Médiéval et moderne : spiritualité et littérature entre manuscrit et imprimé dans les Pays-Bas du XVe siècle

Gerard Leeu (actif de 1477 à 1492) ne fut peut-être pas l’imprimeur le plus productif de l’époque des incunables dans les Pays-Bas, mais sa contribution au monde du livre et au paysage de la littérature spirituelle néerlandaise n’en fut pas moins importante.   Un des  premiers imprimeurs des Pays-Bas, il commença son entreprise d’imprimerie avec une édition d’un texte néerlandais du domaine religieux : un livre d’épîtres et d’évangiles (1477).1

Illustration 1: Début des Epistelen ende evangelien (Gerard Leeu, 24 mai 1477). f°. Utrecht, Bibliothèque Universitaire, THO: RAR 11-41 qu. Photo: BU Utrecht.

Même s’il se consacra de plus en plus à la production de livres en latin pour un marché international, la part de la littérature spirituelle en langue vernaculaire resta toujours importante dans son fonds. Leeu commença sa carrière à Gouda (Hollande) et s’installa à Anvers en 1484 – un choix qui nous semble aujourd’hui logique d’après ce que nous savons de l’évolution du marché du livre anversois, mais qui implique sur le moment une vision particulièrement pertinente des développements économiques futurs.2 Il est donc un imprimeur intéressant pour la recherche sur le développement des livres religieux dans le dernier quart du XVe siècle. 

La période traditionnellement considérée comme la période de transition entre le manuscrit et l’impression est en fait une époque où la production traditionnelle de livres et les nouvelles technologies coexistèrent fraternellement. Neil Rhodes et Jonathan Sawday ont effectivement qualifié le livre imprimé Au XVIe siècle de « tête de Janus », qui regarde en avant et en arrière en même temps.3 Cette caractéristique se retrouve également dans les éditions de littérature religieuse publiées par Gérard Leeu. Elles sont toutes ancrées dans la spiritualité et la littérature spirituelle médiévales, et au début certainement aussi dans la production de livres manuscrits en ce qui concerne leur apparence. Au cours de la carrière de Leeu, le développement et le raffinement de la technologie conduisirent à une distance croissante entre le manuscrit et l’imprimé.

Dans le cadre du projet « Leaving a Lasting Impression. The Impact of Incunabula on Late Medieval Spirituality, Religious Practice and Visual Culture in the Low Countries »4, j’étudie le large éventail de la littérature spirituelle que Leeu a produite entre ses premières années à Gouda et sa mort prématurée à Anvers en 1492. Leeu fut tué dans un « accident industriel » dans l’atelier. Un de ses employés, le graveur de lettres Hendrik van Symmen, voulait créer sa propre entreprise, ce que Leeu ne souhaitait pas. Ils en vinrent aux mains et Leeu mourut deux ou trois jours plus tard d’une blessure à la tête.5 Entre 1477 et 1492, Leeu publia des ouvrages connus tels que la Legenda Aurea (Passionael), mais aussi des textes qui n’avaient pas circulé dans des manuscrits auparavant et qui furent écrits ou compilés spécialement pour l’imprimerie, comme les Devote getijden van het leven Ons Heren (Heures dévotes de la vie de Notre Seigneur).6

Illustration 2: Devote getijden van het leven Ons Heren (Gerard Leeu, 1483, avant le 10 décembre). 8°. Anvers, Ruusbroecgenootschap, L.P. 20/m1099E4, fols a7v-a8r. Photo: Bibliothèque de la Ruusbroecgenootschap.

En tant qu’imprimeur, Leeu participa également à la propagation de nouvelles dévotions telles que le Rosaire et les Sept Douleurs de Marie. En étudiant la production de Leeu en relation avec la dévotion du Rosaire et en la replaçant dans son contexte historique et culturel, nous pouvons mieux apprécier le travail religieux des imprimeurs d’incunables et leur possible influence sur la culture dévotionnelle.7  Puisque peu de documents d’archives ont été conservés, ce sont les livres eux-mêmes qui doivent servir de point de départ à la recherche sur le rôle de Leeu dans la promotion et la formation des dévotions du XVe siècle.

