Georges Petit (1878-1956), bibliophile belge méconnu, et l’inventaire des éditions parisiennes des XVe et XVIe siècles

Industriel liégeois qui travailla pour l’entreprise sidérurgique et charbonnière Ougrée-Marihaye et dont la famille est originaire du sud du Luxembourg belge, Georges Petit, dit de Grandvoir, est sans conteste l’une des figures majeures de la haute bibliophilie belge de la première moitié du xxe siècle. À l’inverse de bibliothèques constituées par d’autres grands collectionneurs de son époque, sa collection est restée en grande partie méconnue de la communauté du livre, car ses héritiers refusèrent de la liquider après son décès. Un catalogue de vente aurait ainsi permis d’attirer l’attention des spécialistes du livre sur cette collection de haut vol, à l’instar de celle de son compatriote Hector De Backer (1843-1925), premier président de la Société des bibliophiles et iconophiles de Belgique et dont la bibliothèque fut mise aux enchères à Paris entre 1926 et 19281.

Georges Petit n’est pourtant pas un inconnu des cercles bibliophiliques puisqu’il fut membre de plusieurs sociétés belges où se côtoyaient de nombreux amateurs de livres anciens et précieux issus de la noblesse, de la bourgeoisie industrielle et des milieux académiques. Il fut notamment sociétaire de la Société des bibliophiles et iconophiles de Belgique, de l’éphémère Antichambre des cieux durant la Seconde Guerre mondiale et de l’Union liégeoise du livre et de l’estampe (section de la Société d’émulation). Il publia même ses Souvenirs d’un bibliophile de manière anonyme dans la collection des Entretiens de l’Antichambre des cieux en 19422. Dans ce texte, il nous apprend notamment que le libraire et éditeur d’art bruxellois Edmond Deman (1857-1918) guida ses premiers pas dans le monde de la haute bibliophile3.

Illustration 1 : [Georges Petit], Souvenirs d’un bibliophile, Liège, Desoer, 1942 (© coll. Fr. Gothier).

Amateur éclairé, Georges Petit acquit au cours de sa vie plusieurs milliers de livres et de gravures anciennes, tant en Belgique qu’à l’étranger (Amsterdam, Londres, Paris, Berlin, Francfort…). Il avait un goût prononcé pour les incunables, les romans de chevalerie ainsi que pour les comica et les erotica ; ces deux derniers genres étant composés de pièces datant principalement des xviie et xviiie siècles. Avec quelque 500 éditions imprimées au xve siècle provenant principalement de centres italiens et germaniques, la bibliothèque de Georges Petit apparaît comme l’une des bibliothèques privées les plus riches de Belgique de son temps. À titre de comparaison, la Bibliothèque royale de Belgique possède un peu plus de 3200 incunables et celle de l’Université de Liège autour des 400 unités. En outre, à plusieurs reprises, le Catalogue des livres imprimés au quinzième siècle des bibliothèques de Belgique de Marie-Louis Polain signale des exemplaires Petit comme étant les seuls conservés en Belgique, telle cette traduction française du De bello Judaico de Flavius Josèphe imprimée sous le titre De la bataille judaïque pour Antoine Vérard après le 7 décembre 14924. Les livres de Georges Petit se distinguent également par la qualité de leurs reliures. Sur les étagères de sa bibliothèque reposaient des reliures gothiques en excellent état de conservation aux côtés d’élégants maroquins signés par les grands noms de la reliure française, tels que Chambolle-Duru, Léon Gruel ou encore Blanchetière-Bretault5.

À partir de 2018, le nom de Georges Petit refit surface sur le marché de l’art. La maison Artcurial à Paris proposa ainsi aux enchères, le 11 décembre, 95 lots sous la rubrique « De l’ancienne bibliothèque de Georges Petit de Grandvoir (1878-1956) : incunables, manuscrits enluminés, reliures décorées ». Sont notamment décrits une trentaine d’incunables, un splendide livre d’Heures manuscrit à l’usage de Bourges et attribué au Maître du Spencer 6 et à Jean de Montluçon ainsi que l’exemplaire nominatif du catalogue de Polain6. Depuis sa fondation il y a deux années, la maison Arenberg Auctions à Bruxelles a fait passer sous le marteau près de 700 lots issus de cette collection.

Les différents catalogues de vente produits à ces occasions constituent assurément un bon point de départ pour une première tentative de reconstitution de la collection Petit. Ils demeurent également de précieux auxiliaires bibliographiques pour contribuer à la reconstruction du catalogue d’anciennes officines typographiques, en témoignent ces trois impressions parisiennes des xve et xvie siècles qui étaient jusqu’à maintenant considérées comme non localisées ou inconnues.

Évoquons en premier lieu ce recueil miscellanées in-quarto contenant le De puritate conceptionis de Robert Gaguin, sorti des presses de Félix Baligault vers 1495, et les Carmina de Guillaume Castel attribués à Jean Maurand et parus à la même époque, tous deux recouverts par une reliure en vélin moderne.

Illustration 2 : Robert Gaguin, De puritate conceptionis Beate Marie Virginis, [Paris], Félix Baligault, [ca 1495], 4° (© Arenberg Auctions).

