Curieux mélanges : les fausses pistes chronologiques d’éditions de livres licencieux

Les livres joyeux qui connurent une production importante au XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, parodies de textes sérieux tels que sermons, ordonnances ou pronostications, font partie de ces livres souvent voués à la destruction assez rapidement après avoir été imprimés, du fait de leur petit format, de la forte manipulation à laquelle ils devaient être soumis, et du peu de prestige des textes qu’ils contenaient, destinés à une lecture de loisir. Lorsqu’on travaille sur ce corpus, on trouve rarement plus d’un exemplaire d’une édition joyeuse, et plus souvent encore on doit se contenter de mentions frustrantes, qui évoquent l’existence ancienne d’éditions désormais perdues ou en tout cas introuvables dans les bibliothèques publiques. Or, en suivant la trace de rééditions de textes obscènes tels que la Pronostication des cons sauvages (première édition répertoriée : s.n., s.l. [Lyon], vers 1520, USTC 79223) ou la Source du gros fessier des nourrices (première édition répertoriée : Rouen : Jean L’Homme pour Yves Gomont, vers 1550, USTC 89764), je me trouvai face à un problème inattendu: la mise au jour d’une profusion d’exemplaires d’éditions du début du XVIIe siècle.

Illustration 1 : page de titre de la Source du gros fessier, édition Gomont.

C’est du moins ce qui ressortait d’une recherche avec les outils bibliographiques les plus usuels, qu’il s’agisse des catalogues de bibliothèques ou des méta-bases de données comme le Universal Short Title Catalogue (USTC). Brunet, dans son Manuel du libraire, dit ainsi d’un Procez et amples examinations sur la vie de Caresme-Prenant… traduit de l’italien, s.n., Paris, 1605 :

Cette édition originale est fort rare ; mais il y a une réimpression sous la même date, laquelle est ordinairement accompagnée des pièces suivantes aussi réimprimées : Traicte de mariage entre Julian Peoger, Lyon, 1611 – La copie d’un bail et ferme faicte par une jeune dame…, Paris, 1609 – La raison pourquoy les femmes ne portent barbe au mention, Paris, 1601 – La source du gros fessier des nourrices… avec la complainte de monsieur le cul contre les inventeurs de vertugalles, Rouen – la source et origine des c… sauvaiges…, Lyon, 1610 – La grande et veritable prognostication des c… sauvaiges…Sermon joyeux d’un depucelleur de nourrices, in-8. Ces huit pièces ainsi réunies sont recherchées à cause de la singularité de leurs titres1.

Brunet mentionne encore qu’il existe une réimpression datant d’une quinzaine d’années avant l’impression de son Manuel, qui entre bien dans la lignée des éditions de littérature joyeuse du XVIe siècle qui fleurirent au début du XIXe siècle. Il ne donne aucune précision concernant la date de la première réimpression citée, mais c’est bien là un détail qui met la puce à l’oreille. Vu la rareté aujourd’hui, et dès le XIXe siècle (et même avant), des exemplaires des éditions de texte joyeux du début du XVIIe siècle, il est impossible d’envisager l’existence de plusieurs volumes qui rassembleraient un exemplaire du Procez produit à cette époque et mis en recueil avec des exemplaires d’une série d’autres éditions de la même période.  

Illustration 2 : le signalement des éditions dans le catalogue de la BnF, pour la recherche des éditions du Procez de Caresme-Prenant.

C’est en allant consulter ces éditions, présentes notamment à la Bibliothèque nationale de France en nombreux exemplaires, souvent dans des volumes disparates assemblant certains mais pas nécessairement tous ces titres ensemble, et dans un ordre variable, que l’on comprend ce que Brunet omit de signaler à propos de ces réimpressions. L’aspect du papier, de la typographie, de l’impression des caractères, les lettrines, bandeaux et culs de lampe utilisés ne laissent pas place au doute : toutes ces éditions datées du début du XVIIe siècle sont en fait des éditions de la fin du XVIIIe siècle.

Illustration 3 : page de titre d’une des éditions du Procez de Caresme-Prenant.

