Une journée d’études sur les recueils factices à Lyon

Le 3 mai 2019 a eu lieu à l’École normale supérieure de Lyon une journée sur les recueils factices organisée par les membres du Groupe d’analyse de la dynamique des genres et des styles (XVIIe-XVIIIe s.) (GADGES, Lyon 3).

Cette journée, « Recueils factices : de la pratique de collection à la catégorie bibliographique », explorait les problèmes posés pour le repérage et l’étude de ces objets dans les collections des bibliothèques, aussi bien pour les conservateurs que pour les chercheurs. La première intervention, de Claire Giordanengo (conservatrice du fonds patrimonial, Bibl. Diderot) et Isabelle Vouilloux (conservatrice du fonds ancien, Bibl. de l’Université Catholique de Lyon), visait à présenter les difficultés rencontrées par les bibliothécaires pour repérer, cataloguer et rendre visibles ces recueils se trouvant dans leurs fonds, notamment dans le cadre de l’usage d’un catalogue commun tel que le SUDOC. En effet, il y a une tension fondamentale entre cataloguer le recueil en tant qu’objet, et décrire chaque pièce contenue dans ce recueil individuellement. Du fait de cette difficulté à cataloguer les recueils en tant qu’objet, il est souvent difficile pour le personnel des bibliothèques de les repérer et de les donner à consulter aux lecteurs : souvent, les conservateurs doivent aller en magasin pour repérer ces objets physiquement, sur les étagères, faute d’avoir les indications suffisantes dans leurs outils informatiques pour les trouver par une simple recherche via l’ordinateur. En prenant l’exemple d’un recueil de pamphlets de la fin du XVIe siècle conservé à l’UCLy, elles ont montré qu’il était complexe de faire apparaître ce recueil en tant que tel dans le catalogue du SUDOC.

Illustration 2: Recueil de controverses protestantes du XVIe siècle, UCLyon

Ce recueil a justement été montré ensuite aux participants lors d’une séance de présentation de volumes, qui a permis de discuter à la fois les questions de composition thématique et de caractéristiques matérielles de plusieurs recueils du XVIe au XVIIIe siècle. Dans le cas de ce recueil, la question se pose des buts de sa constitution. En effet, Michèle Clément (Université Lyon 2) a souligné l’unité thématique de ses 42 pièces de controverse protestantes imprimées entre 1557 et 15621. La reliure et les annotations indiquent qu’elles ont été réunies dans le recueil actuel à la fin du XVIe siècle en tant que livres prohibés, par un lecteur catholique, probablement à des fins de conservation pour un usage dans une institution religieuse catholique (comme en témoigne l’ex-libris du séminaire de Lyon collé sur la garde). Cependant, Katell Lavéant (Université d’Utrecht) a également mis en avant, lors de cette présentation conjointe, l’importance de noter la numérotation d’une main du XVIe qui ne suit pas l’ordre actuel des pièces dans le recueil, et qui indique que ces livres se trouvaient probablement d’abord dans un ou plusieurs recueil(s) antérieur(s), démantelé(s) pour constituer le recueil dans son état actuel. Il faut donc tenir compte de la possibilité que ces pamphlets furent d’abord acquis par des lecteurs favorables à leur contenu protestant, avant qu’ils ne prennent le statut de livres interdits au moment de leur mise en recueil actuelle.

Illustration 3: détail du recueil de controverses, avec renumérotation des pages

D’autres volumes ont été présentés, notamment par Hélène Lannier (Université Lyon 2). Elle a choisi de mettre en lumière un recueil de la bibliothèque Diderot (ENS) du XVIe siècle, contenant des livres en latin imprimés par le lyonnais Sébastien Gryphe. La composition du recueil, l’analyse des ouvrages choisis et l’étude de ses provenances permettent ainsi d’établir qu’il fut sans doute composé à des fins d’apprentissage pour un étudiant.

D’autres présentations, sur des ouvrages du XVIIe au XXe siècle, ont également mis en avant des aspects discutés à plusieurs reprises lors de cette journée : Edwige Keller-Rahbé (Université Lyon 2) a présenté un volume de la Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence qui souligne la question de la (re)mise en recueil par les collectionneurs au XVIIIe siècle ; Michèle Rosellini (ENS Lyon) a posé la question de la mise en recueil par les acheteurs également avec l’exemple d’un recueil de textes de théâtre du XVIIIe siècle : ces fascicules de “nouveautés” dramatiques, imprimés au plus près de l’événement théâtral, et de provenances diverses, n’ont pu être rassemblés que par un collectionneur privé. Claire Giordanengo a montré un recueil de prix remis par le lycée Louis Le Grand dans les dernières années du XVIIIe siècle et les premières du XIXe siècle, dont la décoration des tranches correspond à un ingénieux système de classement des pièces dans le volume. Ambre Bonte et Céline Poughon (Université Lyon 3), ont étudié les modalités de mise en recueil des notes manuscrites et des documents rassemblés par un philologue lyonnais, Léon Clédat, sur les patois du Rhône. Elles ont montré que l’ordre choisi diffère de celui indiqué par Clédat: ceci souligne l’évolution entre la structure pensée par l’érudit au cours de ses enquêtes scientifiques, et le résultat en recueil, qui ne donne hélas plus accès au cheminement de la pensée du chercheur. Enfin, Isabelle Vouilloux a clos cette présentation par un recueil d’imprimés des éditions Fayard de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, pour montrer comment les couvertures de fascicules de textes littéraires pouvaient être supprimées pour homogénéiser la présentation des pièces à l’intérieur du volume, perdant ainsi l’intérêt spécifique de chaque couverture illustrée, et soulignant la frontière parfois fine entre recueil et anthologie.

Le versant bibliographique a ensuite été abordé par Malcolm Walsby (Université Rennes 2) dans son intervention sur « Le texte dans son contexte. Les recueils factices et l’utilisation des imprimés à la Renaissance ». À travers l’évocation du projet qu’il dirige, Sammelband 15-16, il a d’abord rappelé que la terminologie même pose problème pour désigner les recueils factices, d’où le choix du terme allemand Sammelband par ce projet pour définir clairement l’objet conçu comme une collection d’éditions imprimées dans une seule reliure. Les conditions de création de ces recueils chez les libraires à la Renaissance, comme leur utilisation par les lecteurs les ayant fait faire chez ces libraires et relieurs, sont en effet déterminantes pour comprendre leurs caractéristiques matérielles.

Illustration 4: L’atelier du relieur selon Jost Amman (dans Schopper, Hartmann. Panoplia omnium illiberalium mechanicarum, Frankfurt: Sigmund Feyerabend, 1568).

Il a ainsi mis en contraste deux exemples. Le premier, celui de deux volumes aujourd’hui conservés à la bibliothèque du Centre Culturel Irlandais à Paris, montre comment un libraire a rassemblé des éditions des Chronici Saxoniae dans l’ordre de production chronologique, pour les vendre ensemble. Le deuxième exemple, en revanche, illustre comment quatre ouvrages de controverse catholique sont souvent mis en recueil ensemble du fait de leur forte unité thématique. Comme en témoignent les différents recueils du XVIe siècle les conservant, ces ouvrages furent rassemblés dans des ordres différents et avec des systèmes de classement et d’organisation dans le recueil propres à chaque individu qui les avait achetés et fait relier ensemble. Il a aussi insisté sur le statut qu’acquiert ainsi au fil du temps le recueil comme ouvrage unique, et non plus comme une collection de titres séparés, pour le lecteur qui, souvent, l’annote et le numérote en ce sens. Malcolm Walsby a enfin insisté sur tous les détails matériels qu’il est essentiel d’analyser pour comprendre la manière dont le recueil a été constitué, des éléments bibliographiques tels que les titres inscrits sur les tranches, à la présence de détails apparemment aussi infimes que les tâches d’encre, mouillures et trous.2

Illustration 5: Recueil de controverse religieuse (à droite), Centre culturel iralandais à Paris.

