Une winter school à l’ENSSIB autour des recueils factices de la Renaissance

Une école d’hiver s’est déroulée à l’ENSSIB de Lyon les 12 et 13 décembre derniers, organisée par les membres de l’équipe de recherche du projet Sammelband 15-16.

Cette conférence était dédiée à l’étude des recueils factices, des questions et des apports que soulèvent ces livres atypiques, en particulier ceux qui ont été produits au XVIe siècle.

 Les Sammelbände ont en effet la particularité de regrouper plusieurs imprimés reliés en un seul volume, dont l’assemblage est choisi par le possesseur ou par le libraire. La logique de production et de préservation des Sammelbände ont notamment amené les intervenants à en étudier la matérialité, par le biais du papier, de la reliure et des matériaux utilisés pour la renforcer, du texte imprimé mais aussi des interactions entre le lecteur et le livre.

Illustration 1: un Sammelband conservé à la bibliothèque du Centre Culturel des Irlandais (Paris).

Définition des Sammelbände et analyse de leur papier

Le séminaire a débuté sur une définition précise de ce qu’était un sammelband. Malcolm Walsby, professeur d’histoire à l’ENSSIB de Lyon, suggère l’utilisation du terme allemand qui souligne mieux la spécificité du recueil factice. Ce dernier est en effet composé de livres qui n’ont pas été forcément imprimés et reliés ensemble dès la conception du volume, mais qui ont pu être produits et utilisés à une époque ultérieure. C’est la raison pour laquelle Malcolm Walsby souligne l’importance de préserver l’unité des recueils, qui ont été bien souvent victimes de démantèlement dès le XVIIIe siècle par les vendeurs et les bibliothécaires, soit pour en tirer un maximum de bénéfices en vendant les livres au détail, soit pour faciliter l’identification et l’accès aux ouvrages. Il est donc particulièrement important d’étudier les reliures originelles que nous avons conservées. De plus, une base de données librement accessible en ligne, destinée à faciliter le recensement et l’étude des Sammelbände, est actuellement en cours de création pour le projet Sammelband 15-16. Parmi d’autres, l’importante collection des Sammelbände d’Huybert van Buchell, conservés par la bibliothèque universitaire d’Utrecht, sera valorisée par le biais de ce projet numérique.

Illustration 2: un Sammelband du Centre Culturel Irlandais, composé de deux livres aux reliures jointes pour faire recueil.

Neil Patrick Harris, professeur à l’université d’Udine, a poursuivi la première partie de cette étude en s’intéressant à la construction physique d’un sammelband, par le biais de cette question : comment reconnaître un recueil original en se fiant entre autres au papier imprimé et aux filigranes ? Il a pu constater qu’il existe peu de Sammelbände dont la reliure est d’origine, et s’est penché sur l’état matériel du livre pour retracer son histoire. Neil Harris a notamment observé de nombreuses disparités entre les différents éléments du livre en tant que support : une différence de format entre les livres reliés, mais aussi une différence chronologique quand un incunable est relié avec des pamphlets du XIXe siècle. Neil Harris considère que ces ajouts postérieurs, mais également l’absence des éléments originaux d’un recueil factice, sont autant d’informations sur la vie du livre qu’il ne faut pas négliger.

Son analyse pousse le détail en s’intéressant aux filigranes détectables dans le papier. Grâce à lui on peut en effet retracer le processus de production du livre imprimé et le relier éventuellement à un imprimeur dont on sait qu’il l’utilisait, ainsi qu’à une date et un lieu de production. L’index créé par Charles Briquet est un outil très utile pour identifier les filigranes, actuellement mis à jour dans un projet numérique intitulé “Briquet Reloaded” auquel Neil Harris participe1 .

Illustration 3: deux filigranes jumeaux dans du papier italien.

Ce que révèlent les reliures

La seconde partie de notre première journée de conférences a été inaugurée par Nicholas Pickwoad, professeur à l’université de Londres spécialisé dans l’étude des reliures.

Il suggère en effet que l’étude des reliures permet de savoir quand, où et comment les livres reliés dans un Sammelband ont été assemblés. De nombreux exemples de reliures ont été montrés au public pour démontrer que les reliures d’ouvrages du XVIe siècle avaient des particularités propres à leur lieu de fabrication, en présentant notamment les différents matériaux utilisés pour ce faire. Ainsi, en Angleterre on utilisait les défaits de reliure d’anciens livres pour créer un nouveau volume, tandis que les reliures italiennes et espagnoles sont très similaires avec leurs points de couture placés seulement en haut et en bas du dos du volume. L’étude minutieuse de Nicholas Pickwoad révèle que la plupart des reliures étaient de basse qualité, compte tenu de la bourse de l’acheteur ou de l’usage auquel le Sammelband était destiné, et souligne l’importance d’étudier aussi ces reliures de moindre prestige, pour en apprendre davantage sur leur utilisation.