Non datées ni signées, sans introduction ni aucun autre paratexte qui pourrait indiquer qu’elles sont des éditions postérieures aux premières années du XVIIe siècle, elles proposent parfois une tentative de mise en page qui imite bien les pages de titre de ces années – mais ce n’est même pas toujours le cas, comme en témoigne la page de titre du Procez de Caresme-Prenant ci-dessus, caractéristique du XVIIIe siècle, ainsi que, ici ou là, l’ajout de gravures licencieuses typiques des parutions libertines des Lumières.

Illustration 4 : Page de titre interne de la Source du gros fessier des nourrices, pourvue d’une gravure obscène, à la suite du texte de la Pronostication des cons sauvages.

C’est pourtant le plus souvent la date affichée sur l’édition qui est celle reprise par les catalogues des bibliothèques, ce qui crée la confusion pour les chercheurs travaillant sur ces textes, en créant un corpus fantôme de multiples éditions qui semblent avoir été produites dans les premières années du XVIIe siècle.

Dater précisément ces éditions, au-delà d’une estimation générale vers la fin du XVIIIe siècle, reste cependant difficile, en l’état de tout indice bibliographique précis. Vu la foison d’exemplaires que l’on trouve au gré de la recherche, il est probable d’ailleurs qu’il existe plusieurs éditions d’un même titre, concurrentes peut-être, ou au contraire rééditions par le même libraire face au succès probable de la vente sous le manteau de ces textes scabreux, qui ont valu à un certain nombre de ces livres de se retrouver classés sous la cote ENFER de la BnF2. Il faudrait procéder à une enquête approfondie sur certains bandeaux et culs-de-lampe pour les associer à des imprimeurs répertoriés pour la période.

Dans un cas que j’ai pu étudier, un élément matériel permet cependant de dater une série un peu plus précisément. Le volume de la BnF coté 16-Z-4406 a visiblement bénéficié d’une restauration lui donnant une nouvelle relire moderne, mais dans laquelle a été conservé un défet d’une reliure plus ancienne, un fragment provenant d’une édition des Œuvres posthumes de Frédéric II, roi de Prusse, Berlin : chez Voss & fils et Decker & fils, 1788. On voit clairement comme une feuille non coupée des pages 329 et 336 a été utilisée pour renforcer la reliure d’origine. On pourrait donc dater la production de cette édition des Procez de Caresme-Prenant en 1788 ou dans les années suivantes, si l’on admet que ce fragment des Œuvres de Frédéric II fut utilisé pour sa première reliure, dès le moment de son impression.

Illustration 5 : défet de reliure des Œuvres posthumes de Frédéric II, conservé dans un volume restauré du Procez de Caresme-Prenant et d’autres fausses éditions.

Pour autant, si l’on voit bien l’intérêt de dater ces de fausses éditions du début du XVIIe siècle pour les imprimeurs et les libraires du dernier tiers du XVIIIe siècle, autant par souci de se protéger lorsqu’ils se risquaient à cette production osée que, sans doute, par interaction ludique avec leurs acheteurs, un certain nombre de questions subsiste autour des sources imprimées qui ont pu inspirer ces éditions.

En effet, on peut bien identifier les sources de plusieurs des textes repris dans ce florilège, tels que la Pronostication des cons sauvages et la Source du gros fessier des nourrices cités au début de ce billet. Dans le cas de la Source du gros fessier, les éditions annoncent souvent qu’il s’agit d’une réédition de celle faite par Yves Gomont à Rouen vers 1550, en faisant une légère erreur de lecture : Gomont devient Bomont (voir l’illustration 4). Le texte correspond effectivement à l’édition originale de Gomont, qui semble bien avoir servi de modèle à la réédition du XVIIIe siècle, sans que l’on sache cependant quelle fut la chaîne exacte de transmission du texte sur plus de deux cents ans. On trouve cependant aussi des fausses adresses. Ainsi, deux éditions de la Pronostication des cons sauvages indiquent qu’elles ont été imprimées par ou pour un Jean de la Montagne à Lyon, tantôt en 1610, tantôt avec une datation sans doute plus conforme à la vérité la situant en 1797. C’est d’ailleurs cette édition qui est citée en regard de cette fausse adresse répertoriée dans le répertoire des imprimeurs imaginaires de Brunet3.