Si l’édition de Gaguin est bien documentée7, celle du tourangeaux Castel cependant n’est connue que par un exemplaire conservé à la bibliothèque du Taylor Institute d’Oxford, incomplet du dernier cahier8. La liquidation de la bibliothèque de Georges Petit permit ainsi de découvrir en octobre 2018 un exemplaire complet, composé de 20 feuillets avec la collation suivante : a-b8 c4. Le verso du premier feuillet contient également un court poème de sept distiques :

« Lodoicj Bussolij Celte Augu | stodune(n)sis In priorem Guielmij Castelli turone(n)sis eius praeceptoris | elegiam Argumentum »9.

Georges Petit acquit vraisemblablement ce volume après le passage de Marie-Louis Polain à son domicile au début des années 1930, car l’ouvrage n’est pas renseigné dans le Catalogue des livres imprimés au quinzième siècle des bibliothèques de Belgique ni dans d’autres inventaires et bases de données d’incunables.

Parmi la riche collection de romans de chevalerie de Petit, figure un exemplaire unique des Proesses et vaillances du preux Hercules de Raoul Lefèvre, imprimé par Michel Le Noir en 1508 au format in-quarto en 94 feuillets et relié dans un maroquin bordeaux doré du xviiie siècle.

Illustrations 3-4 : Raoul Lefèvre, Proesses et vaillances du preux Hercules, Paris, Michel Le Noir, 1508, 4° (© Arenberg Auctions).

Il s’agit d’une compilation des six derniers chapitres du livre I et du livre II en entier du Recueil des histoires troyennes, que l’ancien chapelain de Philippe le Bon avait rédigé en 146410. L’ouvrage est illustré d’un grand bois sur la page de titre et de 29 gravures in texte. L’Inventaire chronologique des éditions parisiennes du xvie siècle et le catalogue des gothiques français de Guy Bechtel le renseignent comme non localisé, en revoyant au catalogue du duc de La Vallière (s’agit-il du même exemplaire ?) et au Manuel de Brunet11. L’Universal Short Title Catalogue, pour sa part, précise qu’aucun exemplaire encore conservé n’est connu (« No Known Surviving Copy »)12.

Terminons cette rapide énumération avec cet autre exemplaire unique d’un livre d’heures en latin selon l’usage de Rome imprimé sur vélin par Gilles Hardouyn vers 1508, au format in-octavo en 90 feuillets et avec la collation suivante : A-K8 L4 M613. L’ouvrage avait intégré l’Inventaire chronologique des éditions parisiennes grâce à la description sommaire donnée par le libraire Eggimann dans un catalogue de vente publié en 193314. Ce livre, relié dans un maroquin rouge doré moderne, est illustré de 18 gravures sur métal et de nombreuses lettrines finement rehaussées d’or et de couleurs. Il fut daté d’après son almanach pour les années 1508-1520 au feuillet a1v.

Illustrations 5-6 : Horae ad usum Romanum, Paris, Gilles Hardouyn, [ca 1508], 8° (© Arenberg Auctions).

La collection de Georges Petit recèle d’autres pépites bibliographiques de ce genre et une étude approfondie permettrait assurément de dévoiler l’un ou l’autre fantôme bibliographique ainsi que de venir compléter nos connaissances sur les catalogues d’ateliers d’imprimeries des débuts de l’ère typographique, non seulement pour ceux de Paris, mais aussi plus largement d’autres centres européens.

Renaud Adam
Arenberg Auctions, Bruxelles


  1. Bibliothèque de feu M. Hector de Backer, Paris, Librarie Henri Leclerc pour L. Giraud-Badin, 1926-1928. []
  2. [Georges Petit], Souvenirs d’un bibliophile, Liège, Desoer, 1942. []
  3. Ibid., p. 31-34. []
  4. Marie-Louis Polain, Catalogue des livres imprimés au quinzième siècle des bibliothèques de Belgique, t. 2, Bruxelles, Société des bibliophiles et iconophiles de Belgique, 1932, n° 2336. Dans ses Souvenirs, Georges Petit précise qu’il acheta cet exemplaire à Liège lors de la vente Vierset de Huy et qu’il eut comme compétiteur le libraire Vyt de Gand (Souvenirs d’un bibliophile, op. cit., p. 28). []
  5. Georges Petit ne fit que très rarement relier ses propres livres, préférant acquérir des exemplaires dans des reliures de choix. Une mauvaise expérience avec le relieur bruxellois Malcorps le décida de ne plus recourir au service de restaurateurs. À propos d’un petit incunable parisien confié à cet artisan, il se souvient que « cet animal ne surveilla pas son bain d’eau de javelle (sic) et il [lui] rendit [s]on volume à moitié coulé » (Souvenirs d’un bibliophile, op. cit., p. 54). []
  6. Livres et manuscrits. Mardi 11 décembre 2018, Paris, Artcurial, 2018, lot 1-33, 95. Le catalogue est consultable en ligne (consulté le 14 octobre 2020). []
  7. Robert Gaguin, De puritate conceptionis Beate Marie Virginis, [Paris] : Félix Baligault, [circa 1495], ISTC ig00022000, GW 10460. []
  8. Guillaume Castel, Carmina, [Paris : Jean Maurand, circa 1495], ISTC ic00250500 ; Rhodes (Oxford Colleges) 521. []
  9. Veiling boeken & prenten. Vente publique livres & estampes. Auction books & prints. 12-13.10.2018, Bruxelles, Arenberg Auction, 2018, lot 841. Le catalogue est consultable en ligne (consulté le 17 octobre 2020). []
  10. Le Noir avait imprimé l’ouvrage pour la première fois en 1500. Voir Sergio Cappello, « Michel Le Noir (1486-1520), éditeur de romans. Pour un recensement des éditions perdues », Le Moyen Français, 83 (2018), p. 9. []
  11. Brigitte Moreau, Inventaire chronologique des éditions parisiennes du xvie siècle, tome 1, Paris, Imprimerie municipale, 1972, 1508 :144 = BP 16 101174 ; Guy Bechtel, Catalogue des gothiques français, 1476-1560, 2e édition, Paris : Giraud-Badin, 2010, L-82. []
  12. Raoul Lefèvre, Les proesses et vaillances du preux Hercules, Paris, Michel Le Noir, 1508 (=1509 n.s.), USTC 64961 []
  13. Veiling boeken & prenten. Vente publique livres & estampes. Auction books & prints. 13-14.12.2019, Bruxelles, Arenberg Auction, 2019, lot 817. Le catalogue est consultable en ligne (consulté le 17 octobre 2020). []
  14. Inventaire chronologique des éditions parisiennes du xvie siècle, op. cit., tome 1, 1508 : 114 = BP16 101144 ; USTC 182865. []

