Les fonds anciens de Saint-Omer: Six ans de découvertes

« Découverte en France d’un First Folio de Shakespeare » titre l’article de Florence Noiville dans Le Monde Livres du 26 octobre 2014, quelques jours après l’annonce qui a marqué l’histoire de la bibliothèque, en donnant à la Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer une visibilité planétaire !

Illustration 1: Shakespeare, Comedies, Histories, & Tragedies, Londres: Isaac Jaggard et Edward Blount, 1623

Mais on aurait tort de croire que c’est la seule découverte qui ait été faite au sein du fonds ancien ces dernières années. Les collections patrimoniales du Pays de Saint-Omer sont d’une telle importance que des trouvailles y sont faites presque chaque mois, pour ne pas dire chaque semaine. Celles-ci sont de diverses natures et concernent tous les types d’ouvrages que nous conservons : manuscrits, incunables, imprimés anciens et documents iconographiques.

Cette rétrospective vous permettra de comprendre que ces trouvailles ne sont pas uniquement le fruit du hasard, même si ce dernier y prend toujours une petite part comme pour toute « découverte ». Elles sont le résultat des nombreux chantiers mis en œuvre au sein du pôle pour assurer ses missions de gestion, de conservation et de mise en valeur des collections. Elles sont également issues des divers partenariats que la BAPSO a avec d’autres institutions (CNRS, Universités) et de l’accueil des chercheurs.

Questions de styles

La collection audomaroise des manuscrits compte plus de 800 volumes, tous intrinsèquement unique, et pour beaucoup médiévaux et richement décorés.

C’est le cas des deux pages d’une grande Bible carolingienne (illustration 2), redécouvertes en 2012-2013. Elles servaient de gardes contrecollées à un manuscrit plus récent et ont été isolées à la suite d’une ancienne restauration. Outre la datation de ces pages dans la seconde moitié du IXe siècle, la qualité de leur décor les rend exceptionnelles. S’ajoute à cela une importance historique, puisque c’est l’un des rares témoins de la production de luxe de l’abbaye de Saint-Bertin pour cette période de l’histoire.

Illustration 2: Initiale B ornée, début des Psaumes, encre d’or sur parchemin Saint-Bertin, 2e moitié du IXe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 1687)

Les recherches sur le style du décor des manuscrits audomarois ont aussi permis de constituer plusieurs ensembles cohérents, qui n’avaient été jusque-là que peu étudiés.

Le plus spectaculaire est un groupe de manuscrits d’origine anglaise, au sein duquel nous avons pu redéfinir deux ensembles baptisés style « tweed », voir par exemple l’illustration 3, (manuscrits 50, 214, 217, 235) et style « aux girandoles »1 , comme le commentaire des psaumes de Johannes de Abbatisvilla de l’illustration 4, auxquels furent ajoutés les manuscrits 185, 234 et 262.

Illustration 3: Initiale A ornée dans le style tweed, encre sur parchemin, Angleterre, XIIIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 217)

Illustration 4: Initiales peintes dans le style des filigranes en girandoles, encre sur parchemin, Angleterre, XIIIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 262)

Un troisième ensemble, lui aussi d’origine anglaise, baptisé le style « aux feuilles dentelées », voir l’illustration 5, (manuscrits 11, 116 et 762), a pu être rapproché d’un manuscrit conservé à Paris (BNF, manuscrit latin 14514), copié et enluminé à Oxford, ce qui donne un élément de localisation pour nos propres manuscrits. Cela n’est d’ailleurs pas surprenant puisque l’abbaye de Saint-Bertin est en contact avec l’école d’Oxford depuis sa création par le roi Alfred le Grand (848-899) : qui nomme Grimbaud de Saint-Bertin à la tête de cette prestigieuse école.

Illustration 5: Initiales ornées dans le style au feuilles dentelées, encre sur parchemin, Angleterre (Oxford ?), XIIIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 762)

A chacun ses attributions !

Au Moyen Âge, la notion d’artiste n’est pas la même que maintenant : les productions mécaniques relèvent de l’artisanat. Cela ne veut pas dire que l’on ne sait pas apprécier un bel objet ou le talent de celui qui l’a réalisé. C’est juste que l’on ne rémunère pas l’artisan pour son art. On paye d’abord les matériaux et le temps d’exécution, considérant que la qualité d’exécution est rétribuée par la renommée et l’afflux des commandes.

Il est donc rare qu’un artisan signe son travail. Pour la première moitié du Moyen Âge (Ve-XIIe siècle), on trouve surtout des mentions d’auteurs ou de copistes, plus rarement d’enlumineurs, de sculpteurs ou d’orfèvres. A partir du XIIe siècle, ceux qui réalisent les décors signent plus couramment leurs travaux. Mais, en se limitant souvent à un simple prénom, parfois accompagné de la mention « a fait ». Il est alors difficile de trancher s’il s’agit de l’exécutant ou du commanditaire.

