Les derniers témoins d’imprimés perdus

De nombreux projets se sont récemment attelés à analyser les éditions dont il ne subsiste aujourd’hui plus aucun exemplaire. En dehors des exemples devenus mythiques de textes détruits à l’état de manuscrits et d’éditions célèbres dont l’existence même est parfois remise en question, la quantité d’ouvrages dont le tirage entier a été perdu fascine. Les estimations varient follement dans l’importance à accorder au phénomène, allant d’un tiers des éditions perdues pour les incunables selon une étude de 2016 1 à plus de 350 000 éditions pour les Pays-Bas du XVIIe siècle – soit 5 fois le nombre d’éditions répertoriées par le STCN 2 .

Une des sources de ce désaccord autour du nombre d’éditions perdues provient de ce que les historiens considèrent comme des critères fiables. Le volume dédié aux livres perdus en 2016, Lost Books. Reconstructing the Print World of Pre-Industrial Europe (disponible en libre accès), souligne la complexité de la question et la variété des points de vue. Peut-on se fier aux mentions faites par des contemporains ? Des registres comme ceux de la Stationers’ Company, peuvent-ils faire foi 3 ? Au moins ce regain d’intérêt pour la question a pu mener à la mise en place d’un projet d’envergure pour identifier les titres les plus à risque de disparaître – Preserving the World’s Rarest Books.

Ce qui constitue des preuves suffisantes pour identifier une édition perdue continuera à diviser les chercheurs, mais nous trouvons régulièrement dans les fonds des collections patrimoniales des vestiges des imprimés dont nous ne connaissons plus d’exemplaires complets.

C’est au sein même des volumes que nous découvrons des traces d’autres impressions dont le contenu ou la forme ne méritait plus qu’on les conservât. Ce manque d’intérêt aurait pu résulter en leur destruction complète. Une fois leur utilité passée, de nombreux ouvrages étaient dépiécés et recyclés, parfois de manière surprenante. Ainsi on retrouve dans les tableaux du peintre néerlandais du XVIIe siècle Willem Claeszoon Heda des feuilles imprimées réemployés en cornets pour contenir les épices qui accompagnaient les huitres… Manipulées par des patoches enduites de jus et d’eau de mer, elles étaient destinées à être jetées après emploi.

Illustration 1: Nature morte à la coupe dorée (détail),  Willem Claesz. Heda, 1635 – 
Rijksmuseum SK-A-4830

Heureusement certains feuillets échappaient à ce triste sort – même lorsque leur contenu n’était plus prisé. Nous avons déjà évoqué dans ce carnet les richesses surprenantes parfois cachées au sein des reliures. Mais, lors de leur confection, on ne se servait pas simplement de papiers recyclés pour servir de cartonnage aux plats. Les relieurs employaient également ces feuilles pour servir de pages de garde ou renforcer la structure interne. Ainsi, on peut trouver dans les reliures de volumes anciens des témoins d’autres imprimés d’époques et de contenus radicalement différents. Lors de mes prospections dans le fonds ancien de la Bibliothèque Universitaire de Rennes 2, j’ai pu ainsi découvrir les dernières preuves de deux éditions disparues.

Le premier exemple de ce phénomène se trouve relié à la fin d’un petit recueil de deux pièces des presses parisiennes de Robert Estienne. Le grand imprimeur-libraire du roi était le maître incontesté des éditions érudites de langue ancienne produites à un prix accessible pour le marché étudiant de la ville. Le volume qui nous intéresse renferme deux éditions destinées à aider l’apprentissage de l’hébreu, clairement reliées ensemble pour leur cohérence de thème. Actif à Paris à son propre compte entre 1526 et 1550, date de sa fuite pour Genève, Estienne était bien loin de Jacques de Heuqueville. Or c’est de l’atelier de ce dernier qu’émana plus de 150 ans plus tard le fragment que l’on trouve inséré dans le même volume.

Illustration 2: Fragment d’un imprimé de Vannes – BU Rennes 2, 58574

Originaire de Nantes où sa famille officiait depuis le XVIe siècle, Jacques de Heuqueville s’installa à Vannes en 1683, ajoutant au rôle de libraire celui d’imprimeur dix ans plus tard. Face aux incertitudes économiques, il cumula les positions officielles qui semblaient garantir des revenus. Imprimeur de l’évêque du diocèse de Vannes, il fut aussi celui du collège de la ville. Cet attachement à l’Église locale se voit dans le fragment conservé à Rennes où nous apercevons les armes de l’évêque François d’Argouges (écartelé d’or et d’azur à trois quintefeuilles de gueules brochantes) au centre de la page de titre.

Sa production était modeste et tournait autour de livres dont il vantait lui-même le « prix médiocre » et qu’on pouvait facilement « porter avec soy »4 . Son succès semble avoir été aussi modeste que sa production : nous ne connaissons qu’une édition de son atelier pour 1702 : une énième édition de l’ouvrage du carme Toussaint de Saint-Luc, Les pensées de la solitude chrestienne sur l’éternité, le mépris du monde et la pénitence

Illustration 3 : Toussaint de Saint-Luc, Les pensées de la solitude chrestienne, Paris : Jacques de Heuqueville, 1702 – Bibliothèques de Saint-Brieuc, P 2906 5

Mais le fragment de Rennes est manifestement différent de la page de titre de cet ouvrage comme le montre l’illustration 3. Il est donc, sous réserve d’autres découvertes, le seul témoin d’une édition aujourd’hui disparue, mais dont le contenu demeure pour l’instant un mystère. Tout au plus pouvons nous spéculer grâce à la présence des armes de l’évêque qu’il s’agissait d’un autre texte religieux.

