un volume, le dos passe de convexe à concave, puis de concave à convexe lorsque le livre est refermé7. Maintenir cette forme convexe lorsque l’ouvrage est fermé est l’un des enjeux mécaniques les plus importants de la reliure8. Le rôle primordial joué par la couture est secondé par d’autres opérations. L’endossure dite « à la française », pratiquée du XVIe au XIXe siècle environ9, consiste à tenter de bloquer cette forme convexe en forçant le passage des supports de couture dans les plats10. Le collage de morceaux de papier ou de parchemin – appelés claies ou apprêture – sur le dos vise à le solidifier, tout en maintenant une certaine souplesse permettant l’ouverture.

Quelques exemples de coutures sur doubles nerfs (à gauche), et une couture ancienne sur doubles lanières à chevrons (à droite) – Archives Nationales Z/1c/3

Une couture à chevrons, des cahiers épais, et aucune apprêture : toutes les conditions pour que le dos passe de convexe à concave semblent être réunies sur certains des registres de la connétablie déposés à l’atelier. L’un d’eux, le Z/1c/1 dont j’ai hérité, présentait des déformations si importantes qu’il a été décidé de défaire la couture avant de traiter les feuillets un à un, puis de réaliser une nouvelle couture plus adaptée aux cahiers épais.

Une couture ancienne à chevrons avec renfort du dos par des claies en parchemin (à gauche), et une couture similaire effectuée de nos jours (à droite) – Archives Nationales LL//1068

Il peut nous sembler intuitif que cette déformation du dos ait été lente et progressive, et que les relieurs du XVIe siècle ignoraient les conséquences de ce type de structure sur des volumes constitués de cahiers épais. Les documents d’archives ayant une valeur probatoire importante, ils devaient probablement être reliés de façon à pouvoir être conservés le plus longtemps possible.

Cette intuition a été contrée en quelques minutes. Après avoir déboîté la couvrure souple de parchemin du corps d’ouvrage, j’ai constaté une différence nette d’aspects entre les supports de tête et queue d’une part, et les autres supports d’autre part. En y regardant de plus près, il s’est avéré que des clous – probablement en fer au regard de leurs produits d’oxydation rougeâtres – avaient été ajoutés aux supports après couture. Ces clous, disposés à dessein en tête et en queue, avaient très certainement pour objectif d’empêcher le dos de prendre une forme concave.

Le clou du support de tête toujours en place (à gauche) et le clou du support de queue déposé (à droite) – Archives Nationales Z/1c/1                          

Une rapide vérification sur les autres volumes de la série a permis d’établir que le registre qui m’a été confié n’est pas un cas isolé. Parmi les volumes observés, environ un sur deux – ceux dont les cahiers sont les plus épais – avait ses supports de couture garnis de clous. Il ne s’agit donc pas d’une fantaisie d’un relieur zélé, mais bien d’une habitude transmise dans le temps, et dont l’objectif était probablement de conférer une certaine solidité – donc une certaine longévité – aux archives de la connétablie et de la maréchaussée. L’hypothèse selon laquelle les relieurs du XVIe siècle connaissaient les problèmes liés à la structure de reliure qu’ils réalisaient (et tentaient d’y remédier) est donc tout à fait crédible.

Clou visible dans l’un des supports de couture d’un registre (à gauche) et traces d’oxydation ferreuse dans le support d’un autre – Archives Nationales Z/1c/14 et Z/1c/39

Cette expérience démontre deux choses : premièrement, les interventions de conservation-restauration sont des occasions uniques et précieuses d’étudier la matérialité du patrimoine écrit et l’histoire des techniques11 ; et deuxièmement, il est nécessaire de questionner en permanence nos connaissances et nos intuitions en matière de techniques anciennes de reliure et de restauration12.

Lucie Moruzzis

Archives Nationales


  1. Jugie P., Laforest E. et Paturange M., « Numérisation et modélisation des plans de Versailles sous l’Ancien Régime », Support Tracé 17 (2018), pp. 45-54 []
  2. Z/1c. Juridictions spéciales ; Connétablie et Maréchaussée de France, Salle des inventaires virtuelle, Archives nationales, consulté le 23/09/2018 []
  3. Clarkson C., Limp Vellum Binding and its Potential as a Conservation Type Structure for the Rebinding of Early Printed Books, Oxford : Christopher Clarkson, 2005 []
  4. À l’exception de l’étude menée par W. K. Gnirrep et J. A. Szirmai en 1989, signalée par Cédric Lelièvre et Lise Marandet : Gnirrep W. K. et Szirmai J. A., “Spines reinforced with metal rods in sixteenth-century limp parchment bindings”, Quaerendo, XIX (1989), pp. 117-140 []
  5. La couture sans support, appelée « couture de brochure », est bien moins solide que la couture sur supports, est très peu employée avant le XIXe siècle en Europe, et ne permet que de réaliser un emboîtage. []
  6. Adam C., Restauration des manuscrits et des livres anciens, Paris : Erec, 1984, pp. 36-41 []
  7. Conroy T., « The movement of the book spine », The Book and Paper Group Annual 6 (1987), consulté le 26/09/2018 []
  8. Clarkson C., « Thoughts on sewing frame design for the book conservator », The Paper Conservator 19 (1995), pp. 41-50 []
  9. Elle sera remplacée à partir du XIXe siècle par l’endossure à l’étau, toujours pratiquée de nos jours. []
  10. Devauchelle R., La reliure en France de ses origines à nos jours, Tome II, de 1700 à 1850, Paris : Jean Rousseau-Girard, 1960, pp. 16-20 []
  11. Boudalis G., « Preserving the book as artefact : Conservation as the ideal occasion in which books are both repaired and structurally understood » dans ICOM-CC (éd.), Choices In Conservation Practice Versus Research, Copenhagen, 6-8 octobre 2010, Copenhague : The Royal Library, 2010, pp. 59-62 []
  12. Côte M. et Daniel F., « De Diafoirus aux thérapies de groupe : une petite histoire des techniques de conservation/restauration du livre » dans Association pour la recherche scientifique sur les arts graphiques (éd.), La conservation : une science en évolution, bilans et perspectives, Paris, 1997, Paris : ARSAG, 1997, pp. 94-102 []