Le rosaire du point de vue d’un imprimeur

Le 9 mars 1484, le premier livre en langue néerlandaise avec une page de titre illustrée fut publié dans l’atelier de Leeu à Gouda : Van Marien rosencransken een suuerlic boexken.8

Illustration 3: Gerard Leeu, Van Marien rosen cransken een suuerlic boexken, titelpagina (9 Mar. 1484). 8°. Leyde, Bibliothèque Universitaire, 1370 G 35, fol. [a]1r. Image: BU Leyde.

Il s’agit d’un recueil de textes relatifs à la dévotion du Rosaire qui vit le jour avec une traduction en moyen néerlandais de la dispute académique de Michel Francisci ab Insulis (1435-1502), en défense de la Fraternité du Rosaire (Quodlibet de veritate fraternitatis Rosarii). Leeu publia également une édition parallèle du texte latin.9

Illustration 4: Geertgen tot Sint-Jans, Glorification de la Vierge (1480-1490). Huile sur panneau, 27 × 21 cm (detail). Rotterdam, Musée Boijmans Van Beuningen. Image: Wikipedia Commons.

Publier le même texte en latin et en vernaculaire est l’une des caractéristiques de la stratégie éditoriale de Leeu : ce qui était intéressant pour les lettrés l’était apparemment aussi pour ceux qui ne lisaient pas le latin.10 Cependant, les éditions en vernaculaire et en latin ne se recoupent pas complètement. Leeu était conscient que les deux groupes cibles avaient des souhaits et des besoins différents. La traduction en néerlandais moyen, faite ‘op dat die leke luden die gheen Latijn en verstaen – die men veel vint – oec mogen geinformeert ende volmatelic gheleert worden in die doechden ende sonderlinghe verdienste des rosen crans’ (‘pour que les laïcs qui ne comprennent pas le latin – on en trouve beaucoup – soient également informés et entièrement éduqués sur les vertus et mérites exceptionnels des rosaires’)11 , a été imprimée dans un format plus petit (octavo au lieu de quarto) et,comme dans l’édition latine, combinée avec toutes sortes d’autres textes relatifs à la dévotion, dont les Exempla d’Alanus de Rupe. Outre la page de titre illustrée, le livret en néerlandais présente une autre innovation : il s’agit d’une des premières œuvres à paraître en format octavo. Ce format pratique devint rapidement extrêmement populaire pour les textes dévotionnels imprimés.12

L’édition néerlandaise du texte de Michael Francisci peut être considérée comme unique au niveau européen : le texte n’a été imprimé dans aucune autre langue vernaculaire.13 L’édition pourrait être liée à la Fraternité du Rosaire de Haarlem, fondée en 1478 par le prieur des Dominicains de l’époque, Jacobus Weyts (décédé en 1498). Il était une connaissance d’Alanus de Rupe et il l’aurait aidé pendant ses campagnes de sermons pour propager la dévotion du Rosaire. On ne peut pas non plus exclure une certaine ingérence de Michael Francisci lui-même dans la réalisation de l’imprimé de Leeu. Au moment de la publication du livre, il venait à peine d’être nommé vicaire général de la Congregatio Hollandiae lors d’une réunion capitulaire au monastère de Haarlem en 1483.14 Le choix de Leeu comme imprimeur est peut-être lié au fait qu’il était connu pour être un imprimeur fiable – Michael Francisci avait déjà eu des expériences négatives avec des imprimeurs qui avaient ajusté son texte sans l’en avertir. À la lumière des événements ultérieurs, le choix d’un imprimeur de Gouda n’est pas non plus surprenant : en 1494 ou plus tard, les Dominicains de Haarlem firent appel aux frères de la Vie Commune à Gouda, les Collatiebroeders, pour imprimer leurs livres de prières et de pardon.15

Illustration 5: Quodlibet de veritate fraternitatis Rosarii (Gerard Leeu, entre 1483 et le 11 juin 1484). La Haye, Bibliothèque Royale, 150 B 36. 4°. Image: Bibliothèque nationale des Pays-Bas.

