Un trésor caché à Toul: deux volumes des œuvres de Jean Raulin

Cette semaine nous inaugurons une nouveau type de billet qui se propose de présenter et d’analyser un cas particulier en utilisant les divers apports de l’archéologie du livre et de la bibliographie matérielle.

La bibliothèque municipale de Toul conserve une modeste collection d’un peu plus de cent livres des XVe et XVIe siècles. Mais une des leçons les plus importantes que je tire des nombreuses prospections effectuées dans des fonds patrimoniaux européens, est qu’il n’est pas nécessaire de détenir une grande collection pour avoir des livres remarquables. Les deux volumes des œuvres de Jean Raulin de cette bibliothèque, imprimés au début du XVIe siècle, illustrent parfaitement cette constatation.

Illustration 1 : La première page de titre des volumes de la BM de Toul.

Jean Raulin était un des grands prédicateurs français de la seconde moitié du XVe et du début du XVIe siècle. Né vers 1443, sa vie fut marquée par l’apparition et le développement de l’imprimerie qui diffusa son œuvre latine à travers l’Europe. Théologien de l’université de Paris, il avait intégré le Collège de Navarre, un des fleurons de l’enseignement religieux où s’étaient d’abord propagées les idées de l’humanisme en France1. Le collège était un centre intellectuel important avec des auteurs très actifs dont la production occupa les presses parisiennes et notamment, au XVIe siècle, celles de l’atelier du Soleil d’Or de Claude Chevallon et de Charlotte Guillard2. Dans ce cadre foisonnant, Raulin fut un personnage de premier plan des réformes des institutions ecclésiastiques s’impliquant tant à Cluny, où il se « retira » en 1497, qu’à Paris où il continua à agir en fervent défenseur de la méritocratie3.

Illustration 2 : Jean Raulin, Collatio de perfecta religionis plantatione, Paris : Guy Marchant pour les frères Marnef, 1499, a1v-a2r.

Malgré cette forte implication et des prêches réformistes confirmant son action, il ne commença à publier que relativement tard. Son premier livre imprimé fut publié en 1498 à Bâle, puis l’année suivante à Paris4. Mais le succès fut alors au rendez-vous et ses écrits connurent une belle diffusion avec une vingtaine d’éditions rien qu’à Paris dans le premier quart du XVIe siècle. Cette réussite est le cadre dans lequel deux volumes aujourd’hui conservés à la bibliothèque municipale de Toul furent formés.

Comme Jean Raulin était natif de Toul, il n’est peut-être pas surprenant de trouver des œuvres d’un enfant du pays dans la bibliothèque locale. Pourtant leur présence n’était pas une évidence : la collection de la bibliothèque de la ville qui fut créée en 1832 provenait, surtout, des quelques 12 000 volumes confisqués à la Révolution à quatorze établissements religieux locaux. Ce fonds aurait donc dû être richement pourvu de livres patrimoniaux. Or il n’en est rien : à cette date il ne restait plus que 1500 volumes5. C’est-à-dire qu’entre la période des confiscations et la mise en place de la bibliothèque près de quarante ans plus tard, le fonds avait été réduit à bien peu de choses, sans doute le résultat de ventes, mais également d’avoir été copieusement dépouillé par des bibliophiles et des opportunistes. L’envergure des pertes est telle que la bibliothèque de Toul n’a pas attiré les chercheurs, et ses volumes ont été omis de la plupart des ouvrages célébrant le patrimoine écrit lorrain.

Pourtant, dans le cas qui nous intéresse, les exemplaires semblent être arrivés dans la région relativement tôt. Sur une page de garde de fin du premier volume se trouve une mention manuscrite du seizième siècle indiquant que le livre devait servir au couvent de Nancy (« Pro convētu Nanceyano »). De là les volumes passèrent dans des mains privées : les deux possèdent des ex-libris imprimés sur lesquels figurent le blason de la famille de Rarécourt de la Vallée, dont les membres furent également marquis de Pimodan6.

Illustration 3 : Page de garde du second volume avec l’ex-libris héraldique, BM Toul.

Cette possession privée renvoie indubitablement à une période postérieure aux saisies révolutionnaires : sur une des pages de garde du second volume, une main du XIXe siècle a ajouté la mention « Second volume des Sermons de // Jean Raulin. // [filet] » pour palier à l’absence d’une page de titre. Cette indication est amputée de la fin de la première ligne qui se trouve sous l’ex-libris apposé donc plus tardivement. Les volumes ont ainsi intégré la collection bien après la période la plus trouble de la bibliothèque et évité ainsi le triste sort réservé aux autres ouvrages.

Cette longue vie hors des collections patrimoniales ne semble pas avoir résulté dans des altérations profondes des deux volumes qui ont gardé à bien des égards l’apparence qu’ils devaient avoir dès leur reliure première au début du XVIe siècle. Cette dernière semble de prime abord relativement simple : la peau de la couvrure a été travaillée à froid sur les deux volumes avec des motifs modestes. Cependant un examen plus approfondi révèle des caractéristiques plus singulières. Les plats du premier volume ont chacun leur propre motif, l’un dominé par une série de ligne verticale, l’autre par des losanges. Le second volume offre une cohérence visuelle entre les deux plats, mais selon un autre type avec huit médaillons. Ces motifs sont schématisés ci-dessous – avec l’ajout de numéros de référence supplémentaires pour compléter la liste des décors identifiés et dessinés par Denise Gid7.

