Curieux mélanges : les fausses pistes chronologiques d’éditions de livres licencieux

Les livres joyeux qui connurent une production importante au XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, parodies de textes sérieux tels que sermons, ordonnances ou pronostications, font partie de ces livres souvent voués à la destruction assez rapidement après avoir été imprimés, du fait de leur petit format, de la forte manipulation à laquelle ils devaient être soumis, et du peu de prestige des textes qu’ils contenaient, destinés à une lecture de loisir. Lorsqu’on travaille sur ce corpus, on trouve rarement plus d’un exemplaire d’une édition joyeuse, et plus souvent encore on doit se contenter de mentions frustrantes, qui évoquent l’existence ancienne d’éditions désormais perdues ou en tout cas introuvables dans les bibliothèques publiques. Or, en suivant la trace de rééditions de textes obscènes tels que la Pronostication des cons sauvages (première édition répertoriée : s.n., s.l. [Lyon], vers 1520, USTC 79223) ou la Source du gros fessier des nourrices (première édition répertoriée : Rouen : Jean L’Homme pour Yves Gomont, vers 1550, USTC 89764), je me trouvai face à un problème inattendu: la mise au jour d’une profusion d’exemplaires d’éditions du début du XVIIe siècle.

Illustration 1 : page de titre de la Source du gros fessier, édition Gomont.

C’est du moins ce qui ressortait d’une recherche avec les outils bibliographiques les plus usuels, qu’il s’agisse des catalogues de bibliothèques ou des méta-bases de données comme le Universal Short Title Catalogue (USTC). Brunet, dans son Manuel du libraire, dit ainsi d’un Procez et amples examinations sur la vie de Caresme-Prenant… traduit de l’italien, s.n., Paris, 1605 :

Cette édition originale est fort rare ; mais il y a une réimpression sous la même date, laquelle est ordinairement accompagnée des pièces suivantes aussi réimprimées : Traicte de mariage entre Julian Peoger, Lyon, 1611 – La copie d’un bail et ferme faicte par une jeune dame…, Paris, 1609 – La raison pourquoy les femmes ne portent barbe au mention, Paris, 1601 – La source du gros fessier des nourrices… avec la complainte de monsieur le cul contre les inventeurs de vertugalles, Rouen – la source et origine des c… sauvaiges…, Lyon, 1610 – La grande et veritable prognostication des c… sauvaiges…Sermon joyeux d’un depucelleur de nourrices, in-8. Ces huit pièces ainsi réunies sont recherchées à cause de la singularité de leurs titres1.

Brunet mentionne encore qu’il existe une réimpression datant d’une quinzaine d’années avant l’impression de son Manuel, qui entre bien dans la lignée des éditions de littérature joyeuse du XVIe siècle qui fleurirent au début du XIXe siècle. Il ne donne aucune précision concernant la date de la première réimpression citée, mais c’est bien là un détail qui met la puce à l’oreille. Vu la rareté aujourd’hui, et dès le XIXe siècle (et même avant), des exemplaires des éditions de texte joyeux du début du XVIIe siècle, il est impossible d’envisager l’existence de plusieurs volumes qui rassembleraient un exemplaire du Procez produit à cette époque et mis en recueil avec des exemplaires d’une série d’autres éditions de la même période.  

Illustration 2 : le signalement des éditions dans le catalogue de la BnF, pour la recherche des éditions du Procez de Caresme-Prenant.

C’est en allant consulter ces éditions, présentes notamment à la Bibliothèque nationale de France en nombreux exemplaires, souvent dans des volumes disparates assemblant certains mais pas nécessairement tous ces titres ensemble, et dans un ordre variable, que l’on comprend ce que Brunet omit de signaler à propos de ces réimpressions. L’aspect du papier, de la typographie, de l’impression des caractères, les lettrines, bandeaux et culs de lampe utilisés ne laissent pas place au doute : toutes ces éditions datées du début du XVIIe siècle sont en fait des éditions de la fin du XVIIIe siècle.

Illustration 3 : page de titre d’une des éditions du Procez de Caresme-Prenant.

Non datées ni signées, sans introduction ni aucun autre paratexte qui pourrait indiquer qu’elles sont des éditions postérieures aux premières années du XVIIe siècle, elles proposent parfois une tentative de mise en page qui imite bien les pages de titre de ces années – mais ce n’est même pas toujours le cas, comme en témoigne la page de titre du Procez de Caresme-Prenant ci-dessus, caractéristique du XVIIIe siècle, ainsi que, ici ou là, l’ajout de gravures licencieuses typiques des parutions libertines des Lumières.

Illustration 4 : Page de titre interne de la Source du gros fessier des nourrices, pourvue d’une gravure obscène, à la suite du texte de la Pronostication des cons sauvages.

C’est pourtant le plus souvent la date affichée sur l’édition qui est celle reprise par les catalogues des bibliothèques, ce qui crée la confusion pour les chercheurs travaillant sur ces textes, en créant un corpus fantôme de multiples éditions qui semblent avoir été produites dans les premières années du XVIIe siècle.

Dater précisément ces éditions, au-delà d’une estimation générale vers la fin du XVIIIe siècle, reste cependant difficile, en l’état de tout indice bibliographique précis. Vu la foison d’exemplaires que l’on trouve au gré de la recherche, il est probable d’ailleurs qu’il existe plusieurs éditions d’un même titre, concurrentes peut-être, ou au contraire rééditions par le même libraire face au succès probable de la vente sous le manteau de ces textes scabreux, qui ont valu à un certain nombre de ces livres de se retrouver classés sous la cote ENFER de la BnF2. Il faudrait procéder à une enquête approfondie sur certains bandeaux et culs-de-lampe pour les associer à des imprimeurs répertoriés pour la période.

Dans un cas que j’ai pu étudier, un élément matériel permet cependant de dater une série un peu plus précisément. Le volume de la BnF coté 16-Z-4406 a visiblement bénéficié d’une restauration lui donnant une nouvelle relire moderne, mais dans laquelle a été conservé un défet d’une reliure plus ancienne, un fragment provenant d’une édition des Œuvres posthumes de Frédéric II, roi de Prusse, Berlin : chez Voss & fils et Decker & fils, 1788. On voit clairement comme une feuille non coupée des pages 329 et 336 a été utilisée pour renforcer la reliure d’origine. On pourrait donc dater la production de cette édition des Procez de Caresme-Prenant en 1788 ou dans les années suivantes, si l’on admet que ce fragment des Œuvres de Frédéric II fut utilisé pour sa première reliure, dès le moment de son impression.

Illustration 5 : défet de reliure des Œuvres posthumes de Frédéric II, conservé dans un volume restauré du Procez de Caresme-Prenant et d’autres fausses éditions.