Identifier les auteurs des œuvres d’art anciennes est une discipline à part entière, qui s’appuie sur l’étude croisée du style et des documents d’archives, et regroupe des œuvres attribuables à un même artisan ou à un atelier.

Plusieurs manuscrits de l’époque gothique (XIIIe-XVe siècle), conservés dans nos collections, ont été récemment attribués à des enlumineurs professionnels de renom. Tels les manuscrits 245 et 458, qui derniers n’avaient pas attiré l’attention car ils ne comprennent chacun qu’une seule miniature. Pourtant, celles-ci sont l’œuvre d’artistes célèbres en leur temps.

Le manuscrit 245 est sorti d’un atelier qu’on appelle le groupe des « Maîtres aux rinceaux d’or »2 , actif à Bruges entre 1420 et 1450. Cette attribution a permis de resserrer la datation du manuscrit et de localiser son lieu de production.

Illustration 6: « La Trinité du Psautier », atelier des Maîtres aux Rinceaux D’or, Bruges, vers 1520-1450 (Saint-Omer, BA, ms. 245, f. 1v)

Illustration 7: Heures dites de Joseph Bonaparte, atelier des Maîtres aux rinceaux d’or, Bruges, 1421-1430 (Paris, BnF, manuscrit lat. 10538)

Maîtres et ateliers

Le manuscrit 458 est plus ancien, il a été copié à Paris dans le deuxième quart du XIVe siècle, et enluminé par le Maître du Procès de Robert d’Artois, un disciple des deux plus grands peintres de manuscrits de l’époque : Jean Pucelle (12..-1334) et Jean Le Noir (actif entre 1331 et 1380). Tous trois ont travaillé pour les plus grands mécènes de leur temps : la duchesse Yolande de Bar, le duc Jean de Berry ou encore le roi Charles V.

Illustration 8: scène de dédicace, enluminure par le Maître du Procès de Robert d’Artois, Paris, début du XIVe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 458)

Le manuscrit 727 est un splendide exemple de la production italienne du XVe siècle, attribué en 2014 à l’atelier de l’enlumineur florentin Francesco d’Antonio del Cherico (1433-1484). Ce dernier est connu pour avoir enluminé un autre exemplaire du même ouvrage pour Piero de’ Medici. Il a aussi travaillé pour le libraire Vespasiano da Bisticci (1422-1498), qui a vendu des livres au cardinal d’Arras Jean Jouffroy et au roi de France Louis XI.

Illustration 9: page ornée a bianchi girari, par l’atelier d’Andrea del Cherico, Venise, milieu du XVe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 727-2)

Signalons encore le manuscrit 343, restauré plusieurs fois d’ancienne date, re-relié au moins une fois au XVIIe siècle, en mélangeant l’ordre des feuillets dont une bonne partie manque. Son mauvais état général a valu à son décor d’être qualifié « d’assez mauvaise exécution » ! Pourtant, malgré toutes ses avanies, l’observateur avisé saura déceler une production de grand luxe, encore perceptible dans le drapé très travaillé du bas de la robe de la Vierge, dans la finesse des rehauts qui animent la carnation du visage de Jean, dans la délicatesse des boucles de ce dernier et la grâce du rendu de son contrapposto3. Le travail d’identification du lieu de production de ce volume est encore en cours. Mais, après avoir proposé un rapprochement avec l’enluminure troyenne du début du XIIIe siècle, nous envisageons désormais de l’attribuer à un atelier des Flandres septentrionales ou de l’Artois.

Illustration 10: Le Christ en croix entouré de la Vierge et de Jean, Flandres septentrionales ou Artois (?), début du XIIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 343)

Cote Datation CGM Datation Wilmart
3 XIIe XIe
13 XIe XIIe
15 VIIIe IXe
20 XIIIe XIIe
24 XIIIe 2e ½ XIIe
25 XIIIe 2e ½ XIIe
33bis VIIIe IXe
42 IXe f.16-68 IXe ; reste XIe
78 XIIIe XIIe
56 XIIIe Déb. Xie
57 XIIIe XIIe
60 XIIIe XIIe
65 XIIIe XIIe
75 XIIIe XIIe
77 XIIIe XIIe
79 XIIe XIe
80 XIIIe XIIe
89 XIIIe XIIe
93 XVe XIIIe
97 XIe Fin Xe
114 XIIIe XIIe
116 XVe XIIIe
118 XVe XIIIe
150 X-XIIIe Xe
179 Xe IXe (vers 850)
185 Fin XIIe-XIIIe XIIIe
186 XIIe XI
252 Xe Fin XIe
257 Xe Premiers feuillets VIIIe
268 Xe IXe
269 Xe 1e ½ IXe
277 XIIe & XIIIe XIIe
279 IXe Xe
283 XVe XIVe
304 XIIIe XIIe
312 XIe IXe et XIe
314 XIe Fin IXe
342bis IXe Fin Xe
355 XIIIe XIVe
361 XIVe XVe
363 XIIIe Fin XIIe
366 XVe XIVe
426 XIIIe XIVe
582 XVe XIVe
664 XIIIe XIIe
666 Xe f. 6-63 IXe
678 XIIe XIVe
684 XIIe XIe
698 Xe Fin XIe
700 XIIe XIe
710 Fin XIIIe 1e ½ XIVe
719 XIIe Fin XIIe
770 XIIIe XII et XIVe
775 XIIe XI