Le second imprimé identifié dans les pages de garde d’une autre reliure est moins visible que dans le cas de l’imprimé vannetais. Cette fois-ci le fragment est plus difficile à repérer : imprimé uniquement sur le recto, il a été tronqué puis collé à une autre page, cachant ainsi le texte qui ne se devine que par la transparence (voir l’illustration 4).

Illustration 4 : Fragment d’imprimé – BU Rennes 2, 21393

La nature de l’imprimé peut se deviner en retournant la photo et en maximisant le contraste par le biais d’outils de manipulation des images. Le résultat, quelque peu psychédélique, nous permet de donner une date, une origine et d’élucider le texte dont il est question.

Illustration 5 : Photo retouchée du fragment d’imprimé – BU Rennes 2, 21393

L’avant dernière ligne imprimée indique que le texte avait été donné par Claude, évêque d’Angers, et paraphé pour lui par « P. Aucent ». Au-dessus, à la fin d’un paragraphe en italique nous arrivons à déceler que le texte fut signé dans le palais épiscopal de la ville le 9 juin 1635. Il s’agit donc de lettres de Claude de Rueil qui fut évêque d’Angers entre 1628 et 1649 et copiées par son secrétaire maître Pierre Aucent. Cet ecclésiastique, particulièrement actif 6 , convoque par le biais de cet imprimé in-plano les membres du clergé local à Angers pour une procession générale et des services spécifiquement organisés – même si l’occasion qui a suscité ces célébrations n’est pas très claire.

Tout comme le précédent exemple, ce fragment a été utilisé dans un volume qui ne semble avoir ni contenu ni contexte en commun. Le texte principal est une édition des œuvres de Georges de Selve publiée à Paris au milieu du XVIe siècle. Cependant la provenance sur la page de titre de l’ouvrage principal révèle que le livre avait été intégré à la collection de l’oratoire d’Angers en 1680, ce qui corrobore les origines angevines de notre fragment et nous suggère qu’il fut utilisé de manière locale en guise de renforcement au XVIIe siècle.

Ces deux fragments nous montrent combien ces découvertes de feuilles cachées dans la structure d’autres livres peuvent être précieuses. Le premier cas nous révèle l’existence d’une édition inconnue de Vannes et souligne combien nos connaissances de l’activité de ces ateliers provinciaux sont limités. Le second nous parle de l’utilisation ordinaire de l’imprimerie dans des villes comme Angers où l’on n’hésitait pas à faire appel aux presses dans les premières décennies du XVIIe siècle pour promouvoir des événements. Ils soulignent que les vestiges d’innombrables éditions se cachent encore au sein des bibliothèques les mieux cataloguées – et nous offrent la perspective de nombreuses découvertes à venir.

Malcolm Walsby 
Université de Rennes


  1. J. Green et F. McIntyre, « Lost Incunable Editions : Closing in on an Estimate », dans F. Bruni et A. Pettegree, Lost Books. Reconstructing the Print World of Pre-Industrial Europe, Leyde : Brill, 2016, p. 55-72 []
  2. Andrew Pettegree et Arthur der Weduwen, « What was Published in the Seventeenth-Century Dutch Republic? », Livre. Revue historique (2018 | 1)  []
  3. Voir A. Hill, Lost Books and Printing in London, 1557-1640. An Analysis of the Stationers’ Company Register, Leyde : Brill, 2018 []
  4. Les maladies des chevaux avec leurs remèdes faciles et experimentez, Vannes : Jacques de Heuqueville, 1694, ã2v []
  5. Je voudrais remercier Arnaud Flici de la section patrimoine des bibliothèques de Saint-Brieuc pour ce cliché []
  6. Voir la notice que lui consacre Joseph Bergin dans son The Making of the French Episcopate 1589-1661, New Haven : Yale University Press, 1996, p. 695 []

Rareté et Livres rares du XVe au XXIe siècle

Alors que l’exposition sur la rareté et les livres rares mise en place à la bibliothèque universitaire de Rennes II est de nouveau visible pendant quelques jours pour les journées du patrimoine, nous revenons sur le colloque qui précéda le vernissage.

Le colloque « Rareté et Livres rares du XVème au XXIème », organisé les 5 et 6 avril derniers à l’occasion de l’ouverture de l’exposition éponyme, rassemblait chercheur.euse.s et étudiant.e.s, bibliothécaires, restauratrices de livres anciens, ainsi qu’un éditeur et un collectionneur. La notion de rareté fut examinée à travers des études de cas, mais également au travers d’analyses plus globales. Brassant le temps large, le colloque mit en évidence une rareté qui ne désigne pas les mêmes catégories de livres selon les lieux et selon les époques. Elle fut traitée en tant que notion appartenant à un imaginaire collectif, mais également en termes de réalité matérielle. Plongeons un moment dans ce débat.

