Les apports d’une charnière sur la librairie parisienne du début du XVIe siècle

Plusieurs billets de ce blog ont été consacrés à la manière dont les défaits de reliure pouvaient cacher les reliquats d’éditions perdues et pouvaient ainsi servir pour mieux comprendre le monde du livre1. Ces éléments, rarement signalés ou répertoriés, sont une des richesses cachées des bibliothèques et qui promettent encore de belles découvertes. Mais ces feuilles insérées pour renforcer les plats ne sont pas les seules parties des reliures à pouvoir être exploitées par les chercheurs. Encore plus obscurs et moins analysés et pris en considération que les défaits de plats, les renforts de la structure mécanique du volume comme les claies et les charnières peuvent également apporter de précieuses informations nouvelles.

Illustration 1 : la position de la charnière dans un livre

La charnière est le renforcement qui se situe dans le mors intérieur du volume. Dans les livres du XVIe siècle elle est, le plus souvent, fabriquée à partir d’une bande de parchemin tout comme les claies. La distinction avec cette dernière est que la charnière ne couvre pas le dos : elle est donc plus fine que la claie et ne réapparaît pas de l’autre côté du bloc texte. Une seconde charnière peut être placée à la fin, parfois pris du même parchemin que le premier. Comme avec les claies, ces bandes sont en général des réemplois : on réutilisait d’anciens parchemins que l’on ne souhaitait plus conserver.

Parfois, il s’agissait de manuscrits médiévaux que l’on dépiécait et découpait : leur contenu semblait dépassé et sans réel intérêt dans l’ère de la Renaissance et de l’imprimé. Dans certains cas les plus extrêmes, des possesseurs pillaient les bibliothèques religieuses locales pour fournir aux relieurs le parchemin et réduire ainsi les coûts de la nouvelle reliure2. Plus prosaïquement, on utilisait des actes et des copies d’actes légaux dont la durée de vie utile semblait révolue. C’est un de ces cas-ci que nous allons étudier.

Illustration 2 : Ibn-al-Haiṯam, al-Ḥasan Ibn-al-Ḥasan, Opticae thesaurus Alhazeni Arabis libri septem, Bâle : Eusebius Episcopius et les héritiers de Nikolaus II Episcopius, 1572, USTC 603289.

Le livre qui nous intéresse est un traité d’optique publié sur les presses bâloises d’Eusebius Episcopius en 1572 conservée à l’Enssib. L’édition en elle-même est loin d’être rare puisqu’on en recense aujourd’hui plus de 70 exemplaires dans l’ Universal Short Title Catalogue3. L’exemplaire en question ne présente pas de particularités notoires : une provenance d’institution religieuse inscrite sur la page de titre (« Ex biblioth. Fulientina Paris. S. Bernardi ») et répétée par l’apposition d’une marque sur les plats de la reliure indique qu’il s’agit d’un livre qui avait appartenu à la bibliothèque des Feuillants de la rue Saint-Honoré à Paris dont le monastère fut établi en 15874. Le volume fut confisqué à la Révolution française avant d’être déposé dans la bibliothèque où il se trouve aujourd’hui.

Illustration 3 : La marque de la bibliothèque des Feuillants de Paris.

Ce qui rend le volume remarquable est la première charnière en parchemin reliée devant les premières gardes qui précédent la page de titre. Il s’agit d’un acte dont il ne subsiste, malheureusement, que les premières lignes du texte mais dont l’intérêt est qu’il traite de divers libraires actifs à Paris au XVIe siècle. Les quatre lignes sont écrites d’une main particulièrement lisible dont nous retranscrivons le contenu ci-dessous :

« Honnorables hommes Simon Tribalet et Guillaume Hochart libraires demourans Paris ont dit en ceste court et pour verité asseuré qu’ilz ont bonne congnoissance de Pierre Deaust aussi libraire demourans à Paris et et scevent que ledit Deaust ou mois de septembre derrain passé du jour ne sont records fut esposé en nom de mariage avec Claude de Brie, fille Jehan de Brie et en furent les esposalles… »

Illustration 4 : La charnière et son texte.

Quatre libraires sont donc nommés dans ce texte. L’acteur central est Pierre Deau ou Deaue, ici orthographié Deaust. Un libraire attesté en 1524 et 1525, il travaillait rue Saint Jacques à l’image Notre Dame5. Sans édition qui le nomme explicitement sur la page de titre, il est surtout connu à travers son inventaire après décès, dont la rédaction commença le 3 mai 1525, mais qui ne fut remis que le 19 mars 15376. Cet inventaire, conservé aux Archives Nationales et publié par Ernest Coyecque il y a plus d’un siècle7, dévoile une spécialisation dans le domaine des livres d’heures, un marché important au sein des livres religieux qui dominaient la librairie parisienne de cette époque8.

Le texte ne nous donne que peu de clefs quant à son activité, mis à part qu’il était déjà un libraire au moment de la rédaction du texte. Le document tourne autour de son mariage à Claude de Brie, la fille de Jean de Brie, également un libraire. Décrit par ailleurs comme un doreur, il était actif entre 1509 et 1522 en la rue saint Jacques devant Saint Yves à l’enseigne de la limace. Sa mort est datée entre le 6 juillet 1522 et le 17 janvier 15239 et comme le document ne le décrit pas comme « feu Jehan », on peut le présumer en vie, ce qui offre un premier terminus ante quem : l’acte fut rédigé avant la fin 1522. C’est-à-dire que le document montre que le début de l’activité de Pierre Deau en tant que libraire peut être repoussé en amont des dates précédemment données. 

Illustration 5 : Descendance de Jean de Brie selon Coyecque (op. cit.)
Illustration 5 : Descendance de Jean de Brie selon Coyecque (op. cit.)

Mais on peut aller plus loin. Le document évoque le mariage de Pierre Deau et de Claude de Brie comme ayant eu lieu l’année précédente au mois de septembre (même si les deux témoins ne pouvaient pas se mettre d’accord sur la date précise). Or nous savons, par ailleurs que comme l’indique Coyecque dans son tableau (illustration 5), ils eurent une fille prénommée Jeanne née en mai 1515. Le mariage devait donc avoir eu lieu au plus tard en septembre 1514 – le nouveau terminus ante quem du document est donc septembre 1515 soit neuf années avant la date première d’activité suggéré par Renouard et huit avant celle suggérée par la notice autorité de la BnF.

Le fait que Deau ait été en dispute au sujet de son mariage est également intéressant. Bien plus tard, en janvier 1523, il fut à son tour témoin dans un autre cas touchant cette fois la demi-sœur cadette de sa femme, Geneviève de Brie. Orpheline et encore mineure, elle avait contracté un mariage à l’insu de ses tuteurs à Noël Sucevin qui n’était autre que le frère d’Agnès, la dernière épouse de Jean de Brie10. Mis devant le fait accompli, les tuteurs ne pouvaient qu’entériner le mariage qui devait immanquablement renforcer la position d’Agnès Sucevin en tant que gestionnaire de l’officine de son défunt mari. Elle continua par ailleurs à publier sous le nom de Jean de Brie et contracta elle-même un autre mariage dès janvier 1524, épousant le libraire Jean Royer qui acheta à Noël sa part de l’héritage trois ans plus tard11. Ces tractations démontrent la complexité et l’importance des enjeux des choix matrimoniaux dans le monde de la librairie parisienne de cette période, d’autant que l’incertitude et la nécessité d’attester du mariage de Pierre Deau et de Catherine de Brie suggèrent là aussi une union contractée en dehors des pratiques habituelles.