Illustration 4: reliure d’un exemplaire de Marcus Marulus, Bene vivendi instituta, Bâle, Petrus de Langendorff for Lucas Leonardus, 1513 (BU d’Utrecht).

Bart Jaski, conservateur spécialisé dans l’étude des textes médiévaux à l’université d’Utrecht, a ensuite présenté l’usage de défaits de reliure manuscrits présents dans les Sammelbände. L’objectif de sa présentation était de démontrer que les Sammelbände ne sont pas seulement des outils de consultation, mais aussi des outils de conservation. En effet, une grande partie de partitions musicales et de textes médiévaux que l’on croyait perdus ont été redécouverts parce qu’ils servaient d’éléments de reliure à ce type de livre. À l’aide d’un exemple tiré des fonds patrimoniaux de la bibliothèque universitaire d’Utrecht, Bart Jaski nous a défini ce qu’était un défait de reliure manuscrit : généralement il s’agit d’un parchemin ou d’un vellum dont le possesseur ou le libraire trouve une nouvelle utilité pour ses livres. Les maculatures et les feuilles volantes dans les livres sont également des éléments importants pour comprendre la constitution du Sammelband.

Illustration 5: une partition musicale médiévale réutilisée comme enveloppe (BU d’Utrecht).

Ces supports peuvent devenir des éléments de la reliure, mais aussi des copeaux pour protéger les livres dans les caisses de transport, ou encore des enveloppes réutilisables. En Allemagne, jusqu’au XVIIe siècle, on allait jusqu’à peindre les manuscrits pour décorer la reliure du livre, obscurcissant malheureusement le texte d’origine. Dans le cas où l’on a encore accès au texte, il existe un logiciel qui permet de rassembler les différents morceaux de texte et de le reconstituer dans son état d’origine aussi précisément que possible.

Le site web du projet Fragmentarium recense ce type de fragments manuscrits, et en propose une analyse détaillée. Des propositions de projets voient actuellement le jour pour les doctorants et chercheurs qui travaillent autour de la question des manuscrits et des fragments de manuscrits.

Pratiques de lecture

Ann-Marie Hansen, enseignante post-doctorante à l’université d’Utrecht, a présenté des pistes de recherche pour comprendre l’utilisation des Sammelbände par le(s) lecteur(s). Y en a-t-il plusieurs ? Si oui, qui peuvent-ils être et que peuvent nous dire leurs interactions avec le livre ? Deux formes d’interactions ont été observées à l’issue d’une longue étude des pratiques de lecture dans les Sammelbände : l’interaction intentionnelle, basée sur les annotations du lecteur ou les marques qu’il laisse (tels que les ex-libris), et l’interaction accidentelle comme les taches d’encre et les moisissures. La constitution du sammelband peut aussi indiquer si certains livres ont d’abord appartenu à un autre lecteur que celui qui a commandé le sammelband : Ann-Marie Hansen a remarqué en effet que l’absence de notes sur un livre en particulier dans un sammelband par ailleurs très annoté pouvait régulièrement signifier que ledit livre avait eu une vie antérieure avant qu’il soit adjoint à d’autres titres dans un volume. L’absence de notes, mais aussi des marques répétitives de la même main, sont autant de pistes qui permettent de distinguer un lecteur du Sammelband d’un autre.

Illustration 6: annotations en marge d’un ouvrage historique de la main de Huybert van Buchell (BU d’Utrecht).

Ce procédé d’identification des lecteurs couplé à l’utilisation de la Matrice de Walsby, outil de visualisation qui retrace les provenances d’un livre, sont autant d’outils utiles pour déterminer la vie d’un sammelband au cours des siècles.

Pour clore cette journée, Neil Harris a proposé une conférence donnant un aperçu de la conservation des livres à l’époque moderne à l’aide d’illustrations d’époque. Sa présentation riche en illustrations (enluminures, gravures et peintures) a permis de montrer une évolution dans la pratique de conservation du livre entre la fin du XVe siècle et du XVIIe siècle. C’est en effet à la Renaissance que le livre, longtemps resté posé à l’horizontale sur les étagères, est progressivement représenté à la verticale, la tranche peinte et intitulée du côté de présentation de l’étagère : les représentations esthétiques semblent sur ce point avoir suivi, parfois avec quelque retard, les pratiques. Ce bel aperçu des plus grandes bibliothèques modernes et de leur logique de conservation a ainsi clôturé la première journée d’étude.