Les interventions de Katell Lavéant et Hélène Lannier ont présenté les bibliothèques de deux érudits du XVIe siècle, celle d’Huybert van Buchell, aujourd’hui conservée à la bibliothèque universitaire d’Utrecht, et celle de Benoît Court, dispersée après sa mort mais pour partie reconstituée par Hélène Lannier dans les fonds de différentes bibliothèques publiques. Là où la bibliothèque d’Huybert van Buchell, léguée à la bibliothèque municipale (devenue universitaire) d’Utrecht, permet de reconstituer sans peine la collection de ce possesseur puisqu’elle est répertoriée dans un catalogue dès 1608, celle de Benoît Court a dû être reconstituée à partir de sources secondaires, notamment grâce aux mentions de provenances dans les catalogues de bibliothèques publiques, à des catalogues de libraires anciens, ainsi que d’autres ouvrages divers (en particulier sur la reliure, puisque Court faisait apposer ses armes sur la reliure de ses livres). À partir de l’analyse des provenances, mais aussi des reliures, il est possible de mieux comprendre la logique de constitution des recueils.

Illustration 6: des reliures de la bibliothèque de Benoît Court. Photo BM Lyon

La réflexion croisée des deux chercheuses a entre autres porté sur les raisons qui poussaient les érudits à rassembler des titres par thèmes (par exemple une série d’ouvrages de polémique protestante et de théologie dans le cas de van Buchell), par auteurs (tel un volume d’œuvres d’Érasme dans la collection de Benoît Court) ou par langues (les recueils étant dans les deux cas toujours monolingues). Il est aussi frappant de noter que, dans les deux cas, les volumes fabriqués pour ces possesseurs proposent souvent une indication sur le prix de la reliure, ouvrant les perspectives de réflexion sur les aspects économiques de la mise en recueil, qui permettait de limiter le coût supplémentaire que représentait la reliure. Ces précieuses indications donnent une idée des coûts de fabrication de ces volumes.

Illustration 7: une indication de prix de reliure dans un des volumes de Huybert van Buchell, BU Utrecht

La journée s’est achevée sur une session sur les recueils de mazarinades. Laura Bordes (Université Aix-Marseille) a ainsi pris l’exemple du fonds de plus de 80 de ces volumes, conservé à la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence. Du fait de la fragilité matérielle des pamphlets en question, objets imprimés appelés à disparaître rapidement s’ils n’avaient pas été mis en recueil, c’est la question de la préservation qui a été évoquée, comme à plusieurs reprises pendant la journée, pour des éditions aujourd’hui particulièrement rares, voire uniques. Malgré le manque d’informations sur l’origine de cette collection, l’étude des recueils et, dans certains cas, de l’ajout d’illustrations et de portraits de personnages cités dans les textes, angle peu étudié jusqu’ici et pourtant présent de manière massive dans le corpus, permet de s’interroger sur le but de la constitution d’une telle série de recueils.

Illustration 8: une image classique, le portrait de Mazarin en page de titre d’une mazarinade

L’une des organisatrices de la journée d’études, Mathilde Bombart (Université Lyon 3), est revenue sur les enjeux des illustrations dans ces recueils pour aborder une série d’éditions de la main d’un mystérieux sieur de Sandricourt, composées avec une logique polémique mais aussi commerciale, pour inciter les lecteurs à acheter ces éditions les unes après les autres. Là encore, ces pièces ont fait l’objet d’une mise en recueil, dans un certain nombre de cas avec une page de titre imprimée, qui met en scène la fin de la crise en 1652, et qui constitue donc en elle-même une mazarinade. L’ajout de cette page de titre, comme celle de portraits produits par le graveur et marchand d’estampes par Balthazar Montcornet (1598-1668), compose donc un recueil factice dont il convient d’étudier la logique de production spécifique : la page de titre a pu être produite pour être utilisée par un libraire qui s’en serve comme page générique ouvrant un recueil composé pour un acheteur selon ses souhaits et selon les mazarinades en stock. Il est également envisageable que l’on ait dans un certain nombre de cas des recueils produits par des libraires pour attirer un lectorat séduit par l’ajout d’illustrations, sans pourtant exclure la possibilité que d’autres recueils aient été constitués sur la demande des lecteurs individuels désireux d’enrichir les textes rassemblés par des illustrations complémentaires choisies personnellement. Mathilde Bombart entreprend actuellement une recherche plus étendue sur ce sujet, qu’elle a abordé dans son habilitation à diriger des recherches (à paraître).

illustration 9: un recueil de mazarinades illustré, conservé à la BM de Châlons-en-Champagne

Au terme de cette journée riche d’exemples et de questions autour des recueils factices aux XVIe et XVIIe siècles, il est apparu dans la réflexion des différents participants l’importance de la collaboration entre chercheurs et professionnels des bibliothèques pour mieux mettre au jour et décrire ces recueils. Est également réaffirmée la nécessité d’étudier ces objets sous un angle bibliographique, comme sous l’angle de leur constitution pour et par des lecteurs souvent identifiables ou pour des logiques de lecture qu’il nous faut aujourd’hui reconstruire. C’est ce à quoi s’emploient le séminaire du GADGES dédié à ces questions, comme le projet Sammelband 15-16 et le projet Mazarinades, dont on ne manquera pas de suivre les résultats des enquêtes à venir sur ces objets fascinants.

  1. Michèle Clément a décrit ce recueil et son contenu dans son article « Mettre en vers français une poétesse latine. Proba Falconia à Lyon en 1557 », Martine Furno et Raphaële Mouren (éd.) Auteur, Traducteur, collaborateur, imprimeur.. qui écrit?, Paris, Classiques Garnier, 2012, pp.165-202, 2012. []
  2. Malcolm Walsby a ainsi étudié cette problématique dans ‘Cheap print and the academic market : the printing of dissertations in sixteenth-century Louvain’, dans Andrew Pettegree (ed.) Broadsheets : Single-sheet Publishing in the First Age of Print, Leiden : Brill, 2017, pp. 355-375, et ‘Les enjeux de la conservation-restauration des livres : le cas des receuils factices’, à venir. []

Déshabiller le livre: une exposition au Centre Culturel Irlandais

Illustration 1: D 269 – Sancte Pagnino, Thesaurus linguae sanctae, Lyon : Sébastien Gryphe, 1529 ©Centre Culturel Irlandais

La reliure de l’ouvrage ci-dessus peut surprendre : elle s’inspire de l’art ottoman, qui influence la reliure occidentale durant la Renaissance, mais nous pouvons également voir qu’elle a été habillée d’une autre reliure au XVIIIe siècle, dont elle conserve encore le dos. Elle nous révèle une information importante sur la façon dont ce livre, selon ses possesseurs et l’époque, a été considéré différemment, passant d’une reliure soignée à une reliure plus ordinaire.