Les témoins du fragment de document préservé comme charnière sont moins connus que les protagonistes principaux et leur seule présence est intéressante. Guillaume Hochart n’est attesté comme libraire qu’en 154612. À cette date il signait un accord pour occuper une maison et le jardin attenant rue de Versailles sur le coin de la rue Traversine13. Simon Triballe ou Triballet, quant à lui, n’est connu que par une sentence qui reconnaît une dette qui lui était due pour la vente d’une jaquette en 1528.14. Ces deux libraires ne publièrent pas d’éditions, se contentant de vivre de la vente de livres, mais avec une carrière dont ce texte transforme la compréhension puisqu’elle démontre qu’ils étaient à l’œuvre au moins dès 1515, soit respectivement 31 et 13 années plus tôt que les mentions précédentes nous permettaient de savoir.

Enfin, si on retourne à l’exemplaire de l’Opticae thesaurus libri septem, la charnière n’est pas sans enseignement pour l’histoire du volume. La reliure en parchemin souple est probablement la première et seule reliure que cet exemplaire ait eue. Il est improbable qu’on ait voulu remplacer une reliure précédente ainsi que ses gardes pour mettre une couvrure aussi basique à sa place. Ainsi, le contenu de la charnière nous permet de spéculer que le livre fut relié à Paris et qu’il vint de Bâle sous la forme de feuilles. La différence de date entre la rédaction du fragment manuscrit (avant septembre 1515) et l’arrivée des feuilles à Paris en 1572 au plus tôt nous montre aussi que le document avait été préservé pendant au moins une cinquantaine d’années avant d’être considéré superflu. Ces détails pris de manière isolée n’apportent que des enseignements limités mais, additionnés ensemble, ils nous apportent des renseignements précieux sur des personnes et des pratiques commerciales par ailleurs peu documentées. Une bonne raison pour porter plus d’attention aux bribes de texte et de sens que peuvent fournir les charnières et les claies.

Malcolm Walsby
Enssib, Université de Lyon

  1. Malcolm Walsby, Les derniers témoins d’imprimés perdus, billet du 21 septembre 2018, et Laurent Guillo, Un imprimé perdu : l’Office de Sainte-Cécile d’Abraham Blondet (Paris, 1611) billet du 12 octobre 2018 []
  2. Voir le cas des bibliothèques religieuses d’Utrecht : Bart Jaski, « Collecties handschrift-fragmenten in de Universiteitsbibliotheek Utrecht » dans Bart Jaski, Marco Mostert, et Kaj van Vliet (dir.), Perkament in stukken: Teruggevonden middeleeuwse handschriftfragmenten, Hilversum : Uitgeverij Verloren, 2018, p. 23-32. []
  3. Au moins trois exemplaires sont numérisés et accessibles sur les plateformes de Gallica, de E-rara et de Archive.org. []
  4. Alfred Franklin, Les anciennes bibliothèques de Paris : églises, monastères, collèges, etc., Paris : Imprimerie impériale, 1867-1873, II, 281-286. La marque est la même que la première identifiée par Franklin à la page 284. []
  5. Philippe Renouard, Imprimeurs parisiens, libraires, fondeurs de caractères et correcteurs d’imprimerie, puis l’introduction de l’imprimerie à Paris, 1470) jusqu’à la fin du XVIe siècle, Paris : A. Claudin, 1898, édition remaniée par Jeanne Veyrin-Forrer et Brigitte Moreau, Minard : 1965, p. 108 []
  6. On lui attribue néanmoins une édition, le Viatorium seu instructorium clericorum ad sacros ordines promoventium ac omnibus viris ecclesiasticis utile sur la base chancelante que la marque utilisée porte ses initiales. Philippe Renouard et Brigitte Moreau, Inventaire chronologique des éditions parisiennes du XVIe siècle, III, 1521-1530, Abbeville : F. Paillart, 1985, n°757. []
  7. « Cinq librairies parisiennes sous François Ier, 1521-1529 », Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, XXI (1894) 53-136 aux pages 89 à 96. L’original est dans le Minutier central des Archives Nationales, étude XXXIII, carton 10, f. 252-269. []
  8. voir Paul Nelles « Three Audiences for Religious Books in Sixteenth-Century France » dans Andrew Pettegree, Paul Nelles et Philip Conner (dir.), The Sixteenth-Century French Religious Book, Aldershot; Ashgate, 2001, p. 256-285 à la page 265. []
  9. Renouard, Imprimeurs parisiens, libraires… p. 56 []
  10. Voir les accords passés le 29 janvier 1523 devant notaire et conservées au Minutier central des Archives Nationales, étude XXXIII, carton 7, f. 357-358. []
  11. Coyecque, op. cit., p. 88. []
  12. Renouard, Imprimeurs parisiens, libraires… p. 206. []
  13. Philippe Renouard Documents sur les imprimeurs, libraires, cartiers, graveurs, fondeurs de lettres, relieurs, doreurs de livres, faiseurs de fermoirs, enlumineurs, parcheminiers et papetiers ayant exercé à Paris de 1450 à 1600, Paris : Honoré Champion, 1901. p. 130 []
  14. Renouard, Imprimeurs parisiens, libraires… p. 415 et Renouard Documents sur les imprimeurs, libraires… p. 268. Jacquette ici ne fait sans doute pas référence à son utilisation aujourd’hui courante dans le domaine du livre, mais en tant que « vêtement de dessus descendant jusqu’aux genoux, porté par les hommes (parfois les archers) », voir le Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500). []

Le Livre et la Mort, une exposition conjointe des bibliothèques Mazarine et Sainte-Geneviève à Paris

Inaugurée dans le cadre du 18e congrès international de l’association Danses macabres d’Europe (19-23 mars 2019), l’exposition en cours à la Bibliothèque Mazarine et à la Bibliothèque Sainte-Geneviève explore les liens qui unissent la mort et l’écrit. Les pièces exposées, issues principalement des collections des deux établissements, mais aussi de la Bibliothèque nationale de France – département de la Réserve des Livres rares ainsi que de collections particulières, illustrent la diversité des apparitions de la Mort dans le livre européen, du Moyen Âge au 18e siècle.

Fléaux de tous ordres et angoisse de la fin des Temps favorisent une expansion du macabre à la fin du Moyen Âge. « Incarnations » de la Mort et représentations des morts investissent alors le livre, bien au-delà des répertoires privilégiés que sont les arts de mourir, les livres d’heures et les danses macabres. La Mort elle-même, comme figure et comme sujet, fait son entrée en littérature au 14e siècle, suscitant une appréhension moins abstraite du trépas. On dit et on représente désormais la déchéance des corps, souvent associée aux fins dernières que sont le Jugement, l’Enfer et le Ciel. Le corpus des images évolue, infléchi par l’Humanisme, la Réforme et la reconquête catholique, touché par l’évolution du cérémonial funéraire, s’adaptant aux nouvelles pratiques sociales d’encadrement de la mort. L’épigraphie, le manuscrit puis l’imprimé ont été mobilisés pour préserver le souvenir des disparus, et le rapport d’intimité qui lie le livre au lecteur a fait du premier le miroir privilégié des interrogations du second sur sa propre finitude.