Illustration 4 : Motifs des plats de reliure estampés à froid.

Cette variété pourrait faire penser à des réemplois de plats, surtout dans la mesure où les dos des reliures ont souffert de restaurations relativement brutales. Cependant, au-delà d’une certaine harmonie dans le décor, certains détails laissent penser qu’il s’agit bien de reliures d’origine qui furent confectionnés ensemble. Le premier élément est l’utilisation du même fragment de manuscrit collé sur l’intérieur des ais en bois. Ces feuillets proviennent d’un exemplaire du Speculum doctrinale de saint Vincent de Beauvais (du chapitre 86 « De casibus in quibus appellare prohibetur » du livre huit « De actionibus, sive de illa parte juris, quae pertinet ad actiones »). Ce texte ayant rapidement été imprimé, nous connaissons quatre éditions incunables8. Avec deux imprimés produits non loin à Strasbourg, le manuscrit devait sembler superflu. Il provenait par ailleurs peut-être d’une bibliothèque locale, voire de la bibliothèque dans laquelle l’imprimé fut intégré9.

Illustration 5 : Intérieur du plat du premier volume.

Notons, également un autre détail : sur cette photo (et encore mieux ci-dessous) on remarque les restes d’attaches servant à accueillir une chaîne sur le second volume. Il en découle que le livre était alors dans une bibliothèque publique, ce qui renforce l’idée que le couvent de Nancy était peut-être le possesseur pour qui la reliure avait été initialement faite. En enchaînant le livre on permettait sa consultation sans avoir à s’inquiéter des possibilités de vol ou d’un « emprunt » d’un des membres de la congrégation.

Illustration 6 : Les restes de la structure métallique attachant la chaîne au ais en bois.

Pour être cohérent, le premier volume devrait également avoir ces restes, ce qui n’est pas le cas. Cependant, on remarque que, sur cette première partie, la restauration de la reliure a été encore plus lourde. Si l’on regarde le plat, on différencie aisément entre la peau qui a servi à confectionner la couvrure d’origine et celle employée lors de la restauration (illustration 7). Or, on note que cette seconde peau fait une entaille pour couvrir précisément la zone où se seraient trouvées les attaches pour la chaîne. Si on compare avec l’extérieur du plat du second tome, on voit clairement comment ces attaches pouvaient abîmer la peau et la pression exercée par la chaîne nécessiter une restauration (illustration 8).

Illustration 7 : Plat du premier volume avec une restauration (à droite).

Notons également une autre ressemblance importante entre les deux volumes : la forme des fermoirs. Denise Gid dans son étude des reliures françaises estampées à froid de cette période aujourd’hui conservées à la Bibliothèque Mazarine identifie et schématise 17 types différents de fermoirs, montrant la variété possible10. La présence des mêmes fermoirs (le modèle numéro 6) représente un argument supplémentaire pour considérer que les deux reliures furent confectionnées au même moment et dans le même atelier et ce malgré leur apparence différente.  

Illustration 8 : Plat du second volume avec le fermoir et le cuir endommagé.

Enfin, sur cette question, notons la marque dans le cuir des deux reliures de deux éléments désormais absents. L’illustration 8 laisse voir que dans les deux cas il y avait eu à l’origine deux bouillons en forme de losange qui protégeaient les plats des livres qui ne possédaient pas les attaches et la chaîne. Ces quatre bouillons ont logiquement été enlevés des reliures lorsque les livres ont cessé d’être attachés de cette manière et ont intégré des étagères normales, où leur rangement aux côtés d’autres volumes nécessitait des surfaces lisses pour ne pas abîmer les plats des livres voisins.

Illustration 9 : les marques de bouillons aujourd’hui disparus (volume 1 et 2).

Ces changements dans le rangement des volumes sont également confirmés par la présence sur le second volume d’une étiquette apposée sur le plat juste au-dessus du bouillon supérieur. Cela suggère que le livre était posé avec le plat visible pour permettre au lecteur potentiel d’en identifier le contenu sans ouvrir le volume. Elle est malheureusement désormais trop usée pour être aisément déchiffrée. Tous ces traits sont caractéristiques des reliures des premières décennies de l’arrivée du livre imprimé en France et suggèrent qu’elles furent façonnées presque immédiatement après la fabrication et l’achat des livres. Pour la datation des reliures, les détails des éditions qui constituent le contenu des volumes fournissent, bien évidemment, un terminus post quem utile.

Illustration 10 : L’étiquette du plat du second volume.