Illustrations 7 a et b: Passage de la conservation des livres couchés à la conservation debout.

Réflexions matérielles et thématiques autour d’imprimés français

Trois autres interventions se sont succédé le lendemain. La première a été proposée par Malcolm Walsby sur l’importance du matériel d’imprimerie pour comprendre la composition et le rôle d’un Sammelband. Il est revenu sur leur rôle dans la sauvegarde des exemplaires d’imprimés qu’on croyait à jamais perdus, bien qu’il ait insisté sur le fait cela ne soit pas entièrement dû à la chance mais aussi à une question de contexte. Malcolm Walsby en a fait la démonstration avec un deux imprimés consécutifs dans un même Sammelband, l’un comportant le nom de l’imprimeur, l’autre non. Du fait de leur proximité dans un recueil thématique de livres tous imprimés à Paris dans les années 1560, la comparaison de la typographie des deux ouvrages est facilitée et permet de montrer qu’ils proviennent tous deux de l’atelier de Guillaume Nyverd. L’analyse du matériel d’imprimerie utilisé sur un texte est donc un excellent moyen de se faire une idée de la période de production d’un livre mais également d’établir une corrélation entre les copies survivantes.

Illustration 7: typographie employée par Guillaume Nyverd.

Katell Lavéant, professeure de littérature française à l’université d’Utrecht, proposait une réflexion autour de la question des thématiques de constitution de recueils, en s’inspirant d’abord de son sujet d’étude sur les livres joyeux et de leur présence dans des Sammelbände. Le problème que soulève ce type de littérature est que les Sammelbände du XVIe siècle ont rarement été conservés en tant que tels, et que les lecteurs n’interagissent que dans de rares cas avec le texte, contrairement par exemple avec des livres souvent annotés tels que ceux contenant textes scolaires et d’étude. Katell Lavéant a observé, dans cette dernière catégorie, des exemples dans lesquels le livre pouvait être un support d’exercice pour une langue telle que le latin ou le grec. Les annotations présentes dans les marges sont en effet des réflexions sur la grammaire ou une traduction linéaire du texte. Mais on peut aussi étudier d’autres traces laissées dans les volumes pour comprendre leur organisation thématique. Dans un autre volume, des croix inscrites à la main ont été retrouvées sur les différentes pages de titre du Sammelband indiquant sans doute l’ordre dans lequel les titres devaient être placés dans le recueil factice lors de la reliure.

Illustration 8: des croix marquant les mots importants du titre et un nombre destiné au relieur laissé sur une marge non coupée, dans un exemplaire conservé à la BU d’Utrecht (USTC 39672)

Ce n’est pas une question d’assemblage mais une question de pertinence, puisque chaque titre du volume a une place signifiante selon les souhaits du lecteur. Enfin Katell Lavéant a illustré son intervention avec le cas d’un livre joyeux de l’abbé des conards inclus dans une reliure de pamphlets catholiques2 . Son analyse des textes et la présence de ce livre dans un recueil factice à la thématique polémique lui a permis de conclure que la littérature joyeuse au XVIe siècle est également un moyen d’expression politique et pas seulement de divertissement.

Le professeur Jelle Koopmans, venu de l’université d’Amsterdam, a terminé le cycle de conférence en poursuivant les investigations de Katell Lavéant sur la question des sermons joyeux et du théâtre comique dans la France (post-)médiévale. Son intervention a confirmé que les Sammelbände était responsable de la sauvegarde de nombreux textes de théâtre médiévaux : tous les textes de théâtre médiévaux imprimés en France et parvenus jusqu’à nous ont été conservés dans un Sammelband ! Par ailleurs le format particulier de ces livres étaient caractéristiques des ouvrages dédiés au théâtre. Le format in-folio souvent dit « agenda » (correspondant à la taille d’une feuille A4 pliée dans le sens de la longueur) laissait juste assez de place pour imprimer un texte en octosyllabes avec les didascalies. Il devait être utile pour les acteurs qui avaient besoin de déclamer le texte et de le lire sur scène au besoin. Enfin, sa particularité n‘est pas seulement dans son format mais aussi dans le matériel d’imprimerie utilisé pour les textes ; la gothique bâtarde est en effet la typographie spécifique à ces courts textes dont la littérature était jugée comme populaire.