Haarlem est également un contexte intéressant pour la naissance de la traduction vernaculaire unique du Quodlibet de veritate fraternitatis Rosarii. La ville est également le berceau du peintre Geertgen tot Sint-Jans (vers 1460/5-1490/5 ou 1517) qui a produit un certain nombre de tableaux faisant largement référence à la dévotion du Rosaire : l’Arbre de Jessé, la Glorification de Marie et l’Institution de la dévotion du Rosaire. Tout comme l’édition de Leeu en moyen néerlandais proposait une traduction en ‘bon néerlandais’ (‘gued Duytsch’) pour que les laïcs soient ‘parfaitement’ instruits de la doctrine du Rosaire et de la fraternité, Geertgen traduisit cette même dévotion en images.16 Les livres de Leeu et les peintures de Geertgen sont l’expression, sur différents supports, de la nature multiforme de la dévotion au Rosaire.

Texte et image

Bien que les textes dans le Van Marien rosen cransken de Leeu ne soient pas illustrés – la gravure sur bois de la page de titre est la seule image du livre – les images jouèrent un rôle important dans la pratique de la prière et de la méditation de la dévotion du Rosaire. Les lecteurs pouvaient, bien sûr, utiliser des images « externes » au livre, telles que des estampes ou des peintures. Dans cette dernière catégorie, la Glorification de Marie de Geertgens serait appropriée.17 Cependant, à la fin de l’édition de Leeu, nous trouvons une autre suggestion.  

Le livre se termine par un exemple qui raconte la vision d’un moine chartreux à Trèves (peut-être Dominique de Prusse, l’inventeur autoproclamé du Rosaire). Pendant la prière du Rosaire, il a vu plusieurs fois par jour comment Marie chantait le Rosaire avec tous les anges et les saints au moyen de méditations passionnelles, chaque fois précédées d’un joyeux « Alléluia ». En mentionnant les noms de Marie, l’assemblée baissait la tête et la mention du nom de Jésus était accompagnée d’un agenouillement. Afin de prier de la même manière que celle révélée dans la vision – qui, soit dit en passant, rappelle beaucoup la peinture de Geertgen (ill. 4) – un paragraphe séparé à la fin du Livre du Rosaire de Leeu recommande l’utilisation d’un livret spécialement imprimé à cet effet (ill. 6). Dans le livret, chaque article de la prière est accompagné d’une image : ‘so is gheprint een boexken, ende tot elke artikel is gheset een figuerken, ende dat om meerre devocie te verwecken inden ghenen diet lesen’ (‘ainsi un petit livre est imprimé, et à chaque article une petite illustration est ajoutée, afin de créer une plus grande dévotion chez ceux qui le lisent’). L’utilisation fréquente d’images rendait ce livre également utile pour ceux qui ne savaient pas lire. Il leur est conseillé ‘de dire un Ave Maria pour chaque illustration’ (‘tot elcken figuerken een Ave Maria segghen’).18

Illustration 6: Gerard Leeu, Van Marien rosen cransken een suuerlic boexken, début du texte publicitaire (9 Mar. 1484). 8°. Leyde, Bibliothèque Universitaire, 1370 G 35, fols t10r-v. Image: BU Leyde.

Cette instruction à la fin du livre de Leeu était une véritable publicité pour l’une de ses autres éditions. Il semble que ce soit un exemple précoce d’une stratégie commerciale qui fut ensuite largement adoptée par les imprimeurs au XVIIe siècle : vendre d’autres livres au moyen de publicités insérées à la fin de leurs publications.19 Leeu n’était certainement pas insensible aux stratégies de vente innovantes. De son atelier, on connaît le plus ancien prospectus illustré connu, dans lequel une nouvelle édition – bien sûr illustrée – de Melusine est annoncée.20