Illustration 6 : les deux éditions comportant la fausse adresse de Jean de la Montagne.

Enfin, certains textes, comme la savoureuse Copie d’un bail et ferme faicte par une jeune dame de son con pour six ans, sont tout simplement intraçables dans la littérature du XVIe et du début du XVIIe siècle. L’édition du XVIIIe siècle indique que le texte original aurait été imprimé par ou pour un Pierre Viart à Paris en 1609. Or un seul libraire-relieur répondant au nom de Pierre Viart semble avoir exercé à Paris, bien avant l’impression possible de cette édition, puisqu’il fut actif de 1518 à 15234. On n’a pas retrouvé d’édition du XVIe ou du début du XVIIe siècle qui pourrait avoir servi de modèle à sa copie du XVIIIe siècle, dont le premier état du texte ne surgit donc qu’à ce moment.

Illustration 7 : page de titre de la Copie d’un bail

Sur un plan littéraire, le texte semble authentique : il reprend les graphies, la syntaxe et les traits de langage observables dans le corpus joyeux du XVIe siècle, de même que la propension des auteurs de la culture joyeuse à livrer des versions parodiques d’actes juridiques et notariés. Cependant, en l’absence de toute trace d’une édition effectivement produite en 1609 et dont on aurait au moins conservé une mention dans les premières bibliographies, et vu l’ajout d’adresses d’imprimeurs-libraires fantaisistes dans ce corpus à des titres bien identifiés au XVIe siècle, on peut hésiter à admettre sans aucun doute qu’il y ait eu un modèle avéré à cette édition de la fin du XVIIIe siècle. De là à douter de l’authenticité du texte, il n’y a qu’un pas. Il ne faut en effet pas exclure la possibilité d’un pastiche postérieur, surtout quand on connaît le goût des érudits, qui commencent à s’intéresser à cette littérature à la fin du XVIIIe siècle puis s’en emparent dans les premières décennies du XIXe siècle, pour l’écriture de tels textes imitant la littérature (post-)médiévale. Ces impressions ludiques offrent donc de multiples pistes de recherche aussi bien pour la réflexion sur la transmission des textes joyeux du XVIe au XIXe siècle, que pour le travail sur les fausses adresses d’imprimeurs de littérature licencieuse au XVIIIe siècle.

Katell Lavéant
Université
 d’Utrecht


 

  1. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, volumes 2-3, Paris : Silvestre, 1843, p. 842 []
  2. Sur l’Enfer des imprimés de la BnF, voir le catalogue de l’exposition qui lui fut consacré en 2007 : Marie-Françoise Quignard & Raymond-Josué Seckel (dir.), L’Enfer de la Bibliothèque : Éros au secret, catalogue d’exposition (BnF, 4 décembre 2007-2 mars 2008), Paris: BnF, 2007. []
  3. Pierre-Gustave Brunet, Imprimeurs imaginaires et libraires supposés : étude bibliographique, Paris : Librairie Tross, 1866, p. 89. []
  4. Voir la notice d’autorité de la BnF. []

Vers la numérisation des catalogues de vente des bibliothèques privées : le projet MEDIATE

Le projet MEDIATE (Measuring Englightenment. Disseminating Ideas, Authors and Texts in Europe, 1665-1830) a pour but d’étudier la circulation européenne des livres à l’époque des Lumières. Prenant appui sur un corpus numérisé de plusieurs centaines de catalogues de vente de bibliothèques privées, il vise à développer une base de données qui permette de cartographier le monde des collectionneurs dans l’Europe de l’époque moderne et d’analyser leurs goûts intellectuels, ainsi que leurs pratiques bibliophiles et commerciales.

Illustration 1 : capture du site web du projet.