Illustration 9: Une des pièces du Recueil Trepperel.

Ainsi le professeur Koopmans a-t-il pu clore son étude en présentant le cas de deux Sammelbände partageant probablement la même reliure, le recueil Trepperel et le recueil de Florence. Le professeur fait le triste constat que, si le recueil de Florence est encore aujourd’hui conservé dans sa reliure d’origine, le Recueil Trepperel a quant à lui malheureusement été démantelé au XIXe siècle. Aujourd’hui, l’importance de ces recueils factices poussent les bibliothèques à réfléchir aux meilleurs moyens de les conserver et de les mettre en valeur dans leur collection.

Les interventions de ce cycle de conférence nous ont démontré que les recueils factices sont des trésors de renseignements sur les pratiques de lectures et sur la logique de consultation et de préservation des livres à l’époque moderne. Les humanités numériques sont d’un prompt renfort pour présenter au plus grand nombre les perles que recèle ce patrimoine particulier, tant sur le fond des documents que sur leur forme. Cette école d’hiver était l’occasion de présenter un premier état des recherches sur la question, mais aussi d’évoquer la possibilité de recherches futures, notamment via des appels à candidature consacrés à ces projets.

Isabelle Riquet
Ingénieure de recherche à l’ENSSIB


 

  1. Neil Harris et Ilaria Pastrolin, Briquet Reloaded, Lyon, Institut d’Histoire du Livre 2018. []
  2. Voir sur ce cas son billet “Usages et intérêts d’un recueil factice du XVIe siècle: la trajectoire d’un Sammelband de Paris à Utrecht“, publié sur le blog Histoire du Livre le 18 janvier 2019. []

Journée sur la collection Van Buchell et ses recueils

L’Utrecht Centre for Medieval Studies (UCMS) proposait le 11 octobre 2019 une journée d’étude sur le thème ‘Premodern Reading Cultures’, qui fut consacré aux recueils factices, en collaboration avec le projet Sammelband 15-16. Cette journée, qui attira un public nombreux d’étudiants et de chercheurs, était en particulier consacrée à une collection unique conservée à la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht. On y trouve en effet le fonds Van Buchell, un ensemble de plus de 500 Sammelbände recueillant plus de 2500 livres du XVIe siècle, soit l’une des plus riches collections de Sammelbände de la Renaissance conservées jusqu’à nos jours.

Les fondements d’une collection de Sammelbände et les principes pour l’étudier

Bart Jaski (conservateur à Utrecht1) inaugura la journée en présentant Huybert van Buchell (1513-1599) et la façon dont son ample bibliothèque est entrée dans les collections de la BU.

Illustration 1: Portrait d’Hubert van Buchell conservé à la BU d’Utrecht.

Ce chanoine légua en effet ses livres à l’église Saint Jacques d’Utrecht pour qu’une bibliothèque y soit créée. Cependant, après la création de la première bibliothèque municipale d’Utrecht (stadsbibliotheek), le conseil municipal décida d’intégrer ces livres à ses collections encore restreintes, qui furent ensuite utilisées pour fonder la BU d’Utrecht. Il faut en effet rappeler qu’aux Pays-Bas, c’est le plus souvent dans les bibliothèques universitaires que l’on trouve aujourd’hui les collections patrimoniales. On peut donc considérer van Buchell comme l’un des fondateurs de la BU d’Utrecht.

Malcolm Walsby (ENSSIB) présenta ensuite les principes essentiels de la constitution de Sammelbände au XVIe siècle. Il rappela un point essentiel : l’analyse des Sammelbände permet de comprendre comment différents types d’utilisateurs de livres à la Renaissance assemblaient leurs connaissances dans ces volumes – des lecteurs qui n’étaient pas nécessairement les grands intellectuels de la période, tels Érasme, dont le profil est certes intéressant à étudier, mais pas nécessairement représentatif des lecteurs de leur temps. Étudier les particularités des Sammelbände permet donc d’avoir accès à une large part du lectorat de la Renaissance. Ceci n’est pas anodin, car les Sammelbände étaient un objet omniprésent dans la première modernité. On a pu l’oublier car de nombreux recueils furent démembrés ensuite pour que les titres qu’ils contenaient puissent être achetés séparément par des collectionneurs (en particulier au XIXe siècle). Cependant, on en trouve encore en grand nombre dans les bibliothèques publiques. Comme l’indiqua Malcolm Walsby, à Rennes, 28% de la collection des quelques 2500 livres du XVIe siècle conservés à la Bibliothèque des Champs libres, soit environ 700, se trouvent dans des Sammelbände. Par comparaison, presque 90% de la collection van Buchell sont conservés dans des Sammelbände. Ils furent pour la plupart créés au moment où Van Buchell acheta ses livres, en particulier pendant la longue période qu’il passa à Cologne en tant qu’étudiant, puis dans les trente dernières années de sa vie, comme en témoignent les belles reliures allemandes dont de nombreux volumes sont pourvus.