Vers la numérisation des catalogues de vente des bibliothèques privées : le projet MEDIATE

Le projet MEDIATE (Measuring Englightenment. Disseminating Ideas, Authors and Texts in Europe, 1665-1830) a pour but d’étudier la circulation européenne des livres à l’époque des Lumières. Prenant appui sur un corpus numérisé de plusieurs centaines de catalogues de vente de bibliothèques privées, il vise à développer une base de données qui permette de cartographier le monde des collectionneurs dans l’Europe de l’époque moderne et d’analyser leurs goûts intellectuels, ainsi que leurs pratiques bibliophiles et commerciales.

Illustration 1 : capture du site web du projet.

Étudier le champ littéraire du long XVIIIe siècle

Financé entre 2016 et 2021 par le Conseil européen de la Recherche (ERC), le projet est mené par une équipe de chercheurs de l’Université Radboud aux Pays-Bas sous la direction d’Alicia C. Montoya.1 Le projet a pour objectif d’étudier la circulation des livres en Europe au XVIIIe siècle, avec un intérêt particulier pour ces livres qui ont été associés avec le mouvement des Lumières. À cette fin, nous sommes actuellement en train de développer une base de données qui hébergera des données extraites d’un corpus de plusieurs centaines de catalogues de bibliothèques privées imprimés aux Provinces-Unies, en France, au Royaume-Uni et en Italie entre 1665 et 1830 (et un petit nombre de catalogues et d’inventaires supplémentaires provenant d’autres pays, dont la Belgique actuelle, Espagne et les pays scandinaves).
Notre hypothèse est que si l’on veut saisir la diffusion des livres et des auteurs associés au mouvement des Lumières, il est essentiel de comprendre leur positionnement dans le champ culturel plus large. Car ces livres et auteurs jouent un rôle non pas de façon isolée, mais en tant que participants à des réseaux plus vastes reliant les œuvres et auteurs chevronnés à leurs collègues oubliés aujourd’hui, et constituant ensemble un véritable système littéraire. Pour comprendre l’impact culturel de chaque auteur, nous devons considérer ses textes comme faisant partie d’un réseau de relations entre des textes de prestige supérieur et inférieur, des régions géographiques et des langues, et entre des auteurs plus proches et plus éloignés des centres d’autorité culturelle. Or, un champ si large ne peut pas être compris que par le biais d’une approche numérique, capable de digérer des données concernant les centaines de milliers de textes publiés et consommés au cours de cette époque historique.

Sur les traces de Daniel Mornet : les catalogues de bibliothèques privées comme source pour l’histoire intellectuelle européenne

Notre projet renoue avec l’approche de Daniel Mornet dans son article pionnier sur « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1780) », dans lequel il a cherché à identifier, sur la base d’un corpus de catalogues de vente de bibliothèques privées françaises conservé à la Bibliothèque Municipale de Toulouse, les best-sellers du XVIIIe siècle.2 La simple question que Mornet a posée, à savoir : Qu’est-ce que les Français ont lu pendant cette période ? s’inscrivait dans un projet plus vaste portant sur les questions de changement historique. Comment les idées qui auraient jeté les bases intellectuelles de la Révolution française ont-elles pu être largement connues et acceptées ? Est-ce que ces idées peuvent être liées à des livres et à des réseaux d’écrivains et de lecteurs spécifiques ?
Malgré l’existence de nouveaux outils numériques puissants qui permettraient de refaire l’étude de Mornet avec plus de précision, à une échelle plus large, il n’y a eu jusqu’à présent aucune tentative d’exploiter systématiquement les possibilités offertes par l’énorme corpus des catalogues de vente de bibliothèques privées conservés en France et ailleurs, et d’identifier la masse des livres effectivement achetés au siècle des Lumières.