Habillée puis déshabillée, cette reliure passée de mains en mains, et de nombreuses autres, est mise à l’honneur du 25 janvier au 10 mars 2019 au Centre Culturel Irlandais (CCI, 5 rue des Irlandais, 75005 Paris) dans une exposition intitulée Déshabiller le livre. Vagabondage entre les reliures de la Bibliothèque patrimoniale et l’histoire du livre. Dix-huit ouvrages dont les reliures datent de l’époque moderne sont exposés, dans le but de faire découvrir la reliure au grand public et en particulier un échantillon de celles conservées à la bibliothèque patrimoniale du CCI.

Illustration 2: CCI, vue de l’exposition ©Centre Culturel Irlandais

La genèse de l’exposition

Chaque année, le CCI met au concours des bourses à destination des chercheurs afin de favoriser les travaux sur ses collections. Les heureux élus ont la chance de travailler au cœur même de la bibliothèque, dans la salle de lecture où sont conservés les ouvrages : dans une ambiance studieuse, sous le regard des reliures et dans l’odeur des livres anciens. Dans le but de rendre accessible leurs recherches au plus grand nombre et de valoriser ces documents, dont la richesse est à souligner, l’aventure peut être poursuivie sous la forme d’une exposition. Le CCI offre ainsi une nouvelle opportunité au chercheur : le faire sortir de sa tour d’ivoire en lui donnant l’occasion de prendre part à la diffusion des biens communs d’une part ; de lui faire concevoir une exposition d’un point de vue intellectuel et scientifique d’autre part. La présente exposition est issue d’un travail de recherche que j’ai effectué en 2013, intitulé « Les livres des établissements religieux parisiens dans le fonds de la Bibliothèque du Collège des Irlandais : étude des reliures françaises, XVIe-XIXe s. »

Illustration 3: La bibliothèque patrimoniale du CCI ©Centre Culturel Irlandais

Les paris de l’exposition

Rapidement, plusieurs questions se sont posées. Comment parler de la reliure – un domaine déjà difficile à aborder pour un historien car très jargonneux – en très peu de mots ? Qu’en dire ? Par quel angle l’aborder ? Comment mettre en avant des reliures qui sont, nous le verrons, non pas brillantes de mille feux comme ce qui est habituellement exposé, mais modestes ? Pire, comment faire lorsque l’on n’est pas une historienne de la reliure ?

L’idée a donc été de revenir aux fondamentaux, aux centres d’intérêt qui m’avaient poussée à candidater à cette bourse : l’objet de la reliure en lui-même ainsi que l’histoire du livre et des bibliothèques, afin de montrer au public que l’histoire peut aussi se faire en étudiant la matérialité des objets. Que nous apprend l’étude de ces objets du quotidien sur l’histoire des collections de la bibliothèque du CCI ?

La bibliothèque patrimoniale du CCI : un vivier pour l’étude des reliures courantes et soignées

Élément de protection du livre, de personnalisation, de décoration, la reliure est un objet auquel les propriétaires des livres et les libraires ont recouru durant des siècles.

Composée de livres issus d’établissements religieux parisiens fermés durant la Révolution française, la bibliothèque patrimoniale du CCI offre un observatoire très riche de reliures de facture modeste. La bibliothèque du séminaire des Irlandais – alors appelé « Collège des Irlandais » – disparaît elle-même lors des confiscations révolutionnaires. Elle se recompose au début de l’Empire avec la réouverture du Collège des Irlandais et elle récupère à ce moment-là des livres de ces établissements disparus, lesquels avaient, en leur temps, peu de ressources à allouer à leurs propres bibliothèques, d’où la présence de ces humbles reliures dans les collections du CCI aujourd’hui.

La valeur de ces reliures n’est pas moindre, bien au contraire, car elles mettent en lumière les usages du livre : sa circulation, son appropriation, son appréhension. Grâce aux signes apposés sur les reliures postérieurement ou non à leur fabrication, elles renseignent également sur les pratiques des bibliothèques publiques comme privées : la tenue d’un catalogue, le rangement des ouvrages, la manière dont le contenu d’un livre est évalué, la façon dont on classe le monde et les savoirs et dont on diffuse ces derniers à ses usagers, voire la façon dont on souhaite orienter leurs lectures. Ce thème avait d’ailleurs fait l’objet d’une autre exposition au CCI réalisée par Malcolm Walsby, sur les recueils factices et leurs usages, en 2017 : Le volume vivant : La longue vie des livres de la Renaissance. Cette nouvelle exposition entre également en résonance avec celle qui avait été réalisée par Emmanuelle Chapron il y a quelques années et désormais disponible en version virtuelle : Lire plume à la main. En effet, les gardes des reliures sont des espaces d’annotations, comme nous pouvons également l’apercevoir dans l’exposition.

Les axes de l’exposition

Cinq vitrines composant l’exposition, le propos est organisé en cinq parties.

La première partie propose de découvrir l’objet de la reliure en lui-même en présentant ses principaux éléments constitutifs et les principales caractéristiques des reliures françaises réalisées entre les XVIe et XVIIIe siècles. Le texte et les livres exposés donnent à voir quelques éléments structurants des reliures et invitent à la reconnaissance des peaux. Outre les informations relatives à la fabrication des reliures, les aspects économiques et commerciaux sont aussi abordés à travers l’exposition d’une reliure à la hollandaise – un type de reliure à moindre coût développé par les éditeurs Elzevier au XVIIe siècle – et d’une reliure comportant un défet de manuscrit, témoignage d’une fabrication à l’économie et des trésors que nous pouvons aujourd’hui trouver glissés dans les reliures.

Le deuxième panneau de l’exposition est consacré à un élément considéré comme phare de la reliure : ses décors. Cette partie propose au public d’apprendre à dater les reliures par leur décoration – ou par leur absence de décoration – et souhaite mettre en avant l’évolution des décors de la reliure française à cette période.

Illustration 4: CCI. E 3(1) et E 3(2) – Augustin de Lamet, Germain Fromageau, Le Dictionnaire des cas de conscience décidés suivant les principes de la morale, Paris : chez Jean-Baptiste Coignard et Hippolyte-Louis Guerin, 1733. ©Julien Mouffron-Gardner

En observant ses décors, il est possible de dater cette reliure au XVIIIe siècle, au cours duquel apparaît la mention du titre sur une pièce de titre. D’autres éléments témoignent de l’évolution des décors par rapport au siècle précédent: si la précision de la tomaison apparaît progressivement sur le dos au XVIIe siècle, elle se trouve ici sur une pièce de titre ; on trouve également un décor composé de motifs floraux, qui apparaît au XVIIe siècle et se développe au XVIIIe siècle.

Ces éléments liminaires posés, l’exposition propose de s’attarder sur les marques de possession pouvant parsemer les reliures. Il s’agit ici de s’intéresser à l’histoire du document dont il est possible de remonter le fil, à son appréhension et à son appropriation par ses différents propriétaires, à la dimension sociale de la reliure, dont la couvrure peut être un espace d’ostentation.

Illustration 5: CCI, panneau et vitrine dédiés aux marques de possession ©Centre Culturel Irlandais

Les reliures du CCI permettent également de vagabonder dans l’histoire des bibliothèques. La quatrième partie de l’exposition souhaite montrer au public que l’étude des reliures peut participer à la reconstitution intellectuelle de bibliothèques aujourd’hui disparues grâce aux divers indices dont les reliures recèlent – la présence d’ombilics et de coins, l’emplacement et la configuration du titre, l’apparition de la tomaison, la cotation, les mentions de catalogues.