Illustration 2: Quelques-uns des Sammelbände de van Buchell, avec sa provenance autographe

La collection restant à analyser, Malcolm Walsby proposa des pistes d’étude future. On peut notamment envisager de reconstruire la bibliothèque de Van Buchell en analysant les reliures, mais aussi les cotes inscrites sur les tranches afin de comprendre comment il organisait sa bibliothèque. On peut également analyser comment la collection a été conservée (et transformée) au fil du temps, dans les collections de la bibliothèque universitaire, ce qui offre une fenêtre sur les développements de la BU au fil du temps, et pas seulement à ses débuts. On peut encore analyser les nombreux défaits de reliure imprimés comme manuscrits, que contient la collection, et repérer des unica, préservés uniquement dans la collection Van Buchell, grâce à leur intégration dans les Sammelbände dès leur publication.

De la reliure à l’utilisateur

Bart Jaski revint ensuite dans son intervention sur les défaits de reliure offrant de très nombreux fragments de manuscrits. On a en effet retrouvé dans ces reliures environ 1000 fragments de manuscrits plus ou moins étendus. C’est l’une des plus grandes collections au monde de fragments de manuscrits retrouvés dans des livres possédés par un seul individu. Bart Jaski présenta la collection de manuscrits possédée par l’église Sainte-Marie, à laquelle appartenait Van Buchell, qui fut dispersée pour une grande part : seuls 37 manuscrits de Sainte-Marie (essentiellement des ouvrages religieux) furent transférés ou acquis plus tard par la BU. Bart Jaski analysa le cas spécifique d’un manuscrit, Ms 709, contenant un De natura rerum probablement fait à Paris vers 1300. Sur les 200 folios du manuscrit, environ 50 furent arrachés du manuscrit. Certains de ces folios furent ensuite retrouvés individuellement lors de ventes, mais une partie d’entre eux fut utilisée pour renforcer des reliures de Sammelbände de van Buchell.

Illustration 3 : des fragments du manuscrit Ms 709 de la BU d’Utrecht.

Dans ce cas précis, il semble qu’un seul relieur utilisa ces feuillets à Cologne pour relier une série de livres dans les années 1570 : il est donc probable que van Buchell donna ces feuillets au relieur pour réduire les coûts de reliure, parce qu’il avait emporté tout ou partie du manuscrit à Cologne après son départ d’Utrecht en 1569. Tracer ainsi ces feuillets dans les différentes reliures de la collection van Buchell pourrait permettre de reconstruire de manière virtuelle le manuscrit, comme le billet publié la semaine dernière sur notre blog en proposait les principes .

Katell Lavéant et Ann-Marie Hansen (Université d’Utrecht) centrèrent quant à elles leur approche sur les traces d’usages laissées par des lecteurs successifs dans une série de recueils de la collection Van Buchell. Katell Lavéant se pencha en particulier sur les provenances de plusieurs volumes2. Si l’on observe attentivement les différentes marques laissées dans les volumes, on note différentes cotes de bibliothèques qui marquent le passage d’un volume des étagères de van Buchell à celles des différentes bibliothèques qui l’ont accueilli.

Illustration 4 : différents niveaux de cotations dans un Sammelband de la collection van Buchell.

On note par ailleurs d’autres provenances indiquant que certains des volumes ont appartenu à un ou plusieurs possesseurs antérieurs avant qu’ils ne parviennent à van Buchell, ce qui dénote une circulation des livres particulièrement active dans le milieu des chanoines d’Utrecht, au milieu du XVIe siècle. Au-delà de l’individu, c’est donc tout un milieu d’érudits que l’on peut reconstituer à partir de ces marques de possession. Ann-Marie Hansen approfondit cette question en analysant comment on peut découvrir un véritable écosystème de marques de lecteurs, intentionnelles (annotations, corrections…) comme non intentionnelles (saleté et taches d’encre), qui aident à comprendre la manière dont un ou plusieurs lecteurs ont pu lire un texte, plume en main3. Ce faisceau de marques peut mener à reconstituer un profil de lecteur, qui montre à la fois comment cet utilisateur de livre s’inscrit dans son époque en reprenant des systèmes de notation courants, et comment il peut se démarquer de ses contemporains en créant son propre système d’annotations spécifiques. Les nombreuses annotations laissées par van Buchell dans ses livres ouvrent un large champ à une enquête d’ampleur dans ce domaine.