Le texte publicitaire à la fin du Van Marien rosen cransken montre le sens des affaires de Leeu. Les lecteurs intéressés par l’histoire et le contexte de la dévotion devaient certainement aussi être intéressés par un livre de prières avec lequel ils pourraient façonner et stimuler leur propre pratique dévotionnelle – et peut-être aussi celle de membres de leur maisonnée analphabètes. La « publicité » fait sans doute référence à une édition du Rosarium Beatae Virginis Mariae, l’un des best-sellers de Leeu. Leeu imprima ces livrets, richement gravés sur bois, au format in-16, encore plus petit – de nouveau un format de livre que Leeu introduisit aux Pays-Bas dans les années 1480.21

Illustration 7: Gerard Leeu, Rosarium Beatae Virginis Mariae, Nativité et Madonna lactans ([avant le 25 juillet] 1487). 16°. La Haye, Bibliothèque Royale, 150 F 9, fols. a7v-a8r. Image: Bibliothèque nationale des Pays-Bas.

Avant le corps du texte proprement dit, le lecteur trouvait le texte ‘Modus legendi hoc rosarium’ (‘Comment lire ce Rosaire’), avec une indication qui attribue le même rôle aux gravures sur bois que le texte publicitaire mentionné ci-dessus : ‘Habet autem quisque articulus suam propriam figuram ante oculos depictam, ut ipsa nouam semper atque nouam figuram uidenti et articulum legenti afferat deuotionem’ (‘Chaque article a ses propres images, représentées devant les yeux de sorte qu’il génère toujours une nouvelle dévotion chez quiconque regarde l’image et lit l’article’).22

Bien que l’on n’ait conservé que des éditions du Rosarium en latin, il est évident, surtout au vu du texte publicitaire placé à la fin d’une édition en moyen néerlandais, que Leeu a également commercialisé les mêmes livrets en néerlandais. Le taux de survie de ce type de brochures est très faible, ce qui rend plausible la perte d’exemplaires d’une (ou plusieurs) édition(s) néerlandophone(s) supposée(s) au fil des siècles. En outre, on connaît un exemplaire d’une édition néerlandaise ultérieure, imprimée par Willem Vorsterman à Anvers (1515).23  La publicité à la fin duVan Marien rosen cransken de Leeu suggère même que les éditions en néerlandais du Rosarium néerlandais existaient déjà à cette époque. Peut-être Leeu vit-il dans la publication du Van Marien rosen cransken un moyen de vendre encore plus de ces livrets.    

Les sept douleurs de la Vierge

Leeu mit sans doute à profit son expérience de la dévotion du Rosaire dans ses publications relatives à la dévotion aux Sept Douleurs de Marie. Celle-ci était directement inspirée et fortement influencée par la dévotion du Rosaire. L’entreprise de Leeu relie les deux dévotions et leur diffusion aux Pays-Bas. Un livret publié par Leeu en 1492, qui contient des textes et des images des Sept Douleurs, réfléchit sur le rôle des gravures sur bois d’une manière similaire à celle présentée dans les recueils autour du Rosaire :

Ende tot elc van den seuen weeden so is ghestelt een figuer bi personagen die materie daer af bewisende, op dat die deuocie te stercker ende te meerder in den menschen verwect mach warden. Ende oec op dat die leeke liden die niet lesen en konnen, die personagien aensiende, hem daer inne oec sullen mogen oefenen, want die beelden sijn der leecker luden boecken.24

[Et à chacune des sept douleurs est fixé une représentation par personnages du sujet, afin que la dévotion des gens soit toujours plus forte et plus grande. Et aussi pour que les laïcs qui ne savent pas lire – en regardant les personnages [dans les images] – puissent aussi s’y exercer, car les images sont les livres des laïcs.]

Illustration 8: Gerard Leeu, Van de seven droefheden ofte weeden O.L.V., deuxième douleur (14 juillet 1492). 8°. La Haye, Bibliothèque Royale, 150 F 21, fols. a8v-b1r. Image: Bibliothèque nationale des Pays-Bas.