À travers l’illustration peinte et gravée, l’ornement typographique, la reliure ou l’héraldique, se déploie une iconographie funèbre ou macabre fascinante, avec ses scénographies et sa gestuelle (la Mort qui frappe, fauche, entraîne, moque, désigne, triomphe…), ses attributs et symboles (faux, dard, crâne, tibia, larmes, torchères, chauve-souris, outils du fossoyeur…), dont il importe de comprendre le sens et les évolutions.

Illustration 2 : La mort frappant, dans un Livre d’heures imprimé à Paris par Gilles et Germain Hardouyn, Paris, 1518 (Bibliothèque Mazarine, 8° 34966 Rés.)

Memento mori

La première partie de l’exposition illustre le développement d’une sensibilité macabre à la fin du Moyen Âge, qui s’explique par la conjonction de différents facteurs : les fléaux du temps, la peste et la guerre ; les changements d’une société désormais plus complexe, où l’individu émerge du groupe ; la prédication des ordres mendiants qui, incitant les populations à faire leur salut, martèle l’inéluctabilité de la mort. Le cadavre en décomposition revêt à cette fin une puissance émotionnelle et pédagogique incontestable. Il investit les sermons, mais également les peintures murales, la statuaire, les livres de prières, la littérature de dévotion comme profane, en se confrontant au vivant en un memento mori insistant ; c’est la lamentation du Vado mori, la Danse macabre, le « dit » des trois morts et des trois vifs.

Illustration 3 : Danse macabre, Paris, 1490 (Bibliothèque Mazarine, Inc. 593)

Les fins dernières se matérialisent également dans le livre et son illustration : les livre d’heures, les manuels de confession, le calendrier des bergers donnent ainsi à voir le Jugement, la dispute de l’âme, et tout particulièrement l’enfer et ses peines. Le devoir de chacun est alors de se préparer à la mort, et à une bonne mort. L’Ars moriendi met en scène le mourant, particulièrement vulnérable aux assauts du diable qui lui souffle le désespoir et l’incroyance ; il énonce les inspirations angéliques à suivre ; il met l’accent sur l’agonie, tournant où se joue le devenir de l’âme, entre salut et damnation. La pensée humaniste relativisera cette alternative terrible en plaçant la vie au centre des conceptions des fins dernières et en faisant du bien vivre la condition majeure du bien mourir.

 

Illustration 4 : Ars moriendi, Paris, 1496 (Bibliothèque Sainte-Geneviève OEXV 671 Rés.)

Illustration 5: Manuel de confession, Paris, vers 1488 (Bibliothèque Mazarine, Inc. 1254)

Figures de la Mort

Le cadavre en décomposition ou le squelette, alter ego grimaçant de chaque personnage de la Danse macabre, devient finalement, à partir du début du 14e siècle, le symbole de celle des fins dernières, la Mort, qui est le plus souvent racontée et imagée. Elle s’insère dans les formes littéraires les plus variées, des poèmes de la fin du Moyen Âge où elle tient le premier rôle (comme le Pas de la Mort d’Amé de Montgesoie) aux Fables de La Fontaine où elle dialogue avec le bûcheron ou le vieillard, en passant par le livre d’emblèmes qui par l’association d’une sentence, d’une image et d’un court commentaire, régénère le discours ancien sur les fins dernières et annonce le thème de la vanité. Munie d’attributs sanglants (dard, flèche, faux), funèbres (pelle, cercueil), moralisateurs (sabliers, miroirs), la figure grimaçante se codifie jusqu’au stéréotype tout en suscitant toujours l’inventivité des enlumineurs et des graveurs.

Illustration 6 : La mort et le bucheron, gravure d’après Jean-Baptiste Oudry dans Jean de La Fontaine, Fables, Paris, 1755 (Bibliothèque Sainte-Geneviève, FOL W 327-330 inv. 465-468 Rés.)

Le processus de stylisation aboutit à la mise en œuvre d’un registre ornemental que le papier, le cuir et le parchemin partagent avec bien d’autres supports. Larmes d’argent sur fond noir, crânes et tibias entrecroisés investissent les bandeaux et culs-de-lampes des éloges et oraisons funèbres mais aussi leurs reliures ; le deuil de Catherine de Médicis et l’intense religiosité de Henri III, fondateur de plusieurs confréries pénitentes, marquent les débuts de la reliure funèbre et macabre.

Illustration 7: Reliure à décor macabre, Paris, vers 1586 (Bibliothèque Mazarine, 4° 18890 Rés.)

Célébration des morts

La célébration des morts, de chaque défunt dans son individualité, s’inscrit d’abord dans le temps court de la destinée terrestre et de son immédiat après. La représentation de l’office funèbre et de l’enterrement est fréquente dans le livre d’heures. Elle montre le faste des funérailles princières, chapelles ardentes, « poêles » ou draps funéraires chatoyants ornés de symboles héraldiques, nombreux deuillants ou pleurants ; elle montre aussi le dépouillement du corps cousu dans son linceul et ainsi placé dans la fosse, en un temps où la terre des cimetières est sans cesse remuée pour laisser place aux nouvelles sépultures et alimenter le charnier attenant.

Illustration 8 : Pompe funèbre de Charles-Quint, Anvers, 1559 (Bibliothèque Sainte-Geneviève, FOL W 348 inv. 501 Rés. (P.1).)

La célébration des morts s’inscrit aussi dans le temps long de la destinée de l’âme et des fins dernières. Le Concile de Trente valide le Purgatoire (que les protestants rejettent), troisième lieu de la géographie de l’au-delà où les âmes finissent d’expier leurs péchés ; la Contre-Réforme encourage la solidarité des vivants envers les morts. Le livre témoigne de la prégnance de la prière pour les défunts, à travers les écrits d’un Sainte-Marthe (De la piété envers les morts) et les livrets des nombreuses confréries des fins dernières. « Aere perennius », le livre et son illustration prolongent l’écho des éloges et oraisons prononcés en l’honneur des morts, le spectacle des cortèges funèbres et des éphémères catafalques baroques. La fonction de ces monuments de papier est ambiguë ; tout en célébrant les défunts, ils glorifient les vivants.

Illustration 9 : Billet d’enterrement, 1738 (Bibliothèque Mazarine, 2o 2652 U-34/50)

L’exposition se visite du 21 mars au 21 juin à la Bibliothèque Mazarine du lundi au vendredi, 10h-18h, et à la Bibliothèque Sainte-Geneviève du lundi au samedi, 10h-22h.

Florine Lévecque-Stankiewicz
Bibliothèque Mazarine

 

Les éditions perdues des Bonfons et l’apport de Bibliopol@ au catalogue des éditions parisiennes du XVIe siècle

Les fonds archivistiques sont une ressource précieuse pour l’histoire du livre. Ils nous permettent de revisiter la production des ateliers d’imprimeurs et l’activité des libraires pour entr’apercevoir ce qui est aujourd’hui perdu. Ce billet se propose de faire précisément cela en regardant l’apport d’un nouveau projet, Bibliopol@, dans le cadre des livres publiés par le Parisien Jean Bonfons et sa veuve.