Illustration 2 : première page de l’article fondateur de Daniel Mornet.

Relevant ce défi, le projet MEDIATE est actuellement en train de créer un corpus numérique de plusieurs centaines de catalogues de bibliothèque privées publiés entre 1665 et 1830. Nos recherches couvrent quatre zones géographiques – les Provinces-Unies, le Royaume-Uni, la France et l’Italie – choisies en fonction de leur apport au mouvement des Lumières, et du rôle de ces régions dans les réseaux intellectuels et dans le commerce du livre au XVIIIe siècle. Nos sources comprennent notamment les catalogues de vente néerlandais répertoriés et photographiés par Bert van Selm et ses collaborateurs, actuellement numérisés dans la collection Book Sales Catalogues Online (BSCO), ainsi que les catalogues de bibliothèques privées décrits dans d’autres répertoires tels que ceux de Françoise Bléchet pour la France, et Alan Munby et Lenore Coral pour le Royaume-Uni.3 

Nous axons notre travail de récolte sur les bibliothèques de taille « petite » ou « moyenne », c’est-à-dire celles dont le catalogue cite moins de 1 000 lots, car celles-ci devraient nous permettre de cibler non pas les plus grandes collections, mais au contraire les collections de la sous-élite, ou le public « moyen » destinataire de la littérature qui nous intéresse. Le caractère supposément privé de ces collections, en effet, nous permet d’étudier la circulation des idées du point de vue de la réception plutôt que de la production des livres, en nous fournissant des indications sur leurs lecteurs possibles. Tout en restant conscients des dangers d’une approche axée sur la seule possession des livres – un livre en bibliothèque n’équivaut évidemment pas un livre réellement lu4  – nous posons que la possession d’un livre nous fournit des indications précieuses sur les aspirations intellectuelles du collectionneur, sur l’association de certains groupes sociaux ou professionnels avec certains types de lecture, ainsi que sur le prestige accordé à certains livres comme forme de capital culturel.

Une base de données en cours de constitution

Nous sommes actuellement en train de transcrire le corpus des catalogues sélectionnés par une combinaison de technologie de reconnaissance optique de caractères (OCR) et de post-correction manuelle. Les transcriptions de ces catalogues et les données que nous en aurons extraites – comprenant à ce jour déjà quelque 300 000 notices sur des livres individuels recensés dans les catalogues – seront mises à la disposition des chercheurs dans une base de données en libre accès dès 2021.

 

Illustration 3 : transcription de la première page du Catalogue des livres de M. Deschamps.

Ces données ont été enrichies par des métadonnées sur les catalogues, les possesseurs et autres personnages mentionnés dans les catalogues, ainsi que sur plusieurs autres entités, comme les lieux de publications. Les noms d’auteurs sont en outre liés au fichier d’autorité international virtuel (VIAF), et celles sur les éditeurs et les lieux au Thesaurus du CERL (Consortium of European Research Libraries).

Illustration 4 : métadonnées sur le possesseur de la bibliothèque décrite dans le Catalogue Deschamps 1748.

La base de données permet d’interroger cette masse de données et de métadonnées sous divers angles. Le schéma de base comprend actuellement huit entités : Persons (personnes), Places (lieux), Collections, Catalogues, Categories (catégories attribuées par le rédacteur du catalogue), Items (livres ou autres objets décrits dans le catalogue), Editions et Works (œuvres, pris au sens général).5  Ces entités contiennent à leur tour plusieurs propriétés en fonction desquelles on peut évaluer les données. Par exemple, si on s’intéresse à la matérialité des livres, on peut filtrer les résultats de recherche sous « item » pour trouver ceux dont la description contient des remarques sur la qualité du papier, sur la reliure ou sur la présence de notes manuscrites ou d’illustrations. Il y a également la possibilité d’appliquer plusieurs filtres en même temps.

Illustration 5 : capture d’écran d’une sélection de « items » obtenus après l’application de deux filtres : « Jean de La Fontaine » dans « People » + « binding » (reliure) dans « Material details ».

Quant à des questions plus générales concernant les caractéristiques et le développement des catalogues des bibliothèques privées, l’étude comparative des pages de titre, des paratextes et des classifications des livres dans les catalogues met en lumière d’intéressants parallèles, mais aussi des différences nationales importantes entre les pratiques des rédacteurs et libraires-éditeurs dans nos quatre régions et même entre les différents centres d’impression à l’intérieur d’un seul pays.

 

Illustration 6 : Page de titre et première page du Catalogue de Tronchin père et fils 1784. Catalogue de vente publié à Paris et organisé selon le système dit des libraires de Paris. La page de titre contient les informations essentielles sans être très chargée.
Illustration 7a : première page du Catalogue de M. Lambert 1784. Le catalogue a sans doute été imprimé à Saint-Omer et ne comportait probablement pas de page de titre séparée. Les livres sont rangés selon les formats.
Illustration 7b : Page de titre du Catalogue de la bibliothèque d’Ysbrand ‘t Hoen, publié à La Haye en 1790. On remarque le caractère bien rempli de cette page. Les variations typographiques servent à mettre en évidence les différents éléments d’informations. Les livres sont classés à la fois selon les matières et selon les formats.
Illustration 8 : Page de tire et première page du Catalogue de la bibliothèque de Michael Lort, imprimé à Londres en 1790. Comme celle du catalogue néerlandais de ‘t Hoen, sa page de titre contient beaucoup d’informations, entre autres le prix du catalogue. Le catalogue suit l’ordre de la vente et range les livres par formats.