L’idée de rareté a influencé (et influence toujours!) notre vision. Elle influence également la préservation des livres, et est donc intervenue dans le tri entre les livres qui nous sont parvenus et ceux qui sont aujourd’hui perdus. Pour autant, la rareté est une notion qui semble résonner différemment en chacun.e. Y a-t-il forcément une part de subjectivité attachée à cette idée ? Certains auteurs définissent la rareté d’un livre par rapport à sa rareté dès le moment de sa production. Ils choisissent donc de désigner des livres produits ou distribués en peu de quantité. Pour d‘autres auteurs, la définition se place par rapport à l’acquisition du livre : s’il est aisé de se le procurer, s’il est facilement échangeable. Les avancés dans la bibliographie matérielle, quant à elles, nous informent sur de nouveaux types de rareté : un livre peut être rare non pas par son texte mais par sa forme, par ses matériaux.

La rareté change également de lieu en lieu : l’exemple de l’Espagne par rapport à ses voisins est très parlant. Pedro Rueda Ramirez, de l’Université de Barcelone, présentait le marché du livre ancien en Espagne entre 1750 et 1840. L’étude des catalogues de vente de livres et d’inventaires de bibliothèques amène à voir qu’aux XVIe et XVIIe siècles la rareté n’est pas décrite dans les catalogues, mais est pour autant bien reconnue par les utilisateurs des livres. Les catalogues eux-mêmes entrent dans la catégorie des livres rares, puisqu’entre le XVIe et le XVIIe dix catalogues seulement de vente de livres furent publiés à Madrid et à Séville. Ce n’est qu’à partir du XVIIIe siècle que l’on note une prolifération et une spécialisation des catalogues. Une autre singularité du marché du livre espagnol est la distribution vers les Amériques, afin d’y trouver une clientèle spécifique. La multiplication des catalogues venus de l’étranger montre la diversification du marché du livre, mais aussi de la variété des collections.

Rare, très rare, et très très rare!

La spécificité des livres rares peut donc se trouver dans l’insolite de la fabrication, et dans leur appartenance à une collection. D’autres professionnels s’intéressent quant à eux à l’insolite lié à la fréquentation. C’est le cas de Dominique Bougé-Grandon, chargée de mission aux Fonds Patrimoniaux de la Bibliothèque universitaire de Rennes 2. Elle explique son métier autour de quatre missions : repérer, conserver, signaler, et analyser.

En effet, l’insolite fait sens et informe le chercheur. Un accident d’imprimerie, par exemple, laisse une marque et informe sur le processus de production. Les variations entre copies sont connues des bibliographes, et les aident à reconnaître et à classer les éditions et exemplaires. L’insolite lié à la fréquentation porte les stigmates du temps qui passe, abîmant parfois les exemplaires. Cependant ces traces d’usages permettent également de s’informer sur les pratiques, liées à la possession. Une carte à jouer pour marquer un page, une trace de bougie, ou même des grains de blé… Il y a des objets bien identifiés, mais il y a également des témoins insolites et moins formels.

Lucie Moruzzis, relieure-restauratrice aux Archives Nationales, est elle aussi témoin de la richesse de la bibliographie matérielle, et actrice de la mise en valeur de celle-ci. Son but premier est la préservation, et, parfois, les raretés matérielles ne sont pas toujours là où l’on les attend. Ainsi, le relieur-restaurateur se trouve parfois confronté au choix de préserver une partie d’un livre qui implique de restaurer l’ensemble de manière différente. Il s’agit par exemple de prélever un élément de la reliure, tel qu’une page manuscrite servant de renforcement, qui peut en lui-même informer des us et coutumes de l’époque, afin de le rendre visible. Lucie Moruzzis a ainsi pu nous faire découvrir la relation privilégiée qu’a le restaurateur avec l’ouvrage, notamment au travers du métier artisanal qu’est la reliure. Elle est revenue par ailleurs sur l’amalgame entre la rareté objective et l’attractivité que la rareté a sur les êtres humains.

Ann-Marie Hansen présentait quant à elle une bibliographie matérielle qui se concentrait non pas sur l’insolite de la fréquentation, mais plutôt sur les marques souvent délibérées témoignant de la consultation des livres de l’époque moderne. Qu’il s’agisse de reliures ou d’annotations, Ann-Marie Hansen démontrait ainsi que chaque livre peut être considéré comme un unicum, un exemplaire unique. A travers des images de livres comportant des matériaux différents, des notes marginales ou parfois même des annotations incorporées dans le texte même, Hansen montre les indices révélant des pratiques de lectures, et donc de cognition. Le lecteur pouvait par exemple ajouter du texte sur la page, soit par l’écriture, soit en collant une feuille additionnelle, ou bien encore en notant une référence à un autre ouvrage, lançant ainsi une invitation à la lecture complémentaire. Il pouvait également tenter de censurer un passage par la rature, ou encore commenter allègrement le texte par des exclamations marginales. La bibliographie matérielle informe donc l’histoire du livre, mais également des idées.

Malcolm Walsby, enseignant-chercheur à l’Université de Rennes 2, travaille également dans ce domaine. C’est le recueil factice, permettant de relier des œuvres différentes en un seul volume, qui est le sujet de ses recherches actuelles. Le déplacement ou la destruction d’une bibliothèque, ou encore de mauvaises pratiques de restauration ont parfois eu pour effet une restructuration, et la séparation de volumes combinés dans des recueils factices. Or, les recueils factices, qui comportent parfois les mêmes titres et œuvres, varient quasiment toujours dans leur disposition et composition, selon le goût et l’organisation du propriétaire. La constitution des recueils factices se fait au cours du temps et est donc également modifiable. On est donc face à un témoin d’une création d’objet unique, et donc rare, avec sa propre cohérence intellectuelle. Cette forme de livre nous a également permis de sauver des copies uniques qui auraient sans doute disparu si elles avaient été conservées seules. Les ouvrages qui ont survécu grâce à la forme du recueil factices nous apportent donc des informations rarissimes. Combien d’unica ont ainsi été conservés dans des recueils factices ? S’il est difficile d’identifier ces unica en tant que tel, les chercheurs de l’Université de St Andrews, en Écosse, travaillent sur la définition et l’identification de livres rares. Le Programme “Preserving the World’s rarest books” a pour but d’aider les bibliothèques à déterminer les livres les plus rares de leur collection afin qu’une attention particulière puisse leur être portée.