Susie Speakman-Sutch et Anne-Laure Van Bruaene voient « le rôle de la presse à imprimer » en particulier dans la diffusion de la dévotion des Sept Douleurs et dans la création d’une communauté émotionnelle à orientation politique (‘emotional community’) pour soutenir la maison des Bourgogne-Habsbourg.25 Je pense cependant que le rôle proactif d’imprimeurs comme Leeu ne doit pas être sous-estimé. L’objectif politique que la dévotion atteignit par la suite n’était pas clair dès le départ et cette dévotion semble plutôt être née d’une initiative indépendante et d’une collaboration créative entre le clergé et les membres de la guilde anversoise de Saint-Luc, dans laquelle Leeu joua un rôle de premier plan.26

L’approche indépendante et commerciale de Leeu fut un facteur important dans le développement de ces deux dévotions. Ses livres ne promurent pas seulement ces dévotions, ils façonnèrent aussi la pratique de la prière et de la méditation, le rôle que les images jouaient dans cette pratique, et les images elles-mêmes – on trouve plusieurs iconographies innovantes dans les gravures sur bois de Leeu. Les productions de Leeu offraient aux personnes alphabétisées et analphabètes des « outils » pour façonner leur expérience religieuse : des textes et des images, ainsi que des conseils pour utiliser les deux. Dans la pratique religieuse, ces livres auront également interagi avec la production créative d’autres imprimeurs, ainsi qu’avec des peintres tels que Geertgen tot Sint-Jans. À son tour, Leeu utilisa les besoins des dévotionnistes pour innover et développer davantage le livre imprimé et son apparence : dans sa production de livres portant sur les dévotions mariales du quinzième siècle, on trouve la première page de titre illustrée d’une édition en néerlandais, des livres imprimés dans les « nouveaux » formats octavo et in-16, et une de premières publicités dans un livre pour d’autres livres.