« Il vaut mieux dater d’un siècle que d’une saison » Alfred Capus (écrivain 1857- 1922)

Un autre aspect de la recherche en bibliothèque concerne la datation des manuscrits. C’est une tâche d’autant plus importante pour la collection audomaroise que le Catalogue Général des manuscrits de la bibliothèque de Saint-Omer (CGM), rédigé par Henri Victor Michelant (1811-1890) en 1861, comprend beaucoup d’erreurs.

Ce problème de datation a été repéré, en 1923, par le grand érudit André Wilmart (1876 – 1941), bénédictin de la Congrégation de Solesmes à St Michael’s Abbey, à Farnborough (Hampshire, Angleterre), et spécialiste reconnu de la littérature religieuse du Moyen Âge. Ce dernier a profité de son passage à Saint-Omer pour préciser la datation de plusieurs manuscrits. Le fruit de cette enquête est rapporté par le bibliothécaire Georges Delamotte, dans le Registre des délibérations de la Commission d’amélioration de la bibliothèque 1845-1934.

Grâce à cette liste repérée par l’équipe du Pôle archives, cinquante-six manuscrits ont été rendus à leur siècle. Cet inventaire indique que la grande majorité de ces volumes est plus ancienne que ce qui avait été établi, augmentant considérablement leur préciosité et leur intérêt pour la recherche

Des dates, des dates, oui mais des authentiques !

Nous avons corrigé un certain nombre de datations erronées et les sessions de travail bisannuelles de l’Institut de Recherche et d’Histoire des textes (IRHT – CNRS) contribuent également à rétablir l’âge réel de nos vénérables volumes. Signalons un ensemble particulièrement intéressant de manuscrits, longtemps datés du XIIe siècle, mais qui sont en réalité du milieu du XIe, si l’on en juge par le style du décor et de l’écriture. Il s’agit des manuscrits n° 2, 3, 33, 186, 187, 189, 194, 718 et 775.

Illustration 11:  Ancien Testament, fin de l’exode et début du Lévitique, Saint-Bertin (?), milieu du XIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 2)

Parallèlement au travail d’étude des collections, les autres tâches de gestion d’un fonds de livres anciens, sont aussi souvent l’occasion de faire des découvertes. Telle l’entreprise de numérisation de la quasi-totalité des manuscrits de la BAPSO, engagée d’abord sous l’impulsion de la Communauté d’agglomération, puis, dans le cadre d’un partenariat entre la CAPSO et la DRAC puis avec le CNRS.

Or, avant de numériser un manuscrit, il faut réaliser un récolement complet du volume : le livre est feuilleté, page à page, afin de vérifier s’il n’en manque pas et si la numérotation est correcte. Plus de 600 volumes ont été récolés entre 2012 et 2017 par l’équipe de la section patrimoniale !

Cette opération fastidieuse a néanmoins son bon côté, car elle oblige à consacrer un long moment à chaque livre. C’est alors l’occasion d’y faire des trouvailles : ainsi, le manuscrit 678 (illustration 12) s’est avéré contenir plusieurs pages palimpsestes, c’est-à-dire que le parchemin a été gratté puis réemployé. Cela permet aussi d’identifier ou de réattribuer des textes comme pour le manuscrit 172, longtemps attribué à Hildebert de Lavardin, désormais rendu à Pierre Riga. De même, le manuscrit 245 n’était pas le Compendium d’Hugo de Argentina mais celui d’Albert le Grand. Quant au manuscrit 384 (illustration 13), longtemps resté anonyme, il a été identifié en 2013 : il s’agit d’une belle copie du Livre qui enseigne qui est pechié mortel ou veniel du grand théologien Jean Gerson, qui fut chancelier de l’université de Paris.