Pour autant, si l’on voit bien l’intérêt de dater ces de fausses éditions du début du XVIIe siècle pour les imprimeurs et les libraires du dernier tiers du XVIIIe siècle, autant par souci de se protéger lorsqu’ils se risquaient à cette production osée que, sans doute, par interaction ludique avec leurs acheteurs, un certain nombre de questions subsiste autour des sources imprimées qui ont pu inspirer ces éditions.

En effet, on peut bien identifier les sources de plusieurs des textes repris dans ce florilège, tels que la Pronostication des cons sauvages et la Source du gros fessier des nourrices cités au début de ce billet. Dans le cas de la Source du gros fessier, les éditions annoncent souvent qu’il s’agit d’une réédition de celle faite par Yves Gomont à Rouen vers 1550, en faisant une légère erreur de lecture : Gomont devient Bomont (voir l’illustration 4). Le texte correspond effectivement à l’édition originale de Gomont, qui semble bien avoir servi de modèle à la réédition du XVIIIe siècle, sans que l’on sache cependant quelle fut la chaîne exacte de transmission du texte sur plus de deux cents ans. On trouve cependant aussi des fausses adresses. Ainsi, deux éditions de la Pronostication des cons sauvages indiquent qu’elles ont été imprimées par ou pour un Jean de la Montagne à Lyon, tantôt en 1610, tantôt avec une datation sans doute plus conforme à la vérité la situant en 1797. C’est d’ailleurs cette édition qui est citée en regard de cette fausse adresse répertoriée dans le répertoire des imprimeurs imaginaires de Brunet3.

Illustration 6 : les deux éditions comportant la fausse adresse de Jean de la Montagne.

Enfin, certains textes, comme la savoureuse Copie d’un bail et ferme faicte par une jeune dame de son con pour six ans, sont tout simplement intraçables dans la littérature du XVIe et du début du XVIIe siècle. L’édition du XVIIIe siècle indique que le texte original aurait été imprimé par ou pour un Pierre Viart à Paris en 1609. Or un seul libraire-relieur répondant au nom de Pierre Viart semble avoir exercé à Paris, bien avant l’impression possible de cette édition, puisqu’il fut actif de 1518 à 15234. On n’a pas retrouvé d’édition du XVIe ou du début du XVIIe siècle qui pourrait avoir servi de modèle à sa copie du XVIIIe siècle, dont le premier état du texte ne surgit donc qu’à ce moment.

Illustration 7 : page de titre de la Copie d’un bail

Sur un plan littéraire, le texte semble authentique : il reprend les graphies, la syntaxe et les traits de langage observables dans le corpus joyeux du XVIe siècle, de même que la propension des auteurs de la culture joyeuse à livrer des versions parodiques d’actes juridiques et notariés. Cependant, en l’absence de toute trace d’une édition effectivement produite en 1609 et dont on aurait au moins conservé une mention dans les premières bibliographies, et vu l’ajout d’adresses d’imprimeurs-libraires fantaisistes dans ce corpus à des titres bien identifiés au XVIe siècle, on peut hésiter à admettre sans aucun doute qu’il y ait eu un modèle avéré à cette édition de la fin du XVIIIe siècle. De là à douter de l’authenticité du texte, il n’y a qu’un pas. Il ne faut en effet pas exclure la possibilité d’un pastiche postérieur, surtout quand on connaît le goût des érudits, qui commencent à s’intéresser à cette littérature à la fin du XVIIIe siècle puis s’en emparent dans les premières décennies du XIXe siècle, pour l’écriture de tels textes imitant la littérature (post-)médiévale. Ces impressions ludiques offrent donc de multiples pistes de recherche aussi bien pour la réflexion sur la transmission des textes joyeux du XVIe au XIXe siècle, que pour le travail sur les fausses adresses d’imprimeurs de littérature licencieuse au XVIIIe siècle.

Katell Lavéant
Université
 d’Utrecht


 

  1. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, volumes 2-3, Paris : Silvestre, 1843, p. 842 []
  2. Sur l’Enfer des imprimés de la BnF, voir le catalogue de l’exposition qui lui fut consacré en 2007 : Marie-Françoise Quignard & Raymond-Josué Seckel (dir.), L’Enfer de la Bibliothèque : Éros au secret, catalogue d’exposition (BnF, 4 décembre 2007-2 mars 2008), Paris: BnF, 2007. []
  3. Pierre-Gustave Brunet, Imprimeurs imaginaires et libraires supposés : étude bibliographique, Paris : Librairie Tross, 1866, p. 89. []
  4. Voir la notice d’autorité de la BnF. []

Traces de controverses

La valorisation d’un fonds lyonnais de controverses religieuses de la bibliothèque de l’Université Catholique de Lyon (BU Henri de Lubac)

Le fonds Monseigneur Lavallée

Fleury Lavallée (1870-1961) fut une des grandes figures de l’enseignement catholique à Lyon dans la première moitié du XXe siècle. Ayant en partie fait ses études aux grands séminaires de Lyon, il fut nommé prêtre dans ce diocèse avant de devenir professeur de latin en 1900 puis recteur des Facultés Catholiques de Lyon de 1910 à 1945. On suppose que sa bibliothèque, composée en particulier d’ouvrages sur les controverses religieuses des XVIe et XVIIe siècles, fut naturellement intégrée dans celle de l’Université Catholique.

L’histoire de cette collection (provenances, traitement, cotation) reste à faire. Dans le prolongement du projet « Mémoire et Usages des récits et images du Mal », consacré à la fabrique du scandale de 1562 aux lendemains de la Révocation de l’Édit de Nantes et en vue du développement d’un projet de recherche consacré à la transmission confessionnalisée1, une équipe de chercheurs2 s’est attelée à l’analyse et à la valorisation numérique de ce fonds de controverses méconnu.

À ce stade de nos recherches, il est difficile, de savoir précisément où, quand et comment le fonds a été constitué, même s’il existe bien évidemment des indices :

Illustration 1: Coupures de journaux et reçus de vente (Université Catholique de Lyon).

Le travail de « mémoire professionnelle » initié par Isabelle Vouilloux, Responsable des fonds anciens et patrimoniaux à la bibliothèque de l’Université Catholique de Lyon, devrait permettre à terme  de mieux comprendre la logique qui a présidé au rassemblement de ce fonds riche de quelques 130 ouvrages, parmi lesquels une douzaine de recueils factices parfois volumineux (soit plus de 200 pièces).

Ces derniers participent indéniablement de l’attraction du fonds. Notre projet rencontre à ce titre l’intérêt renouvelé porté sur cet objet par la recherche en histoire du livre3. Les recueils factices posent, en effet, des problèmes spécifiques de repérage et de catalogage. L’objectif de notre projet vise à tester la pertinence d’une bibliothèque numérique virtuelle pour accroître la visibilité de ces recueils et, plus largement, de la collection dans laquelle ils prennent place. Nous avons ainsi opté pour un double système de catalogage afin de décrire à la fois le recueil en tant qu’objet, et chacune des pièces qui le constituent.