Étudier le champ littéraire du long XVIIIe siècle

Financé entre 2016 et 2021 par le Conseil européen de la Recherche (ERC), le projet est mené par une équipe de chercheurs de l’Université Radboud aux Pays-Bas sous la direction d’Alicia C. Montoya.1 Le projet a pour objectif d’étudier la circulation des livres en Europe au XVIIIe siècle, avec un intérêt particulier pour ces livres qui ont été associés avec le mouvement des Lumières. À cette fin, nous sommes actuellement en train de développer une base de données qui hébergera des données extraites d’un corpus de plusieurs centaines de catalogues de bibliothèques privées imprimés aux Provinces-Unies, en France, au Royaume-Uni et en Italie entre 1665 et 1830 (et un petit nombre de catalogues et d’inventaires supplémentaires provenant d’autres pays, dont la Belgique actuelle, Espagne et les pays scandinaves).
Notre hypothèse est que si l’on veut saisir la diffusion des livres et des auteurs associés au mouvement des Lumières, il est essentiel de comprendre leur positionnement dans le champ culturel plus large. Car ces livres et auteurs jouent un rôle non pas de façon isolée, mais en tant que participants à des réseaux plus vastes reliant les œuvres et auteurs chevronnés à leurs collègues oubliés aujourd’hui, et constituant ensemble un véritable système littéraire. Pour comprendre l’impact culturel de chaque auteur, nous devons considérer ses textes comme faisant partie d’un réseau de relations entre des textes de prestige supérieur et inférieur, des régions géographiques et des langues, et entre des auteurs plus proches et plus éloignés des centres d’autorité culturelle. Or, un champ si large ne peut pas être compris que par le biais d’une approche numérique, capable de digérer des données concernant les centaines de milliers de textes publiés et consommés au cours de cette époque historique.

Sur les traces de Daniel Mornet : les catalogues de bibliothèques privées comme source pour l’histoire intellectuelle européenne

Notre projet renoue avec l’approche de Daniel Mornet dans son article pionnier sur « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1780) », dans lequel il a cherché à identifier, sur la base d’un corpus de catalogues de vente de bibliothèques privées françaises conservé à la Bibliothèque Municipale de Toulouse, les best-sellers du XVIIIe siècle.2 La simple question que Mornet a posée, à savoir : Qu’est-ce que les Français ont lu pendant cette période ? s’inscrivait dans un projet plus vaste portant sur les questions de changement historique. Comment les idées qui auraient jeté les bases intellectuelles de la Révolution française ont-elles pu être largement connues et acceptées ? Est-ce que ces idées peuvent être liées à des livres et à des réseaux d’écrivains et de lecteurs spécifiques ?
Malgré l’existence de nouveaux outils numériques puissants qui permettraient de refaire l’étude de Mornet avec plus de précision, à une échelle plus large, il n’y a eu jusqu’à présent aucune tentative d’exploiter systématiquement les possibilités offertes par l’énorme corpus des catalogues de vente de bibliothèques privées conservés en France et ailleurs, et d’identifier la masse des livres effectivement achetés au siècle des Lumières.

Illustration 2 : première page de l’article fondateur de Daniel Mornet.

Relevant ce défi, le projet MEDIATE est actuellement en train de créer un corpus numérique de plusieurs centaines de catalogues de bibliothèque privées publiés entre 1665 et 1830. Nos recherches couvrent quatre zones géographiques – les Provinces-Unies, le Royaume-Uni, la France et l’Italie – choisies en fonction de leur apport au mouvement des Lumières, et du rôle de ces régions dans les réseaux intellectuels et dans le commerce du livre au XVIIIe siècle. Nos sources comprennent notamment les catalogues de vente néerlandais répertoriés et photographiés par Bert van Selm et ses collaborateurs, actuellement numérisés dans la collection Book Sales Catalogues Online (BSCO), ainsi que les catalogues de bibliothèques privées décrits dans d’autres répertoires tels que ceux de Françoise Bléchet pour la France, et Alan Munby et Lenore Coral pour le Royaume-Uni.3 