Illustration 12: Pages copiées sur des feuillets de parchemin de remploi ou « palimpseste » (Saint-Omer, BA, ms. 678)

Illustration 13: Jean Gerson, Livre qui enseigne qui est pechié mortel ou veniel, Pays-Bas septentrionaux du milieu des années 1450 (Saint-Omer, BA, ms. 384)

Rien ne se perd, tout se transforme !

Certains manuscrits, comprennent des documents ajoutés après leur réalisation. Ainsi, dans le manuscrit 417 (illustration 14), nous avons eu la surprise de découvrir une gravure figurant le Christ. Le manuscrit 407 (illustration 15) comprend lui aussi deux petites gravures dévotionnelles, figurant sainte Barbe et Daniel dans la fosse aux lions. Malheureusement, aucune n’est signée, ce qui rend leur attribution impossible à l’heure actuelle. Plus récemment, en 2017, nous avons découvert une quatrième gravure dans notre imprimé n° 3022 où elle servait de marque-page. C’est une jolie copie réalisée dans les années 1630 d’après un original du grand graveur lorrain Jacques Callot (1592-1635).

Illustration 14: Speciosus Forma pare Filiis hominum, gravure sur cuivre, XVIIe siècle (?) (Saint-Omer, BA, ms. 417)

Illustration 15: Sainte Barbe et Daniel dans la fosse aux lions, gravures sur bois, XVIe siècle (?) (Saint-Omer, BA, ms. 407)

L’observation attentive et la description des reliures permettent aussi de faire de belles découvertes. C’est le cas des morceaux de parchemins anciens utilisés dans leur confection, une pratique courante du Moyen Âge jusqu’à l’époque moderne. Les relieurs ne prêtent alors pas attention à la nature de ces « défaits », aussi peut-on parfois trouver des renforts de fond de cahiers ou des gardes contrecollées bien plus anciens que le volume dans lequel ils se trouvent !

C’est le cas pour les manuscrits 121 (XIIIe), 287 (XVe) et 437 (XIVe) qui comprennent des renforts du IXe siècle ! Pour le premier (illustration 16) les renforts ont pu être dégagés lors de la restauration du livre. Il s’agit de fragments d’une copie du commentaire de Bède le Vénérable sur l’évangile selon Jean. Le second (illustration 17) comprend un passage du commentaire du même auteur sur l’évangile selon Luc (Lib. V sur Luc XVI). Le rapprochement des fragments de ces deux manuscrits permet d’avancer l’hypothèse qu’ils proviennent du même volume à l’origine, qui devait rassembler l’ensemble des commentaires de Bède sur les Évangiles. Quant au manuscrit 437, il s’agit d’un extrait du traité de dévotion De cordis compuctione (De la componction) (I, 4, 1-30) de Jean Chrysostome (344-407).

Illustration 16: Renfort de fonds de cahiers en parchemin, commentaire de Bède le Vénérable sur l’évangile selon Jean, Saint-Bertin (?), IXe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 121)

Illustration 17: Renfort de fonds de cahiers en parchemin, commentaire de Bède le Vénérable sur l’évangile selon Luc, Saint-Bertin (?), IXe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 287)

Membra dissjecta

Parfois, on y découvre des textes plus rares, comme cette copie du XVe siècle des Guerre de Jugurtha de Saluste (inv. 2360bis), ou cette autre de la même époque avec les commentaires à l’Ethique d’Aristote par Jean Buridan (1292 – 1363), recteur de l’université de Paris au XIVe siècle (inv. 350). Un fragment du XIIIe siècle, contenant les chapitres 9 à 13 du premier livre des Premiers Analytiques d’Aristote (inv. 3070 – illustration 18) dans la traduction de Boèce (480-524). Une très rare copie du début du XIIIe siècle du Graecismus, un traité de grammaire composé par Evrard de Béthune (11..-1212?) (inv. 1529). Ou encore un traité de médecine du XIVe siècle, non identifié (inv. 1805), et un fragment du chapitre 18 du second livre d’une copie du XIVe siècle du Guide des égarés de Moïse Maimonide (1135-1204) (inv. 3916).

Illustration 18: Garde contrecollée, Premiers Analytiques d’Aristote dans la traduction de Boèce, XIIIe siècle (Saint-Omer, BA, inv. 350)

Illustration 19: Garde contrecollée, Graecismus, d’Evrard de Béthune, déb. XIIIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 1529)

Le cas des imprimés 959, 960, 962 et 963 est particulièrement intéressant. Leurs gardes contrecollées ont été très vraisemblablement extraites d’un même manuscrit. Il s’agit d’un bréviaire du XIe siècle ! La réparation en deux doubles pages par volume (sauf pour le 959 qui n’en comprend plus qu’une) fait que quatorze pages ont été ainsi conservées. L’étude des textes de ces fragments permettra peut-être d’en préciser l’usage. Toutefois, la mise en page et l’écriture sont très proches de celles que l’on trouve dans d’autres manuscrits conservés de cette époque copiés à Saint-Bertin.