Un recueil typique

L’hétérogénéité même des pièces rassemblées constitue un défi pour la construction intellectuelle de la bibliothèque virtuelle, et soulève des problèmes méthodologiques spécifiques qu’il nous paraît important de relever.

Certains de ces recueils sont à peine reliés : 

Illustration 2: Recueil de pièces non reliées (Université Catholique de Lyon).

Dans ce cas, un ensemble de 11 pièces est rassemblé par une reliure trop petite en parchemin abîmé, indépendante des exemplaires. Sur le dos, on peut lire « anticoton » et « MDCXI ». Si la thématique est claire, l’ordre des pièces, en revanche, ne peut qu’être sujet à caution.

D’autres recueils présentent des reliures de meilleure facture, quoique d’époques différentes. Mais alors que certains constituent des ensembles relativement homogènes, parce qu’ils rassemblent les écrits par « affaire » (ainsi autour de l’« Anticoton ») ou encore par auteurs4, d’autres n’ont pas le même caractère d’évidence.

Le recueil que je présente ici, relié plus tardivement que les précédents, contient 15 pièces, toutes de format in-4°, dont voici la liste :

1 Mestrezat, Jean, Le Hibou des Jésuites, s. l., M. DC. XXIIII. (1624), 3-30 p.
2 Véron, François, Response au Hibou de Charenton ou Mestrezat, convaincu d’estre nouvel hérésiarque, larron des escrits du Spalatin De Dominis ; Faulsaire ; & destitué de toute preuve ; En son livre de la communion à Jésus-Christ au Sacrement de l’Eucharistie, contre les Cardinaux Bellarmin & du Perron, Paris, J. Mestais, s. d. [paru en 1624 d’après Desgraves (7147)], 24 p.
3 Véron, (François), La Corneille de Charenton despouillée des plumes des oyseaux de Genève & Sedan ; et deffy au Sr Mestrezat, et à ses collègues Ministres, sur son livre intitulé, De la Communion à Jesus-Christ au Sacrement de l’Eucharistie, contre les Cardinaux Bellarmin & du Perron; desrobé et transcript du livre de Turetin Ministre de Genève, intitulé de la Communion à Jésus Christ, où est respondu à ce qu’a dit contre icelle le Cardinal du Perron ; Et du Bouclier de du Moulin ; mis au pieds du Roy…, Paris, Jean Mestais, M. D. C. XXIV (1624), 40 p.
4 Véron, (François), Tous les ministres de France convaincus d’estre Faussaires de l’Escriture saincte, sur tous les principaux Articles de leur Confession de foy, Par un nouveau moyen, Et excommuniez par S. Jean & par S. Paul pour ce crime, Paris, Jean Mestais, M. DC. XXIII. (1623), 28 p.
5 Véron, (François), Les Justes Motifs de la conversion de monsieur le baron de Sainct-Angel, & de Madame sa femme ; Et sommation faicte aux Ministres Durand & Mestrezat de se rendre Catholiques selon leur promesse ; Et leur fuitte, Paris, J. Mestais, M. DC. XXIII. (1623), 40 p. 
6 Gateau, Nicolas, Les ruses et finesses des huguenots. Descouverte par M. Nicolas Gateau, Curé de Se Marguerite de la Rochelle envoyée à son amy Pierre Theophile de la noble lignée de S. Roch en Languedoc sur sa conversion, A Bourdeaux, Jouxte la coppie imprimée à Sainctes par Pierre Bichon, M. DC. XXIII. (1623), 16 p.
7 Harangue faite au roy par les deputez generaux des Eglises Reformees de France, M. DC. XXIII. (1623), 3-13 p. 
8 Le Testament & Sepulchre des Huguenots, Rebelles au roy. Par un Francois zelé de la gloire de Dieu, & du service de son Roy, A la France, A Paris, Chez Jean Martin, au mont S. Hilaire, s. d., 23 p.
9 Meynier, (Honorat de), Le scandale des ministres. Nouvellement recogneu Par le Sieur Du Moulin jadis Ministre de Charantonneau, & de present Ministre de Sedan. Par H. DE M., A Paris, Chez Julian Jacquin, 1623. Avec Approbation, 23 p.
10 L’avant-courrier du Guidon Francois. Avec le Quas-tu veu de la cour, s. n. s. l., M. DC. XX. (1620), 8 p.
 11 Le guidon francois, Ensemble Radamante, armée de vengeance, s. n. s. l., M. DC. XX. (1620), 23 p.
 12 Prince de Condé [Henri II de Bourbon], Lettre de Monseigneur le Prince de Condé. Au Roy, A Tolose, Par la Vesve I. Colomiez, & Raym. Colomiez, Imprimeurs ordinaires de sa Majesté, 1625. Jouxte la Coppie imprimée à Paris, 3-14 p.
 13 Consultation de trois fameux Advocats, sur les affaires publiques, s. n. s. l., M. DC. XXIII. (1623), 16 p. 
 14 Recit veritable des conferences que les pasteurs de l’Eglise de Paris ont eu avec le Sieur Veron. Et particulierement, celle qui a esté tenuë au sujet de Madame la Mareschalle de Themines, s. l., M. DC. XXIIII. (1624), 23 p.
 15 Véron, (François), Relation du voyage au Languedoc du P. Veron, envoyé du Roy pour la reduction des Desvoyez. ou Combats victorieux pour la Religion Catholique contre les Ministres de Nismes, Montpelier, Beziers, Alés, & de tout le bas Languedoc, & des Sevenes ; Avec les Conversions qui s’en sont ensuivies : Mouvements generaux des principaux de Montpelier, Nismes, &c. à abjurer l’heresie ; Et establissement de la Congregation des Missionnaires fondée par les Estats generaux du Languedoc convoquez à Beziers, Paris, François Targa, M. DC. XXV. (1625), 32 p. 
Illustration 3: Pages de titre des pièces 6 et 13 du recueil (Université Catholique de Lyon).

Malgré la diversité relative des pièces rassemblées, elles ont en commun d’avoir été publiées entre 1620 et 1625. On peut distinguer deux ensembles, le premier consacré aux conséquences sur les villes de sûreté protestantes de la première guerre menée par Louis XIII en Béarn ; le second dominé par la personnalité haute en couleur du controversiste François Véron.

1. Regards sur la reprise des tensions de part et d’autre de la fracture confessionnelle 

Les pièces 10 et 11 relèvent de la catégorie du libelle politique. Datées de 1620, anonymes, elles relaient la voix de l’opposition (parti de la reine mère) et s’en prennent au favori Luynes.

