Entretien avec Elizabethanne Boran, conservatrice de la bibliothèque Edward Worth à Dublin

Illustration 1: La bibliothèque Edward Worth, Dublin.

La bibliothèque Edward Worth porte le nom de son fondateur, le Dr Edward Worth (1676-1733), un médecin de Dublin du début du XVIIIe siècle. Worth était le fils de John Worth (1648-88), doyen de la cathédrale St Patrick de Dublin, et avait fait ses études à Dublin avant d’obtenir sa licence au Merton College d’Oxford et son doctorat en médecine à l’université de Leyde. Après avoir obtenu son diplôme en 1701, il retourna à Dublin et y établit un cabinet médical lucratif. Il fut élu à deux reprises président du King and Queen’s College of Physicians, mais il fut condamné à une amende pour ses absences. Il fut plus actif dans son rôle d’administrateur du Dr Steevens’ Hospital et, en 1723, dix ans avant son ouverture officielle, il décida de laisser sa collection d’environ 4 400 livres rares à l’hôpital « pour l’usage, le bénéfice et le bien du médecin, de l’aumônier et du chirurgien pour la période d’existence dudit hôpital ». En outre, il laissa de l’argent pour une bibliothèque entièrement équipée dans laquelle ses livres pourraient être conservés. En 1733, après la mort de Worth, les livres furent transférés au Dr Steevens’ Hospital et placés dans la nouvelle salle de la bibliothèque. Après la mort de son exécuteur testamentaire et cousin, Edward Worth de Rathfarnham, en 1741, certains des livres de son père furent rendus à la collection. Selon les termes du testament du Dr Edward Worth, ils avaient été vendus pour payer la construction de sa salle de bibliothèque et avaient été achetés par son cousin.

Illustration 2: Portrait du Dr Edward Worth.

Histoire ultérieure de la bibliothèque Worth

Les livres restèrent sur place jusqu’à la fermeture de l’hôpital en 1988 et, à ce moment-là, furent transférés au Trinity College de Dublin pour être conservés en sécurité. Une fois que l’Eastern Health Board eut pris le bâtiment comme siège, des médecins qui connaissaient bien ce qui est considéré comme la plus importante collection des débuts de la médecine moderne en Irlande, suggérèrent son retour dans son cadre d’origine. Un débat s’engagea alors entre l’Eastern Health Board (qui préconisait le retour des livres dans leur cadre d’origine), le Trinity College de Dublin et la Bibliothèque nationale d’Irlande (qui préconisait leur maintien au Trinity College de Dublin). Cela conduisit à une action devant la Haute Cour de justice qui fut réglée par le jugement du juge Keane de la Haute Cour, qui créa le Worth Library Trust. La collection de livres d’Edward Worth a retrouvé son cadre d’origine en 1996 et c’est à ce moment que le premier bibliothécaire officiel a été nommé pour cataloguer la collection. Après la mort du premier conservateur, le Dr Vincent Kinane, en 2000, un hiatus de trois ans s’est ensuivi, jusqu’à la nomination d’un second conservateur. Le professeur William McCormack a occupé ce poste entre 2003 et 2010 et Dr Elizabethanne Boran lui a succédé.

Elizabethanne Boran est la conservatrice de la bibliothèque Edward Worth à Dublin. Elle est l’éditrice de la correspondance en trois volumes de James Ussher, 1600-1656 (Dublin, 2015) et de l’ouvrage Book Collecting in Ireland and Britain, 1650-1850 (Dublin, 2018). Elle est co-éditrice (avec le professeur Mordechai Feingold, Caltech) de Reading Newton in Early Modern Europe (Leyde, 2017) et est l’autrice de Aldines at the Edward Worth Library, Dr Steevens’ Hospital, Dublin. A Descriptive Catalogue (Dublin, 2015). Elle est la coordinatrice du MOOC FutureLearn ‘The History of the Book in the Early Modern Period, 1450-1800’.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

Illustration 3: des livres sur un rayonnage de la bibliothèque Edward Worth.