Les volumes de Toul sont des recueils qui contiennent des exemplaires de trois éditions d’œuvres de Raulin du début du XVIe siècle. La partie principale est formée des sermons du prédicateur et intitulée Opus Sermonum quadragesimalium super Epistolas et Evangelia quadragesimalia. L’édition fut imprimée en 1512 pour le puissant libraire parisien Jean Petit avec le matériel des ateliers des imprimeurs André Bocard et Berthold Rembolt qui semblent s’être partagé la tâche11 . C’était une stratégie  courante à Paris qui permettait d’imprimer un livre plus rapidement en divisant le texte entre deux ateliers qui utilisaient un matériel typographique similaire12 .

Le deuxième ouvrage inclus dans ces volumes est une autre série de sermons, Itinerarium paradisi, complectens sermones de penitentia, également publiée par Jean Petit, mais cette fois en 151413 . Le dernier texte est son Opus sermonum de Adventu issu de le même presse et pour le même libraire que le précédent et imprimé en 151614 . Dans les trois cas, les exemplaires sont oubliés de toutes les grandes bibliographies comme l’USTC ou BP16, la bibliographie des éditions parisiennes du XVIe siècle de la Bibliothèque nationale de France15 – et ne sont, par ailleurs, pas encore signalés sur le catalogue en ligne de la bibliothèque.

L’ensemble semble ainsi très cohérent, mais deux éléments attirent l’attention. Le premier est l’ordre et l’organisation des pièces. Dans le premier volume, la première partie du premier ouvrage est suivie par la deuxième édition. Suit alors dans le deuxième volume la deuxième partie du premier ouvrage puis la troisième édition. En d’autres termes, la deuxième édition fut insérée entre la première et la deuxième partie du Opus Sermonum quadragesimalium super Epistolas et Evangelia quadragesimalia. La raison pour cette inversion semble être l’équilibre physique des volumes. La première et la deuxième partie étant trop grosses pour être mises ensemble, on aurait pu faire simplement un troisième volume comprenant les deux autres œuvres, mais ici l’argument économique semble avoir joué et on a préféré un enchaînement illogique mais moins coûteux.  

Une seconde particularité de ces volumes est plus difficile à expliquer. Immédiatement après la première page de titre, on trouve collé en page volante la page de titre d’une autre œuvre de Jean Raulin qui n’est pas incluse dans ces volumes.

Illustration 11 : Page de titre insérée plus tardivement dans le premier volume.

La page annonce une édition de sermons légèrement postérieure aux trois autres, publiée en 1520, toujours à Paris, mais cette fois pour les Marnefs16. Quel était l’intérêt ou le but d’insérer ce feuillet dans le volume ? Il semble s’agir d’une indication de l’existence d’une autre œuvre qui aurait pu être ajoutée à ce volume. La première édition du Doctrinale mortis date en effet de 1518, soit deux ans après la dernière pièce incluse dans ce recueil17 et on peut spéculer que les volumes étaient déjà constitués à cette date. Il se peut également que cette édition ne fut pas ajoutée parce que, contrairement aux autres, elle est en format in-octavo et non in-quarto et donc ne pouvait être aisément reliée aux éditions de Jean Petit. Cependant ces solutions ne résolvent pas le problème de savoir pourquoi le feuillet fut détaché de son édition d’origine. On serait tenté d’y voir une feuille promotionnelle mais comme le verso est également imprimé cela semble peu probable.

Peut-être s’agissait-il simplement de la page de titre d’un exemplaire incomplet, un défet qui trouvait là une raison d’être et évitait ainsi le terrible sort que Gabriel de Rarécourt de la Vallée, marquis de Pimodan, celui-là même dont les armes furent ajoutées aux volumes, prédisait à son propre livre de poésies : « De la boutique du libraire, // Tu t’en iras chez l’épicier18 ». Conservée au sein d’un recueil d’œuvres du même auteur, la page de titre, au moins, fut préservée.

Malcolm Walsby
Enssib, Université de Lyon


 