La pièce n° 6, de Nicolas Gateau, s’en prend plus particulièrement à La Rochelle, présentée comme une nouvelle Babylone. On notera, au passage, l’explication humorale de l’entêtement diabolique des Huguenots Rochelais : ils « resvent, radotent, sont malades de melancholie asinine, & par l’adustion de la cholere qui n’ont peu vomir depuis sept ou huict ans que le mal de cœur les tient, sont devenus furieux & enragez ».

Les députés Réformés de la pièce n° 7, tout en se distinguant des boutefeux de Montpellier dont la députation sent « par trop la poudre & la mesche de la garnison », supplient le roi de retirer ses troupes de la ville de Montpellier et de démanteler le fort de La Rochelle, cet « espouventail aux navires marchans ». Nous sommes alors en 1623. Deux ans plus tard, Montpellier fera partie des villes où Véron mènera tambour battant sa mission de reconquête des âmes (voir la relation de son voyage en Languedoc).

La pièce n° 13 (Consultation de trois fameux Advocats, sur les affaires publiques) prend le contre-pied de la pièce n° 7 et souligne la nécessité d’une politique belliqueuse à l’égard des villes fortes : « Vous sçavez (Messieurs) qu’il n’y a rien de plus important à la conservation, tant de ceste Monarchie, que de l’authorité du Roy, & à l’establissement d’une ferme paix (choses inséparables) que la destruction & ruine totale des Républiques huguenotes, qui subsistent encore en plusieurs villes de ce Royaume, & particulierement à la Rochelle ».

Quant à la pièce 8, que l’on propose de dater de 1621, c’est une pièce d’éloquence bien singulière saturée d’allusions aux troubles en Béarn, qui en appelle également à la destruction de La Rochelle5.

La pièce n° 12 propose enfin l’éclairage d’un Grand sur la politique du roi, tant à propos de la Valteline qu’à l’égard de La Rochelle.

2. François Véron (1575-1649)

Cet ensemble rassemble les pièces 1-5 et 14-15. Les pièces 1, 2 et 3, où l’on se donne aimablement des noms d’oiseaux, forment une suite autonome. La pièce n° 1 connaît par ailleurs un doublon isolé dans le fonds. C’est toutefois par la pièce 3 (La Corneille de Charenton despouillée des plumes des oyseaux de Geneve & Sedan) qu’il faut commencer la lecture. François Véron s’en prend ici violemment au traité de Mestrezat intitulé De la Communion à Jesus-Christ au Sacrement de l’Eucharistie, et accuse son auteur de plagiat : « Je despouille ceste miserable Corneille des plumes d’autruy ». Ainsi l’origine du titre est à chercher dans l’apologue horatien de la corneille qui se part de plumes étrangères. Dans son adresse liminaire au roi, Véron en profite pour suggérer la création d’un « petit fond » pour financer les missions de « quarante ou cinquante hommes », et ce, afin de contraindre « tous ces oyseaux de prendre leur vol hors de l’air de la France ». L’attaque proprement dite à l’égard de Mestrezat emprunte ses codes au duel :

Illustration 4: Cartel de défi de François Véron (détail).

Le gant est relevé par Mestrezat dans la pièce n° 1 (Le Hibou des Jesuites) qui file la métaphore ornithologique : Véron est un « Hibou » dont les « dix plumes principales » sont « l’ignorance, l’impertinence, l’insolence, l’imposture, l’impudence, le mensonge, la jactance, les injures, la bouffonnerie & l’impiété ». Mestrezat est sans pitié à l’égard d’un fou dont les écrits « sont des choux recuits qui font mal au cœur », d’un charlatan qui croit faire le nouvel apôtre mais n’est qu’un « enfant perdu » que « les enfans […] montrent au doigt », et dont la méthode est « tellement ridicule, qu’il n’y a crocheteur, ny chambriere qui dedans un quart d’heure ne la puisse sçavoir aussi bien que Veron ».

La réplique de Véron ne se fait pas attendre (pièce n° 2). Sa Response au hibou de Charenton est précédée d’une épître au roi où Véron requiert de nouveau les fonds nécessaires aux missions qui doivent permettre de chasser de France tous ces oiseaux de nuit.

La pièce n° 14 est également une réplique à la pièce n° 3 de Véron, et propose une copie des actes de la conférence entre les sieurs Mestrezat et Véron, en présence de la Maréchale de Thémines. Elle contient également, à partir de la page 22 une section intitulée « Des conferences que les Sieurs Durant & Drelincourt ont eu avec le Sieur Veron », qui porte sur la visite de Véron, déguisé en solliciteur de procès, au logis de Monsieur Durand, en compagnie de madame de S. Angel. La séquence est à l’évidence une réplique à la pièce n° 5 (avec des variantes significatives). On voit ici comment les pièces d’un même recueil entrent en écho les unes avec les autres.

La pièce n° 15 – récit publié en 1625 d’une mission de Véron en terres languedociennes – fait le lien avec le premier ensemble et notamment la pièce n’° 7, tout en illustrant la politique de mission menée par le Prédicateur du Roi.

Illustration 5: Les noms des Ministres combattus par François Véron (verso de la page de titre).
« Je les ay attaqué mesmes au milieu de leurs Presches, leur offrant des Theses ou cartels de deffy, pour entrer en conferences avec toutes les conditions qu’ils voudroient, à la veuë de tous ceux qui les suivent, dressant des Theatres aux portes de leurs Temples, y conviant le peuple… »

Reste la pièce n° 9 datée de 1623, qui présente le récit d’une de ces confrontations entre prédicateurs catholiques et ministres réformés, dont Véron se fait une spécialité.

On voit ici la nécessité d’une cartographie des textes qui se répondent et fonctionnent en réseau. La constitution d’une bibliothèque virtuelle de ce fonds devrait permettre d’en mesurer l’intérêt et la richesse.