La collection de livres d’Edward Worth est restée sous forme de « collection capsule » depuis son arrivée au Dr Steevens’ Hospital (c’est-à-dire une collection à laquelle on n’ajoute pas d’éléments, sauf s’il peut être prouvé que Worth en était le propriétaire à l’origine). Outre la collection de livres rares (qui constitue l’essentiel de la collection), la bibliothèque Edward Worth possède également un petit fonds d’archives du XVIIIe siècle, une collection de catalogues de ventes aux enchères appartenant à Worth, une collection de publications officielles du XIXe siècle donnée à l’hôpital, un petit groupe de portraits des XVIIIe et XIXe siècles et une collection de références pour les lecteurs.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Illustration 4: Bibliotheca Marckiana, sive catalogus librorum quos … comparavit … Henricus Hadrianus Vander Marck … quorum publica distractio fiet per Petrum de Hondt. Die 14 Julii & seqq. 1727 (La Haye, 1727), p. 22 : liste des éditions Aldines.

Nous savons que Worth a hérité des livres de son père, John Worth (1648-1688) et de son grand-père, Edward Worth, évêque de Killaloe (mort en 1669). Ils sont identifiables dans la collection car tous deux ont apposé leur nom sur les pages de titre des volumes. Nous disposons de peu d’informations sur les achats du Dr Edward Worth à Dublin, Oxford ou Leyde au cours des premières décennies de sa vie. Cependant, une collection de 57 catalogues de vente et d’enchères pour la période 1723-1733 montre que, pendant les dix dernières années de sa vie, il achetait chez des libraires à Dublin, Londres, Amsterdam et La Haye. La période qui suivit le krach boursier de 1720, à la suite de la « bulle du Mississippi » et de la « bulle des mers du Sud », fut marquée par la vente aux enchères de grandes bibliothèques et Worth put ainsi acheter des raretés de toute l’Europe. En conséquence, sa bibliothèque est bien une bibliothèque européenne dans tous les sens du terme1.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Illustration 5: plat de devant d’un exemplaire de Worth de Constantin Lascaris, In hoc libro haec habentur. Constantini Lascaris Byzantini De octo partibus or[ati]onis lib. I. etc (Venice, 1512)2.

La bibliothèque Edward Worth est célèbre pour trois choses : ses collections d’histoire de la médecine, d’histoire des sciences et d’histoire du livre. En tant que médecin, Worth collectionnait naturellement de nombreux textes médicaux. Dans un contexte irlandais, la plupart des collections médicales des débuts de l’ère moderne n’ont pas survécu en tant que bibliothèques existantes. La collection de Worth offre donc une perspective fondamentale sur les textes médicaux qui étaient considérés comme essentiels. La collection de Worth reflète clairement l’influence de sa formation à la faculté de médecine de Leyde3.

L’intérêt évident de Worth pour tout ce qui est scientifique est lié à cela, car sa bibliothèque possède une merveilleuse collection de livres sur la botanique, la chimie, la zoologie, l’astronomie, les mathématiques et la physique (dont beaucoup ont fait l’objet d’expositions en ligne). Il était un admirateur d’Isaac Newton, collectionnant de multiples exemplaires de ses œuvres et les nombreux commentaires sur les Principia émanant de la Royal Society. Il ne se limitait cependant pas aux discussions de la Royal Society mais s’intéressait également aux travaux des scientifiques français, danois, néerlandais, allemands et italiens.

Par-dessus tout, Worth était un collectionneur de livres averti, intéressé par les impressions rares et les belles reliures. Sa collection d’éditions Aldines a fait l’objet d’une publication en 2015 et plus récemment, Agathe Vézine a exploré sa collection d’éditions de la famille Estienne4. Worth était un collectionneur chanceux car il avait assez d’argent pour acheter des livres qui, de son temps, étaient déjà considérés comme des objets de collection à une époque où de tels livres arrivaient sur le marché en raison du krach de 1720. En conséquence, Worth obtint des raretés, certaines dans leur reliure originale ou dans une reliure de luxe du début du XVIIIe siècle comme l’exemple néerlandais ci-dessus ; il en fit re-relier d’autres à Dublin dans les années 1720 et 1730, une période où la reliure irlandaise commençait à fleurir dans les beaux styles qui connnurent leur heure de gloire dans les années 1740 et 1750. Le fait que sa bibliothèque soit restée pratiquement inchangée entre 1733 et 1996 (en raison des stipulations de son testament) signifie que la bibliothèque Edward Worth offre maintenant une occasion unique aux historiens du livre en tant qu’objet matériel de voir des reliures des XVIe, XVIIe et début XVIIIe siècles dans un état de conservation incroyable.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Illustration 6: Lettre de Monsieur Chicoyneau … écrite à Monsieur De la Moniere … Pour prouver ce qu’il a avancé dans ses Observations & Reflexions touchant la … peste de Marseille & d’Aix, du 10. Decembre 1720 (Lyon, 1721), page de titre.