Un cas exemplaire du lien entre recueils et unica: les thèses de Louvain

Dominique Varry, professeur à l’ENSSIB, soulignait également combien le contexte de production de certains types de livres la recherche peut contribuer à la création de la rareté, en exposant le cas des livres recherchés par les acheteurs contemporains, puis par les collectionneurs, pour leur statut de curiosa, avec l’exemple d’éditions interdites au XVIIIe siècle. Les livres tombant sous le coup de la censure, ou connaissant un tel succès que l’édition protégée par un privilège était « piratée », étaient fabriqués de manière clandestine et vendus sous le manteau. Les circonstances même de leur impression, sous des fausses adresses ou à l’étranger, nécessitent aujourd’hui un véritable travail de détective de la part des bibliographes. C’est le cas de nombre d’ouvrages érotiques et licencieux, mais également d’une série d’éditions du Contrat social de Jean-Jacques Rousseau, dont onze parurent à Amsterdam en 1762 à l’enseigne de Marc-Michel Rey et dont on sait à présent qu’un certain nombre étaient des contrefaçons.

Andrew Pettegree est le fondateur du “Universal Short Title Catalogue” et de l’Institut d’études de la Réformation de St Andrews. Il propose de répondre à la rareté et à la perte de sources dans le monde du livre au début de l’époque moderne en proposant rien de moins qu’une révolution bibliographique. Pour Andrew Pettegree, le monde scientifique fait encore place à une austérité méthodologique qui se traduit par de la négligence vis-à-vis de certains types d’imprimés, tels que les pamphlets qui ne sont pas comptés dans toutes les analyses statistiques. Or, non seulement ces pratiques modifient les données numériques du monde de l’impression de manière globale, mais elles faussent encore plus les statistiques des genres imprimés et rendent notre connaissance de la production et de la consommation de ceux-ci tout aussi floue. En termes économiques, les placards, poèmes, et autres petits travaux étaient essentiels pour qu’un imprimeur ait les moyens de conduire des impressions plus importantes par ailleurs. Pettegree propose donc de croiser les données avec des outils tels que les catalogues de vente, et notamment de vente aux enchères. La méthodologie qui ne permet de compter qu’un volume lorsque celui-ci indique faire partie d’une série pose problème dans nos études : il nous faut donc changer de perspective. Andrew Pettegree met également en lumière la pratique de distribution gratuite d’ouvrages, qui, selon les estimations, concernait au moins la moitié de la production imprimée. Cette connaissance de l’accès gratuit à la littérature est essentielle à notre compréhension des fonctions et des usages des livres à l’époque moderne.

Un placard de 1643 d’Alkmaar tiré de l’article: What was published in the seventeenth-century Dutch Republic?

Katell Lavéant, de l’Université d’Utrecht, proposait justement une étude de cas permettant de voir l’application de la notion de rareté dans le corpus joyeux. Les textes joyeux sont des œuvres littéraires inspirées de la culture festive parodique telle qu’elle apparaissait notamment à l’époque du carnaval. Ils circulaient dans des livres populaires de petit format et destinés à un usage de lecture intensive. Ces éditions furent donc logiquement détruites avec le temps, à moins d’être conservées dans des recueils factices. Rares sont les éditions joyeuses conservées à plus de deux exemplaires. Dans certains cas, au processus de raréfaction s’ajoute celui de création d’une rareté nouvelle. La survie de ces textes dans des rééditions en petit nombre d’exemplaires, ou même dans des copies manuscrites, nous apporte également de nouveaux unica. L’étude de cas présentée durant le colloque amenait aussi à élargir la réflexion du statut du livre joyeux dans le contexte plus large des productions de livre, à cette époque.

Un exemple de livre joyeux imprimé à Lyon au XVIe siècle, et sa copie manuscrite du XVIIIe siècle

Pour Christine Rivalan-Guégo, de l’Université Rennes, le XIXe et le début du XXe siècle ont formés le moment charnière durant lequel le processus de raréfaction s’est accéléré. C’est l’époque de la grande diffusion. Si on a un nombre important d’exemplaire qui circulent, le rapport au livre en est impacté. Dans la chronologie de la matérialité du livre, on voit que, brusquement, de nombreux éléments permettant de définir le livre et le rapport que l’on a avec lui sont modifiés. Les méthodes de production sont revues à la baisse (on choisit l’assemblage plutôt que la reliure), et les matériaux tels que le papier et les encres connaissent aussi une dégradation de leur qualité. Le livre en lui-même s’avère plus sensible à la détérioration physique avec, par exemple, une plus grande sensibilité à l’humidité.

Leur conservation est également portée de manière différente. Pour autant, certains lecteurs en ont décidé autrement : leurs choix de collection est une « patrimonialisation domestique » qui permit de sauver des objets et des textes qui n’auraient pas survécu autrement. Le livre est un vestige d’un temps, et un témoin du rapport des lecteurs.