Illustration 5 : un système d’annotations dans un livre de van Buchell encore à comprendre (USTC 12632)

John Tholen (Université d’Utrecht) élargit ensuite le propos en étudiant un cas de Sammelband du XVIIe siècle, qui montrait bien comment les problématiques abordées via la collection van Buchell peuvent être appliquées à d’autres volumes contemporains ou postérieurs. Son analyse portait sur un Sammelband contenant une traduction en néerlandais par Pieter Cornelisz Hooft des Métamorphoses d’Ovide et un poème de Hooft réécrivant un épisode de la légende troyenne (Amsterdam, Jan van Hilten, 1643). Ce livre fut scindé en deux parties, et on intercala entre la traduction d’Ovide et le poème de Hooft un autre ouvrage, également publié à Amsterdam en 1643 par Jan van Hilten et Jan Barentsz Smient), contenant une réévaluation de la pratique médiévale consistant à christianiser Ovide, et de nombreux repères sur la mythologie grecque. Relativement peu de temps après ces deux publications séparées, un lecteur ou une lectrice souhaita rassembler ces livres en recueil, mais en recomposant l’ordre des différents textes, pour mettre ensemble le texte d’Ovide et ses commentaires, avant la réécriture poétique de Hooft.

Autrement dit, le processus de création d’un Sammelband permettait au lecteur ou à la lectrice de créer son propre livre de lecture et d’analyse, en ajoutant, à la suite du text d’Ovide un apparat critique, absent de la traduction en néerlandais, grâce à l’ajout d’autres titres dans le volume. Ce cas est unique, car on ne trouve pas d’autre Sammelbände qui propose d’une telle manière un texte en néerlandais d’Ovide avec des commentaires. Bien que ce volume ne contienne pas de provenance qui permette d’éclairer l’identité de la personne ayant fait faire ce Sammelband, il apparaît donc clairement que l’on a là affaire à une pratique de mise en recueil visant à faciliter la lecture et à créer un ouvrage plus complexe et permettant une lecture critique à partir d’éditions séparées.

Illustration 6 : page de titre de la traduction néerlandaise de 1643 des Métamorphoses.

Perspectives d’avenir pour la numérisation et la recherche

Arja Firet (chargée de collections à la BU d’Utrecht) présenta enfin le travail de l’équipe de numérisation de la bibliothèque, notamment à partir des premiers essais à partir d’un volume de la collection van Buchell, pour réfléchir au potentiel des nouvelles techniques de numérisation mais aussi des défis posés par les objets de cette collection. Pour la bibliothèque, il s’agit de pouvoir donner un large accès aux collections tout en protégeant les matériaux fragiles qui ne peuvent pas toujours être communiqués au public, et de faciliter la recherche dans le domaine des humanités numériques, notamment grâce à de nouvelles fonctions de ‘text mining’ (en permettant la recherche de mots et phrases spécifiques dans les images numériques du texte). Pour le projet Sammelband 15-16, il s’agit, grâce à cette collaboration avec la BU d’Utrecht, de trouver les meilleurs moyens de montrer l’état physique complet du volume. Il faut pouvoir rendre compte de l’état et de l’aspect de la reliure, des annotations et autres traces d’utilisation, ce qui ne va pas sans poser des problèmes techniques spécifiques : comment par exemple scanner les fragments médiévaux dans les reliures ? Faut-il les détacher pour les scanner, puis les recoller ensuite, ou respecter l’intégrité du volume, au risque de perdre la lisibilité de ces fragments ? Autant de défis qui occuperont les deux équipes dans les mois et années à venir, dans le cadre d’un projet ambitieux de numérisation du plus grand nombre possible de Sammelbände de la collection van Buchell.

Illustration 7 : un premier essai de numérisation d’un Sammelband de van Buchell par la BU d’Utrecht.

La journée comprenait également une présentation d’une sélection de livres présentant les caractéristiques des Sammelbände de la collection van Buchell discutées pendant les présentations : décors et caractéristiques de reliures allemandes, défaits de reliure manuscrits et imprimés, annotations et provenances firent l’objet d’une analyse livre en main, qui permit également aux participants de mieux se rendre compte des détails matériels de ces ouvrages.