Comme indiqué plus haut, la médecine occupe une place importante dans la collection, des coûteuses éditions in-folio du XVIe siècle de Galien et d’Hippocrate aux octavos et duodecimos d’auteurs plus contemporains. Un exemple emblématique de sa collection est son corpus de textes sur les maladies infectieuses et il n’y a pas de maladie qui intéressait Worth plus que la peste. La raison en est évidente : la peste  constituait une menace réelle de son vivant. Mon premier choix est donc l’un des cinq pamphlets de François Chicoyneau (1672-1742), professeur de botanique et d’anatomie à l’université de Montpellier, qui est peut-être le plus connu pour ses exploits lors de la peste de Marseille de 1720. Son courage durant cette période lui valut d’être décoré de l’ordre de Saint Michel et d’être ensuite nommé médecin de la famille royale, avant de succéder à son beau-père Pierre Chirac au poste de premier médecin de Louis XV (1710-1774).

Illustration 7: Johannes Commelin, Horti medici Amstelodamensis rariorum (Amsterdam, 1697), vol 1, ill. 36, Lilio Narcissus Africanus.

Un autre livre emblématique de la Worth Library est son exemplaire de l’Horti medici Amstelodamensis rariorum de Jan Commelin (Amsterdam, 1697-1701). Worth rassembla un grand nombre de textes botaniques : des herbiers des XVIe et XVIIe siècles, des recueils de fleurs du XVIIe et du début du XVIIIe siècle et des ouvrages de classification botanique. Sa collection botanique, tout comme sa collection médicale, doit beaucoup aux préoccupations néerlandaises du temps et reflète la montée en puissance de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (Vereenigde Oost-Indische Companie, ou VOC). L’Horti medici Amstelodamensis rariorum de Commelin contenait de nombreuses plantes d’origine africaine qui avaient été ramenées en République néerlandaise par les commandants de la VOC. Worth rassembla également les 12 volumes de l’Hortus Indicus Malabaricus (Amsterdam, 1673-1703) du commandant de la VOC Hendrik Adriaan van Rheede tot Drakenstein, une énorme collection de plantes d’Asie, à l’édition de laquelle Commelin participa également.

Illustration 8 : Georg von Logau, Poetae tres egregii nunc primum in lucem editi, Gratii, qui Augusto Principe floruit… (Venice, 1534), plat de devant comportant les armoiries de Loménie de Brienne.

Par-dessus tout, la bibliothèque Edward Worth contient de nombreuses reliures magnifiques provenant de toute l’Europe. L’une de mes reliures préférées porte les armoiries de la famille Loménie de Brienne. Leur bibliothèque arriva sur le marché de Londres en 1724 et Worth acheta des livres appartenant à trois générations de la famille : Henri Auguste (1595-1666), ses fils Louis Henri (1635-1688) et François (1637-1720), et son fils Henri Louis (mort en 1743). Nous voyons ici les armoiries d’Henri Louis qui présentent de nombreuses similitudes avec celles de son père, Louis Henri (dont la fée Mélusine en haut des armoiries), mais qui diffèrent en plaçant les lions rampants dans la pose de regardant.

Illustration 9 : Anthony Van Dyck, Icones principum virorum doctorum, pictorum chalcographorum statuariorum nec non amatorum picturae artis numero centum ab Antonio Van Dyck pictore ad vivum expressae eiusque sumptibus aeri incisae (Anvers, 1646), portrait de Marie De Medicis, Reine de France.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