Bibliopol@ : matériaux pour servir à l’histoire du commerce des livres à la Renaissance est un projet qui cherche à améliorer nos connaissances des structures de diffusion du livre, qui constituent le véritable moteur de la révolution de Gutenberg, et leur évolution. Mis en ligne en novembre 2018 sur le site des Bibliothèques Virtuelles Humanistes du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance à Tours, il ambitionne de proposer en ligne des éditions numériques de documents et un outil de gestion de l’information en relation avec le commerce des livres à la Renaissance. 

Pour son lancement, Bibliopol@ propose l’édition d’archives en provenance de la commission qui a présidé à la confection de l’Index d’Anvers en 1570. Il s’agit de listes de livres établies à la suite de perquisitions effectuées chez les libraires et imprimeurs des anciens Pays-Bas, le même jour, le 16 mars 1569. Des listes des livres orthodoxes et suspects furent dressées sur place par des inquisiteurs, des théologiens et des officiers de justice. Ces documents furent ensuite envoyés à Bruxelles au mois de juin, alimentant le travail de la commission en charge de produire l’Index qui paraîtra au début de l’année 1570 chez Christophe Plantin.

Figure 1 : Philipi II regis catholici edictum de librorum prohibitorum catalogo observando, Anvers : Christophe Plantin, 1570.

En raison de son extrême précision, la liste établie à Mons (comté de Hainaut) a été mise en ligne. Cette ville constitue en outre un casus des plus intéressants, puisqu’elle est située en périphérie des principaux centres d’imprimerie et en dehors des grands pôles intellectuels. La liste montoise mentionne un peu moins de 1600 livres pour lesquels sont précisés non seulement le ou les auteurs et le titre, mais aussi les adresses bibliographiques, donc les lieux et dates d’impression. Grâce au soin et à la rigueur du notaire chargé de rédiger ce document, nous disposons là d’une source de tout premier ordre pour l’étude du marché du livre en Hainaut dans le second tiers du xvie siècle.

La liste montoise a été transcrite in extenso, avec en appel de note des identifications et un renvoi vers la base de données de l’USTC (Universal Short Title Catalogue), des catalogues de bibliothèque en ligne ainsi que plusieurs outils bibliographiques. Les ouvrages sont classés par langues et en fonction de leur orthodoxie. Quelque 750 titres sont rangés dans la catégorie des livres en latin et un nombre identique apparaît dans celle des livres en français, ainsi qu’une centaine sous la rubrique des livres prohibés. Les noms des libraires visités ne sont malheureusement pas mentionnés, ce qui aurait assurément fourni des données très précieuses sur la situation du marché du livre montois. 

Figure 2 : Inventaire des livres trouvés chez les libraires montois le 16 mars 1569 (n.s.), Bruxelles, Archives générales du Royaume, Conseil des troubles, 22, fol. 1r [détail].

L’inventaire dressé en 1569 est d’une grande aide pour toute étude sur la diffusion des éditions parisiennes dans le second tiers du xvie siècle. En effet, sur les quelque 1600 éditions listées dans ce document, quelque 700 proviennent d’ateliers établis en bord de Seine, soit près de 45 % de l’ensemble des ouvrages trouvés sur les étals des libraires montois. La répartition linguistique de ces livres montre en outre que les imprimeurs et les libraires parisiens spécialisés dans la production vernaculaire ont trouvé, en Hainaut, de précieux débouchés. On dénombre ainsi un peu plus de 230 éditions en latin pour 470 textes en français. La plus ancienne édition remonte à l’extrême fin du xve siècle ; les plus récentes sont contemporaines de la rédaction de l’inventaire. On note toutefois une majorité d’ouvrages imprimés au cours des décennies 1530-1560.

Il ne s’agit pas ici de proposer une analyse exhaustive de l’ensemble des livres parisiens présents en Hainaut en 1569. Il est plus intéressant de se concentrer sur l’apport de la liste de 1569 au catalogue des imprimeurs parisiens, en se focalisant plus spécifiquement sur la problématique des pertes. En effet, la précision de ce document a permis de pointer 181 entrées qui ne figurent pas dans l’Universal Short Title Catalogue – qui comptabilise pourtant aussi les éditions pour lesquelles nous ne connaissons que par le biais de références archivisitiques ou par d’anciens cataloguesLes recherches sont toujours en cours. Jusqu’à présent, ce travail n’a été effectué de manière exhaustive que pour une seule famille, les Bonfons.

Le nom de 66 libraires-imprimeurs ont été repérés, parmi lesquels on peut citer : Josse Bade, la famille Bonfons, Nicolas Chrestien, Gilles Corrozet, Robert Estienne, Guillaume Guillard, Denis Janot, la famille Le Noir, Alain Lotrian, la famille Regnault, Jean Ruelle ou encore des membres de la famille Wechel. Le taux de pertes est assurément faible pour la plupart d’entre eux, les chiffres allant d’une à cinq unités. Par contre, le chiffre concernant la famille Bonfons est saisissant : 30 éditions pour Jean Bonfons et 14 pour sa veuve. L’écart réside certainement dans la nature de la production de cette famille, spécialisée dans la littérature d’inspiration médiévale en français, genre pour lequel les taux de pertes sont assez élevés.

Avant de revenir sur le « cas » des Bonfons, il importe d’évoquer de manière assez générale la nature des éditions rencontrées dans la liste montoise. La littérature religieuse est la plus représentée avec 67 titres. Du côté de la littérature profane, on relève une soixantaine de titres où le français domine largement. Le domaine historique est illustré par une forte proportion des textes antiques, pour la plupart en traduction française. Des éditions perdues de textes législatifs émis par Henri II circulaient aussi en Hainaut. La pratique criminelle est présente avec des traités de pratiques criminelles contemporains. Aux côtés de ces textes, figurent aussi des éléments des corpus canoniques et civiles. Du côté des sciences, les textes en relation avec la médecine sont les plus nombreux. Ils sont tous en français et concernent non seulement le savoir populaire, mais aussi des traités écrits par des médecins contemporains. Enfin, la liste des éditions parisiennes non identifiées reprises au sein de l’inventaire de 1569 contient des livres que l’on peut ranger dans des domaines aussi variés que l’agriculture, l’astronomie, les traités militaires, la géographie, la cuisine ou encore la musique.

On le voit, les pertes se rencontrent dans tous les domaines. Pour approfondir cette question, penchons-nous sur les Bonfons1. Cette famille d’imprimeurs parisiens des xvie-xviie siècles est très intéressante, car le taux de survie de leurs publications est très faible et le nombre d’éditions perdues est élevé. Les activités du fondateur de la dynastie, Jean Bonfons, sont peu documentées. Il s’installe d’abord comme libraire sur l’île de la Cité en 1543, rue Neuve Notre Dame à l’enseigne de saint Nicolas. Il succède à son beau-père, Pierre Sergent, comme propriétaire de l’entreprise en 1547 et le restera jusqu’à sa mort en 1568. Sa veuve, Catherine Sergent, a ensuite repris l’entreprise jusqu’à son décès quatre ans plus tard. Leur fils Nicolas, marié à Catherine Ruelle – fille du libraire parisien Jean Ruelle –, monte sa propre affaire de livres en 1571 avant de succéder à sa mère un an plus tard. Nicolas était encore en activité en 1618 et mourut en mars 1628 ; sa femme le suivit le 14 juin de la même année. Son fils Pierre l’assiste de 1597 à 1607, jusqu’à l’obtention d’une charge publique à Pontoise.

