Les « recueils » de musique : entre polysémie et éparpillement…

En écho aux contributions parues ici autour des recueils factices1 et aux travaux du projet Sammelband 15-16, je souhaite illustrer ici les divers concepts de « recueil » tels qu’ils sont utilisés dans la bibliographie musicale ancienne. En effet, ces termes sont utilisés dans des sens différents, et parfois dans le même sens mais dans des contextes différents.

Le « recueil » au sens du RISM (Répertoire international des sources musicales)

La musique partage, avec la poésie, la particularité d’avoir été éditée dans des volumes imprimés qui regroupent des œuvres de plusieurs compositeurs ou auteurs. La raison en est simple : elle utilise essentiellement des formes courtes (la chanson, le motet, l’air ou le madrigal) qui à elles seules ne suffisent pas à remplir un volume ; il est donc nécessaire d’en imprimer plusieurs à la suite (quinze, vingt, trente pièces, parfois beaucoup plus pour la poésie) pour justifier la mise en œuvre d’un volume. Quitte à les regrouper, rien n’empêche de mêler des pièces de divers compositeurs, pour deux raisons essentiellement : seuls les compositeurs les plus en vue pouvaient fournir suffisamment de pièces pour remplir un volume à eux seuls, et la variété du contenu est toujours un bon argument commercial ; elle permet à l’éditeur de poser des formules ronflantes sur ses pages de titre : de diversi autori eccellentissimi… a praestantissimis italiae musicis nuperrime concinnatae… collected together out of the best authors…

Ce type d’édition musicale est à la fois précoce et commun puisqu’on compte environ 3000 recueils parus entre 1500 et 1700, qui forment une part importante de la production (chez certains imprimeurs ce fut même le type d’édition majoritaire). À titre d’exemple, la première édition musicale recensée, le Harmonice Musices Odhecaton A de 1501, est un recueil de 96 pièces écrites par 24 compositeurs, sans parler des anonymes.

Illustration 1 : Harmonice musices Odhecaton A (Fossombrone, O. Petrucci, 1501). Bologne MIBM.

C’est le Répertoire international des sources musicales, outil indispensable aux bibliographes et bibliothécaires musicaux, qui a imposé pour ces publications le terme de recueil, ou de recueil collectif2 (on les trouve aussi nommés anthologies ou éditions de plusieurs auteurs, mais très accessoirement). La publication du premier recensement moderne de ces éditions3 a consacré ce terme ; les Allemands s’y réfèrent avec le mot Sammelwerke, les Anglais avec Collections (tous mots repris de l’introduction dudit volume). Pour les éditions d’un seul auteur, le RISM a utilisé Einzeldrücke, Monographie4 ou Individual prints pour sa série parue en 14 volumes (1971-2003).

Les recueils factices de musique

La musique a ceci de particulier que, pour être chantée ou interprétée, elle doit être lue par plusieurs personnes simultanément. Cette contrainte s’est traduite par l’usage de livres de chœur (choirbook, Chorbuch), de grands volumes in-folio devant lesquels jusqu’à six ou huit chanteurs pouvaient se tenir, ou par l’impression de parties séparées (partbook, Stimmbuch), des fascicules qui ne contiennent la musique que d’une seule partie. Dans ce cas, un livre de musique à quatre voix était donc imprimé sous forme de quatre parties séparées, et son impression requérait quatre éditions successives, mais la composition typographique était partiellement réutilisée d’une partie séparée à l’autre (le titre, les pièces liminaires, le texte sous la musique et les couplets supplémentaires sans musique changeaient peu d’un fascicule à l’autre). Si elle a un avantage évident pour les musiciens, cette pratique a plusieurs désavantages. Elle a suscité l’éparpillement des parties séparées et la perte de beaucoup d’entre elles. Hélas, il est courant de voir une édition dont le Superius est conservé à Paris, l’Altus à Madrid, le Tenor à Munich et le Bassus… nulle part. À titre d’exemple, cette notice du RISM Recueils XVIe-XVIIe siècle recense les localisations des exemplaires retrouvés d’un recueil collectif vénitien de 1569, avec le détail des parties correspondantes (S/A/T/B/5). En fait, la bibliographie musicale n’est qu’une forme sublimée du puzzle…