La bibliothèque Edward Worth gère un programme de bourses de recherche qui encourage activement les chercheurs en début de carrière ou plus avancés dans leurs recherches à travailler dans nos collections. En outre, nous organisons fréquemment des colloques et produisons des publications savantes de leurs actes. La conservatrice donne des cours dans le cadre d’un module « Histoire de la médecine » pour les étudiants de première année de médecine du Trinity College de Dublin et donne régulièrement des conférences lors de colloques nationaux et internationaux sur des sujets liés aux collections. Nous avons conclu divers partenariats pour faciliter les stages à la Worth Library. Certains stages sont de courte durée (environ 6 semaines), pendant lesquels le stagiaire produit une petite exposition en ligne/un article de blog, mais l’année dernière nous avons eu la chance d’avoir un stage de quatre mois de l’ENSSIB, pendant lequel Agathe Vézine a produit un site web beaucoup plus complet (une de nos expositions annuelles en ligne) consacré aux publications de la famille Estienne présentes dans la bibliothèque Edward Worth.

Dans le passé, nous avons collaboré avec des étudiants de diverses universités pour créer nos expositions en ligne : en 2016, des étudiants en mathématiques de la School of STEM Education, Innovation and Global Studies, de l’université Dublin City, ont préparé l’exposition en ligne « Mathematics at the Edward Worth Library« , qui explorait les nombreux ouvrages mathématiques de la bibliothèque. Et en 2017, des étudiants de troisième cycle du département d’histoire de l’art et de l’architecture du Trinity College de Dublin ont produit « Van Dyck at the Edward Worth Library« , qui se concentrait sur un livre de la collection: Icones principum virorum doctorum, pictorum chalcographorum statuariorum nec non amatorum picturae artis numero centum ab Antonio Van Dyck pictore ad vivum expressae eiusque sumptibus aeri incisae d’Anthony Van Dyck (Anvers, 1646).

Enfin, la conservatrice est membre de plusieurs organismes nationaux et internationaux: le Rare Books Group of Ireland (membre du comité de direction) ; le History of Medicine, Science and Technology Network of Ireland (membre du comité de direction) ; le Irish Blue Shield Committee (secrétaire) ; la Society for the History of Natural History (membre irlandais) et la Commission internationale pour l’histoire des universités (secrétaire générale).

Illustration 10: Image de dragon ailé dans Ulisse Aldrovandi, Serpentum, et draconum historiæ libri duo (Bologna, 1640), p. 420.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Le personnel de la Worth Library propose des visites guidées tout au long de l’année (mais pas pendant les pandémies !) et nous nous impliquons en particulier dans des festivals et des événements tels que le Festival d’histoire de Dublin et la Nuit de la culture. Au fil des ans, nous avons développé un réseau de matériel en ligne, composé de grandes expositions annuelles en ligne, de petites expositions en ligne et de billets de blog que nous appelons « Livres du mois ». Lorsque nous produisons nos expositions en ligne, nous les y laissons indéfiniment comme ressource pour les chercheurs et le grand public. C’est notre façon de partager nos collections avec le plus grand nombre de personnes possible. Nos séries de conférences et nos colloques sont également gratuits et ouverts à tous – la seule limite étant le nombre de personnes pouvant entrer dans notre bibliothèque ! La conservatrice donne des conférences sur la bibliothèque à des sociétés d’histoire locale. Enfin, nous utilisons Twitter et des listes de diffusion par e-mail pour diffuser des informations sur les événements organisés à la bibliothèque Edward Worth.

Quelle vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Nous mettons l’accent sur la sensibilisation, en particulier en ligne, sous toutes les formes décrites ci-dessus, car nous pensons qu’il est de notre devoir principal de partager la collection de Worth avec le plus grand nombre de personnes possible. C’est vital pour une bibliothèque telle que la Edward Worth Library, mais cela peut prendre beaucoup de temps ! Et nous essayons autant que possible de nous adapter aux nouvelles formes de médias sociaux pour diffuser des informations sur la bibliothèque Edward Worth.