Figure 3 : François II, Edict sur le faict des prevosts des connestable et mareschaulx de France et de leurs greffiers et archers, Paris : Jean Bonfons, 1560, page de titre (détail).

Le cas de Jean Bonfons et de sa veuve a été retenu pour des raisons chronologiques évidentes. Leurs activités couvrent une période de trente ans. Ils ont publié quelque 160-170 livres. Seulement deux tiers de cette production nous sont parvenus. Spécialisés dans les romans médiévaux, ils ont également publié des livres de chants, de théâtre, de littérature religieuse (principalement des ouvrages de dévotion et d’hagiographie), des ordonnances et des livres de pratique, essentiellement en français.

L’analyse des archives de la commission de l’Index de 1570 a permis de retrouver bon nombre d’éditions encore inconnues. Pour cette recherche, l’enquête a été étendue à l’ensemble des livres présents en Hainaut. Le document contient ainsi quelque 2.200 entrées. Parmi celles-ci, 115 sont liées à la production de Jean Bonfons et de sa veuve. Ce nombre doit être réduit à 87 en raison de la présence de doublons. Le nom de Jean Bonfons est associé à 54 éditions et celui de sa veuve à 33 autres. L’USTC, le mémoire inédit d’Arlette Destot2 consacré à cette famille, les Gothiques français de Guy Bechtel3 ainsi que d’anciens catalogues de vente nous ont permis d’identifier 49 éditions différentes (32 grâce à l’USTC, 17 par l’entremise d’autres outils). Il est important de noter que neuf d’entre elles ne sont pas connues par le biais d’un exemplaire encore conservé. Le Manuel de Brunet4 ou les catalogues de vente aux enchères de livres ont été utilisés pour les identifier. Il reste 38 titres encore non identifiés. Dès lors, le nombre de livres imprimés pour ou par Jean Bonfons et sa veuve devrait être revu à la hausse. Ainsi des 160-170 titres environ déjà recensés, on peut maintenant estimer la production Bonfons à près de 200 titres, avec une perte moyenne d’environ 40 %5. Il s’agit d’un faible taux de survie, un fait qui peut s’expliquer par la nature des livres imprimés par ces éditeurs. Alexander Wilkinson, dans son étude sur les pertes au sein de la production française du xvie siècle, estime que – tous genres confondus – 31 % des ouvrages imprimés avant 1601 ne sont pas parvenus jusqu’à nous6.

La littérature profane d’expression française représente près de la moitié des livres vendus par les Bonfons aux libraires établis dans le Hainaut (45%), avec une majorité de romans médiévaux. Les œuvres religieuses comptent pour environ un tiers du nombre total des exportations des Bonfons reprises dans la liste de 1569 (33%). Le reste des livres distribués en Hainaut par les Bonfons est principalement lié aux sciences populaires en langue vernaculaire, avec ici aussi beaucoup de livres de médecines.

Inventaire des livres trouvés chez les libraires montois le 16 mars 1569 n.s., Bruxelles, Archives générales du Royaume, Conseil des troubles, 22, fol. 32r [détail].

La liste de 1569 permet aussi de pointer la vitalité des échanges commerciaux entre la firme Bonfons et les libraires du Hainaut. Plus de 110 titres enregistrés dans ce document – contenant environ 2 200 entrées – portent le nom de leur société, ce qui signifie qu’environ 5% de tous les livres trouvés par les émissaires du duc d’Albe sont liés aux Bonfons. Ces échanges semblent avoir été particulièrement intenses lorsque la veuve Bonfons dirigeait la compagnie. Ainsi, sur les 40 éditions proposées par l’USTC, 24 se retrouvent dans le Hainaut, soit plus de la moitié de sa production enregistrée dans cette base de données.

Enfin, reste à poser une dernière question, celle de l’impact des pertes de livres sur notre connaissance de la production de Bonfons. Tout d’abord, nous avons vu qu’avec l’aide de la liste établie à la demande du duc d’Albe, des lacunes ont pu être comblées, offrant ainsi la possibilité d’avoir une image plus complète du catalogue des livres de Jean Bonfons et de sa veuve. Ensuite, nos recherches pour tenter d’identifier toutes les entrées Bonfons nous ont permis de mieux comprendre leur stratégie éditoriale et de pouvoir pointer l’importance des réimpressions. En effet, nous avons noté qu’au moins 15 éditions perdues attribuées à Jean Bonfons ou à sa veuve ont été réimprimées plus tard soit par leur fils Nicolas Bonfons, soit par lui avec son fils Pierre Bonfons. Paradoxalement, même si toutes les éditions des Bonfons ne sont pas conservées, le contenu des textes reproduits par eux nous est connu grâce aux nombreuses rééditions. Cette constatation nous rend moins pessimistes dans notre compréhension de la transmission de la littérature vernaculaire française.

Le duc d’Albe, lorsqu’il demanda aux inquisiteurs de visiter toutes les librairies installées dans les territoires encore sous autorité, n’imaginait pas qu’un jour son travail de censure aiderait les historiens du livre, cinq siècles plus tard, à reconstruire les catalogues des imprimeries du xvie siècle et à aider les chercheurs à quantifier les pertes potentielles. S’il est certainement impossible d’avoir une vue d’ensemble de ce qui a été perdu au xvie siècle, des documents de l’acabit des inventaires 1569 fournissent une nouvelle base pour la reconstruction des taux de pertes de documents imprimés. Cette enquête nous a notamment permis d’approfondir notre connaissance du catalogue des Bonfons et de mieux évaluer le taux de pertes des impressions parisiennes. Il est incontestable que d’autres recherches pourraient évidemment nous aider à affiner notre vision de la production parisienne du xvie siècle. Enfin, tout historien du livre reconnaîtra que les documents établis à la demande du duc d’Albe constituent des sources de première importance, apportant un témoignage unique sur le marché du livre des anciens Pays-Bas du second tiers du xvie siècle. On pourrait presque en venir à penser que censure et histoire du livre font finalement bon ménage.