Nous axons notre travail de récolte sur les bibliothèques de taille « petite » ou « moyenne », c’est-à-dire celles dont le catalogue cite moins de 1 000 lots, car celles-ci devraient nous permettre de cibler non pas les plus grandes collections, mais au contraire les collections de la sous-élite, ou le public « moyen » destinataire de la littérature qui nous intéresse. Le caractère supposément privé de ces collections, en effet, nous permet d’étudier la circulation des idées du point de vue de la réception plutôt que de la production des livres, en nous fournissant des indications sur leurs lecteurs possibles. Tout en restant conscients des dangers d’une approche axée sur la seule possession des livres – un livre en bibliothèque n’équivaut évidemment pas un livre réellement lu4  – nous posons que la possession d’un livre nous fournit des indications précieuses sur les aspirations intellectuelles du collectionneur, sur l’association de certains groupes sociaux ou professionnels avec certains types de lecture, ainsi que sur le prestige accordé à certains livres comme forme de capital culturel.

Une base de données en cours de constitution

Nous sommes actuellement en train de transcrire le corpus des catalogues sélectionnés par une combinaison de technologie de reconnaissance optique de caractères (OCR) et de post-correction manuelle. Les transcriptions de ces catalogues et les données que nous en aurons extraites – comprenant à ce jour déjà quelque 300 000 notices sur des livres individuels recensés dans les catalogues – seront mises à la disposition des chercheurs dans une base de données en libre accès dès 2021.

 

Illustration 3 : transcription de la première page du Catalogue des livres de M. Deschamps.

Ces données ont été enrichies par des métadonnées sur les catalogues, les possesseurs et autres personnages mentionnés dans les catalogues, ainsi que sur plusieurs autres entités, comme les lieux de publications. Les noms d’auteurs sont en outre liés au fichier d’autorité international virtuel (VIAF), et celles sur les éditeurs et les lieux au Thesaurus du CERL (Consortium of European Research Libraries).

Illustration 4 : métadonnées sur le possesseur de la bibliothèque décrite dans le Catalogue Deschamps 1748.

La base de données permet d’interroger cette masse de données et de métadonnées sous divers angles. Le schéma de base comprend actuellement huit entités : Persons (personnes), Places (lieux), Collections, Catalogues, Categories (catégories attribuées par le rédacteur du catalogue), Items (livres ou autres objets décrits dans le catalogue), Editions et Works (œuvres, pris au sens général).5  Ces entités contiennent à leur tour plusieurs propriétés en fonction desquelles on peut évaluer les données. Par exemple, si on s’intéresse à la matérialité des livres, on peut filtrer les résultats de recherche sous « item » pour trouver ceux dont la description contient des remarques sur la qualité du papier, sur la reliure ou sur la présence de notes manuscrites ou d’illustrations. Il y a également la possibilité d’appliquer plusieurs filtres en même temps.

Illustration 5 : capture d’écran d’une sélection de « items » obtenus après l’application de deux filtres : « Jean de La Fontaine » dans « People » + « binding » (reliure) dans « Material details ».

Quant à des questions plus générales concernant les caractéristiques et le développement des catalogues des bibliothèques privées, l’étude comparative des pages de titre, des paratextes et des classifications des livres dans les catalogues met en lumière d’intéressants parallèles, mais aussi des différences nationales importantes entre les pratiques des rédacteurs et libraires-éditeurs dans nos quatre régions et même entre les différents centres d’impression à l’intérieur d’un seul pays.

 

Illustration 6 : Page de titre et première page du Catalogue de Tronchin père et fils 1784. Catalogue de vente publié à Paris et organisé selon le système dit des libraires de Paris. La page de titre contient les informations essentielles sans être très chargée.
Illustration 7a : première page du Catalogue de M. Lambert 1784. Le catalogue a sans doute été imprimé à Saint-Omer et ne comportait probablement pas de page de titre séparée. Les livres sont rangés selon les formats.
Illustration 7b : Page de titre du Catalogue de la bibliothèque d’Ysbrand ‘t Hoen, publié à La Haye en 1790. On remarque le caractère bien rempli de cette page. Les variations typographiques servent à mettre en évidence les différents éléments d’informations. Les livres sont classés à la fois selon les matières et selon les formats.
Illustration 8 : Page de tire et première page du Catalogue de la bibliothèque de Michael Lort, imprimé à Londres en 1790. Comme celle du catalogue néerlandais de ‘t Hoen, sa page de titre contient beaucoup d’informations, entre autres le prix du catalogue. Le catalogue suit l’ordre de la vente et range les livres par formats.