  1. Sur Worth en tant que collectionneur, voir Elizabethanne Boran, « Dr Edward Worth : a connoisseur book collector in early eighteenth-century Dublin » in Elizabethanne Boran (ed.), Book Collecting in Ireland and Britain, 1650-1850 (Dublin: Four Courts Press, 2018), pp 80-103. []
  2. La reliure fut commandée par le marchand Goswin Uilenbroek (1658-1740), dont la bibliothèque fut vendue en 1729. On sait que Uilenbroek fut le mécène d’au moins quatre ateliers de reliure à Amsterdam. Cette couverture est un très bon exemple du travail de la reliure Uilenbroek vers 1705-1710. Sur les reliures néerlandaises du début du XVIIIe siècle, voir Jan Storm van Leeuwen, Dutch Decorated Bookbinding in the Eighteenth Century, 4 vols (Hes & De Graaf, 2006). []
  3. Elizabethanne Boran, ‘Collecting medicine in early eighteenth-century Dublin’ in John Cunningham (ed.), Early modern Ireland and the world of medicine: practitioners, collectors and contexts (Manchester, 2019), pp. 165-187. []
  4. Voir le billet de blog qu’elle a consacré à sa recherche []

Le réemploi des gravures sur bois : nouvelles perspectives sur une pratique culturelle ancienne

Grâce à l’invention de la presse à imprimer, les images purent circuler à plus grand échelle que jamais en Europe1. Dès les premières années de son existence, les imprimeurs firent un usage astucieux des possibilités dont ils disposaient de réutiliser et copier les gravures. Les bois gravés, ces blocs de bois sur lesquels les images étaient sculptées, étaient parfois réutilisés pour toutes sortes d’éditions. Des copies pouvaient également être faites assez facilement en calquant ou en recopiant les images et en les gravant sur un nouveau bloc de bois.

On constate donc une grande polyvalence de ces images, comparable avec celle des photos issues de bases d’images que nous retrouvons aujourd’hui pour illustrer les contenus de multiples sites Internet et journaux. Or, cette polyvalence est la raison pour laquelle les chercheurs, jusqu’à un passé récent, ont surtout vu dans l’emploi des illustrations imprimées dans les livres anciens une manière bon marché de rendre un ouvrage plus attractif : elles sont simples d’aspect, ne correspondent pas toujours bien au texte en regard, ou ont même clairement été empruntées à un autre texte. C’est pourquoi, pendant longtemps, elles n’ont guère fait l’objet de recherches spécifiques. Cependant, ces dernières années, de plus en plus d’études tendent à montrer que ce type d’illustrations faisait intimement partie de la culture visuelle de la première modernité2. Si nous voulons comprendre cette culture, nous ne pouvons donc pas faire l’économie d’une analyse du langage visuel de ces gravures « bon marché ».

Dans un manuel récent consacré à la culture matérielle, Patricia Fumerton et Megan Palmer remarquent ceci : « […] woodcuts were not simply reused. Many were remade. And remade. And remade »3. Il est en fait remarquable que cette pratique de la copie ait été si répandue. Les imprimeurs pouvaient certes faire des économies sur les coûts de conception du dessin s’ils faisaient faire un nouveau bois gravé sur le modèle d’une image déjà existante, mais c’est le travail de gravure qui était le plus coûteux en temps, et donc en argent. C’est pourquoi il est important de nous demander si d’autres facteurs pouvaient jouer dans le choix de faire copier une image que le simple désir de produire une image la moins chère possible. Je vais présenter deux exemples dans lesquels cette question se pose. Ces deux exemples sont issus de mon travail de doctorat en cours, qui porte sur les illustrations dans les livres de médecine et d’astrologie aux Pays-Bas dans la première moitié du XVIe siècle.

Deux hommes identiques

Un de mes livres anciens favoris est Thuys der fortunen ende dat huys der doot [La maison de fortune et la maison de la mort]4. C’est ce qu’on appelle un lotboek en néerlandais ou book of fortune en anglais, autrement dit un livre de jeu divinatoire, sans doute utilisé comme un jeu de société. Le lecteur doit faire tourner une aiguille sur un disque représentant les différents vents qui est placé au début du livre. Il est alors renvoyé, selon le résultat, vers différents chapitres. Il obtient ainsi une prédiction sur son futur délivrée par un « maître », un personnage historique ou allégorique. L’illustration ci-dessous, tirée d’une édition sans date produite vers 1540, montre l’un de ces maîtres, Averroès, bien que le texte ne présente pas l’érudit musulman andalou du XIIe siècle comme tel (illustration 1). Il n’est pas clair qui dans les petites vignettes représentant des hommes est censé être Averroès, ni qui sont les deux autres figures. Mais ce qui m’intrigue le plus dans cette image, c’est que deux personnages sont identiques.