Penser la rareté nous oblige à repenser nos objets de recherches et nos méthodologies. A la fin du XXe siècle, les formes du livre, vues notamment à travers le prisme de la bibliographie matérielle, ont été remises au centre de la réflexion. Le rare pour le chercheur n’est pas le même que pour le lecteur ou le collectionneur.

C’est aussi ce que confirme le collectionneur Bernard Huchet, qui présentait sa passion pour les objets issus de la collection du Livre de Poche. Bernard Huchet mène depuis des années une véritable recherche, par l’observation de détails notamment matériels, pour déterminer l’histoire des éditions successives de ces petits romans. Il présentait pendant le colloque le rapport à l’illustration du cinéma des couvertures faites à la gouache. Les exemplaires originaux étaient tirés en grands nombres, mais ils n’ont pas pour autant été forcément conservés, souvent plutôt perdus, usés, jetés. La rareté ici est peut-être aussi celle de cette recherche bibliophilique en soit, puisque contrairement aux livres anciens, peu de collectionneurs s’y intéressent, la valeur pécunière des petits livres étant quasi-nulle.

Les collectionneurs ne sont pas les seuls à rechercher la rareté. C’est également le cas des libraires et des bibliothécaires. Sarah Toulouse, de la Bibliothèque municipale de Rennes, revenait sur l’utilisation souvent abusive de la notion de rareté. Dans le langage courant, le « rare » est une notion de plus en plus relative, et ne faisant pas toujours références aux mêmes caractéristiques, ce qui aboutit à un usage démesuré de ce mot dans les descriptions de livres anciens pour les catalogues de vente actuels. Sarah Toulouse constate trois raisons pouvant pousser les libraires à user et abuser du terme : la tendance à se baser sur d’anciennes bibliographies papiers, l’augmentation du prix et donc du profit, mais aussi tout simplement la différence entre ce que la rareté signifie pour un marchant et pour un bibliothécaire. Sarah Toulouse nous invite également à poursuivre une réflexion autour du choix que nous avons à faire par rapport aux livres à transmettre, à conserver. Faut-il forcément favoriser l’objet rare ? L’objet banal risque pourtant de devenir rare lui aussi, parce que moins précieusement conservé par les contemporains.

Louise Amazan, de la Bibliothèque nationale de France, répondait justement à la question de la conservation. Exposant l’histoire et le système de classement de la BnF, par type de matériaux, de typographie, puis par format, en encore par ville et par  imprimeur, elle proposait également d’explorer la conservation comme relevant de la sensibilité d’un individu ou d’un groupe et d’un contexte. Dire d’un livre qu’il est rare à des conséquences aux yeux de la BnF. Cela signifie une exclusion du prêt, et l’imposition de conditions de lecture (pas d’usage de stylos à encre, pas le droit de prendre de calque sur le livre…), sous surveillance, afin de préserver les ouvrages de mésusages aux conséquences parfois funestes. Pour Louise Amazan, l’art de la collection du livre rare n’est en rien une science exacte. Toute bibliothèque a sa politique d’acquisition, car aucune bibliothèque ne peut tout conserver, mais aussi parce que les bibliothèques forment dorénavant un groupe, un réseau. Le sujet de la participation des bibliothèques au marché du livres fut également abordé. En contact donc avec le monde des collectionneurs, Louise Amazan témoigne de la volonté des bibliothécaires de garder une distance. Pour elle, il faut pressentir l’évolution du goût et de la sensibilité et tenter d’acheter avant que le prix augmente.

Qu’en est-il de la conservation numérique de livres rares ? Pour certains intervenants les nouveaux outils numériques rendent visible le livre mais ne diminuent pas la rareté de l’exemplaire. Yves Picard, des Presses universitaires de Rennes, était présent pour présenter un sujet peu souvent débattu : la rareté du livre électronique.

Créer un livre… l’intervention d’Yves Picard est accessible en ligne.

Cette notion peut ne pas être évidente au premier abord. Il faut avoir en tête la fragilité du livre électronique, qui n’a qu’une longévité moyenne de dix ans. Le fichier ne demande qu’à être copié pour freiner sa raréfaction, mais dans le monde électronique chaque copie devient un original à nouveau. Les verrous numériques que sont les DRM permettent à une copie de devenir unique, grâce à un filigrane (par ex : « acquis par Yves Picard ».). On est là face à une création de rareté, par l’acquisition individualisée, qu’on a l’obligation juridique de garder rare. Un autre type de copie unique peut être créé grâce à la personnalisation de l’affichage d’un livre. Au-delà de l’individualisation de copies, c’est aussi par la diffusion, ou plutôt par son absence, qu’est provoquée la raréfaction. Et Yves Picard d’interpeller le public du colloque avec le sourire : « Si vous en trouvez un jour un livre électronique rare, parce que non-téléchargé, n’y touchez pas : laissez-le rester rare ! ». En parallèle à la raréfaction, la notion de bien commun émerge avec des communautés qui cherchent à préserver et à défendre l’intérêt de ce bien commun. La communauté de Wikipédia est un exemple de co-création de contenus, rares parce que modifiables, avec un usage massif et documenté. En effet, six mois après sa création, une page donnée pourra être différente. La plate-forme offre la possibilité de créer un livre de son choix à ses utilisateurs. Dans ce monde informatique, la problématique de l’ouverture d’un abîme de conservation, dû au manque de critères de sélection, est au cœur des débats actuels. Comment accéder à une œuvre parmi les milliers de dossiers ? Yves Picard répond : tout reste à inventer.