Pour ce qui regarde notre intérêt porté aux « best-sellers » des Lumières, la fonction « rank » (classer) sous « Persons » permet de créer des classements de noms d’auteurs, traducteurs, éditeurs etc. associés à des « items » selon le nombre d’occurrences dans les catalogues.

Illustration 9 : les 15 auteurs dont on trouve le plus de livres (« items ») dans a. l’ensemble des catalogues (à gauche) b. les catalogues français (à droite).

La base fournit en outre des possibilités de visualisation des données, comme par exemple une représentation graphique de la composition des collections du point de vue de la date de publication des livres ou bien une carte de lieux (de publication, de naissance etc.) cités dans l’ensemble des catalogues ou dans une sélection du corpus.

Illlustration 10 : les dates de publication des livres contenus dans le Catalogue des livres de M. Deschamps.
Illustration 11 : les lieux de publication (connus) des livres répertoriés dans les catalogues de la décade 1680-1690.

En concevant ainsi une base qui fournit des moyens pour exploiter l’extrême richesse des données contenues dans les catalogues de bibliothèques privées à plusieurs niveaux et selon diverses modalités, nous avons créé un instrument de recherche susceptible à être utilisé avec fruit par une large communauté de chercheurs, d’étudiants et d’autres personnes qui s’intéressent à l’histoire culturelle du XVIIIe siècle européen. Des champs de recherches aussi diverses que celui des provenances, des prix sur le marché du livre de seconde main, de la géographie du livre, des formats et des langues privilégiés, de la composition des bibliothèques, de l’organisation des savoirs, des réseaux sociaux à l’époque moderne et des pratiques de collection et de commerce pourraient effectivement en profiter, de sorte que l’intérêt de la base dépasse largement celui de la question qui est à l’origine de sa création.

Vers un écosystème de bases de données

La richesse des informations récoltées ainsi que notre constat que les instruments bibliographiques existants sont loin de fournir un répertoire exhaustif des catalogues publiés nous a porté à créer une deuxième base de données, qui servira à la fois à compléter les bibliographies publiées jusqu’ici et à contextualiser les données contenues dans la base MEDIATE. Cette deuxième base, intitulée BIBLIO (Bibliography of Individually-owned Book and Library Inventories Online), contiendra des informations bibliographiques sur tous les catalogues de bibliothèques privées britanniques, français, néerlandais et italiens imprimés dans la période 1665 – 1830, dont nous avons conservé la trace.6 

             Nous nous rendons bien compte  du fait que les catalogues (de vente) de bibliothèques privées ne représentent qu’une seule source – particulièrement riche, certes – sur le marché du livre au XVIIIe siècle, et que les données qu’ils nous livrent comportent des parti pris spécifiques et demandent d’être maniées avec caution. Pour bien mesurer l’impact des ouvrages et des auteurs dans le champ littéraire, il est nécessaire de les étudier à travers une gamme de sources diverses, touchant non seulement à la réception, mais aussi à la production et la mise en circulation du livre. C’est pourquoi notre projet MEDIATE consolidera les collaborations déjà existantes avec un certain nombre d’autres projets numériques en histoire du livre, sur d’autres types de source, afin de créer un écosystème de bases de données interopérables. Cette collaboration implique actuellement les projets bibliométriques de Simon Burrows à l’Université de Western Sydney, FBTEE (French Book Trade in Enlightenment Europe, 1769-1794) et MPCE (Mapping Print Charting Enlightenment), le CERL Thesaurus  du Consortium of European Research Libraries, les bibliographies nationales comme le Short-Title Catalogue Netherlands à la Bibliothèque Royale à La Haye, le projet Universal Short-Title Catalogue, à l’Université de St Andrews, le projet Footprints: Jewish Books Through Time and Place aux États-Unis, et bien d’autres. L’interopérabilité que nous visons à établir entre ces différents projets numériques nous permettra de créer un vaste réseau de données portant sur les différents aspects de l’histoire du livre et de pouvoir cartographier la circulation des livres en Europe à l’époque des Lumières.