Isabelle Moreau
IHRIM – ENS de Lyon


 

  1. Projet TRACES, dirigé par Isabelle Moreau, IHRIM, ENS de Lyon []
  2. L’équipe comprend les chercheurs suivants : Mathilde Bernard, MCF, Université Paris Nanterre ; Thibault Catel, MCF, Université de Limoges ; Mathieu de La Gorce, MCF, Université Paris Nanterre ; Julien Léonard, MCF, Université de Lorraine ; Isabelle Moreau, MCF HDR, ENS de Lyon ; Blandine Perona, MCF, UPHF (Valenciennes) ; Fabienne Vial-Bonacci, Assistante d’ingénieure, IRHIM, ENS de Lyon ; Isabelle Vouilloux, responsable des livres anciens et des fonds patrimoniaux de la Bibliothèque Henri de Lubac de l’Université Catholique de Lyon. []
  3. Le projet Sammelband 15-16 piloté par Malcolm Walsby (ENSSIB, Lyon) témoigne de l’extraordinaire dynamisme de la recherche en ce domaine. Ce projet a notamment été présenté le 3 mai 2019, à l’École normale supérieure de Lyon, lors d’une journée sur les recueils factices organisée par les membres du Groupe d’analyse de la dynamique des genres et des styles (GADGES, Lyon 3). []
  4. Le fonds possède ainsi un recueil de 25 pièces toutes de François Véron ; un autre recueil rassemble les écrits de Gontery et du Perron. []
  5. Il est en effet fait allusion à une comète chevelue parue trois ans auparavant : il s’agit sans doute de la grande comète de novembre 1618, ce qui donne 1621 comme date probable de publication. []

Des livres de fleurs peintes sur papier et parchemin : repenser le florilège

La Bibliothèque nationale de France possède un codex de 54 gouaches sur parchemin habituellement appelé Florilège de Nassau-Idstein (Inv.-Nr. Manuscrit. Rés. Ja-25-Fol) et connu à l’étranger sous le nom de ‘Nassau Florilegium’. Peint par Johan Jakob Walther (ou Johann Walter) entre 1652 et 1665, il inclut des representations du Comte de Nassau, du château et du  jardin d’Idstein, et des fleurs et fruits de ce jardin1. Deux autres institutions européennes comptent des volumes similaires du Florilège de Nassau-Idstein dans leurs collections. Le Victoria and Albert Museum à Londres possède 133 études de fleurs ainsi que plusieurs vues du jardin peintes sur papier et reliées en deux volumes (Inv.-Nr. 9174 & 9175) (illustration 1)2. Le Städel Museum à Francfort a récemment fait connaître ses deux volumes du Florilège (Inv.-Nr. Bibl. 1596), contenant 130 gouaches de fleurs sur parchemin3.

Illustration 1: Une étude de fleur tirée du volume 1 du Florilège de Nassau-Idstein conservé au Victoria and Albert Museum (H 600 mm x L 462 mm). Image: © Victoria and Albert Museum, Londres.

Le florilège : une catégorie de livre

Les différents volumes du Florilège de Nassau-Idstein sont le produit d’un art du jardin et d’une horticulture florissants dans la première modernité, en particulier au XVIIe siècle. Au sens le plus général, un florilegium – littéralement : un ‘livre de fleurs’ – est une collection d’images de fleurs. Les florilèges sont essentiellement des livres d’images. La gravure sur cuivre (parfois coloriée à la main) et la peinture à la main à la gouache ou à l’aquarelle sont les deux techniques majeures pour produire un florilège. Le texte n’apparaît souvent que dans les sections d’introduction pour indiquer la possession des plantes, ainsi que dans les légendes des illustrations. Les florilèges du XVIIe siècle ont tendance à montrer la floraison des plus précieuses variétés cultivées, et proposent souvent plusieurs variations de couleurs de la même fleur. Beaucoup de florilèges, dont le Florilège de Nassau-Idstein, sont liés à des sites spécifiques dans lesquels ces fleurs existaient, ce qui en fait une sorte de catalogue visuel des collections de plantes d’un jardin4

Cependant, le florilège en tant que catégorie de livre n’est pas aussi homogène que décrit ci-dessus. Ce billet de blog vise donc à problématiser certaines questions connexes que j’ai rencontrées après une année de recherche doctorale. Mon projet examine le Florilège de Nassau-Idstein et les florilèges manuscrits similaires en tant qu’objets matériels. En étudiant de près le contenu, les matériaux et les techniques d’une sélection de florilèges du XVIIe siècle, je cherche à mieux comprendre la production artistique et intellectuelle de ce genre de livre. Ainsi, que nous apprend l’application de l’aquarelle et de la gouache sur les fleurs dans ces études concernant la science  des couleurs dans la première modernité ? En plus de leur valeur artistique, les florilèges présentent-ils une valeur épistémique dans la promotion ou la production des connaissances visuelles sur les plantes à la Renaissance et au XVIIe siècle ?

Fonctionnalité et contexte de production

Un premier pas vers la réponse à ces questions est de saisir l’ampleur et la diversité des florilèges du XVIIe siècle. Le Florilegium (vers 1589) du graveur Adriaen Collaert (illustration 2) est le premier à avoir utilisé ce mot pour désigner une collection d’images de fleurs5.

Illustration 2: Une planche du Florilegium d’Adriaen Collaert’s florilegium (H 177 mm x L 126 mm). Image: Rijksmuseum, Amsterdam.

Le livret fonctionne davantage comme un livre de patrons pour les textiles et autres objets d’artisanat6. Ainsi, même s’il s’agit d’un florilège en tant que livre de fleurs du jardin, il a une fonction primaire différente de celle du Florilège de Nassau-Idstein. En 1608, le graveur Pierre Vallet publie Le Jardin du Roy tres Chrestien Henry IV (illustration 3)7.

Illustration 3: Une planche du florilège de Pierre Vallet (H 361 mm x L 252 mm). Image: BnF, Paris.

Le florilège représente des fleurs du jardin d’Henri IV, mais il sert aussi de livre de modèles, Vallet l’ayant intentionnellement conçu pour et dédié à Marie de Médicis et à son cercle de broderie8. L’un des florilèges les plus célèbres est l’Hortus Eystettensis (1613) de Basilius Besler (illustration 4)9. Les plantes de ce florilège somptueux furent dessinées à partir de spécimens récoltés dans le jardin de l’évêque Johann Konrad von Gemmingen à Eichstätt, en Bavière10. La fonction du florilège comme catalogue d’images d’un jardin est donc beaucoup plus enracinée dans le livre de Besler.

Illustration 4: Une planche du florilège de Basilius Besler (H 55cm). Image: Jardins botaniques royaux, Madrid.

Les trois florilèges imprimés montrent le caractère fluide et souple du genre. En un sens, le Florilège de Nassau-Idstein est un exemple sans ambiguïté, malgré le fait que de nombreux détails historiques restent inconnus et que les questions relatives aux volumes qui nous sont parvenus demeurent sans réponse. Le Florilège de Nassau-Idstein fonctionne comme l’Hortus Eystettensis de Besler, mais avec des pages peintes à la main au lieu de planches gravées. Il catalogue les plantes cultivées dans le jardin du comte de Nassau à Idstein. La correspondance entre le comte de Nassau et Johann Jakob Walther nous indique que le peintre se rendit au moins huit fois de son domicile à Strasbourg au domaine du comte à Idstein pour son travail sur les études florales11. Le Florilège de Nassau-Idstein, dans son ensemble, présente une attribution relativement claire concernant son peintre, son mécène et son jardin. En comparaison, de nombreux florilèges manuscrits ne disposent pas d’une documentation aussi complète ; il est donc plus difficile d’en apprendre davantage sur leurs fonctions et leurs contextes de production envisagés.