Finalement, Chloé Favriou et Isabelle Riquet, étudiantes en Master de recherche d’Histoire moderne présentaient l’objectif de l’exposition Rareté et livres rares. Elles exposaient l’évolution de la méthodologie et les contraintes que le contenu des fonds ont imposés dans le travail de montage de l’exposition. Elles témoignaient alors de l’élargissement de leur réflexion scientifique, en tant qu’étudiantes en master. Le travail sur le fond ancien permet de comprendre le caractère multiforme du livre. Si la première question fut celle des caractéristiques de la rareté du livre, le nombre d’exemplaires produits, conservés, leur prix…, la notion de rareté fut rapidement élargie par rapport à l’angle habituel. Dans l’exposition, la rareté choisie n’est pas celle prisée des collectionneurs ; la réflexion a davantage porté sur le medium du livre, et ses pratiques. Le livre, étudié par le prisme de l’objet rare, permet de remettre en question l‘idée que l’on se fait de la rareté.

Par leur ouverture, le colloque et l’exposition Rareté et Livres rares du XVe au XXIe siècle nous invitent à poursuivre la réflexion sur les méthodes de recherches, de préservation et de valorisation des objets non seulement précieux, mais aussi communs. Ce qui ressort ici, c’est l’importance des pratiques, qu’elles soient celles de la production, du classement, ou encore de la lecture et de la réception. Le livre-objet et le texte-idée sont à manipuler avec précaution et attention. Le colloque et l’exposition nous ont permis également d’évaluer combien il nous reste à découvrir dans le domaine de la bibliographie matérielle, dans les possibilités offertes par le numérique, et dans nos propres pratiques de transmission du livre.

Erell Smith

Étudiante en master de recherche à Rennes II


Le catalogue de l’exposition peut être librement consulté en ligne depuis le site Issuu de la Société bibliographique :Catalogue de l’exposition Rareté et livres rares du XVIe au XXIe siècle.

Un exemplaire « sophistiqué » : La Sophonisba del Trissino de la bibliothèque de l’Université Rennes 2

La Sophonisba del Trissino est considérée comme la première tragédie classique italienne. Initialement publié en 1524, ce texte de grande importance littéraire a récemment été acquis dans l’édition de 1529 par la bibliothèque de l’université Rennes 2. Cet ouvrage a été présenté dans l’exposition sur le livre italien de la Renaissance « La primavera del Libro ». Mais après avoir examiné minutieusement ce volume, nous avons découvert que cet exemplaire était bien plus complexe qu’il n’y paraissait ; il dissimule en effet une énigme.

Photo 1: [a 4 v°] et b1
Il s’agit d’un petit volume in-4° de 52 feuillets dans une reliure en parchemin souple avec le titre écrit à l’encre au dos. Le texte nous est connu par des éditions antérieures. Citons en particulier :

  • une édition de juillet 1524 imprimée par Lodovico vicentino scrittore [degli Arrighi] et Lautitio Perugino [probablement Lautizio di Bartolomeo dei Rotelli]
  • une autre de septembre 1524 imprimée par Lodovico degli Arrighi.

Les éditions de La Sophonisba présentent une particularité typographique. On y trouve des caractères grecs mêlés aux caractères latins. L’auteur Gian Giorgio Trissino (Vicence 1478 – Rome 1550), homme fortuné, amoureux des arts et des choses grecques, est connu pour sa réforme orthographique. L’ouvrage que nous décrivons est au cœur d’un débat intellectuel et linguistique qui agita l’Italie autour des années 1520-1530.

Dans une épître adressée à Clément VII et parue à Rome en 1524 (puis dans les Dubbi grammaticali, 1529), Trissino recommande en effet d’ajouter des lettres grecques à l’alphabet latin, en particulier l’epsilon et l’oméga pour marquer la distinction entre les voyelles o et e ouvertes et fermées[1]. Cette réforme ne fit pas l’unanimité et fut très vite critiquée. Trissino, piqué au vif, répondit à cette opposition, en 1529, « par une salve de publications diverses lancée de Vicence dans le débat intellectuel et dans le marché éditorial[2] ».

On citera par ordre de dates :

# Titre Date
1 Dante De la volgare eloquenzia. Giouanni di Boccaccio da Certaldo, ne la vita di Dante. Appresso gia vicino a la sua morte compose un libretto in prosa latina, il quale si intitulò. De vulgari eloque Janvier 1529
2 Epistola del Trissino de le lettere nuouamente aggiunte ne la lingua italiana Février 1529
3 La poetica di m. Giouan GiorgioTrissino Avril 1529
4 La Sophonisba del Trissino Mai 1529
5 La grammatichetta di m. Giovan Giorgio Trissino Juin 1529
6 Rime del Trissino 1529
7 Dialogo del Trissino intitulato il Castellano, nel quale si tratta de la lingua italiana 1529
8 a b c 1529 ?
9 Georgii Trissini Encomion ad Maximilianum Caesarem 1529 ?