Renaud Adam
Université de Liège, Unité de recherche Transitions

  1. Stéphanie Rambaud, « Bonfons, famille », dans Pascal Fouché et alii, Dictionnaire encyclopédique du livre, tome 1, Paris, Cercle de la Librairie, 2002, p. 361. []
  2. Arlette Destot, Un libraire parisien au XVIe siècle : Jean Bonfons. Édition et littérature populaire, Mémoire de licence, Université de Paris I, 1977. []
  3. Guy Bechtel, Catalogue des gothiques français, 1476-1560, 2e éd., Paris, Librairie Giraud-Badin, 2010 []
  4. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, 6 t., Paris, Firmin-Didot frères, 1860-1865. []
  5. Renaud Adam, « Tracing Lost Editions of Parisian Printers in the Sixteenth Century: The Case of Jean Bonfons and his Widow », dans The Library. Transactions of The Bibliographical Society, à paraître. []
  6. Alexander S. Wilkinson, « Lost Books Printed in French before 1601 », dans The Library. Transactions of The Bibliographical Society, 7e série, 10 (2009), p. 188-205. []

Une histoire de nerfs cloués : les découvertes offertes par les interventions de conservation-restauration

Les métiers de la conservation-restauration peuvent parfois sembler ingrats. Les interventions matérielles préalables à la numérisation – absolument indispensables non seulement pour que le document puisse être manipulé, mais aussi pour sa lisibilité – nécessitent la mise en place d’une organisation à long terme et des opérations généralement répétitives et rébarbatives, autant pour le conservateur que pour le restaurateur ou pour le photographe. Ces chantiers de numérisation sont aujourd’hui monnaie courante aux Archives nationales, et peuvent être associés à des projets de grande ampleur, tels que la mise en ligne de modélisations en 3D du château de Versailles sous l’Ancien Régime (projet baptisé VERSPERA1). Pourtant ces opérations de routine peuvent être l’occasion de découvertes surprenantes.

C’est dans le cadre de ces chantiers de préparation à la numérisation que quelques registres de la série Z/1c sont arrivés à l’atelier de reliure et de restauration des Archives nationales. Ce fonds est constitué d’un peu moins de 500 registres. Entré aux Archives en 1847, il regroupe les papiers de la connétablie et de la maréchaussée de France depuis le XIVe siècle jusqu’à la Révolution française2. Seuls quatre registres du fonds, datés de 1528 à 1538, sont actuellement pris en charge par l’atelier de Paris (Z/1c/1 à Z/1c/4). Chacun de ces quatre volumes représente de nombreuses heures de travail, si bien que leur traitement doit être étalé sur une longue période.

Aperçu de l’un des registres du fonds Z/1c à son arrivée à l’atelier : plat supérieur (à gauche) et tranche de queue (à droite) – Archives Nationales Z/1c/4

Conservés dans des boîtes d’archives (un ou deux par boîte), les registres présentent au moment de leur arrivée à l’atelier un état matériel plus que préoccupant. Protégés seulement par une couvrure souple en parchemin (datant très probablement de l’époque de la rédaction), les volumes ont été exposés à une humidité très élevée sur une longue période. Cette humidité couplée à un conditionnement souvent inadéquat a eu pour conséquences d’importantes déformations des feuillets ; ainsi qu’une perte conséquente de la charge en colle du papier, qui a permis le développement de microorganismes et qui a considérablement affaibli le support. L’intervention de conservation-restauration en vue de la numérisation a donc un objectif double : renforcer le support papier d’une part, et lui rendre une certaine planéité d’autre part. 

Aperçu de l’état matériel des feuillets du registre dont j’ai hérité : affaiblissement et déformations – Archives Nationales Z/1c/1

C’est au cours du traitement long et répétitif de ces registres que j’ai fait une découverte inattendue au cœur même de leur structure. Comme de nombreux volumes d’archives, considérés comme peu prestigieux au moment de leur création au regard de leur reliure, les manuscrits de la connétablie comportent une structure souple en parchemin de seconde main, ou parfois de remploi. Le matériau de couvrure, de piètre qualité, remplit néanmoins son rôle de protection des feuillets. La couture est effectuée à chevrons sur doubles lanières fendues et torsadées de cuir mégissé (de couleur blanchâtre), ce qui non seulement dénote une volonté de confectionner un registre solide, mais nécessite aussi un certain savoir-faire dans le domaine de la reliure – d’autant que les cahiers sont parfaitement alignés en tête. Les lanières sont passées dans la couvrure en parchemin, qui est repliée sur elle-même afin de s’adapter au format des cahiers. Aucun feuillet de garde, aucun renfort du dos, ni aucune tranchefile, n’est ajouté.

Passure des lanières de cuir mégissé dans la couvrure de parchemin – Archives Nationales Z/1c/4

Largement utilisée du XVe jusqu’au XIXe siècle, ce type de reliure a souvent été à tort qualifiée de « reliure d’attente »3. En effet, même si ce type de structure – souvent appelée « reliure à la hollandaise » – peut sembler relever du niveau zéro de la reliure, elle présente en réalité une certaine solidité qui a participé à la transmission du volume jusqu’à nous. Mais si aucune information écrite n’a été perdue, on note des déformations importantes du support papier. 

Cette déformation est bien connue des restaurateurs de documents d’archives. Les cahiers de papier qui constituent les registres sont très épais (leur format réel est environ in-16, et peut aller jusqu’à in-24), et la forme du dos est passée de convexe à concave au fil du temps. Ce mouvement est tel qu’il est parfois possible de trouver des volumes dont le premier et le dernier cahier finissent par se rejoindre. Les origines et les mécanismes de ce type de déformation sont aujourd’hui mal connus et rarement étudiés4 , mais l’hypothèse purement mécanique liée à la couture du document semble plausible. Pour comprendre cette hypothèse, il est nécessaire d’évoquer le rôle primordial de la couture dans la mécanique du livre relié.

Déformation ou incurvation du dos, qui est passé de convexe à concave – Archives Nationales Z/1c/1

Véritable pilier du livre, la couture détermine toutes les opérations de reliure, celles qui la précèdent comme celles qui la suivent. Comme souvent dans le monde de l’artisanat, le terme « couture » désigne à la fois une opération et son résultat. Le procédé a deux objectifs : permettre de lier les cahiers les uns aux autres via le point de chaînette ; et attacher chacun de ces cahiers aux supports préalablement préparés5. C’est d’ailleurs l’opération qui consiste à passer – après couture – les supports dans des trous percés dans les plats qui différencie une reliure d’un emboîtage. Le terme reliure désigne l’opération qui consiste à relier les supports de couture aux plats. En résumé, si le livre relié était un corps humain, les supports de la couture seraient les vertèbres constituant ensemble la colonne vertébrale, le fil de couture serait la structure osseuse, et les cahiers seraient les muscles.

Aperçu de la structure de la couture en cours de démontage, évoquant un squelette – Archives Nationales Z/1c/1

La couture à chevrons, observée sur nos registres de la connétablie et sur beaucoup d’autres volumes reliés à la même époque, ajoute un troisième point d’ancrage aux deux premiers. Elle permet de solidariser le cahier au précédent non plus exclusivement par les points de chaînette, mais également par chacun des supports6. Si cette opération apporte indubitablement une solidité supplémentaire, elle présente l’inconvénient de tirer chacun des cahiers en arrière, vers le cahier précédent auquel il est rattaché. Distribué sur l’ensemble du dos, ce mouvement peut provoquer une inversion de la courbure convexe recherchée du dos. Plus les cahiers sont épais, plus cette contrainte est importante, puisque la distance parcourue par le fil pour rejoindre le cahier précédent est plus grande. Une couture à chevrons effectuée sur un volume dont les cahiers sont épais aura donc plus de chances de passer de convexe à concave (ou de plane à concave si le dos était peu ou pas arrondi).