Problèmes de titre, de description et de contenu

Le Florilège de Nassau-Idstein est considéré comme l’une des meilleures œuvres du genre, ce qui inscrit ses volumes parmi les plus prisés à inclure et à présenter dans les expositions. Il existe un certain nombre de florilèges manuscrits du XVIIe siècle tout aussi remarquables, dont le Codex Gottorfer (Inv.-Nr. KKSgb2947-KKSgb2950) conservé au Musée des Beaux-Arts du Danemark (Statens Museum for Kunst) à Copenhague (figure 5)12.

Des fac-similés magnifiquement imprimés de ces florilèges et des reproductions dans des catalogues d’exposition ont permis aux chercheurs et au public de les admirer et de les étudier assez facilement. Les florilèges avec des mécènes et des peintres moins connus ou de moindre qualité ne partageaient pas la même accessibilité dans le passé. Heureusement, grâce aux notices de plus en plus complètes des catalogues en ligne et à la récente vague de numérisation des collections de livres rares, de nombreuses institutions ont fait revivre pour le lecteur moderne des florilèges auparavant moins connus.

Illustration 5: Une étude de fleur du Gottorfer Codex (H 505 mm x L 385 mm). Image: Musée des Beaux-Arts du Danemark, Copenhague.

Néanmoins, identifier un florilège potentiel dans une bibliothèque ou une collection de musée n’est pas une tâche aisée. Les florilèges imprimés incluent habituellement les mots florilegium ou hortus (ou bien leurs traductions vernaculaires) dans leurs titres. Les florilèges manuscrits, en revanche, sont souvent sans titre et l’on doit donc se fier aux descriptions pour les identifier. Dans de nombreux cas, au lieu d’utiliser le terme de florilège, un volume pouvait être simplement décrit comme une collection d’aquarelles ou de gouaches de plantes. Parfois, la description d’un volume pourrait laisser penser que l’on se rapproche d’un florilège, mais elle peut se rapporter à un contenu très différent. Par exemple, un codex de la Dumbarton Oaks Research Library and Collection à Washington, D.C., est aujourd’hui décrit comme une “Collection de 78 planches de plantes en aquarelle (N° Inv.014234313)” (illustration 6)13. En ouvrant le livre (numérisé), cependant, il m’est apparu clairement que le volume est un herbier, qui décrit les propriétés médicinales d’un certain nombre de plantes illustrées.

Illustration 6: Exemple de deux descriptions et de deux illustrations de plantes de la “Collection de soixante-dix-huit planches d’aquarelles de plantes” (H 200 mm). Image: Dumbarton Oaks Research Library and Collection, Washington, D.C.

Pourtant, ce type de description neutre est, à mon avis, une bonne pratique pour les codex sans titre. Souvent, un codex contenant des images de plantes échappe à toute catégorisation stricte. Par exemple, l’Herbarium Danicum sempervivum (Inv.-Nr. GKS 722 folio) de la Bibliothèque royale du Danemark (Det Kongelige Bibliotek) à Copenhague comprend deux parties distinctes (illustration 7)14. La première moitié appartient plus typiquement à la tradition européenne renaissante des herbiers, avec des plantes médicinales ou utilitaires dont la plupart des parties (racines, feuilles et fleurs) sont représentées. La seconde moitié, cependant, ressemble au contenu et à l’esthétique d’un florilège, présentant des tulipes, des oeillets, des jacinthes et autres fleurs de jardin écloses, dans des variations de couleurs différentes. Ce livre est à la fois une plante et un florilège, et le classer comme l’un ou l’autre limiterait notre compréhension du codex.

Illustration 7: Une étude de plantes de la première moitié (à gauche) et une étude de fleurs de la seconde moitié (à droite) de l’Herbarium Danicum sempervivum (H 420 mm x L 280 mm). Image : Bibliothèque royale du Danemark, Copenhague.

Les limites du florilège en tant que catégorie de livre

Les questions mentionnées ci-dessus peuvent être à la fois trop généralisantes et trop tatillonnes. Cependant, au fur et à mesure que j’étudie d’autres codex contenant des fleurs et des plantes peintes, je me rends compte de la nécessité de repenser la définition du florilège, et je me demande si le concept de catégorie de livre est utile pour comprendre ces collections de gouaches et d’aquarelles végétales. Malgré le nombre croissant de volumes que j’ai pu consulter, il est devenu évident que je ne vois pas un panorama complet de l’étendue et de la diversité des œuvres qui nous sont parvenues. Il n’est même pas possible de se rendre dans les grandes bibliothèques de toutes les villes européennes pour examiner en personne les codex d’aquarelles et des gouaches végétales ; de nombreuses collections moins connues attendent peut-être encore d’être numérisées, ou même d’être aussi inscrites et décrites dans des catalogues.

L’un des objectifs de mes recherches de doctorat est de commencer à dresser une liste des collections d’aquarelles et de gouaches de plantes dans la première modernité, afin d’encourager des recherches futures sur ces matériaux pour toutes les personnes intéressées. Je lance donc aussi un appel aux conservateurs, aux bibliothécaires, aux archivistes, aux chercheurs ou à toute personne qui connaît l’existence de collections similaires d’images botaniques pour me faire parvenir certaines informations (description, créateur, date, numéro de catalogue, institution institution de conservation, image, etc.) Un ouvrage de haut niveau et bien documenté comme le Florilège de Nassau-Idstein est un excellent point de départ pour mieux comprendre les florilèges manuscrits de la première modernité. Mais pour obtenir une perspective encore plus complète et holistique sur ces collections d’aquarelles/gouaches de plantes, il nous faudra un effort collectif.