Pour ce qui regarde notre intérêt porté aux « best-sellers » des Lumières, la fonction « rank » (classer) sous « Persons » permet de créer des classements de noms d’auteurs, traducteurs, éditeurs etc. associés à des « items » selon le nombre d’occurrences dans les catalogues.

Illustration 9 : les 15 auteurs dont on trouve le plus de livres (« items ») dans a. l’ensemble des catalogues (à gauche) b. les catalogues français (à droite).

La base fournit en outre des possibilités de visualisation des données, comme par exemple une représentation graphique de la composition des collections du point de vue de la date de publication des livres ou bien une carte de lieux (de publication, de naissance etc.) cités dans l’ensemble des catalogues ou dans une sélection du corpus.

Illlustration 10 : les dates de publication des livres contenus dans le Catalogue des livres de M. Deschamps.
Illustration 11 : les lieux de publication (connus) des livres répertoriés dans les catalogues de la décade 1680-1690.

En concevant ainsi une base qui fournit des moyens pour exploiter l’extrême richesse des données contenues dans les catalogues de bibliothèques privées à plusieurs niveaux et selon diverses modalités, nous avons créé un instrument de recherche susceptible à être utilisé avec fruit par une large communauté de chercheurs, d’étudiants et d’autres personnes qui s’intéressent à l’histoire culturelle du XVIIIe siècle européen. Des champs de recherches aussi diverses que celui des provenances, des prix sur le marché du livre de seconde main, de la géographie du livre, des formats et des langues privilégiés, de la composition des bibliothèques, de l’organisation des savoirs, des réseaux sociaux à l’époque moderne et des pratiques de collection et de commerce pourraient effectivement en profiter, de sorte que l’intérêt de la base dépasse largement celui de la question qui est à l’origine de sa création.

Vers un écosystème de bases de données

La richesse des informations récoltées ainsi que notre constat que les instruments bibliographiques existants sont loin de fournir un répertoire exhaustif des catalogues publiés nous a porté à créer une deuxième base de données, qui servira à la fois à compléter les bibliographies publiées jusqu’ici et à contextualiser les données contenues dans la base MEDIATE. Cette deuxième base, intitulée BIBLIO (Bibliography of Individually-owned Book and Library Inventories Online), contiendra des informations bibliographiques sur tous les catalogues de bibliothèques privées britanniques, français, néerlandais et italiens imprimés dans la période 1665 – 1830, dont nous avons conservé la trace.6 

             Nous nous rendons bien compte  du fait que les catalogues (de vente) de bibliothèques privées ne représentent qu’une seule source – particulièrement riche, certes – sur le marché du livre au XVIIIe siècle, et que les données qu’ils nous livrent comportent des parti pris spécifiques et demandent d’être maniées avec caution. Pour bien mesurer l’impact des ouvrages et des auteurs dans le champ littéraire, il est nécessaire de les étudier à travers une gamme de sources diverses, touchant non seulement à la réception, mais aussi à la production et la mise en circulation du livre. C’est pourquoi notre projet MEDIATE consolidera les collaborations déjà existantes avec un certain nombre d’autres projets numériques en histoire du livre, sur d’autres types de source, afin de créer un écosystème de bases de données interopérables. Cette collaboration implique actuellement les projets bibliométriques de Simon Burrows à l’Université de Western Sydney, FBTEE (French Book Trade in Enlightenment Europe, 1769-1794) et MPCE (Mapping Print Charting Enlightenment), le CERL Thesaurus  du Consortium of European Research Libraries, les bibliographies nationales comme le Short-Title Catalogue Netherlands à la Bibliothèque Royale à La Haye, le projet Universal Short-Title Catalogue, à l’Université de St Andrews, le projet Footprints: Jewish Books Through Time and Place aux États-Unis, et bien d’autres. L’interopérabilité que nous visons à établir entre ces différents projets numériques nous permettra de créer un vaste réseau de données portant sur les différents aspects de l’histoire du livre et de pouvoir cartographier la circulation des livres en Europe à l’époque des Lumières.