Anna Dlabacova
Université de Leyde

  1. Epistolae et Evangelia [Dutch], [Gouda : Gerard Leeu], 24 mai 1477, f°. ISTC nr. ie00064700. []
  2. Koen Goudriaan, ‘Een drukker en zijn markt. Gheraert Leeu (Gouda 1477 – Antwerpen 1492/3)’, Madoc 6 (1992), 194-206. []
  3. Neil Rhodes et Jonathan Sawday, The Renaissance Computer: Knowledge Technology in the First Age of Print (Londen-New York: Routledge, 2000), 10. []
  4. Organisation pour la recherche néerlandaise NWO, Veni, projet 275-30-036, 2018-2022. []
  5. Goudriaan, ‘Een drukker en zijn markt’, 194. []
  6. Sur le dernier texte, voir Anna Dlabačová, ‘Religious Practice and Experimental Book Production: Text and Image in an Alternative Layman’s “Book of Hours” in Print and Manuscript,’ Journal of Historians of Netherlandish Art 9:2 (Summer 2017). DOI: 10.5092/jhna.2017.9.2.2. []
  7. Ce billet reprend pour partie les éléments que j’apporte dans un article à paraître en 2020: ‘Marian Devotions from a Printer’s Perspective. The Rosary, the Seven Sorrows, and Gerard Leeu (d. 1492)’, in Marian Images in Context: Doctrines, Devotions, and Cults, éd. James Clifton, Barbara Haeger, Elliott Wise. Leiden: Brill, à paraître. []
  8. Ursula Rautenberg, ‚Die Entstehung und Entwicklung des Buchtitelblatts in der Inkunabelzeit in Deutschland, den Niederlanden und Venedig – Quantitative und qualitative Studie,’ in Archiv für Geschichte des Buchwesens 62 (2008), 58, 61-3. []
  9. Michael Francisci ab Insulis, Quodlibet de veritate fraternitatis Rosarii. Add: Alanus de Rupe: Compendium psalterii Trinitatis. Epilogus psalterii. De Psalterio B.M.V. exempla, [Gouda : Gerard Leeu, entre 1483 et le 11 juin 1484], 4°. ISTC no. if00297500. Sur l’histoire éditoriale du texte, voir Henri Saffrey, ‘La fondation de la Confrérie du Rosaire à Cologne en 1475. Histoire et iconographie,’ Gutenberg-Jahrbuch 76 (2001), 143-64. []
  10. Goudriaan, ‘Een drukker en zijn markt’, 203-4. []
  11. Van Marien rosencransken, La Haye, Bibliothèque Royale, 150 E 30, fols a2v-a3v. []
  12. Rautenberg, ‘Die Entstehung,’ 61. []
  13. Bertilo de Boer, “De Souter van Alanus de Rupe,” Ons Geestelijk Erf  31 (1957), 187-204, p. 190. []
  14. Sur Michael Francisci et son rôle comme vicaire général, voir Albert de Meyer, La Congrégation de Hollande ou la Réforme Dominicaine en Territoire Bourguignon, 1465-1515 (Liège: Soledi, 1946), 326-327. []
  15. Koen Goudriaan, ‘Apostolate and Printing: The Collaciebroeders of Gouda and their Press,’ in Between Lay Piety and Academic Theology: Studies Presented to Christoph Burger on the Occasion of His 65th Birthday, éd. A.A. den Hollander, Wim Janse, Ulrike Hascher-Burger (Leiden-Boston: Brill, 2010), 442-3. []
  16. Brett Rothstein parle à propos de l’Arbre de Jessé d’un ‘exemplar of proper rosary devotion’: Bret L. Rothstein, ‘Empathy as a Type of Early Netherlandish Visual Wit,’ in Imago Exegetica. Visual Images as Exegetical Instruments, 1400-1700, éd. Walter S. Melion, James Clifton, and Michel Weemans, 189-209. (Leiden – Boston: Brill, 2014), 189-209, p. 206. []
  17. Voir Bernhard Ridderbos, ‘The Rotterdam-Edinburgh Diptych: Maria in Sole and the Devotion of the Rosary,’ in The Art of Devotion in the late Middle Ages in Europe, 1300-1500, éd. Henk van Os (Princeton: Princeton University Press, 1994), p. 155 à propos de la peinture comme ‘visual accompaniment’ pour les prières avec un rosaire. []
  18. Van Marien rosencransken, La Haye, Bibliothèque Royale, 150 E 30, fols t10r-v. []
  19. Andrew Pettegree et Arthur der Weduwen, The Bookshop of the World. Making and Trading Books in the Dutch Golden Age (New Haven – Londen: Yale University Press, 2019), 82-83. []
  20. G.J. Boekenoogen, ‘Een boekverkoopers-prospectus van Geeraert Leeu te Antwerpen (1491),’ Tijdschrift voor Boek- en Bibliotheekwezen, 3 (1905), 190-192. []
  21. Pour les gravures, voir Ina Kok, Woodcuts in Incunabula I, 183-208 (serie 76). []
  22. Rosarium Beatae Virginis Mariae, La Haye, Bibliothèque Royale, 150 F 9, fols a5v-a6r. Je remercie Rijcklof Hofman (Titus Brandsma Instituut, Radboud Universiteit Nijmegen) pour son aide à la traduction. []
  23. Maniere om te lesen Marienrosencrans [Antwerp: Willem Vorsterman, about 1515], 16°, ISTC no. im00198500. []
  24. Van de seven droefheden ofte weeden O.L.V., The Hague, Royal Library, 150 F 21, fol. a1r. []
  25. Susie Speakman Sutch et Anne-Laure van Bruaene, ‘The Seven Sorrows of the Virgin Mary: Devotional Communication and Politics in the Burgundian-Habsburg Low Countries, c. 1490-1520,’ Journal of Ecclesiastic History 61 (2010), 252-278, par exemple p. 257. []
  26. Sur le rôle des imprimeurs dans la guilde, voir par exemple Jan Van der Stock, ‘De Antwerpse Sint-Lucasgilde en de drukkers-uitgevers: ‘middeleeuws’ achterhoedegevecht of paradigma van cultureel-politieke machtsverschuivingen?’, in Boeken in de late middeleeuwen. Verslag van de Groningse Codicologendagen 1992, éd. J.M.M. Hermans and K. van der Hoek (Groningen: Egbert Forsten, 1994), 155-165. []