Jessie Wei-Hsuan Chen
Université d‘Utrecht

  1. Pour une introduction générale sur ce florilège, voir Laure Beaumont-Maillet, Le Florilège de Nassau-Idstein: Johann Walter (Paris: Bibliothèque nationale de France, 2010). []
  2. Pour une introduction générale sur ce florilège, voir Gill Saunders, Picturing Plants: An Analytical History of Botanical Illustration (Londres: Zwemmer / Victoria and Albert Museum, 1995), 41; Jenny De Gex, ed., So Many Sweet Flowers: A Seventeenth-Century Florilegium, Paintings by Johann Watther 1654 (Londres: Pavilion Books, 1997). []
  3. Pour une introduction générale sur ce florilège, voir Jenny Graser & Martin Sonnabend, “Johann Walter der Ältere und das Florilegium des Grafen Johannes von Nassau-ldstein”, Maria Sibylla Merian und die Tradition des Blumenbildes von der Renaissance bis zur Romantik, éd. Magdalena Bushart, Catalina Heroven, Michael Roth & Martin Sonnabend (Frankfurt am Main & Münich: Staatliche Museen zu Berlin – Preußische Kulturbesitz, Städel Museum / Hirmer Verlag, 2017), 101–115. []
  4. Sur le genre du florilège, voir Saunders, Chapitre 2: Florilegia and Pattern Books, 41–64; Claus Nissen, Die botanische Buchillustration: Ihre Geschichte und Bibliographie (Stuttgart: Hiersemann Verlags-Gesellschaft m.b.H., 1951), 66–80; Wilfrid Blunt & William T. Stearn, The Art of Botanical Illustration, réédition (Suffolk: ACC Art Books, 2015), 13–14. []
  5. Adriaen Collaert, Florilegium (Antwerp: Philips Galle, c. 1589). Voir la version numérisée (consultée le 27 août 2019). []
  6. Nissen, 68–69. []
  7. Pierre Vallet, Le jardin du roy très chrestien Henry IV, Roy de France et de Navarre. Dédié à la Royne (Paris: Pierre Vallet, 1608). Voir la version numérisée (consultée le 27 août 2019). []
  8. Blunt & Stearn, 99–100. []
  9. Basilius Besler, Hortus Eystettensis (Nüremberg: [s.n.], 1613). Voir la version numérisée (consultée le 27 août 2019). []
  10. Nissen, 71–73; Blunt & Stearn, 104–106. []
  11. Graser & Sonnabend, 105. []
  12. Voir la version numérisée (consultée le 27 août 2019). []
  13. Voir la version numérisée (consultée le 27 août 2019). []
  14. Voir la version numérisée (consultee le 27 août 2019). []

‘Crisis or Enlightenment’, compte-rendu d’un colloque sur l’histoire du livre à St Andrews

Pour une douzième année de suite, le mois de juin a vu des historiens du livre se rassembler dans la petite ville universitaire de St Andrews en Écosse. Du 20 au 22 juin, une cinquantaine de chercheurs couronnés et débutants se sont réunis sous l’égide du Universal Short Title Catalogue pour écouter vingt-quatre communications sur la thématique de « Crisis or Enlightenment ? Developments in the Book Trade, 1650-1750 ». L’événement a attiré des participants d’horizons aussi divers que la Colombie et le Danemark, et 16 pays ont été représentés en tout.

Co-organisé par Arthur der Weduwen (St Andrews) et Ann-Marie Hansen (Rennes 2), le colloque fut l’occasion d’esquisser l’état des développements dans le commerce de l’imprimé entre 1650 et 1750, et notamment d’interroger les liens entre les mouvements intellectuels et le marché de l’époque. Les présentateurs firent valoir des évolutions dans la distribution des livres et dans leur collection, dans les modes de censure et les goûts de lecteurs. Furent présentés aussi bien des histoires de banqueroute et de crise comme d’autres d’innovation et de résilience. Ensemble, les différents discours contribuèrent à évoquer la constance de modes établis dans l’édition et la collection et la popularité continue de certains genres d’imprimés. Bien que le monde européen du livre fût marqué par des procédés commerciaux et d’érudition changeants, le marché de l’imprimé autour de 1700 était d’une force suffisante pour surmonter les crises environnantes. En fait, les libraires, imprimeurs et lecteurs maintenaient un goût pour les vieux textes tout autant sinon plus que pour les nouveaux.  

Conférence plénière de Dominique Varry (ENSSIB). (Photo de Nora Epstein)

Deux conférenciers présentèrent les fruits de longues années de recherche : les professeurs Ian Maclean (Oxford) et Dominique Varry (ENSSIB). Ce premier détailla l’effet de l’avènement des journaux savants sur le commerce international via les foires de livres en Allemagne, et ce dernier présenta ses travaux sur l’identification de fausses adresses dans la production lyonnaise du XVIIIe siècle. Pour agrémenter le colloque, une exposition fut montée par des collègues du fonds Special Collections de la bibliothèque universitaire de St Andrews. Répondant aux communications des intervenants, l’exposition fut l’occasion pour tous de consulter le plus ancien imprimé mexicain de la bibliothèque par exemple, ainsi que divers catalogues de ventes aux enchères datant du XVIIe siècle.

Les participants au colloque eurent droit à une exposition privée des Special Collections de la bibliothèque universitaire de Saint Andrews. (Photo de Nora Epstein)
Pour nouer avec les années précédentes, le colloque fut l’occasion de lancer le volume d’actes édité par Shanti Graheli, Buying and Selling: The Business of Books in Early Modern Europe (Brill, 2019) réunissant 24 articles développés à partir du colloque qu’elle organisa en 2015. Les actes de 2016 viennent de paraître dans la même collection sous le titre de Negotiating Conflict and Controversy in the Early Modern Book World, et ceux de cette année sont maintenant en préparation. L’année 2020 sera l’occasion d’un nouveau colloque portant le titre Gender and the Book Trades qui se penchera sur les questions autour du genre dans le commerce du livre et sur l’apport des études de genre pour l’histoire du livre. Pour plus d’informations, l’appel à contributions est dorénavant disponible en ligne.

Les organisateurs tiennent à signaler leur reconnaissance pour l’appui financier de la School of History de l’Université de St Andrews, et du comité Transnational Affairs de la Society for the History of Authorship, Reading and Publishing.

Ann-Marie Hansen
Université Rennes 2

Le Livre et la Mort, une exposition conjointe des bibliothèques Mazarine et Sainte-Geneviève à Paris

Inaugurée dans le cadre du 18e congrès international de l’association Danses macabres d’Europe (19-23 mars 2019), l’exposition en cours à la Bibliothèque Mazarine et à la Bibliothèque Sainte-Geneviève explore les liens qui unissent la mort et l’écrit. Les pièces exposées, issues principalement des collections des deux établissements, mais aussi de la Bibliothèque nationale de France – département de la Réserve des Livres rares ainsi que de collections particulières, illustrent la diversité des apparitions de la Mort dans le livre européen, du Moyen Âge au 18e siècle.

Fléaux de tous ordres et angoisse de la fin des Temps favorisent une expansion du macabre à la fin du Moyen Âge. « Incarnations » de la Mort et représentations des morts investissent alors le livre, bien au-delà des répertoires privilégiés que sont les arts de mourir, les livres d’heures et les danses macabres. La Mort elle-même, comme figure et comme sujet, fait son entrée en littérature au 14e siècle, suscitant une appréhension moins abstraite du trépas. On dit et on représente désormais la déchéance des corps, souvent associée aux fins dernières que sont le Jugement, l’Enfer et le Ciel. Le corpus des images évolue, infléchi par l’Humanisme, la Réforme et la reconquête catholique, touché par l’évolution du cérémonial funéraire, s’adaptant aux nouvelles pratiques sociales d’encadrement de la mort. L’épigraphie, le manuscrit puis l’imprimé ont été mobilisés pour préserver le souvenir des disparus, et le rapport d’intimité qui lie le livre au lecteur a fait du premier le miroir privilégié des interrogations du second sur sa propre finitude.