Illustration 1: prédiction de maître “Aueraoys” (Averroès) illustrée avec deux bois gravés représentant la même figure, Thuys der fortunen ende dat huys der doot [Utrecht?, Jan Berntsz.?, vers 1540?], Koninklijke Bibliotheek Den Haag, KW 234 M 14, fol. D3v-D4r (USTC 421042).

Les lignes autour des gravures montrent qu’il s’agit d’une image composite, composée à partir de deux bois gravés5. Ceci signifie que l’imprimeur avait deux bois avec le même personnage à sa disposition.

Illustration 2: détail de gravure de Thuys der fortunen.

Cette constatation ajoute à notre vision de la « banque d’images » du XVIe siècle. On ne réutilisait pas forcément au hasard, le stock d’images était parfois utilisé avec une intention certaine, même pour des petites figures que nous serions tentés de voir surtout comme une manière de remplir la page. Ainsi, même des bois gravés a priori triviaux offrent des informations utiles pour les chercheurs, non seulement sur la production des livres, mais aussi plus largement sur la culture de la lecture. Ils nous amènent à réfléchir sur la façon dont certaines illustrations étaient considérées comme acceptables ou appropriées dans différentes situations, pour les producteurs de livres comme pour les lecteurs.

Un canard en train de plonger

Une tout autre forme de copie, bien moins littérale, est observable dans Tregement der ghesontheyt, un livre de prescriptions pour la santé attribué à un médecin du XIVe siècle, Magninus Mediolanensis. Dans l’édition de 1514, imprimée par Thomas van der Noot à Bruxelles, la gravure ci-dessous est utilisée comme illustration pour l’eau, dans un passage sur les quatre éléments (illustration 3). On y voit un homme assis près d’un lac ou d’une rivière en train de boire à une bouteille. À droite, un autre homme remplit une bouteille à une fontaine. Trois cerfs paissent et s’abreuvent près de l’eau, et à l’arrière-plan, on distingue un lapin dans l’herbe. Deux canards nagent sur l’eau, dont un qui vient de plonger : seul son arrière-train est visible.

Illustration 3: Les quatre éléments : l’eau. Gravure dans le Tregement der ghesontheyt, Bruxelles, Thomas van der Noot, 1514, exemplaire de la Koninklijke Bibliotheek Den Haag, KW 228 A 18, fol. f3v (USTC 407304).

Certains détails de cette image présentent des similitudes évidentes avec ceux de la gravure utilisée sur la page de titre du plus vieux manuel de distillation imprimé connu, un ouvrage en allemand intitulé Liber de arte distillandi de simplicibus, également connu comme le Kleines Destillierbuch, du chirurgien strasbourgeois Hieronymus Brunschwig, datant de 1500 (Illustration 4).

Illustration 4: Détail de la gravure sur la page de titre de Hieronymus Brunschwig, Kleines Destillierbuch, Strasbourg, Johann Grüninger, 1500, exemplaire de l’Universitäts- und Landesbibliothek Darmstadt (USTC 743719).

Dans le coin droit supérieur de cette gravure d’assez grand format, on voit aussi un homme qui boit à une bouteille, assis près de l’eau à côté d’une fontaine. Les trois cerfs, dont l’un se tient droit contre un arbre, sont également reconnaissables. On y retrouve même le canard en train de plonger. On ignore si la gravure de Thomas van der Noot est directement ou indirectement inspirée de cette gravure allemande, mais les similitudes sont trop évidentes pour qu’il s’agisse d’une coïncidence. Cette copie indirecte indique de nouveau que les imprimeurs ou les illustrateurs n’avaient pas toujours comme souci de produire à moindre coût. Nous retrouvons aussi ce type d’emprunts partiels à partir des travaux d’historiens de l’art concernant par exemple des peintures et des estampes de cette période6. Cette pratique faisait fondamentalement partie de la manière dont on se servait des images au XVIe siècle, et elle n’est pas limitée à un medium spécifique. Il est donc important d’étudier les illustrations dans des livres avec d’autres formes de représentations imagées. Avec cet exemple allemand, j’aimerais aussi souligner que nous devons prendre en compte les échanges internationaux, car les motifs iconographiques pouvaient aussi circuler entre les pays.