Visitez notre blog THE MEDIATOR
& Suivez-nous sur Twitter : @mediate18c

Texte établi par Helwi Blom et Alicia Montoya
Université de Nimègue

  1. Ce projet a bénéficié d’une subvention du Conseil européen de la recherche (ERC) dans le cadre du programme de recherche et innovation de l’Union Européenne Horizon 2020 sous la convention no. 682022. Voir pour de plus amples informations le site web du projet, www.mediate18.nl, qui contient entre autres les noms des membres de l’équipe ainsi que des détails sur leurs sous-projets individuels. []
  2. Daniel Mornet, « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1780) », Revue d’histoire littéraire de la France 17 (1910), p. 449-96. []
  3. Voir Bert van Selm, Hans Gruys, et Henk de Kooker, continue par Karel Bostoen, Otto Lankhorst, Alicia C. Montoya et Marieke van Delft (dir.), Book Sales Catalogues Online ; Françoise Bléchet, Les ventes publiques de livres en France, 1630–1750: répertoire des catalogues conservés à la Bibliothèque Nationale. Oxford, Voltaire Foundation, 1991 ; Alan N. L Munby et Lenore Coral, British Book Sale Catalogues 1676–1800: A Union List. []
  4. Sur les précautions à prendre en utilisant comme source les catalogues de vente des bibliothèques privées, voir Helwi Blom, Rindert Jagersma et Juliette Reboul, « Printed Private Library Catalogues as a Source for the History of Reading », dans Mary Hammond (dir.), The Edinburgh History of Reading I : Early readers. Edinburgh, Edinburgh University Press. À paraître en avril 2020. []
  5. En distinguant trois niveaux pour identifier nos livres – Work, Manifestation (ou édition), Item – nous reprenons le modèle FRBR (Functional Requirements for Bibliographical Records). Nous laissons de côté, pour des raisons pratiques, le niveau « Expression ». []
  6. Les catalogues français feront également l’objet d’une étude plus développée en deux volumes sous le titre  Printed catalogues of private libraries published in France during the hand-press era, a bibliographical survey (par Helwi Blom, sous contrat chez Brill à Leiden). []

‘Crisis or Enlightenment’, compte-rendu d’un colloque sur l’histoire du livre à St Andrews

Pour une douzième année de suite, le mois de juin a vu des historiens du livre se rassembler dans la petite ville universitaire de St Andrews en Écosse. Du 20 au 22 juin, une cinquantaine de chercheurs couronnés et débutants se sont réunis sous l’égide du Universal Short Title Catalogue pour écouter vingt-quatre communications sur la thématique de « Crisis or Enlightenment ? Developments in the Book Trade, 1650-1750 ». L’événement a attiré des participants d’horizons aussi divers que la Colombie et le Danemark, et 16 pays ont été représentés en tout.

Co-organisé par Arthur der Weduwen (St Andrews) et Ann-Marie Hansen (Rennes 2), le colloque fut l’occasion d’esquisser l’état des développements dans le commerce de l’imprimé entre 1650 et 1750, et notamment d’interroger les liens entre les mouvements intellectuels et le marché de l’époque. Les présentateurs firent valoir des évolutions dans la distribution des livres et dans leur collection, dans les modes de censure et les goûts de lecteurs. Furent présentés aussi bien des histoires de banqueroute et de crise comme d’autres d’innovation et de résilience. Ensemble, les différents discours contribuèrent à évoquer la constance de modes établis dans l’édition et la collection et la popularité continue de certains genres d’imprimés. Bien que le monde européen du livre fût marqué par des procédés commerciaux et d’érudition changeants, le marché de l’imprimé autour de 1700 était d’une force suffisante pour surmonter les crises environnantes. En fait, les libraires, imprimeurs et lecteurs maintenaient un goût pour les vieux textes tout autant sinon plus que pour les nouveaux.  