Illustration 20: Garde contrecollée, Bréviaire, XIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 959)

« Ce qui est à toi est aussi à moi »

Lors du catalogage scientifique, nous prenons aussi en compte les notes manuscrites contenues dans le volume, car elles comptent pour beaucoup parmi les caractéristiques d’exemplaire d’un livre.

Il est courant qu’un livre ancien soit annoté par ses divers possesseurs, et qu’ils y aient inscrit leur marque dans leurs livres, sous la forme de mentions manuscrites, d’armoiries ou d’ex-libris imprimé, collé dans le volume. Grace à ces marques de possession, il nous est parfois possible de retracer un pan de l’histoire du livre.

Ainsi, parmi les noms intéressants que nous avons pu identifier ces dernières années, on peut citer:

  • Lucas Fruterius (1541- 1566), poète et philologue du cercle d’humanistes de Bruges (inv. 3074).
  • Antoine Coquelle (15..-1549) d’Aire-sur-la-Lys, humaniste, professeur à Furnes et ami d’Erasme (inv. 1360).
  • Aernout van Buchel (1565-1641), humaniste et directeur de la Compagnie des Indes (inv. n° 2342).
  • Frans de Maulde (1556-1597), chanoine d’Arras puis d’Aire-sur-la-Lys, où il est enterré dans la collégiale.
  • Paul Poupo (1552-1590), grand poète de la Renaissance (inv. 5).

Illustration 21: ex-libris de Lucas Fruterius (1541- 1566) (Saint-Omer, BA, inv. 3074)

Illustration 22: ex-libris d’Antoine Coquelle (14..-1549) (Saint-Omer, BA, inv. 1360)

Illustration 23: ex-libris de Pierre Poupo (1552-1590) (Saint-Omer, BA, inv. 5)

Toutes ces personnalités appartenant à des cercles humanistes du Nord, permet de reconsidérer l’assertion de M. Le Maner dans l’Histoire de Saint-Omer (1981, p. 117) qui prétend « l’absence de véritable substrat humaniste [à Saint-Omer] ».

Enfin, un superbe volume repéré fin 2017 (inv. 2927), porte deux marques prestigieuses : il est relié aux armes du chevalier Pomponne Ier de Bellièvre (1529-1607), seigneur de Grignon, surintendant des finances d’Henri III, puis chancelier d’Henri IV, et porte l’ex-libris manuscrit de Jacques Ribier du Vair-Aléaume (15..-1653), conseiller du roy et commissaire aux requêtes du Palais sous Louis XIII et Louis XIV.

Illustration 24: reliure aux armes de Pomponne Ier, de Bellièvre (1529-1607) (Saint-Omer, BA, inv. 350)

Une collection unique !

Ce qui fait l’intérêt du First Folio c’est qu’il s’agit de LA première édition complète du théâtre de Shakespeare. Ce n’est pas un manuscrit, mais un imprimé. La hiérarchie des valeurs n’est pas la même que pour les manuscrits car les textes imprimés peuvent êtres reproduits à l’infini, alors qu’un manuscrit est, par nature, toujours une pièce unique. Les premières éditions d’une œuvre sont très recherchées car elles nous offrent un premier état littéraire susceptible d’être au plus proche de la pensée originelle de l’auteur.

Pour le bibliophile, la rareté d’une édition, due à de nombreuses pertes ou simplement à la limitation originelle d’un tirage, est un critère. Cela est d’autant plus important en matière de livres imprimés puisque la technique de l’imprimerie permet justement la démultiplication des exemplaires d’une même édition. Il arrive donc, très rarement, que l’on ne conserve plus qu’un seul exemplaire de l’une des éditions imprimées d’une certaine œuvre. Dans ce cas, on parle d’un unicum (« unique » en latin), c’est l’un des moments où l’imprimé possède des critères de rareté équivalents à ceux du manuscrit.

Unicum, unici, unico, unica, unicorum, unicis

La bibliothèque possède une demi-douzaine d’unica ! L’un d’entre eux nous a été signalé en 2015 par Dominique Coq. Il s’agit de l’impression parisienne, par Pierre le Caron en 1502, de la traduction française de la Légende Dorée par Nicolle Delabarre (inv. 3533). Ce volume appartenait à Adrien de Neufville, abbé de Saint-Augustin-lez-Thérouanne de 1571 à 1596. Depuis, plusieurs autres unica ont été identifiés dans le cadre du catalogage scientifique des imprimés du XVIe siècle, entrepris de manière systématique depuis trois ans.