L’édition de La Sophonisba que nous décrivons ici prit place au milieu de cette salve. Le colophon précise : « Stampata in Vicenza per Tolomeo Ianiculo, MDXXIX. di maggio[3] ». Ce Gianiculo, actif à Vicence et à Venise, imprima presque toute l’œuvre de Trissino. Il s’agit probablement de l’imprimeur Bartolomeo Zanetti. Selon la notice trouvée dans la base de données EDIT 16, c’est Gian Giorgio Trissino qui aurait donné à Zanetti ce pseudonyme et aussi la marque dont il usa (Z1184). Originaire de Brescia il commença à travailler à Florence pour les Giunta, puis à Camaldoli pour le compte du monastère avant de s’installer à Venise. Il est connu comme imprimeur mais aussi comme copiste de textes grecs. Pour l’impression il utilisa une presse privée que Trissino fit installer chez lui, près de Vicence. C’est dire tout l’intérêt que l’auteur portait à l’impression de ces textes.

Pour l’édition de mai 1529, la base de données EDIT 16 fournit un fac-similé numérique (exemplaire de la bibliothèque de Turin).  En comparant avec l’ouvrage présenté ici, l’ensemble est cohérent sauf le premier cahier comprenant aussi la page de titre. Le titre est composé avec des lettres grecques dans l’exemplaire de l’édition de 1529, pas dans notre exemplaire. Le texte de l’épître à Léon X diffère aussi dans sa graphie et dans sa mise en page.

Photo 2 : Titre dans l’exemplaire composite
Photo 3 : Titre de l’édition de 1529
Photo 4 : page [a 3 r°] dans l’exemplaire composite

Photo 5 : page [a 3 r°] dans l’édition de 1529

 

Il s’agit donc bien d’un premier cahier différent. En consultant les autres fac-similés numériques en ligne, le cahier signé « a » présent ici est semblable à celui de l’édition « Stampata in Roma : per Lodovico de’ gli Arrighi vicentino scrittore, 1524 di settembre[4] ». Il y aurait donc deux parties dans notre ouvrage, une première partie (pièce liminaire) issue de l’édition de 1524 et une seconde partie (texte de la tragédie) qui proviendrait de l’édition de 1529.

D’autres éléments viennent corroborer ces premières conclusions : la note manuscrite sur le feuillet de garde à la fin de l’ouvrage, dans une écriture tardive (XVIIIe ou XIXe siècle). Elle précise :

(Ludovico degli Arrighi) Composta nel 1510, gia ché a quella data doveva esser recitata in Firenze alla presenza di Leone X (Lett di Giov. Ruccellai al Trissino) [à l’encre rouge] 1a ed. Roma, 1524 [encre noire][5]

Le papier utilisé pour imprimer le corps de l’ouvrage tend à renforcer cette analyse. De nature épaisse, on trouve un filigrane représentant une ancre au feuillet « dii » (proche de Briquet 447). En revanche, le cahier « a », lui, est constitué d’un papier plus fin et moins solide. Il présente en filigrane un quadrupède entier, biche ou cerf, non trouvé dans Briquet. Par ailleurs, les feuilles du cahier « a », plus courtes, ont sans doute été complétées pour atteindre la taille ajustée.

À quel moment l’introduction de ce cahier est-elle intervenue ? C’est une question à laquelle il est difficile de répondre. La reliure semble avoir été confectionnée dans les décennies qui suivirent la publication de La Sophonisba, ce qui est confirmé par la feuille de garde sur laquelle on trouve un filigrane très visible : une ancre dans un cercle surmontée d’une étoile à 6 branches très proche du Briquet 525. Le papier portant ce type de filigrane fut couramment utilisé par les imprimeurs vénitiens au milieu du XVIe siècle. Sa présence ici suggère la date probable de la reliure actuelle du volume. Cependant, ceci ne nous permet pas de connaître la date d’insertion du cahier supplémentaire : il n’a pas été relié de manière classique avec les cahiers d’origine. Les feuilles semblent, en effet, avoir été posées sur onglet, c’est-à-dire ajoutées de manière artificielle – une fois le reste du livre relié – ce qui apparaît lorsque l’on examine la tranche de queue :

Photo 6 : tranche de queue

L’opération paraît avoir été faite assez tardivement, sans doute quelques siècles après l’impression initiale des deux éditions. Il est difficile d’expliquer la raison de cet assemblage. Il semblait sans doute important au possesseur ou au libraire de parachever un exemplaire incomplet, ce qui lui permettait d’avoir l’intégralité du texte et de donner plus d’intérêt et de valeur au volume. De plus, faire apparaître ce premier cahier comme issu de l’édition originale de 1524, conférait plus de prestige à un ouvrage dont la vaste majorité du texte provenait de l’édition ultérieure de 1529. Cette interprétation est renforcée par la note à la fin du volume qui nous oriente explicitement, et de façon erronée, vers l’édition de 1524. On pourrait donc penser que le cahier a été introduit à l’époque où l’on a apposé cette note, c’est-à-dire au XVIIIe ou XIXe siècle.

Ce livre « complet » composé de deux exemplaires de deux éditions différentes, l’une de 1524, l’autre de 1529, correspond à ce que les Anglais appellent « a sophisticated book », ce que l’on pourrait traduire littéralement par « livre sophistiqué ». L’insertion de la page de titre d’une première édition dans une édition plus tardive pour reconstituer un volume est un cas classique de falsification[6].

Cependant les particularités de constitution de ce volume de La Sophonisba n’ont pas altéré les idées que Gian Giorgio Trissino souhaitait transmettre. Au contraire, cet ouvrage permet à travers la présence de deux éditions de ce texte à la typographie singulière de mettre en exergue les efforts du Trissin pour essayer d’imposer sa réforme orthographique à ses contemporains.

Dominique Bougé-Grandon, Université Rennes 2

[1]La réforme de l’orthographe de Trissino est décrite dans Maurizio Vitale, L’omerida italico : Gian GiorgioTrissino. Appunti sulla lingua dell’ « Italia liberata da’Gotthi ». Venise, 2010, p.4

[2]Mercedes Blanco. « Giangiogio Trissino, poète de l’empereur », in E-Spania, 13, juin 2012, https://e-spania.revues.org/21182

[3] « Imprimé à Vicence par Tolomeo Ianiculo, mai 1529 ».

[4] « Imprimé à Rome par le scribe Lodovico degli Arrighi Vicentino, septembre 1524 ».

[5] « Composé en 1510, à quelle date il avait déjà dû être récité à Florence en présence de Léon X. Première édition de Rome, 1524. »

[6] John Carter, ABC for Book Collectors, Fourth Edition, Londres : Rupert Hart-Davis, 1967, voir aussi Michael F. Suarez and H. R. Woudhuysen (dir.), The Oxford Companion to the Book, Oxford : Oxford University Press, 2010.

Le printemps du livre italien à Rennes

L’exposition « La Primavera del libro. Les Italiens et le livre imprimé à la Renaissance » organisée du 14 mars au 28 avril 2017 à la bibliothèque universitaire de Rennes 2 cherche à valoriser les livres italiens du XVIe siècle de la collection de l’université en démontrant comment ils permettent de comprendre les caractéristiques principales de la Renaissance italienne.

La présence d’ouvrages italiens en France font l’objet de recherches intensives, notamment depuis que Chiara Lastraioli, directrice de la Maison des sciences de l’homme Val-de-Loire à Tours, a lancé son projet sur le livre italien dans l’espace francophone à la première modernité (elle a, par ailleurs, donné une des deux conférences qui ont précédé le lancement de l’exposition). Ici, sous la direction de Claire Lesage, les étudiants du département d’Italien ont mis au point une exposition qui met en valeur la culture italienne à travers l’imprimé, des textes de Pétrarque jusqu’aux éditions du début du XVIIe siècle.

Au cours de l’exposition est invité à découvrir l’influence de la Renaissance italienne en France, le rôle central joué par la traduction tant des langues anciennes que des modernes dans la transmission du savoir, avant de plonger dans d’autres thématiques humanistes comme la poésie ou l’histoire.

Battista Guarini, Il Pastor Fido, Tours, 1592
Battista Guarini, Il Pastor Fido, Tours, 1592

On peut ainsi voir une édition des œuvres complètes de Machiavel ou encore l’édition italienne donnée à Tours en 1592 d’Il Pastor fido de Battista Guarini qui était destinée aux membres de la cour d’Henri IV. On notera également la présence d’une acquisition récente de la bibliothèque : un exemplaire de La Sophonisba, imprimé à Vicenza per Tolomeo Ianiculo en 1529.

Le livret de 20 pages qui accompagne l’exposition est librement consultable et téléchargeable depuis le site Issuu de la Société bibliographique :

Le livret de l’exposition

Exposition « Modernes livres anciens » à Rennes

L’exposition « Modernes livres anciens » organisée du 8 avril au 30 juin 2016 à la bibliothèque universitaire de Rennes 2 offre pour la première fois un aperçu des richesses de la collection Renaissance du fonds patrimonial de l’université. La bibliothèque conserve, en effet, plus de 600 titres du XVIe siècle dont des ouvrages phares comme la Bible polyglotte imprimée par Christophe Plantin.

Mis en place par les étudiants du programme de Master 2 MAGEMI (MAster GEstion et MIse en valeur des œuvres d’art, des objets ethnographiques et techniques) avec le conseil scientifique de Malcolm Walsby, l’exposition propose une sélection d’ouvrages qui permettent de comprendre les caractéristiques principales des livres de cette période. Ainsi le visiteur est encouragé à découvrir les matériaux (papiers et cuirs différents) avec des échantillons qui permettent de les toucher et d’en mieux apprécier les spécificités.

Suit alors un parcours qui explique la naissance de l’imprimerie, son développement au cours de la Renaissance et la technique de fabrication des livres (avec notamment une vidéo effectuée avec la relieuse Céline Lafite). Des sections sont également consacrées à l’impact des déchirements religieux, la censure, l’illustration et la décoration des exemplaires. On découvre ainsi des ouvrages surprenants comme cette édition parisienne d’une œuvre antiprotestante de Johannes Cochlaeus dont la page de titre est ornée d’une gravure sur bois représentant un Martin Luther à sept têtes… (USTC 153595)

Johannes Cochlæus, Septiceps Lutherus, Paris : Nicolas Chesneau, 1564. BU Rennes, 56067.
Johannes Cochlæus, Septiceps Lutherus, Paris : Nicolas Chesneau, 1564. BU Rennes, 56067.

L’exposition est accompagnée d’une feuille d’orientation qui comporte des définitions des termes techniques les plus complexes et d’un catalogue de 70 pages qui offre quelques explications générales ainsi qu’une sélection de notices sur les ouvrages exposés dont les textes furent rédigés par les étudiants.

Ce catalogue peut être librement consulté et téléchargé en ligne depuis le site Issuu de la Société bibliographique :

Catalogue de l’exposition