Visitez notre blog THE MEDIATOR
& Suivez-nous sur Twitter : @mediate18c

Texte établi par Helwi Blom et Alicia Montoya
Université de Nimègue

  1. Ce projet a bénéficié d’une subvention du Conseil européen de la recherche (ERC) dans le cadre du programme de recherche et innovation de l’Union Européenne Horizon 2020 sous la convention no. 682022. Voir pour de plus amples informations le site web du projet, www.mediate18.nl, qui contient entre autres les noms des membres de l’équipe ainsi que des détails sur leurs sous-projets individuels. []
  2. Daniel Mornet, « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1780) », Revue d’histoire littéraire de la France 17 (1910), p. 449-96. []
  3. Voir Bert van Selm, Hans Gruys, et Henk de Kooker, continue par Karel Bostoen, Otto Lankhorst, Alicia C. Montoya et Marieke van Delft (dir.), Book Sales Catalogues Online ; Françoise Bléchet, Les ventes publiques de livres en France, 1630–1750: répertoire des catalogues conservés à la Bibliothèque Nationale. Oxford, Voltaire Foundation, 1991 ; Alan N. L Munby et Lenore Coral, British Book Sale Catalogues 1676–1800: A Union List. []
  4. Sur les précautions à prendre en utilisant comme source les catalogues de vente des bibliothèques privées, voir Helwi Blom, Rindert Jagersma et Juliette Reboul, « Printed Private Library Catalogues as a Source for the History of Reading », dans Mary Hammond (dir.), The Edinburgh History of Reading I : Early readers. Edinburgh, Edinburgh University Press. À paraître en avril 2020. []
  5. En distinguant trois niveaux pour identifier nos livres – Work, Manifestation (ou édition), Item – nous reprenons le modèle FRBR (Functional Requirements for Bibliographical Records). Nous laissons de côté, pour des raisons pratiques, le niveau « Expression ». []
  6. Les catalogues français feront également l’objet d’une étude plus développée en deux volumes sous le titre  Printed catalogues of private libraries published in France during the hand-press era, a bibliographical survey (par Helwi Blom, sous contrat chez Brill à Leiden). []

Les catalogues de libraires d’ancien et les ventes aux enchères : des sources pour la reconstitution des bibliothèques

Les sources qui permettent aujourd’hui de connaître le contenu des bibliothèques anciennes sont de natures diverses mais peuvent se répartir en deux catégories principales.

D’une part se trouvent les documents de seconde main, les listes de toutes sortes telles que les inventaires après décès, catalogues de vente, catalogues privés, etc.1. Elles constituent un inventaire plus ou moins détaillé du contenu de la collection et représentent donc une photographie de cette dernière à un moment précis ou sur une période donnée. Elles ont de plus l’avantage de donner une idée du volume total de la bibliothèque. D’autre part, les livres eux-mêmes, lorsque des marques de possession figurent encore sur ceux-ci, permettent aujourd’hui de les relier à un ou plusieurs de leurs anciens possesseurs. Grâce à l’accès aux traces laissées par les anciens propriétaires – lesquelles n’apparaissent évidemment pas sur une simple liste de titres –, l’étude « livre en main » d’un volume permet dès lors une compréhension intellectuelle et matérielle plus complète. En revanche, les exemplaires éparpillés et retrouvés séparément ne renseignent pas sur le volume total de la collection. Mais, le chercheur pourra donner une étude des plus complètes s’il a la chance de disposer de ces deux types de sources et de pouvoir les croiser.

  1. La reconstitution de la bibliothèque de Benoît Court (av. 1495-ca. 1559)

Dans le cadre de ma thèse, j’ai proposé la première reconstitution de la bibliothèque du juriste et humaniste lyonnais Benoît Court. Aucune liste d’aucune sorte n’étant connue, seule la recherche des exemplaires originaux m’a permis d’établir le premier catalogue de la collection. Les volumes ayant appartenu à Court sont le plus souvent repérables grâce à leur caractéristique reliure aux armes. Pour marquer sa possession, le juriste a en effet fait estamper son blason au centre des plats de ses livres au moyen de trois fers différents reproduisant toujours un écu chargé de trois molettes2.

Fig. 1 : Fer n°1 estampé à froid – Lyon, bibliothèque municipale de Lyon (BmL) (Rés 357358) – Fig. 2 : Fer n°2 doré – Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes (Rés. D. 0457) – Fig. 3 : Fer n°3 estampé à froid ou anciennement argenté – Lyon, BmL (Rés Inc 204)

J’ai pu comptabiliser les ouvrages ayant appartenu au juriste lyonnais lorsque les possesseurs actuels des volumes ont signalé les marques de provenance qui lui sont attribuables ou lorsque des bibliographies, des bases de données des études sur la reliure ou des catalogues de libraires d’ancien donnaient les références de certains de ses livres. Toutes ces mentions sont éparpillées, à l’image des ouvrages eux-mêmes qui ont commencé à être dispersés dès la mort du juriste et qui sont désormais conservés dans des bibliothèques publiques et privées en France et à l’étranger. On trouve en effet des livres de Court jusque dans des collections de la côte est des États-Unis.

  1. L’apport du réseau des bibliothèques privées pour la reconstitution

La majorité des exemplaires inventoriés a été repérée dans le réseau des collections publiques, via les catalogues des bibliothèques publiques françaises et étrangères ou par diverses bibliographies et bases de données3.

Les collections privées pourraient certainement être une source tout autant fructueuse mais il s’agit d’un réseau difficile à pénétrer. Pourtant, les marques de provenance connues étant une valeur ajoutée au livre, elles ont été soigneusement conservées par les bibliophiles et sont toujours mises en exergue dans les catalogues de libraires d’ancien. À défaut d’avoir facilement accès aux collections privées, c’est principalement par ces catalogues de vente et non directement par les collectionneurs que j’ai découvert l’existence de certains livres de Benoît Court.