Enfin, le cinquième panneau insiste sur un élément présent en filigrane tout au long de l’exposition : la longue vie du livre et des reliures. L’exposition permet de voir que les livres – et leurs reliures – circulent, changent de mains ; sont habillés, déshabillés, vêtus d’une autre façon en fonction des goûts de l’époque et des propriétaires ; sont marqués et annotés selon les besoins. À l’instar de leurs propriétaires, les livres vivent en tant qu’objet. Cette partie ouvre sur la vie de ces reliures aujourd’hui : non plus des objets ordinaires, du quotidien, mais des objets d’études, sanctuarisés par leur patrimonialisation. Les exemples exposés en vitrine montrent que ce changement de statut est lui-même visible sur les reliures : leur vie continue et l’objet d’étude ne tarit pas.

Illustration 6: Chantier de préservation des collections patrimoniales du CCI (2006-2011) ©Barbara Laborde

Cette photographie est issue du chantier de préservation des collections patrimoniales, qui s’est déroulé entre 2006 et 2011, un chantier qui témoigne de la mise en patrimoine de ces ouvrages. Une approche de type archéologique a été privilégiée : toutes les opérations de restauration effectuées sont réversibles et l’on a laissé visibles les traces témoignant des vies antérieures du document.

Une invitation au vagabondage

Observer une reliure permet donc de voyager : de suivre la fabrication d’un livre depuis sa dernière demeure, de faire une échappée dans les arts décoratifs, de se promener chez les propriétaires des livres, de fureter dans les bibliothèques où il est tantôt rangé couché, debout, coté, classé, regroupé avec d’autres en fonction de critères plus ou moins personnels selon les possesseurs. Étudier les reliures permet donc de réaliser des recherches historiques allant au-delà de la simple exploration des techniques de fabrication et des décors : déshabiller un livre par l’étude permet de constater que la reliure s’inscrit dans l’économie du livre et qu’elle témoigne de ses pratiques culturelles et sociales. Entre histoire des collections de la bibliothèque patrimoniale du CCI, histoire de la reliure, histoire du livre ou encore des bibliothèques, cette exposition propose une invitation au vagabondage et cherche à valoriser l’intérêt de ces objets ordinaires.

Cécile Capot
  Conservatrice-stagiaire des bibliothèques à l’Enssib

Découvrir les collections du «Musée-Bibliothèque» Médard

Lunel, ville moyenne située dans la contrée occitane entre Nîmes et Montpellier, n’est pas un haut lieu de la culture où l’on s’attend à trouver un musée sur le livre et le patrimoine écrit. Le critère premier pour la création de fonds anciens dans les bibliothèques municipales en France est le statut juridique de la ville à l’époque des saisies révolutionnaires et de celles suivant la séparation de l’Église et de l’état en 1905.  Les Préfectures ou Sous-préfectures recevaient les fonds des établissements religieux et des émigrés dans leur circonscription. Or Lunel n’eut jamais ce statut, on lui préféra alors Béziers et Lodève pour la redistribution des collections. Il est d’autant plus surprenant donc d’y découvrir un centre d’interprétation de qualité remarquable, tel que je l’ai trouvé au Musée Médard lorsque j’y ai rencontré son conservateur Claudio Galleri pour la fin de l’exposition « Savantes Lumières – Louis Médard et l’aventure du XVIIIe siècle ».

Depuis la fin 2013, l’ancien hôtel de ville reçoit des visiteurs dans des locaux entièrement rénovés, autour d’expositions mettant en valeur des thématiques transversales à travers la collection jadis léguée par ce Médard. Galleri y a pris la barre en 2015 et a veillé sur le développement du projet pour lui valoir l’attribution du statut « Musée de France » en 2017. Il s’agit là de la confirmation de l’ouverture et du partage patrimonial qui est l’esprit originel et actuel de la collection Médard.

L’entrée du Musée Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

Natif de Lunel, Louis Médard (1768-1841) fit fortune comme marchand de tissus, notamment ces tissus imprimés dits indiennes si populaires à l’époque. Bibliophile dès un jeune âge, il amassa avec l’aide d’un réseau de contacts à Paris une collection d’imprimés anciens et contemporains qu’il fit relier par les plus grands noms de son époque. Rassemblés dans son cabinet de lecture à Montpellier, les 3107 œuvres bénéficièrent à sa retraite de l’élaboration d’un catalogue détaillé qui est encore conservé. C’est ce qui nous permet aujourd’hui de visiter au premier étage une reconstitution fidèle de la bibliothèque de Médard, les livres arrangés suivant l’ordre du collectionneur, qui adoptait le système des libraires de Paris. Les tranches maroquines diversement colorées et dorées y brillent et appellent à la consultation à travers les vitres des meubles originaux. On s’imagine que l’effet était voulu par le donataire lorsqu’il légua le tout à la municipalité, précisant que sa collection soit mise à la disposition de tous, notamment des collégiens, pour qu’ils bénéficient d’une bibliothèque comme il ne l’avait pu à cet âge.

La bibliothèque de Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

Quelques 800 fiches explicatives calligraphiées par les secrétaires de Médard témoignent du soin avec lequel ces éditions ont été choisies. Inspiré par une formation humaniste, il s’est entouré de monuments littéraires et typographiques, avec une préférence pour les œuvres d’histoire et des belles-lettres. Depuis le transfert de la donation à Lunel en 1858, d’autres collections s’y sont ajoutées. Aujourd’hui les quelques 5000 livres de ce fonds comptent huit manuscrits médiévaux, deux incunables et de nombreux imprimés de chaque siècle du XVIe au XIXe siècle. Il s’agit par ailleurs d’une collection vivante, à laquelle on cherche à ajouter suivant sa logique interne (des titres que Médard souhaitait acquérir, par exemple) et le projet scientifique du musée (notamment ce qui a rapport aux arts et métiers du livre).

Une page du “Grand catalogue” de Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

Dans cette logique, le musée a fait l’acquisition il y a quelques années de 96 fers de reliure de l’illustre atelier parisien de René et Alphonse Simier. Comme quelque 400 volumes de la bibliothèque Médard furent jadis reliés par la maison Simier, certaines de ces reliures de luxe peuvent maintenant être associées aux outils précis qui les ont marquées. La provenance des reliures est signalée dans le catalogue en ligne, valorisant à nouveau l’investissement original du collecteur. Car à part 150 volumes dont Médard préféra préserver la reliure d’origine, il fit relier la très grande majorité de ses acquisitions par les grands artisans parisiens et montpelliérains de la première moitié du XIXe siècle. Ces reliures sont parmi les éléments systématiquement numérisés par le musée et mis à la disposition du public à travers le catalogue. Ainsi sont célébrés la matérialité et l’historique des exemplaires, qui font la force particulière de ce fonds.

Suivant cette même philosophie, il est aisé d’identifier quels ouvrages de Médard ont été documentés dans ses différents catalogues, révélant la logique interne de la collection à différentes époques, et évoquant des sous-collections particulières. Dans cette perspective, l’on note la présence d’un « Petit catalogue », qui documente les 143 livres de Médard qui figuraient alors sur l’Index. Physiquement, ces volumes étaient regroupés à l’abri du regard innocent derrière les portes en bois du meuble qui trône encore aujourd’hui dans son cabinet.

Si les ouvrages théologiques sont bien représentés dans cet « enfer », la collection plus large est fortement dominée par l’intérêt de Médard pour les belles-lettres (qui représentent 50% des titres) et l’histoire (environ 30% du total). De grands auteurs du siècle des Lumières y sont représentés, comme les auteurs antiques que cet amateur de Virgile appréciait particulièrement. L’on trouve donc dans cette collection le reflet des loisirs d’un bibliophile nanti et non pas le cabinet de travail d’un négociant. Les intérêts régionaux sont ainsi moins représentés chez Médard que des réflexions philosophiques d’envergure cosmopolite. Les fonds qui se sont rajoutés à la collection de Lunel depuis viennent équilibrer cette répartition. Par ailleurs, les collaborations du Musée Médard avec d’autres institutions font finalement valoir l’apport de ses richesses à la culture de la région et les situent dans le paysage patrimonial plus large.