  1. Gilbert Ouy, « Le Collège de Navarre, berceau de l’humanisme français », Actes du 95e congrès national des sociétés savantes, Reims, 1970, Paris : Bibliothèque nationale, 1974, I, 276-299. []
  2. Rémi Jimenes, Charlotte Guillard : une femme imprimeur à la Renaissance, Tours : Presses universitaires François Rabelais de Tours, 2017, p. 85-87. []
  3. Jean-Marie Le Gall, Les moines au temps des réformes : France, 1480-1560, Seyssel : Champ Vallon, 2001. []
  4. Jean Raulin, Collatio de perfecta religionis plantatione, d’abord à Bâle par Johann Bergmann, le 22 juin 1498, GW M37139, et à Paris par Guy Marchant pour les frères Marnef, le 16 novembre 1499, GW M37142 []
  5. Fabienne Didier, « Toul, médiathèque municipale » dans Patrimoine des bibliothèques de France. 3. Champagne-Ardenne, Lorraine, Paris : Payot, 1995, p. 124-125. []
  6. Victor Bouton, Nouveau traité de blason ou science des armoiries mise à la portée des gens du monde et des artistes, Paris : Garnier frères, 1863, p. 440. []
  7. Denise Gid, Catalogue des reliures françaises estampées à froid (XVe-XVIe siècles) de la Bibliothèque Mazarine, Paris : Centre national de la recherche scientifique, 1984, Tome 2. []
  8. Dans l’ordre chronologique, ces éditions furent imprimées à Strasbourg vers 1478 (GW M50558 et M50560), à Nuremberg en 1486 (GW M50555) et à Venise en 1494 (GW M50566). []
  9. Sur ce type de pratiques voir Bart Jaski, « Collecties handschrift-fragmenten in de Universiteitsbibliotheek Utrecht » dans Bart Jaski, Marco Mostert, et Kaj van Vliet (dir.), Perkament in stukken: Teruggevonden middeleeuwse handschriftfragmenten, Hilversum : Uitgeverij Verloren, 2018, p. 23-32. []
  10. Denise Gid, op. cit., Tome 2. []
  11. Jean Raulin, Opus Sermonum quadragesimalium super Epistolas et Evangelia quadragesimalia, Paris : [André Bocard et Berthold Rembolt] pour Jean Petit, 1512 (nouveau style), USTC 183253. []
  12. Voir le cas analogue des textes publiés par l’imprimeur contemporain Pierre Vidoué : David J. Shaw, « Book Trade Practices in Early Sixteenth-Century Paris: Pierre Vidoue (1516–1543) », dans Malcolm Walsby et Graeme Kemp (dir.), The Book Triumphant. Print in Transition in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Leyde : Brill, 2012, p. 334–346. []
  13. Jean Raulin, Itinerarium paradisi, complectens sermones de penitentia, Paris : Berthold Rembolt pour Jean Petit, 14 octobre 1514, USTC 144306. []
  14. Jean Raulin, Opus sermonum de Adventu, Paris : Berthold Rembolt pour Jean Petit, 8 novembre 1516, USTC 144618. []
  15. Voir, pour cette dernière, les notices 102096102616 et 103131 respectivement. []
  16. Jean Raulin, Doctrinale mortis sacrarum litterarum, Paris : Jean de Marnef, 1520, USTC 184088. []
  17. Jean Raulin, Doctrinale mortis sacrarum litterarum, Paris : Berthold Rembolt pour Jean Petit, 1518, USTC 181848. []
  18. Gabriel de Rarécourt de la Vallée, marquis de Pimodan, Poésies. Lyres et clairons. Le Coffret de perles noires, Paris : Léon Vanier, 1899, p. 208. La réutilisation des imprimés a été évoquée dans le billet « Les derniers témoins d’imprimés perdus », Histoire du livre, billet du 21 septembre 2018. []

Journée sur la collection Van Buchell et ses recueils

L’Utrecht Centre for Medieval Studies (UCMS) proposait le 11 octobre 2019 une journée d’étude sur le thème ‘Premodern Reading Cultures’, qui fut consacré aux recueils factices, en collaboration avec le projet Sammelband 15-16. Cette journée, qui attira un public nombreux d’étudiants et de chercheurs, était en particulier consacrée à une collection unique conservée à la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht. On y trouve en effet le fonds Van Buchell, un ensemble de plus de 500 Sammelbände recueillant plus de 2500 livres du XVIe siècle, soit l’une des plus riches collections de Sammelbände de la Renaissance conservées jusqu’à nos jours.

Les fondements d’une collection de Sammelbände et les principes pour l’étudier

Bart Jaski (conservateur à Utrecht1) inaugura la journée en présentant Huybert van Buchell (1513-1599) et la façon dont son ample bibliothèque est entrée dans les collections de la BU.

Illustration 1: Portrait d’Hubert van Buchell conservé à la BU d’Utrecht.

Ce chanoine légua en effet ses livres à l’église Saint Jacques d’Utrecht pour qu’une bibliothèque y soit créée. Cependant, après la création de la première bibliothèque municipale d’Utrecht (stadsbibliotheek), le conseil municipal décida d’intégrer ces livres à ses collections encore restreintes, qui furent ensuite utilisées pour fonder la BU d’Utrecht. Il faut en effet rappeler qu’aux Pays-Bas, c’est le plus souvent dans les bibliothèques universitaires que l’on trouve aujourd’hui les collections patrimoniales. On peut donc considérer van Buchell comme l’un des fondateurs de la BU d’Utrecht.

Malcolm Walsby (ENSSIB) présenta ensuite les principes essentiels de la constitution de Sammelbände au XVIe siècle. Il rappela un point essentiel : l’analyse des Sammelbände permet de comprendre comment différents types d’utilisateurs de livres à la Renaissance assemblaient leurs connaissances dans ces volumes – des lecteurs qui n’étaient pas nécessairement les grands intellectuels de la période, tels Érasme, dont le profil est certes intéressant à étudier, mais pas nécessairement représentatif des lecteurs de leur temps. Étudier les particularités des Sammelbände permet donc d’avoir accès à une large part du lectorat de la Renaissance. Ceci n’est pas anodin, car les Sammelbände étaient un objet omniprésent dans la première modernité. On a pu l’oublier car de nombreux recueils furent démembrés ensuite pour que les titres qu’ils contenaient puissent être achetés séparément par des collectionneurs (en particulier au XIXe siècle). Cependant, on en trouve encore en grand nombre dans les bibliothèques publiques. Comme l’indiqua Malcolm Walsby, à Rennes, 28% de la collection des quelques 2500 livres du XVIe siècle conservés à la Bibliothèque des Champs libres, soit environ 700, se trouvent dans des Sammelbände. Par comparaison, presque 90% de la collection van Buchell sont conservés dans des Sammelbände. Ils furent pour la plupart créés au moment où Van Buchell acheta ses livres, en particulier pendant la longue période qu’il passa à Cologne en tant qu’étudiant, puis dans les trente dernières années de sa vie, comme en témoignent les belles reliures allemandes dont de nombreux volumes sont pourvus.