Parmi les deux-cent-trente titres répartis dans quatre-vingt-dix volumes ayant appartenu au juriste lyonnais et dont j’ai à ce jour retrouvé la trace, j’ai repéré quinze volumes renfermant cinquante-huit titres dans des catalogues de libraires et sept volumes renfermant dix titres aujourd’hui conservés en collection privée. Parmi ces sept volumes, trois avaient été auparavant signalés dans des catalogues de vente et un dans un ouvrage sur la reliure4.

Repérage dans les catalogues de libraire

Les exemplaires repérés dans les catalogues de libraire sont donc relativement nombreux. Malheureusement, lorsque, au moment de mes recherches, la vente était passée, j’ai très rarement retrouvé la trace des livres pour les consulter, l’identité des acquéreurs étant le plus souvent confidentielle.

Un ouvrage conservé dans la collection de Mr. G. Scott Clemons aux États-Unis fait exception. Il s’agit d’un exemplaire incunable des Institutiones græcæ grammatices d’Urbano Valeriani (Venise, Alde Manuce, 1497) dont la vente, réalisée le 9 mars 2001 à Drouot, est signalée sur le site de l’Argus du bibliophile5. Son possesseur actuel a eu la grande amabilité de me laisser consulter son livre au Grolier Club de New York après que l’ouvrage y a été présenté dans l’exposition Aldus Manutius : A Legacy More Lasting Than Bronze (25 février – 25 avril 2015)6.

Les ouvrages que j’ai pu consulter en collection privée sont toutefois rares. J’ai bien souvent dû me contenter des notices des catalogues de libraire. Certains de ceux-ci sont anciens et sont eux-mêmes des objets patrimoniaux conservés par les fonds anciens des bibliothèques publiques ou vendus sur le marché du livre d’occasion. Par ailleurs, en raison de leur qualité d’ephemera et parce qu’ils n’étaient pas destinés à être conservés, ces ouvrages sont parfois difficiles à trouver.

C’est le cas, par exemple, du catalogue Livres anciens de provenances historiques : livres avec des armoiries des rois, reines, princes, princesses, favorites et bibliophiles célèbres publié à Paris par le libraire Théophile Belin en 1910. Le Catalogue collectif de France (CCfr) en connaît seulement sept exemplaires7 et quelques autres se trouvent sur le marché du livre d’occasion comme celui-ci vendu par Emmaüs.

Fig. 4 : Page de titre de Livres anciens de provenances historiques : livres avec des armoiries des rois, reines, princes, princesses, favorites et bibliophiles célèbres, Paris, Librairie Théophile Belin, 1910 – Exemplaire en vente sur le site d’Emmaüs https://www.label-emmaus.co/fr/livres-anciens-de-provenances-historique-ed-librairie-theophile-belin-doccase-bon-etat-21314146/>

Ce catalogue mentionne pourtant quatre volumes ayant appartenu à Benoît Court dont un recueil factice ne renfermant pas moins de vingt éditions, sans doute toutes parisiennes, de diverses œuvres du poète italien Fausto Andrelini (1462-1518)8. Je n’ai trouvé aucune autre trace de ces volumes et, sans ce catalogue, je n’aurais donc pas eu d’autre preuve de leur existence.

Lorsque les catalogues de libraire sont plus récents, ils sont bien souvent diffusés à la fois en version papier et sur Internet. L’accès en ligne facilite alors grandement les repérages. Une simple requête dans un moteur de recherche permet de faire ressortir des résultats intéressants.

C’est ainsi que j’ai pu prendre connaissance d’un recueil vendu le 7 octobre 2005 chez Christie’s lequel renferme un exemplaire des Rime de L’Arioste (Vinegia, 1552), un autre des œuvres de Francesco Berni (Venise, 1540) et un exemplaire d’Il Marescalco de L’Arétin (Milan, Jean Antonio Da Castelliono, 1535)9.

Fig. 5 : vue du site de Christie’s – Images et notice décrivant l’exemplaire de Benoît Court

Même si l’accès direct au livre n’est pas possible, ces notices sont évidemment d’un grand intérêt et apportent une connaissance minimale sur les ouvrages qui enrichit la reconstitution.

Consulter les ouvrages avant les ventes aux enchères

Lorsque les ventes aux enchères ne sont pas encore passées, il est en revanche possible de consulter les ouvrages avant que celles-ci n’aient lieu. Pour cela, il faut effectuer une veille régulière – ou compter sur un réseau de personnes bien informées – pour être averti des ventes à venir et de la présence d’une provenance intéressante dans le catalogue.

Ce cas de figure s’est présenté à deux reprises au cours de ma thèse. J’ai alors pu voir deux livres de Benoît Court avant qu’ils ne disparaissent à nouveau dans les profondeurs insondables d’une collection privée.

Avant qu’une vente aux enchères n’ait lieu, les livres sont exposés au public dans un lieu libre d’accès et à des dates précisées dans le catalogue de vente. En se rendant sur place, il est donc possible de consulter les livres le temps de l’exposition. C’est à ce moment que j’ai, par exemple, pu décrire, livre en main, le recueil de poésies latines sacrées C. Iuvenci, Coelii Sedulii, Aratoris sacra poesis. Summa cura & diligentia recognita & collata (Lyon, Jean De Tournes et Guilluame Gazeau, 1553). Il s’agissait d’un ouvrage ayant déjà été vendu au début du xxe siècle puisqu’il était mentionné dans le catalogue intitulé Livres dans de riches reliures des xvie, xviie, xviiie et xixe siècles publié à Paris en 1910 par la Librairie Damascène Morgand10. Le recueil lyonnais s’est ensuite vendu le 19 octobre 2016 à l’Hôtel Drouot11.