Pour le musicologue qui veut reconstituer cette musique et la publier, il faut disposer de toutes les parties séparées. On verra sur le site du Münchener Digitalisierungszentrum (MDZ) une ingénieuse visionneuse qui permet de consulter simultanément les quatre parties séparées d’une même édition

Cette fragmentation du livre de musique en plusieurs parties séparées fait que celles-ci sont de peu d’épaisseur et sont plus faciles à conserver lorsqu’elles sont reliées. L’habitude a été prise, dès le XVIe siècle, de relier diverses éditions (de la même partie vocale) ensemble : toutes les parties de Superius ensemble, toutes celles d’Altus ensemble, etc. C’est très souvent sous cette forme que les livres de musique sont consultables en bibliothèque ; il s’agit bien de recueils factices ou Sammelbände au sens consacré du terme (c’est-à-dire d’éditions différentes reliées ensemble), mais chaque volume ne contient qu’une partie de la musique. Le nom de la partie est souvent inscrit sur la couverture.

Le « recueil factice » de musique comme collection d’un imprimeur

Les imprimeurs-libraires en musique ont très vite édité leurs livres comme des collections numérotées (que ce soient des monographies ou des recueils). On trouve beaucoup de collections de madrigaux ainsi numérotées :

  • Il primo libro de madrigali a sei voci… di Luca Marenzio (1581)
  • Il secondo libro de madrigali a sei voci… di Luca Marenzio (1584)
  • Il terzo libro de madrigali a sei voci … di Luca Marenzio (1585)

Ces volumes sortent en général des presses du même imprimeur, peuvent y être réédités, ce qui n’empêche pas que d’autres imprimeurs les copient ou les contrefassent.

Il en est de même pour les recueils collectifs, avec par exemple les fameux Livres de chansons à quatre [et cinq] parties publiés par l’officine parisienne de Le Roy et Ballard, dont vingt-cinq volumes paraissent entre 1559 et 1585, avec de nombreuses réimpressions. La plupart des exemplaires retrouvés sont insérés dans des recueils factices de ce type. Un des plus beaux exemples que je connaisse dans ce genre est passé récemment en vente (pour 25.000 €, tout de même…), et regroupe la partie de Contratenor de ­vingt-quatre éditions de cet imprimeur, à savoir trois monographies (La Grotte, Renvoisy et Le Roy) et vingt-et-un recueils collectifs :

  • de La Grotte, Chansons de P. de Ronsard, Ph. Desportes, et autres… – Paris : Adrien Le Roy, Robert Ballard, 1575.
  •  Second [Tiers, Quatrieme, Cinqieme, Sixiesme, Setieme, Huitieme, Neufiesme, Dizieme, Unzieme, Dousieme, Tresieme, Quatorzieme, Quinzieme, Sesieme, Dixsetieme, Dixhuictieme, Dixneufieme, Vingtieme, Vinguniesme] livre de chansons composé à quatre parties de plusieurs autheurs. – Idem, 1577 [1573, 1573, 1573, 1559, 1573, 1575, 1578, 1575, 1578, 1575, 1578, 1575, 1578, 1575, 1577, 1576, 1577, 1578, 1577].
  •  Premier recueil des recueils à quatre parties, de plusieurs autheurs. – Idem,
  •  Renvoisy, Les Odes d’Anacréon mises en musique à quatre parties. – Idem, 1573.
  •  Le Roy, Premier livre de chansons en forme de vau de ville composé à quatre partie. – Idem, 1573.
Illustration 2. Vente Osenat, Paris-Fontainebleau, 29-30 juin 2019.