Illustration 2: Quelques-uns des Sammelbände de van Buchell, avec sa provenance autographe

La collection restant à analyser, Malcolm Walsby proposa des pistes d’étude future. On peut notamment envisager de reconstruire la bibliothèque de Van Buchell en analysant les reliures, mais aussi les cotes inscrites sur les tranches afin de comprendre comment il organisait sa bibliothèque. On peut également analyser comment la collection a été conservée (et transformée) au fil du temps, dans les collections de la bibliothèque universitaire, ce qui offre une fenêtre sur les développements de la BU au fil du temps, et pas seulement à ses débuts. On peut encore analyser les nombreux défaits de reliure imprimés comme manuscrits, que contient la collection, et repérer des unica, préservés uniquement dans la collection Van Buchell, grâce à leur intégration dans les Sammelbände dès leur publication.

De la reliure à l’utilisateur

Bart Jaski revint ensuite dans son intervention sur les défaits de reliure offrant de très nombreux fragments de manuscrits. On a en effet retrouvé dans ces reliures environ 1000 fragments de manuscrits plus ou moins étendus. C’est l’une des plus grandes collections au monde de fragments de manuscrits retrouvés dans des livres possédés par un seul individu. Bart Jaski présenta la collection de manuscrits possédée par l’église Sainte-Marie, à laquelle appartenait Van Buchell, qui fut dispersée pour une grande part : seuls 37 manuscrits de Sainte-Marie (essentiellement des ouvrages religieux) furent transférés ou acquis plus tard par la BU. Bart Jaski analysa le cas spécifique d’un manuscrit, Ms 709, contenant un De natura rerum probablement fait à Paris vers 1300. Sur les 200 folios du manuscrit, environ 50 furent arrachés du manuscrit. Certains de ces folios furent ensuite retrouvés individuellement lors de ventes, mais une partie d’entre eux fut utilisée pour renforcer des reliures de Sammelbände de van Buchell.

Illustration 3 : des fragments du manuscrit Ms 709 de la BU d’Utrecht.

Dans ce cas précis, il semble qu’un seul relieur utilisa ces feuillets à Cologne pour relier une série de livres dans les années 1570 : il est donc probable que van Buchell donna ces feuillets au relieur pour réduire les coûts de reliure, parce qu’il avait emporté tout ou partie du manuscrit à Cologne après son départ d’Utrecht en 1569. Tracer ainsi ces feuillets dans les différentes reliures de la collection van Buchell pourrait permettre de reconstruire de manière virtuelle le manuscrit, comme le billet publié la semaine dernière sur notre blog en proposait les principes .

Katell Lavéant et Ann-Marie Hansen (Université d’Utrecht) centrèrent quant à elles leur approche sur les traces d’usages laissées par des lecteurs successifs dans une série de recueils de la collection Van Buchell. Katell Lavéant se pencha en particulier sur les provenances de plusieurs volumes2. Si l’on observe attentivement les différentes marques laissées dans les volumes, on note différentes cotes de bibliothèques qui marquent le passage d’un volume des étagères de van Buchell à celles des différentes bibliothèques qui l’ont accueilli.

Illustration 4 : différents niveaux de cotations dans un Sammelband de la collection van Buchell.

On note par ailleurs d’autres provenances indiquant que certains des volumes ont appartenu à un ou plusieurs possesseurs antérieurs avant qu’ils ne parviennent à van Buchell, ce qui dénote une circulation des livres particulièrement active dans le milieu des chanoines d’Utrecht, au milieu du XVIe siècle. Au-delà de l’individu, c’est donc tout un milieu d’érudits que l’on peut reconstituer à partir de ces marques de possession. Ann-Marie Hansen approfondit cette question en analysant comment on peut découvrir un véritable écosystème de marques de lecteurs, intentionnelles (annotations, corrections…) comme non intentionnelles (saleté et taches d’encre), qui aident à comprendre la manière dont un ou plusieurs lecteurs ont pu lire un texte, plume en main3. Ce faisceau de marques peut mener à reconstituer un profil de lecteur, qui montre à la fois comment cet utilisateur de livre s’inscrit dans son époque en reprenant des systèmes de notation courants, et comment il peut se démarquer de ses contemporains en créant son propre système d’annotations spécifiques. Les nombreuses annotations laissées par van Buchell dans ses livres ouvrent un large champ à une enquête d’ampleur dans ce domaine.