Illustrations 8 et 9 : la présentation de volumes de la collection aux participants.

Toutes ces interventions ont souligné l’importance, tant quantitative que qualitative, des Sammelbände conservés à la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht et l’ampleur du travail de recherche qui s’ouvre sur la collection van Buchell, ainsi que la nécessité d’une entreprise d’analyse globale et innovante des Sammelbände de la première modernité.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

  1. Le blog de la SBF a publié un entretien avec Bart Jaski sur les collections spéciales de la Bibliothèque universitaire d’Utrecht en octobre 2018. []
  2. Elle avait analysé sur ce blog le cas d’un Sammelband spécifique. []
  3. Voir également le billet qu’elle a consacré à ce sujet sur notre blog . []

Entretien avec… Bart Jaski (Bibliothèque universitaire d’Utrecht)

Avec ce billet, le blog de la SbF inaugure une nouvelle série, qui permettra à ses lecteurs et lectrices de découvrir les collections de bibliothèques moins connues que celles des grandes institutions, grâce à des entretiens avec les personnes chargées de leur conservation et de leur ouverture au public.

L’Université d’Utrecht aux Pays-Bas accueille quelque 30 000 étudiants et chercheurs. Sur le campus de l’Uithof, l’imposante Bibliothèque universitaire recèle des trésors. Pour les découvrir, il faut se rendre au sixième étage, dans les « collections spécialisées » (‘bijzondere collecties’), où livres et documents anciens et précieux sont conservés et proposés à la consultation.

Les collections spécialisées de la BU d’Utrecht contiennent un grand nombre de manuscrits et d’imprimés, qu’il s’agisse d’œuvres littéraires, d’échanges épistolaires, de cartes et de chartes terrestres et maritimes. La section se charge de choisir, d’acquérir, mais surtout de conserver, de cataloguer et de mettre en valeur ces précieux objets. Les étudiants, mais aussi leurs professeurs et chercheurs, ainsi que tout type d’amateur, peuvent y venir à la rencontre du passé à travers des matériaux riches en histoire et dont les caractéristiques matérielles sont parfois frappantes.

Dr Bart Jaski est le conservateur des manuscrits et livres anciens imprimés de cette section. Il répond à nos questions.

 Bart Jaski (© Maartje ter Horst)

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Le cœur de la collection est formé de manuscrits et de livres imprimés provenant de monastères et de chapitres d’églises d’Utrecht, confisqués lorsque que la ville devient une cité protestante en 1584.  Bien que la confiscation n’ait pas toujours été réussie, des centaines de livres furent rassemblés dans l’église de Saint-Jean, au centre de la ville, dans ce qui devint par la suite la nouvelle bibliothèque municipale. Lorsque l’université fut fondée en 1636, la bibliothèque municipale devint également la bibliothèque universitaire. A ce stade, plusieurs milliers de livres touchant à toutes les branches des sciences (et notamment à la théologie et au droit) furent ajoutés à la collection par des dons. Les dons et les acquisitions se sont poursuivis et la collection est donc aujourd’hui plus diverse que jamais.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Parmi les manuscrits médiévaux, la majorité ont été produits à Utrecht, notamment au XIVe et au XVe siècles. Nous comptons maintenant environ 750 manuscrits de l’époque médiévale et 900 incunables. Au total, les collections spécialisées contiennent environ 1,5 million de documents : tous les matériaux de la BU produits avant 1900, ainsi que tous les livres, manuscrits, cartes et archives rares ou précieux produits après 1900. Nous n’avons pas de grande collection en hébreux telle qu’il en existe à Amsterdam, ou de collection asiatique comme à Leiden. Nous, nous avons une collection académique liée à l’histoire d’Utrecht.

L’un des joyaux de la collection, le ‘Psautier d’Utrecht‘, un manuscrit du IXe siècle classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO

Pouvez-vous nous présenter quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Je vais prendre mes exemples parmi les documents qui ont été numérisés et publiés sur le site de la bibliothèque.

En ce qui concerne les manuscrits, je prendrai l’exemple du Ms. 5 J 27. C’est un exemple typique du livre d’heures néerlandais (v. 1460-70), écrit et décoré à Utrecht, par un maître qui avait un style bien à lui : un peu cru, mais efficace. Lorsque vous voyez l’original, l’or scintille véritablement : c’est vraiment un livre “enluminé”, ce qu’aucune reproduction ne peut recréer.