Illustration 25: La légende dorée en françois par maître Nicolle Delabarre, Paris: [Pierre Le Caron], [1502] (Saint-Omer, BA, inv. 3533)

Illustration 26: Les Commentaires de Jules César, Avec les portraicts et de et description des lieux… Translatez par noble homme Etienne de Laigue dit Beauvais ; Translatez par feu de bonne mémoire Robert gaguin général de lordre de la saincte Trinité, Paris: [Jacques Kerver], 1537 (Saint-Omer, BA, inv. 3079)

Nous sommes ainsi actuellement les seuls à posséder la traduction française des Commentaires de Jules César par Etienne de Laigue et Robert Gaguin, imprimé à Paris pour Jacques Kerver en 1537 (inv. 3079). Il n’y a également qu’à Saint-Omer que l’on peut consulter le Preclarus et insignis tractatus docens modum legendi abbreviaturas utriusque (Traité des abréviations), imprimé en 1520, à Paris, par Guillaume Gydoin pour Poncelet le Preux (inv. 6004-2) ; le De linguae latinae elegantia libri sex (grammaire latine) de Lorenzo Valla, dans l’édition Parisienne imprimée par Pierre Gaudoul, en 1534 (inv. 2295). Ou encore la traduction française des Épitres d’Ovide par du Perron, de La Brosse et de Lingendes, imprimée à Paris, par Toussaint Du Bray en 1620 (inv. 4651).Illustration 27: Werner von Schussenried, Preclarus et insignis tractatus docens modum legendi abbreviaturas utriusque censure, Paris: Poncelet le Preux, 1520 (Saint-Omer, BA, inv. 6004-2)

Illustration 28: Laurentii Vallae, De linguae latinae elegantia libri sex, Paris: Pierre Gaudoul, 1534 Saint-Omer, BA, inv. 2295)

Illustration 29: Les epistres d’Ovide, traduites en prose Françoise par les Srs Du Perron, De la Brosse, De Lingendes & Hedelin, Paris: Toussaincts du Bray, 1616 (Saint-Omer, BA, inv. 4651)

Last… but not least !

Cette sélection de trouvailles faites ces dernières années dans les fonds anciens de la BAPSO n’offre néanmoins qu’un petit aperçu de ses richesses connues, et surtout, du potentiel de découvertes passionnantes qui reste encore à y faire.

Les grands chantiers de gestion, de conservation et de mise en valeur des fonds anciens, menés par l’équipe patrimoniale, se poursuivront encore de nombreuses années. Ils permettent de toujours mieux connaître ces collections et de continuer de les faire vivre auprès du public à travers les expositions, régulièrement alimentées par nos trouvailles, mais aussi par l’enrichissement de la Bnum, les articles sur Facebook, les albums Pinterest, ou encore les conférences de nos invités et les journées d’études organisées avec nos différents partenaires.

Les fonds anciens sont souvent plus vivants et dynamiques qu’il n’y paraît ! Nous mettons tout en œuvre pour vous permettre de vous réapproprier une partie de la valeur de ce patrimoine fantastique, et vous invitons d’ores et déjà à nos prochains rendez-vous avec l’histoire et les livres.

Rémy Cordonnier

Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer

  1. Girandole : chandelier à plusieurs branches []
  2. « Maîtres aux rinceaux d’or » : nom de convention donné par F. Winkler en 1925 []
  3. Contrapposto : attitude du corps humain dans les arts visuels, où l’une des deux jambes porte le poids du corps, l’autre étant laissée libre et légèrement fléchie. []

De cuir et d’or : les reliures armoriées de la bibliothèque de Saint-Omer

Si les reliures armoriées ont depuis toujours attiré l’œil des bibliophiles, leur intérêt auprès des bibliothécaires a, semble-t-il, été moins évident. C’est d’ailleurs le cas de la plupart des caractéristiques d’exemplaires, rarement signalées dans les anciens catalogues d’imprimés (on doit noter l’exception des incunables – voir notamment l’Index Possessorum Incunabulorum de Paul Needham – et des manuscrits dont la description codicologique est généralement plus approfondie).

Portefeuille de velours rouge brodé de fils d’or, d’argent et de soie aux armes des archiducs et de la ville de Saint-Omer (St-Omer, BA, Archives, AB-XXXVII-7)

Mais le monde des bibliothèques patrimoniales se penche à nouveau de manière générale sur ces questions des marques de provenances, quelles qu’elles soient, et on voit de plus en plus les bibliothèques les signaler dans leur catalogue (Numélio à Lyon par exemple). Parallèlement, on voit l’émergence de répertoires à part entière, tel que celui du CERL (Consortium of European Research Libraries), qui propose une liste de liens et des informations par pays permettant de retrouver des marques de possession (ex-libris, armoiries, etc.) dans les livres anciens, et un thésaurus, qui permet par ailleurs de retrouver des provenances (recherche par noms de personnes) ; ou encore la base Reliures de la BnF.