Incurvation du dos sur un registre du XVIe siècle (à gauche), et déjà visible sur le même type de couture effectuée de nos jours (à droite) – Archives Nationales Z/1c/1

À chaque ouverture d’un volume, le dos passe de convexe à concave, puis de concave à convexe lorsque le livre est refermé7. Maintenir cette forme convexe lorsque l’ouvrage est fermé est l’un des enjeux mécaniques les plus importants de la reliure8. Le rôle primordial joué par la couture est secondé par d’autres opérations. L’endossure dite « à la française », pratiquée du XVIe au XIXe siècle environ9, consiste à tenter de bloquer cette forme convexe en forçant le passage des supports de couture dans les plats10. Le collage de morceaux de papier ou de parchemin – appelés claies ou apprêture – sur le dos vise à le solidifier, tout en maintenant une certaine souplesse permettant l’ouverture.

Quelques exemples de coutures sur doubles nerfs (à gauche), et une couture ancienne sur doubles lanières à chevrons (à droite) – Archives Nationales Z/1c/3

Une couture à chevrons, des cahiers épais, et aucune apprêture : toutes les conditions pour que le dos passe de convexe à concave semblent être réunies sur certains des registres de la connétablie déposés à l’atelier. L’un d’eux, le Z/1c/1 dont j’ai hérité, présentait des déformations si importantes qu’il a été décidé de défaire la couture avant de traiter les feuillets un à un, puis de réaliser une nouvelle couture plus adaptée aux cahiers épais.

Une couture ancienne à chevrons avec renfort du dos par des claies en parchemin (à gauche), et une couture similaire effectuée de nos jours (à droite) – Archives Nationales LL//1068

Il peut nous sembler intuitif que cette déformation du dos ait été lente et progressive, et que les relieurs du XVIe siècle ignoraient les conséquences de ce type de structure sur des volumes constitués de cahiers épais. Les documents d’archives ayant une valeur probatoire importante, ils devaient probablement être reliés de façon à pouvoir être conservés le plus longtemps possible.

Cette intuition a été contrée en quelques minutes. Après avoir déboîté la couvrure souple de parchemin du corps d’ouvrage, j’ai constaté une différence nette d’aspects entre les supports de tête et queue d’une part, et les autres supports d’autre part. En y regardant de plus près, il s’est avéré que des clous – probablement en fer au regard de leurs produits d’oxydation rougeâtres – avaient été ajoutés aux supports après couture. Ces clous, disposés à dessein en tête et en queue, avaient très certainement pour objectif d’empêcher le dos de prendre une forme concave.

Le clou du support de tête toujours en place (à gauche) et le clou du support de queue déposé (à droite) – Archives Nationales Z/1c/1                          

Une rapide vérification sur les autres volumes de la série a permis d’établir que le registre qui m’a été confié n’est pas un cas isolé. Parmi les volumes observés, environ un sur deux – ceux dont les cahiers sont les plus épais – avait ses supports de couture garnis de clous. Il ne s’agit donc pas d’une fantaisie d’un relieur zélé, mais bien d’une habitude transmise dans le temps, et dont l’objectif était probablement de conférer une certaine solidité – donc une certaine longévité – aux archives de la connétablie et de la maréchaussée. L’hypothèse selon laquelle les relieurs du XVIe siècle connaissaient les problèmes liés à la structure de reliure qu’ils réalisaient (et tentaient d’y remédier) est donc tout à fait crédible.

Clou visible dans l’un des supports de couture d’un registre (à gauche) et traces d’oxydation ferreuse dans le support d’un autre – Archives Nationales Z/1c/14 et Z/1c/39

Cette expérience démontre deux choses : premièrement, les interventions de conservation-restauration sont des occasions uniques et précieuses d’étudier la matérialité du patrimoine écrit et l’histoire des techniques11 ; et deuxièmement, il est nécessaire de questionner en permanence nos connaissances et nos intuitions en matière de techniques anciennes de reliure et de restauration12.

Lucie Moruzzis

Archives Nationales


  1. Jugie P., Laforest E. et Paturange M., « Numérisation et modélisation des plans de Versailles sous l’Ancien Régime », Support Tracé 17 (2018), pp. 45-54 []
  2. Z/1c. Juridictions spéciales ; Connétablie et Maréchaussée de France, Salle des inventaires virtuelle, Archives nationales, consulté le 23/09/2018 []
  3. Clarkson C., Limp Vellum Binding and its Potential as a Conservation Type Structure for the Rebinding of Early Printed Books, Oxford : Christopher Clarkson, 2005 []
  4. À l’exception de l’étude menée par W. K. Gnirrep et J. A. Szirmai en 1989, signalée par Cédric Lelièvre et Lise Marandet : Gnirrep W. K. et Szirmai J. A., “Spines reinforced with metal rods in sixteenth-century limp parchment bindings”, Quaerendo, XIX (1989), pp. 117-140 []
  5. La couture sans support, appelée « couture de brochure », est bien moins solide que la couture sur supports, est très peu employée avant le XIXe siècle en Europe, et ne permet que de réaliser un emboîtage. []
  6. Adam C., Restauration des manuscrits et des livres anciens, Paris : Erec, 1984, pp. 36-41 []
  7. Conroy T., « The movement of the book spine », The Book and Paper Group Annual 6 (1987), consulté le 26/09/2018 []
  8. Clarkson C., « Thoughts on sewing frame design for the book conservator », The Paper Conservator 19 (1995), pp. 41-50 []
  9. Elle sera remplacée à partir du XIXe siècle par l’endossure à l’étau, toujours pratiquée de nos jours. []
  10. Devauchelle R., La reliure en France de ses origines à nos jours, Tome II, de 1700 à 1850, Paris : Jean Rousseau-Girard, 1960, pp. 16-20 []
  11. Boudalis G., « Preserving the book as artefact : Conservation as the ideal occasion in which books are both repaired and structurally understood » dans ICOM-CC (éd.), Choices In Conservation Practice Versus Research, Copenhagen, 6-8 octobre 2010, Copenhague : The Royal Library, 2010, pp. 59-62 []
  12. Côte M. et Daniel F., « De Diafoirus aux thérapies de groupe : une petite histoire des techniques de conservation/restauration du livre » dans Association pour la recherche scientifique sur les arts graphiques (éd.), La conservation : une science en évolution, bilans et perspectives, Paris, 1997, Paris : ARSAG, 1997, pp. 94-102 []

Première journée Renouard (31 mars 2017)

Le 15 avril 2016, se tenait à l’École nationale des chartes une journée intitulée « Les métiers du livre à Paris au XVIe siècle » en hommage à Annie Charon, professeur d’histoire du livre à l’époque moderne de 1990 à 2015. À cette occasion, une place particulière avait été réservée aux papiers « Renouard » sur les imprimés parisiens du XVIe siècle, dont l’histoire rappelée par Geneviève Guilleminot est emblématique de la longue chaîne de transmission, de la longue « pré-histoire » qui a conduit aux approches renouvelées par l’Apparition du livre. Philippe Renouard, lui-même issu d’une remarquable lignée de bibliographes, avait laissé des travaux restés pour une large part à l’état de documents préparatoires. Or, comme le rappelait Henri-Jean Martin, « la connaissance de notre patrimoine écrit a nécessité de tout temps […] [des] travaux qui exigent la passion de vies entières et requéraient souvent la continuité de plusieurs générations d’érudits. Qu’on ne s’étonne donc pas si l’histoire du livre est jalonnée du souvenir de collections dispersées et de répertoires laissés inachevés ou disparus, voire détruits après la mort de leur auteur. De ce point de vue, l’histoire des ‘papiers Renouard’ est exemplaire » en ce qu’ils ont, à l’inverse, pu être préservés. Ces papiers ont été repris par les équipes de la Réserve de la BnF, d’abord sous forme papier puis, grâce à la persévérance de Magali Vène aujourd’hui relayée par Estelle Bœuf-Belilita, sous forme numérique dans BP16. Ils servent aujourd’hui de base aux nouveaux outils et aux nouvelles recherches qui s’élaborent.