Avec le programme culturel annoncé pour 2018/2019, nous attendons deux belles expositions à Lunel : à partir du 24 octobre, « Pop-up! Histoires et éclats du livre animé », suivie au mois d’avril par « Feuilles et merveilles. L’univers des papiers décorés ». La consultation sur place des ouvrages et du centre de documentation est possible sur rendez-vous. Le site du musée et son catalogue en ligne, illustré par les nombreuses numérisations effectuées à ce jour, peuvent motiver à prévoir un déplacement prochainement.

La façade du Musée Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

* Pour une explication détaillée de l’historique et de l’avenir du la collection Médard, l’on attendra le texte de Claudio Galleri, « Le fonds Louis Médard à Lunel et sa transmission patrimoniale : de la bibliothèque au musée », dans La fabrique du patrimoine écrit: objets, acteurs, usages sociaux, Presses de l’ENSSIB et Éditions des Cendres, 2018, à paraître.

Ann-Marie Hansen
Université Rennes 2

Une histoire de nerfs cloués : les découvertes offertes par les interventions de conservation-restauration

Les métiers de la conservation-restauration peuvent parfois sembler ingrats. Les interventions matérielles préalables à la numérisation – absolument indispensables non seulement pour que le document puisse être manipulé, mais aussi pour sa lisibilité – nécessitent la mise en place d’une organisation à long terme et des opérations généralement répétitives et rébarbatives, autant pour le conservateur que pour le restaurateur ou pour le photographe. Ces chantiers de numérisation sont aujourd’hui monnaie courante aux Archives nationales, et peuvent être associés à des projets de grande ampleur, tels que la mise en ligne de modélisations en 3D du château de Versailles sous l’Ancien Régime (projet baptisé VERSPERA1). Pourtant ces opérations de routine peuvent être l’occasion de découvertes surprenantes.

C’est dans le cadre de ces chantiers de préparation à la numérisation que quelques registres de la série Z/1c sont arrivés à l’atelier de reliure et de restauration des Archives nationales. Ce fonds est constitué d’un peu moins de 500 registres. Entré aux Archives en 1847, il regroupe les papiers de la connétablie et de la maréchaussée de France depuis le XIVe siècle jusqu’à la Révolution française2. Seuls quatre registres du fonds, datés de 1528 à 1538, sont actuellement pris en charge par l’atelier de Paris (Z/1c/1 à Z/1c/4). Chacun de ces quatre volumes représente de nombreuses heures de travail, si bien que leur traitement doit être étalé sur une longue période.

Aperçu de l’un des registres du fonds Z/1c à son arrivée à l’atelier : plat supérieur (à gauche) et tranche de queue (à droite) – Archives Nationales Z/1c/4

Conservés dans des boîtes d’archives (un ou deux par boîte), les registres présentent au moment de leur arrivée à l’atelier un état matériel plus que préoccupant. Protégés seulement par une couvrure souple en parchemin (datant très probablement de l’époque de la rédaction), les volumes ont été exposés à une humidité très élevée sur une longue période. Cette humidité couplée à un conditionnement souvent inadéquat a eu pour conséquences d’importantes déformations des feuillets ; ainsi qu’une perte conséquente de la charge en colle du papier, qui a permis le développement de microorganismes et qui a considérablement affaibli le support. L’intervention de conservation-restauration en vue de la numérisation a donc un objectif double : renforcer le support papier d’une part, et lui rendre une certaine planéité d’autre part. 

Aperçu de l’état matériel des feuillets du registre dont j’ai hérité : affaiblissement et déformations – Archives Nationales Z/1c/1

C’est au cours du traitement long et répétitif de ces registres que j’ai fait une découverte inattendue au cœur même de leur structure. Comme de nombreux volumes d’archives, considérés comme peu prestigieux au moment de leur création au regard de leur reliure, les manuscrits de la connétablie comportent une structure souple en parchemin de seconde main, ou parfois de remploi. Le matériau de couvrure, de piètre qualité, remplit néanmoins son rôle de protection des feuillets. La couture est effectuée à chevrons sur doubles lanières fendues et torsadées de cuir mégissé (de couleur blanchâtre), ce qui non seulement dénote une volonté de confectionner un registre solide, mais nécessite aussi un certain savoir-faire dans le domaine de la reliure – d’autant que les cahiers sont parfaitement alignés en tête. Les lanières sont passées dans la couvrure en parchemin, qui est repliée sur elle-même afin de s’adapter au format des cahiers. Aucun feuillet de garde, aucun renfort du dos, ni aucune tranchefile, n’est ajouté.

Passure des lanières de cuir mégissé dans la couvrure de parchemin – Archives Nationales Z/1c/4

Largement utilisée du XVe jusqu’au XIXe siècle, ce type de reliure a souvent été à tort qualifiée de « reliure d’attente »3. En effet, même si ce type de structure – souvent appelée « reliure à la hollandaise » – peut sembler relever du niveau zéro de la reliure, elle présente en réalité une certaine solidité qui a participé à la transmission du volume jusqu’à nous. Mais si aucune information écrite n’a été perdue, on note des déformations importantes du support papier. 

Cette déformation est bien connue des restaurateurs de documents d’archives. Les cahiers de papier qui constituent les registres sont très épais (leur format réel est environ in-16, et peut aller jusqu’à in-24), et la forme du dos est passée de convexe à concave au fil du temps. Ce mouvement est tel qu’il est parfois possible de trouver des volumes dont le premier et le dernier cahier finissent par se rejoindre. Les origines et les mécanismes de ce type de déformation sont aujourd’hui mal connus et rarement étudiés4 , mais l’hypothèse purement mécanique liée à la couture du document semble plausible. Pour comprendre cette hypothèse, il est nécessaire d’évoquer le rôle primordial de la couture dans la mécanique du livre relié.

Déformation ou incurvation du dos, qui est passé de convexe à concave – Archives Nationales Z/1c/1

Véritable pilier du livre, la couture détermine toutes les opérations de reliure, celles qui la précèdent comme celles qui la suivent. Comme souvent dans le monde de l’artisanat, le terme « couture » désigne à la fois une opération et son résultat. Le procédé a deux objectifs : permettre de lier les cahiers les uns aux autres via le point de chaînette ; et attacher chacun de ces cahiers aux supports préalablement préparés5. C’est d’ailleurs l’opération qui consiste à passer – après couture – les supports dans des trous percés dans les plats qui différencie une reliure d’un emboîtage. Le terme reliure désigne l’opération qui consiste à relier les supports de couture aux plats. En résumé, si le livre relié était un corps humain, les supports de la couture seraient les vertèbres constituant ensemble la colonne vertébrale, le fil de couture serait la structure osseuse, et les cahiers seraient les muscles.