Voici la page de titre de la première édition :

Illustration 3. Chansons de P. de Ronsard, Ph. Desportes et autres… (Paris, Adrian
Le Roy et Robert Ballard, 1575. Vente Osenat, Paris-Fontainebleau, 29-30 juin 2019.

Encore ne s’agit-il ici que du quart de la musique, puisque les trois autres recueils pour les trois autres voix n’étaient pas proposés à la vente (mais c’eut été miraculeux). De tels recueils factices sortent donc du même atelier ; l’analyse comparée des dates de parution de chaque édition du recueil et des dates de réédition de chaque livre montre qu’ils étaient bien constitués dans la boutique avant l’achat (et qu’il ne s’agit donc pas de collections constituées par le même possesseur au fur et à mesure des parutions) ; elle permet aussi d’estimer la date de l’achat à l’année près.

Le « recueil factice » de musique comme témoin de la librairie musicale locale

Qu’on se rassure, il existe aussi des recueils factices de musique constitués avec des achats faits dans diverses officines. Un des plus riches qui existe provient d’Adriaan Scholiers [Adrianus Scholasticus], un humaniste anversois qui a fait relier sous une reliure ornementée des éditions de diverses provenances, de format in-8° oblong.

Illustration 4. Second plat de reliure du recueil de Londres, British Library, K.8.i.4. © Wikimedia commons.

Ce recueil est conservé à Londres, British Library, K.8.i.4. Il contient les parties de Bassus de :

  1.  Premier [- Second] recueil de chansons… à quatre parties. – Paris, Le Roy & Ballard, 1554 et 1555.
  2.  Premier [- Second] livre de chansonsà quatre parties. – Paris, M. Fezandat, 1556 et 1556.
  3.  Premier [- Second] livre de chansons… par bons et excellens autheurs. – Paris, N. du Chemin, 1557 et 1557.
  4.  Cl. Janequin, Verger de musique contenant… labeurs. – Paris, Le Roy & Ballard, 1559.
  5.  Le premier trophée de musique. – Lyon, R. Granjon, 1559.
  6.  B. Beaulaigue, Chansons nouvelles. – Lyon, R. Granjon, 1559
  7.  La Fleur de chansons et premier livre à quatre parties. – Anvers, T. Susato, 1552.
  8.  La Fleur de chansons et second livre à quatre parties. – Anvers, T. Susato, 1550 ?
  9.  Tiers livre contenant xxx nouvelles chansons. – Anvers, T. Susato, 1550 ?
  10.  La Fleur de chansons et quatriesme livre à quatre parties. – Anvers, T. Susato, 1550 ?
  11.  La Fleur de chansons et cincquiesme livre à trois parties. – Anvers, T. Susato, 1552.
  12.  La Fleur de chansons et sixiesme livre à trois parties. – Anvers, T. Susato, 1552 ?
  13.  Selectissimorum triciniorum… – Nuremberg, J. von Berg & U. Neuber, [1560].
  14.  P. Cler’eau, Premier livre de chansons… à trois parties. – Paris, Le Roy & Ballard, 1559.
  15.  A. Cartier, Vingt et une chansons à trois parties. – Paris, Le Roy & Ballard, 1557.
  16.  L. Bourgeois, Pseaulmes LXXXIII de David. – Lyon, G. Beringen 1554.
  17.  Cl. Janequin, Proverbes de Salomon : mis en cantiques & rime françoise… – Paris, Le Roy & Ballard, 1558.
  18.  M. Le Maistre, Catechesis numeris musicis inclusa… – Nuremberg, J. von Berg & U. Neuber, 1559.
  19.  B. Beaulaigue, Mottetz nouvellement mis en musique. – Lyon, R. Granjon, 1559

Il regroupe donc des éditions parues à Anvers, Paris, Lyon et Nuremberg, ce qui donne une idée de la vivacité de la librairie musicale anversoise dans les années 1550. De certaines de ces éditions, les autres parties sont parfois perdues, telles celles des Pseaulmes LXXXIII de Loys Bourgeois, inconnues par ailleurs.