Illustration 5 : un système d’annotations dans un livre de van Buchell encore à comprendre (USTC 12632)

John Tholen (Université d’Utrecht) élargit ensuite le propos en étudiant un cas de Sammelband du XVIIe siècle, qui montrait bien comment les problématiques abordées via la collection van Buchell peuvent être appliquées à d’autres volumes contemporains ou postérieurs. Son analyse portait sur un Sammelband contenant une traduction en néerlandais par Pieter Cornelisz Hooft des Métamorphoses d’Ovide et un poème de Hooft réécrivant un épisode de la légende troyenne (Amsterdam, Jan van Hilten, 1643). Ce livre fut scindé en deux parties, et on intercala entre la traduction d’Ovide et le poème de Hooft un autre ouvrage, également publié à Amsterdam en 1643 par Jan van Hilten et Jan Barentsz Smient), contenant une réévaluation de la pratique médiévale consistant à christianiser Ovide, et de nombreux repères sur la mythologie grecque. Relativement peu de temps après ces deux publications séparées, un lecteur ou une lectrice souhaita rassembler ces livres en recueil, mais en recomposant l’ordre des différents textes, pour mettre ensemble le texte d’Ovide et ses commentaires, avant la réécriture poétique de Hooft.

Autrement dit, le processus de création d’un Sammelband permettait au lecteur ou à la lectrice de créer son propre livre de lecture et d’analyse, en ajoutant, à la suite du text d’Ovide un apparat critique, absent de la traduction en néerlandais, grâce à l’ajout d’autres titres dans le volume. Ce cas est unique, car on ne trouve pas d’autre Sammelbände qui propose d’une telle manière un texte en néerlandais d’Ovide avec des commentaires. Bien que ce volume ne contienne pas de provenance qui permette d’éclairer l’identité de la personne ayant fait faire ce Sammelband, il apparaît donc clairement que l’on a là affaire à une pratique de mise en recueil visant à faciliter la lecture et à créer un ouvrage plus complexe et permettant une lecture critique à partir d’éditions séparées.

Illustration 6 : page de titre de la traduction néerlandaise de 1643 des Métamorphoses.

Perspectives d’avenir pour la numérisation et la recherche

Arja Firet (chargée de collections à la BU d’Utrecht) présenta enfin le travail de l’équipe de numérisation de la bibliothèque, notamment à partir des premiers essais à partir d’un volume de la collection van Buchell, pour réfléchir au potentiel des nouvelles techniques de numérisation mais aussi des défis posés par les objets de cette collection. Pour la bibliothèque, il s’agit de pouvoir donner un large accès aux collections tout en protégeant les matériaux fragiles qui ne peuvent pas toujours être communiqués au public, et de faciliter la recherche dans le domaine des humanités numériques, notamment grâce à de nouvelles fonctions de ‘text mining’ (en permettant la recherche de mots et phrases spécifiques dans les images numériques du texte). Pour le projet Sammelband 15-16, il s’agit, grâce à cette collaboration avec la BU d’Utrecht, de trouver les meilleurs moyens de montrer l’état physique complet du volume. Il faut pouvoir rendre compte de l’état et de l’aspect de la reliure, des annotations et autres traces d’utilisation, ce qui ne va pas sans poser des problèmes techniques spécifiques : comment par exemple scanner les fragments médiévaux dans les reliures ? Faut-il les détacher pour les scanner, puis les recoller ensuite, ou respecter l’intégrité du volume, au risque de perdre la lisibilité de ces fragments ? Autant de défis qui occuperont les deux équipes dans les mois et années à venir, dans le cadre d’un projet ambitieux de numérisation du plus grand nombre possible de Sammelbände de la collection van Buchell.

Illustration 7 : un premier essai de numérisation d’un Sammelband de van Buchell par la BU d’Utrecht.

La journée comprenait également une présentation d’une sélection de livres présentant les caractéristiques des Sammelbände de la collection van Buchell discutées pendant les présentations : décors et caractéristiques de reliures allemandes, défaits de reliure manuscrits et imprimés, annotations et provenances firent l’objet d’une analyse livre en main, qui permit également aux participants de mieux se rendre compte des détails matériels de ces ouvrages.

Illustrations 8 et 9 : la présentation de volumes de la collection aux participants.