Aperçu de la structure de la couture en cours de démontage, évoquant un squelette – Archives Nationales Z/1c/1

La couture à chevrons, observée sur nos registres de la connétablie et sur beaucoup d’autres volumes reliés à la même époque, ajoute un troisième point d’ancrage aux deux premiers. Elle permet de solidariser le cahier au précédent non plus exclusivement par les points de chaînette, mais également par chacun des supports6. Si cette opération apporte indubitablement une solidité supplémentaire, elle présente l’inconvénient de tirer chacun des cahiers en arrière, vers le cahier précédent auquel il est rattaché. Distribué sur l’ensemble du dos, ce mouvement peut provoquer une inversion de la courbure convexe recherchée du dos. Plus les cahiers sont épais, plus cette contrainte est importante, puisque la distance parcourue par le fil pour rejoindre le cahier précédent est plus grande. Une couture à chevrons effectuée sur un volume dont les cahiers sont épais aura donc plus de chances de passer de convexe à concave (ou de plane à concave si le dos était peu ou pas arrondi).

Incurvation du dos sur un registre du XVIe siècle (à gauche), et déjà visible sur le même type de couture effectuée de nos jours (à droite) – Archives Nationales Z/1c/1

À chaque ouverture d’un volume, le dos passe de convexe à concave, puis de concave à convexe lorsque le livre est refermé7. Maintenir cette forme convexe lorsque l’ouvrage est fermé est l’un des enjeux mécaniques les plus importants de la reliure8. Le rôle primordial joué par la couture est secondé par d’autres opérations. L’endossure dite « à la française », pratiquée du XVIe au XIXe siècle environ9, consiste à tenter de bloquer cette forme convexe en forçant le passage des supports de couture dans les plats10. Le collage de morceaux de papier ou de parchemin – appelés claies ou apprêture – sur le dos vise à le solidifier, tout en maintenant une certaine souplesse permettant l’ouverture.

Quelques exemples de coutures sur doubles nerfs (à gauche), et une couture ancienne sur doubles lanières à chevrons (à droite) – Archives Nationales Z/1c/3

Une couture à chevrons, des cahiers épais, et aucune apprêture : toutes les conditions pour que le dos passe de convexe à concave semblent être réunies sur certains des registres de la connétablie déposés à l’atelier. L’un d’eux, le Z/1c/1 dont j’ai hérité, présentait des déformations si importantes qu’il a été décidé de défaire la couture avant de traiter les feuillets un à un, puis de réaliser une nouvelle couture plus adaptée aux cahiers épais.

Une couture ancienne à chevrons avec renfort du dos par des claies en parchemin (à gauche), et une couture similaire effectuée de nos jours (à droite) – Archives Nationales LL//1068

Il peut nous sembler intuitif que cette déformation du dos ait été lente et progressive, et que les relieurs du XVIe siècle ignoraient les conséquences de ce type de structure sur des volumes constitués de cahiers épais. Les documents d’archives ayant une valeur probatoire importante, ils devaient probablement être reliés de façon à pouvoir être conservés le plus longtemps possible.

Cette intuition a été contrée en quelques minutes. Après avoir déboîté la couvrure souple de parchemin du corps d’ouvrage, j’ai constaté une différence nette d’aspects entre les supports de tête et queue d’une part, et les autres supports d’autre part. En y regardant de plus près, il s’est avéré que des clous – probablement en fer au regard de leurs produits d’oxydation rougeâtres – avaient été ajoutés aux supports après couture. Ces clous, disposés à dessein en tête et en queue, avaient très certainement pour objectif d’empêcher le dos de prendre une forme concave.

Le clou du support de tête toujours en place (à gauche) et le clou du support de queue déposé (à droite) – Archives Nationales Z/1c/1                          

Une rapide vérification sur les autres volumes de la série a permis d’établir que le registre qui m’a été confié n’est pas un cas isolé. Parmi les volumes observés, environ un sur deux – ceux dont les cahiers sont les plus épais – avait ses supports de couture garnis de clous. Il ne s’agit donc pas d’une fantaisie d’un relieur zélé, mais bien d’une habitude transmise dans le temps, et dont l’objectif était probablement de conférer une certaine solidité – donc une certaine longévité – aux archives de la connétablie et de la maréchaussée. L’hypothèse selon laquelle les relieurs du XVIe siècle connaissaient les problèmes liés à la structure de reliure qu’ils réalisaient (et tentaient d’y remédier) est donc tout à fait crédible.

Clou visible dans l’un des supports de couture d’un registre (à gauche) et traces d’oxydation ferreuse dans le support d’un autre – Archives Nationales Z/1c/14 et Z/1c/39

Cette expérience démontre deux choses : premièrement, les interventions de conservation-restauration sont des occasions uniques et précieuses d’étudier la matérialité du patrimoine écrit et l’histoire des techniques11 ; et deuxièmement, il est nécessaire de questionner en permanence nos connaissances et nos intuitions en matière de techniques anciennes de reliure et de restauration12.

Lucie Moruzzis

Archives Nationales


  1. Jugie P., Laforest E. et Paturange M., « Numérisation et modélisation des plans de Versailles sous l’Ancien Régime », Support Tracé 17 (2018), pp. 45-54 []
  2. Z/1c. Juridictions spéciales ; Connétablie et Maréchaussée de France, Salle des inventaires virtuelle, Archives nationales, consulté le 23/09/2018 []
  3. Clarkson C., Limp Vellum Binding and its Potential as a Conservation Type Structure for the Rebinding of Early Printed Books, Oxford : Christopher Clarkson, 2005 []
  4. À l’exception de l’étude menée par W. K. Gnirrep et J. A. Szirmai en 1989, signalée par Cédric Lelièvre et Lise Marandet : Gnirrep W. K. et Szirmai J. A., “Spines reinforced with metal rods in sixteenth-century limp parchment bindings”, Quaerendo, XIX (1989), pp. 117-140 []
  5. La couture sans support, appelée « couture de brochure », est bien moins solide que la couture sur supports, est très peu employée avant le XIXe siècle en Europe, et ne permet que de réaliser un emboîtage. []
  6. Adam C., Restauration des manuscrits et des livres anciens, Paris : Erec, 1984, pp. 36-41 []
  7. Conroy T., « The movement of the book spine », The Book and Paper Group Annual 6 (1987), consulté le 26/09/2018 []
  8. Clarkson C., « Thoughts on sewing frame design for the book conservator », The Paper Conservator 19 (1995), pp. 41-50 []
  9. Elle sera remplacée à partir du XIXe siècle par l’endossure à l’étau, toujours pratiquée de nos jours. []
  10. Devauchelle R., La reliure en France de ses origines à nos jours, Tome II, de 1700 à 1850, Paris : Jean Rousseau-Girard, 1960, pp. 16-20 []
  11. Boudalis G., « Preserving the book as artefact : Conservation as the ideal occasion in which books are both repaired and structurally understood » dans ICOM-CC (éd.), Choices In Conservation Practice Versus Research, Copenhagen, 6-8 octobre 2010, Copenhague : The Royal Library, 2010, pp. 59-62 []
  12. Côte M. et Daniel F., « De Diafoirus aux thérapies de groupe : une petite histoire des techniques de conservation/restauration du livre » dans Association pour la recherche scientifique sur les arts graphiques (éd.), La conservation : une science en évolution, bilans et perspectives, Paris, 1997, Paris : ARSAG, 1997, pp. 94-102 []

De cuir et d’or : les reliures armoriées de la bibliothèque de Saint-Omer

Si les reliures armoriées ont depuis toujours attiré l’œil des bibliophiles, leur intérêt auprès des bibliothécaires a, semble-t-il, été moins évident. C’est d’ailleurs le cas de la plupart des caractéristiques d’exemplaires, rarement signalées dans les anciens catalogues d’imprimés (on doit noter l’exception des incunables – voir notamment l’Index Possessorum Incunabulorum de Paul Needham – et des manuscrits dont la description codicologique est généralement plus approfondie).