À travers l’illustration peinte et gravée, l’ornement typographique, la reliure ou l’héraldique, se déploie une iconographie funèbre ou macabre fascinante, avec ses scénographies et sa gestuelle (la Mort qui frappe, fauche, entraîne, moque, désigne, triomphe…), ses attributs et symboles (faux, dard, crâne, tibia, larmes, torchères, chauve-souris, outils du fossoyeur…), dont il importe de comprendre le sens et les évolutions.

Illustration 2 : La mort frappant, dans un Livre d’heures imprimé à Paris par Gilles et Germain Hardouyn, Paris, 1518 (Bibliothèque Mazarine, 8° 34966 Rés.)

Memento mori

La première partie de l’exposition illustre le développement d’une sensibilité macabre à la fin du Moyen Âge, qui s’explique par la conjonction de différents facteurs : les fléaux du temps, la peste et la guerre ; les changements d’une société désormais plus complexe, où l’individu émerge du groupe ; la prédication des ordres mendiants qui, incitant les populations à faire leur salut, martèle l’inéluctabilité de la mort. Le cadavre en décomposition revêt à cette fin une puissance émotionnelle et pédagogique incontestable. Il investit les sermons, mais également les peintures murales, la statuaire, les livres de prières, la littérature de dévotion comme profane, en se confrontant au vivant en un memento mori insistant ; c’est la lamentation du Vado mori, la Danse macabre, le « dit » des trois morts et des trois vifs.

Illustration 3 : Danse macabre, Paris, 1490 (Bibliothèque Mazarine, Inc. 593)

Les fins dernières se matérialisent également dans le livre et son illustration : les livre d’heures, les manuels de confession, le calendrier des bergers donnent ainsi à voir le Jugement, la dispute de l’âme, et tout particulièrement l’enfer et ses peines. Le devoir de chacun est alors de se préparer à la mort, et à une bonne mort. L’Ars moriendi met en scène le mourant, particulièrement vulnérable aux assauts du diable qui lui souffle le désespoir et l’incroyance ; il énonce les inspirations angéliques à suivre ; il met l’accent sur l’agonie, tournant où se joue le devenir de l’âme, entre salut et damnation. La pensée humaniste relativisera cette alternative terrible en plaçant la vie au centre des conceptions des fins dernières et en faisant du bien vivre la condition majeure du bien mourir.

 

Illustration 4 : Ars moriendi, Paris, 1496 (Bibliothèque Sainte-Geneviève OEXV 671 Rés.)

Illustration 5: Manuel de confession, Paris, vers 1488 (Bibliothèque Mazarine, Inc. 1254)

Figures de la Mort

Le cadavre en décomposition ou le squelette, alter ego grimaçant de chaque personnage de la Danse macabre, devient finalement, à partir du début du 14e siècle, le symbole de celle des fins dernières, la Mort, qui est le plus souvent racontée et imagée. Elle s’insère dans les formes littéraires les plus variées, des poèmes de la fin du Moyen Âge où elle tient le premier rôle (comme le Pas de la Mort d’Amé de Montgesoie) aux Fables de La Fontaine où elle dialogue avec le bûcheron ou le vieillard, en passant par le livre d’emblèmes qui par l’association d’une sentence, d’une image et d’un court commentaire, régénère le discours ancien sur les fins dernières et annonce le thème de la vanité. Munie d’attributs sanglants (dard, flèche, faux), funèbres (pelle, cercueil), moralisateurs (sabliers, miroirs), la figure grimaçante se codifie jusqu’au stéréotype tout en suscitant toujours l’inventivité des enlumineurs et des graveurs.

Illustration 6 : La mort et le bucheron, gravure d’après Jean-Baptiste Oudry dans Jean de La Fontaine, Fables, Paris, 1755 (Bibliothèque Sainte-Geneviève, FOL W 327-330 inv. 465-468 Rés.)

Le processus de stylisation aboutit à la mise en œuvre d’un registre ornemental que le papier, le cuir et le parchemin partagent avec bien d’autres supports. Larmes d’argent sur fond noir, crânes et tibias entrecroisés investissent les bandeaux et culs-de-lampes des éloges et oraisons funèbres mais aussi leurs reliures ; le deuil de Catherine de Médicis et l’intense religiosité de Henri III, fondateur de plusieurs confréries pénitentes, marquent les débuts de la reliure funèbre et macabre.

Illustration 7: Reliure à décor macabre, Paris, vers 1586 (Bibliothèque Mazarine, 4° 18890 Rés.)

Célébration des morts

La célébration des morts, de chaque défunt dans son individualité, s’inscrit d’abord dans le temps court de la destinée terrestre et de son immédiat après. La représentation de l’office funèbre et de l’enterrement est fréquente dans le livre d’heures. Elle montre le faste des funérailles princières, chapelles ardentes, « poêles » ou draps funéraires chatoyants ornés de symboles héraldiques, nombreux deuillants ou pleurants ; elle montre aussi le dépouillement du corps cousu dans son linceul et ainsi placé dans la fosse, en un temps où la terre des cimetières est sans cesse remuée pour laisser place aux nouvelles sépultures et alimenter le charnier attenant.

Illustration 8 : Pompe funèbre de Charles-Quint, Anvers, 1559 (Bibliothèque Sainte-Geneviève, FOL W 348 inv. 501 Rés. (P.1).)

La célébration des morts s’inscrit aussi dans le temps long de la destinée de l’âme et des fins dernières. Le Concile de Trente valide le Purgatoire (que les protestants rejettent), troisième lieu de la géographie de l’au-delà où les âmes finissent d’expier leurs péchés ; la Contre-Réforme encourage la solidarité des vivants envers les morts. Le livre témoigne de la prégnance de la prière pour les défunts, à travers les écrits d’un Sainte-Marthe (De la piété envers les morts) et les livrets des nombreuses confréries des fins dernières. « Aere perennius », le livre et son illustration prolongent l’écho des éloges et oraisons prononcés en l’honneur des morts, le spectacle des cortèges funèbres et des éphémères catafalques baroques. La fonction de ces monuments de papier est ambiguë ; tout en célébrant les défunts, ils glorifient les vivants.

Illustration 9 : Billet d’enterrement, 1738 (Bibliothèque Mazarine, 2o 2652 U-34/50)

L’exposition se visite du 21 mars au 21 juin à la Bibliothèque Mazarine du lundi au vendredi, 10h-18h, et à la Bibliothèque Sainte-Geneviève du lundi au samedi, 10h-22h.

Florine Lévecque-Stankiewicz
Bibliothèque Mazarine