Toutes ces interventions ont souligné l’importance, tant quantitative que qualitative, des Sammelbände conservés à la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht et l’ampleur du travail de recherche qui s’ouvre sur la collection van Buchell, ainsi que la nécessité d’une entreprise d’analyse globale et innovante des Sammelbände de la première modernité.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

  1. Le blog de la SBF a publié un entretien avec Bart Jaski sur les collections spéciales de la Bibliothèque universitaire d’Utrecht en octobre 2018. []
  2. Elle avait analysé sur ce blog le cas d’un Sammelband spécifique. []
  3. Voir également le billet qu’elle a consacré à ce sujet sur notre blog . []

Usages et intérêts d’un recueil factice du XVIe siècle: la trajectoire d’un Sammelband de Paris à Utrecht

La Bibliothèque Universitaire d’Utrecht, dont le conservateur Bart Jaski nous a fait découvrir les collections lors d’un entretien accordé au carnet de la SBF, compte parmi ses fonds de nombreux ouvrages du XVIe siècle dont l’histoire est intimement liée à celle de bibliothèques privées et religieuses de la ville. Un certain nombre de volumes fut confisqué aux églises catholiques d’Utrecht quand la ville opta pour le Protestantisme en 1580, et ce qui restait de ces bibliothèques religieuses fut donné à la bibliothèque universitaire par leurs chapitres au XIXe siècle. Mais ce sont surtout deux importants legs autour de 1600 qui contribuèrent à constituer ce qui fut d’abord la bibliothèque municipale (stadsbibliotheek), l’une des premières en son genre aux Pays-Bas. Le fonds de ce qui allait devenir la bibliothèque universitaire reçut ainsi les ouvrages de l’humaniste Evert van de Poll (?-1602) et ceux d’un chanoine, Huybert Edmond van Buchell (1513-1599)1.

Illustration 1: Sint Janskerk, Utrecht

Grâce à cette entrée rapide des ouvrages dans une bibliothèque publique puis universitaire à la mort de leur dernier propriétaire, un nombre important de ces volumes a pu conserver sa reliure d’origine. Ce détail est décisif lorsque l’on veut identifier les recueils factices, ou Sammelbände, produits au XVIe siècle, pour en analyser la constitution et l’histoire. C’est l’un de ces recueils qui m’a intéressée, d’abord pour l’un des ouvrages qui s’y trouvait rassemblé avec d’autres imprimés du XVIe siècle, et dont le contenu entrait dans le cadre de mes recherches sur la culture joyeuse en France à cette période.

Le recueil E. oct. 498 est un petit volume doté d’une reliure qui semble avoir été confectionnée aux Pays-Bas, en parchemin rigide, sans décoration ni inscription ou autre signe distinctif extérieur sur la reliure (hormis une bande de peinture sur la partie supérieure du plat, dont la fonction reste mystérieuse).

Illustration 2: La reliure du recueil E. oct. 498 de la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht

Il comporte une cote ancienne sur la tranche de gouttière, qui ne coïncide pas avec une autre cote inscrite à l’encre sur la garde volante.

Illustration 3: Les cotes du recueil E. oct. 498 de la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht

Il contient six livres, tous de format in-8 et de tailles diverses (variant de 4 à 142 pages), dont voici la liste :

1.        Claude de Ruby, La resurrection de la saincte messe, Paris : Nicolas Chesneau, 1565 (USTC 38154)
2.        Johannes Despruets, Brieve response a certaine epistre de François Perrucelli, Paris : Claude Frémy, 1564 (USTC 26725)
3.        Pax hominibus bonae voluntatis. Le testament et bonne volunté de l’abbé des conars, s.l., s.n., 1562 (USTC 79798)
4.       Le discours comme la saincte larme fut apportée en l’abbaye de Vendosme, Paris : Guillaume Nyverd, [1562] (USTC 88341)
5.       Charles IX, Declaration du roy par laquelle il deffend de ne faire presche, assemblées, ny adminsitrations de sacramentz, Paris : Jean Dallier, 1563 (USTC 3853)
6.       Claude de Sainctes, Discours sur le saccagement des eglises catholiques, Paris : Claude Frémy, 1563 (USTC 9679)

Malgré la diversité apparente des titres et de la nature de ces ouvrages, ils ont en commun de tous porter sur des sujets de controverse religieuse entre catholiques et protestants (1, 2 et 4 portent sur des questions théologiques ou liées aux rites catholiques ; 3, 5 et 6 sont liés à l’actualité du conflit religieux). De plus, sur le plan de la production, ils ont également en commun d’avoir tous été imprimés à Paris dans un laps de temps court (1562 à 1565). Un seul livre, la Pax hominibus (numéro 3 de la liste), ne comporte pas de détails d’impression, mais le contenu du texte permet d’éclaircir la date (1562). La comparaison de ses caractères typographiques avec ceux de l’ouvrage qui le suit dans le volume, Le discours sur la Sainte Larme, permet d’affirmer qu’il a également été produit dans l’atelier de Guillaume II Nyverd.

Illustration 4: Les pages de titre du Pax hominibus bonae voluntatis et du Discours comme la saincte larme fut apportée en l’abbaye de Vendosme.

L’intérêt de ce recueil est de proposer des provenances qui permettent d’éclairer quelque peu son histoire. Les livres ne comportent pas d’annotations, hormis le Discours sur le saccagement des eglises catholiques, qui semble avoir été annoté par deux mains différentes pour ajouter en marge du texte des traductions en latin de certains mots et passages en français. En revanche, des provenances au début du volume, sur la garde volante et sur la page de titre du premier livre du recueil, donnent des indications précieuses sur ses différents possesseurs.

Illustration 5: Les provenances des chanoines d’Utrecht dans le recueil E. oct. 498 .