Portefeuille de velours rouge brodé de fils d’or, d’argent et de soie aux armes des archiducs et de la ville de Saint-Omer (St-Omer, BA, Archives, AB-XXXVII-7)

Mais le monde des bibliothèques patrimoniales se penche à nouveau de manière générale sur ces questions des marques de provenances, quelles qu’elles soient, et on voit de plus en plus les bibliothèques les signaler dans leur catalogue (Numélio à Lyon par exemple). Parallèlement, on voit l’émergence de répertoires à part entière, tel que celui du CERL (Consortium of European Research Libraries), qui propose une liste de liens et des informations par pays permettant de retrouver des marques de possession (ex-libris, armoiries, etc.) dans les livres anciens, et un thésaurus, qui permet par ailleurs de retrouver des provenances (recherche par noms de personnes) ; ou encore la base Reliures de la BnF.

Hilaire-Bernard de Requeleyne de Longepierre (1659-1721) : d’azur à une toison d’or suspendue à une nuée d’argent surmontée de deux étoiles d’or (St-Omer, BA, inv. 272)

Depuis quelques années maintenant, la Bibliothèque de l’Agglomération de Saint-Omer a entrepris le catalogage scientifique complet de ses fonds anciens. C’est un travail de longue haleine : plus de 16.600 volumes rien que pour les éditions modernes… mais qui a déjà largement montré son utilité.

Exposition présentée à la BAPSO du 16 sept. au 13 déc. 2017

C’est dans le cadre de cette vaste entreprise que nous avons entrepris le repérage systématique des reliures « aux armes » de notre collection. La moisson, si elle n’est pas énorme, reste somme toute honorable, avec un peu moins d’une centaine de blasons et de monogrammes repérés, et plus de 80% d’identification, en partie grâce à l’aide de la communauté scientifique et des collègues de Bibliopat. C’est le résultat de ces quatre années de repérage et de recherche héraldique qui est présenté au public à partir des Journées européennes du patrimoine et jusqu’à la mi-décembre 2017.

Saint-Omer (ville de) : de gueules à la croix patriarcale d’argent.
(St-Omer, BA, inv_4456)

L’exposition s’ouvre sur les blasons de bibliophiles locaux : abbés, évêques et autres chanoines audomarois et des alentours, pour ensuite présenter une belle collection de livres de prix royaux et institutionnels, avant de laisser la place aux grands bibliophiles des XVIIe et XVIIIe siècles. De Thou, Molé, d’Aumont, Longepierre, ou Lamoignon, ils sont presque tous là ! Et on trouve même quelques raretés à faire pâlir d’envie Guigard ou le trio de l’OHR, telle cette reliure aux armes de François II, ou une autre ayant appartenu à la famille de Varade !

François, dauphin de France (1544-1560) : dauphin couronné (Saint-Omer, BA, inv. 38221)

En guise de conclusion, une dizaine de blasons à l’identification incertaine sont offerts aux spéculations des amateurs, et la visite se termine sur une série de monogrammes prestigieux de Charles de Valois à Louis XV ou encore Anne-Marie Christine de Bavière.

Anne-Marie Christine de Bavière (1660-1690) : monogramme AMCC entrelacés et couronnés (St-Omer, BA, inv. 448)

La mise en ligne du catalogue, accessible dès l’ouverture de l’exposition sur le site de la bibliothèque, se propose de faire œuvre utile auprès des bibliophiles et responsables de collections patrimoniales, qui s’arrachent parfois les cheveux en blasonnant les armes de leurs collectons pour tenter de les identifier, ou du moins espère apporter une pierre à l’édifice de la connaissance des bibliothèques anciennes.

Exposition « Louise-Denise Germain (1870-1936). Reliures » à la bibliothèque de l’Arsenal

Du 6 avril au 7 mai 2017 se tenait à la bibliothèque de l’Arsenal une exposition intitulée « Louise-Denise Germain (1870-1936). Reliures ». Elle présentait soixante-quinze reliures presque toutes réalisées par Louise-Denise Germain. La présentation et les commentaires de Mme Fabienne Le Bars, commissaire de l’exposition, éclairaient l’apport et l’intérêt de cette figure méconnue dans l’histoire de la reliure et qui n’avait jamais eu d’exposition rétrospective sur son œuvre depuis sa mort.

Autodidacte, Louise-Denise Germain vient à la reliure par la maroquinerie, qu’elle continue de pratiquer toute sa vie. L’exposition présentait également des esquisses de pièces de maroquinerie et des sacs réalisés par la relieuse. Née en Corrèze en 1870, près d’Uzerche, elle est orpheline de père puis rapidement de mère. Elle arrive à Paris en 1891, où elle tombe amoureuse et enceinte, devenant une fille-mère suite au décès du père de l’enfant avant leur mariage.

Ses premiers travaux de reliure sont réalisés, au début du XXe siècle, avec des techniques qui lui viennent du travail du bois, et notamment la pyrogravure, qui lui permet d’obtenir des nuances de couleur en chauffant les cuirs. Elle réalise les décors sur les peaux avant la couvrure, mais ne relie pas à proprement parler les  livres elle-même : elle confie, après confection, la peau à un autre relieur qui se charge de la mettre en place. Cela tient notamment à une autre technique principale qu’elle utilise pour réaliser ses reliures, la mise en place d’agrafes. Ces dernières, qu’elle fabrique ainsi que les lames de métal qu’elle insère dans la peau, sont mises dans le cuir par perforation. Cela permet d’obtenir des reliures en deux matières, cuir et métal, mais entraine le risque, si cela est fait après la mise en place de la peau sur le livre, de perforer également les pages du livre.

Friedrich Heinrich Karl de la Motte-Fouqué, Ondine. Reliure en veau.

Son premier mécène et commanditaire est Gabriel Thomas (qui a pris part dans le financement du Musée Grévin et de la Tour Eiffel). Il lui demande de réaliser les reliures de livres illustrés par Maurice Denis. Elle réalise également des étuis souples pour protéger ces livres, ce qui est plutôt rare à l’époque. Jacques Rouché, directeur de l’Opéra de Paris, également lié à Maurice Denis, était lui aussi un amateur de ses reliures. En 1915, Jacques Doucet lui demande une reliure pour un de ses livres.

Son style caractéristique de reliure s’affirme, apprécié de ces mécènes qui recherchent une alternative à la reliure de style traditionnel. Une des signatures de L.-D. Germain est le tracé de lignes ou d’alignements sur les plats, qui sont souvent des décors en continu, d’un plat à l’autre en passant par le dos. L’utilisation de jeux de couleurs et de torsades des lames de métal lui permet également de créer des reliefs. Il s’agit de choix très différents de ce qui est alors courant en reliure, puisque la tendance est plutôt au figuratif. Cela ne l’empêche pas d’utiliser des techniques traditionnelles, comme le cuir repoussé, ou de s’inspirer parfois du contenu du livre pour que la reliure serve d’introduction au livre, comme le font d’autres relieurs de l’époque. Louise-Denise Germain commence avec les premiers mécénats à fabriquer ses propres gardes, qui sont aquarellées, alors que les gardes classiques sont en cuir, en tissu, ou en papier marbré. Elle réalise aussi des incrustations en élévation : elle ne creuse pas dans le cuir pour faire la mosaïque, mais met une pièce de cuir colorée par-dessus le cuir principal de la reliure.

Stéphane Mallarmé, L’après-midi d’un faune. Reliure en veau.