Conférence plénière de Dominique Varry (ENSSIB). (Photo de Nora Epstein)

Deux conférenciers présentèrent les fruits de longues années de recherche : les professeurs Ian Maclean (Oxford) et Dominique Varry (ENSSIB). Ce premier détailla l’effet de l’avènement des journaux savants sur le commerce international via les foires de livres en Allemagne, et ce dernier présenta ses travaux sur l’identification de fausses adresses dans la production lyonnaise du XVIIIe siècle. Pour agrémenter le colloque, une exposition fut montée par des collègues du fonds Special Collections de la bibliothèque universitaire de St Andrews. Répondant aux communications des intervenants, l’exposition fut l’occasion pour tous de consulter le plus ancien imprimé mexicain de la bibliothèque par exemple, ainsi que divers catalogues de ventes aux enchères datant du XVIIe siècle.

Les participants au colloque eurent droit à une exposition privée des Special Collections de la bibliothèque universitaire de Saint Andrews. (Photo de Nora Epstein)
Pour nouer avec les années précédentes, le colloque fut l’occasion de lancer le volume d’actes édité par Shanti Graheli, Buying and Selling: The Business of Books in Early Modern Europe (Brill, 2019) réunissant 24 articles développés à partir du colloque qu’elle organisa en 2015. Les actes de 2016 viennent de paraître dans la même collection sous le titre de Negotiating Conflict and Controversy in the Early Modern Book World, et ceux de cette année sont maintenant en préparation. L’année 2020 sera l’occasion d’un nouveau colloque portant le titre Gender and the Book Trades qui se penchera sur les questions autour du genre dans le commerce du livre et sur l’apport des études de genre pour l’histoire du livre. Pour plus d’informations, l’appel à contributions est dorénavant disponible en ligne.

Les organisateurs tiennent à signaler leur reconnaissance pour l’appui financier de la School of History de l’Université de St Andrews, et du comité Transnational Affairs de la Society for the History of Authorship, Reading and Publishing.

Ann-Marie Hansen
Université Rennes 2

Une enquête typographique de Dominique Varry…

En 1760, l’imprimeur-libraire lyonnais Jean-Marie I Bruyset, objet de tracasseries des autorités dans une affaire de livres prohibés, révèle avoir acheté l’année précédente un manuscrit intitulé Esprit des loix de la tactique, contenant des poèmes du roi de Prusse et interdit à la publication en France. Or, un ouvrage en deux volumes in-quarto paraît en 1762 sous ce titre à l’adresse de Pierre Gosse junior à la Haye. Une recherche bibliographique révèle l’existence de deux autres publications similaires, la même année, sous des adresses à Leipzig et Francfort.

Illustration: Page de titre de la publication de Leipzig

L’article de Dominique Varry, Quatre villes pour une adresse typographique : enquête autour de l’impression de l’Esprit des loix de la tactique (1762), propose une enquête bibliographique complète et passionnante. Par l’étude des indices matériels de ces éditions (collations, empreintes et signatures, mais aussi bois gravés et vignettes typographiques), elle permet de démontrer qu’il s’agit en fait d’une seule édition, une édition partagée, imprimée à Lyon par Bruyset. Trois émissions furent produites à l’adresse de confrères européens partenaires, l’un ayant « prêté » son nom et son adresse à une publication française faite sous permission tacite, les deux autres exerçant dans des villes célèbres pour leurs foires du livre. Mais cette édition partagée fut bien imprimée en totalité à Lyon, sur les presses de Jean-Marie I Bruyset. L’article démêle avec brio cet écheveau, en montrant la façon dont des imprimeurs français et européens pouvaient collaborer pour produire ensemble des livres afin d’échapper à la censure, et ainsi partager les produits de la vente de livres fort recherchés du public.

L’article de Dominique Varry est désormais téléchargeable en intégralité en PDF sur l’archive ouverte HAL.

Cet article est paru en 2018 dans Livre. Revue historiquela publication scientifique à comité de lecture de la Société Bibliographique de France, à parution en continu. La revue propose des articles sur l’histoire du livre sous tous ses aspects (bibliographie matérielle, histoire littéraire, histoire de la reliure, de la typographie, histoire économique et sociale, etc.). Les articles, en français ou en anglais, sont publiés sous forme numérique, au fur et à mesure de leur acceptation par le comité de lecture; une version PDF est ensuite disponible sur HAL.