Trois possesseurs se le sont transmis avant qu’il entre dans les collections de la bibliothèque. Il fut d’abord donné par Theodorus Thibault, dont une mention d’archives précise qu’il était chanoine à Utrecht en 1578, à Lambert van der Burch (1542-1617)2. Van der Burch, originaire de Malines, devint chanoine de l’église Sainte-Marie (Sint Mariakerk) d’Utrecht en 1555, puis diacre de la même église en 15823

Il fit don de ce recueil à Huybert van Buchell (1513-1599) lui-même chanoine de Sainte-Marie jusqu’en 1569. À cette date, ce dernier quitta les Pays-Bas pour s’installer à Cologne jusqu’à sa mort. Dans son testament, il légua ses livres à l’église Saint Jacques d’Utrecht (Jacobikerk) ; ses exécuteurs testamentaires acceptèrent que sa bibliothèque soit donnée à la stadsbibliotheek.

Dans la mesure où les livres furent acheminés de Paris à Utrecht en ou après 1565, date de l’imprimé le plus récent, les transmissions entre les trois chanoines se succédèrent donc rapidement, entre 1565 et 1569. On peut se demander si le recueil resta ensuite à Utrecht quand van Buchell quitta la ville pour ne plus y revenir, plutôt que d’imaginer un aller-et-retour de ce volume, avec les quelques 2000 autres (environ 2200 titres) que possédait van Buchell, entre Utrecht et Cologne. Quoi qu’il en soit, le recueil entra définitivement dans les collections de la stadsbibliotheek en 1599.

Aucun indice ne permet en revanche de reconstruire la phase initiale de l’achat des différents livres – sinon le fait qu’ils furent peu ou pas diffusés hors du royaume de France. Mon hypothèse est qu’ils furent tous achetés à Paris en 1565 dans une ou plusieurs librairies par un même acheteur, qu’il s’agisse de Thibault ou d’un premier acheteur inconnu ; qu’ils furent ensuite transportés ensemble dans une reliure d’attente à Utrecht ; puis qu’ils furent reliés sur place pour le bénéfice de Thibault ou d’un possesseur antérieur qui le lui transmit rapidement après achat et reliure. On peut alors synthétiser toutes les données matérielles et les provenances de ce volume dans une matrice de Walsby.

Illustration 6: L’évolution du volume E. oct. 498 (matrice de Walsby).

Étudier ce volume d’après ses caractéristiques de Sammelband est utile à plus d’un titre. Tout d’abord, établir les éléments relatifs à sa composition permet de réfléchir à la manière dont un acheteur a pu rassembler des livres a priori hétérogènes dans un même ensemble. Le livre qui m’intéressait plus spécifiquement au départ de cette enquête, la Pax Hominibus (titre latin recouvrant en fait un poème narratif en français), est en effet un livre produit par une organisation joyeux et festive, L’Abbaye (parodique) des Conards de Rouen. Sa présence dans ce recueil de livres portant sur le fait religieux n’était donc pas évidente. Elle s’explique à condition de comprendre que pour son acheteur, ce livre était non pas un texte de tonalité légère et divertissante, mais une autre illustration des conflits religieux du temps, puisque les Conards de Rouen le composèrent pour défendre leurs activités de carnaval, menacées par les Protestants rouennais en 1562.

Illustration 7: Le char de carnaval des Conards de Rouen (USTC 84170).

De plus, sur le plan patrimonial, les éléments liés à la transmission du recueil que j’ai présenté ici permettent de mieux comprendre les façons dont van Buchell a constitué sa bibliothèque. Dans la mesure où les autres recueils factices de cette même collection sont rassemblés à la bibliothèque universitaire d’Utrecht, il sera possible de proposer une analyse plus complète de ce corpus, à la fois dans ses caractéristiques matérielles et dans sa constitution en tant que collection, au-delà des signes distinctifs de chaque recueil. Cette analyse prendra place dans le nouveau projet de recherche, Sammelband 15-16, que nous présenterons bientôt dans ce carnet4.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

  1. à ne pas confondre avec un autre humaniste d’Utrecht, son neveu, Aernout van Buchell dit Buchelius (1565-1641), dont une partie de la collection de livres et de manuscrits et papiers personnels est également conservée à la BU d’Utrecht. []
  2. J. van der Minne, “Het geslacht van der Minne”, Algemeen Nederlandsch familieblad, 11 (1894), pp. 36-43, p. 43. []
  3. A.J. van der Aa, Biographisch woordenboek der Nederlanden, bevattende levensbeschrijvingen van zoodanige personen, die zich op eenigerlei wijze in ons vaderland hebben vermaard gemaakt; voortgezet door K.J.R. van Harderwijk en G.D.J. Schotel, Haarlem 1852-1878, p. 1567. []
  4. Le projet Sammelband 15-16 est dirigé par Malcolm Walsby (Université de Rennes II, laboratoire Tempora). Il en a exposé les principes lors d’une exposition sur les recueils factices du Centre Culturel Irlandais en octobre 2017. Voir le site du projet: https://sammelband.hypotheses.org []