Mais cette journée était aussi conçue comme le prélude à un cycle de rencontres annuel, sorte de petit frère parisien des rencontres Biblyon qu’organisent depuis 2011 Michèle Clément et Raphaële Mouren à Lyon, afin de permettre à des spécialistes aguerris et à de jeunes chercheurs, à des historiens, à des historiens d’art et à des littéraires, à des spécialistes du manuscrit et de l’imprimé, à des historiens du Moyen Age et des temps modernes de se rencontrer et de dialoguer ensemble sur le livre et sur la recherche en train de se faire (pour un bilan datant de 2015). C’est pourquoi, après les allocutions d’accueil de Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC, et d’Olivier Poncet, directeur du Centre Jean-Mabillon, Michèle Clément, professeure de littérature française à l’université Lyon-2 a ouvert, la première des « Rencontres Renouard » : elle a présenté un bilan des sept premières années des rencontres lyonnaises, caractérisées par leur souplesse et leur convivialité et grâce auxquelles s’est créée une véritable dynamique de recherche, puis a évoqué les perspectives d’avenir, qui incluent des échanges entre les rencontres lyonnaises et parisiennes, et l’organisation d’un colloque commun sur les privilèges, probablement en 2019.

Alors que la journée d’avril 2016 insistait davantage sur le contexte de production des livres, la journée du 31 mars 2017 entendait s’ouvrir à des approches plus littéraires, mais nourries des apports de la bibliographie matérielle et de l’histoire du livre : en témoignent les études consacrées à la mise en livre de deux œuvres majeures, le Roman de la rose, dont Nathalie Coilly a finement analysé les différentes solutions adoptées, dans les manuscrits et les imprimés, pour mettre en page un court échange entre Raison et l’Amant, et la Nef des fous, qui devait faire l’objet de la communication, hélas reportée, de Jonas Kurscheidt. Le dialogue noué avec l’histoire de l’art, que représentaient l’année précédente Séverine Lepape et Anna Baydova, s’est avéré tout aussi fructueux : la contribution de Guy-Michel Leproux, dont les travaux sur les maîtres vitriers et les enlumineurs sous François Ier sont bien connus, a fait connaître des éléments choisis d’un livre à paraître sur le théâtre à Paris au XVIe siècle. Des archives notariales, redoutables sur le plan paléographique, révèlent des circulations inattendues et des liens étroits entre le monde du théâtre et celui du livre à la Renaissance, les comédiens pouvant devenir libraires ou colporteurs et inversement. Louis-Gabriel Bonicoli a quant à lui présenté les principaux enseignements d’une thèse soutenue en 2015 et consacrée à Antoine Vérard, et en particulier à ses bois gravés, dont il a dressé le répertoire. Cette enquête a permis d’identifier, outre le Maître du cardinal de Bourbon, du Maître des Grandes heures royales et de Jean d’Ypres, au moins trois autres peintres qui fournirent les dessins utilisés par les graveurs. M. Bonicoli a par ailleurs proposé, à partir d’une analyse attentive aux contraintes techniques, une autre façon de réfléchir aux rapports entre texte et image dans la production de Vérard.

La part belle a été faite aux incunables, présents dans les communications de Nathalie Coilly, désormais en charge des incunables à la Réserve de la BnF, Louis-Gabriel Bonicoli, Jonas Kurscheidt (dont la communication est reportée à l’année 2018) et Ezio Ornato, inventeur bien connu de la codicologie quantitative, qui en a montré de remarquables applications sur le corpus des sermonnaires et leur circulation à travers l’Europe. Martine Furno a, quant à elle, présenté un véritable « fairy tale », celui de sa découverte, à la bibliothèque de Blickling Hall (Aylsham, Norfolk), d’un exemplaire exceptionnel du Thesaurus d’Estienne couvert d’annotations manuscrites et de ce qu’elle a baptisé des « post it » (fragments, imprimés recto verso ou seulement au recto, issus des addenda à l’édition précédente et replacés à l’endroit où ils auraient dû se trouver), et sans doute destiné à préparer une nouvelle édition qui n’a jamais vu le jour.

Dictionarium, seu Latinae linguae thesaurus, Paris: Robert Estienne, 1543 (USTC 140870 – exemplaire de l’Österreichische Nationalbibliothek, Vienne)

Enfin, Christine Bénévent a présenté quelques-unes des découvertes faites dans le cadre d’un projet collectif conduit par Gilbert Fournier sur la bibliothèque du collège de Sorbonne au XVIe s., dont Gilbert Fournier a découvert un catalogue imprimé datant probablement de 1549.

Il y avait véritablement sens à intituler, sur la suggestion d’Olivier Poncet, ce cycle annuel « Rencontres Renouard ». Si les notes laissées par Philippe Renouard peuvent aujourd’hui nourrir ces recherches entrecroisées, c’est « grâce à la générosité et à l’esprit de continuité des descendants d’Antoine-Augustin et de Philippe Renouard » (Henri-Jean Martin), représentés en ce 31 mars 2017 par la veuve, Marie-Constance, et la sœur, Geneviève, de Dominique Renouard, petit-fils de Philippe. Bien qu’ayant suivi d’autres voies que celle de la bibliographie, Dominique Renouard suivait avec beaucoup d’attention les recherches sur les imprimeurs parisiens. C’est à lui que nous devons la découverte des épreuves inédites d’un Répertoire des imprimeurs parisiens, libraires et fondeurs de caractères en exercice à Paris au XVIIe s., probablement rédigé en 1907. Il aurait été heureux, a dit Marie-Constance Renouard, d’assister à ces échanges. Que ceux-ci restent, comme ils l’ont été le 31 mars 2017, placés sous le signe de cet idéal de transmission généreuse.

Après la pause déjeuner, les participants aux Rencontres Renouard ont pu découvrir avec sa directrice, Camille Dégez-Selves, la nouvelle bibliothèque de l’École, qui a ouvert le 6 mars 2017 dans des locaux rénovés sur le site Richelieu (entrée au 12 rue des Petits Champs)

Les prochaines Rencontres Renouard se tiendront le vendredi 13 avril 2017. Plus d’informations sur cette journée sont disponibles sur la page qui lui est dédiée sur le site de l’École des chartes

Christine Bénévent, École nationale des chartes