Le manuscrit 5 J 27, ff 85v-86r de la BU d’Utrecht

Pour représenter notre collection de livres imprimés, le meilleur exemple est notre exemplaire de Johann Bessler, Das triumphirende perpetuum mobile Orffyreanum (Kassel, 1719). Il fait partie des textes produits par Bessler pour s’attribuer l’invention du mouvement perpétuel et de la discussion scientifique qui entoure ce sujet. C’est un thème qui est encore débattu aujourd’hui, puisque les chercheurs tentent toujours de percer le secret de Bessler, mais c’est aussi un sujet qui touche des problématiques contemporaines telles que le mécénat, la recherche, les droits d’auteurs et de reproduction, etc. Notre exemplaire contient une inscription qui montre qu’il fut donné par Bessler lui-même.

Enfin, notre carte de l’Europe par Willem Blaeu, datant d’environ 1615 est également un document historique impressionnant. Imprimée sur du parchemin, et utilisée sur un navire, elle montre les dernières découvertes néerlandaises dans et autour de la Mer Arctique.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ? Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Sur notre page d’accueil, nous présentons nos derniers objets numérisés, accompagnés de courts essais explicatifs. Les textes sont écrits soit par les conservateurs soit par les chercheurs, et vont au-delà des simples méta-données, pour informer plus en profondeur le public académique mais aussi le grand public. Nous espérons que ces essais contribuent à la visibilité et l’accessibilité des objets.

Néanmoins, on ne trouve là qu’une petite partie des milliers de documents déjà numérisés. Des étudiants en histoire de l’art décrivent également, une sélection de nos manuscrits pour Wikipédia dans le cadre de leur formation. Ceci nous aide également à mettre en valeur nos documents, tout en leur donnant l’occasion de travailler sur des manuscrits anciens et de se former à la pratique d’une rédaction formelle et de qualité. Nos collections et nos archives sont publiées dans notre Repertorium, un répositoire numérique, mais elles sont uniquement accessibles en néerlandais. En ce qui concerne nos livres imprimés, nos cartes et une partie de nos manuscrits, ils sont dorénavant accessibles via WorldCat.

Nous n’avons pas d’espace dédié à l’exposition, mais nous coopérons avec plusieurs musées et institutions qui exposent des documents provenant de nos collections spécialisées. Nous participons également aux manifestations culturelles que proposent l’université et la ville d’Utrecht, telles que l’opération “Meet the Professor” ou encore les “dimanches culturels”. Nos projets de géoréférencement ont eux aussi rencontré un large succès auprès du grand public. Vous pouvez donc constater que nous utilisons une grande variété de stratégies pour la mise en avant des collections spécialisées de la bibliothèque.

La salle des cartes des collections spécialisées de la BU d’Utrecht, lors d’une séance de présentation avec des étudiants (© Ivar Pel)

Quelle vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

J’en nommerai deux. Tout d’abord, il y a le défi du tout numérique. C’est très difficile de rester à jour : bien que ce soit une option séduisante puisqu’elle offre de nombreuses possibilités, il y a également des pièges à éviter. J’ai pu voir beaucoup d’argent et de temps investis dans des sites qui n’existent plus aujourd’hui. En ce moment, les humanités numériques ont le vent en poupe, et en tant que conservateur, je veux rester à la page concernant ce qui se passe et les manières par lesquelles je peux épauler les chercheurs. Malheureusement, cela vient parfois se heurter à ma mission de mise à disposition de la collection dans des projets plus traditionnels (colloques, expositions…), auxquels on me demande de plus en plus de collaborer et d’apporter mon expertise.

Cela m’amène à mon second défi : le besoin de porter des projets et d’épauler les chercheurs prend beaucoup de temps et cela impacte parfois des missions basiques mais essentielles telle que la mise en œuvre d’inventaires et d’archives numériques de la collection, auxquelles ne sont pas donnés le temps et l’attention requis. Avec deux conservateurs et deux autres personnes aux missions diverses (reproduction, communication, gestion de projets et de subventions), nos moyens sont limités. Pour autant, pour une si petite équipe, nous avons déjà beaucoup accompli et ça reste un plaisir de travailler avec les documents anciens, que ce soit pour les étudiants ou pour une exposition, numérique ou non. Le défi le plus important est certainement de faire en sorte de continuer à aimer mon métier, malgré les pressions qui l’entourent.

Entretien réalisé par Erell Smith (étudiante en master de recherche à Rennes II), en collaboration avec Katell Lavéant (Université d’Utrecht).