Illustration 5. Loys Bourgeois, Pseaulmes LXXXIII de David… Lyon, G. Beringen, 1559. Londres BL : K.8.i.4 (16). Seule partie connue.

Un autre exemple de recueil factice de musique, riche et diversifié, est constitué par les recueils dits de Zuoz-Washington. Repérés à Zuoz (Grisons) depuis 1907, ces deux recueils de musique ont probablement été constitués à Utrecht par le libraire Jan Evertsen van Doorn, qui publie en 1639 un catalogue qui contient toutes les éditions contenues5 . Ils sont ensuite achetés à Amsterdam en 1707 par Balthasar Planta, qui les ramène dans son pays natal en Engadine. Du recueil Zuoz 1, seuls deux parties séparées sont encore conservées à Zuoz ; cinq autres ont été achetées en 1920 par la Library of Congress à Washington, où j’ai eu le plaisir en 1992 de les identifier comme le complément des volumes de Zuoz6 . Toutefois, il manque encore une partie (le Septimus) pour reconstituer le recueil complet. Le tableau ci-dessous résume le contenu du recueil Zuoz 1 :

Illustration 6. Constitution du recueil Zuoz 1 conservé à Zuoz, Gemeinde Archiv, et Washington, Library of Congress, M1490.L 55 Case.

Là encore, le recueil reflète toute la diversité du commerce de la musique dans les Anciens Pays-Bas au début du XVIIe siècle, où voisinaient des éditions de Paris, La Rochelle, Genève, Haarlem ou Leyde, à forte connotation protestante. Le recueil Zuoz 2 ajoute encore Anvers à cette liste.

Illustration 7. Table des matières manuscrite ajoutée dans le recueil Zuoz 1.

Le recueil Zuoz 1 contient des ajouts manuscrits d’une très belle graphie, notamment des traductions de textes français, des tables des matières et la résolution par Jan Pieterzoon Sweelinck (1562-1621), d’un canon proposé par Claude Le Jeune dans son Dodécacorde de 1598 (présent dans le recueil). À l’occasion d’une prochaine exposition consacrée au quatrième centenaire de la mort de cet organiste et compositeur, programmée à Amsterdam en 2021, les parties conservées à Zuoz et Washington seront temporairement réunies sous la même vitrine.

Illustration 8. Résolution inédite du canon de Claude Le Jeune par Jan Pieterzoon Sweelinck, dans le recueil Zuoz 1.

Laurent Guillo
(Versailles CMBV / Paris IReMus)

  1. Une winter school à l’ENSSIB autour des recueils factices de la Renaissance par Isabelle Riquet (ENSSIB). []
  2. Pour la poésie, c’est sans doute Frédéric Lachèvre qui a consacré le terme de « recueils collectifs » avec ses volumineux dépouillements, desquels sa Bibliographie des recueils collectifs de poésies publiés de 1597 à 1700 (Paris, 1901-1905, 4 vol.) n’est pas le moindre. []
  3. Recueils imprimés XVI-XVII- siècles, ouvrage publié sous la direction de François Lesure. München-Duisburg : Henle Verlag, 1960. []
  4. Ici la polysémie tourne à plein : Monographie désigne aussi un des quatre niveaux bibliographiques (m) du catalogage, ou un ouvrage qui décrit une œuvre particulière… []
  5. The Catalogus librorum musicorum of Jan Evertsen Van Doorn (Utrecht 1639), a facsimile edition with an introduction by Henri Vanhulst. – Tuurdijk, HES Publishers, 1996 (Catalogi redivivi, 9). []
  6. Voir le détail dans Laurent Guillo, « Les deux recueils de musique de Zuoz/Washington (1580-1643) : sur deux témoins de la librairie musicale néerlandaise au XVIIe siècle », Tijdschrift van de Koninklijke Vereniging voor Nederlandse Muziekgeschiedenis 46/2, 1996, p. 137-152. []