Fig. 6 : Vue du site des libraires Binoche et Giquello – Image et notice de C. Iuvenci, Coelii Sedulii, Aratoris sacra poesis. Summa cura & diligentia recognita & collata. – Lugduni, apud Ioan[nem] Tornæsium, et Guil. Gazeium. M. D. LIII

Ensuite, si le compte en banque du chercheur le lui permet, il est libre d’assister à la vente et de tenter sa chance !

J’ai également pu consulter un recueil relié aux armes de Benoît Court renfermant deux éditions des Lettres de saint Paul ; l’une avec les commentaires de saint Théodoret de Cyr (Florence, Laurent Torrentinus, 1552), l’autre avec les commentaires de Jacques Lefèvre d’Étaples (Paris, François Regnault et Jean de la Porte, [1517])12. L’ouvrage a reparu l’année suivante chez le libraire Hugues de Latude après une visible restauration de la reliure (ayant contribué à faire bondir le prix de mise en vente du livre)13.

Fig. 7 : Vue du site du libraire Hugues de Latude – Image et notice du recueil factice relié aux armes de Benoît Court

Lors des moments d’exposition au public, les experts chargés de réaliser la description et l’estimation des ouvrages sont présents. Ils sont des associés bien informés et donc précieux qui peuvent permettre de pénétrer les réseaux opaques des bibliothèques privées et servir d’intermédiaire entre le chercheur et le collectionneur.

On le voit, la reconstitution des bibliothèques anciennes peut s’avérer être un véritable jeu de piste au cours duquel il ne faut négliger aucune source d’information y compris celles qui relèvent du domaine des collections privées, peut-être moins pratiqué par les chercheurs.

 

Hélène Lannier (IHRIM-Lyon 2, Centre Gabriel Naudé-Enssib)

 

1 Voir Natasha Canstantinidou et Malcolm Walsby (dir.), Documenting the early modern book world: inventories and catalogues in manuscript and print, Leiden/Boston, Brill, 2013 ; en particulier : Malcolm Walsby, « Chapter one – Book lists and their meaning », p. 5-18.

2 Nous suivons le classement des fers proposé par Julien Baudrier, Léon Galle, William Poidebard, « Le Court » dans Armorial des bibliophiles de Lyonnais, Forez, Beaujolais et Dombes, Lyon, Société des bibliophiles lyonnais, 1907, p. 347.

3 Une description plus précise des sources mobilisées se trouve dans mon article « Récit d’une reconstitution : la bibliothèque de Benoît Court (av. 1495 – ca. 1559) », Réforme, humanisme et Renaissance, n° 88, juin 2019, p. 105-122.

4 Ouvrage conservé en collection privée à Milan mentionné par Giulia Bologna dans La reliure d’art, Irène Nicotra (trad.), Paris, Gründ, 1999, p. 100.

5 Voir en ligne l’Argus du bibliophile : <http://www.argusdubibliophile.com/reliure_incunable.htm>.

6 Voir ici une page de l’exposition en ligne : <https://grolierclub.omeka.net/exhibits/show/aldus-manutius/item/170>.

7 Voir le CCfr, Catalogue collectif de France, <https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/jsp/public/index.jsp>.

8 Livres anciens de provenances historiques : livres avec des armoiries des rois, reines, princes, princesses, favorites et bibliophiles célèbres, Paris, Librairie Théophile Belin, 1910, p. 66-67 (n°416, 417, 418, 419)

9 Volume passé en vente le 7/10/2005 chez Christie’s avec la collection Michel Wittock, voir la notice <https://www.christies.com/lotfinder/Lot/aretin-pietro-aretino-dit-l-1492-1556-il-4575515-details.aspx>.

10 Livres dans de riches reliures des xvie, xviie, xviiie et xixe siècles, Paris, Librairie Damascène Morgand, 1910, n° 44, pl. 10, p. 14-15.

11 Volume passé en vente le 19/10/2016 à l’Hôtel Drouot, décrit sur le site des libraires Binoche et Giquello, <http://www.binocheetgiquello.com/html/fiche.jsp?id=6337902&np=&lng=en&npp=10000&ordre=&aff=&r=>.

12 Volume passé en vente le 27/06/2017 à l’Hôtel Drouot, voir le catalogue de vente des commissaires-priseurs Coutau-Bégarie & associés : Livres anciens et modernes : Bibliothèque de Monsieur X. Collection de livres modernes de Monsieur et Madame Y et à divers, lot n° 109, <http://www.bibliorare.com/catalogues/pdf/Coutau28-06-2017-cat.pdf>.

13 Voir la notice sur le site du libraire : <https://www.latude.net/pages/books/16309/benoit-theodoretus-cyrensis-le-court/in-quatuordecim-sancti-pauli-epistolas-commentarius-nunc-primum-latine-versus-gentiano-herveto>.