Elle collabore avec Josef Sima, peintre de profession et plus tard son gendre. Elle le finance à ses débuts, lorsqu’il expose quasiment à compte d’auteur. Elle l’a connu car elle fréquente les mêmes maisons de couture que lui, là où il fabrique des tissus pour de grands couturiers. Leur collaboration se fait notamment au niveau des gardes aquarellées : il en réalise certaines même si elle en prépare la plupart.

Le second mécène de Louise-Denise Germain est Louis Barthou, qui a été, en plus d’un homme politique français important, un grand bibliophile à l’ancienne qui aime les belles reliures. Après sa mort en 1934, des ventes de sa collection sont organisées en 1935 et 1936, regroupant une trentaine de reliures de Louise-Denise Germain. L’autre grande relieuse de Barthou était Marot-Rodde, alias recouvrant deux femmes, mère et fille. Un autre commanditaire de Louise-Denise Germain est Robert Zunz, un ami de jeunesse, comptable chez un maroquinier puis banquier, qui a notamment acheté certaines reliures à sa mort.

Pierre Louÿs, Les aventures du roi Pausole. Reliure en veau.

Les apports de cette exposition à l’histoire de la reliure sont très importants car elle mettait en valeur une figure sous-estimée. Louise-Denise Germain est une artiste méconnue, parce qu’éloignée des courants principaux de la reliure du début du XXe siècle. Les courants en reliure de cette époque sont ceux impulsés par Marius Michel ou François Koehler. Louise-Denise Germain ne les suit pas, notamment parce qu’elle est autodidacte, donc non influencée par les pressions du milieu de la reliure.

Elle a exposé tous les ans au moins trois fois par an : au salon d’automne, au salon des artistes décorateurs et à celui des Beaux-arts. En plus de ces présentations régulières, trois expositions lui ont été consacrées de son vivant. La première a lieu en 1913, à Buenos Aires, en lien avec la Société des Beaux-arts. En 1927, elle expose sur les Champs-Élysées. En 1933, on peut admirer ses réalisations rue Raspail. Malgré tout cela, ses œuvres n’entrent dans le domaine public que beaucoup plus tard.

Maquettes de sacs à main.

Avant la préparation de cette exposition à la bibliothèque de l’Arsenal, on estimait le nombre de reliures à 75, connues et estimées. Fabienne Le Bars en a finalement trouvé 200. Cela représente un petit corpus pour un relieur, mais il ne faut pas oublier qu’à différence d’autrui elle exerçait seule et que ce n’était pas sa seule activité, puisqu’elle a continué à pratiquer la maroquinerie jusqu’à la fin de sa vie.

Célia Cabane

Un incunable dissimulé du Centre culturel irlandais

L’éparpillement des livres anciens dans plusieurs centaines de bibliothèques patrimoniales à travers la France ainsi que la distribution des livres français à travers le monde permet au chercheur d’espérer encore faire de nombreuses découvertes importantes, malgré la sophistication croissante des catalogues.

Une découverte récente dans la bibliothèque du Centre culturel irlandais à Paris illustre parfaitement le type d’ouvrage qui échappe invariablement aux efforts des bibliothécaires. La bibliothèque contient un fonds ancien bien inventorié avec des notices consultable en ligne. Cependant, en analysant les livres du XVIe siècle du fonds, je suis tombé sur un volume en plutôt mauvais état dont les plats de reliure s’effritaient sur les tranches et dont les pages de garde s’étaient décollés. Cette dégradation naturelle permettait de voir que le cartonnage utilisé comme ais pour les plats était en fait composé de feuilles d’un livre plus ancien qu’on avait choisi de recycler pour renforcer la reliure.

Feuilles réutilisées dans les ais de reliure

Cette technique est loin d’être rare dans les livres de la Renaissance. De cette manière on trouve, par exemple, des fragments d’un des exemplaires de la Bible de Gutenberg dans une reliure d’un incunable plus tardif à la bibliothèque municipale de Colmar.

Un fragment de la Bible de Gutenberg dans une reliure de la bibliothèque de Colmar

Dans ce cas-ci, le livre principal était plus tardif : un exemplaire de l’édition donnée en 1552 à Lyon du Stichostratia epigrammaton centuriae quinque du Dijonnais Jean Girard (cote B 363). En regardant bien, il était possible d’identifier 16 feuilles rognées tirées d’un même ouvrage. L’analyse du texte visible là où les plats de reliure s’étaient décollés permettait de voir qu’il s’agissait d’une édition du célèbre ouvrage de saint Augustin De civitate Dei dans l’édition faite avec les commentaires de Thomas Waleys et de Nicolas Trivet. L’aspect des feuilles, la typographie ainsi que les marques manuscrites concordaient pour indiquer qu’il s’agissait d’un incunable… mais quel incunable ?

Pour identifier l’édition le nom de l’auteur et du titre ne servaient pas à grand-chose : on connaît aujourd’hui plus de cent exemplaires du texte de saint Augustin rien que pour la période incunable. L’aspect général du livre suggérait qu’il avait probablement été imprimé dans le couloir rhénan en 1480 ou environ. Mais pour une identification précise, il a fallu mesurer la typographie et j’ai envoyé le résultat (91 mm pour 20 lignes) avec des images aux meilleurs spécialistes en la matière : le laboratoire du Gesamtkatalog der Wiegendrucke de la bibliothèque d’État de Berlin.

Fragment du De civitate Dei de saint Augustin

Le directeur, Falk Eisermann, a passé la requête à un de leurs chercheurs, Martina Nickel, qui m’a livré une réponse en l’espace de quelques jours. Il s’agit bien d’un incunable : une édition publiée en 1479 à Bâle par Michael Wenssler (GW 2885). Les fragments dont le texte était visible provenaient des feuillets 220 et 222. Si l’édition est loin d’être rare aujourd’hui, il s’agissait néanmoins de l’imprimé le plus ancien de la bibliothèque et seulement trois autres bibliothèques en France possèdent cette édition.

L’intérêt de la découverte ne réside pas simplement dans le fait d’ajouter un incunable de plus aux riches collections parisiennes. Elle nous parle des habitudes des relieurs au XVIe siècle qui faisaient feu de tout bois pour faire tomber les coûts et recycler autant que possible les matériaux. Elle indique également que l’édition d’origine n’était plus prisée 70 ans après sa publication première, sans doute dépassée par des versions plus récentes du texte.

Un regard critique sur une des pages visibles dévoile aussi un autre petit détail intéressant. Comme dans un grand nombre d’incunables, les premières lettres des paragraphes les plus importantes avaient été laissées en blanc pour permettre à l’acheteur ou à un libraire de faire enluminer l’exemplaire avec des initiales plus ou moins somptueuses en fonction de leurs moyens et ambitions. Dans ce cas-ci la lettre ornée reste simple, et ce qui attire surtout l’attention c’est que la lettre utilisée est… erronée ! L’enlumineur ne connaissait clairement pas le texte et a ajouté la lettre I pour former le mot « Iam » plutôt qu’un N pour obtenir « Nam ».

Le 221v de l’exemplaire du Centre culturel irlandais

Les 221v des exemplaires des bibliothèques universitaires de Dusseldorf et de Bâle

Ainsi la découverte démontre que l’intérêt de consulter méthodiquement les livres ne se limite pas juste à la mise au jour d’exemplaires, voire d’éditions, inconnus, mais permet aussi d’illustrer les pratiques des professionnels du livre… et leurs limitations.

Malcolm Walsby, Université Rennes 2