Donner du sens aux réutilisations

Dans la plupart des cas, les bois gravés avec lesquelles on imprimait des illustrations ne nous sont pas parvenus. Les petits bois gravés multifonctionnels en particulier devaient être utilisés jusqu’à l’usure. Les livres dans lesquels on retrouve leurs empreintes sont pour nous d’autant plus importants pour comprendre comment les imprimeurs concevaient l’illustration d’un ouvrage, quels choix ils faisaient, et quel matériel illustratif ils avaient à leur disposition à un moment donné. Au lieu de se limiter à l’idée que la réutilisation de gravures avait pour unique motif l’efficacité ou l’économie de moyens, les chercheurs se penchent de plus en plus sur les raisons pour lesquelles cette réutilisation doit être comprise comme un aspect essentiel des livres anciens, et sur les façons dont elle était mise en œuvre. Il est alors d’autant plus important de tirer des comparaisons avec ce qui se passait au même moment pour d’autres médias, et d’analyser les échanges internationaux dans ce contexte. Cette quête nous promet donc encore beaucoup de surprises et de découvertes.

Andrea van Leerdam
Université d’Utrecht

  1. Ce billet est tiré de ma conférence “De voorraadbak als schatkist. Een nieuwe blik op hergebruik van houtsneden in zestiende-eeuwse boeken” [Le stock de réserve comme malle aux trésors. Nouvelles perspectives sur le réemploi des bois gravés dans les livres du XVIe siècle], donnée le 12 avril 2019 lors de la journée d’études annuelle de l’Association P. A. Tiele (Dr. P.A. Tiele-Stichting), à La Haye. Cette association soutient la recherche sur les médias textuels passés et présents. []
  2. Par exemple Katie Sisneros, “Early Modern Memes: The Reuse and Recycling of Woodcuts in 17th-Century English Popular Print”, The Public Domain Review, https://publicdomainreview.org/2018/06/06/early-modern-memes-the-reuse-and-recycling-of-woodcuts-in-17th-century-english-popular-print/ [consulté le 6 mai 2019]; Stephen Orgel, “Textual Icons. Reading Early Modern Illustrations”, dans: N. Rhodes and J. Sawday (éds), The Renaissance Computer. Knowledge Technology in the First Age of Print (London 2000), pp. 59-94; David J. Davis, “Images on the Move: the Virgin, the Kalendar of Shepherds, and the Transmission of Woodcuts in Tudor England”, Journal of the Early Book Society for the Study of Manuscripts and Printing History 12 (2009), pp. 99-132. []
  3. Patricia Fumerton et Megan E. Palmer, “Lasting Impressions of the Common Woodcut”, dans: Catherine Richardson et al. (éd.), The Routledge Handbook of Material Culture in Early Modern Europe (London/New York 2016), pp. 383-400, p. 386. []
  4. L’édition la plus ancienne date de 1518; on a aussi répertorié des éditions imprimées de 1522, 1531, ca. 1540, 1606 et 1611. []
  5. La partie de gauche avec les deux personnages se retrouve dans plusieurs ouvrages, dont The dialoges of creatures moralysed (Londres, Jan van Doesborch, 1534) et Chyromantia Ioannis Indagine (Utrecht, Jan Berntsz, 1536). J’ai trouvé un autre exemple dans lequel un imprimeur utilise deux exemplaires de la même figure dans un herbier, Den groten herbarius (Utrecht, Jan van Doesborch, 1532). Cette édition contient de nombreuses figurines d’érudits. Pour au moins l’une d’entre elles, l’imprimeur a dû avoir deux bois gravés différents à sa disposition, comme le montrent les subtiles différences entre les gravures aux fol. N3r et N3v. []
  6. On sait ainsi que plusieurs estampes du peintre et dessinateur de gravures Jacob Cornelisz van Oostsanen (vers 1460-1533) servirent de modèles pour les peintures de voûte d’églises néerlandaises, dont celles de la basilique Saint-Vitus à Naarden : Andrea van Leerdam, « Teamwork op monumentale schaal. De gewelfschilderingen van Jacob Cornelisz van Oostsanen », Daantje Meuwissen (éd.), Jacob Cornelisz van Oostsanen (ca. 1475-1533). De Renaissance in Amsterdam en Alkmaar, catalogue d’exposition (Zwolle: Waanders, 2014, ISBN 9789491196966), pp. 141-151. []