Un projet typographique d’envergure: une analyse de William Kemp

Quelles conditions fallait-il réunir dans l’Italie du XVIe siècle pour produire une édition de qualité d’un texte médiéval important ? Des humanistes illustres, capables de produire une édition de qualité ; un imprimeur de renom, aux épaules suffisamment solides pour prendre en charge la production d’un ouvrage de taille conséquente ; un matériel typographique adéquat et élégant ; et l’accord du possesseur illustre de ce manuscrit.

C’est cet écheveau que William Kemp dénoue avec finesse dans un article en anglais qui vient de paraître dans Livre | Revue Historique : « Where and How to Print the Florentine Pandects: Paris, Basle, Lyons, Venice or Florence? ».

Le texte dont il s’agit est le Corpus juris civilis ou Pandects, un texte juridique préservé dans un manuscrit du VIe siècle qui se trouvait dans la bibliothèque des Médicis à Florence et fit l’objet d’une étude attentive par plusieurs humanistes italiens dans la première moitié du XVIe siècle : Lelio Torelli, jurisconsulte et secrétaire du duc Cosimo I, et Antonio Agustín, juriste et philologue. Après en avoir publié des extraits et leurs notes sur le texte en 1542 (Lucantonio Giunta, Venise) et 1543 (Johann Oporin, Bâle) – éditions republiées par Gryphe à Lyon en 1544 et 1545 –, Torelli et Agustín souhaitaient proposer une édition intégrale du texte.

Grâce aux échanges de lettres des deux hommes avec leur cercle d’humanistes, Kemp reconstitue leurs délibérations quant au choix d’un imprimeur adéquat, capable d’une telle entreprise : y sont ainsi cités Robert Estienne à Paris, Johann Froben à Bâle, et particulièrement Sébastien Gryphe à Lyon, à côté de noms d’imprimeurs de diverses villes italiennes. Mais les éditeurs devaient également composer avec les volontés du duc Cosimo, qui souhaitait que l’on emploie un imprimeur de Florence pour cette tâche – ce qui posait problème car aucun imprimeur florentin ne pouvait prendre en charge cette édition. Le choix se porta finalement sur Lorenzo Torrentino, basé à Bologne.

La marque de Lorenzo Torrentino aux armes des Médécis

C’était un choix audacieux, car Torrentino, italien originaire des Pays-Bas, n’était jusque-là connu que comme libraire – un libraire aux épaules solides, certes, mais qui n’avait jamais imprimé un seul ouvrage. Or il accomplit admirablement son travail, et publia en 1553 une impressionnante édition in-folio de 1666 pages (accompagnées de nombreux préliminaires), des Digestorum seu Pandectarum libri quinquaginta ex Florentinis Pandectis repraesentati. Cette édition était imprimée en Gros romain (ou Testo en italien), et pourvue de bois gravés soignés pour les lettrines.

Lettrine comportant les armes des Médécis

Dans son article, Kemp analyse précisément les caractères typographiques employés, et les compare avec ceux utilisés par Gryphe pour son impression de la Bibia Sacra en 1550, un ouvrage comparable par sa taille et la complexité technique de sa production au Pandects florentin. Il explore ainsi les pistes qui auraient pu mener à la production d’un Pandects lyonnais, si Gryphe en avait été chargé, comme cela avait été envisagé au départ.

Cet article nous propose ainsi une analyse passionnante des processus de décision autour de la naissance des grands ouvrages imprimés au milieu du XVIe siècle entre l’Italie, la Suisse et la France. Il nous offre aussi, grâce notamment à la richesse des documents épistolaires entourant le projet d’édition du Pandects, une vue d’ensemble du paysage des grands imprimeurs d’ouvrages en latin et des rivalités entre ateliers pour obtenir de telles commandes.