Hilaire-Bernard de Requeleyne de Longepierre (1659-1721) : d’azur à une toison d’or suspendue à une nuée d’argent surmontée de deux étoiles d’or (St-Omer, BA, inv. 272)

Depuis quelques années maintenant, la Bibliothèque de l’Agglomération de Saint-Omer a entrepris le catalogage scientifique complet de ses fonds anciens. C’est un travail de longue haleine : plus de 16.600 volumes rien que pour les éditions modernes… mais qui a déjà largement montré son utilité.

Exposition présentée à la BAPSO du 16 sept. au 13 déc. 2017

C’est dans le cadre de cette vaste entreprise que nous avons entrepris le repérage systématique des reliures « aux armes » de notre collection. La moisson, si elle n’est pas énorme, reste somme toute honorable, avec un peu moins d’une centaine de blasons et de monogrammes repérés, et plus de 80% d’identification, en partie grâce à l’aide de la communauté scientifique et des collègues de Bibliopat. C’est le résultat de ces quatre années de repérage et de recherche héraldique qui est présenté au public à partir des Journées européennes du patrimoine et jusqu’à la mi-décembre 2017.

Saint-Omer (ville de) : de gueules à la croix patriarcale d’argent.
(St-Omer, BA, inv_4456)

L’exposition s’ouvre sur les blasons de bibliophiles locaux : abbés, évêques et autres chanoines audomarois et des alentours, pour ensuite présenter une belle collection de livres de prix royaux et institutionnels, avant de laisser la place aux grands bibliophiles des XVIIe et XVIIIe siècles. De Thou, Molé, d’Aumont, Longepierre, ou Lamoignon, ils sont presque tous là ! Et on trouve même quelques raretés à faire pâlir d’envie Guigard ou le trio de l’OHR, telle cette reliure aux armes de François II, ou une autre ayant appartenu à la famille de Varade !

François, dauphin de France (1544-1560) : dauphin couronné (Saint-Omer, BA, inv. 38221)

En guise de conclusion, une dizaine de blasons à l’identification incertaine sont offerts aux spéculations des amateurs, et la visite se termine sur une série de monogrammes prestigieux de Charles de Valois à Louis XV ou encore Anne-Marie Christine de Bavière.

Anne-Marie Christine de Bavière (1660-1690) : monogramme AMCC entrelacés et couronnés (St-Omer, BA, inv. 448)

La mise en ligne du catalogue, accessible dès l’ouverture de l’exposition sur le site de la bibliothèque, se propose de faire œuvre utile auprès des bibliophiles et responsables de collections patrimoniales, qui s’arrachent parfois les cheveux en blasonnant les armes de leurs collectons pour tenter de les identifier, ou du moins espère apporter une pierre à l’édifice de la connaissance des bibliothèques anciennes.

De Théophraste à Cuvier: la botanique à travers l’histoire… et les livres à Saint-Omer

L’exposition de livres anciens à la Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer sur la botanique et les livres vient de se terminer. Retour sur l’exposition par le responsable des fonds anciens, Rémy Cordonnier.

L’idée de cette exposition intitulée « De Théophraste à Cuvier: la botanique à travers l’histoire… et les livres » m’est venue il y a déjà deux-trois ans, lorsque j’ai réalisé que la Bibliothèque d’Agglomération du pays de Saint-Omer conserve dans ses fonds trois éditions rares de pharmacopées encyclopédiques : un Jardin de Santé, dans l’édition de Prüss de 1497, L’Arbolayre de Pierre le Caron (vers 1498), et Le Grand Herbier en François de G. Nyverd pour Jean Petit et Michel le Noir (vers 1520). J’avais eu l’occasion de me pencher sur le cas de ces volumes lorsque je préparais une communication sur la circulation des bois dans les encyclopédies médicales de la fin du Moyen Âge pour le colloque de Caen de 2011 : « Autour du Jardin de Santé ».

Le grant herbier en francois Contenant les qualitez vertues et proprietez des Herbes Arbres Gommes et Semences. Extraict de plusieurs traictez de medecine. Comme de Auicenne de Rasis de Constantin de Jsaac & de Plataire Selon le commun vsage, Paris, Guillaume Nyverd pour Jean Petit et Michel le Noir, s.d. [v. 1520] (Saint-Omer, BA, inv. 1627 ex. Inc. 70)
C’est lorsque, quelques mois plus tard, je découvre coup sur coup le De stirpium differentiis de Bock (Strasbourg, Rhiel, 1552), l’Herbarum vivae eicones de Brunfels (Strasbourg, Schott, 1532) puis les Commentaires de l’hystoire des plantes (Paris, Gazeau, 1549) et le De historia stirpium (Lyon, Arnoullet, 1548) de Fuchs, que la décision de valoriser ces splendides volumes est prise et deux axes sont choisis pour la scénographie.

D’une part, la botanique en tant que science indépendante est quasiment absente de l’époque médiévale et du début de l’époque moderne, période pendant laquelle les ouvrages qui traitent des plantes sont essentiellement des ouvrages médicaux : des pharmacopées. Le parcours est donc conçu pour mettre en avant l’interrelation entre ces deux sciences sœurs que sont la botanique et la pharmacie, jusqu’au XVIe siècle au moins. Une sélection de pharmacopées galéniques permet la transition avec l’époque moderne et rend hommage aux travaux de Nicolas Lémery à travers plusieurs éditions de ses compilations. Puis vient ensuite une série de vitrine dédiée à l’évolution de la classification des plantes avec notamment la collection complète des œuvres de Linné.

Nicolas Lemery, Dictionnaire universel des drogues simples, Paris, Louis-Charles D’Houry, 1769 (Saint-Omer, BA, inv. 16959)

D’autre part, l’historien d’art que je suis n’a pu s’empêcher de proposer une réflexion sur le rôle des illustrations dans les pharmacopées et les traités de botanique au fil des âges. L’exposition est donc placée sous le signe de la mandragore, les volumes sont ouverts au chapitre dédié à cette plante emblématique, afin de permettre au visiteur de constater les variations et les permanences dans sa représentation. Cela permet d’évoquer le rôle non pas illustratif mais structurant de l’image dans les pharmacopées encyclopédiques de la fin du Moyen Âge, quand les images ne servent pas à reconnaitre la plante dans la nature mais bien à repérer rapidement le chapitre qui lui est consacré dans un volume de plus en plus imposant.

Après une rapide évocation de la théorie des signatures, on aborde la question de la controverse des illustrations réalistes à la Renaissance, avec le cas emblématique de l’herbier de Brunfels, dont les vivae eicones ad naturae imitationem ont été intégrées contre son avis par son éditeur Johann Schott, qui souhaitait ainsi augmenter la valeur de son volume.

Otto Brunfels, Herbarum vivae eicones ad naturæ imitationem, Strasbourg, Johann Schott, 1532 (Saint-Omer, BA, inv. 1380)

C’est aussi l’occasion d’évoquer l’histoire des Libri Picturati, considérés comme une des plus importantes collections botaniques de la Renaissance, actuellement conservés à la Bibliothèque Jagellon de Cracovie, mais qui furent commandés à l’origine par Charles de Saint-Omer, seigneur de Moerkerke entre 1553 et 1673.

La vitrine consacrée aux développements de la taxinomie au XVIIIe siècle permet aussi de rappeler que la controverse des illustrations ne s’est pas arrêtée à la Renaissance, mais a perduré notamment à travers l’opposition entre le clan des « Linéens », austères et rigoureusement scientifiques, et celui des « Buffoniens », dont le lyrisme teinté de religion affectionnait les belles illustrations. Ces derniers sont notamment représentés par les 28 premières livraisons des Plantes grasses de Redouté et par ses Roses, fameuses entre toutes.

Pierre-Joseph Redouté & Claude Antoine Thory, Les Roses, Paris, Firmin Didot, 1821 (Saint-Omer, BA, inv. 16476)

Cette enquête sur les collections audomaroises relatives aux plantes a aussi permis de redécouvrir deux figures locales de cette science : le Baron Georges Dumont de Courcet (1746-1824), capitaine de cavalerie qui aimait à herboriser lors de ses garnisons. Il s’est constitué un splendide jardin botanique dans la région du boulonnais, et se distingua par ses Mémoires sur l’agriculture du Boulonnais et son Botaniste cultivateur (1802) exposé avec le plan de ses jardins.

L’autre botaniste audomarois, Louis-Auguste Deschamp de Pas (1765-1842), s’est illustré pour sa part en s’embarquant avec D’Entrecasteaux à la recherche de La Pérouse, ce qui le mène à Batavia où il sera chargé par le gouverneur de l’île d’en rédiger l’histoire naturelle. A son retour, les anglais arraisonnent son bateau et confisquent ses notes et ses collections, désormais conservées au British Museum. De retour dans sa ville natale, il reprend sa collecte de plantes locales, moins exotiques que la flore indonésienne, mais dont il a rassemblé 114 volumes actuellement conservés au Musée de Saint-Omer, et dont un des volumes est visible à la Bibliothèque pour l’occasion.

Le livret de l’exposition est accessible en ligne: